Forum Rpg sur l'univers d'Halo
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La base

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Providence
Destinée
avatar

Nombre de messages : 103
Date d'inscription : 20/06/2012

MessageSujet: La base   Jeu 5 Juil 2012 - 23:28



La principale base de la région, permettant l’évacuation de nombreux civils et représentant un centre stratégique important à cause de sa salle des serveurs, la zone secrète et les différents générateurs électriques. On commence au niveau 0 et on finit au niveau -5. Chaque étage est accessible à partir des escaliers du niveau 0 ou à la suite des étages supérieurs. Seule la zone secrète est accessible qu'à partir du niveau -4 (serveurs) par un accès caché..

0 : Bâtiments divers
-1 : infirmerie n°2
-2 : système de défense
-3 : Générateurs
-4 : Serveurs
-5 :???




Seulement le CSNU pour le moment ! Responsable hiérarchique au sol : Major Freeman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carl Sorince
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 636
Age : 22
Localisation : Planqué derrière mes hommes.
Humeur : Oh...Ohoh...Vous voulez vraiment savoir ce qui se passe dans ma tête?
Date d'inscription : 20/01/2011

Feuille de personnage
Arme n°1 : M45 TS
Autre Compte : Dar'Lauc
Arme n°2 : pistolet M6D SOCOM

MessageSujet: Re: La base   Ven 6 Juil 2012 - 1:45

Carl marchait entre les bâtiments...Et c'était déjà bien.
Parce qu'après tout, marché signifiait qu'on avait encore les jambes rattaché au corps, qu'on pouvait encore bougé et...Accessoirement, que l'on était encore en vie.
Quelques marines s'affairaient autour de lui, s'occupaient l'esprit, échangeaient des regards inquiets et parfois, jetaient un coup d'œil vers l'extérieur des murs de la base...Avant de vite ce remettre a couvert.
Parce que dehors...Dehors...
Des apparitions, des covies, toutes la saloperie non-humaine rassemblée en une grande armée...Saloperie.
Les escouades qui sortaient de la base ne revenaient pas souvent entière...
Le bruit d'une énorme explosion parvint jusqu'a ses oreilles, sa venait de l'autre coté des murs, pourtant un flot de terre brulé s'écrasa devant lui.

"Bienvenue en enfer."

Il est vrai que ça y ressemblait beaucoup...Malgré que cette pensée soit fortement clichée, elle était plus ou moins réaliste.
Un type qui avait du ce recevoir un éclat d'on ne sait quoi était porté par un autre marines, la jambe du pauvre gars ressemblait a s'y méprendre a un morceau de jambon mal découpé...Ou a un morceau de steak très, très saignant.

Tiens...Quelque chose le gênait au niveau du crâne...Ah oui, cette connerie de casque...Il le détacha et le garda sous le bras tout en grattant furieusement son cuir chevelus...Qui pouvait être assez stupide pour garder ça sur le crâne? Pas lui en tout cas.

Quelle foutue journée...Il était en charge de la protection de civils, de serveurs miteux en plus de sa propre vie...Ca faisait beaucoup...Enfin bon, au moins il était bien a l'abri, derrière des remparts...
A marcher.

"Tiens, Mendoza."

En effet, un soldat au cheveux court, bruns, un bob sur la tête et un air d'abruti semblait chercher Carl du regard, et vus la tronche qu'il affichait, il semblait l'avoir trouver. En temps normal, le caporal Sorince aurait évité Mendoza, mais au stade ou il en était...
Sans pour autant accéléré ni ralentir, il accepta la compagnie du soldat chiant a souhait en franchissant un couloir sur sa droite en direction de l'armurerie.
Les murs grisâtres et le sol a la terre sèche allaient parfaitement avec l'ambiance des lieux...Et ça déplaisait quelque peut aux marines présent.

"-Le sergent vous demande Caporal, Gareb et les autres nous attendent déjà !
-On est pas pressé 1ère classe...
-Justement, si !
-Rappel moi ton grade?
-J'ai compris..."

Carl accéléra légèrement le pas, pas trop non plus, il était encore fatigué d'avoir du accompagner une bande de civils, sous ordre de Kelrod, bien sur...
Maintenant, leurs escouade étaient censé ce retrouvé a l'armurerie...Et Carl allait devoir arrêter de marcher.

Il passa un autre couloir entre deux bâtiments, éternua un grand coup avant d'accéléré a nouveau le mouvement a la vue d'un banshee qui semblait sur le point de s'écraser au dessus d'eux... Le véhicule s'écrasa bien sur en dehors de la zone, mais le fait est que la vue de ce genre d'événement motive toujours.

Ah, ils étaient arrivés.
Ils franchirent la porte tout en étant légèrement déstabilisé par la différence de température...En effet, il y faisait relativement frais...Contrairement à dehors.

Il aperçut Kelrod et le reste de l'escouade, a droite de la salle, a coté d'un tas de munition, une dizaine de couillon marines tous aussi stupide les uns que les autres, ils étaient tous présent, debout, Kelrod l'avait vu rentré a en juger son air mécontent.
Tout en affichant son plus beau sourire, il bouscula une 1ère classe qui attendait les ordres du sergent et ce posa sur une caisse en croisant les bras.

"-Messieurs, vous m'attendiez?"

_________________
"Je me présente, Carl Sorince, sarcastique, cynique, cruel et schyzophrène...Passons maintenant à mes points négatifs..."-Carl Sorince, auteur du roman "moi, mon reflet, mes photos et encore moi."

"Il est normal qu'un sale gosse comme moi soit devenu celui que je suis désormais...C'est à dire un tueur mieux placé et mieux payé que les types biens."-Carl Sorince à propos de lui-même.

"Mes gars...Mes exécuteurs...Sont pas des héros. Non, pas des héros...Et moi non plus d'ailleurs. Nous sommes bien mieux. Nous sommes des tueurs de héros."-Carl Sorince à propos des sanglots.
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max Kelrod
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 145
Age : 25
Humeur : ...
Date d'inscription : 18/04/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : DMR
Autre Compte :
Arme n°2 : M6C Socom

MessageSujet: Re: La base   Ven 6 Juil 2012 - 3:17

Kelrod entra dans l'armurerie, Gareb le précédent. Ils avaient accompagné les derniers civils dans les baraquements de la base et les avait empaqueté comme des sardines à l'intérieur. Beaucoup de ces derniers hurlaient de terreur, Max avait horreur de ça, crier n'allait pas les sauvés. Le Sergent inspecta l'armurerie, il restait pas mal d'équipement, cela aller être utile.
Max avait scindé son escouade en plusieurs groupe pour s'occuper plus efficacement des civils et il devait se retrouver ensuite à l'armurerie pour la suite des évènements.

-Foutu planète, on crève de chaud.
-Heureusement que les bâtiments sont équipés de climatiseurs.
-Une chance, les covies vont être ravie de ce détail.

5 min plus tard, le gros de l'escouade était revenu, il ne manquait que 2 hommes Mendoza et...

-Putain Sorince, sale glandeur !

Max se doutait bien qu'il mettrait plus de temps pour revenir. Étant donné que la base était, pour l'instant, relativement sûr, il était évident que ce dernier allait ce balader, de ci, de là. Le Sergent soupira, il appréciait le Caporal au vue de ses aptitudes au combat et son ''sens'' de survie ultra développer qui lui procure d'excellent réflexe en situation de danger. En situation de non-danger, il devient aussi actif qu'une huître, une huître qui se fout de ta gueule et qui se plaint en permanence.

-Gareb ?
-Oui Sergent ?
-Allez me les chercher je vous prie.
-A vos ordres !

Au même moment, la porte s'ouvrit et 2 marines entrèrent. L'un d'eux affichait un sourire, un sourire que Kelrod voulait effacer à grand coup de crosse. Le Caporal bouscula une 1ère classe et prit place sur une caisse de munition.

-Messieurs, vous m'attendiez ?

Max s'approcha du Caporal et afficha à son tour un sourire qui disparu quelques secondes plus tard.
Il passa outre le comportement du Caporal et décida d'enchainer rapidement, plutôt que de s'emmerder avec ce genre de conneries.

-Bon messieurs, je vais faire simple, vous quatre ! Vous allez dans les baraquements civil, vous me les surveiller, si vous voyez quelques chose de suspect, bizarre, inhabituel, vous venez me voir compris ? Et pas de question du genre, il prit une voix plutôt aigu, Qu' est ce que vous entendez par bizarre ou inhabituel ? Il reprit son timbre de voix grave, Je lui coupe les couilles et je les lui cloue sur un mur !

Les soldats déglutirent, sauf Carl qui ricanait en voyant la tête de Mendoza. Max sortit son couteau du fourreau, le regarda quelque secondes et reprit.

-Réflexion faite, je vais pas vous les couper, je vais les laisser là où elle sont... et les clouer directement. Allez bouger votre cul et plus vite que ça !

Ils s’exécutèrent tous sans sourcillé. Les questions stupides était à éviter avec lui. Il regarda le reste de l'escouade.

-Nous on va s'occuper barricades. Vérifier qu'elle sont solides et bien en place, garder vos munitions, l'ennemie n'est pas encore là, pas de gaspillage, c'est clair ?

Il répondirent tous en chœurs, hormis Carl qui semblait s'endormir. Surement était il en train de réver d'une certaine personne, personne intimement lié à ces genoux. Max s'approcha rapidement du Caporal.

-Sorince !
-Hein, Quoi ?
-Fini le sieste, vous prenez Mendoza avec vous et vous vous chargez de l'accès Nord-Ouest, Cooper et Spoon accès Nord. Gareb et moi on s'occupe de l'accès Est. Au boulot !

Il quittèrent tous l'armurerie et se séparèrent à l'entrée de celle-ci. Le Sergent tapa la masse chevelu de Carl.

-Votre casque !
-J'voudrais pas abimer le matériel de l'armée en répandant ma cervelle dessus...Au cas ou je préfère le garder sous le bras.
-C'est fort avisé de votre part mais ceci est un ordre.

Max s'empara du casque du Caporal et lui mit sur la tête. Le Sergent tapa ensuite son épaule avec un sourire sarcastique.

-Bonne journée Caporal.

Kelrod tourna les talons et rejoignit Gareb. Il se dirigèrent tous deux vers la porte Est. Il devait faire tout le tour de la base pour y arriver. Pendant le trajet, Max se remémorait ses objectifs.
Protéger les Serveurs, sécuriser les civils et un bonus. Il secoua la tête.

-Je la sens mal cette histoire, encore un truc qui va me pourrir la journée...

-Sergent ?
-Laissez tomber et avancez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carl Sorince
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 636
Age : 22
Localisation : Planqué derrière mes hommes.
Humeur : Oh...Ohoh...Vous voulez vraiment savoir ce qui se passe dans ma tête?
Date d'inscription : 20/01/2011

Feuille de personnage
Arme n°1 : M45 TS
Autre Compte : Dar'Lauc
Arme n°2 : pistolet M6D SOCOM

MessageSujet: Re: La base   Ven 6 Juil 2012 - 19:14

Alors que Kelrod donnait ses ordres, Carl était comme d'habitude passé en mode veille...Mais quelque chose l'avait interloqué :

"-Vous quatre...Baraquement civil..."

Le reste de la discussion l'avait assommé...Il avait malheureusement été réveillé par un certain sergent, celui-ci lui avait ordonner de remettre son casque, et de rejoindre l'accès Nord-Ouest...Carl avait hoché la tête, remit son casque en grommelant et avait fait signe a Mendoza de le suivre, ce qui n'était surement pas utile en fait...Car ce foutu 1ère classe Mendoza Jenkins le suivait partout en toute circonstance, avec ou sans ordre.

Alors qu'ils sortaient de l'armurerie, en dernier bien sur, Carl s'était dirigé vers le groupe chargé des civils sous le regard incompréhensif de Mendoza, il avait attrapé par le bras un des marines et lui avait murmuré :

"-Quand tu seras avec les civils...Observe les bien, tous, si l'un d'eux te parait suspect, si il remet trop en cause tes décisions par exemple...Préviens moi.
-Pourquoi?
-J'aime pas les troubles fêtes, c'est tout."

Puis il avait lâché le marines, avait fait signe a Mendoza de ce bougé et c'était dirigé vers le Sud Est...

"-Qu'est ce que vous faites caporal?
-Ben j'vais a l'accès qu'on nous a demandé de surveiller...
-Dans ce cas, c'est par la !
-Hein? Oh merde...J'me plante tout le temps avec ces conneries de nord et de sud...
-Comment vous avez fait pour rentrer dans la marines?
-Je vais être gentil et faire comme si je n'avais rien entendu 1ère classe, passez devant, je vous suis.

Ainsi, ils avaient à nouveau du marcher, pas que Carl s'en plaignait, marcher, c'était mieux que tirer ou manquer de ce faire écorcher...Mais à la longue, ça devenait monotone, pénible, ennuyeux...En faite si, Carl s'en plaignait.

Heureusement pour le duo, ils étaient les moins éloignés de leurs point d'accès, la grande route d'accès du Nord n'était qu'a une centaine de mètre de l'armurerie, ce qui était, a en juger la taille de la zone, vraiment pas énorme. Mendoza parlait, Carl n'écoutait pas...Carl ce plaignait, Mendoza continuait a parler...Carl soupirait, et Mendoza persistait, encore et toujours, a parler.

Une fois arrivé sur la route, la 1ère classe du rattraper son caporal, qui partait sur la droite, pile-poil a l'opposé de la ou ils devaient ce dirigé.
Les combats autour d'eux semblaient s'intensifié, vraiment s'intensifié...Des séraphins passaient au dessus d'eux, balançant une salve de plasma sur la base, tentant de tué quelque chose.
Un tir de barreau a combustible avait projeté un marines dans les airs, celui-ci était retombé et c'était relevé sans constaté la moindre blessures...Jusqu'a ce qu'il remarque que son bras droit était derrière son épaule gauche...Et qu'il ne pouvait visiblement plus le bouger. Mendoza avait proposé de l'aidé, Carl lui avait rappelé que des infirmiers étaient la pour ça.

Et ils avaient continué la marche.

Finalement arrivé à leur destination après 10 intenses minutes, ils étaient tombé nez a nez avec quatre autres soldats, ayant visiblement le même objectif qu'eux, qui renforçaient la "barricade" à grand renfort de caisse et de tas de sable tout en supportant les tirs bruyants et constants des tourelles de défense.

Il remarqua un important tas de cadavres de grognards à quelques dizaines de mètres de l'entrée de la zone.

"-Comment ça ce fait qu'ils ont pu arriver jusque la?
-On a eu un p'tit dysfonctionnement au début de l'attaque, mais c'est réglé."

Carl fixa le marines comme si celui-ci avait remplacé son MA37 par un lance tomate.

"-Vous êtes bien sur que ce sont les seules covies qui ont pu arriver jusque la?
-Certains caporal."

Carl commençait a paniqué, et il ne paniquait jamais sans raison.
Il passait désormais en revue la zone d'un œil attentif, ses sens en éveils, il avait a nouveau posé son casque, ignorant les protestations de Mendoza "parce que, hein, c'est les ordres".
Il n'y avait rien autour d'eux, aucun abri, si quelque chose était entré, il fallait devoir sprinter jusqu'au plus proches bâtiments... La route était totalement dégagé, il n'y avait que quelques caisses prévues pour servir de barricade...En même temps, c'était une route... Derrière le groupe de marines travailleurs ce tenait un reste fumant de banshee, surement celui qu'il avait vus s'écrasé avant de rejoindre les autres.
Non, il n'y avait rien.
Satisfait de ne pas voir de covies, Carl s'accorda un court instant pour lancé en hauteur ce fichu couvre-chef qui ne servait définitivement a rien.
Il observa la chute de celui-ci en souriant, ne prêtant pas attention a l'un de ses collègues qui tentait de le pousser pour posé l'énorme caisse qu'il avait dans les mains... Puis son sourire c'était effacé très rapidement...Le casque était atterrit sur le toit d'un bâtiment derrière eux, puis avait roulé pour tomber de celui-ci et s'écrasé sur quelques chose d'invisible...Et de costaud...Il remarqua les faibles ondulations qu'il y eut l'espace d'un instant dans l'air...Ecarquillant les yeux et hurlant tel un possédé, Carl paniqua et dégaina son fusil a pompe chargé de calibre 8 perforant tout en intimant a ses alliés de bougé :

"-A couvert ! Unité camouflé covenante !"

Les concernés, désormais découvert, furent visiblement frustré par l'hurlement de panique de l'humain, car ils engagèrent aussitôt les hostilité, des salves de plasma bleutée fusèrent en direction des marines qui lâchaient leurs charges pour mieux fuir, l'un d'eux ne fut pas assez rapide et fut touché au niveau du visage...Autant dire qu'il était perdu.
Un autre était bien plus rapide que les autres et était déjà entrain de tourné sur sa droite pour ce mettre a couvert derrière un bâtiment.
Cet autre était bien sur Carl Sorince.

Pointant son fusil a pompe derrière la troupe de fuyard marines, tentant de percevoir un quelconque trouble dans les alentours...Un trouble semblable a ceux que causait les camouflages optiques covenante, il activa sa radio :

"-Kelrod, on a des spec-ops Elite au cul ! Il y en a dans la base !"

Il avait déjà eu affaire aux salopards camouflé des covenantes...Et il n'avait pas envie que cela ce termine comme la première fois.

Quoique...Il avait survécu la première fois...

_________________
"Je me présente, Carl Sorince, sarcastique, cynique, cruel et schyzophrène...Passons maintenant à mes points négatifs..."-Carl Sorince, auteur du roman "moi, mon reflet, mes photos et encore moi."

"Il est normal qu'un sale gosse comme moi soit devenu celui que je suis désormais...C'est à dire un tueur mieux placé et mieux payé que les types biens."-Carl Sorince à propos de lui-même.

"Mes gars...Mes exécuteurs...Sont pas des héros. Non, pas des héros...Et moi non plus d'ailleurs. Nous sommes bien mieux. Nous sommes des tueurs de héros."-Carl Sorince à propos des sanglots.
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max Kelrod
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 145
Age : 25
Humeur : ...
Date d'inscription : 18/04/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : DMR
Autre Compte :
Arme n°2 : M6C Socom

MessageSujet: Re: La base   Ven 6 Juil 2012 - 20:44

Le bruit incessant des tourelles automatiques et les diverse unités aériennes covenante qui passaient au dessus de la base avait filer un mal de crâne monstrueux à Max. Le chaleur étouffante n'arrangeait rien. Et histoire de foutre encore plus la merde, une tourelle avait touché un banshee et l'aile droite de ce dernier, arracher par les tirs, avait faillit l'écraser. Kelrod perdu dans ses pensée avait entendu Gareb criait ''attention'', le moment d'après, il était à terre et tentait péniblement de se relever. La 1ère classe s'approcha de lui et lui tendit la main.

-Blesser ?
-Non, ça va, ça va. Bon on se magnent !

Ils continuèrent donc leur chemin, d'un pas pressé. Cette base était foutrement grande, Max se disait qu'ils auraient dût emprunter un véhicule, une mangouste peut-être. Peu importe, ils étaient arrivé. Sur place, quelques soldats, 6 marines pour être précis étaient derrière des sacs de sables et surveillaient l'extérieur. Fusil en joue. Max chercha du regard un gradé, du moins quelqu'un étant plus gradé qu'un 1ère classe et trouva un caporal. Il s'approcha de lui. Ce dernier était armé d'une SMG 7 et était assis contre le mur d'enceinte.

-Caporal ?

Le soldat tourna la tête, et vit le sergent debout devant lui. Il se leva à la hâte et se mit illico au garde à vous.

-Repos, alors cette barricade ?
-Elle tient, on a éliminé quelque covies, qui tentaient de s'approcher. Le reste d'entre eux s'est replié.
-Très bien, donc on peut dire que la situation est sous contrôle... pour l'instant.
-Oui sergent !

Max, satisfait de la situation, laissa le caporal dans son coin, et activa sa radio.

-Ici le sergent Kelrod, les civils vont ''bien'' ?
-Oui sergent, pas de problème notable.
-Aucun incident ?
-Non m'sieur !
-Parfait, si ça bouge, contacter moi.
-A vos ordres.

Gareb regardait Max d'un air perplexe. Le sergent le remarqua et leva un sourcil.

-Un problème ?
-Euh... eh bien, vous avait l'air vachement... intéresser par les civils, sergent.
-Et ?
-Ben je me demande pourquoi, enfin je veux dire, on doit les protéger, mais j'ai l'impression qu'il y a autre chose.

Max baissa les yeux un instant, les ferma et soupira un grand coup.

-Écouter moi un ins...

Des tirs de fusil à pompe coupèrent le sergent dans sa phrase. Il s'arrêta net. Il prit son DMR. Subitement, sa radio se mit à grésiller.

-Kelrod, on a des spec-ops Elite au cul ! Il y en a dans la base !


Max écarquilla les yeux. Dans la base ? La situation avait dégénéré soudainement, comme d'habitude. Kelrod se tourna vers Gareb et lui fît signe de l'accompagner.

-On finira cette conversation plus tard.

Il acquiesça, mais au moment de partir un bruit étrange les stoppa dans leur course. Un bruit et ça se rapprochait. Max leva les yeux et vit quelque chose de massif passer au dessus du mur. La chose en question était un Elite, blanc, équiper d'un jet-pack. Il avait atterri juste à côté du caporal. Tous le monde était... sur le cul. C'était inattendu, et la suite fût le tout autant. 5 autres Ranger passèrent le mur. Et le caporal se prit un tir de carabine needler en pleine tête et à bout portant.

-A couvert !

Les aiguilles de carabine, ainsi que les décharges à plasma fusèrent dans leur direction. Un marines prit un tir de répéteur plasma dans l'épaule et tomba à terre.

-Gareb !

Max était à l'angle du mur, se protégeant comme il pouvait des tirs. Il sortit de son couvert un instant et tira pour permettre à son collègue de trainer le blessé. Les Elites utilisaient les caisses présente dans l’allée comme couverture, mais vu leur taille, ce n'était pas vraiment efficace.
Cela ressemblait à un assaut synchroniser, c'était vraiment mauvais.

-Sorince, j'ai un problème de sauterelle de mon côté, vous allez devoir vous démerdez tout seul.

Il devait en finir vite avec eux, sinon, la base était perdu. Juste derrière les Elites se trouver un cul de sac. Étant donné que c'est des Ranger il risquerait de...

-Et merde ! balancer leurs des grenades avant qu'ils passent de l'autre côté !

Un des Ranger avait passé le mur. Les autres le couvrait. 6 grenades à fragmentation tombèrent au milieu du groupe de covenante. Ils hurlèrent de colère et arrêtèrent de tiré sur les marines. Le sergent en profita.

-Maintenant feu !!!

Les boucliers scintillèrent sous la pluie de balles, les Ranger utilisèrent leur jet-pack pour passer le mur, mais les grenades les soufflèrent littéralement. Malheureusement, 3 d'entre eux était parvenu à passer. Max s'approcha prudemment des corps, l'un d'eux était toujours vivant. Kelrod pencha la tête sur le côté et lui mit 3 balles de M6C dans la tête. Il empoigna sa radio.

-On a 4 Elites Ranger dans la base, ils sont du côté des garages, je répète on a 4 foutu sauterelles dans la base, faites passez l'info, on doit les éliminer au plus vite.

La chaleur, les emmerdes, Max était aux anges... au milieu de cette enfer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carl Sorince
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 636
Age : 22
Localisation : Planqué derrière mes hommes.
Humeur : Oh...Ohoh...Vous voulez vraiment savoir ce qui se passe dans ma tête?
Date d'inscription : 20/01/2011

Feuille de personnage
Arme n°1 : M45 TS
Autre Compte : Dar'Lauc
Arme n°2 : pistolet M6D SOCOM

MessageSujet: Re: La base   Ven 6 Juil 2012 - 23:29

Carl attendait la réponse de Kelrod avec intérêt, il était fatigué d'avoir courut, mais il continuait quand même, au cas ou...
Ils c'étaient dispersé dans les bâtiments, les spec-ops étant surement moins nombreux qu'eux, cette idée leur avaient parut logique...Mais maintenant.

" -Sorince, j'ai un problème de sauterelle de mon côté, vous allez devoir vous démerdez tout seul."

Ah ben ça y est, Carl commençait a avoir des envies de suicide.
L'élite qui le poursuivait semblait avoir disparut, ce qui n'était pas vraiment une bonne nouvelle, on ne peut abattre un ennemis invisible. Et puis déjà, il était ou? Il c'était mit a courir au hasard dans la zone, ayant au départ eu pour but de rejoindre l'armurerie, tirant de temps en temps derrière lui pour ne jamais faire mouche, il avait entendu des cris, des tirs...Puis...

Plus rien.

Il était seul, au milieu d'un "couloir" étroit entre deux bâtiment, quelques croisement sur sa gauche menaient a d'autre couloir étroit a deux francs, Carl était tellement essoufflé qu'il était a deux doigt de craché ses poumons...Avec un élite a ses trousses. Vraiment génial.
Il activa sa radio :

"-Ici Carl...Mendoza tu me reçoit?"

Long silence...Il commença a faire machine arrière. Ce couloir était vraiment sombre, le toit des bâtiments autour de lui cachait la vue du soleil...
L'équipe de marines n'aurait peut-être pas du fuir de cette manière...Mais avec des spec-ops, on pouvait difficilement faire autre chose...Surtout que le peu de courage qu'avait Carl était parti a toute jambe lorsqu'ils avaient vu l'un des marines ce faire soulever de terre pour ce faire trancher en deux. Il y en avait un avec une épée dans le tas, et les élites avec des épées...C'était les pires.

Marchant a pas de loup dans l'étroit couloir, il chercha du regard un quelconque signe de trouble dans l'air...Que dalle. Aucun signal sonore non plus, il n'osait pas respiré, ce qui le dérangeait un peu, car il ne s'était toujours pas remis de cette course effrénée.

Ah, quelqu'un venait...Ca courait, ça respirait mal...Et ça gueulait de façon pitoyable.

"-Mendoza..."

Accessoirement, ça venait vers lui.

Il ce mit en position de tir, histoire de descendre l'éventuel poursuivant du marines...Il y eut un bruit de chute, puis une reprise de course...Soit l'élite qui le poursuivait était très silencieux, soit personne ne poursuivait le soldat au bob. Il resta tout de même en position, pour être sur de ne pas manqué une éventuel cible.
Mendoza débarqua d'un passage sur la gauche, il accourait vers Carl qui restait impassible, un genoux a terre, l'arme pointée dans sa direction. Le caporal remarqua que le bras gauche du marines saignait abondamment, il n'avait plus que son M6D en main...C'était fâcheux. Il ne décernait absolument aucun mouvement suspect...Même en plein soleil un covie camouflé n'était quasiment pas détectable...Mais dans la pénombre...Il n'était pas du tout détectable. Alors autant tiré.

Hurlant au Marines de ce couché, Carl pressa la détente trois fois...Le deuxième tirs percuta quelques chose, le troisième perça le bouclier et désactiva le camouflage de l'extraterrestre, dévoilant sa véritable forme...Et son réel armement.
Un élite d'au moins trois mètres, qui prenait les trois quarts de l'étroit couloir a lui tout seul, une énorme épée a énergie dans sa...Patte gauche.

Le guerrier élite contempla un court instant les deux humains puis ce jeta sur la gauche et changea de couloir, disparaissant aux yeux de Mendoza et du caporal. Ceux-ci restèrent quelques seconde figé, braquant leurs armes sur l'ancienne position de leur poursuivant.

"-Mais bordel pourquoi ces saloperies sont tout le temps après moi !
-Je sais pas, mais vous l'avez touché.
-J'ai remarqué, mais il n'est pas mort...Et ça, ça crains. Vous êtes blessé?"

Quelques chose empêcha Mendoza de répondre, surement la vue d'un élite armé d'une épée fonçant derrière le caporal, le fait est qu'il attrapa ce dernier de sa main valide et le poussa sur la gauche tandis qu'il plongeait vers la droite. Et l'élite frappa au milieu.

Carl fut quelque peut sonné par cette soudaine apparition, il était au sol, hagard, a moitié dans les vapes, au dessus de lui, l'élite soulevait le pauvre Mendoza qui ce débattait comme un beau diable.

"-Debout."

Ce relevant difficilement, attrapant tout aussi difficilement son fusil a pompe, il pointa celui-ci vers cette masse alien et pressa la détente. Malheureusement, l'état de Carl, a moitié sonné, mêlée a son intense fatigue ne lui permettais pas, même a cette distance, de visé un poing vitale de l'élite...Heureusement pour Mendoza, il parvint tout de même a toucher la créature au niveau de la patte gauche, arrachant celle-ci et désarmant le covenante. Relâchant sa prise sur le marines, il projeta le caporal au fond du couloir a l'aide d'un magistral coup de pied. Puis celui-ci souleva a nouveau le pauvre Mendoza, l'amenant jusqu'a son visage a l'aide de sa patte valide, et commença a avancer vers le caporal.

Carl, s'étant a nouveau relevé après sa nouvelle chute, fut troubler par le comportement du covenante.

"Est-ce qu'il ce sert de Mendoza en guise de bouclier? Mais oui !"

En effet, l'élite continuait a avancer, braquant Mendoza devant lui, le pauvret semblait a demi-conscient. C'était une situation quelque peut désespéré...Alors des mesures désespéré était obligé...

"-Mendoza, j'ai des cartouches perforantes...Ca risque de piqué un peu."

Il pressa la détente, le tir percuta la cuisse gauche du 1ère classe, la traversa entièrement, pour finir dans le bassin de l'élite...Celui-ci lâcha le marines qui s'écrasa au sol de façon totalement bousesque, Carl pressa la détente une deuxième fois, visant désormais le bras valide de l'élite, le tir arracha une bonne partie de celui-ci, puis ce fut au tour des jambes de l'extraterrestre...Lorsque l'élite n'eut plus aucun moyen de mobilité, Carl attrapa Mendoza et le tira loin du corps de son adversaire, puis il activa sa radio :

"-Ici Carl, j'ai eu une saloperie de spec-ops, il est toujours vivant mais...Enfin bon. Mendoza est touché, j'ai besoin d'assistance de tout urgence !"

_________________
"Je me présente, Carl Sorince, sarcastique, cynique, cruel et schyzophrène...Passons maintenant à mes points négatifs..."-Carl Sorince, auteur du roman "moi, mon reflet, mes photos et encore moi."

"Il est normal qu'un sale gosse comme moi soit devenu celui que je suis désormais...C'est à dire un tueur mieux placé et mieux payé que les types biens."-Carl Sorince à propos de lui-même.

"Mes gars...Mes exécuteurs...Sont pas des héros. Non, pas des héros...Et moi non plus d'ailleurs. Nous sommes bien mieux. Nous sommes des tueurs de héros."-Carl Sorince à propos des sanglots.
Spoiler:
 




Dernière édition par Carl Sorince le Dim 8 Juil 2012 - 17:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max Kelrod
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 145
Age : 25
Humeur : ...
Date d'inscription : 18/04/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : DMR
Autre Compte :
Arme n°2 : M6C Socom

MessageSujet: Re: La base   Sam 7 Juil 2012 - 16:25

Max prêta main forte à Gareb pour aider le blesser à ce déplacer. Il grognait de douleur, mais fît comprendre au sergent qu'il pouvait marcher. Kelrod acquiesça et activa sa radio.

-Cooper, Spoon vous me recevez ?
-Oui sergent
-La porte Nord, tout va bien ?
-Ouep, pas problème, il y a une dizaine de gars avec nous, armé jusqu'au dents.
-Bon, fonçaient à l'accès Nord-Ouest, ils ont des soucis avec des spec ops. Je vous rejoindrez là-bas.
-Bien reçu.

Max se tourna ensuite vers les survivants de l'attaque des Elites Ranger. Il avait subit une perte, et avait 1 blessé, compte tenu de la situation, c'était plutôt pas mal. Il n'était donc plus que 4. Max activa sa radio et se mit sur le canal général de la base.

-Ici le sergent Kelrod, besoin de renfort à la porte Est, 6 ou 7 soldats devrait suffire. Des covenants se balade dans la base, des unité camouflé ainsi que des unité équipé de jet-pack, prudence. Terminer.

Max empoigna son DMR et fît signe à Gareb de le suivre, accompagner par le blesser à l'épaule. Pendant le trajet, Max ordonna à Gareb de l'emmener à l'infirmerie sans lui. Sans prévenir, la radio s'activa.

-Ici Carl, j'ai eu une saloperie de spec-ops, il est toujours vivant mais...Enfin bon. Mendoza est touché, j'ai besoin d'assistance de tout urgence !"

Encore un blesser, mais un spec ops hors de combat était une bonne chose. Max s'arrêta pour réfléchir quelques secondes. Il n'était plus qu'à une cinquantaine de mètre de la porte Nord-Ouest, Il activa sa radio.

-Cooper et Spoon allait aider Carl et Mendoza.
-Euh, a vos ordres.
-Des pertes ?
-On a perdu 5 marines sergent et on a 3 blesser dont un grave.
-Et l'ennemie ?
-Les soldats présent en on tué 3, et quand on est arriver le quatrième allait tué une 1ère classe, on s'en ai occupé. Il ne restait que lui ça a était rapide.
-Il reste combien d'hommes là-bas ?
-... 5, nous compris, c'est pas glorieux.
-Et merde, rejoignait tout de même le Caporal Sorince, je vais envoyé des gars là bas aussi.
-Bien reçu

Max passa ensuite sur le canal de la base, Les spec ops avait fait pas mal de dégâts parmi leur troupe.

-Ici le Sergent Kelrod, renfort demander à la porte Nord-Ouest, 6 à 7 marines plus une équipe médicale, il y a eu quelque pertes et des blesser. Terminer

Kelrod en avait foutrement marre en quelque minute il y avait eu 6 morts et 4 blesser. Et ceci n'était rien, la suite risquait d'être bien pire. La sécurité devait être renforcé et l'équipement optimiser.
Il sont dans leur base, c'est LEUR territoire, il allait donc agir en conséquence. Max se reprit et il continua sa route en direction de l'Ouest. Arriver à destination, Gareb et lui se séparèrent.

-Si vous voyez l'équipe médicale en route, demandez leur de s'occuper de lui et vous foncez rejoindre Cooper et le Caporal.
-Compris !

Un sacré bordel. Cette phrase résonnait dans la tête du Sergent alors qu'il regardait les marines empilait péniblement les corps des Elites morts récemment. Un Caporal se dirigea vers lui et le salua rapidement.

-C'est à vous qu'on doit les deux gars qui sont arrivé et ont sauvés mon p'tit frère ?
-P'tit frère ? Surement la 1ère classe qui avait faillit y passer, pensa Max.

Le Sergent acquiesça sans dire un mot. Le Caporal, qui arborait un léger sourire, s'arrêta dans son élan de gratitude et repartit au boulot. Max soupira, pas le temps pour ce genre de conneries, ils était toujours dans la merde. L'instant qui suivit, la radio de Max s'activa pour faire part d'une bonne nouvelle.


-Ici le Sergent Tanner, ont a eu les sauterelles, elle sont pas très coriaces, il ricana, Ils étaient bien 4 c'est ça ?
-Sergent Kelrod à Sergent Tanner, bien joué, oui c'est ça, ils étaient bien 4. Vous avez eu des pertes ?
-Non Sergent, juste quelques blessé léger, par contre ces enfoirés ont saboté quelques uns de nos véhicules dans les garages, côté Est. 2 Warthogs sont HS et 3 mangoustes ont était exploser à coup de grenades à plasma.
-Bien reçu, vérifié que tout est en ordre, qu'ils soient bien morts et fouillé les, ils ont peut-être quelque chose d'utile sur eux.
-Pas problème, Sergent Tanner, terminer.

Max s'adossa contre le mur et ferma les yeux un court instant. Pas de souvenir heureux, pas de sensations agréables. Il ricana, il n'avait que cette putain de guerre en tête, champs de batailles, gerbe de sang, cadavres mutilés, défaite inévitable, victoire écrasante.
Kelrod secoua a tête, pas le moment de penser au passé, si il voulait un avenir... vivant. La radio s'activa à nouveau et il entendit la voix de Gareb.

-Sergent, on est à l'infirmerie, Mendoza à déguster mais il devrait s'en sortir.
-Et le Caporal ?
-Il se plaint, je pense pouvoir dire que c'est bon signe.
-Vous pouvez, bouger pas de là, j’arrive

Il quitta ce mur des ''lamentation'' et partit en direction de l'infirmerie, au Sud de la base, en cour de route il salua les renforts qu'il avait envoyé au 2 portes attaqué. Il devrait bientôt aussi s'occuper d'un autre problème, mais s'était facultatif, pas question de mourir pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Providence
Destinée
avatar

Nombre de messages : 103
Date d'inscription : 20/06/2012

MessageSujet: Re: La base   Dim 8 Juil 2012 - 16:53

Citation :
Alors que le sergent Kelrod arrivait dans l’infirmerie, il remarqua le nombre impressionnant de blessés présents. Des civils, mais aussi de nombreux militaires occupaient la salle, la remplissant intégralement. L'infirmerie au sous-sol n'était donc pas un luxe.

Mais alors qu'il marchait parmi les brûlés et autres estropiés, un bruit sourd se fit entendre. Un bruit violent, le son d'une explosion. Le mirador Sud explosa après un énième tir d'apparition, faisant apparaître une faille dans les protections humaines. Les soldats se massèrent, repoussant les troupes qui tentaient de passer au travers de la muraille...

Ce n'était pourtant pas le soucis majeur. En effet, des pods d'insertion tombaient vers la base. Certains s'écrasèrent en dehors, d'autres à l'intérieur. Deux, étaient tombés sur le toit du bâtiment regroupant les civils, et trois autres dans la zone des logements proches du gymnase. Et il fallait le dire, ces pods n'étaient pas alliés...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carl Sorince
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 636
Age : 22
Localisation : Planqué derrière mes hommes.
Humeur : Oh...Ohoh...Vous voulez vraiment savoir ce qui se passe dans ma tête?
Date d'inscription : 20/01/2011

Feuille de personnage
Arme n°1 : M45 TS
Autre Compte : Dar'Lauc
Arme n°2 : pistolet M6D SOCOM

MessageSujet: Re: La base   Dim 8 Juil 2012 - 19:08

Carl attendait les renforts, assis contre un mur, un fusil a pompe dans les mains. Mendoza était a sa droite, semi-conscient, le corps de l'élite était devant lui, les jambes trouées, le bras droit a moitié arraché et le bras gauche dépourvu de mains, il respirait encore faiblement, Carl vérifiait qu'il n'était pas mort, de temps en temps, puis ce remettait en place, sa proie semblait pour l'instant inconsciente, mais...
Carl savait qu'un élite était très résistant...Il allait ce réveiller...En attendant, autant s'assurer que ce futur macchabé soit le seul covie dans le secteur, le caporal ce remit donc a sonder la zone.

Au bout de quelques minutes d'intense silence, un souffle de surprise ce fit entendre, Carl daigna jeter un rapide coup d'oeil sur le corps de l'élite. Il bougeait, il était conscient.

"-Salut le poulpe, t'as vu? T'es encore en vie, remercie moi."

Long silence.

"-Tu comprend ce que je dis?"

Le concerné soupira.

"-Vous, humains, vous m'avez laissez vivre..."

Carl ce fendit d'un large sourire avant de dégainer son M6C SOCOM et de s'approcher de sa victime.

"-Ouaip, pour t'interrogé mon gros, ensuite je sais pas...Peut-être que je te laisserais la vie sauve...Peut-être pas."

Long silence, puis un rire faible de la part de l'interrogé.

"-Pitoyable humain, je ne perdrais pas l'honneur qui me reste en vous aidant a gagner cette guerre..."

Carl avait écouté ce que l'élite essayait d'articulé, puis son sourire s'était agrandit et il avait tiré dans l'épaule du spec-ops...Celui-ci n'avait même pas hurlé quand la balle avait pénétré sa chair, mais les soubresaut qu'il avait eu trahissait le faite qu'il avait souffert, et qu'il souffrait encore.

"-Honneur? Honneur? Mais personne n'a d'honneur ici mon gros, personne, ni toi, ni moi, ni Mendoza...Par contre, il faut que tu prenne connaissance de trois mots : Question, réponses...Il marcha sur le morceau sanguinolent qui avait un jour été la mains gauche de l'alien. Et douleur."

Le reste fut un peu confus. Le tortionnaire, ravi de son action, s'apprêtait a loger une nouvelle balle dans l'autre épaule de sa victime, lorsque celle-ci, employant toutes les forces qui lui restait, ce redressa au moment même ou la balle partait du canon...La cervelle de l'alien éclata la seconde d'après...Sous l'oeil incompréhensif du caporal...Il resta cinq bonne minute debout, a observé le sang de sa victime giclé sur son visage...Puis il délivra un coup de pied rageur dans la carcasse avant d'aller ce rassoir.

Et cinq minute plus tard, les renforts étaient arrivé, on lui avait dit d'aller a l'infirmerie, on lui avait dit qu'ils s'occuperaient de Mendoza, et on lui avait surtout dit : "putain quelle boucherie !"
Puis, après avoir prit la peine de ce plaindre au sujet du temps de réaction des renforts, il abandonna ceux-ci pour ce dirigé vers l'infirmerie. La route était longue, et Carl s'en plaignait, en effet, peut-être que des spec-ops trainaient encore dans la zone, si c'était le cas, il aurait préféré devoir ce réfugié dans un bâtiment plus proche que l'infirmerie, qui ce trouvait a l'autre bout de la base.
Il remarqua qu'il avançait plus vite que d'habitude, surement motivé par la bataille qui gagnait en intensité. Alors qu'il arrivait au gymnase, il passa devant un autre banshee écrasé, deux marines tentaient de sortir leur camarade de sous les ruines fumante du véhicule, il avait surement du ce faire faucher par celui-ci alors qu'il "atterrissait", pas de bol...On lui avait bien demandé de l'aide mais il avait rétorqué qu'il était attendu et avait continué sa marche de façon imperturbable...
Il avait aussi croisé cinq ou six cadavres de marines aligné de façon très esthétique, juste a coté des logements...Cette vision l'avait quelque peu boosté, et il c'était mit a courir.
Tellement vite qu'il était arrivé a l'infirmerie en quelques minutes.

Puis, alors qu'il y entrait, quelques choses ne ce passa pas comme prévu.

Une énorme explosion, qui vrilla les oreilles aux marines ainsi qu'a leurs adversaires, ce fit entendre...Il ressortit, histoire de voir de ces propres yeux ce qui ce passait, fut bousculé par Kelrod, qui visiblement, venait d'arriver...Et pus constater la panique qui régnait dehors.
Les marines ce ruaient vers l'origine de l'explosion, gueulaient des instructions, ce poussaient, tandis que le caporal Sorince, lui, rentrait de nouveau dans l'infirmerie.
Une fois a l'intérieur, il pu constaté les horreurs de la guerre. Des chiffons sanguinolents tentant de retenir des flots sanguinolents sortant de reste de membres sanguinolents, des infirmiers débordés, des soldats qui débordaient de leurs organes vitaux, des civils qui chialaient et une escouade qui l'attendait.
Que demander de plus?
Il remarqua que les membres de l'escouade étaient moins nombreux, que Mendoza était déjà présent, dans un lit, et que les membres restant de l'escouade tirait une sale gueule tout en abreuvant de question le sergent qui venait d'arriver. Il ce pressa de les rejoindre puis fit une observation d'une intense finesse :

"-Il me semble que les covies tentent une percée. "

_________________
"Je me présente, Carl Sorince, sarcastique, cynique, cruel et schyzophrène...Passons maintenant à mes points négatifs..."-Carl Sorince, auteur du roman "moi, mon reflet, mes photos et encore moi."

"Il est normal qu'un sale gosse comme moi soit devenu celui que je suis désormais...C'est à dire un tueur mieux placé et mieux payé que les types biens."-Carl Sorince à propos de lui-même.

"Mes gars...Mes exécuteurs...Sont pas des héros. Non, pas des héros...Et moi non plus d'ailleurs. Nous sommes bien mieux. Nous sommes des tueurs de héros."-Carl Sorince à propos des sanglots.
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frederic Avenstal
Marines, Colonel
avatar

Nombre de messages : 20
Localisation : Transport de troupe lourd.
Humeur : Sérieux
Date d'inscription : 28/06/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Pistolet Magnum Misriah Armory modèle M6D
Autre Compte : Khor Ores Koram'
Arme n°2 : Fusil d’Assaut Misriah Armory Modèle MA37 ICWS

MessageSujet: Re: La base   Lun 9 Juil 2012 - 11:07

C’est à bord du C.S.N.U « Poing de Zeus » que le Colonel attendait, un simple croiseur Marathon. Alors que le capitaine du vaisseaux s’attelait a sa tâche laborieuse que Frederic planifiait les opérations.

« - Prométhée, fais moi un rapport de la situation. »

Sous l’injonction de son officier de commandement, une silhouette musclée, barbue, portant un de ces marteaux datant de l’antiquité se matérialisa sur le coin supérieur droit de la carte tactique. Sa main posée sur ces lèvres, Frederic regardait son I.A d’un œil très attentif, l’attaque de cette planète étais une nouvelle qui allais frapper a la fois le moral des forces de défenses du commandement spatial des nations unies et a la fois le moral des populaces, ce qui laissait bien évidemment la porte ouverte a des mouvements de séparatistes, il étais surprenant de ce dire que les humains adoraient se taper dessus quand un adversaire avec une plus grosse arme qu’eux les tiens en joue.

« - La situation sur le terrain est qualifiable de désastre. La ville est perdue mais une milice privée est entrain d’escorter les convois de civils hors de danger en direction de la base.

- Une milice privée ? S’interrogea le colonel en appuyant ces paumes sur le rebord de la table holographique.

- Analyse en cours, l’accès aux données vous est refusé, Colonel. Dit froidement Prométhée

- Pour changer, quels sont les rapports de nos drones de reconnaissance ? Demanda calmement le Colonel

- Les forces de défense du convois on engagé des forces Covenantes. L’issus du combat est incertain, désirez vous que j’envoie des renforts ? Demanda encore sobrement Prométhée.

- Non, cependant la situation de l’hôpital me dérange, envoyez une formation de Longsword leurs apporter un soutien aérien, je pense qu’ils en auront besoin. Préparez trois sections lourdement armées et remplacez les réserves médicales de deux pélican avec des munitions et armes antichar, bourrez un des pélican avec des réserves médicales et faites monter un des médecins de bord dans un de ces carcasses volantes, déployez une autre formation de trois Longsword afin d’escorter les renforts jusqu’à la base, je passerais ensuite a la procédure de passation de commandement avec le Major. Dit le Colonel d’un ton décidé. Vous avez son nom ?

- John Freeman et… Impossible d’accéder a son dossier. S’excusa Prométhée.

- Je m’en doutais, Prométhée, applique les protocoles de sauvegarde et destruction des données si jamais le vaisseau est détecté par leurs forces au sol. N’oublie pas le Protocole Cole et les accréditations a protéger. Dit froidement le Colonel.

- A vos ordres Colonel, départ dans cinq minutes. Dit l’hologramme de Prométhée avant de disparaître en un flash bleuté »

En l'espace des cinq minutes, le Colonel avait eu l'occasion d'inspecter les deux sections de dix hommes, il les connaissait tous, plus ou moins, mais la plupart d'entre eux l'avaient suivit sur Hat Yai et quelques escouades de T.C.A.O courraient dans tout les sens attendant les ordres, le 47éme d'Infanterie Mécanisée n'allait surement pas pouvoir jouer le rôle prépondérant qui étais celui du fer de lance composée de M808B Scorpions, mais il fallait agir. Le déploiement total des forces serait a un trop grand coût pour le régiment, la dotation de M808B, de Falcons et véhicules de reconnaissances léger et lourds prendraient des mois a être remplacé, une petite force d'insertion afin de renforcer la base pour assurer le sauf-conduit des réfugiés vers l'espace, vers la vie.

Un deuxième désastre comme Harvest n'allait pas se produire, pas si il pouvait l'empêcher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max Kelrod
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 145
Age : 25
Humeur : ...
Date d'inscription : 18/04/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : DMR
Autre Compte :
Arme n°2 : M6C Socom

MessageSujet: Re: La base   Lun 9 Juil 2012 - 15:57

Le Sergent entra dans l'infirmerie et vît qu'elle était blindé, de blessé en tout genre, dont des brûlés. Il n'eut pas le temps de chercher les membres de son escouade, un bruit sourd se déchaina et les mur tremblèrent légèrement. Ça venait de l'extérieur...
Max se hâta, bousculant quelqu'un qu'il ne prit pas la peine de regarder. Les marines était paniquer, courant vers l'origine de l'explosion, Max en attrapa un au passage, le stoppant dans sa course.

-Qu'es ce qui c'est passé ?!

-Le mirador ! Le mirador sud a explosé, y'a une brèche, merde, une brèche ! ils arrivent !

Le sergent lâcha le soldat et regarda en direction du mirador manquant, une épaisse fumée s'élevait haut dans le ciel. Le ciel... Kelrod plissa les yeux, des formes sombres étaient là, dans le ciel, juste au dessus d'eux. Elles grossissaient, elles se rapprochaient.
Max ne fît aucun commentaire, les pods d'insertions fendirent l'air et s'écrasèrent sur la base, dans un bruit semblable au tonnerre. Quelques uns s'écrasèrent hors de la base, mais d'autres...
Le sergent rentra dans l'infirmerie et trouva très rapidement ses hommes, non loin de l'entrée. Il activa sa radio.

-Ici le sergent Kelrod, barricader comme vous pouvez les portes des baraquements, des covies vont essayer d'entrée, protéger les civils coûte que coûte !
-Bien reçu sergent.

Dans la radio, Max avait put entendre l'affolement des civils quand il avait prononcé le mots ''covies''
Il leva ensuite la tête vers ses membres d'escouades, qui ne comprenaient pas toute l'histoire.

-Il faut faire vite les gars !
-Il se passe quoi sergent ?!
-C'est la guerre, Cooper, Spoon, allaient au garage et démerdez vous pour vous procurez un warthog, informer moi quand c'est fait.

L'un des deux semblait perplexe, Max le regarda dans les yeux et ajouta un ''tout de suite'' qui fût suivi par un ''à vos ordres'' stresser. Gareb, lui voulait en savoir plus sur cette histoire de warthog, Max lui répondit.

-En plus d'avoir un mirador en moins, au sud, des pods d'insertions covenantes ont atterri DANS la base, et à première vue, deux d'entre eux sur les civils.
-SUR les civils ?!
-Bon on se bouge, j'en ai vue 3 autres s'écraser dans les environs des logements Sud.

Au moment de partir, Kelrod se tourna vers Mendoza, le salua et lui disait de ne rien tenter de stupide, comme se lever.
Pendant leur course effrénée, Max activa sa radio et appela l'un de ses 4 soldats, dans les baraquements civil.

-Situation ?
-Ils essayent de passer, mais des gars à nous les retiennent de dehors, ils vont pas tenir longtemps sergent, ils nous faut des renforts !
-On arrivent, tenez le coup !

Le sergent et son équipe arrivèrent près des baraquements 2 min plus tard et constatèrent que les pods contenait des grunts et...

-Gaffe ! Des Spec ops !

5 Elites spec ops malmenaient la quinzaines de marines qui défendait les bâtiments, Max ordonna d'ouvrir le feu sur l'ennemie, ils se concentrèrent d'abord sur l'escouade de grunts, dont plusieurs d'entre eux était armés de canon à combustible. 3 des Elites, à couvert derrière des caisses et près du moindre angle de mur pouvant faire office de couverture, tirèrent sur leur position, les obligeant à ce mettre à l'abri. La radio de Kelrod grésilla l'instant suivant.

-Sergent, warthog prêt !
-Bonne nouvelle, ramener le au niveau des baraquements civils, on en a grandement besoin.
-On arrive sergent !

Il devait maintenant éliminer les reste des grunts pouvant exploser le warthog en approche.

-Gareb, le caporal et moi on va lancé un tir de couverture au moment où je vais lancé une grenade incapacitante sur les Ultra, profite de ça pour éliminer les deux grunts restant.

Il acquiesça. Max enfourna un chargeur plein dans son DMR et dégoupilla une grenade fumigène. Il regarda le caporal Sorince , qui serrait son M45 contre sa poitrine.

-Prêt Caporal ?
-Non...
-Parfait !

Kelrod sortit de son couvert et jeta, avec précision, la grenade en direction des Elites, puis, accompagner du Caporal, il tira dans leur direction pour les occuper, les disperser. La grenade incapacitante avait bien joué son rôle, les Elites était légèrement déstabilisé. Gareb élimina sans mal les grunts ''combustible'' et concentra ensuite ses tirs sur les Elites qui n'était plus que 2. Un bruit de moteur se fît alors entendre, au milieu des bruits de tir et d'explosion.
La tourelle du hog se mit à tourné et une pluie de feu s’abattit sur les 2 survivants, qui résistèrent fièrement, mais qui au final furent terrassé, dans un nuage de sang violet. Les civils était sauvés, sur le moments, mais s'il restait encore des covenantes au niveau des logements. Max envoya Sorince, ainsi que les 2 soldats dans le warthog s'en occuper et se dirigea, avec Gareb vers les marines survivants.

-Les civils sont en un seul morceau ?
-Ouais sergent, ils ont pas réussi à rentré
-Beau boulot, rester vigilant.

Sur la quizaine de marines présents, il n'était plus que huit, les spec ops était sacrément dangereux, mais le nombre, allié à la tourelle du hog avait eu raison d'eux.
A priori, la situation, au niveau des logements, ne devait pas être plus glorieuse que ça. Tant que les covies présent dans la base était vivants, ils étaient des morts en sursis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Providence
Destinée
avatar

Nombre de messages : 103
Date d'inscription : 20/06/2012

MessageSujet: Re: La base   Lun 9 Juil 2012 - 23:04

Citation :
Un phantom volait rapidement en direction de la base humaine. A l'intérieur se trouvait Alik et son escouade de forces spéciales, prêts à intervenir. Les plans et informations récupérés sur la mallette de l'hôpital Resistance avait donnée de précieuses informations au Sangheili et lui avaient permis de grandement progresser dans sa quête.

Le vaisseau approcha de la base, alors que celle-ci brûlait à certains endroits. Le mirador Sud était en miettes et les troupes de soldats peinaient à repousser les forces de l'hégémonie qui tentaient de pénétrer dans la forteresse.

Le phantom changea alors de direction et se posa à quelques centaines de mètres de l'entrée Nord. Les marines ouvrirent le feu, mais virent avec stupéfaction qu'il n'y eut aucun dépôt de créature, à part un grognard kamikase qui fonça sur eux. Ils abattirent la créature qui explosa quelques secondes après. Le vaisseau était reparti et il n'y avait eu que ce petit être de larguer... Les marines se regardèrent et comprirent trop tard qu'il s'agissait d'un groupe d'assaut SpecOps. Ils reçurent une pluie de grenades plasma tirées d'on ne sait où et alors que la confusion régnait suite à l'explosion, un cri se fît entendre, un marines venait de perdre le bas de son corps...

Le calme retomba ensuite sur la barricade qui tenait toujours bon malgré cet unique mort au combat. Un caporal ouvrit alors sa liaison COM à tout leader du CSNU de la base :

<< On a essuyé une perte ! Possibilité d'infiltration ennemi dans la zone, je répète, la base n'est plus sûre ! >>

En effet, la base possédait maintenant de nouveaux visiteurs, alors que le chaos était déjà roi sur la zone...

Les covenants se joignent à la fête ! Responsable Covie : Alik' Azuriaï.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carl Sorince
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 636
Age : 22
Localisation : Planqué derrière mes hommes.
Humeur : Oh...Ohoh...Vous voulez vraiment savoir ce qui se passe dans ma tête?
Date d'inscription : 20/01/2011

Feuille de personnage
Arme n°1 : M45 TS
Autre Compte : Dar'Lauc
Arme n°2 : pistolet M6D SOCOM

MessageSujet: Re: La base   Mar 10 Juil 2012 - 18:43

"-On doit ce dépêcher Caporal, les logements vont être dans un sale état !"
Long silence, Carl observa l'imbécile qui lui parlait, comme si il n'était pas au courant, c'était une recrue d'environ vingt ans aux yeux globuleux, aux sourcils froncés et tentant d'avoir l'air sérieux, il était a la place du conducteur du hog et semblait bien pressé.

Carl frappa du pied dans un cadavre de spec-ops puis monta coté passagers dans le véhicule, peu de temps après, ils étaient parti pour les logements, ils passèrent devant un groupe de marines piétons qui ce dirigeaient eux aussi vers les logements, Carl avait proposé de les escorté, évitant ainsi quelques minutes de batailles supplémentaires, mais le sergent responsable de l'escouade avait décliné son offre, cachant son désarrois, Carl avait hoché la tête et avait gueulé au pilote d'accélérer. Le reste du trajet dura quelques minutes, puis ils arrivèrent a proximité des logements.
Tout en descendant du hog pour s'approcher des bâtiments, Carl constata une chose.

C'était calme, désert, pas une once de vie.

"-On devait pas avoir des renforts ici?
-Je me pose la même question, tireur, restez vigilants..."

Carl avança, le bâtiment en face de lui, un baraquement tout simple, rectangulaire, gris, laid, était d'habitude défendu par une dizaine de marines...Alors ou est-ce qu'ils ce trouvaient bordel? Il s'arrêta devant un mur de sac de sable, il y en avait partout autour des bâtiments, des petites barricades qui pouvaient stopper de petits tirs.
Il perçut un mouvement dans son dos...Le pilote, il descendait du hog en fixant les alentours, Carl lui fit signe de ce remettre en place, il accepta a contrecœur en grimaçant, puis il ce tourna a nouveau vers les logements.

La première chose qu'il vit fut ce petit pic rose voleté vers lui, suivit par une dizaine d'autre...
Le premier reflexe qu'il eut fut de ce jeté derrière les sacs de sables devant lui en protégeant son visage du mieux qu'il pouvait tout en gardant son fusil en mains, n'osant ce relever, il entendit la tourelle du warthog commencé a fauché des covenants, ainsi que ce bruit si caractéristique d'une demi-douzaine de MA37 tirant de longue rafale.
Les renforts les avaient rejoint, surement le groupe de marines qu'ils avaient croisé quelques minutes plus tôt.

"-Balayez la zone, si un connard de camouflé ce trouve ici, on le fauchera !"

Le caporal n'allait pas s'opposé a ce genre de solutions, il courut jusqu'au warthog pour ce réfugié derrière, tandis que la troupe de piétons avançaient, il faillit d'ailleurs percuter de plein fouet l'un des soldats alors que celui-ci rechargeait sans regarder devant lui, heureusement, le soldat ne fut pas trop gêner par la bousculade du caporal car la seconde d'après, sa tête éclatait après avoir reçu un pique de needler dans l'orbite gauche. Sans trop ce soucier de la mort du pauvre type, Carl ce réfugiait sans aucune honte derrière le warthog. En tentant de trouver une cible.

Il y avait quelques grognards, ceux-ci tiraient de temps a autres planqués derrière les fenêtres carrés des logements, les covies avaient visiblement décidé d'investir les bâtiments...Mais il ne voyait pas d'élite, ce qui n'était pas bon signe, la troupe de marines avançait en tirant et en ce mettant a couvert, quelques pertes a déploré mais rien de bien grave...Est-ce qu'ils étaient stupide a ce point?

Ah, un élite venait de ce faire littéralement tranché en deux par ce flot de balles incessant...Les marines gueulèrent des injures a l'encontre du poulpe mort, puis ils hurlèrent encore plus fort pour une raison inconnue...Carl ce redressa, il ne voyait pas grand chose accroupi derrière les roues arrières du hog.
Une fois debout, il comprit.

Un élite armé d'épées a énergie venait d'apparaitre en plein milieu du groupe de soldat...Et déjà plusieurs d'entre eux ce faisait découpé en rondelle.
Des tirs de plasma fusèrent alors des batiments, des tirs bleus, comme ceux des fusils que portaient les élites...Ceux-ci avaient commencé a tiré au moment ou leur compatriote c'étaient jeté dans les rangs ennemis.

Carl ce retourna, il avait entendu du bruit derrière lui.

Ah, une autre escouade de marines, tous aussi déterminé a pourrir les faces de poulpes que les premiers, d'ailleurs les dits premiers venaient de finir l'épéiste, le pauvret avait essuyé les tirs concentré de tout les marines restant et son bouclier avait vite cédé...Les marines, désormais ce remettaient a avancer malgré la perte d'une dizaine de leurs gars...La scène était un peu ridicule, huit marines lambda contre des unités spécial covenante...

Qu'est ce que c'était que ce bruit dégueulasse? Il leva la tête vers l'origine du bruit, le tireur du warthog avait un énorme trou dans la gorge et semblait ce débattre contre un ennemis invisible, il poussa le futur cadavre hors de la place du tireur et monta a sa place, après un rapide coup d'œil vers les possibles positions ennemis, il commença a tiré, délivrant un véritable barrage de flammes sur les bâtiments occupés, tout en essayant de survivre aux vibrations de la tourelle...Puis il vit une étrange sphère bleu ce collé sur le devant du véhicule.
Moment de panique.
Carl sauta, Carl jura, Carl s'écrasa par terre tandis que le warthog explosait.

Il resta quelque minutes a terre, ce tenant le crane comme pour le protégé d'un éventuel atterissage de warthog...Puis, alors qu'il ce relevait, un type gueula sur toute les fréquences des radios de la base :

<< On a essuyé une perte ! Possibilité d'infiltration ennemi dans la zone, je répète, la base n'est plus sûre ! >>

De mieux en mieux, il ramassa son fusil a pompe, le braqua devant lui, et rejoignit l'escouade de marines en enjambant le cadavre calciné du pilote du hog.

_________________
"Je me présente, Carl Sorince, sarcastique, cynique, cruel et schyzophrène...Passons maintenant à mes points négatifs..."-Carl Sorince, auteur du roman "moi, mon reflet, mes photos et encore moi."

"Il est normal qu'un sale gosse comme moi soit devenu celui que je suis désormais...C'est à dire un tueur mieux placé et mieux payé que les types biens."-Carl Sorince à propos de lui-même.

"Mes gars...Mes exécuteurs...Sont pas des héros. Non, pas des héros...Et moi non plus d'ailleurs. Nous sommes bien mieux. Nous sommes des tueurs de héros."-Carl Sorince à propos des sanglots.
Spoiler:
 




Dernière édition par Carl Sorince le Mar 10 Juil 2012 - 19:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Freeman
Rebelles, Traître, Ancien Marines des Forces Spéciales
avatar

Nombre de messages : 958
Age : 36
Localisation : Là où les combats sont !
Humeur : Tendus
Date d'inscription : 18/11/2008

Feuille de personnage
Arme n°1 : MA5B
Autre Compte : Rex - 98
Arme n°2 : M 90 (/ couteau)

MessageSujet: Re: La base   Mar 10 Juil 2012 - 19:07

John était dépassé, il devait gérer aussi bien les civils que la sécurité de la salle des serveurs. le Major soupira pour la première fois de la journée, il partait aussi bien dans les hangars, parcourait chacune des pièces de la base. géra la sécurité, les failles et encore et toujours ses hommes. Décidément, Barren devenait vraiment une planète perdu pour l'humanité. John regarda quelque fois l'ATH lui indiquant la map de la zone, même si celle-ci n'était plus à jour depuis un petit moment, il tentait tant bien que mal de garder des brèches fermés !
Lorsque le militaire arriva enfin devant la porte des Serveurs, il remarqua que les cinq soldats qu'il avait placé n'avait pas bougé. Une bonne raison de ne pas hurler d'ordre, cependant, les cinq marines semblait inquiet. John pouvait le comprendre car garder un endroit protégé et loin des combats pouvait être assez agaçant. Le militaire leurs demanda alors si quelqu'un avait tenté de pénétrer la zone et leurs réponses furent négative. Freeman fit demis tour, remonta l'un des nombreux escalier qui s'étendait devant lui. Quand John arriva enfin à l'étage des civils, il reçut des rapports d'attaque covenants. Une infiltration ?

"A toute les unités de la base, replié vous dans une zone moins à découvert. Tout marine utilisant les lunettes de visions Thermique se charge de la poursuite d'hostile camouflé ! Je veux cinq hommes pret à défendre les civils pendant la sortit des premiers à évacuer !"

Freeman se retourna juste à temps pour apercevoir quelque soldats passer au pas de course puis Randy le regarder tout en lui indiquant d'un simple coups de tête un endroit derrière le major. John ne posa même pas de question, se projeta sur le coté et remarqua alors une trace, non, des traces bleutés passer au même moment. Freeman se releva tout en se retournant et tira un demi chargeur de MA5B, il avait à peine touché le bouclier d'un crane de poulpe. L'humain tira une nouvelle fois sur le covenant avant de voir deux munitions de S99 éclaté le crane de l'élite.
Le major ne chercha pas d'où venait la balle et repartit en direction de serveurs, c'est à se moment qu'une dizaine de rapports de situation se pointèrent. John répondit quelques ordres tel que, maintenir la position, soigner les blesser rapidement.
Quand il arriva enfin devant la porte des serveurs, John les regarda tout les cinq.

"Vous ne laissez entrer personne, même l'amiral Hood, je m'en balance ! Personne ne passe !"

John se retourna aussitôt en direction des marches d'escalier, rangea son MA5B et sortit son M90. Si quelqu'un comptait passer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frederic Avenstal
Marines, Colonel
avatar

Nombre de messages : 20
Localisation : Transport de troupe lourd.
Humeur : Sérieux
Date d'inscription : 28/06/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Pistolet Magnum Misriah Armory modèle M6D
Autre Compte : Khor Ores Koram'
Arme n°2 : Fusil d’Assaut Misriah Armory Modèle MA37 ICWS

MessageSujet: Re: La base   Mar 10 Juil 2012 - 21:54

« - Ici le Colonel Frederic Avenstal, des forces armées du C.S.N.U, nous allons procéder a une frappe aérienne pour assurer notre couverture. Mettez vous a l’abris les bleus-bittes. »

La voix posée du Colonel se mit a résonner jusque dans les tréfonds de la base. Assis sur le siège du copilote du D77H-TC, le Colonel réglait les derniers paramètres assurant la pénétration atmosphérique optimale, bien que l’enseigne Gravadin, un jeune homme au profil maghrébin, faisait la plus grande partie du travail. Quelques secondes après, le Colonel ouvrit la liaison avec les pilotes des Longswords répondant au nom de code Redflag, Mohawk et Iroquois, un rapport de Prométhée signalait une brèche dans les murs de la base, c’était mauvais.


« - Bombardez les positions de ces jolis enfoirés et stationnez vous en orbite géostationnaire en attendant mes ordres. »

L’enfer se déchaina, mais ces frappes n’étaient guère que des coups de pieds dans l’énorme ruche qui s’amassais de plus en plus aux alentours de la base du C.S.N.U, ces bombardements, les civils seraient surement suivis par des spécialistes, si le service des renseignements ne les arrêtais pas afin d’assurer la propagande de la victoire écrasante, tant bien que si perdre une colonie étais considéré comme une « victoire ». Allez savoir, ces planqués étaient capables de faire avaler du porc à un musulman ou un sémite en lui faisant croire qu’il s’agit de bœuf, de mouton ou même de tigre d’Arcadia, ces sales bêtes.

Le colonel eu un ersatz de réaction allergique en pensant a cette sale bête, l’enseigne leva la tête vers son officier de commandement qu’il cotoyait maintenant depuis l’évacuation d’Harvest, un léger mouvement de tête sur le côté déclencha une question muette a laquelle le Colonel répondit d’un mouvement latéral du visage. Ce n’était rien d’autre qu’un ersatz, tout comme ce que risquait d’être le nombre du survivant, un ersatz de la population, une parodie de ce qu’avais été Barren avant l’arrivée des Cocos sur cette planète.

« - Vous ferrez bien de vous attacher mon Colonel, nous entamons la descente. Finit par lâcher Gravadin.

- Tu n’as pas tord. Acquiesça le Colonel. D’ailleurs, la situation en orbite est stable ?

- Oui, ne t’en fais pas Fr… Excusez-moi Colonel. Début de la séquence d’atterrissage. »

A peine quelques minutes plus tard, le Colonel avait réussis a rejoindre la planète avec ces trois pélicans, vingt et un hommes de plus et transportant trois fois plus d’armes et munitions que de troupier, ce n’était pas grand-chose face a leurs adversaires, mais c’était déjà ça de gagné, la voix du Colonel s’éleva.

« - Je suis le Colonel Frederic Avenstal, des forces armées du C.S.N.U, section Ironhand, vous allez rejoindre la brèche avec les deux mitrailleuse et un lance roquette, section Cheyenne, vous prenez les réserves médicales et escortez les médecins aux civils et aux blessés, priorité pour les femmes et les vieillards puis vous revenez ici et déployez le plus d’armes antipersonnel et antichar possible afin d’assurer la protection de l’évacuation puis vous allez rejoindre la section Ironhand et sécurisez cette foutu brèche. Je ne sais pas si y’a leurs noirauds mais si c’est le cas n’hésitez pas a utiliser la thermique. Exécution ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Providence
Destinée
avatar

Nombre de messages : 103
Date d'inscription : 20/06/2012

MessageSujet: Re: La base   Mar 10 Juil 2012 - 22:28

Citation :
Alors que le Colonel arrivait enfin dans la base, les longswords chargés de sa protection commencèrent à repartir, afin de sécuriser l'espace aérien. Malheureusement, le croiseur en stationnaire sur la région, le croiseur " Midnight in Solitude " ouvrit le feu, et terrassa l'ancienne escorte du colonel.

Les débris brûlant des anciens chasseurs tombèrent sur la base, certains tombant sur des logements, d'autres sur l'infirmerie, faisant s'embraser le bâtiment. Le pélican qui transportait le matériel médical reçut un éclat de métal fondu, commençant à ronger l'appareil, qui tint bon malgré le début d'incendie.

Une escouade de séraphins, sans doute envoyés en représailles de l'intrusion humaine, arrivèrent sur la zone et bombardèrent l'installation humaine, et finirent le travail que le débris de métal avait commencé. le pélican explosa, enveloppant de flammes les quelques hommes qui commençaient le déchargement...

Le colonel leva son oeil valide vers le ciel et regretta un instant que leur chevauchée dans l'espace aérien, qui était contrôlé par l'ennemi, n'avait éveillé la reine de la ruche...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max Kelrod
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 145
Age : 25
Humeur : ...
Date d'inscription : 18/04/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : DMR
Autre Compte :
Arme n°2 : M6C Socom

MessageSujet: Re: La base   Mer 11 Juil 2012 - 19:25

Les baraquements civils étaient dans un sale état, mais encore debout. Max, accompagné de Gareb, faisaient le tour des bâtiments, pour être bien sûr qu'il ne reste pas de la vermine. Le sergent se demandait si le caporal s'en sortait avec les logements. Surement, des renforts avait dû être envoyé là-bas, de plus le warthog devrait bien les aidés.
Leur patrouille étant terminer et n'ayant vue aucun covenante entrain de rôder au alentour, Max décida d'aller voir de ses yeux, les civils. Kelrod entra dans le plus gros des baraquements et chercha du regard l'un des marines de son escouade, chargeait de les surveiller. Il fît signe au soldat, qui était en pleine discussion avec une civile.

-Alors soldat, on drague ?
-Non sergent, je... je...
-Passons, rien de nouveau ?
-Euh pas vraiment, enfin si y'a eu quelques ''problème''.
-Quel genre de ''problème''
-Un mec plutôt curieux, qui pose pas mal de question, et il y a environ 1h, il s'est presque battu avec un autre civil.
-Pour quelle raison ?
-Une histoire de fils tué, je crois, un accident, avec des soldats du CSNU.

Max eu un rictus, il ne voulait pas se précipité, c'est pas le moment de faire des erreurs. Il reprit.

-Où est il ?

-Euh..., le marines balaya du regard l'intérieur de la pièce et s'arrêta net, c'est lui là, le grand mec dans le coin, au fond.
-Ok merci soldat. Dit-il avec un léger sourire.

Il se dirigea rapidement vers l'individu, bousculant les quelques personnes sur son passage. Il allait devoir questionner cet homme et faire preuve de tact. A 5 mètre de son objectif, plusieurs explosions se firent entendre, à l'extérieur. Max tourna les talons en vitesse et sortit du baraquements. Gareb l'attendait dehors, il se dirigea vers lui.

-Il se passe quoi encore ?
-La porte Nord sergent...

La radio de Max s'alluma, tout comme la radio de tout marines dans la base.

- On a essuyé une perte ! Possibilité d'infiltration ennemi dans la zone, je répète, la base n'est plus sûre !

L'ennemie attaquait sur tout les fronts et s'était problématique. Le sergent prit 3 marines avec lui en plus de Gareb et il se dirigèrent tous vers les garages, en espérant trouvait un véhicules, il devait faire vite. Alors qu'ils se rendaient là-bas, 3 pélicans arrivèrent et se posèrent dans la base. Comment avait 'il pu passer ? Peu importe, des renforts, bonne nouvelle.
Une fois arriver au niveau des véhicules militaires, Gareb se mit au volant d'un des derniers warthog, Kelrod à la tourelle. Le sergent ordonna aux autres soldats de prendre une mangouste, il devait économiser les véhicules. Max activa sa radio

-Vous me tenez au courant pour le civil qui pose problème
-Bien reçu sergent

Ceci fait le sergent donna le départ et les deux véhicules quittèrent les garages en direction de la porte Nord. Pendant le trajet, d'autres explosions se firent entendre, Max leva les yeux et des débris enflammés tombèrent sur la base. Kelrod hurla

-Gareb, attention !!

Une boule de feu s'écrasa sur leur chemin, le warthog, l'esquiva de peu... et se planta dans un mur. Max fut projeté du véhicule, il tomba violemment sur le sol et entendit un bruit désagréable, tout comme la douleur qui suivit. Gareb, blessé à la tête, se dirigea vers lui, et l'examina.

-Sergent, vous avez l'épaule démise, il faut vous emmenez à l'infirmerie

Au même moment, d'autres débris tombèrent sur la base et principalement sur l'infirmerie... qui prit feu. Deux autres marines vinrent aidés le sergent à se lever. Max regarda en direction de l'infirmerie et ajouta

-Oubliez l'infirmerie... il souffla, franchement ça peut pas être pire...

L'instant suivant, des séraphins bombardèrent la base, faisant à priori exploser un des pélicans fraîchement arriver. Et réduisant encore plus en miette l'infirmerie. Le sergent avait une mine de dépité, encore une fois la situation s'aggravaient, encore et toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Providence
Destinée
avatar

Nombre de messages : 103
Date d'inscription : 20/06/2012

MessageSujet: Re: La base   Jeu 12 Juil 2012 - 15:42

Citation :
Dans toute la région proche de Pandémonium, les humains luttaient pour leur survie... Partout, les combats désespérées avaient lieux, montrant la rage et la motivation d'une espèce menacée par l'extinction...

La ville de Pandémonium elle, se faisait submerger par les forces ennemis, et les soldats qui combattaient avec peine à l'intérieur sentaient leur fin arriver. Mais ils luttaient, comme pour donner de l'espoir à tout les humains présents sur la planète, comme pour leur léguer leur bien le plus précieux : le courage.

Soudain, les forces de l'hégémonie s'en allèrent, quittèrent le champ de bataille d'un pas pressé. Les marines se regardèrent, le sourire aux lèvres. Certains humains s'embrassèrent, d'autres se méfièrent, mais dans l'instant, les humains avaient remporté la bataille pour la capitale...

Les spirits et nombreux phantoms s'élevèrent, et se dirigèrent vers le " Midnight in Solitude ".

Pendant ce temps, un jeune marines, nommé Léo Needass parcourait le bâtiment le plus haut de la ville : La tour de la société "Vagi-net" située au centre de la capitale. Il chercha des survivants du conflit, fouillant les décombres, appelant des hommes inexistants.
Il continua sa route, jusqu'à l'escalier qui menait au sous-sol, qu'il emprunta. Chantonnant doucement, savourant la victoire humaine, il tomba nez à nez avec... Une bombe anti-matière. Le compteur hurlait, de nombreux symboles extraterrestres défilant sur son écran. Léo se mit alors à courir, lâchant armes et affaires diverses. Il sortit du bâtiment en criant << BOMBE! >> lorsque le compteur passa au rouge...

La déflagration le souffla, lui et l'ensemble des humains dans la zone. Les autres bombes installées en pentagramme dans la ville s'activèrent également, réduisant en poussières bleutées tout les hommes qui fêtaient leur victoire si durement acquise...

Pandémonium se retrouva plongée dans une énorme boule bleue. La ville disparaissait dans les flammes bleutées de la charge anti-matière. L'onde de choc fut si violente qu'à l'hôpital Résistance, situé pourtant à plus de 45km de la ville, les personnes présentes furent projetés sur les murs, sans réaliser vraiment ce qui leur arrivait. Seul les covenants de la zone avait connaissance du plan machiavélique qui avait été lancé, et seul eux avaient eu le temps de se préparer au choc...
Du côté de la base, on ne vit que l'explosion au loin, qui fut rattrapé par l'atroce bruit de la détonation, rappelant que plus de 10 000 personnes venaient de trouver la mort...
Le convoi subit à peu près le même sort qu'à la base, mis à part les nombreux tremblements que les véhicules ressentirent.
Dans l'espace enfin, les humains aperçurent avec horreur une énorme sphère bleue apparaître à la surface, comprenant que la ville venait de tomber... Globalement, le temps se figea pour tous, la région étant plongée dans une énorme aura azur, magnifique et dramatique à la fois. Les regards étaient figés, inquiets, désespérés. Si l'on voulait résumer la situation, on aurait dit que les hommes étaient maintenant au septième cercle de l'enfer...

Dans la base, le chaos régnait. Les civils, lorsqu'ils aperçurent l'explosion de la ville sur les divers écrans, commencèrent à paniquer, à demander pourquoi on ne les évacuait pas. Ils se crispèrent, haussèrent le ton, et sans même sans rendre compte, une émeute éclata alors que les ennemis étaient déjà dans la base... Et alors qu'un Marines recevait un coup au visage, son camarade nouvellement recruté et qui paniquait également ouvrit le feu, et tua le pauvre civil qui ne désirait que sauver la vie de sa fille... Un homme brun se dressa alors devant la foule et déclara : << C'est donc comme ça que vous êtes censés nous protéger ? En abattant chacun d'entre nous au tour par tour ? >>
Il n'allait pas être facile d'assurer la sécurité de la base et maintenir le calme...


PHASE 2 Lancée ! De nouveaux ordres peuvent vous être donnés, vérifiez vos messageries ! Les responsables sont maintenant le Colonel Avenstal ( CSNU ) et Alik' Azuriaï ( covie )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Freeman
Rebelles, Traître, Ancien Marines des Forces Spéciales
avatar

Nombre de messages : 958
Age : 36
Localisation : Là où les combats sont !
Humeur : Tendus
Date d'inscription : 18/11/2008

Feuille de personnage
Arme n°1 : MA5B
Autre Compte : Rex - 98
Arme n°2 : M 90 (/ couteau)

MessageSujet: Re: La base   Jeu 12 Juil 2012 - 16:57

Un souffle ? Un tremblement ? Ou simplement le son d'une détonation ? John avança, monta les escaliers en courant avant d'arriver dans l’extérieur de la base qui semblait en feu, décidément, Barren était perdu. Le major commença aussitôt à donner des ordres, protéger et soigner avant d'aider ses hommes dans les objectifs quand une rafale se fit entendre. Le baraquement civils laissa alors des sons étranges, comme des hurlements. Quelques chose déconnait là bas et Freeman s'y dirigea. John remarqua alors des soldats agité avant d'observer un civil, non, des civils tentant de crée une émeute. Enfaite, l'émeute avait démarré, les soldats tentèrent tant bien que mal à éviter ou résisté au provocation, les insultes sifflait de partout.
John vit des hommes s’effondrer, saigner... Les covenants était au portes de la bases et ces imbéciles leurs donnaient un avantage. Le major attrapa son M90, le plaça à la vertical et tira tout en hurlant le silence, Randy apparut dans la foule et se décala assez rapidement pour éviter un objet dans sa direction.

Silence ! Gardez votre calme ou je serais contraint d'utiliser la force, pour le moment, toute évacuation est inutile ! Futile et trop dangereux. Nous vous demandons de garder votre calme !

Freeman regarda un sergent à ses coté et lui ordonna d’arrêter toute personne pouvant recréer une émeute, lorsque le militaire sortit du baraquement, un homme vint le voir en lui expliquant la venu d'un colonel humain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alik 'Azuri
Sangheili, Maître de l'inquisition
avatar

Nombre de messages : 597
Localisation : Inconnue
Date d'inscription : 17/04/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Langue Fourchue
Autre Compte :
Arme n°2 : Dague à énergie

MessageSujet: Re: La base   Jeu 12 Juil 2012 - 20:06

Alik s'était infiltré sans grande difficulté dans la base, il avait réussi a attirer l'attention des gardes avec le sacrifice du petit unggoy.

Une fois dans la base, il s'était immédiatement dirigé vers l'un des escaliers, en suivant les coordonnées indiquées su les documents qu'il avait récupéré. Alik évitait de rencontrer les patrouilles humaines, pas qu'il les craignait, mais devoir éliminer l'intégralité de ses adversaires avant qu'ils ne donnent l'alerte était fatiguant.

Il continua a descendre les marches suivi de ses Sangheilis, lorsqu'il aperçut la destruction de la ville humaine par des bombes anti-matière. Un grand sourire se dessina sur son visage et il continua sa route, profitant des plaintes, pleurs et hurlements qui s'élevaient de l'infirmerie.
Un groupe de médecins passa alors prés de lui, ne remarquant même pas les légères oscillations de son camouflage actif.

Arrivé dans la salle de contrôle du système de défense, Alik inspecta le nombre d'humains présents. Il y avait en tout une vingtaine d'humains le regard fixé sur les différents ordinateurs, pendant qu'environ dix marines montaient la garde, l'escalier et l’ascenseur étant les seuls points d'accès. Alik regarda ses soldats et se plaça au niveau des premiers marines, avant d'activer sa lame pendant que les SpecOps ouvraient le feu sur les informaticiens. Ce fut un carnage, il n'y eut que quelques échanges de tirs, les humains gérant la surveillance ayant été neutralisé en premier. Alik arriva au niveau du dernier homme en vie et le décapita, faisant voltiger sa tête, qui plana un temps avant de retomber sur l'un des claviers. Alik regarda sur l'écran et remarqua en souriant que le mirador qui était contrôlé par ce pc, le mirador Sud-Ouest, tourna sur sa position, continuant d'ouvrir le feu, sur les humains cette fois.
Afin de ne pas attirer plus l'attention, Alik détruisit l'ordinateur, faisant cesser le feu de la tour de défense...

Dans le combat, un de ses guerriers avait été abattu. Alik plaça des grenades sur son corps avant de les activer, faisant disparaître la carcasse Sangheili dans une fontaine de sang violet. Ils ne devaient laisser aucun morceau d'armure permettant une identification du groupe. Moins on en savait sur eux, mieux ce serait. Alik inspecta alors la salle, qui était maintenant une mare de sang où baignaient des corps humains, percé ou démembrés pour la plupart... Il plaça son regard sur la flaque de sang, où se trouvait auparavant son ancien frère d'arme.

" Désolé mon frère, nous ne devons laisser aucune trace sur l'origine de notre présence... "

Ils continuèrent ensuite leur progression, quittant la salle de défense pour les générateurs...

_________________






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carl Sorince
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 636
Age : 22
Localisation : Planqué derrière mes hommes.
Humeur : Oh...Ohoh...Vous voulez vraiment savoir ce qui se passe dans ma tête?
Date d'inscription : 20/01/2011

Feuille de personnage
Arme n°1 : M45 TS
Autre Compte : Dar'Lauc
Arme n°2 : pistolet M6D SOCOM

MessageSujet: Re: La base   Jeu 12 Juil 2012 - 20:17

Carl était assis, et c'était bien...Son siège n'était pas spécialement confortable et renvoyait une odeur désagréable, mais il reposait le caporal...Et c'était très bien.

Assis sur le cadavre d'un élite sans tête, Carl contemplait l'horizon, cet étrange explosion qui c'était produit il y a quelques seconde avait failli le faire dégringoler de son siège improvisé, mais bien sur, ce rendant compte qu'il n'était pas plus en danger que cela, il c'était vite repris.

Les combats vers les logements c'étaient arrêté au moment ou Carl avait écrasé contre un mur la cervelle du dernier grognard vivant de la zone a l'aide de ses bottes, les covenants avaient eu le dessus...Au début, mais la supériorité numérique de l'unsc avait finalement réussi a les surpasser, les soldats survivants tenaient la mains de soldats a terre ou tentaient d'éteindre les incendies causés par le crash du chasseur sur le logement, ça aussi, ça l'avait surpris, d'autant plus qu'un morceau du chasseur avait tranché en deux un grognard que Carl voulait descendre.
Autour de lui désormais, les anciens murs de sac de sable avaient été fondue a coup de plasma, les logements, endommagé par l'atterrissage improvisé du chasseurs en leurs milieu, était quelque peut détruite et certains marines rentraient pour porter assistance a leurs camarades coincé a l'intérieur...

D'autres n'en revenait pas de cette étrange déflagration qui avait eu lieu sur pandémonium :

"-Ils ont ravagé la ville ces salopards !"

Un marines sur sa droite, tentant de retenir le flot de sang qui sortait de la gorge d'un camarade, fixait le vide avec un air d'ahuri en répétant qu'ils allaient tous crevé...Que c'était cliché...Carl ce leva, attrapa son fusil a pompe dont la crosse était quelque peut tordu et ce dirigea vers un groupe de marines rassemblé autour d'un cadavre, celui du sergent de leur escouade...Carl était le plus gradé désormais.
Il secoua la tête en observant tout les marines survivants...18 soldats...Ca faisait beaucoup a géré. Voyant que dix huit paires d'yeux le fixait, Carl ricana avant d'hurler :

"-Allez hop, on est parti au galop, tous vers l'entrée Sud, vous trois, vous restez ici pour vous occupez des éventuelles blessés...On ce dépêche allez !"

Les soldats s'exécutèrent, quinze marines partirent en trottinant repousser les assaillants covenants, sous le regard d'un caporal satisfait qui jonglait avec une cartouche de son fusil a pompe tout en activant sa radio :
"-Kelrod, je dirige une vingtaine de mignonne petite brebis jusqu'a l'entrée Sud en attendant de nouveaux ordres...Je sais pas ou vous êtes, mais j'espère que vous aurez pas besoin de moi...Ce serait vraiment contre productif de me donner pour ordre d'abandonner la défense de la base pour vous rejoindre...Euh...Attendez deux secondes..."

Carl fronça les sourcils la tourelle sud-ouest ce tournait vers lui, la radio toujours allumé, il soupira :

"-Oh..."

Il plongea a couvert.

_________________
"Je me présente, Carl Sorince, sarcastique, cynique, cruel et schyzophrène...Passons maintenant à mes points négatifs..."-Carl Sorince, auteur du roman "moi, mon reflet, mes photos et encore moi."

"Il est normal qu'un sale gosse comme moi soit devenu celui que je suis désormais...C'est à dire un tueur mieux placé et mieux payé que les types biens."-Carl Sorince à propos de lui-même.

"Mes gars...Mes exécuteurs...Sont pas des héros. Non, pas des héros...Et moi non plus d'ailleurs. Nous sommes bien mieux. Nous sommes des tueurs de héros."-Carl Sorince à propos des sanglots.
Spoiler:
 




Dernière édition par Carl Sorince le Ven 13 Juil 2012 - 13:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam Jackson
Mort au Combat
avatar

Nombre de messages : 235
Localisation : Barren, bataille en orbite.
Humeur : Déterminée.
Date d'inscription : 06/04/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Pistolet M6D
Autre Compte :
Arme n°2 : Mitraillette SMG 7

MessageSujet: Re: La base   Jeu 12 Juil 2012 - 23:35

Le groupe B de la flotte humaine, qui avait pour mission de livrer hommes et munitions sur Barren avant de retourner aider le groupe A à pulvériser la flotte Covenant commençait à repartir en direction de l'orbite de Barren. Cependant, des croiseurs Covenants de classe CCS concentrèrent leurs tirs sur un des marathons du groupe B, ce qui endommagea ses moteurs. L'UNSC Price of Liberty s’écrasa donc violemment contre la planète Barren, ce qui ne manqua pas de provoquer une violente secousse et de déséquilibrer tous les soldats humains et covenants de la zone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carl Sorince
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 636
Age : 22
Localisation : Planqué derrière mes hommes.
Humeur : Oh...Ohoh...Vous voulez vraiment savoir ce qui se passe dans ma tête?
Date d'inscription : 20/01/2011

Feuille de personnage
Arme n°1 : M45 TS
Autre Compte : Dar'Lauc
Arme n°2 : pistolet M6D SOCOM

MessageSujet: Re: La base   Ven 13 Juil 2012 - 13:32

La tourelle avait ouvert le feu, les blessé avaient rendu leurs dernier souffle, trop lents, trop exposés, les soldats meurtris l'avaient été encore plus quand le mirador sud-ouest avait ouvert le feu...Puis, après ce petit carnage, c'était désactivé...
Carl ce releva de son couvert pour contemplé le nouveau massacre, les blessés, ainsi que les marines qui s'en occupaient, ressemblaient a de petit tas de chair sanguinolents...Alors qu'il cherchait des possibles survivants, un frisson de plaisir le parcourut a la vue d'un cadavre humain...Ca y est, c'était revenu...Carl ferma les yeux.

"-Pas encore...Fou moi la paix...
-Pourquoi? Tu n'est pas ravi?
-Dégage !"

Il rouvrit les yeux, satisfait de son self contrôle, il n'avait pas parlé en dehors de son esprit...Même si son étrange attitude, les yeux fermé et les sourcils froncés pouvaient porter a confusion, les marines survivants le regardèrent avec une moue dégoutté, l'un d'eux fit signe au caporal qu'il n'y avait aucun survivant.
Carl soupira en avançant jusqu'a la tourelle qui avait rendu l'âme :

"-Visiblement y a un changement de plan...Vu que cette tourelle est hs aussi, va falloir amener des renforts ici aussi...Qu'est-ce qui foute les gars du système de défense? Il frappa du pied dans un corps de grognards et fit signe a deux marines. Vous, allez informé les autres de ce qui c'est passé, et essayez de voir si y a pas un ingénieur pour réparé cette tourelle, en tout cas si le problème viens de la...Moi je vais voir les abruti qui sont censé s'occupé des systèmes de défense... Il leva la tête pour voir au loin un énorme vaisseau de l'UNSC ce dirigé bien trop rapidement vers le sol de la planète.Qu'est ce que..."

Le crash fut violent, la terre trembla a ses pieds et il ce retint comme il pu...Et jura.

"-C'est quoi encore ? Nos gars viennent de perdre un putain de vaisseau !

Carl ce tourna vers le génie qui avait prononcé cette phrase :

-Quelle observation grandiose pour un marines ! T'es payé pour dire ce genre de connerie? Non, ferme-la, garde ton arme en mains et tiens toi prêt, m'étonnerais pas que les covies nous attaquent sur deux front, maintenant que cette connerie de tourelle marche plus..."

Puis, laissant ses marines la ou ils étaient, Carl entama la marche, avec une certaines appréhension, jusqu'au système de défense...Dérangeant de nouveau Kelrod, il activa sa radio.

"-Kelrod, on a eu un problème avec le mirador Sud-Ouest, j'ai laissé mes gars vers elle, au cas ou les covies aient l'idée d'attaqué sur deux fronts, j'vais vérifié que tout va bien coté système de défense."

_________________
"Je me présente, Carl Sorince, sarcastique, cynique, cruel et schyzophrène...Passons maintenant à mes points négatifs..."-Carl Sorince, auteur du roman "moi, mon reflet, mes photos et encore moi."

"Il est normal qu'un sale gosse comme moi soit devenu celui que je suis désormais...C'est à dire un tueur mieux placé et mieux payé que les types biens."-Carl Sorince à propos de lui-même.

"Mes gars...Mes exécuteurs...Sont pas des héros. Non, pas des héros...Et moi non plus d'ailleurs. Nous sommes bien mieux. Nous sommes des tueurs de héros."-Carl Sorince à propos des sanglots.
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max Kelrod
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 145
Age : 25
Humeur : ...
Date d'inscription : 18/04/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : DMR
Autre Compte :
Arme n°2 : M6C Socom

MessageSujet: Re: La base   Ven 13 Juil 2012 - 17:16

Dans l'infirmerie souterraine, tout le monde était paniqué. La violente secousse qui avait précédé ce moment de panique général, avait fait tombé plusieurs étagère et plusieurs personne ont faillit se faire écraser par les étagères. Max était venu dans l'infirmerie pour qu'on lui remette son épaule en place. On était en train de lui administrer de la morphine lorsque la base trembla. Quelque minute plus tard, il avait appris que la ville de la région avait était complètement détruite.
A présent dopé et l'épaule en place, le sergent prit la direction des escaliers pour rejoindre l'extérieur de la base, toujours accompagner de Gareb, en chemin il salua la 1ère classe Mendoza, qui avait été transférer ici. Heureusement d'ailleurs, sinon il aurait fini en petit tas de cendres. Le sergent sortit a l'air libre, il inspira un bon coup, sentit l'odeur du sang, de brûlé... et de corps brûlés. Avant d'aller à l'infirmerie, il avait tout de même envoyé des hommes sous les ordres d'un caporal, à la porte Nord. L'équipe avait transmis qu'à priori la situation était sous contrôle. Max était sûr que ça aller vite changer. Sa radio s'activa

-Kelrod, je dirige une vingtaine de mignonne petite brebis jusqu'a l'entrée Sud en attendant de nouveaux ordres...Je sais pas ou vous êtes, mais j'espère que vous aurez pas besoin de moi...Ce serait vraiment contre productif de me donner pour ordre d'abandonner la défense de la base pour vous rejoindre...Euh...Attendez deux secondes...

Max n'eut pas le temps de répondre au caporal qu'une détonation de fusil à pompe se fît entendre. Kelrod se dirigea vers l'origine de tout se bordel : les baraquements. Une fois sur place, il s'approcha d'un marines, adosser contre un mur.

-Il s'est passer quoi avec les civils ?
-On était au bord de l'émeute sergent, heureusement que le Major Freeman était là, il les a calmé.
-C'est quoi l'origine ?
-L'origine ?
-L'origine de l'émeute abruti !
-Ah ! euh...Un bleu à abattu un des civils...

Max s'arrêta de parler, ordonna à Gareb d'attendre et entra dans le plus grand bâtiment. A l'intérieur les civils, effrayés, étaient regroupé au fond de la salle. Les marines présents était plus nombreux qu'à sa dernière visite. Parmi les civils ce trouvait l'homme qu'on lui avait montré plus tôt, il semblait faire un discours aux autres civils. Kelrod s'approcha de l'un de ses soldats, placé sous ses ordres.

-Lui là bas, il aurait pas posé problème par hasard ?
-Problème ? Au moment où l'émeute à éclater, il a hurlé qu'on allait les protéger en les abattant un par un
-Il a dit ça...

Il allait être difficile d'approcher cet individu à présent, mais l’étau semblait se resserrer. Max ne pouvait hélas rien faire pour le moment, les civils sont à cran, si il tente quoique se soit, une autre émeute pourrait éclater. C'est pas le moment.

-Continuez de bien le surveiller, discrètement, si il fait quelque chose susceptible de foutre la merde, vous me l'isolait des autres, calmement. Les covies sont déjà un gros problème et une émeute n’arrangera pas les choses.
-Bien compris sergent

A présent Kelrod voulait savoir pourquoi le caporal Sorince ne répondait plus. Il quitta le bâtiment et activa sa radio. Il remarqua que les soldats autour de lui regardaient le ciel sombre. Un vaisseau du CSNU fonçait sur la planète. Max fît signe à Gareb et ils entrèrent tout les deux dans le bâtiment au moment du crash.
Les murs et le sol tremblèrent, plusieurs personnes tombèrent, les autres hurlaient de terreur. Ils se demandaient se qu'il se passait. Max fît un petit discours rapide.

-Ne vous inquiétez pas, nous assurons votre sécurité, nos vaisseaux combattent l'ennemie dans l'espace, Il est normal que des ''débris'' de tailles divers tombe sur la planète. Gardez votre calme, il ne vous arrivera rien.


Quelques civils protestèrent, mais ce ne fût rien en comparaison de ce qui suivis. L'homme qui était à surveiller, se leva et prit la parole.

-Des ''débris'' ?! Nous prenez pas pour des cons, la secousse qu'on a ressentit s'apparente plus au crash d'un vaisseau qu'à des débris. Vous nous cachez la vérité !
-C'est pour votre bien, on veux vous protéger un maximum, si vous provoquer des émeutes, on ne pourra pas gérer les deux. Les covenantes et des émeutes c'est trop.
-L'émeute c'est votre faute vous avez abattu un père de famille !!! Quand es ce que l'ont va être évacué ?

Les civils commencèrent à s’exciter en entendant ses mots. Ce mec allait devenir un problème, mais il avait cependant raison.

-Celui qui a fait ça été in expérimenter et a été mis aux arrêt. Cela ne se reproduira plus. Quand à votre évacuation, on fait tout notre possible pour la sécuriser justement. Laissez nous faire notre travaille.

La radio de Max s'activa

-Kelrod, on a eu un problème avec le mirador Sud-Ouest, j'ai laissé mes gars vers elle, au cas ou les covies aient l'idée d'attaqué sur deux fronts, j'vais vérifié que tout va bien coté système de défense.
-Bien reçu caporal

Max enchaina tout de suite après le message du caporal.

-Maintenant que ça c'est dit, permettez, mais nous avons une base à protéger ainsi que vos vies.

Il sortit du bâtiment à la hâte, toujours accompagné de Gareb. Un autre mirador avait lâché, ce n'était pas normal, Kelrod activa à nouveau sa radio.

-Sorince, ici le sergent Kelrod, attendez, Gareb et moi on va vous accompagnez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frederic Avenstal
Marines, Colonel
avatar

Nombre de messages : 20
Localisation : Transport de troupe lourd.
Humeur : Sérieux
Date d'inscription : 28/06/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Pistolet Magnum Misriah Armory modèle M6D
Autre Compte : Khor Ores Koram'
Arme n°2 : Fusil d’Assaut Misriah Armory Modèle MA37 ICWS

MessageSujet: Re: La base   Sam 14 Juil 2012 - 16:28

« - L’Iroquois, le Mohawk et le Redflag. Ils ont eu notre soutien aérien. »

Le colonel fronça les sourcils en levant l’œil vers le ciel, ces trois pilotes, ces trois frères d’armes qui avaient escorté plus de deux cents transports civils hors d’Harvest, ils étaient les survivants d’un carnage sans pareil. Après avoir affronté des hordes de séraphins… La faucheuse qu’étaient les Covenants venaient de récolter des vies humaines en plus. D’autres morts, tellement de morts. La situation était compromise, tellement compromise. L’infirmerie venait de subir un coup incroyable, combien de pertes civiles à déplorer ? Le Colonel sembla désirer au fond de lui en savoir le moins possible. Puis avant même qu’il ne puisse réagir, un des marines de la section Cheyenne se jeta sur lui voyant des débris enflammés tomber vers son officier de commandement, le débris manqua de peu la tête de Frederic. Un bruit sourd retentit, les débris avaient touché le pélican médical.

« - Éteignez ce feu ! Tout de suite ! »

Hurlait Frederic alors que la section chargée du sauf conduit des réserves médicales arriva avec le matériel de gestion d’incendie approprié. Quelques secondes après, la discipline de fer qu’était celle du 47éme fit ces preuves une fois de plus, maitrisant l’incendie en limitant les pertes et les dommages au Pélican.

Puis ce fut de véritables volutes d’azur liquide qui embrasèrent les cieux, quelques instants après le bombardement des Séraphins, le ciel entier venait de s’illuminer. L’œil de Frederic s’écarquilla, sa bouche figée dans une impression de surprise alors que ces hommes se mirent a couvert en protégeant leurs tête, l’un d’entre eux poussa un hurlement de terreur, mais le Colonel, tétanisé, regardait le ciel prendre sa teinte bleue, une teinte bleu plasmique. Ça, il l’avait déjà vécu, il y’a dix ans. Pire que la vitrification, pire que les exterminations, une manière simple et lâche de mettre un terme a une bataille, l’équivalent des ogives nucléaire du C.S.N.U.

Cependant, a sa grande surprise, il ne sentit pas la morsure du plasma lui retomber dessus, ne sentit pas sa chair se décoller de sa peau et son uniforme fondre sous l’intense chaleur ni subir d’intense modifications génétiques suite a l’imposante masse de radiations que supputait ce ciel aux allures plasmiques. C’était une explosion qui avait eu lieue non loin, une explosion phénoménale. Le Colonel attrapa le premier soldat qui passa non loin de lui par le col et le ramena devant lui.


« - Où est la ville la plus proche soldat ?! Hurla le Colonel.

- Nom de… C’est… Je… Pandémonium ! C’est la grande ville qui a… ? »

Le colonel repoussa le marines et lança un regard vers le ciel. La ville était perdue, intérieurement, il remercia les cieux de n’être pas au courant du nombre d’habitants morts en l’espace d’une pression sur une commande. Droit face a la débâcle de ces hommes, Frederic pensa. Que faire ? Les décisions qui étaient siennes influeraient sur la vie des nombreux civils ici présents même si l’agitation allait en grandissant. Il fut tiré de sa torpeur par une détonation proche. Tournant le visage, il pu remarquer d’un simple coup d’œil la raison de l’agitation grandissante, il ne s’agissait pas de covenants, mais d’un simple marine, un bleu-bitte pas habitué a gérer des foules énervées. Cet imbécile venait d’ouvrir le feu. Il s’avança entre les hommes et regarda le jeune marine qui venait de commettre un meurtre.

« - Mettez-le aux arrêts, nous n’avons pas besoin d’un taré de la gâchette qui tire sur ceux que nous devons protéger ! Écoutez-moi habitants de Barren, le plan d’évacuation est engagé, préparez-vous a bientôt embarquer dans les véhicules de transports orbitaux. Je vais demander l’établissement d’un pont aérien, avec les retombées plasmiques, si nous ne partons pas rapidement nous seront tous déjà morts, la dose de radiation de ces saloperiez qui stagnent en atmosphère vous brûlerons si elles viennent a retomber. Si il y’a des blessés, qu’ils se présentent aux docteurs militaires, vous allez pouvoir les reconnaitre a leurs croix rouge sur l’épaule et sur le casque. Ce marine sera jugé par la cour martiale dès que possible. Me suis-je bien fait… »

Avant même que le Colonel ne puisse terminer ces paroles, un des miradors tourna dans leurs direction, pointant la foule amassée et ouvrit le feu. Cinq hommes de la section Cheyenne se firent coupés en deux par les lourds tirs de ces armes, le Colonel sentit une balle frôler son bras gauche, serrant les dents, il retint un hurlement de douleur. Courant pour se mettre a couvert dans un des pélicans, le Colonel pu observer la situation, non, aucun de ces imbéciles de coloniaux n’était assez fou pour retourner les armes du C.S.N.U contre eux, même après l’accident. C’était autre chose. Il murmura.

« La situation est vraiment désespérée. »

Puis le feu se tût avant de retentir encore une fois. Cette fois, le Colonel patienta, calme sous le feu. Attendant une opportunité de demander du renfort, les informations que lui avaient fournies Prométhée étaient bien négligeables, au vu de la situation. C’est a ce moment que les volutes de plasma furent fendues par un croiseur Marathon, qui commença a s’écraser. Au vu de la trajectoire, il ne toucherais pas la base, fort heureusement. Frederic eu un sourire en le voyant s’écraser, les milliers d’hommes a bords allaient surement mourir, mais une majeure partie avait surement atteint les bumblebees. Le choc fut assourdissant, terrifiant, cependant, le Colonel sauta sur l’occasion alors qu’un nuage de fumée commença a recouvrir les environs. Contactant la flotte.

« - Ici le Colonel Frederic Avenstal, du C.S.N.U, demande de renfort prioritaires sur la base, utilisez mon relai de communication comme balise, je répète, ici le Colonel Frederic Avenstal du C.S.N.U, nous avons des civils a faire sortir d’ici, demande de renfort prioritaire. Il souffla en coupant son micro avant d’ouvrir une nouvelle liaison, mais avec une section assez énergique. Sergent Kelrod, ici le Colonel Avenstal, vous avez pour ordre d’aller investire la salle de commande des défenses, il y’a des sécurités pour palier a ce genre de problème, je n’ai pas réussis a contacter les chefs ingénieurs en charge de ces miradors, je crains qu’ils ne soient déjà six pieds sous terre. Eliminez toute trace de Covenant, vous pouvez venir vous ravitailler aux pélicans avant d’engager la mission. »

Soufflant légèrement, le Colonel activa a nouveau sa communication avec Prométhée, l’I.A de son régiment.

« - Prométhée, ici le Colonel Avenstal.

- Je vous écoute mon Colonel. Commença Prométhée sur un ton calme.

- Je veux que tu analyse le terrain du crash, assure toi de la possible présence de survivants et dès que tu le peux, envoie les sections de TCAO embarqués dans les meilleures zones d’atterrissage possible. Transmets leurs que leurs ordres sont de prendre a revers les Covenants qui se sont infiltrés dans la base. Dit Frederic d’une voix par moment saccadée. Colonel Frederic Avenstal, terminé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La base   

Revenir en haut Aller en bas
 
La base
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Noble Forestier:deux armes de base c'est possible ?
» [MOC] Base Xion
» BASE DE DONNEES : NUMERO STICKERS sur PCBS TAITO
» Livre de base + supplément Cadwallon à vendre
» The Babylon Base

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Halo Fight :: Scénarios :: Archives des scénarios :: Barren-
Sauter vers: