Forum Rpg sur l'univers d'Halo
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pure, Apache et Espoir [Ouvert à tous les rebelles]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexandre Akilydes
Service de Renseignement de la Navy, Spectre
avatar

Nombre de messages : 100
Localisation : Inconnue
Date d'inscription : 27/04/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : XBR55 Battle Rifle
Autre Compte :
Arme n°2 : M6D-SOCOM

MessageSujet: Pure, Apache et Espoir [Ouvert à tous les rebelles]   Dim 1 Juil 2012 - 13:38

De retour sur la frégate Espoir, Alexandre avait entamé les installations nécessaires pour maintenir en vie l'IA capturée pendant quelques jours, puis était allé au mess se restaurer. Là-bas, il y avait croisait de nombreux partisans qui avaient participé à l'opération de Sigma et l'avait reconnu, Alexandre ayant troqué ses vêtements civils pour son uniforme de partisan.

Il les salua, discuta avec certains, tout en continuant son repas avec eux à ses côtés. Son repas finit, il sortit de la salle et se dirigea vers l'armurerie du vaisseau, afin d'être certain que les techniciens avaient bien effectués les modifications qu'il avait demandé. Ils n'avaient pas encore modifié tous les systèmes de COM mais d'après l'armurier, ils ne devraient pas tarder.
Il acquiesça et remercia le chef armurier avant de continuer sa marche, en direction d'une salle de briefing.

Il y déposa son nouveau rapport, narrant les recherches qu'il avait effectué sur Terre, ne parlant pas de celles de Pirth mais uniquement les recherches concernant Sigma. Il mentionna également dans le rapport qu'il continuait à interroger l'IA afin d'obtenir d'autres informations et qu'à la moindre révélation, il les en informerait. Il quitta finalement la salle et s'en alla dans ses quartiers.

Il y trouva les caisses encore pleines de matériels électroniques et commença à bidouiller un brouilleur radar, afin d'améliorer son système et étendre son champ d'action un peu plus. Il retravailla également son bracelet électronique, afin d'obtenir des cartes plus détaillées, un débit de transmission et de réception plus rapide, et pour lui permettre de mesurer la composition de l'atmosphère et le taux de radiation, ce qui pourrait s'avérer utile en mission en gravité zéro où à proximité d'explosif.

Il replaça quelques cristallins sur son ordinateur. Ce n'était bien sûr pas des cristaux à proprement parler mais de fines cartes électroniques gravées sur de la fibre optique, transmettant les informations à la vitesse de la lumière et permettant également de stocker et maintenir en état un système fragile. Ici, l'IA. Alexandre sortit alors son nouveau couteau de combat et observa la gravure sur la lame. Cette phrase l'inspirait toujours autant. Il fit rentrer la lame dans son manche, avant d'actionner le mécanisme d'ouverture, faisant sortir la lame avec une rapidité déconcertante. Satisfait, il rangea le couteau dans son étui et l'attacha à sa ceinture. Il continua ensuite à placer les composants nécessaires pour pouvoir interroger kedington sans risque qu'il ne reparte dans sa crise mélancolique et dès que le mécanisme fut installé, Alexandre activa le processus de l'IA, la révélant sur l'holoprojecteur qu'Alexandre avait acheté. L'IA bomba le torse et fixa Alexandre, de son regard bleuté, avant de re-déclarer le même charabia protocolaire sur son identité. Il la questionna longuement sur ce qu'il savait déjà, afin de voir où l'IA bloquait et où ses systèmes trouvaient que l'informations était confidentiel. Il n'appris pas grand chose de plus par la suite, Kedington se braquant dès qu'il désirait ne serait-ce que savoir, qui avait mandé les frégates d'escorte et la capitaine de vaisseau.

Alexandre passa tout son après-midi à questionner l'être virtuel, n'obtenant que des brides d'informations ou des infos qu'il savait erronées. Il soupira, pourquoi y avait-il tant de secret sur ce foutu convoi ? Pour de simples explosifs qui plus est. Il eut alors une idée.

<< Que transportait le convoi ?
- Contenu confidentiel, [Navré]
- Je sais ce que le convoi transportait imbécile. On a fouillé le vaisseau et détruit tout ce qu'il contenait. Tu vois bien que tes informations "confidentielles" ne le sont plus vraiment !
- C'est impossible. >>

Elle se braquait à nouveau, se retranchant dans son système instable. Cet interrogatoire allait être long... Très long...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céleste
Partisane, Sergent
avatar

Nombre de messages : 226
Localisation : Dans ton dos.
Humeur : Cynique :)
Date d'inscription : 03/09/2008

Feuille de personnage
Arme n°1 : Couteau de combat
Autre Compte :
Arme n°2 : Mitraillette SMG 7

MessageSujet: Re: Pure, Apache et Espoir [Ouvert à tous les rebelles]   Dim 1 Juil 2012 - 20:14

Céleste soupira en continuant de marcher derrière Ivana. Le commandant était particulièrement exécrable. Ma cabine ne me convient pas. J'entends des bruits. Il fait froid. Elle en était à un énième changement de quartiers, puisque les grands avaient décidé qu'on la traiterait "comme il se devait". Comme il se devait, en voilà des conneries. Subir les caprices de cette femme était juste insupportable. Elle se retenait fortement de lui loger une balle entre les deux yeux histoire d'en finir avec ce sac à emmerdes. Mais non. Elle ne pouvait pas, parce qu'elle détenait potentiellement des informations potentiellement importantes. Ou potentiellement inexistantes. Que les Grands avaient décidé d'attendre de lui extorquer. Foutu conneries. Elle allongea le pas pour dépasser la captive qui lui lança un regard moqueur, la fit ralentir et s'arrêta devant une porte.

<< Vos nouveaux quartiers. >>

Elle était froide, distante, fatiguée. Elle poussa la porte en faisant signe à Ivana d'entrer et la suivit à l'intérieur, faisant signe aux deux hommes armés qui les escortaient et servaient de garde porte de rester dehors. A peine la porte de la cabine refermée, Céleste pu constater la moue dédaigneuse de la Dostya. Oh non. Pas encore.

<< Je ne me sens pas très à l'aise dans cette cabine.
- Ah bon.
- Je crois que je ne me sentirais à l'aise nulle part sur un vaisseau de terroristes >> fit-elle avec un faux air ennuyé.

Céleste vit rouge à l'instant même où cette odieuse femme avait prononcé ces paroles. Elle se retourna vivement, prête à sortir et claquer la porte sans un mot, pour aller annoncer qu'il allait ENCORE falloir déplacer madame. Puis, main sur la porte métallique elle se ravisa. Il fallait lui tirer les vers du nez, non? Alors, elle allait les lui tirer. Elle était tout aussi capable que ces abrutis d'en haut qui attendaient qu'on leur livre les colis. Elle verrouilla la porte de l'intérieur pour ne pas être dérangée. Puis se tourna vers le commandant qui la fixait, interloquée.

<< Nous allons avoir une petite conversation. Ma belle, si tu crois que tu peux agir comme une diva et que tu es intouchable, tu te trompes. Tu n'étais pas au courant que les terroristes n'en font qu'à leur tête? Dommage. >>

Puis, elle s'assit sur l'unique chaise de la pièce et de la tête indiqua le bord du lit à Ivana qui n'osa protester. Et elle commença à jouer avec son couteau sous son nez, en la fixant dans le blanc des yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Akilydes
Service de Renseignement de la Navy, Spectre
avatar

Nombre de messages : 100
Localisation : Inconnue
Date d'inscription : 27/04/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : XBR55 Battle Rifle
Autre Compte :
Arme n°2 : M6D-SOCOM

MessageSujet: Re: Pure, Apache et Espoir [Ouvert à tous les rebelles]   Dim 1 Juil 2012 - 21:17

" BORDEL ! "

Énervé et lassé, Alexandre quitta ses quartiers furieux, verrouillant la porte de sa chambre.

Il se dirigea vers la salle de sport, où se trouvait les rings de boxe et les sacs de sable. Il se plaça face à l'un des "saucissons" et commença à le frapper, déversant toute sa rage sur le pauvre objet qui se mit à trembler et vaciller doucement. Lorsqu'il était plus jeune, Alexandre avait étudier 3 arts de combat différents : la boxe, la lutte, et le kendo ( un art japonais de maîtrise du sabre). Il ne pouvait que rarement s’entraîner au kendo ou à la lutte à cause du manque d'infrastructure et de combattant donc il passait le plus claire de son temps à frapper ses poufs de sables pour maintenir sa force de frappe.
Il appliquait tous les mouvements qu'il connaissait et tentait autant que faire se peut, de louper un coup se qui provoquerait un mauvais vacillement du sac.

Il continua son entrainement pendant de longues minutes, avant de repartir vers un banc où il avait laissé sa serviette et sa bouteille d'eau. Il s'essuya le front et commença à boire, alors qu'un groupe de partisans, visiblement des anciens ODST, arrivèrent dans la salle, se chambrant les uns les autres. Lorsqu'ils repérèrent Alexandre, il aperçurent ses barrettes de grade sur son sac de sport et se mirent au garde à vous. Il leur fit signe de se remettre au repos et, lorsqu'il remarqua que deux des soldats possédaient un shinaï (arme de combat pour le kendo) il s'empressa de les rejoindre. Il demanda depuis quand ils pratiquaient et dans quel dojo ils avaient été entraînés. Alexandre avait reçu son entrainement dans un dojo japonais et son ancien maître avait mis fin à leur entrainement lorsqu'il s'engagea au sein du CSNU.
Il demanda si l'un d'eux voulait bien faire un combat contre lui et après une légère hésitation, le plus grand et baraqué, sans doute le plus fort des deux s'approcha de lui et lui tendit son shinaï afin de l'inviter au combat.

Ils montèrent tout les deux sur le ring, les autres ODST se plaçant autour afin de ne louper aucune miettes du combat. L'ODST déclara alors :

<< Sergent, vous êtes sûr ? On est habitué à combattre sans casque mais vous...
- Ne vous inquiétez pas pour moi.
- Soit. Mais je vous préviens, vous n'avez aucune chance.
- Nous verrons. >>

Ils attendirent le signal d'un troisième soldat présent pour entamer le combat. Le combattant adverse lança une frappe verticale à la tête en hurlant, alors qu'Alexandre se plaçait légèrement en arrière, préparant une feinte. Le grand homme lança sa frappe, et Alexandre la détourna en faisant une espèce de virgule avec son sabre. Il profita ensuite du déséquilibre de son adversaire pour lancer son attaque, un coup d'estoc à la gorge. Il stoppa la pointe de son arme à un pouce de la glotte du soldat qui déglutit un instant alors qu'Alexandre déclarait "Tsuki".
Le soldat le regarda étrangement, se replaça et attendit le signal pour commencer à bouger. Il attendit cette fois-ci, fixant Alexandre et se calquant sur ses mouvements. Lorsqu'Alex lança un coup d'estoc, le géant le bloqua et se colla à lui, ne les séparant que par leurs sabres...

<< Je ne suis pas très axé dans ce genre d'intimité, navré ! >>

Et finissant sa phrase, Alexandre se jeta en arrière tout en lançant une frappe qui se stoppa à quelques centimètres de la tête de l'ODST et il cria "Men", souriant en même temps au soldat.
Ils quittèrent finalement le ring après s'être salués, laissant place aux autres soldats qui voulaient combattre.

Alexandre alla s’asseoir sur le banc où il avait stocké son sac. Et alors qu'il vidait sa bouteille et se séchait le front avec sa serviette, un homme se planta devant lui, masquant la lumière...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Akilydes
Service de Renseignement de la Navy, Spectre
avatar

Nombre de messages : 100
Localisation : Inconnue
Date d'inscription : 27/04/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : XBR55 Battle Rifle
Autre Compte :
Arme n°2 : M6D-SOCOM

MessageSujet: Re: Pure, Apache et Espoir [Ouvert à tous les rebelles]   Lun 2 Juil 2012 - 18:17

L'homme était grand, et masquait complètement la lumière, se tenant comme un roc face à Alexandre.

Il analysa le mastodonte, avant de rebaisser la tête vers son sac de sport en soupirant.

<< Sergent, voudriez-vous vous entraînez avec moi ?
- A quoi ? Je ne fais que de la lutte, de la boxe et du kendo. Choisissez...
- Connaissez-vous le l'UFC ? C'est un ancien style de combat mélangeant combat de bout et couché. En somme boxe et lutte pour vous.
- Et vous voudriez combattre contre moi c'est ça ? A quoi bon?
- Je vous ai vu battre cet imbécile là bas, et en tant qu'ancien ODST, je me dois de soigner notre fierté, vous n'êtes même pas un ancien marines ! >>

Le sang d'Alexandre ne fit qu'un tour, ils étaient tous partisans, mais certains abrutis continuaient à vouloir dissocier un combattant de la liberté d'un autre ! Il se leva brusquement, se dirigeant vers le ring. Il demanda aux autres soldats de quitter la zone de combat et se plaça face au géant humain. Lorsque le dong sonna, le mastodonte se jeta sur Alexandre, l'empoignant aux bras pour le faire chavirer. Alexandre utilisa ses jambes, et plaça sa jambe droite en billot sur le genou gauche de l'adversaire. Il resserra son emprise et força l'ODST à chanceler avant de mettre genou à terre et relâcher les bras d'Alexandre pour garder l'équilibre. Alexandre en profita alors pour saisir le combattant et entamer une clé de cou. Le géant lutta un moment avant de finalement se détendre. Alexandre ne lâcha pas sa prise car le mastodonte n'avait pas encore fait signe d'abandon. Le géant tendit alors tout ses muscles d'un coup, brisant la clé d'Alexandre et le projetant à quelques mètres dans les cordes du ring. Alex était sonné, la force de projection était ahurissante. Mais alors qu'il reprenait son souffle, son adversaire se jetait sur lui, coude en avant. Il se baissa de justesse, laissant passer le coude du combattant au dessus de sa tête, avant de frapper d'un uppercut l'abdomen de l'ODST, le faisant chanceler.
Alexandre souffla sur son poing, le ventre du géant était aussi dur que la pierre !

" Le mettre K.O. par coup direct ne semble pas être la solution... "

Le géant se redressa, crachant un peu de sang en dehors du ring, avant de bondir à nouveau, les coudes cette fois repliés contre son torse, les jambes regroupées. On aurait dit un caillou déferlant sur un montagne qui s'approchait trop vite d'Alexandre. Il exécuta en dernier recourt une roulade sur le côté, laissant son adversaire atterrir à quelques centimètres, avant de se jeter sur lui, le saisissant par le bras grâce à ses jambes en ciseaux. Alex joignit ses poignet à ses chevilles et pivota, faisant tomber à terre le géant. Il commença alors à tirer petit à petit sur le bras, commençant à désaxer l'épaule du soldat. Celui-ci grogna et frappa Alexandre dans les côtes, lui faisant cracher à son tour du sang.
Alex relâchait sa prise à cause du coup, ce qui permit au mastodonte de se libérer et de se mettre en "T" sur Alexandre, lui coupant le souffle. Alex attendit un peu, le temps que l'arbitre frappe deux fois le sol, avant de contracter ses abdominaux, relevant ses épaules et lui permettant de se glisser en dehors de l'étreinte de l'ODST. Il se voûta et s'empara de la gorge de son adversaire, saisissant son bras également. Il se torsada un peu plus, commençant à étrangler le géant par son propre poids. Le mastodonte lutta un temps, ce qui augmenta la pression sur sa glotte, avant de se relâcher complètement, à cause du manque d'air. L'arbitre frappa un coup. Le géant attrapa la cheville d'Alexandre. L'arbitre frappe le deuxième coup. L'ODST tira la jambe d'Alex, l'approchant de son épaule. L'arbitre frappa le troisième coup, le mastodonte s'effondrant de justesse sur le sol.

Alexandre relâcha son emprise, laissant le soldat respirer de nouveau et se releva, déclarant :

<< La prochaine fois, ne sous-estimez pas un frère d'armes juste parce qu'il n'a jamais fait partie d'un corps d'armée. J'ai été formé par un vétéran, tout comme vous. Ici il n'y a plus d'ODST, de marines ou de civils. Nous sommes tous des frères liés... >>

Il marcha vers le banc, vida définitivement le contenu de la bouteille, s'essuya le front, et alors qu'il allait se préparer à sortir, sa blessure à la jambe se rouvrit. Il en avait trop fait. La fatigue et la douleur prenant le dessus, il s'effondra, avant d'entendre le bruit répétitif d'une machine mesurant le rythme cardiaque. Il se réveilla, dans une salle de l'infirmerie.

" Oh non... Pas encore... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ivana Dostya
Navy, Capitaine de Frégate
avatar

Nombre de messages : 1778
Age : 23
Localisation : Frégate rebelle, en cellule.
Date d'inscription : 11/05/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Magnum M6D PDWS
Autre Compte : N/A
Arme n°2 : N/A

MessageSujet: Re: Pure, Apache et Espoir [Ouvert à tous les rebelles]   Ven 6 Juil 2012 - 1:48

Ces rebelles étaient d'étranges personnages, je devais bien l'admettre. Apparemment leurs dirigeants -si tant est que les-dites personnes méritent ce titre- semblaient voir en moi une source importante d'informations et, heureusement, cela m'avait valu une certaine immunité jusqu'à présent. Malgré le relatif confort de cette position, je ne pouvais m'empêcher de penser à ce qu'il allait advenir de moi. Cette situation ne pourrait pas durer indéfiniment et ces satanés terroristes allaient bientôt exiger de ma petite personne que je me mette à table. Il ne fallait surtout pas que je cède à la panique, des secours allaient me trouver bien assez tôt. Il ne fallait surtout pas perdre espoir, le dicton populaire le dit bien, « l'espoir fait vivre ». En attendant l'heure fatidique, l'arrivée de cet inévitable interrogatoire, j'avais bien décidé de mener la vie dure au maximum de ces rebelles. J'y ressentais d'ailleurs un malin plaisir et cela détournait mes pensées, au moins quelques instants, du destin qui était le mien. Je passais donc le plus clair de mon temps à me plaindre de tous les quartiers qu'on m'attribuait, de la nourriture qu'on me servait, du confort inexistant, de tout ce qui me passait par la tête à vrai dire. J'avais beau être inquiète de ce qu'il allait advenir de moi, je faisais tout mon possible pour ne pas le montrer. Je ne savais pas ce que les ''huiles'' de cette soit-disante organisation avaient exigé mais ils avaient dus être parfaitement clairs sur la façon de me traiter étant donné que la plupart de mes désirs étaient exaucés. J'arrivais à la partie la plus intéressante de la journée -ou de la nuit, je ne savais plus très bien- puisque je devais à nouveau être déplacée vers d'autres quartiers. La rebelle qui s'occupait de cette tâche depuis le début de ma captivité devait certainement être totalement exaspérée. Cependant, cela ne m'intéressait guère, je n'étais pas là pour leur mener la vie facile, du moins tant que j'en avais l'occasion. J'espérais aussi que ces incessantes demandes leur fasse commettre une erreur, qu'ils me logent près d'un couloir de maintenance ou de tout autre accès à des systèmes du vaisseau, qu'ils oublient un système de communication, bref n'importe quoi qui aurait pu m'aider à contacter l'UNSC. Cependant cette petite terroriste, visiblement sans grande expérience, est diablement maline et prenait bien soin de me tenir à l'écart de tout matériel qui aurait pu m'aider à m'échapper. Nous arpentions les couloirs du vaisseau rebelle depuis déjà quelques minutes lorsque cette terroriste allongea le pas, me dépassant moi et les deux gardes qui me suivait de près. Il y avait vraiment des fois où je regrettais de ne pas avoir subit un entraînement au combat plus poussé afin de pouvoir neutraliser ces gardes et m'enfuir. La rebelle nous fit ensuite signe de ralentir, avant de s'arrêter devant une porte derrière laquelle devait assurément se trouver mes nouveaux quartiers.

- Vos nouveaux quartiers.

Sa voix était tout, sauf agréable, et cette voix glaciale me fit ressentir d'horrible frissons dans tout le corps, frissons que je cachai du mieux possible. La rebelle poussa alors la porte, lentement et comme mue par une infinie fatigue puis de sa main disponible, elle me fit signe d'entrer. J'obtempérai aussi docilement qu'il me l'étais permis tandis que les deux gardes restèrent dehors. La porte se referma alors nous laissant, moi et cette terroriste, seules de ces quartiers. Ils n'étaient pas vraiment si inconfortables, ils n'étaient pas réellement différents de ceux que j'avais sur le Moskva, une petite table, un lit et une salle annexe servant de salle de bain. Je savais bien que tout cela était un luxe sur un vaisseau d'une taille aussi réduite mais je n'allais pas pour autant me montrer conciliante. Un instant, j'eus de la peine pour cette jeune terroriste, je me demandais quel serait mon état d'esprit si j'avais dû être à sa place. Cependant ce sentiment aussi pitoyable qu’inutile disparu bien vite quand je prononçai des paroles maintes et maintes fois répétées depuis que ma détention avait débutée.

- Je ne me sens pas très à l'aise dans cette cabine.

La rebelle me répondit d'une voix profondément lassée et ennuyée, elle devait en avoir par dessus la tête de mes caprices et cela m'arrangeait bien.

- Je crois que je ne me sentirais à l'aise nulle part sur un vaisseau de terroristes.

Je prononçai ces paroles avec un air faussement ennuyé ce qui déplut énormément à la jeune dissidente. D'un seul coup, comme si son corps bénéficiait d'une vivacité nouvelle, elle fit volte-face et marcha rapidement en direction de la porte. J'imaginais clairement son air furieux sur son visage, visiblement mes paroles avaient touché leur but. Ces terroristes ne semblaient pas vraiment apprécier qu'on leur rappelle leur véritable nature, c'était là leur point commun. Toutefois, tout ne se passa pas comme prévu puisque la rebelle s'arrêta net devant la porte que nous avions précédemment franchie. Elle se retourna alors lentement mais ce n'était plus la même lenteur qu'auparavant, celle-ci n'inspirait ni lassitude ni ennui mais une profonde détermination et respirait à plein nez la cruauté. Je compris alors que je venais de faire une erreur et je ne pu cacher mon air surpris à la terroriste, malheureusement.


- Nous allons avoir une petite conversation. Ma belle, si tu crois que tu peux agir comme une diva et que tu es intouchable, tu te trompes. Tu n'étais pas au courant que les terroristes n'en font qu'à leur tête? Dommage.

D'une main, elle déplaça lentement l'unique chaise de la pièce, faisant traîner deux de ses pieds sur le sol métallique de ce qui était ma prison. Elle positionna sa chaise devant le lit avant de m'inviter à m’asseoir d'un simple signe. J'étais toujours aussi surprise et aussi apeurée, les choses avaient dû changer sans que je m'en rende compte, l'heure fatidique était arrivée. Elle sortit alors un couteau de combat, ce qui ne fut pas pour me rassurer et son regard semblait tout aussi tranchant que la lame de son arme.

- La femme de chambre veut son avancement on dirait.

Cette petite réplique se voulait à cacher ma peur et à énerver la dissidente. Cependant, et malheureusement pour moi, je ne parvins nullement à masquer cette peur dans ma voix tremblante, le sourire carnassier qu'afficha soudainement la rebelle me le fit rapidement comprendre.

- Vous savez, réflexion faite, j'aime plutôt bien ces quartiers. Je pense que je vais y rester un moment.

La terroriste ne bougea pas d'un cil, continuant de me fixer de son regard tranchant et de son sourire carnassier. Mes yeux ne quittaient plus la lame des yeux tandis que j'effectuai une rapide et, surtout, silencieuse prière dans mon esprit. Il fallait absolument que je résiste le temps que les secours arrivent, si toutefois des secours étaient prévus. Je sentais peu à peu le désespoir qui s'emparait de moi ainsi que la peur de déshonorer mon uniforme pour sauver ma propre vie. A cette pensée, mes yeux se détournèrent du couteau pour regarder cet uniforme qui demandait tant de sacrifices.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céleste
Partisane, Sergent
avatar

Nombre de messages : 226
Localisation : Dans ton dos.
Humeur : Cynique :)
Date d'inscription : 03/09/2008

Feuille de personnage
Arme n°1 : Couteau de combat
Autre Compte :
Arme n°2 : Mitraillette SMG 7

MessageSujet: Re: Pure, Apache et Espoir [Ouvert à tous les rebelles]   Sam 21 Juil 2012 - 0:38

Elle poussa un soupir en levant les yeux. Décidément cette femme était la plus insupportable qu'il lui avait été donné de voir. Même sa mère qui avait parfois ses mauvaises phases à l'époque était plus agréable que la commandante. Elle la fixait avec inquiétude tandis que la rebelle jouait avec son couteau. Qu'est-ce qu'elle s'imaginait, qu'elle allait lui entailler le ventre et sortir quelques centimètres de boyaux de plus à chaque mauvaise réponse ? Sérieusement ? Elle doutait déjà qu'Ivana ait quoi que ce soit dans le crâne, comment diable pourrait-elle avoir quoi que ce soit dans le ventre... Elle planta à nouveau son regard dans celui de la prisonnière et attendit.

Elle avait juste décidé de la faire craquer sans dire quoi que ce soit pendant très longtemps. Et vu le malaise qu'elle ressentait émanant de l'autre, elle sentait qu'elle avait pris la bonne option. Et tant mieux, car elle n'avait pas non plus énormément de temps avant qu'on ne cherche à savoir ce qu'il se passait dans la chambre. Elle laissa s'écouler quelques minutes. Immobile. Ivana commençait à se trémousser sur son lit, changeant régulièrement de position comme si elle ne trouvait pas d'endroit confortable. Et puis Céleste décida de se lever, rengainant en même temps son couteau. Les yeux de la prisonnière s'écarquillèrent de peur et de surprise. Céleste fit doucement glisser le foulard noir qu'elle portait autour du cou et qui masquait le bas de son visage et son peu de décolleté. Exposant ainsi aux yeux de l'autre les cicatrices qui la marquaient.

<< Tu vois ma grande. Ca, c'est ce qu'un de tes copains du CSNU m'a fait. Ca, plus une tentative de viol de la part de feu mon instructeur. Tu as vu les vidéos de vos grands Pontes qui tirent froidement des balles dans le crâne des prisonniers rebelles? Bien sur que non. Nous nous contentons d'attaquer des lieux, des bâtiments, pour "piller" vos fichiers et vos armureries. Bien sur que nous tuons des gens. Mais pas sans raisons. Alors tu vas te mettre dans le crâne que nous ne sommes pas des putains de terroristes. >>

A chaque mot, elle s'était avancée un peu plus, et elle avait finit sa tirade un doigt posé contre le front d'Ivana qui était muette. Elle resta quelques longues secondes à la fixer, puis s'écarta.

<< Nous voulons des infos. Pourquoi le Big Mama se dirigeait vers Sigma Octanus? Pourquoi contenait-il autant d'explosifs alors qu'il ne devait y avoir des armes? >>

Elle n'exposa pas la théorie d'un complot interne au CSNU. Elle avait entendu les bruits de couloirs, ceux qui murmuraient que l'info concernant le Big Mama avait filtré un peu trop facilement, que tout s'était passé un peu trop facilement, mais que les escortes n'étaient pas vraiment prévues à la base. Quelque chose clochait. Céleste le sentait. Ca ne la regardait peut être pas, mais elle voyait venir quelque chose de bien plus gros qu'un simple raid qui s'était mal terminé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ivana Dostya
Navy, Capitaine de Frégate
avatar

Nombre de messages : 1778
Age : 23
Localisation : Frégate rebelle, en cellule.
Date d'inscription : 11/05/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Magnum M6D PDWS
Autre Compte : N/A
Arme n°2 : N/A

MessageSujet: Re: Pure, Apache et Espoir [Ouvert à tous les rebelles]   Dim 22 Juil 2012 - 22:02

Cette rebelle, après un petit temps perdu dans ses pensées, me fixa à nouveau dans les yeux. Je n'aimais pas du tout cette situation mais j'aurais dû m'y préparer, les rebelles n'allaient pas passer le reste de leur existence à me traiter comme une princesse. Cette satanée terroriste resta ainsi pendant de nombreuses minutes, minutes qui me parurent des heures. Au fur et à mesure que le temps passait, je me sentais de plus en plus mal à l'aise. De nombreux scénarii, tous aussi hypothétiques les uns que les autres, passaient et repassaient dans ma tête. Certains me faisait mourir sur le sol, un couteau de l'abdomen, d'autres me faisaient subir une abominable séance de torture. Cependant, alors que je m'imaginais des scénarii de plus plus abominables, la rebelle ne bougeait pas d'un cil. Je n'arrivais pas à rester en place, ni à regarder directement cette terroriste plus de quelques secondes d'affilée. Ma peur devait être facilement palpable, malgré les efforts que je faisais pour la cacher. Peut être que si je disais quelque chose, n'importe quoi, on me laisserait tranquille et alors que je me préparait à parler, la rebelle se leva. Je ne pu retenir un soupir salvateur alors qu'elle rengainait son couteau. J'étais toutefois totalement prise au dépourvu et la soudaineté de la rebelle m'inquiétait, j'avais à présent bien plus peur qu'auparavant. Ma peur ne fit que croître alors que, précautionneusement, elle faisait glisser son foulard révélant par ce geste plusieurs cicatrices. Son regard me sembla alors que plus froid, plus haineux qu'à l'habitude, ce qui -à mon humble avis- ne présageait rien de bon pour moi.

- Tu vois ma grande. Ça, c'est ce qu'un de tes copains du CSNU m'a fait. Ça, plus une tentative de viol de la part de feu mon instructeur. Tu as vu les vidéos de vos grands Pontes qui tirent froidement des balles dans le crâne des prisonniers rebelles? Bien sur que non. Nous nous contentons d'attaquer des lieux, des bâtiments, pour "piller" vos fichiers et vos armureries. Bien sur que nous tuons des gens. Mais pas sans raisons. Alors tu vas te mettre dans le crâne que nous ne sommes pas des putains de terroristes.

La rebelle, afin de bien marquer ses paroles, s'était approchée de moi à chaque phrase, finissant avec un doigt planté sur mon front. J'étais totalement interloquée et surtout surprise de cette réaction. Je ne savais rien de son histoire, je ne savais pas si ce qu'elle disait était bien vrai mais cela ne me semblait que peu crédible. Toutefois, je pris la sage décision de ne pas le lui faire remarquer, si ce n'était pas vrai, elle semblait y croire en tout cas. Je ne savais pas pourquoi elle m'avait révélé cela mais ces terroristes cherchent constamment de nouvelles raisons pour justifier leurs actes, des raisons toutes aussi fallacieuses les unes que les autres selon moi. Je tenais tout de même à rester en vie, ce souhait me forçait donc à ne pas exprimer le fond de ma pensée à cette rebelle. Peu à peu je reprenais mon calme, visiblement on ne voulait pas se débarrasser de moi, peut être cherchait-on à me retourner contre l'UNSC ? Ou plus vraisemblablement à m'extirper des informations intéressantes qui pourraient simplifier leurs opérations de terrorisme et de sabotage. J'allais bientôt obtenir la réponse à ma question tandis que la rebelle s'écartait pour commencer son interrogatoire.

- Nous voulons des infos. Pourquoi le Big Mama se dirigeait vers Sigma Octanus? Pourquoi contenait-il autant d'explosifs alors qu'il ne devait y avoir des armes?

Le moment fatidique était enfin venu, j'avais bien subit un entraînement pour résister aux interrogatoire et aux autres formes d'influence extérieures mais jamais je n'avais eu à mettre ces théories en pratique. De plus, il était bien loin maintenant le temps où j'avais été formée à l'OCS. Je devais gagner du temps, mais pour quoi ? Pour que l'on vienne me délivrer, une chose hautement improbable à mon humble avis. J'étais coincée ici et la seule chose qui pourrait me sauver serait les paroles que je prononcerais. Ma peur commençait lentement à réapparaître alors que je cherchais une réponse appropriée. De plus, rien ne me certifiais que je survivrais après leur avoir donner les informations qu'ils cherchaient, j'étais coincée.

- J'avais des ordres c'est tout, mes supérieurs n'avaient pas à m'expliquer pourquoi je devais faire cela.

Je marquai une pause pour reprendre difficilement mon souffle, j'avais prononcé ses paroles bien trop rapidement avec tout ce stress et cette peur qui m'envahissaient.

- Madame par pitié, je n'en sais rien, je ne faisais que faire ce que l'on m'ordonnait.

Le ton apeuré que je venais de prendre n'était pas feint même si je ne disais pas toute la vérité. J'avais dorénavant pris ma décision, je devais gagner le plus de temps possible, jusqu'à qu'une solution se présente à moi. Cependant, je savais que si cette situation finissait par durer trop longtemps, je finirais par révéler certaines choses. Je n'étais qu'une ingénieur par un soldat, je n'étais pas du tout préparée à ce genre de situation. Cette simple pensée me révulsait, j'allais devenir comme ces traîtres, revenir sur le serment que j'avais prêté et tout cela pour sauver ma vie. Cependant, je n'étais pas sûre que j'aurais véritablement le choix car malgré ma réponse évasive, la rebelle ne me quittait pas des yeux. Elle devait se douter que je cachais quelque chose, ma peur ne m'aidant pas du tout à ce sujet. Pourquoi avais-je accepté cette mission, rien ne se passait comme prévu depuis qu'elle avait commencée, toute chance semblait m'avoir quitté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céleste
Partisane, Sergent
avatar

Nombre de messages : 226
Localisation : Dans ton dos.
Humeur : Cynique :)
Date d'inscription : 03/09/2008

Feuille de personnage
Arme n°1 : Couteau de combat
Autre Compte :
Arme n°2 : Mitraillette SMG 7

MessageSujet: Re: Pure, Apache et Espoir [Ouvert à tous les rebelles]   Dim 26 Aoû 2012 - 17:21

<< Je sais très bien que tu mens. Le problème, c'est que tant que la vérité n'aura pas éclaté, tu resteras en captivité parmi nous. Et ceux que tu protèges ne semblent pas trop se soucier de venir te récupérer, ils ne doutent pas de ta fidélité à leur égard et sont plus pressés de juger deux ODST incompétents que d'organiser une petite mission de secours. J'espère que tu aimes ta nouvelle chambre, car tu n'es pas prête de la quitter. >>

Elle avait parlé calmement en fixant Ivana droit dans les yeux. Elle avait décidé de jouer à la plus maline? Céleste n'avait pas de temps à perdre avec cette femme. Il était claire qu'elle mentait, et elle venait de confirmer une hypothèse par son attitude : Il y avait bien anguille sous roche à propos du Big Mama. Et ça, Ivana ne le savait pas. Elle se leva sans plus jeter un regard à cette femme bornée, lui tourna le dos et sortit de la pièce sans plus de cérémonie. Plantée devant la porte de la nouvelle cabine de la commandante, elle consulta l'heure et constata que la matinée était bien avancée et que l'heure du déjeuner était proche. De sa démarche légère et féline elle arpenta divers couloirs.

Elle arriva bientôt aux portes d'une gigantesque pièce où étaient attablés de nombreux rebelles et prit la direction d'un petit groupe particulièrement bruyant. Elle s'assit à côté d'un jeune homme qui posa un regard anxieux sur elle. Il se pencha vers elle et lui chuchota quelques mots d'un air soucieux.

<< Tu as été longue.
- Je sais.
- Qu'est-ce que...
- Anthony arrête, s'il te plait.
- Je m'inquiète, tu as assez de cicatrices comme ça.
- Justement, arrête de t’inquiéter, ce ne sont que des cicatrices.
>>

Il la fixa encore un long moment, tandis qu'elle l'ignorait du mieux qu'elle pouvait en entrant dans la conversation joyeuse de leur petit groupe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pure, Apache et Espoir [Ouvert à tous les rebelles]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pure, Apache et Espoir [Ouvert à tous les rebelles]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La confrerie du "chaos "( RP ouvert a tous )
» CONNEXION NUMERICABLE
» Extenssions du Nether ouvert à tous !
» Opération Sibéria ( Ouvert à tous )
» Bureau du Secrétaire d'Etat - Ouvert à tous !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Halo Fight :: Espace neutre. :: 
L'Espace
-
Sauter vers: