Forum Rpg sur l'univers d'Halo
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Vardoc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jeffrey-094
NavSpecWar, Spartan-II, Adjudant


Nombre de messages : 3704
Age : 22
Localisation : Je me tiens avec dignité en face de mes adversaires.
Humeur : Mordu et passionné de Halo!
Date d'inscription : 22/07/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil à pompes M90
Autre Compte : Nathan Aronson, Zoka 'Carimanee
Arme n°2 : Lance-roquettes M19

MessageSujet: Vardoc   Lun 2 Nov 2009 - 14:09

VARDOC

PROLOGUE


2256 heures, 1er novembre 2529 (calendrier militaire)/
Planète Vardoc IV, système Vardoc.

-----La planète généreusement garnie de toutes sortes d'espèces et de flore diversifiée reposait tranquilement dans la galaxie. Contrôlée par le CSNU depuis maintenant 80 ans, elle portait aujourd'hui en elle 600 millions d'habitants, tous espérant trouver refuge à la guerre qui avait éclaté quatre ans plus tôt. De son orbite, on pouvait constater ses richesses et sa fertilité: des océans d'un bleu pur comme il n'en avait jamais eu sur Terre, des forêts sans limites, des plaines verdoyantes, des troupeaux joviaux y gambadant. Cette planète était une réelle attraction touristique, mais aussi un refuge. Le système Vardoc était si éloigné des autres systèmes contrôlé par le CSNU qu'il était probable que les Covenants n'y fassent pas attention. Non. Cette planète était trop magnifique pour tomber elle aussi entre leurs griffes.


-----Tommas Averson, homme de quarante-six ans, songeait à toutes les éventualités qui pourraient survenir en regardant par la fenêtre de son salon. Sa femme, Marie Harvey, se berçait tranquillement dans un fauteuil basculant en bois. Leur petite maisonnée était classique. Une maison de 8 pièces et demie décorée par ses murs de bois chaleureux. Marie tenait une boîte transparente entre ses mains et feuilletait son contenu: des photographies colorées. Son passé révolu, siégeant au milieu d'une petite boîte en verre.

-----Sur chaque image était présent un même personnage: un petit garçon entre 1 et 6 ans. Il avait les yeux et les cheveux assortis de couleur marron. Des petits boutons d'acnée parcouraient ses joues. Il souriait d'un regard espiègle. Ici une photo de lui à 1 an, dans des draps blancs; là, le même enfant trois ans plus tard, portant dans ses mains un petit reptile local; encore une photo de lui où sa mère le serrait tendrement dans ses bras alors qu'il n'était encore qu'un nourrisson...

-----Il n'était pas un rêve. Pendant 6 ans de bonheur et d'amour inépuisable, Marie l'avait consolé, cajolé, adoré. Ce bébé était sa vie, ses os et sa chair.

-----Son fils...

-----Elle lâcha une petite larme qui lui coula de la joue pour atterrir dans la photo qu'elle tenait: son fils à un match de football américain. Il est si mignon...

-----était...

-----Il était si sûr de lui, si déterminé. Si combatif!

-----Son mari, Tommas, vint lui sécher la joue de son pouce. Il lui sourit pour la réconforter. Mais la femme était bien enfoncée dans ses souvenirs.

------ Marie. Pourquoi t'acharnes-tu à relater ces vieux souvenirs tous les soirs? Tu sais pourtant que... Que ça te peine.

------ Oui, répondit-elle, épuisée. Mais j'en ai besoin, je le sens.

-----La porte d'entrée claqua dans le vestibule. Un jeune homme de 20 ans pénétra dans la pièce. Il était grand, maigre et ses bottes boueuses ainsi que sa veste froissée indiquaient que la journée de travail avait été dure.

------ Bonsoir, maman. Salut, papa. Désolé de rentrer si tard, mais à cause de la tempête de hier soir, les rues et les égouts étaient complètement bouchés.

------ Je vais aller me coucher, dit la mère.

-----Elle marcha jusqu'à sa chambre au bout du couloir et referma doucement la porte.

------ Elle ne se sent pas bien? s'interrogea le fils.

------ T'en fais pas, Frédéric. Elle est juste un peu bouleversée par les photos de ton frère.

------ Ok, ça, je vais m'y habituer, à la longue... Je vais me coucher aussi. Demain, la journée ne risque pas d'être plus tendre qu'aujourd'hui. Bonne nuit!

------ Bonne nuit.

-----Le jeune homme gravit mollement les escaliers, les bras ballotants, et dispaut dans le couloir. Tommas resta seul dans le salon. Il commença à ranger les photos dans la boîte, puis une photographie attira son attention. Comment pourrait-il un jour oublier la scène qui y était représentée? Elle était si importante, si dramatique et si... Décisive.

-----Son fils cadet, assis sur son lit d'hôpital, se tordait de douleur. Il tentait de sourire à la caméra, mais la sueur qui lui coulait du visage, les veines qui saignaient et les yeux craquelés le démentaient entièrement. Jamais Tommas n'avait remarqué une aussi douloureuse maladie.

-----Et les médecins n'en avaient jamais découvert la nature.

-----Le petit avait bravement résisté, mais au bout de deux semaines de soins intensifs, il avait fléchit. Ses parents étaient auprès de lui à lui raconter une histoire quand son cardiogramme afficha une note unique, aiguë et continue. Son coeur avait lâché, ne pouvant endurer ces souffrances. Aujourd'hui, il y a plus de douze ans qu'il n'est plus de ce monde.

-----Les yeux du père s'humidifièrent, puis il murmura à l'attention de la photo qu'il avait frippée entre ses doigts:

------ Qu'est-ce qui t'est arrivé, mon petit Jeffrey?


Dernière édition par Jeffrey-094 le Lun 16 Aoû 2010 - 21:31, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spartanjohn117.blog.jeuxvideo.com/home/
Jeffrey-094
NavSpecWar, Spartan-II, Adjudant


Nombre de messages : 3704
Age : 22
Localisation : Je me tiens avec dignité en face de mes adversaires.
Humeur : Mordu et passionné de Halo!
Date d'inscription : 22/07/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil à pompes M90
Autre Compte : Nathan Aronson, Zoka 'Carimanee
Arme n°2 : Lance-roquettes M19

MessageSujet: Re: Vardoc   Mer 4 Nov 2009 - 1:24

CHAPITRE 1


0000 heures, 2 novembre 2529 (calendrier militaire)/
À la périphérie du système Vardoc, Frégate du CSNU
Calamity,
aire de stockage, base de temps d'opération des Spartans.



-----Minuit. Cela faisait bien une bonne demie-heure que Jeff s'était étendu sur sa couchette. Il n'avait toujours pas fermé l'oeil, les bruits de ses frères d'armes le tenant éveillé. Certains nettoyaient leurs armes ou leurs armures. D'autres jouaient aux cartes ou s'entraînaient. Bref, tout ce grabuge était loin de le bercer. Mais cela ne le dérangeait pas pour autant.


-----Depuis deux jours, le Calamity voyageait dans le sous espace depuis Reach, dans la direction de Draco III afin de supprimer un marché noir ayant été signalé dangereux. Les Spartans n'étaient pas très chauds à cette mission. Ils voulaient combattre leurs nouveaux ennemis, les Covenants. Mais les ordres étaient les ordres: direction Draco III. Mais le temps de voyage était long... Très long.


-----Jeffrey se leva sur ses lourdes bottes et s'avança vers le petit ring qu'ils avaient improvisé la veille avec un trait de craie blanche sur le sol. Deux Spartans s'y combattaient. Et temps normal, personne ne pourrait les différencier avec leurs armures MJOLNIR, mais les Spartans se connaissaient depuis si longtemps. Chacun de leurs mouvements les identifiait. À gauche, le super-soldat venant de recevoir un coup de pied en pleine figure était Anton. Celui-ci tenta de reprendre l'équilibre, mais le coude de son adversaire (d'une notable petitesse) venait de s'abattre sur son torse. Il chancella et s'écroula sur une table de cartes à jouer.

------ Hé! C'est pas bientôt fini, vos singeries, s'exclama Isaac, qui venait de perdre son as et son joker.

-----Anton, intérieurement humilié, se releva, las, et remit la table debout. Il bredouilla quelques excuses.

------ Suivant? demanda le concurent sur le ring. Qui est-ce qui veut combattre?

-----Jeffrey, ayant reconnu la voix féminine, se dirigea en direction du cercle tracé, quelque peu amusé par les grands airs que se donnait la gagnante.

------ Tu ne dormais pas? s'interrogea-t-elle.

------ Tes coups m'ont réveillé, se contenta-t-il de répondre.

-----Au centre du ring, William-043, qui s'improvisait arbitre, déclara le combat commencé. Jeff s'élança sur la femme et brandit son poing droit dans sa direction. Celle-ci évita le poing et le saisit entre ses gantelets. Elle se préparait à extraire Jeff du cercle, mais il opta pour une jambette. Il fit trébucher son adversaire et tomba également, puisqu'elle le tenait toujours. Elle bondit sur lui telle une tigresse, puis fut projettée par les pieds de Jeffrey hors de la piste.

------ Eh merde... gromela-t-elle. Je me suis fait avoir comme un Bleu.

-----Jeff se releva. De faibles applaudissements résonnairent. Il laissa sa place de champion à Fred, puis sortit du petit groupe pour rejoindre la vaincue. Tous deux s'assirent sur une couchette. Jeff donnait des conseils pour le combat. Son interlocutrice retira son casque. Ses cheveux étaient emmêlés, roux et soigneusement coupés à la longueur règlementaire de 16 centimètres.

------ Pour qui te prends-tu? lui envoya-t-elle. Pour mon entraîneur personnel? Je sais très bien me débrouiller seule, ne t'en fais pas.

-----En fait, Léa était d'un tempérament assez capricieux et rebelle. Elle n'aimait pas être jugée par n'importe qui. Mais étrangement, elle ne témoignait cette personnalité enfantine que devant Jeff. Jamais elle n'aurait eu l'audace de contester un ordre de John. Jeffrey n'insista donc pas devant ce regard perçant comme deux lames ascérées. La raison de ce comportement envers Jeff était que ces deux personnages se connaissaient et avaient sympatisé dès leur "recrutement" dans le CSNU. Comme un frère et sa petite soeur. Ils se dévisagèrent un long moment, puis l'homme déclara enfin:

------ Je crois que je commence à avoir sommeil...

-----À ces mots, il se releva et retourna s'étendre sur sa couchette. Pendant son sommeil, il rêva aux raisons mêmes de son existance: des balles, de la chair, du sang et une victoire.

-----Il leur fallait une victoire...


Dernière édition par Jeffrey-094 le Mer 16 Juin 2010 - 13:30, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spartanjohn117.blog.jeuxvideo.com/home/
Nathan Aronson
Navy, Capitaine de Frégate


Nombre de messages : 44
Age : 22
Localisation : À bord de mon fidèle CSNU Gédéon
Humeur : Fan de Halo
Date d'inscription : 09/09/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Pistolet M6D
Autre Compte : Jeffrey-094, Zoka 'Carimanee
Arme n°2 : Destroyer CSNU Gédéon

MessageSujet: Re: Vardoc   Jeu 5 Nov 2009 - 2:33

0000 heures, 2 novembre 2529 (calendrier militaire)/
À la périphérie du système Vardoc, Frégate du CSNU
In Amber Clad,
bureau du Capitaine Aronson.



-----Nathan s'était endormi une heure à peine, sur le fauteuil en cuir de son bureau. Mais il dormait d'un sommeil si léger qu'il se réveilla, toujours cerné. Il se redressa sur son siège, puis fut épris d'une douleur soudaine et familière: son poumon droit. Il regarda sous sa chemise: deux cicatrices vieilles de quatre ans persistaient à lui rappeler son premier affrontement avec les Covenants, ainsi que ses raisons de combattre. Il prit un bocal, sur l'étagère du fon du bureau, puis versa deux pilules dans sa main. Il les avala avec un vers d'eau. Ciel que c'était répugnant! Probablement autant que la mousse cryogénique.

-----Il boutonna sa chemise, repeignit ses cheveux décoiffés et enfila son veston traditionnel de la NAVY. Il sortit du bureau et se dirigea vers l'ascenseur le plus proche. Sur son chemin, deux marines se mirent au garde-à-vous. Il leur rendit leur salut.

-----Il y avait beaucoup de soldats à bord, puisqu'il était en train de ramener les survivants d'une campagne de reconquête de Biko sur Reach. Les forces du CSNU n'avaient pas résisté à la pression Covenant. Le Haut Commandement n'eut d'autre choix que d'ordonner le rapatriement immédiat. L'In Amber Clad avait pénétré dans le sous-espace devant une mer de plasma et un merveilleux monde vitrifié depuis déjà quatre ans.

-----Cette pensée fit serrer les poings de Nathan. Il devait garder son sang froid... Pour continuer la lutte.

-----Remporter ne serait-ce qu'un seule véritable victoire contre les Covenants durant l'étendue de sa vie serait probablement le clou de sa carrière.

-----Il pénétra sur la passerelle d'un pas autoritaire, s'assied sur le "siège brûlant" - c'était le surnom que l'on donnait au siège de commandement - et inspecta les cartes du système. Ils se trouvaient dans le système Vardoc.

------ Qu'est-ce qu'on fait encore ici? demanda-t-il à ses Officiers de passerelle. Et où se trouve mon Officier de navigation?

-----L'Enseigne Mattew Garman, posté aux Opérations, se leva et se tourna vers le Capitaine avec un visage docile.

------ Mon Capitaine, dit-il, le Haut Commandement a ordonné le rapatriement du Lieutenant Keyes. Nous nous sommes arrêtés aux alentours du système Vardoc pour recharger le réacteur Shaw-Fujikawa.

------ Qu'est-ce qu'il a, demanda le Capitaine, soudainement confus.

------ Oh, rien de grave, seulement une petite surchauffe due aux combats précédents.

------ Je parlais du Lieutenant Keyes. Pourquoi l'ont-ils repris?

------ Nous l'ignorons, mon Capitaine. Ils lui ont demandé de prendre ses affaires et de les suivre. Ils n'ont pas voulu dire pourquoi.

------ Crime! murmura le Capitaine avant de renchérir. Vous dites que le réacteur est en train de surchauffer?

------ Oui, mais rien de grave, une légère faiblesse. Il devrait être fin prêt pour un aller simple vers Reach d'ici une heure.

-----Le Capitaine Aronson lissa sa fine moustache, puis donna ses ordres:

------ Eh bien puisque c'est comme ça, nous allons en profiter pour réparer le blindage des ponts huit et neuf. Et notre armement endommagé également. État de l'armement, Lieutenant Bartley?

-----Le Lieutenant Christion Bartley se leva d'un pas lourd, se mit au garde-à-vous et résuma:

------ Les tubes lance-missiles Archer A à G sont à sec. Les tubes H, P et V sont... Liquéfiés. Il nous reste deux têtes nucléaires Shiva et le CAM est intact.

------ Bien Lieutenant Bartley. Lieutenant Jude, informez nos techniciens embarqués de ravitailler les tubes lance-missiles Archer A à G. Qu'ils remplacent aussi les caméras extérieures hors service. Allez! On se dépêche! J'ai hâte de quitter ce vide maudit!

-----Aronson se rassit. Il avait l'inévitable pressentiment que cet "arrêt banal" allait mal tourner. Comme toujours, dans les batailles qu'il avait vues, chaque fois qu'un vaisseau du CSNU abaissait sa garde, il se faisait réduire en bouillie. Il ferma les yeux, espérant se réveiller sur Reach.


Dernière édition par Nathan Aronson le Dim 15 Nov 2009 - 19:25, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spartanjohn117.blog.jeuxvideo.com
Nathan Aronson
Navy, Capitaine de Frégate


Nombre de messages : 44
Age : 22
Localisation : À bord de mon fidèle CSNU Gédéon
Humeur : Fan de Halo
Date d'inscription : 09/09/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Pistolet M6D
Autre Compte : Jeffrey-094, Zoka 'Carimanee
Arme n°2 : Destroyer CSNU Gédéon

MessageSujet: Re: Vardoc   Ven 6 Nov 2009 - 23:25

Chapitre 2

0018 heures, 2 novembre 2529 (calendrier militaire)/
Avant-poste radar
Gaïa, lune de Vardoc IV



-----Vincent Fischer rêvait à sa femme et ses deux filles sous les étoiles dansant avec douceur au-dessus des palmiers. Il courait vers elles, les bras tendues, dans l'espoir de les embrasser comme autrefois. Il était si près d'elles. Il pouvait sentir le parfum de Jasmine. Puis quelque chose clocha: sa femme et ses filles se mirent à pleurer. Il voulait sécher leurs larmes qui coulaient, qui coulaient... Encore et encore. Elles s'arrêtèrent de courir. Leur peau, leur chair et leur sang firent la même chose que les larmes. Ils coulèrent le long des joues. Vincent se raidit. Sa famille fondait devant ses yeux. Elle prenait feu! Il cherchait une solution. Il voulait les jeter dans la mer pour les éteindre, mais l'eau s'était évaporée. Ils étaient dans un désert infini. Il se mit les mains dans les cheveux, ne sachant que faire, puis se rendit compte que ses membres se consumaient. Il s'affolla, galopant vers sa femme et ses filles pour leur dire une dernière fois qu'il les aimait. Mais elles n'étaient plus là. Il regarda le ciel. Avant de s'éteindre à jamais lui aussi, il eut le temps de remarquer l'énorme objet violet qui déchargeait d'épais rayons bleus sur le sol. Il hurla et se tordit de douleur, fondant à son tour dans ses propres pleurs...

-----Le Lieuteneant Fischer se réveilla subitement, les larmes aux yeux, stupéfait par le terrible cauchemar qu'il venait de vivre. Une alarme le ramena à la réalité: L'alerte du poste d'observation radar. Il enfila sa chemise et se précipita dans le laboratoire, encore traumatisé par la perte imaginée de sa chère Jasmine, de Jeanne et Lucy... Il trébucha dans sa chaise, se releva furieusement, la frappa de son pied, puis la douleur de ses orteils le ramena à son boulot. Il stoppa l'alarme et observa l'un des nombreux moniteurs d'écran de l'avant-poste Gaïa, celui qui affichait la carte complète du système Vardoc. Il y avait en tout trois signatures termiques anormales détectées, deux portant une balise du CSNU et étant identifiées comme Frégate Calamity et Frégate In Amber Clad. Espérant avoir affaire à une autre balise humaine, Vincent tourna son regard vers la troisième signature. Elle était plus grosse que les deux autres réunies.

-----Et elle n'affichait aucune balise.

-----Le Lieutenant poussa un juron de lassitude. Probablement un vaisseau qui a oublié d'activer sa balise de reconnaissance, ou possédant une balise défectueuse. Peut-être même un vaisseau furtif du SRN. C'était fort improbable, dans ce système reculé, mais possible. Cependant, vu sa taille, cette éventualité n'était pas en tête de liste. Aucun vaisseau de cette grosseur n'oserait se faire furtif. Même les vaisseaux réguliers du CSNU ne faisaient pas ce poids. Aucun vaisseau répertorié dans leurs rangs, en tout cas. Il y avait donc une autre possibilité...

-----Non! Vincent se refusa d'y penser. Depuis neuf ans, il surveillait se système huit mois par année. Et cela n'allait pas changer aujourd'hui.

-----Mais si c'était vraiment le cas?

-----Il fit rouler sa chaise jusqu'au poste des sondes télé-commandées. Il afficha une moue d'amertume résignée et entra une série de codes et de mots de passe dans l'ordinateur. Il passa ensuite un examen rétinien. L'IA du Gaïa s'exprima ensuite d'une voix masculine:

------ Veuillez édicter mon nom, Lieutenant Fischer, suivit du code du protocole de sécurité informatique de tout avant-poste radar orbital régulier du Commandement Spatial des Nations Unies.

------ Halifax. Bravo-Tango-Zoulou-Sierra-Charlie-Hotel-Tango.

------ Veuillez patienter un moment...

-----Vincent eut la passive impression d'agir en insensé. Son geste était tout bonnement inutile. Forcément.

------ Empreinte vocale confirmée. Vous pouvez maintenant accéder aux fonctions de Gaïa en toute sécurité.

------ J'en ai marre de tes petites formalités, Halifax. Depuis neuf ans, je surveille ce système et tu me traites toujours comme un étranger.

------ J'en suis désolé, Lieutenant Fischer, mais je m'en vois forcé par le protocole de sécurité informatique de tout...

------ Ferme-là et envoie la sonde Alpha aussi près possible de ce point là.

-----Fischer indiqua la signature termique à l'IA. Une image holograhique apparut sur le bureau électronique, représentant une licorne muscée à la crinière lisse et soyeuse.

------ De quoi pensez-vous qu'il s'agisse, Lieutenant Fischer? demanda l'IA, indiscrète.

------ Mes suppositions n'ont pas d'importance ici. Ce sont les faits qui nous intéressent.

------ Compris, Lieutenant Fischer. Détachement des sangles de la sonde Alpha. Décollage imminent... Entrée de la sonde dans le sous-espace dans dix secondes.

------ Prépare également la sonde Bêta, le prévint Vincent.

------ Compris, Lieutenant Fischer. Sonde Alpha entrée dans le sous-espace. Sortie de la sonde Alpha dans l'espace normal dans trois minutes.

------ Beau travail, Halifax.

------ Mais je vous en prie, Lieutenant Fischer. Sonde Bêta parée au lancement.

------ Bien. Attends mes instructions.

-----Le jeune Officier dans le début de la trentaine se mit les mains sur la nuque et s'appuya sur son dossier. Il n'y avait aucune raison de s'énerver. Ce n'était qu'un simple oubli de la part d'un Capitaine de vaisseau bien concentré sur d'autres problèmes. Il n'avait pas activé sa balise de reconnaissance, pas de quoi en faire un drame... Toutefois, l'attente commençait à peser sur la conscience du Lieutenant. Les "si" se mettaient de plus en plus à submerger son crâne, qui s'efforçait de repousser cette éventualité.

-----L'image de Halifax, qui s'était évanouie quelques minutes plus tôt, réapparut sur le panneau holographique.

------ Sonde Alpha en position, déclara-t-il. Recueil d'informations sur la masse volante. Mise en cours de la récupération des données...

-----Une nouvelle alarme retentit dans le poste du Lieutenant.

------ Qu'est-ce qui se passe? s'exclama-t-il.

------ C'est la sonde Alpha, Lieutenant Fischer. Elle ne répond plus à nos guidages. J'ai perdu tout contact avec elle.

------ Et les infos qu'on a reccueillies?

------ Perdues, Lieutenant Fischer, répondit l'IA avec un soupçon de désolation artificielle.

------ Envoie immédiatement la sonde Bêta! Ça doit être un court-circuit ou un truc dans le genre...

------ Lieutenant Fischer. Vous devriez voir la carte du système.

-----Vincent roula à nouveau sur sa chaise jusqu'à l'écran numéro 4. Il s'immobilisa. Qu'est-ce que c'était que ce cirque? La signature termique était maintenant déplacée...

------ Oh non. C'est impossible. Il doit y avoir une erreur.

-----La signature termique était maintenant à quelques kilomètres à peine du Gaïa.

-----Le jeune Lieutenant comprit enfin la nature de l'objet... Et ce qui était réellement arrivé à la sonde Alpha. Aucun vaisseau créé par l'homme n'avait la faculté de traverser le sous-espace avec une telle précision, comme ce machin venait de le faire. Il brancha en vitesse son casque de communication et s'écria:

------ Halifax! Ouvre-moi un canal de priorité Alpha avec tous les vaisseaux et les stations militaires du CSNU dans le système. VITE!

------ C'est fait, Lieutenant Fischer.

-----Vincent s'éclaircit prestement la voix, et accourut vers la fenêtre la plus proche. Résigné sur son sors, il prononça péniblement:

------ Ici avant-poste radar Gaïa. Ceci est un appel de détresse de priorité Alpha à toutes les forces du CSNU présentes dans le système Vardoc. Écoutez-moi bien... Les Covenants nous attaquent! Je répète: Les Covenants sont ici. (il compta rapidement par la fenêtre pressurisée du poste d'observation) 4 vaisseaux. Ils sont ici, devant moi.. Je vous somme de transmettre ce message au Haut Commandement au plus vite. Le temps de Vardoc est compté.

-----Les flancs des immenses engins extraterrestres s'illuminèrent devant lui. Passant du rouge au bleu-blanc des plus purs. Le plasma fut relâché, fonçant tout droit vers l'avant-poste.

------ Ce fut un honneur de servir avec vous, prononça mécaniquement l'IA.

-----Le Lieutenant Vincent Fischer conclut donc, avec peine:

------ ... Lieutenant Fischer, terminé.

-----Cette journée venait de débuter par un cauchemar horrible pour le jeune homme. Et elle se termina dans la même ambiance. Le seul soulagement de l'Officier était que si le paradis existait, Jasmine, Jeanne et Lucy allaient l'y rejoindre très bientôt... Aujourd'hui même. Entouré de métal en fusion, d'air bouillant et d'une peau condamnée, Fischer laissa s'échapper une unique larme. Cette larme en disait beaucoup, mais personne ne serait là pour le constater...


Dernière édition par Nathan Aronson le Dim 15 Nov 2009 - 19:11, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spartanjohn117.blog.jeuxvideo.com
Jeffrey-094
NavSpecWar, Spartan-II, Adjudant


Nombre de messages : 3704
Age : 22
Localisation : Je me tiens avec dignité en face de mes adversaires.
Humeur : Mordu et passionné de Halo!
Date d'inscription : 22/07/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil à pompes M90
Autre Compte : Nathan Aronson, Zoka 'Carimanee
Arme n°2 : Lance-roquettes M19

MessageSujet: Re: Vardoc   Ven 13 Nov 2009 - 1:37

0026 heures, 2 novembre 2529 (calendrier militaire)/
Costopolis, capitale de Vardoc IV,
résidence des Aversons


-----Les parents dormaient. L'Automne laissait s'étendre ses feuilles sur le sol, enterrées à moitié par des marres boueuses et sales. Depuis environs 36 heures, la tempête de la veille avait cessé. Les dégats qu'elle avait laissés occupait le jeune Frédéric Averson à plein temps dans les travaux publics. Les trottoirs étaient innondés, les égouts bouchés et certaines voitures garrées ensevelies. Franchement, c'était l'une des pires parties de l'année.

-----Le jeune homme se retourna dans son lit. Il devait dormir pour affronter les travaux de demain. Mais la pensée de sa mère démoralisée le tourmentait. Depuis douze ans. Et il se savait responsable de la disparition de son frère cadet...

-----"C'est du passé! se disait-il. Ne pense plus à ça. Ton frère est mort! Mort, t'entends? Il est mort de cette foutue maladie qui l'a rongé jusqu'aux os."

-----Mais ces pensées était inutiles. Il ne trouverait pas le sommeil de si tôt. Il était responsable. Il le savait. Et il était tenu seul dans ce secret depuis des années. Même ses parents ne l'avaient pas appris. Il se rappellait clairement la scène qui avait eu lieu douze ans auparavant, comme si c'eut été hier.

*
* *

-----Il devait être six heures et demies de l'après-midi. Le dîner était en cuisson sur le barbecue. Sa mère nettoyait la salade. Son père grillait les boulettes de steak haché. Une journée idéale pour dévorer de bons cheeseburgers en famille. Lui, il courait dans la cour avec son petit frère. Ils avaient beau avoir deux ans de différence, les deux gamins paraissaient avoir le même âge. Il avait huit ans. Son frère, Jeffrey, en avait six, et pourtant, c'était déjà un petit costaud. Une armoire à glasse née. Ils se lançaient le ballon de football américain. « Un jour, je ferai du football, comme les monsieurs à la télé ! » hurlait le cadet de joie. Il était plein de projets. Puis Fred commit le geste qui chamboula tout. Il balança le projectile au-dessus de la clôture - sans le faire exprès, évidemment.

------ Je vais le chercher, s'écria-t-il avec une humiliation enfantine.

------ Je viens avec toi! répliqua son petit frère.

-----En sortant de la cours arrière pour se rendre derrière la maison, leurs parents leur demandèrent ce qu'ils comptaient faire. Dès qu'ils eurent leur réponse, ils les laissèrent filer sans insister.

-----Dans le petit bois derrière la maison, c'était la chaleur de l'été et les chants des oiseaux locaux. Une ambiance de rêve. Un ruisseau coulait derrière la maisonnée de la campagne. La ville, Costopolis, était à six kilomètres au nord-ouest. C'était leur coin à eux. Leur maison. Leur sentier. Leur forêt. Leur monde. C'était le paradis avant que ces hommes ne se pointent. Jeff courrait vers la balle dans le ruisseau jusqu'à ce qu'une silhouette ne sorte de derrière un tronc en s'empare du petit garçon. Un homme grand, mince, en manteau noir, cagoulé. Fred se précipita à son secours, mais un autre homme le retint. Son visage était également cagoulé, malgré la chaleur ambiante, et ses yeux en disaient long sur ses intentions. On pouvait distinguer, sur son épaule, un symbole assez mystérieux représentant un aigle argenté et noir sous lequel il y avait trois étoiles et les mots: SEMPER VIGILANS. Fred n'a jamais compris ce que cela signifiait...

------ Écoute-moi, Frédéric Averson, prononça-t-il d'un ton des plus imperturbables. Nous allons emprunter ton frère quelques instants. Ne panique pas. Nous te le rendrons dans la soirée.

-----Déjà surpris que l'inconnu connaisse son nom, Fred ne comprenait rien à ses intentions. L'homme lui remit son ballon entre les mains.

------ Ne dis pas à ta maman que tu nous as vus. Sinon ton frère ne vous sera jamais rendu. Tu m'as compris?

-----C'est fou comme un enfant de huit ans peut se laisser manipuler. Fred hocha la tête, ne quittant pas des yeux Jeffrey en train de se débattre.

------ Promets-moi que dès qu'on t'aura rendu ton frère, tu ne parleras de nous à personne, d'accord?

-----Fred hocha à nouveau la tête. L'homme afficha un regard satisfait. Il demanda à son partenaire de le suivre avec la "recrue" et les deux hommes disparurent dans les bois, aussi rapidement qu'ils étaient venus...

-----Et le petit garçon de huit ans restait là, surpris, mais confiant envers l'homme qui lui avait promis de lui rendre son frère. Aujourd'hui, il s'en veut de sa naïveté.

-----Il retourna chez lui, son ballon en main, et dit à sa mère:

------ J'ai perdu Jeffrey dans les bois!

-----Ce fut ensuite la panique familiale, les recherches veines et même l'appel de la police locale. Mais vers onze heures, de nouveau à la maison, la sonnette retentit. Jeffrey se tenait debout, épuisé, à la porte d'entrée. Devant les yeux ébahi de tout le monde. Ce fut les larmes de la mère, les sermons du père et quand il fut l'heure d'aller au lit, Frédéric prit son petit frère à part.

------ Tu as pas l'air bien, frérot... Qu'est-ce qu'ils t'ont fait?

------ Ils?

------ Ben, tu sais bien. Les deux monsieurs de tout à l'heure!

-----Mais Jeffrey n'avait eut d'autre réponse que:

------ Je me rappelle plus...

*
* *

-----Dès ce moment, et encore aujourd'hui, Fred se rendit compte qu'il avait perdu son frère dans ce bois. Toujours avec ces hommes? Mort depuis longtemps? Il n'en avait aucune idée. Chose certaine: s'il en parlait à ses parents, soit ils ne le croiraient pas, soit sa mère aurait une crise cardiaque. Il ne pouvait se permettre de nourrir à nouveau l'éventualité de la survie de Jeffrey.

-----Il se retourna à nouveau dans son lit, cherchant désespérément le sommeil avant que ce ne soit déjà l'aube... De la fenêtre de sa chambre, il pouvait observer le ciel. Peut-être qu'une de ces étoiles était le soleil? À bien des années lumières de là? Mais la chose la plus magnifique dans le ciel de Vardoc était sûrement son satellite naturel. Sa lune trônait majestueusement parmi les étoiles. Elle était si claire ! C'était la pleine lune aujourd'hui.

-----Puis un éclair lumineux l'éclaira soudain davantage. Pendant un instant, la lune bleue sembla se mettre à flamber, à fondre, mais une minute plus tard, la source de lumière s'apaisa.

-----Fred ignorait totalement qu'il s'agissait là d'un signe précurseur de l'éradication humaine de Vardoc...


Dernière édition par Jeffrey-094 le Lun 16 Aoû 2010 - 22:16, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spartanjohn117.blog.jeuxvideo.com/home/
Nathan Aronson
Navy, Capitaine de Frégate


Nombre de messages : 44
Age : 22
Localisation : À bord de mon fidèle CSNU Gédéon
Humeur : Fan de Halo
Date d'inscription : 09/09/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Pistolet M6D
Autre Compte : Jeffrey-094, Zoka 'Carimanee
Arme n°2 : Destroyer CSNU Gédéon

MessageSujet: Re: Vardoc   Lun 16 Nov 2009 - 0:47

0030 heures, 2 novembre 2529 (calendrier militaire)/
À la périphérie du système Vardoc, Frégate du CSNU
In Amber Clad,
Passerelle de commandement.



-----Nathan était penché en arrière sur le siège brûlant et contemplait les étoiles. Il se remit pour la énième fois à se demander qui pouvait être à l'origine de tout cela. Il était comique que cette question soit demeurée sans réponse précise pour les hommes depuis toujours. Il se mit à repenser à Dieu. Ses parents l'avaient éduqué dans les voies du christianisme. Cela n'avait plus de sens. Si Dieu existait, pourquoi aurait-il créé ces sales et perfides Covenants?

------ Mon Capitaine, l'alerta le Lieutenant-Junior Michael Jude. Nous avons reçu une transmission de la part de l'IA Halifax de l'avant-poste radar GaÏa.

------ Montrez-moi ça, ordonna le Capitaine.

-----L'un des moniteurs d'écrans secondaires s'alluma et afficha une bande sonore représentant la voix d'un jeune homme dans le début de la trentaine, environ. Les haut-parleurs de la passerelle s'exécutèrent aussitôt:

------ Ici avant-poste radar Gaïa. Ceci est un appel de détresse de priorité Alpha à toutes les forces du CSNU présentes dans le système Vardoc. Écoutez-moi bien... Les Covenants nous attaquent! Je répète: Les Covenants sont ici. Quatre vaisseaux. Ils sont ici, devant moi... Je vous somme de transmettre ce message au Haut Commandement au plus vite. Le temps de Vardoc est compté. Lieutenant Fischer, terminé...

-----Des parasites emplirent soudainement le message.

-----Chaque parole prononcée dans cette transmission avait raisonné très lentement dans la tête de chaque homme présent. Tous se concentraient pour ne rien manquer de ce message de priorité absolue. Nathan se plissa le front, se demandant quelle malédiction le hantait pour qu'il se trouve toujours sur les lieux d'une nouvelle catastrophe.

------ Lieutenant Jude? demanda-t-il. Vous avez enregistré cette transmission?

------ Affirmatif, mon Capitaine.

------ Bien, alors retransmettez-la immédiatement au Haut Commandement. Priorité Alpha, évidemment.

-----En temps normal, un tel ordre en aurait étonné plus d'un, mais vu la gravité de la situation, cette initiative était inévitable.

------ Tout de suite, mon Capitaine!

-----Nathan Aronson se mit alors à chercher un plan d'attaque, mais en vain... Seul contre quatre vaisseaux, l'In Amber Clad ne serait plus qu'un tas de bouillie avant d'avoir pu recharger son CAM. Il décida alors d'y aller par priorités: un compte-rendu de ce que le CSNU avait en stock dans le système.

------ Enseigne Garman, poursuivit-il, Je veux un rapport complet des vaisseaux du CSNU présents dans le système Vardoc et les systèmes environnants.

------ À vos ordres, mon Capitaine! Détecteurs longue portée activés. Mon Capitaine. Il n'y a que nous et la Frégate Calamity dans le système Vardoc. À la périphérie du système, il y a... (il revérifia les signaux radars à deux fois) La Frégate Socrate et le Croiseur Marathon Millénium.

-----Si le fait de devoir appeler le Haut Commandement à l'aide n'avait pas été impressionnant pour les Officier, le fait de voir un Croiseur Marathon dans les environs, à un endroit si éloigné de la Terre, les avait tous surpris. Depuis la découverte des Covenants, FLEETCOM avait peu à peu commencé à les retirer des divers systèmes pour les concentrer vers la Terre et les autres colonies intérieures, comme Reach.

------ Un... Un Croiseur Marathon, c'est bien... Les chances sont peut-être de notre côté.

------ Ne vous méprenez pas, Enseigne Garman. Avec les Covenants, ce n'est jamais si simple...

------ Le hic, dit Garman, c'est que le Lieutenant Fischer n'a jamais mentionné dans son... Rapport, de quel type de vaisseaux il s'agissait.

------ Mon Capitaine, s'écria le Lieutenant-Junior Jude. L'Amiral Stanforth est en ligne!

-----L'écran de contrôle principal fit disparaître l'image radar pour faire place à un homme aux cheveux blancs et à la fine barbe. C'était Michael Stanforth, le grand Amiral de la flotte humaine. Nathan se lissa les cheveux et s'essuya le front trempé. Il se leva et se raidit.

------ Vous avez ouvert une liaison de priorité Alpha avec le QG de FLEETCOM, Capitaine Aronson. J'espère que ce message que vous nous avez transmis est purement authentique.

------ Oui, mon Amiral, ça l'est. Les Covenants attaquent le système Vardoc. L'Avant-Poste radar Gaïa a été rasé par leur puissance. Je demande toutes les unités du CSNU disponibles dans le système et ailleurs afin d'élaborer un plan de défense.

-----Le visage rude de Stanforth laissa place à une mine intéressée.

------ Vous savez pourtant que depuis la reconquête de Harvest, la flotte est dispersée à travers nos colonies?

------ Oui, mon Amiral.

------ Ça risque de poser problème. Nos vaisseaux ne pourront être nombreux. Néanmoins, nous ferons ce que nous pourrons.

------ Merci, mon Amiral.

------ Je vous donne le commandement de la flotte de Vardoc. Bonne chance, Capitaine Aronson. L'avenir de Vardoc est entre vos mains, à présent. FLEETCOM, terminé.

-----Et l'écran de contrôle s'éteignit.

-----Nathan se laissa retomber dans son siège. Une affreuse migraine le reprit soudainement. Il avala un comprimé répugnant avant de retourner vers ses hommes.

------ Lieutenant Rodriguez, partez en direction de Vardoc IV. Moteurs à 130 pour cent.

------ Mon Capitaine?

------ J'ai dit 130 pour cent.

------ Heu... Oui, mon Capitaine. Je pourrais libérer momentanément le trihydrito-tétrazine d'un de nos réservoirs, ce qui nous ferait gagner environ cinquante pour cent de puissance pendant une durée de cinq minutes, tout au plus.

------ Allez-y. Lieutenant Jude, ouvrez-moi une fréquence COM avec le Capitaine de la Frégate Calamity.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spartanjohn117.blog.jeuxvideo.com
Jeffrey-094
NavSpecWar, Spartan-II, Adjudant


Nombre de messages : 3704
Age : 22
Localisation : Je me tiens avec dignité en face de mes adversaires.
Humeur : Mordu et passionné de Halo!
Date d'inscription : 22/07/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil à pompes M90
Autre Compte : Nathan Aronson, Zoka 'Carimanee
Arme n°2 : Lance-roquettes M19

MessageSujet: Re: Vardoc   Mar 8 Déc 2009 - 14:02

0051 heures, 2 novembre 2529 (calendrier militaire)/
À la périphérie du système Vardoc, Frégate du CSNU Calamity,
aire de stockage, base de temps d'opération des Spartans.


-----Jeffrey se réveilla immédiatement quand il entendit la sonnerie de l'intercom. Un visage apparut sur l'écran. Celui du Capitaine Wilson. John-117 alla à sa rencontre.

-----Même s'ils n'étaient principalement pas concernés, les autres Spartans, avec leur ouïe perfectionnée, purent tous entendre les mots de cette conversation. Le Capitaine demanda à l'Adjudant 117 de se présenter sur la passerelle de commandement du Calamity en vitesse avec trois-quatre hommes.

------ À vos ordres, répondit l'Adjudant avant de se retourner vers les super-soldats en armures. Chefs d'équipes, suivez-moi.

-----Jeff se leva précipitemment. John, une fois, lui avait déjà confié le commandement de la Green Team, lors de la destruction d'une base rebelle dans un champ d'asteroïdes. Ça faisait donc de lui un chef de Team. Kelly, Fred et Linda se levèrent également et les cinq Spartans partirent vers l'ascensseur.

-----Moins de cinq minutes plus tard, ils étaient déjà sur la passerelle. Arrivés sur place, les Spartans firent le salut militaire au Capitaine comme un seul homme. Celui-ci leur rendit leur salut, puis il se mit les mains derrière le dos, en se tournant vers l'écran radar représentant le système Vardoc.

------ Repos, Spartans, dit-il de sa voix mûre. Observez bien les points rouges ici. (il pointa les signaux ennemis sur l'écran) Ce sont des vaisseaux Covenants. Jusqu'à présent, nous avons pu en dénombrer quatre.

-----Le Capitaine Wilson donna de nouvelles coordonnées de navigation à son Officier d'astrogation et retourna s'asseoire sur son siège.

------ Nous avons ordre de nous rendre en orbite de Vardoc IV et d'assurer sa défence jusqu'à l'évacuation complète des civils. La Frégate In Amber Clad est déjà en route et d'autres viendront. Et comme j'ai à bord du Calamity les légendaires super-soldats du programme SPARTAN-II, je... Je suis prêt à écouter vos suggestions.

------ Ce ne sera pas un problème, déclara John.

-----Le Capitaine Wilson en fut d'autant plus agréablement surpris et se pencha en avant dans le siège de commandement.

------ Quel est votre plan, Adjudant?

------ Nous allons diviser notre équipe en trois groupes: l'un de ces groupes se chargera d'assurer l'évacuation des civils au sol. Un autre groupe se chargera de repousser les forces d'invasion terrestres - car il y en aura sûrement - et finalement, le troisième groupe restera en orbite pour défendre la flotte.

-----Chaque Spartan présent fut étonné de la décision de l'Adjudant. Il était rare que des Spartans aient une mission à intérêt orbital, car ce n'était pas leur fort. Et pourtant, l'Adjudant avait parlé. L'un d'entre eux allait devoir se proposer pour cette mission-suicide. Mais en attendant, le Capitaine devait réfléchir à la question.

------ En quarante ans de services au sein de la NAVY, je n'ai jamais connu de soldats aussi spéciaux que vous. Alors, je vais vous donner carte blanche... En espérant que vous savez ce que vous faites.

------ Oui, mon Capitaine.

------ Rompez, maintenant, ordonna le Capitaine. Je vous donnerai les informations nécessaires au fur et à mesure. Le Calamity effectuera un passage en orbite basse pour vous larguer. Que vos hommes soient prêts d'ici... (il demanda l'horaire d'arrivée à l'Officier de navigation) Dix minutes.

-----Les cinq hommes sortirent de la passerelle. Immédiatement la porte automatique refermée derrière eux, Jeffrey tenta sa chance:

------ Mon Adjudant. Permission de diriger les opérations de défense orbitale?

-----John hésita un moment. Jeffrey n'avait eu le commandement d'une Team de Spartan qu'une fois et était d'un tempéremment assez... Intrépide. Lui confier une telle tâche semblait stupide. Mais il était vrai que si un Spartan avait assez de courage pour mener une telle mission, c'était bien Jeff. Cette opportunité ne se reproduirait probablement pas deux fois et de plus, il s'agissait d'un bon test pour lui. John prit une grande respiration, et répondit:

------ Permission accordée. Choisis-toi trois hommes et va prendre le Pélican Charlie. Tu commanderas la Green Team.

------ Merci, mon Adjudant.

-----Jeffrey quitta alors ses compagnons et se rendit au pas de course en direction de l'aire de stockage. Kelly, Linda et Fred fixèrent John d'un regard étonné. Mais celui-ci s'empressa de continuer à donner ses ordres.

------ Kelly, je te donne le commandement de la Red Team. Choisis-toi quinze hommes et pars en vas au Pélican Bravo. Fous vous chargerez de l'évacuation des civils à mon ordre.

------ Oui, mon Adjudant.

-----À son tour, elle quitta le petit groupe en direction de l'aire de stockage.

------ Moi, je commanderai la Blue Team. Linda et Fred, venez avec moi. Rendez-vous au Pélican Alpha dans cinq minutes. Ça risque de barder sur cette planète.


Dernière édition par Jeffrey-094 le Ven 22 Jan 2010 - 16:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spartanjohn117.blog.jeuxvideo.com/home/
Zoka 'Carimanee
Sangheili, Soldat des Opérations Spéciales


Nombre de messages : 69
Age : 22
Localisation : N'importe où le Grand Voyage m'enverra
Humeur : Digne
Date d'inscription : 25/11/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Épée à énergie
Autre Compte : Jeffrey-094, Nathan Aronson
Arme n°2 : Fusil à plasma

MessageSujet: Re: Vardoc   Ven 8 Jan 2010 - 13:57

Neuvième âge de la reconquête /
À bord d'un croiseur Covenant, flotte du
Messager Triomphant,
Appartements des Unggoys, système Vardoc


-----Sombre et maussade était le désor dans ls vaisseaux de l'Alliance. Des murs aux lumières omniprésentes. Et tout ce... Violet.

-----Les nobles Sangheilis devaient probablement admirer tout cela. Après tout, c'était eux, les maître... Mais les Unggoy, eux? Non, bien sûr... Tout le monde s'en fichait, d'eux! Ils ne valaient rien. C'était seulement une espèce d'extraterrestres faibles et sans culture, comme le laissaient présumer les autres races de l'hégémonie. Nul repos pour eux: Il fallait se sacrifier pour les maîtres... La colonie humaine du nom de Vardoc IV avait été repérée peu de temps auparavant. Pour s'y attaquer, les Prophètes avaient décidé de n'envoyer que quatre vaisseaux. Idée judicieuse: il y avait des chances pour qu'ils se retrouvent en position inférieure.

-----Dans les "appartements" des Unggoy, petits extraterrestres trapus et gringalets à la bouche de reptile et à la peau écaillée, Wazag et ses compagnons, une bonne vingtaine de Unggoys, prièrent les dieux que leur prochaine mission ne soit pas la dernière. Cela semblait difficile. Les Unggoys étaient toujours envoyés en première ligne, faisant office de chair à canon. Un rôle pour lequel ils devraient être honorés... Selon ce qu'en disent les Sangheilis.

-----Un extraterrestre imposant faisant au moins deux fois à taille d'un Unggoy, pénétra dans l'aire avec un masque respiratoire - les Unggoys respirent du métane dans leur logis - et s'approcha de Wazag. En premier, c'était toujours à lui que les Sangheilis donnaient leurs ordres, puisqu'il possédait un grade suppérieur aux autres Unggoys: un Ultra.

------ Où en sont les préparatifs, Ultra?

-----Il était excessivement rare qu'un Sangheili interpelle un Unggoy par son prénom. Et cela n'allait pas changer aujourd'hui.

------ Nos réservoirs sont remplis et les armes sont dans le Phantom.

------ Et qu'as-tu fait des deux Ghosts que je t'avais demandés?

------ Arrimés au Phantom, maître, comme vous le désiriez.

------ Soyez prêt à partir d'ici trois unités de temps. Pour cette mission, c'est Laïl' Dorimanee qui vous commandera. Ils vous attendra au Phantom.

------ Oui, maître...

-----Le Sangheili tourna le dos au petit être et sortit par le chemin où il était venu. Wazag souffla... Une chance qu'il avait menti! Les Ghosts n'étaient toujours pas arrimés au vaisseau de largage. Il les avait complètement oubliés!

-----Il s'adressa à tous ses Unggoys:

------ Mettez vos masques et vos réservoirs et courez vers le hangar. Nous devons arrimer deux Ghosts au Phantoms d'ici trois unités de temps!

-----Les extraterrestres arrêtèrent net leurs activités et enfièrent leurs armures. Ils s'affolaient. Ils savaient tous qe ce ne serait pas bon pour leur tête si leurs maître s'appercevaient qu'ils n'avaient pas effectué la tâche qui leur avait été confiée.

-----Ils s'entassèrent tous dans le couloir, comme des fourmis dans des tunnels et courirent à flot jusqu'au Phantom.

-----Une fois là-bas, il leur restait moins d'une unité de temps pour agir.

------ Trouvez-nous deux Ghosts! s'écria Wazag. Vite!

-----Les petits aliens se dispersèrent comme des enfants à la recherche de deux aéroglisseurs de combat Covenant. Ils les ramenèrent à la hâte en les pilotant jusqu'au vaisseau de lagage et commencèrent à les arrimer par les système antigravitationnels du vaisseau.

-----Une voix retentit derrière Wazag. Il se retourna et sursauta de surprise quant il vit les yeux furieux du Sangheili.

------ Heu... C'est très simple, heu... bredouilla-t-il.

------ Je ne veux rien entendre! déclara le Sangheili.

Il bouscula le Unggoy et entra dans le Phantom.

------ Allez! Entrez, qu'est-ce que vous attendez, bande d'affreux Grognards!

-----Ce que Wazag détestait ce terme!

-----Les Ghosts étaient finalement arrimés. Toute la patrouille put prendre place dans le vaisseau. Aucun Kig Yar... Aucun autre Sangheili que ce Minor du nom de Dorimanee... C'était du suicide! Se rendre au combat ainsi était tout simplement futile et tirait de la folie!

-----Le Phantom sortit du hangar et se dirigea tout droit sur la planète. Des milliers d'autres vaisseaux de largage étaient de la partie: des Spirits, des Phantoms... Mais probablement que la moitié d'entre eux n'atteinderait pas le sol de la planète. Surtout quan Wazag vit sur l'écran de contrôle un couple de vaisseaux humains s'approcher de la flotte Covenant et libérer leur chasseurs...

[La suite bientôt]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spartan_John117.blog.jeuxvideo.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vardoc   Aujourd'hui à 21:18

Revenir en haut Aller en bas
 
Vardoc
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Halo Fight :: Vos créations :: Flood Rp :: Fan-Fic-
Sauter vers: