Forum Rpg sur l'univers d'Halo
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nos amies passent avant tout... (partie 2)

Aller en bas 
AuteurMessage
Jeffrey-094
NavSpecWar, Spartan-II, Adjudant
avatar

Nombre de messages : 3704
Age : 23
Localisation : Je me tiens avec dignité en face de mes adversaires.
Humeur : Mordu et passionné de Halo!
Date d'inscription : 22/07/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil à pompes M90
Autre Compte : Nathan Aronson, Zoka 'Carimanee
Arme n°2 : Lance-roquettes M19

MessageSujet: Nos amies passent avant tout... (partie 2)   Jeu 5 Aoû 2010 - 5:24

Partie 1 ici : http://www.halofight.fr/servitude-f141/nos-amies-passent-avant-tout-t3046.htm


24 juillet 2531, 1630 heures (Calendrier militaire)/
À bord d'un vaisseau de largage Covenant capturé, en route pour le
pénitencier Covenant, Système Omicron Atlas, Planète TX-4813







Un mirage.

Ce monde semble dépourvu de toute vie.

Si un jour il y a eu un quelconque écosystème diversifié, son rapprochement de l'étoile de Omicron Atlas au fil des millénaires, aura tôt fait de le carboniser. Aujourd'hui, ce n'est plus qu'une planète fantôme.

Et en parlant de fantômes...

Cette chose, là-haut, dans le ciel... Qu'est-ce donc ?

Impossible de la fixer des yeux sans risquer l'aveuglement.

Que fait cet animal dans les cieux ? Annoncerait-il l'espoir ? L'espoir que la vie refleurirait enfin ici ? Tel un oasis dans le désert ?

Malheureusement... Cet objet ne détient pas à son bord la clef de la vie;

Mais celle de la mort...



_________________________



Le pilote ne se débrouillait pas mal... Pour un humain, il manœuvrait tout de même avec une certaine assurance le matériel Covenant. Cela rassurait Green One. C'était déjà un soucis de moins à se faire.

La Green Team avait un plan parfait pour porter secours à la Recovery Team. Le plan A consistait à infiltrer le pénitencier Covenant à partir du bâtiment secondaire servant de hangar à vaisseaux à bord d'un Phantom capturé à l'ennemi et à franchir les quelque 300 mètres de terrain extérieur à découvert vêtu de scaphandres individuels Covenants afin de rapporter les armures MJOLNIRS volées dans le bâtiment principal et sauver les otages. Toutefois, dans le cas où les codes d'accès du Phantom seraient invalides ou qu'un quelconque accroc vienne à se produire avant de pénétrer dans le hangar Covenant, le plan B serait de foncer jusqu'au bâtiment central et de mener la mission à terme par la force brute. Rien de bien rassurant. Derrière les lignes ennemies, mieux vaut ne pas se faire repérer...

Green One se posait encore une question : Où et comment trouver des combinaisons Covenantes pressurisées ? Ils ne pouvaient pas prévoir ce coup-là... Ils allaient devoir agir au fur et à mesure que les choses iraient.

- Dans combien de temps arriverons-nous à destination ? demanda Jeffrey au Capitaine Mery.

- D'ici quinze minutes, environ.

Le SPARTAN-094 quitta le cockpit et retourna s'asseoir dans le compartiment passager. Jack-115, Green Two, y était d'éjà, dans un coin. Il avait beau porter une armure MJOLNIR, Green Leader pouvait déceler en lui, avec sa tension musculaire et ses signaux cardiaques, une anxiété inquiétante. Jeffrey avait compris de quoi il s'agissait. Sa question était : Allait-ce compromettre leur mission ?

Il s'assit aux côtés de Jack et attendit d'avoir l'attention de ce dernier. Il patienta de longues secondes, puis lui demanda solennellement :

- Serais-tu prêt à sacrifier Rei pour accomplir ta mission ? Et la regarder mourir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spartanjohn117.blog.jeuxvideo.com/home/
Jack-115
NavSpecWar, Spartan-II, Sergent
avatar

Nombre de messages : 43
Age : 31
Localisation : Quelque part... dans l'ombre...
Date d'inscription : 12/03/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil d'assaut MA5K
Autre Compte : aucun
Arme n°2 : Double M6C silencieux

MessageSujet: Re: Nos amies passent avant tout... (partie 2)   Jeu 5 Aoû 2010 - 18:45

Le cœur de Jack s’arrêta de battre pendant sept secondes. Sept secondes durant lesquelles sa vie entière repassa devant ses yeux avec une précision et une clarté qu’il n’avait jamais connu auparavant. Ces souvenirs transportaient jusqu’aux plus infimes émotions qu’il avait ressenti à chaque moment de son existence, transformant son corps en véritable usine chimique l’espace d’un instant alors que tous ses taux d’hormones crevaient subitement le plafond. Ses muscles étaient figés et ses yeux vibraient tandis que des millions d’images traversaient son esprit comme s’il remontait le cours de sa vie à la vitesse de la lumière. La dernière image qui lui apparut relança son cœur avant de se figer devant lui pour rester imprimée sur ses rétines tel une lumière résiduelle après un éblouissement. Cette image était le visage de Rei telle qu’il l’avait vue pour la première fois, dans la navette Pélican qui les avaient amené à la surface de Reach, voilà quatorze ans de cela.

Même après qu’il eu repris conscience, le spartan resta un long moment en état de choc. Personne ne lui avait jamais posé une telle question, que ce soit le docteur Halsey, les officiers de la NAVSPECWEP, ou ces fouines du SRN qui avaient cherché plusieurs fois à le séparer de Rei. Jeffrey était parmi les dernières personne auxquelles il s’attendait à recevoir cette question. Il connaissait leur histoire, il connaissait le lien qui existait entre Rei et lui, et pourtant il lui demandait de la sacrifier pour s’assurer que les covenants ne mettent pas la main sur quelques morceaux de ferraille ?

Le plus inquiétant était que Jeffrey n’ait absolument pas réagi à l’état catatonique de Jack. Les armures MJOLNIR des spartans leur permettaient de surveiller les constantes vitales de leurs coéquipiers, et il ne faisait nul doute que les sept secondes d’arrêt cardiaque n’avaient pas pu échapper à l’attention de Green One. Pourquoi n’avait-il rien fait ? S’attendait-il à ce genre de réaction ?

Jack ne savait pas quoi répondre. Il se sentait désarmé. Son devoir en tant que spartan était d’accomplir sa mission quel qu’en soit le prix, même s’il devait se sacrifier pour cela, même s’il devait sacrifier ses coéquipiers. Mais au fond de lui-même, il savait qu’il ne pourrait jamais abandonner Rei tant qu’il restait le moindre espoir de la sauver. Et si laisser les armures MJOLNIR aux mains des covenants était nécessaire pour la faire sortir de là, alors au diable les ordres. Cependant Jeffrey était sans doute loin de partager son point de vue. Ce n’était pas pour rien qu’il était le leader de la Green Team. Être chef signifiait non seulement être capable d’utiliser les capacités de ses hommes au maximum, mais aussi être prêt à accepter leur mort, voir même les sacrifier pour la mission.

Était-il prêt, lui, à abandonner Léa-113 à son sort ?

Jack était tellement tourmenté par toutes ces questions qu’il était incapable de répondre quoi que ce soit à la question de Jeffrey. Celui-ci lui finit cependant par se lever et, avant de se rediriger vers le cockpit, de lui poser la main sur l’épaule en disant :

- Ne te fatigues pas : j’ai ma réponse…



PS : texte écrit en 18 minutes. Jeff, tu tiens tant que ça à me torturer ? ^^ (pas de soucis : je ne m'attendais pas à ce que cela vienne aussi brusquement, mais j'attendais quand même ce moment avec impatience ; Merci ! ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanstories.net/
Jeffrey-094
NavSpecWar, Spartan-II, Adjudant
avatar

Nombre de messages : 3704
Age : 23
Localisation : Je me tiens avec dignité en face de mes adversaires.
Humeur : Mordu et passionné de Halo!
Date d'inscription : 22/07/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil à pompes M90
Autre Compte : Nathan Aronson, Zoka 'Carimanee
Arme n°2 : Lance-roquettes M19

MessageSujet: Re: Nos amies passent avant tout... (partie 2)   Jeu 5 Aoû 2010 - 21:37

Jeffrey pénétra dans le cockpit sans un mot et reprit position derrière le pilote, profitant de l'avantage de la vue tactique. La cible n'était pas encore en vue, mais ça viendrait d'une minute à l'autre... Sauf si la tempête se faisait trop forte.

Mais en son for intérieur, Jeffrey ne parvenait pas à se concentrer sur sa mission. Quelle amertume il ressentait en lui ! Comme si il était maintenant seul au monde. Green Leader, mais Leader à quel prix ? Voilà qu'il devait faire équipe avec un Spartanophobe et un sentimental. Il s'attendait à une réaction réfutative de la part de Green Two, mais pas à un tel choc nerveux. Sept secondes d'arrêt cardiaque ! Qu'est-ce que cela signifiait ? Que le Sergent 115 pouvait s'éclipser d'une minute à l'autre pour dériver de la mission ? Jeff ne pouvait accepter un tel mouvement de mutinerie dans son équipe. Il était ironique de penser que ceux qu'ils s'en allaient sauver pouvaient également être la principale cause de défaite dans l'équipe... C'était inacceptable ! Les Spartans gagnaient toujours !

Et s'il y avait des exceptions ?

Jeffrey ne put momentanément pas s'empêcher de penser à Léa... Elle qui avait toujours répondu "présente" pour lui ? Et si lui devait se retrouver dans une situation de choix telle qu'il venait d'envisager pour Jack-115 ? Aurait-il la force d'abandonner Léa derrière ? Le pourrait-il ?

C'est probablement ce qu'elle voudrait qu'il fasse.

Mais pour les Spartans 114 et 115 ? Le lien qui les unifiait était différent... Pourraient-ils vivre l'un sans l'autre ? C'était quoi ? L'amour ?

Jeffrey avait souvent considéré l'amour comme futile, mais vital. Il s'était souvent demandé qu'est-ce qu'on ressentait quand on était amoureux... Il savait que le lien qui unifiait Rei et Jack était beaucoup plus puissant que ce que n'importe quel autre Spartan aurait pu ressentir pour un autre.

Il était conscient que ce qu'il avait demandé à Jack était difficile à admettre. Mais il fallait que Jack comprenne ! Leur objectif principal n'était pas de sauver Rei ! Il fallait voir les choses en face : si les Covenants s'appropriaient la technologie MJOLNIR, ils pourraient très certainement la reproduire et c'en serait fini du seul et unique atout dont l'humanité disposait ! Les Spartans... En somme, dans un scénario, Jack devrait peut-être sacrifier Rei; et dans l'autre, s'il la sauvait aujourd'hui, ils mourraient sur le champ de bataille le lendemain.

Green Two saurait-il se montrer docile ? Ou représenterait-il un danger potentiel pour l'équipe ? Pourrait-il se laisser emporter à un tel acte d'égoïsme ?

Jeffrey ferma les yeux.

« Docteur Halsey... J'espère que vous êtes bien consciente de ce que vous lui avez fait... »


Dernière édition par Jeffrey-094 le Ven 29 Juil 2011 - 0:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spartanjohn117.blog.jeuxvideo.com/home/
Jack .M
Air Force, Capitaine
avatar

Nombre de messages : 820
Age : 26
Localisation : Dans un Cockpit
Humeur : The Joy
Date d'inscription : 04/05/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : SMG 7S, FMJ/JHP
Autre Compte : Fuss Shee / Jin Watanabe
Arme n°2 : M6D, FMJ

MessageSujet: Re: Nos amies passent avant tout... (partie 2)   Jeu 12 Aoû 2010 - 18:16

Jack regardait les deux soldats discuter depuis l’autre bout du hangar, la lumière tamisée de l’énorme salle l’obligeant à forcer sur ses yeux pour distinguer quoi que ce soit. Derrière lui les préparatifs avançaient bien, l’équipe de mécanos ayant déjà finit de déplacer les deux Av-14 et le Super Sparrow Hawk aux couleurs de l’escadrille Razgriz. Le Pilote regardait avec une certaine indifférence la peur que générait l’appareil covenant sur les soldats du vaisseau, chacun se tenant le plus loin possible de l’engin bâché comme si ce dernier pouvait encore nuire.
Finalement un homme en treillis taché de cambouis se dirigea vers lui, il s’essuyait les mains vigoureusement avec un vieux chiffon tout en regardant le capitaine des pieds à la tête avant de prendre la parole.

- Voilà, on a fait sauter les sangles magnétiques et dégager le hangar juste pour vous . . . y a plus qu’à virer la toile sur l’appareil et vous pouvez décoller.

Vue le ton qu’employait le mécano se serait à Jack d’enlever la bâche lui même, encore ces stupides superstitions . . . il allait devoir faire avec.

- Bien, merci soldat vous pouvez disposer.

L’homme ne se fit pas prier pour disparaître du champs de vision du pilote, encore et toujours cette peur de l’inconnu.
Le « Phantom » comme avait décidé de le nommer les services de renseignement du CSNU attendait sagement que quelqu’un vienne le délivrer de sa prison de tissu, Jack fût ce « quelqu’un » et après quelques minutes d’efforts les lumières oranges du Hangar se reflétaient enfin sur la coque pourpre du vaisseau covenant. Sans trop savoir pourquoi la première réaction du militaire fut de toucher la surface de l’appareil de sa main gantée, les matériaux qui composaient cette dernière rappelait à Jack la fibre de carbone des voitures terriennes, drôle de comparaison pour un véhicule militaire blindé. Ce « contact » était comme une communion entre lui et l’appareil, il avait l’habitude de parler avec son Sparrow Hawk comme à une vraie personne en mission, alors pourquoi pas avec un aéronef alien après tout ? Après quelques secondes une annonce raisonna dans tout le hangar, ce qui eu pour effet de couper court à la « liaison » entre l’homme et la machine.

- Préparation au départ, Ouverture des portes du hangar dans 10 minutes, fenêtre de lancement . . . cinq minutes.

En bref ils n’avaient plus le temps de faire dans le détaille, le navire allait passer au plus près de la base ennemie dans dix minutes et Jack n’aurait qu’une poignée de minutes pour lancer le Phantom dans l’espace avant que la distance les séparant de l’objectif ne soit trop importante . . . ils allaient devoir se dépêcher.





Les deux flancs de l’appareil étaient déjà ouvert quand Jack grimpa à bord, la vision de l’intérieur du Phantom sonna le capitaine pendant quelques secondes . . . le CSNU s’efforçait constamment de transformer les Covenants en monstres assoiffés de sang, mais de ce point de vue là ils n’étaient que de la chaire à canon qu’on envoyait en première ligne dans des engins de morts similaires aux Pél’. Le pilote chassa rapidement ces idées saugrenues et se dirigea vers le cockpit de l’appareil, un détecteur de mouvement lui ouvrant la porte une fois au niveau du sas séparant la soute du nez de l’engin. Il jeta un dernier regard à l’arrière avant de s’enfoncer dans le siège de l’aéronef, derrière lui grimpaient les deux Spartans qui s’arrêtèrent eux aussi quelques instants sur la drôle de vision qui s’offraient à eux, avant de vérifier l’état des canons à plasma latéraux. Jack avait pour habitude de détester ces cosmonautes génétiquement bidouillés, ces derniers créant autant de problèmes qu’ils n’en résolvaient tout en ne présentant qu’un bien faible intérêt pour la survie des autres « simples » soldats. Mais cette fois ci il ferait une exception . . . ils étaient tout simplement sa seule chance de revoir Keï.

- C’est bon, on a notre plan. On peut partir.

La voix du géant fit frissonner le pilote un bref instant . . . putain de montres.

- Parfait, tout le monde attache sa ceinture ça risque de secouer pas mal

- Juste une chose, vous êtes armé ?

Question pertinente, il ne risquait certainement pas de rester dans l’appareil pendant que les deux soldats attaqueraient la base, beaucoup trop dangereux. Heureusement pour eux Jack avait prit les devants en demandant à un des mécanos d’apporter ses armes à l’intérieur du cockpit, ce dernier avait sûrement dût se pisser dessus mais il avait accomplit sa mission avec brio. Le capitaine balaya du regard le vaste tableau de bord désactivé avant de s’arrêter sur un petit sac de toile noir, une rapide fouille rassura les deux militaires : La SMG-7S et le M6D étaient là, le tout accompagné de balles « maison » FMJ et JHP.

- Maintenant on peut partir !

Le Spartan ne se fit pas prier pour quitter le Cockpit et rejoindre son autre collègue à l’arrière, Jack quand à lui se concentra sur le tableau de bord qui lui faisait face, une vaste plaque tactile semblable à du verre et qui réagissait au moindre contact.

- Bon . . . c’était pas si compliqué la dernière fois

Son index effleura ce qu’on pourrait comparer à un starter pour le faire glisser jusqu’à la position « lancement ». La réaction des réacteurs anti-grav ne se fit pas attendre et le cockpit s’illumina par la même occasion, le Phantom était bel et bien opérationnel. D'une pression de la main gauche il vérifia que les cloisons de l'appareil s’étaient bien refermées et qu'ils n'allaient pas souffrir d'une dépressurisation causée par un simple oubli.
Le pilote sentait le stress monter doucement en lui, sa longue expérience des combats et des vols atmosphériques lui assurait une certaine confiance mais il restait toujours cette appréhension de la mort . . . il l'a côtoyait depuis si longtemps, par conviction ou par obligation, mais cela ne changeait rien.

- Tout le personnel non affecté à la mission doit évacuer le Hangar, ouverture des portes dans deux minutes.

Le feu vert définitif venait d’être donné, les ingénieurs du SRN n’ayant pas réussi à rendre compatible les systèmes de communication de l’appareil covenant il devrait voler en sourd et aveugle. Tout les occupants du hangar avaient quittés précipitamment les lieux tandis que l'équipe de Spartans s'installaient à l’arrière du Phantom, face à eux l’immense porte s'ouvrit sur l'espace, créant une dépressurisation très vite compensée par le navire. Jack n'avait que peu de marge de manœuvre pour atteindre sa cible et il le savait, mieux valait donc faire vite.
Les réacteurs étaient déjà en fonctionnement depuis un petit moment et le capitaine ne les ménagea donc pas, il assura ainsi à l'appareil un départ rapide en direction du vide qui leur faisait face. Le Phantom n'ayant aucun mal à quitter le sol du navire pour rejoindre l'espace ils laissèrent derrière eux le vaisseau du SRN tout en se dirigeant vers TX-4813 offrant ainsi au pilote l’un des plus beaux paysages qu’il ai eu l’occasion de contempler. L’appareil réagissait parfaitement bien aux commandes et Jack était étonné de voir à quel point il s’adaptait vite aux commandes tactiles, il faut dire que la dernière fois qu’il avait piloté un tel engin il lui manquait ¼ de l’appareil . . .

- Hey ! Le vol en espace requière l'usage des réacteurs arrières et leur mise en fonctionnement risque de perturber la stabilité du fuselage, donc accrochez vous bien pendant les quelques minutes à pleine puissance.

Sur ces mots il activa les réacteurs anti-grav « hors atmosphère », ces derniers ne servant que pour les vols en espace ils étaient bien plus puissant que les versions classiques. Comme il s'y attendait leur allumage ébranla le Phantom tout en lui conférant une vitesse hallucinante, le tout en maintenant son cap d'approche . . . cet appareil était réellement une merveille de technologie covenant.





Une fois les trois-quart de la distance franchit par le Phantom le pilote coupa les puissants réacteurs et l'appareil fila droit vers sa cible tout en ralentissant légèrement à l'approche de l'atmosphère, ils seraient forcement repérés par les violets, le tout était de faire durer la surprise assez longtemps. D'un geste hésitant Jack redressa le nez de l’appareil pour lui faire perdre en vitesse, normalement l’ouverture des parois latérales servaient d’aérofreins mais mieux valait pour eux que les covenants ne s’aperçoivent pas tout de suite du « contenu » de l’aéronef.
Un des golems fit à nouveau son entrée dans le cockpit de l’appareil.

- Dans combien de temps arriverons-nous à destination ? demanda Jeffrey

Question fort peu évidente, Jack n’ayant pas reçu de formation pour convertir les unités de distances des coves en nautiques humain, il fit de son mieux pour trouver une réponse valable.

- D'ici quinze minutes . . . environ.

Ce qu’ils ne savaient pas c’est qu’à plusieurs kilomètres de là le Phantom avait déjà été repéré depuis longtemps, et que tout un tas d’espèces et de races différentes bataillaient pour savoir quoi faire du transport qui fonçait droit sur eux, visiblement la réponse devait être positive car aucun missile ne les percuta durant le reste du « voyage ». Jack sentait le stress monter progressivement en lui plus ils s’enfonçaient dans la tanière du loup, l’escorte de quatre Banshee qui venait les escorter ne le rassurant en rien. Cette situation presque surréaliste dura pendant tout le reste du voyage . . . 4 Banshee quand même, soit le PC covenant appréhendait grandement l’arrivé d’un Phantom inconnu soit le SRN avait mit la main sur l’appareil d’un grand ponte, dans les deux cas c’était mauvais pour la petite équipe.

- La base est en vue. Murmura le pilote à travers la cloison de l’appareil, le stress modifiant un peu sa voix.

Jack coupa les derniers réacteurs encore en service pour ne laisser que les systèmes anti-grav basiques, assurant ainsi au Phantom une flottaison dans l'air jusqu'au hangar indiqué par l’ordinateur de bord. Malgré toutes ses appréhensions le vol s’était plutôt bien déroulé, les commandes de l’appareil lui étaient revenues instinctivement et le combo puissance/stabilité du prototype faisait des merveilles.

- Bon, on aura certainement droit à un comité d’accueil une fois dans leur hangar, mais j’ai un plan . . . un peu foireux mais c’est tout ce qu’on a. Une fois dedans ils ne doivent pas savoir que c’est des humains qui abordent la base, j’ai déjà coupé toutes les communications donc ils doivent penser à une panne ou à des interférences causées par les tempêtes . . . notre seule chance c’est une diversion.

Le pilote fit une courte pause, les deux Spartans qui s’étaient assis au niveau du sas écoutaient attentivement ce que leur proposait Jack.

- D’après les plans de la base il doit y avoir un champs de force pour chaque vaisseau qui s’approche, une fois dans ce dernier impossible de bouger . . . sauf qu’avec les réacteurs du Phantom je dois pouvoir m’en décrocher quelques secondes une fois à pleine puissance, ce qui risque aussi de nous faire sauter dans un nuage violet de plasma . . . il faudra juste espérer que les Anti-grav produisent assez de fumée en surchauffant pour couvrir notre insertion, je pense que tout les covenants du coin iront se planquer ce qui nous laissera une chance de nous infiltrer dans la base. L’explosion du Phantom passera pour un accident et on aura une chance . . . une infime petite chance de réussir.

Une fois la présentation de son plan achevée Jack attendit les remarques des deux soldats qui l’accompagnaient, ces dernières ne furent pas très enjouées mais dans l’ensemble le trio était d’accord.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeffrey-094
NavSpecWar, Spartan-II, Adjudant
avatar

Nombre de messages : 3704
Age : 23
Localisation : Je me tiens avec dignité en face de mes adversaires.
Humeur : Mordu et passionné de Halo!
Date d'inscription : 22/07/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil à pompes M90
Autre Compte : Nathan Aronson, Zoka 'Carimanee
Arme n°2 : Lance-roquettes M19

MessageSujet: Re: Nos amies passent avant tout... (partie 2)   Ven 13 Aoû 2010 - 0:05

Tout semblait pouvoir fonctionner ! Dit comme ça, leur plan était parfait.

Mais n'empêche que s'ils échouaient, ça ne changerait rien au sort de la technologie MJOLNIR et des otages...

D'un autre côté, c'était ça ou se présenter devant une colonie de Covenants et crier : « 'vous en faites pas, on ne fait que passer ! »

Alors Jeffrey acquiesça à la proposition du pilote. C'était malin, tout de même, pour le peu de ressources dont ils disposaient. De plus, si besoin était, Jeffrey avait emporté avec lui quelques grenades fumigènes juste au cas où. Seulement, s'il avait à les utiliser, il devrait s'assurer que ni la grenade, ni la goupille ne se fassent repérer par l'ennemi. Cela pourrait révéler leur présence. Dans le meilleur des cas, il préférait ne pas s'en servir.

Dix minutes avaient passé depuis l'estimation du pilote. Ils devaient être en vue du complexe, mais inutile de se rendre dans le cockpit pour regarder; la tempête de sables le dissimulait très certainement.

Le moment de vérité approchait...

- Green-Two, prépare ton C-12. Si la surchauffe des réacteurs ne suffit pas à faire sauter le vaisseau, je veux qu'on puisse s'assurer que toutes nos traces ont été promptement effacées.

Jack-115 s'exécuta et passa la charge explosive ainsi que le détonateur à l'Adjudant. Ce dernier fixa la charge à l'arrière du Phantom, là où se trouvaient les propulseurs principaux, pour donner une explosion plus réaliste. Il rangea le détonateur dans une de ses sacoches.

- Green Team, parée à intervenir.

Des séries de turbulences chamboulèrent subitement tout l'appareil. Survinrent alors de traditionnels bruitages de frottement des pièces de l'appareil. Pas de doutes, ils avaient pénétré dans le champ de force : la potentielle clef de leur salut, comme de leur défaite.

- On approche du Hangar principal, accrochez-vous, j'entame les manœuvres !

Ça allait chauffer...

Le pilote commença à jouer avec les commandes comme jamais. En moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire, les voyants thermique de l'armure MJOLNIR de Jeff passèrent au rouge. Sans air conditionné, comment le Capitaine Mery faisait-il pour résister à cette chaleur ? Et ces bruits tonitruants ?

Green One empoigna la cloison de toutes ses forces colossales. Il manqua de chuter par deux fois. Tout valdinguait dans tous les sens. Au bout de quelques secondes, un son différent des autres, plus inquiétant, vint se joindre à cette cacophonie. les réacteurs n'en pouvaient plus, ils étaient entrés en phase irréversible d'auto-combustion. Des flashs de micro implosions bleues commencèrent à jaillir à un rythme de plus en plus effréné.

Voyant l'état imprévisible de leur cible, l'escorte de Banshees rompit sa formation pour s'éloigner des impulsions provoqués par l'explosion prochaine du Phantom.

Comme si Jack Mery eût été un prophète, les troupes Covenantes du hangar firent demi-tour pour se mettre à l'abri.

Mais de l'intérieur, il était impossible de voir quoi que ce soit pour les Spartans. Le pilote, en revanche, de son cockpit, était parfaitement au courant. C'était le moment de foutre le camp.

- Cramponnez-vous bien ! Dès que cette ferraille est au sol, on dégage !

Aussitôt que le pilote eût prononcé ces paroles, un fracas chaotique ébranla toute la soute; ils étaient dans le hangar.

- MAINTENANT ! hurla Green One sur la liaison COM.

Le Sergent 115 défonça immédiatement l'écoutille tribord et fit un bond à l'extérieur. Le Capitaine Mery sortit au même moment du cockpit et s'y dirigea avec peine (il fallait dire que l'appareil était sur le côté et que la sortie se trouvait vers le haut). L'Adjudant 094 arracha la charge explosive d'où il l'avait posée, voyant qu'elle serait complètement inutile, et vola à l'extérieur.

- COUREZ !

Cet ordre était des plus appropriés, puisque pas moins de deux secondes plus tard, le vaisseau de largage leur explosa dans le dos dans un flash de lumière éblouissant. Les impulsion secondaires, même à quinze mètres derrière eux, suffirent à les projeter plus de cinq mètres en avant. Les trois hommes se relevèrent et accoururent vers ce qui semblait être une voie de service : un étroit couloir difficile d'accès pour un Spartan comme Jeffrey, mais suffisamment petit pour comprendre qu'ils ne risquaient pas de rencontrer des troupes de choc en cours de route. Par miracle, la porte était ouverte. En fait, ce passage était réservé à...

Qu'est-ce que c'était ?

Jeff fut momentanément stupéfait des deux... non, huit créatures qu'il vit sortir du passage... Comme des chewing-gums. Décidément, combien y avait-il de races dans l'Alliance Covenante ? Il leva sa mitraillette SMG 7S et les mit en joue. Mais ses hommes lui rabaissèrent son arme. Il préféra ne pas poser de question et entrer dans le couloir d'où ces étranges bestioles étaient sorties avant que les portes automatiques ne se referment sur eux. Ils eurent tout juste le temps de passer et regardant enfin derrière, Green One put entrevoir la porte principale commencer à s'ouvrir, laissant la place à des dizaines de Grognards et de Rapaces en masques à gaz s'apprêtant à inspecter les débris du Phantom. Aucun ne remarqua leur présence.

Ils avaient réussi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spartanjohn117.blog.jeuxvideo.com/home/
Jack .M
Air Force, Capitaine
avatar

Nombre de messages : 820
Age : 26
Localisation : Dans un Cockpit
Humeur : The Joy
Date d'inscription : 04/05/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : SMG 7S, FMJ/JHP
Autre Compte : Fuss Shee / Jin Watanabe
Arme n°2 : M6D, FMJ

MessageSujet: Re: Nos amies passent avant tout... (partie 2)   Dim 15 Aoû 2010 - 14:54

- On approche du Hangar principal, accrochez-vous, j'entame les manœuvres !

Parler de « manœuvres » était peut être beaucoup dire, car le champ de force du hangar avait déjà commencé à faire effet et Jack n’avait plus besoin de toucher aux commandes, sa seule occupation était de maintenir la radio coupée et de prier pour que les immenses portes qui lui faisaient face s’ouvre. En effet le PC de la base ne semblait toujours pas avoir prit de décision : soit ils ouvraient en prenant le risque de créer une brèche dans leurs sécurités, soit ils explosaient le Phantom en vol dans le doute. Le pilote eu la réponse à sa question quand la formation de Banshee cassa l’escorte et que la structure qui composait le sas du Hangar s’ouvrit devant lui. L’appareil se rapprochait tout doucement de son objectif jusqu’à pénétrer dans la base, Jack décida au moment de passer les portes que c’était le meilleur moment pour lancer les réacteur stratosphérique de l’aéronef. Sans ménager les commandes il poussa les moteurs anti-grav à fond, ce qui entraîna de nombreuses secousses dans l’appareil ainsi qu’une légère accélération : le Phantom était à deux doigts de se décrocher de l’attraction du champ de force. Face à lui tout les occupants du hangar fuyaient vers les sorties les plus proches tandis qu’une alarme retentissait dans un langage qui lui était inconnu, au moins ils auraient de la place pour se garer . . .

- Cramponnez-vous bien ! Dès que cette ferraille est au sol, on dégage !

Tout le tableau de bord normalement violet venait de virer à l’orange, ce qui devait très sérieusement être mauvais signe pour l’état de l’appareil . . . mieux valait dégager de là tant qu’il en était encore temps. Jack se releva du mieux qu’il put en faisant avec les secousses tout en attrapant au passage le petit sac noir qui contenait ses deux armes et leurs munitions, cela risquait d’être fort utile.
Le champs de force qui englobait le Phantom forçait de plus en plus sur le cockpit et ce que Jack craignait le plus arriva : Le fuselage de l’appareil ne résisterait pas plus longtemps à une telle pression, d’un coté les réacteurs lancés à fond et de l’autres une barrière cinétique d’une puissance inégalée . . . l’aéronef allait finir écrasé comme une canette de SiSi dans la main d’un Spartan. Il eu tout juste le temps de sortir du cockpit avant que ce dernier ne se retrouve broyé, encore et toujours ce duo chance/poisse qui lui collait à la peau.

- Maintenant !

La voix du golem raisonna dans son oreillette, heureusement car les moteurs créaient un vacarme à la limite de la saturation, il aurait du mal à bien entendre pendant plusieurs jours . . . enfin si ils survivaient bien sur. Au moment où il arriva à la fin du sas l’appareil toucha enfin le sol, se retournant par la même sur son flanc gauche faisant chuter le pilote au moment où il allait sortir.
La chute ne dura pas longtemps mais fût violente, jack sentit quelque chose craquer au niveau de son dos mais ne s’en soucia pas trop pour le moment, l’adrénaline de l’action effaçant toute douleur. Au dessus de lui le « petit » Spartan le regardait du sommet, même à travers la chaleur étouffante et les nuages de fumées très certainement radioactifs ou toxiques le capitaine pouvait parfaitement le distinguer, il semblait même lui tendre la main.

- P…Put…Putain !

Dans un ultime effort le pilote se redressa, prenant appuis sur l’un des canons à plasma qui n’avait pas trouvé son utilité durant le voyage, sous ses pieds le champs de force continuait à écraser l’appareil . . . mieux valait ne pas rester là plus longtemps. Jack sauta sur une sorte de siège jusqu’à atteindre le sommet du Phantom renversé, les quelques heures passés dans la salle d’entraînement de Sand Island portant enfin leurs fruits. Une main gantée l’attrapa par la manche et le souleva jusqu’à l’extérieur, les gaz que générait l’appareil masquant bel et bien toute visibilité . . . son plan avait fonctionné.

- COUREZ !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack-115
NavSpecWar, Spartan-II, Sergent
avatar

Nombre de messages : 43
Age : 31
Localisation : Quelque part... dans l'ombre...
Date d'inscription : 12/03/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil d'assaut MA5K
Autre Compte : aucun
Arme n°2 : Double M6C silencieux

MessageSujet: Re: Nos amies passent avant tout... (partie 2)   Lun 23 Aoû 2010 - 21:04

Jack observa avec intérêt les créatures flottants se diriger lentement vers l’épave du Phantom, comme autant de ballons d’hélium transporté par le vent. Leurs nombreuses tentacules s’approchaient des pièces que les flammes violettes ne recouvraient pas, démontant et remontant les mécanismes à une vitesse hallucinante sans pour autant chercher à réparer réellement la navette. On aurait dit plutôt qu’ils l’examinaient ou qu’ils récupéraient les pièces pouvant encore servir, sans se poser de question ni communiquer avec qui que ce soit. Si ce n’en avait été de leur apparence organique, le spartan aurait pu penser qu’il s’agissait de machines automatisées construites par les covenants pour entretenir leurs matériel.

Mais ce n’était pas le moment de s’éterniser là. Si le SRN désirait obtenir plus d’informations sur ces créatures, ils allaient devoir monter une opération spéciale plus tard. La priorité officielle, actuellement, c’était de sécuriser les armures MJOLNIR détenues par l’ennemi. La priorité pour Jack, d’un autre côté, était de sauver Rei au plus vite.

L’accès de service sur lequel étaient tombés les membres de l’équipe était peut-être un peu étroit pour Jeffrey, et une nouvelle fois Jack fut heureux de ne pas partager sa carrure sur-humaine. Il s’enfonça en premier dans le passage en courbant le dos et activa la vision nocturne de sa visière tactique pour y voir plus clair, puis guida le reste du groupe dans l’obscurité. Devant lui, le conduit s’allongeait sur une quinzaine de mètres avant d’arriver à un embranchement en T. Faisant appel à son sens de l’orientation, il tourna à droite pour se diriger vers la périphérie du hangars tout en s’éloignant du site du crash où les covenants allaient certainement rassembler beaucoup trop de troupes à son goût. La première phase de leur plan avait fonctionner, mais maintenant il leur fallait mettre la main sur des combinaisons ennemies pour sortir à l’extérieur sans attirer l’attention. Il devait bien y avoir une sorte de sas ou de champs de protection à l’intérieur duquel les troupes covenants entreposaient ces tenues lorsqu’ils pénétraient dans les hangars…

Après le virage, le conduit continuait sur environ cinquante mètres suivant une légère pente ascendante, débouchant finalement sur l’étage supérieur d’un autre compartiment à navettes dans lequel plusieurs appareils de type Phantoms et Spirits dormaient en attendant qu’on ait besoin d’eux, ainsi qu’un escadron complet de chasseurs Banshies posés au sol en trois rangés de sept appareils. L’étage sur lequel aboutissait le conduit était constitué de plusieurs plate-formes servant à l’embarquement et à la maintenance des navettes et, par chance, un seul rapace patrouillait sur cette partie du hangard. C’était un fusiller, équipé d’une carabine à plasma et de lunette de visée augmentiques couvrant la moitié droite de son visage. Jack risqua un coup d’œil vers l’étage inférieur et aperçu trois autres oiseaux de combat faire leur ronde en contre-bas, jetant des regards mauvais aux quelques grognards qui s’attelaient aux tâches de manutention basiques sur les appareils.

Le rapace surveillant les passerelles n’était pas très éloigné et ne regardait pas dans la direction du conduit où Jack restait dissimulé. Se retournant vers Jeffrey qui se traînait difficilement dans cet espace confiné, il lui résuma la situation à travers la fréquence radio crypté et demanda l’autorisation de neutraliser la sentinelle.

Jeffrey hocha légèrement la tête en signe d’approbation.

Jack sortit alors de sa cachette et s’avança dans le dos de l’alien. Approcher discrètement un rapace sans que celui-ci ne le repère aurait été totalement impossible pour n’importe quel spartan, mais Jack était loin d’être aussi lourd et indélicat que ses semblables. En plus d’être adaptée à sa carrure d’humain normal, son armure MJOLNIR était faite spécialement pour la discrétion au détriment du combat pur : son revêtement noir mat ne réfléchissait aucune lumière, son matériaux absorbait les ondes radar à la manière des bombardiers furtifs, sa combinaison thermo-isolante intégrée réduisait ses émissions infrarouge au minimum, et ses semelles équipées d’amortisseurs en nano-couches de carbone fibreux rendaient ses pas mortellement silencieux. Ce fut donc un jeu d’enfant pour Jack que de se rapprocher de sa proie et de lui briser la nuque d’une seule main grâce à une technique d’assassinat que Rei lui avait enseignée, tandis que de l’autre main il rattrapait la carabine à plasma que le rapace allait manquer de lâcher par terre.

Il dissimula le cadavre derrière une pile de containers métalliques rangés contre le mur du hangar et garda la carabine pour lorsqu’il serait amené à se déguiser en covenant. Elle servirait plus tard à équiper les prisonniers lorsqu’il les retrouverait. Après s’être assuré qu’aucun ennemi ne se doutait de leur présence, Jack ouvrit sa liaison radio et annonça à ses coéquipiers :

- La voie et libre. Maintenant récupérons ces combinaisons et foutons le camp d’ici !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanstories.net/
Jeffrey-094
NavSpecWar, Spartan-II, Adjudant
avatar

Nombre de messages : 3704
Age : 23
Localisation : Je me tiens avec dignité en face de mes adversaires.
Humeur : Mordu et passionné de Halo!
Date d'inscription : 22/07/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil à pompes M90
Autre Compte : Nathan Aronson, Zoka 'Carimanee
Arme n°2 : Lance-roquettes M19

MessageSujet: Re: Nos amies passent avant tout... (partie 2)   Ven 27 Aoû 2010 - 22:20

L'acquisition de combinaisons hermétiques Covenantes n'était pas chose aisée. Premièrement parce que les Covenants craignaient de devoir sortir dans la tempête, et deuxièmement parce que rares étaient celles qui possédaient la taille de Jeffrey.

La Green Team s'était mise en position derrière une pile de containers, dans un couloir plutôt étroit donnant accès à l'extérieur du bâtiment. L'entreprise d'une opération d'infiltration dans l'un des couloirs principaux aurait été trop risquée. Le mauvais côté était que les patrouilles passaient à un rythme beaucoup plus irrégulier. L'équipe avait attendu quatre heures durant pour obtenir des combinaisons à la taille des deux Jack. L'occasion s'était présentée au passage de deux Rapaces, neutralisés avec les bons soins de Green-Two. Pour Jeffrey, l'attente allait être interminable.

Six heures après s'être dissimulés, la Green Team se trouvait encore incapable de progresser vers ses objectifs, une combinaison de sortie manquante. De plus, Jeffrey ignorait si le moindre Covenant pouvait posséder une carrure comparable à la sienne. Un Élite ? Impossible ! La taille y était, mais ces reptiles ne possédaient pas la morphologie d'un humain. Visiblement, la seule espèce envisageable pour le Spartan était ces fameuses « Brutes » qu'il avait déjà rencontrées lors d'une mission de sauvetage sur Balaho. Mais encore un problème : il serait très difficile de neutraliser l'un de ces gorilles dans déclencher l'alerte. Il allait falloir user de stratégie : qu'un seul coup suffise !

Puis vint le moment décisif : la porte automatisée s'ouvrit à l'extrémité du couloir, une Brute franchissant l'ouverture et s'avançant vers la sortie.

- Ne bougez pas de là ! ordonna Jeffrey.

Une fois que le gorille eût dépassé le container, le Spartan sortit discrètement de sa cachette pour se faufiler derrière le mastodonte, priant pour que l'ouïe de celui-ci ne se rapporte pas à sa force. En temps normal, Green-Leader aurait chargé Jack-115 de faire le boulot d'assassinat, mais ayant déjà combattu ces monstres au corps à corps, il redoutait que la force musculaire de Jack soit insuffisante pour en venir à bout.

Jeffrey n'était plus maintenant qu'à un pas de la créature. En un mouvement fluide et prodigieusement rapide combinant l'aérodynamisme et sa force musculaire multipliée par l'exosquelette de son armure, il ôta de son bras droit le casque de la brute tandis qu'à la milliseconde suivante, son bras gauche était déjà en train de resserrer sa gorge pour l'empêcher de crier. Le Covenant poussait toutes sortes de râlements et de grognements sourds. Désorienté, il agita les bras en tentant de s'accrocher à son agresseur et de lui faire lâcher prise, mais d'un geste vif, après avoir délicatement déposé le casque au sol, le bras droit de Jeff vint en aide au bras gauche et la force combinée de ses membres parvint finalement à bout du gorille en lui tordant le coup.

Quelques minutes plus tard, après bien des peines, les trois hommes étaient revêtus des combinaisons dérobées à l'ennemi. Avec peines et misères, Jeffrey avait réussi à tenir dans son armure MJOLNIR enveloppée à son tour par la combinaison de survie. Il tenait dans ses mains la carabine que portait la Brute.

Les trois infiltrés se tenaient alors devant la grande porte menant à l'extérieur.

- Tenez-vous prêts, les gars. C'est dans cet autre bâtiment, en face, que le pire reste à faire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spartanjohn117.blog.jeuxvideo.com/home/
Jack-115
NavSpecWar, Spartan-II, Sergent
avatar

Nombre de messages : 43
Age : 31
Localisation : Quelque part... dans l'ombre...
Date d'inscription : 12/03/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil d'assaut MA5K
Autre Compte : aucun
Arme n°2 : Double M6C silencieux

MessageSujet: Re: Nos amies passent avant tout... (partie 2)   Jeu 11 Aoû 2011 - 18:01

Si Jack avait su que se prodiguer une tenue covenante pour Jeffrey aurait été une entreprise aussi longue et éprouvante, il aurait kidnappé le pilote et l’aurait obligé à l’emmener tout seul sur la surface avant de le ligoter à son cockpit. Mais c’était inutile de vouloir changer le passé, car rien n’apportait plus de regret que ce genre de pensée. Jack espéra simplement qu’il n’était rien arrivé à Rei ni aux autres prisonniers pendant ces dernières heures.

Equipés de leurs combinaisons hermétiques covenantes, les trois membres de l’équipe quittèrent la protection du hangar pour s’aventurer dans les terres désolées de TX-4813, dont les étendues de sables et de roches étaient balayées par la tempête. En-dehors du bouclier de protection du bâtiment, la visibilité était réduite à une trentaine de mètres à peine, ce qui était plutôt une bonne chose pour l’infiltration car cela limitait le nombre d’ennemis pouvant les voir et bousillait les senseurs des tourelles. Le seul repère utilisable pour s'orienter dans cette tourmente, en dehors du soleil qui commençait à plonger vers l'horizon désertique, était l'immense formation rocheuse au pied de laquelle la base covenante avait été construite et dont on devinait légèrement le contour sombre à travers le voile de sable volant. Jack avait donné une formation rapide au pilote pour qu’il se comporte comme un vrai rapace : le dos voûté, la tête tournant rapidement comme celle d’un oiseau, et bien lever les genoux en marchant comme si ses tibias devaient absolument rester à la verticale. Il se débrouillait plutôt bien, probablement à cause de la nervosité, et de son côté Jeffrey faisait une brute tout à fait convaincante avec sa carrure massive et ses mouvements volontairement très lourds.

En définitive, la traverser des cinq cent mètres séparant le hangar du bâtiment principal de la base fut relativement facile, mise à part le vent violent qui envoyait des masses incroyables de sable et de poussière pilonner leurs combinaison, rendant chaque pas un peu plus dur que le précédent. Les derniers mètres devant l’entrée du bâtiment-cible furent particulièrement ardus pour les deux Jack qui étant presque exténués tandis que Jeffrey ne peinait que très légèrement. La protection du bouclier énergétique de la structure fut comme une délivrance, et ils se permirent un bref moment pour se réadapter aux conditions normales avant de continuer, oubliant presque de se comporter comme les covenants qu’ils étaient censés être.

Cela faillit leur être fatal, car la porte principale de la construction covenante était gardé par une demi-douzaine de grognards, certains aux commandes de tourelles mitrailleuses à plasma Shade, et commandés par un élite en armure complète rouge. Ce dernier tourna son regard vers les nouveaux arrivants d’un air suspicieux et commença à s’approcher à pas lents en direction de la supposée brute. Les deux Jack s’écartèrent en jouant leur rôle de rapace du mieux possible, tandis que Jeffrey bomba le torse afin de défier l’élite avec l’arrogance qui était celle de ces grands macaques pleins de muscle. L’alien ne pouvait pas voir l’armure MJOLNIR du spartan derrière le casque intégral qu’il portait par-dessus, mais il pouvait y avoir trente-six façons pour lui de s’apercevoir de la supercherie s’il faisait attention à certains détails. C’est là que Jeffrey poussa un grognement extrêmement convaincant dans une posture de défi à s’y tromper et l’élite cessa d’avancer, puis s’adressa à lui dans le langage covenant en désignant la porte. Faisant confiance à son instinct, Jeffrey mena l’équipe à l’intérieur du bâtiment dont les portes s’ouvrirent lentement dans un bruit d’injections hydraulique sur un immense sas d’entrée faiblement éclairé. Jack tenta de réaffirmer son rôle en penchant légèrement la tête alors qu’il fixait son regard sur l’un des grognards comme s’il s’apprêtait à lui sauter dessus pour le dévorer. Le petit être se mit à trembler et recula maladroitement pour finalement trébucher sur un câble d’alimentation des tourelles de défense extérieures dans un cri de stupeur, faisant pouffer ses semblables avant que l’élite ne les rappelle violemment à l’ordre.

Une fois que l’entrée se fut refermée derrière eux, les membres de l’équipe laissèrent retomber la pression en soufflant un peu chacun de leur côté. Cela avait été loin d’être une manœuvre facile. Lorsqu’il se fut remis de ses émotions et eut retrouvé ses esprits, Jack se tourna vers Jeffrey pour lui demander :

- Comment t’as fait pour grogner comme ça tout à l’heure ?
- Rien de très compliqué, répondit Green-One en haussant les épaules. C’était un simple enregistrement audio.

Derrière son casque, Jack sourit pour la première fois depuis le début de cette mission.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanstories.net/
Jeffrey-094
NavSpecWar, Spartan-II, Adjudant
avatar

Nombre de messages : 3704
Age : 23
Localisation : Je me tiens avec dignité en face de mes adversaires.
Humeur : Mordu et passionné de Halo!
Date d'inscription : 22/07/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil à pompes M90
Autre Compte : Nathan Aronson, Zoka 'Carimanee
Arme n°2 : Lance-roquettes M19

MessageSujet: Re: Nos amies passent avant tout... (partie 2)   Ven 19 Aoû 2011 - 18:30

Les trois membres de l'équipe de sauvetage venaient de pénétrer dans un grand hall, le plafond étant suffisamment élevé pour que des Chasseurs puissent s'y mouvoir avec aisance.

- À partir de maintenant, l'imposture ne nous sera plus d'aucune utilité : la présence d'une Brute et de deux Rapaces en combinaisons hermétique ne ferait qu'éveiller leurs soupçons... Planquons les combinaisons quelque part.

Les trois membres de l'équipe dissimulèrent leurs combinaisons dans un local minuscule et fort heureusement inhabité ressemblant à peu près à un vestiaire (avec la touche extraterrestre, bien entendu). Ils en refermèrent la porte principale, et utilisèrent cet espace pour organiser leur plan d'attaque.

- Maintenant, si l'on en croit notre briefing, les balises des autres Spartans se trouveraient en profondeur, sous ce bâtiment, à environ 35 mètres sous nos pieds. Nous ignorons encore la nature complète de cette structure, alors nous devons demeurer aussi prudents que possible. Aussi, hors de question de s'engouffrer dans la gueule du loup par les points d'accès principaux ! Il va falloir trouver des conduits ou des trappes d'accès de maintenance, tout ce qu'il y a de moins fréquenté que nous puissions trouver. Green-Two, tu partiras en éclaireur. Reviens aussitôt que possible, et n'utilise qu'en extrême nécessité la liaison COM. Les Covenants auraient tôt fait de nous repérer.

Jack hocha la tête et retourna dans le hall. Il était le meilleur atout d'infiltration dont l'équipe pouvait disposer. Jeffrey, même si tout comme les Spartans habituels, était passé maître dans toutes les formes de stratégies sur le terrain, ne possédait pas la discrète silhouette de Jack ou son armure adaptée.

Le pilote et le chef d'escouade attendirent pendant trois minutes à l'intérieur du vestiaire, qui passèrent pour trois heures. À chaque moment, un Covenant pouvait entrer, ce qui compromettrait toute la mission et, par le fait même, la survie de Léa, Rei et Keï. De plus, Jeffrey craignait un autre accroc... La probabilité qu'il se réalise semblait minime, mais de plus en plus possible, semblait-il... Et si jamais le Spartan 115 ne revenait pas ? Et s'il avait pris la décision de s'attaquer au bastion Covenant à lui seul, jugeant que sa seule présence dans le bâtiment permettrait de garder un statut incognito et de libérer sa partenaire au plus vite avant que ces vicieux aliens ne lui aient fait du mal ?

La possibilité d'un Spartan renégat demeurerait à jamais une terreur dans le personnel du SRN.

La porte s'entrouvrit. Jack Mery poussa un soupir de soulagement... Qui se tordit de stupeur quand il fit l'imposante carrure de l'Élite en armure rouge.

Ce dernier, fixant les deux intrus devant lui, sourit avec sadisme, dévoilant ses mandibules dentées aux crocs pointus. Il dégaina son fusil à plasma vers les deux humains.

- Vous êtes pris au piège, humains. Tous mes frères guerriers seront au courant de votre présence !

Et sur ces mots, il leva le bras, comme pour entamer un cris fort et atrocement audible de qui pouvait bien l'entendre, un cri qui mettrait fin à la mission de sauvetage, et qui mettrait en péril la vie de quatre des derniers Spartans protecteurs de l'humanité. Puis aucun son ne vint... Il figea un instant, comme hésitant, ou pétrifié de surprise... Il leva lentement la tête, dévoilant à Jeffrey et Jack une pointe de lame de couteau ressortant de sa gorge au niveau des cordes vocales.

Derrière son crâne d'alien se manifesta le casque de l'armure MJOLNIR du Spartan Jack-115. Celui-ci tourna l'arme dans la plaie, et acheva le travail en tordant le cou à l'extraterrestre reptilien qui acheva son agonie en se tordant de douleur sur le plancher froid.

- J'ai trouvé un passage, déclara simplement Green-Two.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spartanjohn117.blog.jeuxvideo.com/home/
Jack-115
NavSpecWar, Spartan-II, Sergent
avatar

Nombre de messages : 43
Age : 31
Localisation : Quelque part... dans l'ombre...
Date d'inscription : 12/03/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil d'assaut MA5K
Autre Compte : aucun
Arme n°2 : Double M6C silencieux

MessageSujet: Re: Nos amies passent avant tout... (partie 2)   Dim 11 Sep 2011 - 0:32

La structure covenante était loin d’être facile à explorer, du moins à explorer tout en restant discret, chacun de ses couloirs étant régulièrement parcouru par un ou plusieurs gardes élite ou rapace surveillant parfois une demi-douzaine de grognards endormis. Jack avait même repéré quelques détecteurs d’intrusion à lignes infrarouge et une paire de caméras de sécurité près des blocs de détention. Lorsqu’il avait atteint ces derniers, il n’avait pas eu le courage d’aller plus loin, craignant de découvrir le pire ou de provoquer un drame en dévoilant sa présence sans le soutien du reste de l’équipe. Si perdre quelques minutes pour retourner voir Green-one et le guider jusque-là pouvait augmenter les chances de survie de Rei, alors le choix aura été vite fait.

Jack mena alors le groupe à travers une série de couloirs de maintenance longeant les artères principales de la structure, contournant ainsi les patrouilles qui s’y trouvaient, jusqu’à finalement atteindre le puits d’un ascenseur communicant entre les différents niveaux. L’ascenseur ne se trouvait pas à leur étage, mais cela ne constituait pas réellement un problème :

- Utilisez vos semelles magnétiques, indiqua Jack à ses deux coéquipiers. Il faut descendre seize niveaux pour atteindre celui d’où émettent les balises des armures mjolnir. Si l’ascenseur s’amène vers nous, couchez-vous dans les renfoncements des accumulateurs anti-gravs sur les extrémités du puits pour l’éviter.

Green-one et le pilote répondirent tous deux par un hochement de tête avant de suivre Jack qui marchait à la verticale vers les profondeurs de l’installation covenante. Au cours de leur cheminement vers le seizième sous-sol, ils durent éviter cinq fois l’ascenseur en se plaquant contre les parois au niveau des renfoncements du puits avant de continuer. A l’un de ces passages, Green two avait dû rompre le silence radio pour prévenir Jack Mery avant que celui-ci ne soit écrasé tel une mouche sur un pare-brise de warthog. Il espéra simplement que cette brève communication n’avait pas été entendue par les covenantes.

Lorsqu’ils atteignirent le seizième sous-sol, Jack ouvrit un autre accès de maintenance, où couraient de gros tuyaux rayonnant d’énergie plasmatique ainsi que quelques câblages électriques tous très soigneusement entretenus. Ils parcoururent encore une vingtaine de mètres, croisant à un moment une autre des créatures flottantes qu’ils avaient observées dans le hangar à leur « atterrissage », mais Jack rassura ses coéquipiers en indiquant qu’ils étaient totalement inoffensifs et qu’ils ne trahiraient pas leur présence. Ces bestioles semblaient totalement désintéressées de tout, à la seule exception des mécanismes endommagés qu’ils réparaient à une vitesse ahurissante comme si cela eût été inné chez eux. Mais l’équipe n’était pas là pour faire de la reconnaissance sur les capacités ennemies, et continua simplement sa route en ignorant la bestiole.

Jack annonça finalement qu’ils étaient arrivés à destination, désignant du doigt une grille d’aération situé sous leurs pieds et ouvrant sur une salle de détention du niveau inférieur. Rei, Léa, Nagasse et Bob étaient tous les quatre maintenus dans les airs, les membres écartés par des entraves énergétiques qu’on avait apposées sur leurs poignets et leurs chevilles. Ils respiraient encore et semblaient n’avoir subi aucune blessure apparente, excepté Rei qui affichait un filet de sang séché depuis son arcade sourcilière droite et Bob dont la joue gauche était enflée, probablement par le coup de poing d’un covenant. Deux élites en armures noires les surveillaient tandis que, dans un large champ d’emprisonnement magnétique situé au centre de la salle, flottaient leurs équipements comprenant leurs armes et les armures mjolnir.

Après qu’il ait jugé avoir laissé suffisamment de temps à Green one pour élaborer un plan d’action, il se tourna vers lui pour indiquer silencieusement qu’il attendait les ordres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanstories.net/
Jeffrey-094
NavSpecWar, Spartan-II, Adjudant
avatar

Nombre de messages : 3704
Age : 23
Localisation : Je me tiens avec dignité en face de mes adversaires.
Humeur : Mordu et passionné de Halo!
Date d'inscription : 22/07/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil à pompes M90
Autre Compte : Nathan Aronson, Zoka 'Carimanee
Arme n°2 : Lance-roquettes M19

MessageSujet: Re: Nos amies passent avant tout... (partie 2)   Mar 8 Nov 2011 - 1:40

Le choix de l'ordre des opérations à effectuer était difficile pour Jeffrey. D'un côté, les prisonniers dont deux de ses consœurs Spartans ; de l'autre, l'armement technologique humain le plus avancé en termes d'efficacité, et peut-être la dernière technologie humaine que les Covenants ne pouvaient surpasser pour le moment. Les ordres étaient les ordres : ils devaient à tout prix empêcher que le projet MJOLNIR tombe aux mains de l'ennemi. S'ils s'en emparaient, leurs puissance militaire n'aurait plus d'égaux autant en milieux spatiaux qu'en milieux planétaires.

Sans activer de liaison COM par soucis de ne pas être repéré à ce stade de la mission, Jeff effectua des signes de mains pour expliquer la suite des opérations. Le Capitaine Mery resterait dans la salle de maintenance en observateur et activerait sa radio si les choses devaient mal tourner. Green-Leader et Green-Two s'infiltreraient au moment opportun pour neutraliser les deux sbires des forces spéciales avec la plus grande discrétion. Après tout, ces Élites faisaient partie des troupes surentrainées de l'Alliance Covenante.

Le voyant de confirmation vert sur l'écran tête haute de l'Adjudant mit un temps avant de clignoter, comme pour confirmer les craintes de Green-One au sujet du désir évident du Spartan-115 de sauver sa partenaire. Il allait de soi que la mission ne priorisait pas le sauvetage des forces du CSNU capturées...

Néanmoins, Jack-115 acquiesça d'un signe de tête, et après avoir attentivement examiné la situation du niveau inférieur une dernière fois, Jeff donna d'un mouvement sec de la main le signal d'exécution. Il tordit le plus silencieusement qu'il le pouvait les barreaux de la grille d'aération qui étaient formés d'un alliage inconnu : dur comme du métal et lisse comme du plastique. Les barreaux, après de douloureux efforts, se tordirent sans donner l'alerte et Green-Two se faufila le premier au travers de l'ouverture, atterrissant avec l'agilité d'une feuille morte sur le sol glacial de la salle d'interrogatoire. En moins d'une seconde, il n'était déjà plus présent sous le grillage, et Green-One s'était à son tour posé dans la pièce. Dissimulés derrière un module de rangement contenant divers instruments inconnus, ils ne furent tous deux repérés ni par les SpecOps ni par les humains captifs.

Jeff regarda Jack en face et lui ordonna de s'occuper de l'Élite de gauche. La chasse était ouverte. Les deux Spartans étaient déchaînés. Ils bondirent chacun de leur côté sur les gardes Covenants tels des fauves se retenant de rugir, mais ne se gênant en rien de dévorer. Momentanément surpris, les Élites n'eurent guère le temps d'empêcher leurs assaillants de leur priver de leurs armes à feu, soit leurs fusils à plasma. Jeffrey bouscula son adversaire aux hanches afin de le faire défaillir, mais celui-ci parvint à maintenir son équilibre, empoignant le Spartan sur lequel il transférait tout son poids. Jeff parvint à s'écarter de la prise de l'Élite avant que celui-ci n'arrive à lui porter un coup fatal. L'extraterrestre chargea alors le Spartan pour lui broyer les os, mais tituba, s'apercevant que le super-soldat lui avait préalablement enfoncé son couteau de combat dans l'estomac. Stupéfait, le lézard bipède bomba le torse et poussa un cri de rage qui fut instantanément étouffé par le poing du Spartan s'enfonçant dans ses mandibules, emportant entre ses doigts une mâchoire tachée de sang violet tandis que son autre bras était déjà affairé à tordre le coup de sa proie, le faisant alors passer de vie à trépas.

Les quatre prisonniers étaient aux anges à l'idée de revoir l'espoir d'une liberté à jamais perdue revenant d'outre-tombe. Ils n'osaient cependant exclamer leur contentement, craignant de déclencher l'alarme.

De son côté, Jack-115 eut du mal à se débarrasser de son adversaire, mais avant que Green-One ne puisse lui prêter main forte, le duel se termina par un crâne fracturé avec la botte métallique d'un Spartan imprimée sur le front.

- Comment désactive-t-on leurs modules antigravitationnels ? demanda Jeffrey en bondissant sur le présentoir où se tenaient les équipement subtilisés au CSNU.

Il tenta de saisir la cuirasse d'une armure MJOLNIR, mais son bras fut retenu par le champ magnétique artificiel, et il eut la peine d'une victime se débattant dans une tornade pour s'en sortir, les mains vides évidemment.

Parcourant la table de tout son long, il parvint à un pavé de commandes holographiques qu'il tentait tant bien que mal de déchiffrer. S'impatientant, il finit par suivre son instinct et appuya sur un bouton lumineux se démarquant légèrement des autres, ce qui eut pour effet de désactiver le champ gravitationnel artificiel.

- Victoire ! déclara-t-il.

Il s'avança vers le milieu de la table et approcha sa main d'une pièce d'armure MJLONIR.

Soudainement, son détecteur de mouvements s'affola. Une quinzaine de points rouges apparurent, se mouvant dans la direction des jaunes.

Il se retourna vivement :

- C'est un piège !

Il dut toutefois s'arrêter, le cou à quelques millimètres d'une lame d'épée à énergie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spartanjohn117.blog.jeuxvideo.com/home/
Jack-115
NavSpecWar, Spartan-II, Sergent
avatar

Nombre de messages : 43
Age : 31
Localisation : Quelque part... dans l'ombre...
Date d'inscription : 12/03/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil d'assaut MA5K
Autre Compte : aucun
Arme n°2 : Double M6C silencieux

MessageSujet: Re: Nos amies passent avant tout... (partie 2)   Mar 15 Nov 2011 - 21:38

Alors que Jeffrey se concentrait sur la mission avec tout le dévouement qui était propre aux vrais spartans, Jack n’avait pas attendu de recevoir d’autres ordres pour se diriger vers les prisonniers. Lorsque ces derniers le vire approcher, à l’exception de Bob qui était apparemment dans les vapes, il leur fit signe de rester silencieux. Non pas qu’il craignait que d’autres covenants ne les entendent, mais il ne souhaitait pas attirer l’attention de Jeffrey qui pourrait lui demander de s’occuper d’abord des armures. En commençant par Rei, il étudia leurs entraves magnétiques. Les covenants n’avaient pas voulu prendre de risque et avaient calibré les entraves magnétiques des deux spartans largement au-dessus de ce qu’elles étaient capables de démontrer en termes de force. Ces trucs seraient capables d’immobiliser un lekgolo, pensa-t-il pour lui-même. En utilisa la pointe de son couteau, Jack accéda aux circuits internes des entraves et commença à les détruire un à un.

- Victoire ! s’écria Jeffrey de son côté.

Jack ne se retourna pas. Il supposa que Green-One avait réussi à désactiver le module gravitationnel qui emprisonnait les armures MJOLNIR et continua à suivre son propre objectif. Il avait déjà détruit les deux entraves au niveau des chevilles de Rei lorsque la voix de Jeffrey se fit entendre à nouveau, non plus teintée de succès mais d’une précipitation inquiétante :

- C’est un piège !

Jack se retourna subitement vers son chef d’équipe… et vit apparaître une lame énergétique à deux centimètres de sa visière. La chaleur déployée par l’arme de plasma déformait l’air, mais l’effet ne pouvait pas être différencié de celui créé par le camouflage optique de son porteur, qui saisit Jack à la gorge d’une poigne de géant. Le spartan avait toujours son couteau de combat à la main et réagit en une fraction de seconde en frappant d’estoc en direction de la déformation qu’il supposait être la tête du sangheili face à lui. Un jet de sang violacé fut projeté sur son armure lorsque la pointe perça l’œil droit du covenant qui hurla de douleur en relâchant son emprise. Jack retomba lourdement sur le sol de la cellule et toussa en essayant de reprendre son souffle.

C’est alors qu’il vit Jeffrey qui se tenait immobile au milieu de la pièce, une lame énergétique placée sous sa gorge. Cette vision le stoppa une seconde, qui fut une seconde de trop : l’élite s’était remis de sa blessure et plaqua Green-Two au sol avec son pied, levant sa lame pour donner le coup de grâce. Derrière lui, Jack entendit Rei hurler son nom.

C’est à ce moment-là qu’une rafale de tir retentit et que l’élite qui retenait Jeffrey lâcha un râle rauque avant de s’effondrer, le dos criblé de balles. L’instant d’après, le capitaine Miyamoto sauta depuis l’ouverture dans la ventilation, son M7 à la main, et délivra une autre rafale sur l’alien qui s’apprêtait à éliminer Jack-115. Contre tout autre guerrier sangheili, ces projectiles de faible calibre auraient été inutiles, mais les limites de la technologie de camouflage covenant les empêchaient d’utiliser simultanément un bouclier énergétique, les rendant particulièrement vulnérables à ceux qui parvenaient à les repérer. Les quelques balles qui trouvèrent une faille dans l’armure du sangheili au niveau du cou suffirent à le mettre définitivement hors d’état de nuire.

- Alors ? Fit le pilote. Contents de me voir ?

- On a pas le temps pour les bravades, répliqua Jeffrey. Contacts en approche à quinze mètres. Ils vont arriver par cette porte !

La porte en question était constituée de deux larges plaques de métal noir aux bordures légèrement argentées, conçues pour coulisser de part et d’autre en s’ouvrant. Un panneau de commande holographique se trouvait à côté. Il se mit à clignoter.

Avant que la porte ne s’ouvre, Jack se jeta sur elle et saisit d’une main chacun des deux battants pour les empêcher de s’écarter. Le mécanisme était plus puissant qu’il ne s’y était attendu, et l’effort pour le contrer fut extrêmement douloureux. Pourtant il tint bon, poussé par son besoin immédiat de protéger Rei, et accessoirement les autres prisonniers. Ses dents se serrèrent au point de grincer et la combinaison interne de son armure se déchira en plusieurs endroits alors que ses muscles se contractaient au-delà de ce qu’ils auraient dus. Il ferma les yeux, concentrant son esprit sur l’image de sa partenaire, ne pensant à rien d’autre qu’à son rôle de protecteur. Son sang était en ébullition, ses muscles au bord de la rupture, et chacun de ses os vibrait si fort qu’ils donnaient l’impression d’être sur le point d’exploser à tout moment.

Soudain, la force du mécanisme chuta. Jack rouvrit les yeux et vit Jeffrey à ses côtés, en train de retenir l’ouverture de la porte lui aussi. Contrairement à Green-Two, Jeffrey était un vrai spartan pleinement augmenté dont la force rivalisait avec celle des meilleurs sangheilis, le rendant capable de prouesses physiques surhumaines. Néanmoins l’effort n’en restait pas moins important pour eux deux. Sur leurs affichages tête haute, d’autres points rouges apparurent dans la zone située derrière la porte. Des piaillements de grognards et des grognements d’élites leur parvenaient depuis l’autre côté.

- Capitaine ! fit Jeffrey en se tournant vers le pilote. Libérez les prisonniers ! Jack ! Montre-lui comment on fait ! Je m’occupe de cette porte.

- Tu ne te préoccupe plus des armures ? demanda ironiquement le spartan-115.

- Il faudrait une demi-heure à Léa et à Rei pour les remettre. Alors soit on les détruit, soit on les emporte, mais on ne peut pas les emporter seuls. Cela justifie le fait de se soucier d’abord des prisonniers.

Un sourire en coin apparut sur le visage de Jack. Finalement, se dit-il, je m'étais trompé sur son compte. Même si on meure tous aujourd'hui, cela aura été un honneur que de me battre à ses côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanstories.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nos amies passent avant tout... (partie 2)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nos amies passent avant tout... (partie 2)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Halo Fight :: Espace contrôlé par le Covenant. :: 
Servitude
 :: Pénitencier
-
Sauter vers: