Forum Rpg sur l'univers d'Halo
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Conversion : Partie 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Carl Sorince
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 636
Age : 22
Localisation : Planqué derrière mes hommes.
Humeur : Oh...Ohoh...Vous voulez vraiment savoir ce qui se passe dans ma tête?
Date d'inscription : 20/01/2011

Feuille de personnage
Arme n°1 : M45 TS
Autre Compte : Dar'Lauc
Arme n°2 : pistolet M6D SOCOM

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Jeu 15 Nov 2012 - 18:03

Carl se retint d'éternué, accroupi derrière une poubelle en métal posé contre un pilier, il attendait avec un peu d'anxiété que le groupe ouvre le feu...En face de lui, le tout nouvel arrivant, l'adjudant virgil Summers, était lui aussi en place...Donnant quelques directives au reste de l'escouade.

Carl n'aimait pas ce type, pour une bonne raison :

"Et je suis médecin au passage, si l'un de vous s'est ouvert le pouce en utilisant son couteau de chasse pour buter un gosse..."


Sa première réaction, lorsqu'il avait entendu cela, fut de cacher l'entaille qu'il c'était fait en plantant avec trop peu de délicatesse, son couteau dans l'œil de la mère d'un gosse décédé...La deuxième fut de juré, sa haine envers les docteurs étant presqu'aussi évoluée que celle qu'il éprouvait pour les ODST...Tout simplement parce que ces enfoirés avaient l'habitude de sauver des vies.
En plus, il était gradé.
Néanmoins, contrairement a ce qu'il avait attendu de lui, l'adjudant n'avait pas encore abusé de son autorité pour montrer que c'était bien le chef, ce qui, il fallait l'avouer, changeait un peu des gradés habituels, c'était un bon point...Mais ça restait un docteur.

Ah, tout le monde était en position, merveilleux, plus qu'a attendre le bon moment...Sachant que le combat allait ce dérouler en quartier clos, le sergent devrait surement être l'un des premier a ouvrir le feu, ce qui pouvait être fâcheux, être le premier a prendre des risques étaient tout sauf une bonne chose...Néanmoins, cet étage, rempli de bureaux, de couloirs et d'autres potentiels couverts, offrait une ribambelle de solution de fuite.

Les reb's étaient éparpillés un peu partout, quatre se trouvaient en face de lui, leurs armes en bandoulières, leurs mines affligés prouvaient qu'ils étaient a bout de nerfs... Deux d'entre eux étaient parfaitement alignés, un tirs pour deux morts...Les cartouches perforantes allaient faire leur boulots.
Carl se leva de son couvert, pointa son arme en souriant sur les deux types et pressa la gâchette...Le bruit du tirs alerta les gardes, malheureusement pour eux, c'était déjà trop tard, le premier perdit une bonne partie de son poumon gauche tandis que le deuxième s'écrasait contre le mur derrière-lui, emporter par la puissance de la balle qui avait traversée son collègue...Leurs deux copains, visiblement énervé par leur mort, tentèrent vainement de dégainer une quelconque arme, mais une véritable pluie de balles l'en empêchèrent, tenir un flingue était en effet bien plus compliqué lorsqu'on était dépourvu de membres supérieurs...L'anarchie put donc commencer.
La quinzaine de survivants rouge, à la fois paniqués et en colères, se regroupèrent dans un couloir, perdant deux autres hommes durant l'opération, l'un d'eux parvint a faucher un marines un peu trop pressé qui avait décidé d'ouvrir la marche tandis qu'un autre; blessé a la jambe, avait dans un geste désespéré, décidé de ce battre au corps à corps contre Kelrod...Le pauvre allait surement regretter la chose.

Carl, réalisant que la balle qui venait de lui rasée le bras lui était destinée, courut jusqu’à une nouvelle salle et se jeta sous un bureau, heurtant le coin de celui-ci avec son épaule gauche...Les dents serrés, il se redressa et tenta de repéré le tireur, chose peu aisée, des milliers de feuilles, soufflées par les balles,avaient quitté les divers bureaux sur lesquels elles siégeaient et virevoltaient ça et là, obstruant la vision des soldats...Alors qu'il s'apprêtait a se remettre a couvert, déçu, Carl remarqua via l'un des nombreux trous dans cet espèce d'amas de plâtre qu'on osait appeler "murs", que deux soldats rebelles montaient les escaliers menant a l'étage au dessus avec ce qui semblait être une énorme caisse de munitions...Avant que sa vue soit obstruée par l'arrivée d'un insurgés ayant décidé de ce mettre a couvert de l'autre coté de la parois.

"-Marc, reste pas là ! Faut mon..."


Le gueulard fut coupé en pleine phrase, dans les deux sens du terme, par un quelconque tirs de la part des loyalistes...Le dénommé Marc, ayant assisté a la scène décida qu'il était grand temps de ne pas bouger, serrant un peu plus son arme contre lui, il ne comprit que lorsque son crâne fut totalement éclaté, que quelqu'un équipé de balles perforantes, ce trouvait de l'autre coté de son couvert. Son corps étêté s'écroula sur le sol dans une grande gerbe de sang, tâchant le tapis se trouvant dans le bureau d'à coté.
Carl, satisfait par son méfait, ricana en sortant de son refuge avant de remarqué quatre autres fuyards ayant visiblement pour but de monter les escaliers...Le sergent attrapa le dernier et le plaqua au sol après lui avoir écrasé sa crosse dans le visage deux fois d'affilés, le pauvre insurgé tenta vainement de se défendre en repoussant le canon ensanglanté du "judge" loin de son visage, mais son ennemi, semblant bien plus animal qu'humain, décida de lui arracher la gorge à coup de dents...Ce fut long, mais lorsque la carotide fut sectionnée, le combat dans le cinquième étage était terminer...Ou en tout cas, les tirs avaient cessés.

Se relevant tout en virant le sang de ses yeux, Carl fixa quelques instants le cadavre a la gorge ouverte, baignant dans son propre sang, le gout de celui-ci étant d'ailleurs toujours dans sa bouche...La morsure était vraiment un bon moyen de tuer, il fallait s'y prendre plusieurs fois, mais bien souvent la douleurs de la cible l'empêchait de se défendre efficacement...Secouant la tête en tentant de revenir a la réalité, le sergent se dirigea vers le reste de l'escouade, l'un des marines l'aperçut et manqua de braquer son arme sur lui...
On ne pouvait lui en vouloir, le sang de sa dernière victime coulait jusque dans son tee-shirt, il avait aspergé son visage, ses cheveux et ses habits et bien que Carl ait pris soin de s'essuyer la bouche, la quantité phénoménale de liquide rougeâtre lui donnait un air de psychopathe atteint de vampirisme clinique qui lui allait comme un gant.

Summers, penché sur un marines blessé au ventre, le fixait d'un air étrange, surement du dégout...Kelrod était habitué, pas lui après tout.

"-Bah, il me tenait les deux mains, 'y fallait bien que je l'achève."

Face au long silence qui suivit ses paroles, Carl ricana et croisa les bras, se contentant d'attendre la suite.

"-Ah au fait, j'ai vus deux mecs emmener un paquet de munitions à l'étage au dessus, j'sais pas ce qu'il y a la haut, mais ça crache beaucoup de balles, surement une tourelles sur pivot."

_________________
"Je me présente, Carl Sorince, sarcastique, cynique, cruel et schyzophrène...Passons maintenant à mes points négatifs..."-Carl Sorince, auteur du roman "moi, mon reflet, mes photos et encore moi."

"Il est normal qu'un sale gosse comme moi soit devenu celui que je suis désormais...C'est à dire un tueur mieux placé et mieux payé que les types biens."-Carl Sorince à propos de lui-même.

"Mes gars...Mes exécuteurs...Sont pas des héros. Non, pas des héros...Et moi non plus d'ailleurs. Nous sommes bien mieux. Nous sommes des tueurs de héros."-Carl Sorince à propos des sanglots.
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Hordika
ODST, Sergent
avatar

Nombre de messages : 250
Localisation : Probablement dans l'espace ...
Humeur : d'humeur a sauter depuis l'espace.
Date d'inscription : 10/06/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Mitraillette SMG 7S
Autre Compte : Rell 'Ikiha
Arme n°2 : Pistolet M6C

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Jeu 15 Nov 2012 - 19:44

Au 5°, le combat était ... anarchique. Entre les tirs, les cris, le sang, Edward avais presque l'impression d'être en plein milieu d'un champs de bataille covenant ... Mais pas d'élite, point de grognard, pas de jackals en train de bouffer des cadavres ( quoi qu'un cri vers l'escalier y ressemblait, vers la fin ) mais ... non. Rien de tout ça. Juste des rebelles ... Des foutus rebelles, encore. Une fois de plus, il se retrouvais contre des humains. Bon, il avais tiré sur des civils il y avais moins de deux heures, mais c'était tout de même énervant a force ... Pourquoi les humains devaient buter des humains? Ed ferma les yeux un instant, tentant de passer outre les cris de rage d'un marines un peu trop braillard a son goût ...

L'espace d'un instant, il était de retour dans un bidonville. De retour chez lui. De retour dans les combats a main nue pour un simple morceau de métal et quelques donnés, qui valaient de l'or a ses yeux. L'espace d'un instant, il se sentait ... vivant. Sentir des coups. En distribuer. Faire craquer des dents de la semelle de sa botte. Utiliser son sac comme arme pour assommer quelqu'un avant de le relever en le tenant par le col pour lui enfoncer le crâne a travers une paroi en tôle. Se servir d'un morceau de vitre explosé comme d'un couteau pour tenir en respect ceux qui voudraient encore continuer le combat ... A l'époque, il n'était pas un tueur. Mais ça ne l'empêchait pas de combattre sans répis, sans se pré-occuper de la santé de ses adversaires et surtout jusqu'au bout. Et si il devait y avoir des os brisés dans la foulée ... Qu'il en soit ainsi. Au moins, les choses était simple : A l'époque il se battait pour sa vie ... La, il se battait pour de la politique. Pitoyable. Mais bon .... On ne se refait pas.

Un nouveau cri a coté de lui lui arracha un tympan quand le marines eut une balle lui érafla l'épaule, et Ed regarda le marines un instant. Un première classe. Parfait. Il lui colla une taloche sur l'arrière du casque pour l'arrêter de brailler.

Putain le fils de! Je vais lui ...
Pitié, la ferme deux minutes ... Hey, une minute, je t'ai croisé sur sigma octavius toi!
Hein? Oui c'est ... ho ... j'avais entendu dire que vous étiez passé marines mais ...
écrase ... Il est où le gus que tu veux buter?
Troisième bureau en face ...


Edward baissa les yeux sur le marines, qui portait un M6D dans la main ... Intéressant, pas pas suffisant. Par contre, il se frappa le front en voyant un fusil de sniper accroché dans son dos. Il soupira et releva un peu la tête par dessus le rebords ... Des combats dans le reste des bureaux, et eux qui étaient tenus en respect par un dernier survivant ... Dernier, les autres avaient étrangement pris feu après que Ed ai terminé d'utiliser ses munitions incendiaires, et le marines avait réussit a en refroidir un ou deux de son coté également ... Pas grand chose, un groupe de 4 ou 5 a eux deux, sans compter l'avantage de la surprise mais bon ... La surprise aurait pu être totale si "quelqu'un" n'avais pas utilisé un fusil a pompe dans l'étage ... On se demandais bien qui pouvais avoir décidé de débarquer de manière aussi discrète. Enfin bref ... Edward aussi commençait a en avoir marre de ce type, alors autant en finir. Plus de balles incendiaires? Ha si, un chargeur dans la poche ... L'Ex-ODST l'utiliserais plus tard au cas où. Plutôt que ça, il fit signe au marines de prendre son fusil.

Un ... fusil? En combat rapproché?
Il y a 4 balles dans ton chargeur, ton ennemis est a trois bureaux en ligne droite ...


Edward décocha un coup de pied dans le panneau en bois sous le bureau, s'abbatit brusquement sur le sol. Contre-plaqué de merde ... On se demandait quel pouvait bien être le ratio bois-colle dans ces trucs. Avec un petit revêtement en plastique pour donner l'illusion. Du vrai beurre face a une balle.

.. et tu sait a peu près de quel coté il se situe. La fenêtre de tir est a toi.

Le bureau en question était vraiment parfait pour se planquer ... Le plateau et les pilones étaient en métal, et les tiroirs et tout le reste en bois. Le marines s'allongea, mis l'oeil dans la lunette et visa. La première balle fit un trou dans le bureau, sans plus. La seconde fit entendre un cri de douleur ... La troisième et la 4° aussi. Ed eut un sourire et posa un doigts sur sa bouche, avant de se glisser sur le coté pour jeter un œil ... Le rebelle tentait de ramper vers un abri plus sur en attendant que le marines recharge ... Trois balles de M6C lui firent cesser tout mouvement. L'Ex ODST se releva, et vérifia d'un coup d'oeil ... Un, deux, trois, quatres ... cinq et ... six avec celui qu'il venais de refroidir. Parfait ... Le marines se releva également, et remit son fusil dans son dos avec un petit sourire qui arraché un soupire a l'Ex ODST ... "ouais, j'ai tué un rebelle, je suis content le jojo!". il l'aurais dit que ça n'aurais pas du tout étonné le première classe aux pupilles rubis ... enfin bon.

Les deux passèrent la porte en sens inverse de tout a l'heure pour rejoindre le reste de l'escouade ... Globalement, pas plus de 2-3 pertes pour les marines et quelques blessures, mais rien de bien grave ... Juste le sergent sorince qui semblait avoir été gravement touché a la carotide. Ou alors il avait explosé une cervelle et s'était arrangé pour se situer derrière, mais sans prendre de balles ... Ou alors il avais pris un bol plein d'hémoglobine et s'était jeté le bol sur le visage. Ou autre vu la couleur de ses dents ... Ed n'eut comme réaction que de se frotter le front un long moment et de se poser contre une armoire pour prendre un peu de souffle pendant que le nouvel adjudant soignait les blessés.

"-Ah au fait, j'ai vus deux mecs emmener un paquet de munitions à l'étage au dessus, j'sais pas ce qu'il y a la haut, mais ça crache beaucoup de balles, surement une tourelles sur pivot."

Super, encore des emmerdes ... Edward plissa les yeux un instant, et sentit sa vision de brouiller quelque peu ... D'un coup, son champs de vision vu obturé par un double de lui même, face a lui, qui leva son M6C SOCOM et tira dans le front d'edward ... qui ne sentit rien. Il regarda un instant son double, et se demanda comment il pouvais afficher un sourire aussi sadique.

Me dit pas merci surtout.

Edward n'en revenais tout simplement pas ... Il venait d'imaginer qu'il s'était tué tout seul? Délirant. L'ex-ODST tenta de comprendre pourquoi son expression était aussi crispé ... il devait avoir le feu aux zygomatiques. Avant de cligner des yeux et de se retrouver face au trou dans l'armoire ... Qu'est-ce qui venais de se passer?

Un toussotement se fit entendre dans son dos ... Ed plissa les yeux deux secondes, et ouvrit le battant. Un rebelle en sortit et s'écroula au sol, un petit trou bien rouge visible entre les deux yeux, du sang perlant de sa plaie et commençant a se répandre au sol.

... Au moins, celui là aussi est gorgé de balles ... Si quelqu'un en veux ...

Le première classe se frotta la nuque en regardant le cadavre au sol, et se détourna pour s'en éloigner un peu avant de s'adosser au mur. Fatigante, cette hallucination.

_________________



"On m'a dit un jour que j'étais con. A celui qui un jour m'a dit cela. A tous ceux qui me l'ont dit par la suite. Et à tous ceux qui l'ont pensé.
Je. M'en. Fous.
Merci."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allan Soyana
Vigilant, ancien policier
avatar

Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 30/07/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : M6C
Autre Compte : Van 'Rashakee
Arme n°2 : Bouclier anti-émeute

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Jeu 15 Nov 2012 - 20:32

Le calme régnait enfin sur Endurance mais les esprits étaient toujours aussi échauffés. Alexandre semblait visiblement avoir un passé commun avec Will Ost, l'ex-ODST. Et la femme que Miller a tué sur la scène il y a quelques heures, c'était la copine du premier qui avait était trompé par le deuxième ?! Le feu, le sang, l'excitation, les combats, la fatigue et ça ! Allan commençait a avoir la tête qui tournait de plus en plus. Qu'allait il se passer maintenant ?

Une idée vient soudain au jeune officier de Police : la radio ! Ramirez avait permit grâce à son action héroïque de ramener une radio à Allan ! Le jeune chef chercha longuement la fréquence car ses esprits étaient encore brouillés. Puis cela lui revint d'un coup d'un seul : 252.5 ! Il saisit les coordonnées de la fréquences avec minutie puis attendit patiemment un retour de signal. Puis, alors que Allan s'affairait car les affaires des deux rebelles n'étaient pas les siennes (bien qu'il les suivaient avec attention d'une oreille discrète) un homme familier fit son apparition alors qu'Alexandre (qui venait de se faire rouster par Will) montait furieusement à l'étage. Voilà qui était parfait ! Il s'adressa de loin à l'ODST Freeman :

-Monsieur ! Venez par ici ! Je vais demander des renforts et des munitions mais ce ne sera rien de plus que des policiers, j'ai vraiment besoin de vous. Voilà ce que je vous propose : on ne peux pas arriver jusqu'à Miller, alors on va l'enfermer dans la tombe qu'il s'est lui même creusé. Je vais faire le plein en explosifs de très forte puissance, vous savais manier ses engins je présume ?
On va essayer de secourir le plus de rebelles possible et semer le plus le chaos possible. Vous devrez, si vous accepter, passer à travers les lignes de l'ennemi et faire sauter les piliers du bâtiment, tout à l'heure on a put récupérer les plans du truc, resteras plus qu'à faire péter les points sensibles. Vous en êtes ? Je vous laisse réfléchir Monsieur.

Puis, Allan repris comme pour être sûr :

-Et ramener Alexandre vers moi, Endurance sera notre point d'appui, on est à 700 mètres de la cible mais c'est le maximum, je vous guiderez d'ici, j'aurai sûrement vite accès aux plans d'urbanismes du coin.

Puis le jeune officier s'adressa à l'ex-ODST, le lieutenant Will Ost. Il ne fallait pas relâcher la pression, pas maintenant. Le temps que l'officier arrive la connexion fut établie avec le QG de la Police. Visiblement, la partie de la ville qui entourait le QG était sûre sur presque 2 kilomètres. Allan reprit alors une gorgée d'eau de la seule bouteille qui avait trouvé dans le décombres et dis :

-Ici on a besoin du aide d'urgence sinon. Envoyez nous le plus de gars que possible … Prevenez les qu'ils risquent de mourir aussi … Je ne veux pas ça sur la conscience. J'ai donc besoin, d'hommes, de munitions, des plans du coin et surtout d'explosifs, les plus puissants possible.

-Bien reçu Monsieur, tenez bon on arrive. Pouvais vous réactiver votre caméra frontale ?

-Négatif … Prenez le code 66246, c'est l'officier James Ramirez, les images seront de qualités. Débarquez mes requêtes sur Hole Street, le bâtiment à coté du notre est encore en excellent état.

-Très bien Monsieur ! Quelque chose de plus ?

-Je veux des infos sur le coin, toutes celles que vous pouvez avoir !

-Hood a reniait Miller et des Amiraux semblent s'être mutinés. Les gros renforts sont en route Monsieur.

-Bien compris !


L'officier ODST s'approcha d'Allan avec un restant de rage qui semblait lui rester en travers de la gorge. Il le regardait d'un être assuré et fixe, les bouts des phalanges légèrement teintés de sang. Son manteau flottait derrière lui et le résultat du tableau était saisissant. Allan, bien qu'impressionner prit la parole :

-Voilà ce que je vous propose, vous allez appuyer mes hommes avec les vôtres. J'ai deux bâtiments principaux à reprendre dont celui sur lequel est attaché l'écran géant, bien que cela soit désormais inutile il offre un point de vue imprenable sur la place, il nous le faut ! Mes hommes seront déployés un peu partout dans la zone lorsque vous serez en approche du premier et tout comme Freeman et Alexandre, ils vous aiderons si nécessaire.

Soyana regarda alors les deux dans les décombres d'Endurance alors que des sons très lointains de transports parvenaient aux oreilles du jeune policier. C'était désormais là qu'il fallait frapper, les rebelles en sous nombre pourrait compter sur le chaos causé par les Policiers et surtout sur la nuit.
Alors que les hommes réfléchissaient pour se décider, un premier transport arriva sur le toit du QG de campagne et un flot impressionnant de munition vint remplacer les cartouches grillés par les défenseurs. Puis un officier approchât avec une mallette renforcée et la tendit à Allan.

-Vos plans Monsieur, vous avez aussi accès aux quelques caméras qui couvrent la zone. Mais aussi les quelques vues aériennes que nous avons, des reporters cachés dans des habitations sont aussi de notre coté, ils filment et les images les plus proches de notre secteur seront envoyées sur ce PC.

-Merci, voilà un outils tactique de taille ! Je vous laisse avec l'Officier Carlson, organisez vous pour créer le plus gros chaos possible, on sait peut être faire que ça mais ça va pas nous empêcher de le faire.

Une nouvelle fréquence fut assigné aux forces séparatistes pour éviter toutes fuites d'infos, les soldats en mauvaises postures devaient alors changer la fréquence de leur COMM si leurs situation tournait vraiment mal. L'ennemi n'aurait rien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virgil Summers
Marines, Forces Spéciales, Capitaine
avatar

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 02/07/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : DMR
Autre Compte : Alik 'Azuri
Arme n°2 : Pistolet M6D/Couteau de combat

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Jeu 15 Nov 2012 - 20:41

Alors que Sorince avait ouvert le feu, le reste du groupe se contenta d'abattre le pauvre homme en le criblant de balle.

Un rebelle sauta sur la droite de Virgil, lui tirant dessus au smg. Virgil se jeta sous un bureau avant de lancer une flashbang et d'abattre le renégat au DMR. Il continua ensuite son inspection, la plupart de ses hommes se débrouillaient bien, mis à part le 1ère classe Marco, qui avait voulu suivre les rebelles lors de leur "retrait" et qui avait reçu une balle en pleine poitrine. Virgil rampa jusqu'à lui et observa la plaie. Le coeur faisait clairement comprendre qu'il n'aimait pas être sortit d'une poitrine humaine en crachant le maximum de sang en dehors du dit corps. Virgil injecta une dose de morphine au soldat pour lui offrir une morte moins douloureuse...

Il se releva ensuite, observant le reste du combat. Un rebelle s'adressait à quelqu'un situé derrière un "mur". Virgil tira dans l'oeil droit du rebelle et l'envoyer directement dans l'autre monde. Il observa ensuite un 1ère classe donner l'ordre à un autre 1ère classe d'utiliser son fusil de sniper, malgré l'ordre d'interdiction de Virgil, si cet emmerdeur s'en sortait, Virgil allait le sermonner.

Tiens, Sorince venait de se jeter sur un rebelle et commencer un combat au corps à corps... Deux coups de crosse, puis... Une morsure fatale ? Virgil détourna les yeux, voyant du mouvement dans son dos. Un rebelle se jeta sur lui, un couteau de combat sortit. Celui-ci hurlait qu'il allait le tuer. Virgil esquiva le coup de couteau, et utilisa la seringue de sédatif qu'il comptait utiliser sur le marines au fond de la salle qui avait reçu une balle dans le ventre. Le rebelle s'écroula sur le sol dans un bruit lourd, sombrant dans un long sommeil, qui serait éternel, surtout après l'égorgement qu'avait pratiqué Virgil une fois le rebelle au sol.

L'adjudant se dirigea ensuite vers le marines touché, le caporal ibanez... Ce type avait une femme et trois gosses d'après ce que Virgil avait compris lors des échanges de voix qu'ils avaient eu. Virgil inspecta la blessure, elle était légère, et surtout, la balle n'avait touché aucun organe vital, le type s'en sortirait. Virgil demanda au 1ère classe El daro et au caporal-chef Diamond d'évacuer au point relais le caporal dès que le combat cesserait. Un grand cri, ou plutôt râle se fit entendre au fond de la salle.

Le sergent Sorince revint alors, Du sang coulant encore de sa bouche vers son col de T-shirt... Virgil inspecta le sergent afin de voir s'il n'avait pas eu de blessure légère ou plus profondes lors du corps-à-corps.

<< Bah, il me tenait les deux mains, 'y fallait bien que je l'achève... Ah au fait, j'ai vus deux mecs emmener un paquet de munitions à l'étage au dessus, j'sais pas ce qu'il y a la haut, mais ça crache beaucoup de balles, surement une tourelles sur pivot >>

L'adjudant se releva alors que les deux marines dont il avait chargé l'évacuation du caporal commençait à porter la civière. Virgil arriva au niveau de Sorince et déclara :

<< Vous avez eu raison Sergent, toutes les armes sont bonnes à prendre sur un champ de bataille... * Il lui jeta une seringue de sédatif que le sergent récupéra, le regardant étrangement * La prochaine fois utilisez-ça, c'est plus "propre" et ça évite le risque de choper la sifilis... >>

L'adjudant ricana en repartant vers le reste du groupe alors que Kelrod affichait un large sourire. Il était médecin militaire donc son échelle du dégoût était haute, très haute, surtout après avoir déjà observé des hommes se faire éviscérer par des écorcheurs ou écraser par des brutes...
L'adjudant toussota ensuite à côté du gus qui avait autorisé le marines à se servir de son arme. Un rebelle s'effondra, une balle dans les yeux alors que le 1ère classe regardait l'adjudant avec un air bête tout en déclarant :

<< ... Au moins, celui là aussi est gorgé de balles ... Si quelqu'un en veux ... >>

Virgil attrapa alors le col du soldat et l'envoya valsé sur le sol, tout en plaquant son DMR sur son casque.

<< La portée pratique d'un DMR est de 650 mètres, la portée théorique de 6500 mètres. Celle d'une SMG ou d'un M6C est de 150 mètres. je pourrais percer votre casque en appuyant sur la queue de détente. j'ai donné un ordre soldat, qui vous a donné le droit de demander à un confrère d'ouvvrir le feur avec une arme haute vélocité ? Pas moi en tout cas. Il y a plusieurs personnes qui sont aptes à donner les ordres ici : le sergent Kelrod, le sergent Sorince, et moi, l'adjudant Summers, est-ce clair ? * le soldat fit signe que oui de la tête et s'excusa * On ne s'excuse pas dans l'armée soldat. Et à l'avenir, n'outrepassez pas l'autorité de vos supérieurs, surtout dans un open-space... >>

Il laissa le soldat là, puis se dirigea vers le centre de la pièce où l'attendait le reste de l'escouade qui assistait à la scène en souriant, surtout Sorince d'ailleurs.

<< Bien... Dracula a vu des choses intéressantes pendant nos valses avec ces messieurs. * il frappa du pied un cadavre rebelle * Donc ils auraient une jolie mitrailleuse selon le sergent. Un assaut de masse n'est donc pas une bonne idée, on est pas assez nombreux... Sur mon radar, ils ne sont que cinq, mais méfiance avec ces trucs électroniques. Kelrod, vous, moi, et sorince on monte là-haut par les conduits, vous prenez la tête. Caporal Hicks, vous attendez ici notre signal pour mener l'assaut vers la mitrailleuse. Une fois seulement que nous aurons donné le signal et pas avant. Vous donnez les ordres en attendant sur le reste du groupe. Oh et surtout, montez des petits moyens pour tenir la position en cas d'attaque rebelle. >>

Il se tourna ensuite vers le couloir menant aux conduits, avant d'activer sa COM vers le reste du groupe :

<< Bonne chance messieurs. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allan Soyana
Vigilant, ancien policier
avatar

Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 30/07/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : M6C
Autre Compte : Van 'Rashakee
Arme n°2 : Bouclier anti-émeute

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Jeu 15 Nov 2012 - 22:02

Alexandre était un axe principal du plan d'Allan, il ne pouvait pas composer sans lui et ses gars. Il faudrait donc aller le chercher quoiqu'il en coûte. Depuis les dix dernières minutes, de nouveaux renforts et du matériel fut largué. De nouveaux PC et d'autre policiers qui commençaient petit à petit à resemer le chaos dans le quartier. Allan avait assigné Petersburg et Folson au commandement des unités et à la collecte d'informations. Allan put donc enfin se libérer après un longue moment alors que les deux ex-ODST réfléchissaient avec attention sur le plan d'Allan. Il prit pistolet qui était posé sur la table par pur réflexe : c'était ça la guerre en fait. Faire des choses hors du commun comme se déplacer avec des armes et des grenades sur soi comme si on allait acheter le beurre.

Le sol était complètement défoncé par endroit et le courant était très incertain. Sans les générateurs mobiles les installations seraient hors d'usages depuis un moment mais ça semblait se stabiliser. Les pas lourds et les paupières sèches du jeune policiers étaient le reflet d'un épuisement certains mais ses muscles tendus et sa respiration rapide étaient signe d'une détermination sans faille : LA DEFAITE N'ETAIT PAS UNE OPTION !
Les marches craquèrent sous le poids de l'armure d'Allan dont il avait ôtait certaines parties alors désormais inutiles ou en piteuses états. Une fois en haut Allan se trouvât devant une vieille porte fermée d'où des sons de vives discussions sortaient. Prenant son courage à deux mains le naïf policier prit aussitôt les devants !

Il appuyât sur la poignée et la porte s'ouvrit dans un grincement strident et peu amical … Un peu comme l'ambiance générale ici. Les rebelles le regardaient avec des sentiments mêlés et Allan en fut un temps désarçonné mais il devait agir :

-Alexandre ! J'ai besoin de vous ! Non, l'Humanité à besoin de vous ! Je ne sais pas trop qui était cette personne, cette femme sur cette estrade. La seule chose que j'en sais c'est que c'est quelqu'un que je n'est pas put sauver. Peut être ne réagirez vous pas mais écoutez moi au moins. Je ne connais ni votre vie ni celles de vos hommes mais une chose est sûre : vous n’êtes pas là simplement car vous n'avez plus rien dans le cœur. Peut être avez vous vu des choses que je n'ai jamais vu, vécu les pires horreurs de ce monde, peut être avez vous perdu tout sens du devoir et êtes vous désabusé mais vous n’êtes pas encore là seulement car vous n'avez pas put partir. Votre amour va vous manquer, je m'en doute bien et sans doutes vos hommes vivent la même chose pour d'autre proche mais cela n’enlève rien au fait que vous avez un devoir : Faire en sorte que vous soyez les derniers à souffrir de la folie de Miller. Vous voulez partir ? Je ne vous en empêche absolument pas mais sans vous la situation risque d'être encore pire que maintenant … J'ai vraiment besoin de vous …

Allan étouffa ses sentiments comme il put. La fatigue l’empêchait de s'exprimer comme il le souhaitait mais tout son cœur était là, il donnait tout ce qu'il pouvait encore donné. Lui aussi il avait souffert aujourd'hui en y repensant : Geos, Rachel, M'Bala …

-Vous devez m'aider, vous devez aider les gens que vous avez toujours défendu même si cela ne fut jamais votre combat sinon qu'allez vous faire, traquer Miller dans une dictature ? Vous en êtes capable mais aujourd'hui nous avons une occasion en or ! Nous pouvons arrêter Miller et ses plans ! Ensuite libre à vous de faire vos vies mais pas ce soir ! Ce soir vous vous battez !

La voix de Soyana faiblissait à mesure qu'il parlait mais il ne pouvait s’arrêter, son cœur se devait de se vider sinon il allait imploser. Après tout ils y étaient presque ! Tout cela n'avait pas était fait pour rien !

-Suivez moi ! Prenez les armes à mes cotés, je vous guiderez depuis ici ! Vous prendrez Les hommes de Miller à revers, y'a une centaines de conduits sous la ville et les ruelles sont loin d'être toutes surveillées ! Je fais tout pour créer un désordre dans les rangs loyalistes et j'ai besoin de vous ! Freeman va faire péter cette saloperie de bâtiment et enterrer Miller avant, on ira le chercher ensuite si il le faut ! Will va remettre cet écran en route et vous ! VOUS ! Vous allez faire mettre pied à terre à l'UNSC ! S'il vous plaît … Si on ne réussit pas ce soir … Une balle dans le crane sera ma seule option pour sauver ma famille et mes proches de la disgrâce … Alors venez , je ne peux rien dire d'autre…

Allan se retourna et reprit le chemin du QG. La fatigue allait le tuer, des grosses et lourdes larmes commençaient à rouler sur ses joues sales et terreuses. Il avait raison, si cela ne finissait pas ce soir, il se préférait mort … Et alors qu'il descendit les marches lentement, Alexandre sortit de derrière là porte et lui adressât sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Will Ost
Rebelles, Traître, Ancien ODST
avatar

Nombre de messages : 646
Localisation : [Tracking... Reach... Not Found]
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 18/10/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil Sniper SRS99C-S2 AM
Autre Compte :
Arme n°2 : Pistolet M6C //\ Couteau de Combat

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Jeu 15 Nov 2012 - 22:58

Né combattant, entraîné soldat, élevé officier. Dans ce bâtiment susceptible de tomber à n'importe quelle vague d'assaut des réguliers durant la nuit, se trouvaient une compagnie des forces d'intervention de la police formé au maintient de l'ordre et leur matériel, une section de troupes de choc aéroportées orbitales et leur pendant de marines chargés d’appréhender le colonel Miller, un détachement de partisans en marge de la Cause formés aux rudiments du combat, et mon détachement de traîtres fidèles au Grand Duc. Le cauchemar des chaines de commandement.

La relative fraîcheur des forces du CSNU insurgées de Freeman et Wellsey contrastait avec l'épuisement moral et physique des policiers, je sentais l'animosité qui naissait chez mes homme de par la présence de ceux d'Akylides, et ces heures de tensions y contribuaient largement. Nous atteignions un carrefour, où les décisions prises allaient bousculer la défaite ou emporter l'aval de la victoire. Lorsque Soyana évoqua de faire partir en fumée le siège avant de rejoindre les partisans montés à l'étage, le déclic se fit. Celui ci résonna tel l'ouverture d'une liaison Com.

Escouades Echo 1 et Echo 2, espacez vos temps de répit et le service des postes de tir. Sergent Drieisen en charge, supervise tes caporaux et l'ensemble de la défense du rez de chaussé.

Le canal changea, m'adressant ainsi à Soyana.

Officier, vérifiez que vos chefs de peloton assurent le repos des premières lignes, je vous donne une heure de répit et ne vous demande qu'une vingtaine d'homme pour appuyer les miens sur les postes de tirs névralgiques...

Lui conseillant ensuite de répartir les moins sollicités au réapprovisionnement et à l'établissement d'une infirmerie temporaire en dessous du toit, je l'invita à nous rejoindre dans une salle de conférence du sous sol de l'immeuble. Avec le "boudeur", désignant ainsi Akylides. Cette pointe d'humour britannique devait être la dernière plaisanterie de la journée, mais je ne pouvais réprimer mon fort intérieur dans cette situation: le tempérament et la valeur de chacun allait compter, de la simple boutade au tir de SRS99C-S2 AM à 3 bornes 7.

Après avoir demandé à Wellsey et Freeman d'envoyer soutenir les points encore vulnérable du bâtiment tel que le toit où disparaissaient les transports de police, je rejoignis la salle de conférence désignée, le sac marin bourré d'explosifs aux couleurs des gardiens de Washington en main. Le posant nonchalamment sur le vaste bureau ovale, j'attendis l'ensemble des gradés de chacune des factions en présence. C'est ainsi qu'on menait une guerre, pas à demi mots, mais durant ces face à face de planification relevant presque de la politique. Ma bête noire, mais tout faire sauter l'était davantage.

Je suis en attente, réfléchissez en me rejoignant sur le moyen de tirer d'une seule arme un ensemble hétéroclite de projectiles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max Kelrod
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 145
Age : 25
Humeur : ...
Date d'inscription : 18/04/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : DMR
Autre Compte :
Arme n°2 : M6C Socom

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Ven 16 Nov 2012 - 12:37

Le combat avait commencé et les couloirs été maintenant remplit de sang. Le sergent Sorince faisait un véritable carnage avec son fusil à pompe visiblement customisé. Max tira en direction d'un rebelle qui se jeta dans une pièce au même moment. Il l'avait touché à la jambe, celui ci ne pourra pas fuir avec efficacité. Kelrod s'adossa contre un mur et rechargea son arme. Il tirait en restant plus ou moins à couvert, il lorgna ensuite du côté de l'adjudant. Il faisait bien son boulot de toubib, du moins il essayait. Max changea de position et prit place derrière une moitié de bureau se trouvant dans le couloir. Alors qu'il ouvrait le feu sur l'ennemie, un hurlement de colère l'obligea à tourné la tête.

-Sale fils de pute !

Max sortit son couteau de combat d'un geste rapide, très rapide, il planta ce dernier dans l'avant bras de l'insurgé, ce qui eu pour conséquence de l'arrêter dans son élan. Il empoigna ensuite son arme de poing et lui enfonça dans la bouche avant tiré. Le sergent retira son couteau du cadavre et repoussa celui ci avec le pied.Sa blessure à la jambe l'avait rendu stupide ou bien désespéré, dans tout les cas, cela faisait un reb's en moins. Il récupéra son DMR et reprit sa place au cœur de la fusillade.
Quelques minutes plus tard, la situation semblait sous contrôle, les marines s'étaient rassembler.

-Ah au fait, j'ai vus deux mecs emmener un paquet de munitions à l'étage au dessus, j'sais pas ce qu'il y a la haut, mais ça crache beaucoup de balles, surement une tourelles sur pivot.

-Vous avez eu raison Sergent, toutes les armes sont bonnes à prendre sur un champ de bataille... La prochaine fois utilisez-ça, c'est plus "propre" et ça évite le risque de choper la sifilis...

Max commençait presque à apprécier cette adjudant, le sourire qu'il n'avait pas manqué d'avoir après sa réponse au sergent Sorince en disait long. En parlant de l'adjudant d'ailleurs, il profita de l’accalmie pour remettre la 1ère classe Hordika à sa place. Une fois ceci fait

-Bien... Dracula a vu des choses intéressantes pendant nos valses avec ces messieurs. Donc ils auraient une jolie mitrailleuse selon le sergent. Un assaut de masse n'est donc pas une bonne idée, on est pas assez nombreux... Sur mon radar, ils ne sont que cinq, mais méfiance avec ces trucs électroniques. Kelrod, vous, moi, et sorince on monte là-haut par les conduits, vous prenez la tête. Caporal Hicks, vous attendez ici notre signal pour mener l'assaut vers la mitrailleuse. Une fois seulement que nous aurons donné le signal et pas avant. Vous donnez les ordres en attendant sur le reste du groupe. Oh et surtout, montez des petits moyens pour tenir la position en cas d'attaque rebelle.

Kelrod trouvait la situation très drôle, il allait encore passer par des conduits d'aération. À chaque fois qu'il en avait l'occasion, il passait toujours pas ces derniers pour ce frayait un chemin. Conduit d'aération de maintenance. Des endroits peu fréquenté, sombre et froid. Avant d'y aller, Max s'approcha du soldat Hordika.

-Un problème d'autorité profondément enraciné à ce que je vois. Tu compte vraiment désobéir tout le temps à un ordre direct ? Si c'est le cas autant te prévenir tout de suite. Recommence ça une fois, juste une fois. Et je peux t'assurer que tu va regretter de m'avoir connu.

La 1ère classe ne répondit rien à cela et ce n'était pas le but d'ailleurs. Max n'avait rien contre lui personnellement, mais si il continuait à désobéir de la sorte, il allait avoir de très gros problème.

-Bonne chance messieurs.

L'adjudant ouvrait la marche, suivit de Kelrod et Sorince, ils s’apprêtaient à entrer dans le conduit. Max en profita pour parler avec Carl, discrètement.

-J'imagine que tu veux faire péter cette écran quoiqu'il se passe ? Et bien je te rassure, cette écran éclatera quoiqu'il advienne. Deux précaution valent mieux qu'une. On le neutralisera complètement, pour être bien sur qu'ils ne pourront plus l'utiliser.

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Hordika
ODST, Sergent
avatar

Nombre de messages : 250
Localisation : Probablement dans l'espace ...
Humeur : d'humeur a sauter depuis l'espace.
Date d'inscription : 10/06/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Mitraillette SMG 7S
Autre Compte : Rell 'Ikiha
Arme n°2 : Pistolet M6C

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Ven 16 Nov 2012 - 13:46

Ed se sentait las d'un coup. Très très las. Le fait de s'être tiré dans la tête tout seul y était peut-être pour quelque chose ... Il avait une petite douleur dans les coins de la bouche. Quelle idée de sourire aussi largement aussi ... enfin au moins, il était sain et sauf. Visiblement, l'adjudant avait quelque chose a lui dire ... Il l'avais peut être remarqué juste au moment où il avait tiré dans l'armoire, mais bon, rien de plus ... Ha si, visiblement il avais clairement quelque chose a lui dire. Se faire saisir par le col ... edward aurais levé les yeux au ciel si on ne l'avais pas jeté a terre ...

La portée pratique d'un DMR est de 650 mètres, la portée théorique de 6500 mètres. Celle d'une SMG ou d'un M6C est de 150 mètres. je pourrais percer votre casque en appuyant sur la queue de détente. ( tiens, il avait un DMR sur la nuque? Il n'avais pas noté ... ) j'ai donné un ordre soldat, qui vous a donné le droit de demander à un confrère d'ouvrir le feu avec une arme haute vélocité ? Pas moi en tout cas. ( qui avais forcé ce première classe a y obéir aussi? Il avais entendu les ordres aussi bien qu'edward ... quoique vu la manière dont il avais perdu son sang froid, pas la peine de se demander si il avais vraiment repensé un instant a qui était sensé lui donner les ordres ... ) Il y a plusieurs personnes qui sont aptes à donner les ordres ici : le sergent Kelrod, le sergent Sorince, et moi, l'adjudant Summers, est-ce clair ? Edward hocha mollement la tête en marmonnant un parfaitement compris mon adjudant On ne s'excuse pas dans l'armée soldat. Et à l'avenir, n'outrepassez pas l'autorité de vos supérieurs, surtout dans un open-space...

Bah voyons ... Comme si le fait d'avoir été dans un couloir aurais changé quoi que ce soit ... Edward ne se releva pas et regarda le sol, pris d'une soudaine envie de dormir.

-Un problème d'autorité profondément enraciné à ce que je vois. Tu compte vraiment désobéir tout le temps à un ordre direct ? Si c'est le cas autant te prévenir tout de suite. Recommence ça une fois, juste une fois. Et je peux t'assurer que tu va regretter de m'avoir connu.
Haaa, si vous saviez sergent ... Une vraie teigne ce petit ed.

L'ex ODST releva les yeux et fronça les sourcils d'agacement en voyant son double tranquillement installé en tailleurs juste a coté ... La question était de savoir si le double en question avais vraiment dis ces mots avec la bouche de l'ex ODST ou pas ... visiblement pas vu que le sergent se détourna pour se diriger vers les conduites ...

Le M6D aurais largement suffit et tu le sait ... Pas la peine de te morfondre comme ça, c'est qu'une petite remontrance de plus sur la longue liste des ordres non suivit ou des petites conneries ... Je suis sur que dans un dossier ça passerais inaperçu. Sauf si on ressort ça a l'occasion d'un procès bien sur.

Edward aurais bien voulu dire a cet enquiquineur de double de se la fermer, mais si un marines l'entendais et pensais qu'il parlais au sergent, autant se tirer une balle tout de suite. Edward se releva donc tout simplement et remis sa SMG 7S a la ceinture en sortant son M6C SOCOM ... a attendre les ordres ,comme d'hab.

_________________



"On m'a dit un jour que j'étais con. A celui qui un jour m'a dit cela. A tous ceux qui me l'ont dit par la suite. Et à tous ceux qui l'ont pensé.
Je. M'en. Fous.
Merci."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Freeman
Rebelles, Traître, Ancien Marines des Forces Spéciales
avatar

Nombre de messages : 958
Age : 36
Localisation : Là où les combats sont !
Humeur : Tendus
Date d'inscription : 18/11/2008

Feuille de personnage
Arme n°1 : MA5B
Autre Compte : Rex - 98
Arme n°2 : M 90 (/ couteau)

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Ven 16 Nov 2012 - 16:23

John avait suivit la demande du Will, envoyant des renforts dans les zones à risques avant de le suivre au sous-sol, lorsqu'il y furent, Freeman fixa Ost en le fusillant du regard, quel homme voulait-il ? Le choix entre lui et Miller ? John ne répondit rien, le fait de vouloir la peau du Colonel Miller était normal, ce petit fumier n'avait jamais arrêté d’emmerder ceux qui faisait leurs boulots et non pas caché derrière un foutu bureau. Il n'en voulait en revanche nullement à Ost, cet homme faisait ce qu'il voulait, il honorait ceux tombé au combat ainsi que l'indépendance des colonies extérieurs. Pour l'instant ils étaient redevenue des soldats au convictions humaine et non tyrannique. Si quelqu'un devait tuer le TCAO du nom de William Ost, se serait le Marine du nom de John Freeman... Non pas que sa fierté de marine était tellement grosse qu'il prenait des chevilles, mais que lui seul savait comment se battre en honorant les deux camps. Soudain, l'image de Wallace lui vint à l'esprit, que penserait-il de cette merde ? Puis vint Sorince, kelrod et Collins, connaissant ces trois gaillard là, Sorince serait devenu cinglé si il n'aurait put étancher sa soif, Kelrod est obéissant et ira jusqu'au bout des ordres de Miller sans vraiment se poser de question, pour Collins, certainement le désire de devenir ODST... Trois types de son commando, en espérant que le quatrième ni aura pas prit part.

John regarda alors Ost se poster vers la table ovale, il jeta ensuite un regard au sergent Wellsey, lui qui le pensait mort, heureux de revoir un commando à ses cotés. Freeman reçut soudainement une tape sur l'épaule, la TCAO du nom de Carter venait l'avertir de quelque chose. Et ce quelque chose n'était pas bon pour le combat.


Major ? Permission de parler...
Allez-y !
Les rebelles parlent de la perte d'un de leurs avant poste, il n'en reçoivent aucune nouvelle depuis dix minutes.
Et le gamin ? Comment va-t-il ?
Carter resta silencieuse, il aurait presque crut voir des larmes à travers la visière qui semble t-il, était trahit pas la voix.
Il...
J'ai compris soldat, tenté de sauver d'autre personne, aidé les infirmiers...massacrer ses salopard, çà, se sera après !
John lui fit un signe de tête puis s’avança de Ost, autant passer le temps. John vit les hommes de l'ex-lieutenant tendu en le voyant se rapprocher, se qui le fit sourire.

William...je peux vous appelez William ? J'ai une petite question, que se passerait-il si mes "hommes" et moi étions jugé par un tribunal de guerre alors que nous n'avons que défendu la terre d'un malade mental ? Croyez vous qu'un échappatoire serait possible, disons un service ?
Freeman réfléchit un court instant, Miller avait le bras long, trop long et bien trop de fourberie pour avoir une chance de survivre à se petit fumier. Autant demandé si il y avait possibilité de sauver les hommes sous ses ordres, après tout il ne comptait pas sauver sa propre vie par le sacrifice des TCAO ou des Marines.
Si je dois être condamné, moi et mes hommes, je voudrais vous demandez la possibilité de les sauver ! Pour ce qui concerne le plan d'attaque, je préfère vous avertir que si le commandement n'est pas réuni dans les cinq minutes qui suivront la fin de ma phrase, je prendrais le commandement des TCAO et tenterais de frapper là où l'ennemi sera le moins réuni. J'ai d'ailleurs posté quatre homme pour surveiller une partie du bâtiment.
John se retourna ensuite vers Wellsey.
Combien d'homme avez vous sergent ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Akilydes
Service de Renseignement de la Navy, Spectre
avatar

Nombre de messages : 101
Localisation : Inconnue
Date d'inscription : 27/04/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : XBR55 Battle Rifle
Autre Compte :
Arme n°2 : M6D-SOCOM

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Dim 18 Nov 2012 - 15:18

Alexandre se trouvait face à un bureau installé à la va-vite, dont au centre avait été placé un tableau holographique portable. On y voyait le bâtiment du siège du gouvernement ainsi que le quartier.

Alexandre fit un mouvement de main, et zooma sur les installations souterraines, observant les égouts de ce quartier de washington.

" Ça ne colle pas... Il devrait y avoir plus de dénivelés et de contours... "

Il pianota ensuite quelque chose sur le clavier virtuel, et l'image changea, affichant maintenant le portrait de John Miller, ses états de service officiels et son profil physique. Alexandre souffla, et passa sa main sur son torse naturellement, les coups que Ost avait porté lui faisaient encore un peu mal. Il trouvait la situation idiote, au delà de leur querelle, toute cette bataille était pitoyable. La justice se faisait écraser par quoi... La folie ? Alexandre changea à nouveau les images, revenant au profil topographique de la zone. A ses côtés, Zip analysait les plans papiers, afin de comparer avec les données récupérés un peu plus tôt par quelques un de ses hommes. Il re-vérifia les coordonnées souterraines, et remarqua une légère anomalie au niveau du 3ème arrondissements, au nord-est du siège, en souterrain, à quelques centaines de mètres à vrai dire.

<< Enfoiré ! >>

Il tapa son poing sur la table. L'ordure de Miller avait un moyen de se barrer de son bunker ! S'il n'était pas déjà parti, il faudrait vite sécuriser le point de fuite pour l'empêcher de se fondre dans la nature... Alexandre allait donner de nouveaux ordres à ses hommes, mais Allan Soyana entra, refroidissant l'atmosphère déjà tendue de la salle. Tous les hommes d'Akilydes tournèrent leur regard vers lui, certain prenant leur arme de poing.

<< Alexandre ! J'ai besoin de vous ! Non, l'Humanité à besoin de vous ! Je ne sais pas trop qui était cette personne, cette femme sur cette estrade. La seule chose que j'en sais c'est que c'est quelqu'un que je n'est pas put sauver. Peut être ne réagirez vous pas mais écoutez moi au moins. Je ne connais ni votre vie ni celles de vos hommes mais une chose est sûre : vous n’êtes pas là simplement car vous n'avez plus rien dans le cœur. Peut être avez vous vu des choses que je n'ai jamais vu, vécu les pires horreurs de ce monde, peut être avez vous perdu tout sens du devoir et êtes vous désabusé mais vous n’êtes pas encore là seulement car vous n'avez pas put partir. Votre amour va vous manquer, je m'en doute bien et sans doutes vos hommes vivent la même chose pour d'autre proche mais cela n’enlève rien au fait que vous avez un devoir : Faire en sorte que vous soyez les derniers à souffrir de la folie de Miller. Vous voulez partir ? Je ne vous en empêche absolument pas mais sans vous la situation risque d'être encore pire que maintenant … J'ai vraiment besoin de vous … >>

Alexandre se redressa en se tournant complètement vers Allan, son poing se desserra légèrement, tout en écoutant la suite du discours.

<< Vous devez m'aider, vous devez aider les gens que vous avez toujours défendu même si cela ne fut jamais votre combat sinon qu'allez vous faire, traquer Miller dans une dictature ? Vous en êtes capable mais aujourd'hui nous avons une occasion en or ! Nous pouvons arrêter Miller et ses plans ! Ensuite libre à vous de faire vos vies mais pas ce soir ! Ce soir vous vous battez ! >>

La voix de Soyana faiblissait alors qu'Alexandre l'observait d'un nouveau regard, il y avait peut-être encore un peu d'espoir...

<< Suivez moi ! Prenez les armes à mes cotés, je vous guiderez depuis ici ! Vous prendrez Les hommes de Miller à revers, y'a une centaines de conduits sous la ville et les ruelles sont loin d'être toutes surveillées ! Je fais tout pour créer un désordre dans les rangs loyalistes et j'ai besoin de vous ! Freeman va faire péter cette saloperie de bâtiment et enterrer Miller avant, on ira le chercher ensuite si il le faut ! Will va remettre cet écran en route et vous ! VOUS ! Vous allez faire mettre pied à terre à l'UNSC ! S'il vous plaît … Si on ne réussit pas ce soir … Une balle dans le crane sera ma seule option pour sauver ma famille et mes proches de la disgrâce … Alors venez , je ne peux rien dire d'autre… >>

Cet homme avait des valeurs, et il voulait à tous prix les défendre. Malheureusement, tuer ou capturer Miller allait être difficile, surtout s'il s'était déjà enfuit... Mais ils pouvaient toujours, quoi qu'il arrive, marqué les esprits, et surtout prendre la ville. Alexandre regarda à nouveau le policier alors que celui-ci quittait la salle. Allan avait raison sur une chose, il fallait se battre. D'ailleurs, Alexandre n'avait jamais eu l'intention de partir la queue entre les jambes, mais si personne n'était venu le voir, il l'aurait fait, pour sauver la vie de ses hommes, son honneur ne lui importait que peu de toute façon. Il ouvrit la porte, alors que Soyana descendait les marches petit à petit.

<< Je me battrais à vos côtés. >>

Allan s'arrêta net, séchant des larmes qui coulaient doucement sur ses joues sales. Un sourire naquit sur le visage d'Alexandre alors que celui-ci tenait son brassard.

<< Cela tient toujours, il n'y a pas de raison de laisser tomber. La mort n'est pas une solution, quoi qu'il adviendra, je vous en prie, si nous échouons aujourd'hui, vous devrez poursuivre le combat, jusqu'au bout ! C'est en tout cas ce que je vais faire, allez, emmenez moi au QG ! >>

Allan le guida donc vers leur état-major de fortune, des rebelles et policiers gardaient l'entrée. A l'intérieur, se trouvait déjà Ost, un marines, et le major qui était auparavant venu voir Alexanre.
Alex avança doucement, ne regardant même pas Ost, Freeman, ou Wellsey. Il plaça le panneau holographique et afficha les plans qu'il avait analyser auparavant, tout en montrant les différents chemins qui permettraient une attaque de la zone. Il releva ensuite la tête vers les quatre hommes présents, déclarant :

<< Voici le quartier du siège. Personnellement, je ne pense pas que faire sauter le bâtiment soit une bonne solution. C'est un symbole de liberté, que ce soit dans le passé ou à présent, il doit le rester. A part son équipement intérieur, n'oubliez pas qu'il est rester le même depuis le 21ème siècle et sa première reconstruction... >>

Il afficha une image d'archive, montrant le bâtiment pendant la reconstruction, puis après sa reconstruction, jusqu'à ce jour.

Spoiler:
 

Alexandre espérait qu'ils comprendraient, ce bâtiment était un symbole, et plutôt que l'ensevelir, il valait mieux le capturer, et s'en servir comme nouveau symbole, celui de la justice. Il savait qu'ils avaient déjà sûrement tous un plan en tête, mais si ce détail de leur opération pouvait changer, il en serait heureux.

Il montra ensuite toutes les infos obtenues pendant le piratage des données de la ville.

<< Leur IA intendante m'aura donné du mal, mais finalement, nous avons obtenu les infos dont nous avons besoins. Nous sommes en pleine nuit, c'est là qu'on tombe dans mon domaine, la recherche, le renseignements et surtout, le piratage. En passant par les égouts, mon équipe pourra atteindre leurs systèmes d'éclairages, de caméras, et surtout: nous pourrons rediriger nos troupes à l'aide des différents panneaux de voiries et les portes et liaisons du bâtiment. Ils ont eu la stupide idée de justement modifier l'intérieur du siège, on va donc pouvoir modifier les systèmes pour faciliter notre attaque. J'en reviens au 3ème bureau du secrétaire, il donne un point d'accès direct vers le bureau de Miller. pas besoin de passer par des ascenseurs quelconques ou des escaliers, là on arrive sur la trappe directement. Et surtout, on découvre ça. >>

Il appuya sur une touche, dévoilant tous les plans du bunker souterrain, séparant le bâtiment du gouvernement du reste des conduits.

<< En passant par les conduits, et le bâtiment, on les prend en étau. Pour Allan et le major, vous pouvez trouver que je me répète, mais cette fois j'espère que vos oreilles seront plus attentives. surtout avec des spartans présents dans la zone... >>

Il regarda ensuite les personnes présentes, attendant leur réaction, tout en fixant Ost, avant de détacher son regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Will Ost
Rebelles, Traître, Ancien ODST
avatar

Nombre de messages : 646
Localisation : [Tracking... Reach... Not Found]
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 18/10/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil Sniper SRS99C-S2 AM
Autre Compte :
Arme n°2 : Pistolet M6C //\ Couteau de Combat

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Dim 18 Nov 2012 - 16:35

Alors que le major Freeman m'exposait ses craintes et ses initatives quant à ses troupes, Akylides et Soyana arrivèrent dans la salle de réunion. Tout commençait à prendre forme. Akylides, manifestement toujours sous pression comme la plupart des responsable présent dans cet état major improvisé, était parvenu à faire ce qu'il faisait de mieux. Ses informations étaient de premier choix. John remplissait son rôle à merveille et comptait utiliser ses hommes de la meilleur manière, si nous parvenions à une synergie de nos moyens, la victoire viendrait à l'aube.

John, je puis fixer à vos hommes et vous des "rendez-vous" durant le protocole carcéral si vous étiez mis aux arrêts à la fin de cette opération. De plus, vos troupes de choc remplirait la une mission à laquelle ils excellent, et fourniraient un appui incontestable pour investir les points évoqué par Akylides.

Je pris le temps de pianoté sur un des supports holographiques installés sur la table de réunion, puis repris tout en établissant une liaison Com vers l'extérieur.

Nous avons un avantage indéniable quant à la disparité de nos forces. En combinant de manière intelligente nos unités, nous pouvons être à pied d'œuvre avant même que les réguliers viennent prêter main forte aux contractors qui défendent assurément le Colonel Miller.

Après avoir terminé de coder la liaison, avant même de l'activer, je me dirigea à proximité des documents fourni par le partisan marginal, centrant la vue du bâtiment sur la cage d'ascenseur menant au Hall, point d'accès de la chambre forte.


Je me chargerai de divertir ces dernier par le passage que mes sapeurs ont ouvert à ces points. Je laisse ces même sapeurs sous les ordres du Sergent Drieisen à vos bon soin Akylides, vous pourrez en avoir l'usage dans ces souterrains. Si l'officier Soyana peut se le permettre, il lui suffirait de nous accorder un peloton de boucliers anti-émeutes pour assurer le combat rapproché à chaque unité d'assaut.

Retournant près de la commande que j'avais manipulé auparavant, je pris une grande inspiration. Un plan prenait forme, mais il allait falloir en discuter encore les modalités. Le temps ne nous était alors pas compté, mais allait tout de même nous échapper si nous perdions encore quelques heures à coordonner nos efforts.

Si tout se passe correctement, les unités sous les ordres du sergent Wellsey et du major Freeman assureront une sortie sans encombre, mais cela pose un problème, dont la réponse ne m'appartient pas. Une fois le colonel Miller dans notre ligne de tir que devons nous faire, le confier à la mort ou à la justice de vos autorités John ?

Sur ces mots, j'enclenchais la liaison qui fit apparaitre sur le projecteur la silhouette maintenant bien connue d'un homme de l'ombre, l'homme de la Cause: le Grand Duc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Grand Duc
Leader Rebelle
avatar

Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 13/06/2011

Feuille de personnage
Arme n°1 :
Autre Compte :
Arme n°2 :

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Dim 18 Nov 2012 - 17:12

Le leader insurgé allait et venait dans la salle de contrôle des opérations en cours, gardant l'œil sur l'ensemble des foyers insurrectionnels de Washington et sur les aléas de la mission principale. Y envoyer des traitres fut nécessaire, ils étaient les plus à même par leur savoir faire martial de remplir des objectifs pareils. Cependant la dimension "diplomatique" de l'opération avait été négligemment sacrifiée au profit de cette efficacité militaire. Une erreur dont le Grand Duc avait pris bonne note et pourtant les responsables sur le terrains ne se débrouillaient pas trop mal: ils auraient pu s'égorger sans autre forme de procès. La liaison que le lieutenant Ost établissait fut activée. Prenant place devant le transpondeur, sa silhouette automatiquement assombrie fut retransmise sur le récepteur de William. La salle de réunion apparue.

Lieutenant Ost, messieurs, je serai bref.

le Grand Duc savait pertinemment que cette apparente omniscience permise par les experts en renseignements des Vigilants de la Cause agaçait un tantinet le lieutenant insurgé, mais cela faisait parti de l'image de chef capable nécessaire au leader rebelle.

Mes sincères condoléances Mr. Akylides. Nous avons suivi avec grand intérêt vos travaux des dernières heures, et nos analystes de terrain ont perdu un brillant collègue avec vous. Ces recherches ont ouvert des opportunités exceptionnelles pour poursuivre votre mission. Je veillerai à ce que nos troupes ne vous tiennent pas rigueur de ce... "Changement d'orientation".

La silhouette sembla se tourner tour à tour vers chacun des hommes réunis et présents dans cette salle avant de reprendre, devant l'expression de surprise toujours figé sur les visages de certains.

D'après les rapports de cette opérations m'étant parvenu jusqu'ici, je suppose que l'optimisation de vos forces respectives et du travail collectif de vos unités dépend de fixer l'issu de ce combat. La question est donc la suivante. Allez vous désigner le colonel John Miller comme l'assassin d'un être cher, comme l'investigateur d'un crime de guerre, comme le bourreau de civils innocents...

Le Grand Duc chercha sur la représentation holographique du lieu de réunion qui lui parvenait la silhouette décidée et inflexible du lieutenant ODST servant la cause.

... Ou bien d'un ennemi, celui d'une Cause ou d'un guerrier, engagé dans un combat dont la seul issue ne pourra être que la mort ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin' O'Connor
Mort au Combat
avatar

Nombre de messages : 82
Localisation : Assiégé dans un garage sur Coral.
Humeur : De toute façon c'était trois milles MORT ou vif.
Date d'inscription : 15/09/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : SMG-7S
Autre Compte :
Arme n°2 : Pistolet M6C

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Dim 18 Nov 2012 - 17:48

Erwin comme ses camarades étaient certainement soumis à la plus longue attente de leur carrière ; quatre heures ; quatre heures qu'ils attendaient l'attaque inévitable des forces de la Cause.
Exerçant de courts aller-retour entre les légers avants-postes blindés qui grouillaient au sein du tunnel ; le contractor vit bientôt passer devant lui un binôme d'agents du SRN, provenant de la chambre forte dont le sas s'était largement entrouvert avant de se refermer, et qui se précipitaient vers le second tunnel, supportant chacun d'un bras ce qui semblait être une Tourelle M247H ; et bientôt suivit par un personnel de sept effectifs qui transportaient de lourdes caisses de munitions.
Lorsque le même manège se produisit au sein du tunnel où se trouvait Erwin et ses camarades ; ceci purent identifier le contenu des caisses, pendant qu'un groupe était occupé à installer la lourde arme automatique derrière des sacs blindés :

« Des balles perforantes. » Déclara le contractor

« Et des explosives putain ! » S'exclama Mike en contemplant la lourde caisse que deux agents venaient de déposer à leur pied.

Lorsqu'une autre caisse contenant de l'armement fut amenée non loin des trois hommes, Erwin se pencha dessus et en retira un objet qui semblait l'intéresser, et bientôt après un bref siflement il déclara:

"Pistolet M6C visée laser, balles perforantes. Depuis l'temps que j'en rêvais .. dire que j'ai pas pu mettre la main dessus plus tôt, et là ça tombe du ciel ! J'en reviens pas, je l'garde, je rajouterai deux trois truc plus tard." Dit-il fier de sa trouvaille, sous le regard étonné d'un agent du SRN qui ne comprenait pas pourquoi une arme de poing modifiée prenait place dans une caisse.

"Imbéciles !" Hurla-il à ses collègues qui transportaient les caisses "Vous amenez n'importe quoi ! C'est de calibre dont nous avons besoin !!"

"Dans tout ça il manque quand même quelque chose."

"Quoi?"

"Mon M319 IGL. Quand j'pense que j'ai pas eu l'temps d'aller le chercher quand ces raclures ont dévoilé leur jeu.. Il m'a coûté une fortune, j'compte bien le récupérer quand tout ce bordel sera fini."

"T'as une idée d'où il était?"

Le contractor se rappela du moment où leurs quelques véhicules Warthogs avaient été débarqués des aéronefs de l'astroport de Washington, le précieux lance-grenade se trouvait encore dans le coffre de la voiture de Jin:

"Merde ! On a oublié Jin !

Mais n'ayant pas le temps de réagir sur l'absence de leur camarade, il furent interrompu par Mocle qui déclara tout haut:

« Ils approchent. » Affirma un agent du SRN avant de poursuivre : « Remplacez vos chargeurs en vitesse, ces salopards sont lourdement armés, et trois à quatre fois plus nombreux que nous ; mais nous avons l'avantage de la couverture, et avant de parvenir jusqu'à nous, ces abrutis seront soumis à la puissance de feu dévastatrices que leur a généreusement réservé le Boss ! »
Les hommes éclatèrent de rire en regardant s'installer la dangereuse arme à répétition.

Le tunnel qui était resté jusqu'à présent silencieux, était maintenant soumis à un bordel sonore sans précédent ; mêlés aux divers bruits de rechargement d'armes, les fortes voix des prétoriens qui tentaient comme ils le pouvaient de se remonter le moral dominaient maintenant le couloir.

Ce même couloir était principalement défendue par trois avant postes concentrés au fond du tunnel. Erwin, Mike et un autre de leur camarade se tenaient derrière le retranchement de gauche ; à leur droite, embusqués derrière le retranchement le plus large ; quatre autres hommes de la BRC encadraient les deux agents du SRN, reconnaissables à leurs uniformes noirs frappés d'une légère casquette, et qui seraient les servants de la mitrailleuse. L'un d'entre eux était Mocle.
Un autre retranchement était situé à la droite même de la position de l'arme automatique, tenu par trois autres mercenaires. Enfin derrière tout ce monde étaient présent quelques derniers agents du SRN et de la BRC qui venaient compléter l'effectif de la pièce :

« Comment tu veux qu'il passe ? » S'amusa Mike en s'allumant une cigarette

Bien que naïf de nature, le contractor n'avait pas totalement faux, l'ennemi avait beau être supérieur en nombre, c'était deux couloirs consécutifs fortement défendus auxquels ils devraient se confronter ; et à cela venait s'ajouter l'armement supplémentaire, dont deux mitrailleuses, que venaient de recevoir les défenseurs.
Quoi il en serait, la bataille allait être sanglante.

Soudain, un message universel vint casser l'ambiance détendue de la salle :
« Contrôle à Team Red, NOUS SOMMES REPÉRÉ, présence ennemi confirmée ! Équipe une, vous serez les premiers servis, repoussez l'insurrection, ÉLIMINATION TOTALE Pas de prisonniers, Gloire au SRN ; Gloire au CSNU ! »

Les individus retrouvèrent leur sérieux et regagnèrent tous leur poste :

« Quand j'en donne l'ordre, balancez la sauce. » Déclara Mocle en faisant jouer le mécanisme de l'arme à répétition.
"Toi !" Reprit-il en désignant un contractor: "Tu balanceras ces ananas jusqu'à que la caisse soit vide."
L'homme chargait un mercenaire de servir de mortier. Lorsque le moment serait venu, sa tâche consisterait à projeter le plus de grenades à fragmentations qu'ils pourrait en direction de l'adversaire. C'était une caisse de quarante explosifs:

"Et depuis quand je reçois des ordres? connards !" Répliqua le contractor.

Ouvrant de grands yeux comme s'il venait seulement de percuter, Mocle dégaina son arme de poing et s'approcha du mercenaire:

"Excusez le chef.."
Déclara Erwin qui s'était placé devant le contractor: "Il a rien bouffé depuis vingt-quatre heures et les explosifs c'est moi qu'ça concerne, avec un flingue j'irais pas bien loin de toute façon, je m'en charge mais.."

"La Black Rock Compagny vous n'êtes qu'une bande de cow-boys indisciplinés; vous savez ce que j'pense ? Quand on en aura finis avec vos putains de services on se fera le plaisir de démanteler cette organisation à la con!" Hurla l'agent qui regagna sa place sous le regard amusé des deux hommes.

« En tout cas pour l'heure on va se faire un paquet d'tunes ! » S'exclama tout haut Mike en écrasant son mégot.

Erwin ramassa son armes qu'il l'arma une dernière fois, réajusta sa casquette beige frappée de l'insigne de la BRC, et fixant à travers ses lunettes bleu ciel la lourde porte blindée qui donnait au second tunnel il déclara :

« Qu'ils viennent ces enfoirés. »


Dernière édition par Erwin' O'Connor le Mar 20 Nov 2012 - 13:07, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virgil Summers
Marines, Forces Spéciales, Capitaine
avatar

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 02/07/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : DMR
Autre Compte : Alik 'Azuri
Arme n°2 : Pistolet M6D/Couteau de combat

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Dim 18 Nov 2012 - 22:42

Virgil avançait en tête dans les conduits de l'immeuble, se déplaçant lentement et silencieusement devant ses deux collègues.

Il s'arrêta à une petite grille, observant les mouvements ennemis. Un des rebelles se tenait le bras, du sang tombait de façon assez régulière pour que Virgil en déduise qu'il avait reçu une balle dans l'artère axillaire. Il était foutu, à moins qu'un autre rebelle ne vienne... Ah voila leur médecin. Virgil fit signe à Kelrod et Sorince en montrant le rebelle, c'est lui qu'il faudra à tous prix descendre, comme ça en cas de retraite des insurgés, ils ne pourraient se soigner.

2

Il inspecta ensuite les alentours, et observa deux rebelles se trouvant à la fameuse tourelle fixe qu'avait évoqué le sergent Sorince. Les deux hommes semblaient nerveux et agacés, sûrement dut au fait qu'une vingtaine de leurs frères d'armes avaient été abattus...

4

Virgil regarda ensuite où se trouvait le dernier. Il ne semblait pas dans leur champ de vision... Il analysa avec précision le reste de la pièce, deux bureau étaient l'un en face de l'autre, et offrait une parfaite couverture pour les commandos lorsqu'ils passeraient à l'action. Un homme s'adressa aux rebelles depuis les escaliers, bien, voila le dernier.

L'adjudant fit le signe cinq aux deux sergent et commença à avancer vers la grille suivante. Kelrod le suivit et se plaça à ses côtés. Sorince quand à lui resta à la première grille, et commença à enlever petit à petit les vis. Summers et Kelrod firent de même et au top de l'adjudant, ils frappèrent les grilles et passèrent par les ouvertures, tombant à l'étage, parmi les rebelles.
Les cinq insurgés ne comprirent pas vraiment ce qui leur arriva. Kelrod égorgea le blessé, alors que Virgil colla une balle dans la tête à l'autre médecin, lui faisant regretter à jamais le serment d’Hippocrate. De son côté, Sorince avait criblé de balles le rebelle à la tourelle, et utilisait la fameuse seringue de Summers d'une manière étrange, l'enfoncer dans l'oeil de son opposant n'était pas l'utilisation la plus orthodoxe...
Le cinquième homme ouvrit le feu, forçant les trois marines à se mettre à couvert. Virgil entendit Sorince pester alors que Kelrod abattait le dernier d'une balle dans la carotide.
Le calme revint légèrement alors que les trois soldats se regroupaient. Virgil fit un signe de tête à Sorince avec un large sourire.

<< Voila sergent, plus propre ! >>

Un bruit se fit alors entendre, et Virgil se jeta sur les deux hommes, les faisant tomber au sol alors qu'il sortait son arme de poing. Une balle siffla au dessus d'eux, et depuis l'escalier un rebelle grogna, avant que l'adjudant ne tire dans ses genoux pour le faire tomber au sol. Le rebelle hurlait de douleur alors que Virgil s'approchait et l'égorgeait avec son couteau. Lui qui était pourtant médecin, avait dut retirer plus de vie qu'il n'en avait sauvé au cours de ses dernières 24h, ou peut-être même de toute sa vie. Les deux sergents se relevèrent alors, et Virgil remarqua que Sorince se grattait les genoux, étrange...

Ils continuèrent leur route, après que le reste du groupe ne les aient rejoints. Ils arrivèrent au sixième et avant même de monter plus haut, Virgil arrêta le groupe.

<< Nouveaux ordres, on doit vite faire péter ce truc, les rebelles vont sûrement essayer de le réactiver si on le dégomme juste par l'électronique. On fait donc péter les charge sur l'étage, et sur les liens. >>

Le visage de Sorince sembla s'illuminer, alors que l'adjudant s'approchait des fenêtres. Le groupe plaça les explosifs et descendirent du bâtiment, avant de faire sauter les charges. L'énorme explosion éclaira les rues l'espace d'un instant, alors qu'un bruit sourd marqua le reste de l'explosion. Des débris de verre et l'écran géant tombèrent et s'écrasèrent en bas de la rue. Virgil reçut alors de nouveaux ordres via son réseau, ils devaient retourner vers le siège du gouvernement pour prêter main forte aux contractons en vue d'un assaut des rebelles, mais ils devaient aussi sécuriser ce bâtiment en entier.
Virgil s'adressa donc à ses hommes :

<< Bien. Sergent Sorince et sergent Kelrod, vous m'accompagnez, on prends aussi avec nous le caporal Gareb, et les 1ère classe Nicolaï et Ivanov. Caporal Hicks, vous et le reste du groupe, vous reprenez la sécurisation du bâtiment. 20 hommes sont en route et devraient vous rejoindre sous peu. Bien, on se bouge ! >>

Le groupe de l'adjudant quitta celui du caporal Hicks, se dirigeant vers le siège tout en passant par les ruelles de Washington...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Freeman
Rebelles, Traître, Ancien Marines des Forces Spéciales
avatar

Nombre de messages : 958
Age : 36
Localisation : Là où les combats sont !
Humeur : Tendus
Date d'inscription : 18/11/2008

Feuille de personnage
Arme n°1 : MA5B
Autre Compte : Rex - 98
Arme n°2 : M 90 (/ couteau)

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Dim 18 Nov 2012 - 23:27

Freeman avait tout écouté depuis le début, certes silencieux, mais à l'écoute. D'ailleurs il avait failli donner une réplique cinglante au rebelle informaticien du nom de Alexandre, mais c'était retenu. Pourtant son plan était parfait, sur ce coups là, John avait du mal à l'admettre, mais les rebelles avaient un sérieux avantage sur ce coups. Puis son écoute fut placé sur celle de William, son plan était classique et demandait une force de frappe conséquente et menaçante. Les TCAO qu'il menait avait intérêt à respecter le contrat et surtout les ordres. Freeman regarda les plans du bâtiment, la structure avait beau être refaite, l'intérieur compris, il ne supporterait jamais une bombe de l'intérieur ou une attaque massive. Le Major regarda ensuite William quand il lui demanda la suite des évènements pour Miller. John ne répondit rien sur le coups, de toute manière un homme mystérieux, certainement le grand patron lui aurait coupé la parole. Il venait de commencer à parler, puis posa exactement la même question en plus long que William.
Le marine hésita soudainement à l'envoyer voir chez les covenants, plus il parlait, plus le temps jouait contre eux. Et pour renchérir, Randy venait d’apparaître.


Envoie le voir ailleurs John... Se connard nous ralentis !
.. Ou bien d'un ennemi, celui d'une Cause ou d'un guerrier, engagé dans un combat dont la seul issue ne pourra être que la mort ?
Sauf votre respect, Monsieur, nous perdons de temps. L'Ex-Lieutenant Ost ma déjà posé la question. Et ma réponse est simplement pire que la mort...L'oublie après exécution.

John se retourna soudainement en direction des hommes autours de la table, il venait de manqué de respect à quelqu'un ? Tant pis, là, la rêverie na plus sa place. John regarda une dernière fois les plans de Akilydes avant de regarder ceux de William. Il devait à tout prix terminer se foutu combat et faire revenir des militaires aveugler par le SRN dans le CSNU. Randy s'approcha de lui en silence et regarda avec lui, une nouvelle apparition, son premier sergent apparut aussi. En moins d'une seconde, une conversation c'était crée entre les deux fantômes.

Envois trente soldat dans les ascenseur et le reste avec Toi pour partir directement chez Miller...
Non, ne l'écoute pas, Envois dix hommes aux ascenseurs, et le reste avec toi...
Le problème c'est que envoyez trop de troupes au ascenseur leurs permettra de tenir, il faut renforcer et tenir les positions. Non les ensanglantés.
Je suis pas d'accord, il faudrait attaqué sur deux fronts et des soldats d'élites sont par...
John releva rapidement la tête et indiqua William du doigts.
William, vous etes réengagé temporairement dans le CSNU en tant que TCAO, vous reprenez le grade de Lieutenant, vous prendrez vingts de mes ODST avec vous et trouvez une armure si possible. Akilydes, je vous suis avec dix TCAO, Wellsey vous venez, vous et dix de vos hommes avec moi. Le reste sera sous les ordres de Soyana qui tentera de repousser à l'antiémeute ces salopards et à gardez le plus de troupes possible de notre coté ! Je veux que l'on frappe si fort que le sol tremble !
John commença aussitôt à partir au en marchant rapidement.
Plus on perd de temps à réfléchir, plus on fait gagner du temps au Colonel Miller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jin Watanabe
Black Rock Company, Chien fou
avatar

Nombre de messages : 38
Date d'inscription : 14/10/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 :
Autre Compte :
Arme n°2 :

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Lun 19 Nov 2012 - 22:06

Le bordel intégral . . . Jin n’avait pas eu le temps d’attaquer une nouvelle bouteille que la nuit venait déjà de lui tomber sur la gueule, avec un mal de crane qu’il commençait à bien connaitre. Si l’extérieur du siège était jonché de cadavres de toutes provenances le japonais fut étonné de constater que l’intérieur l’était tout autant : traces de sang au mur, explosions, blessés lourds gémissants et douilles encore chaudes recouvraient une grande partie de la décoration du bâtiment, décoration qui avait dut couter une blinde pensa Jin.
Malgré les bruits de combat qui faisaient rage au dehors il planait à l’arrière du bâtiment un étrange silence, visiblement le « point chaud » du conflit venait tout juste de se déplacer d’ici à « ailleurs », son job étant de protéger la structure et son occupant VIP cet autre endroit ne lui importait guère. Le mercenaire continua ainsi d’explorer les vestiges à la recherche d’un survivant capable de parler jusqu’à ce qu’il atteigne le premier étage, ne se doutant pas une seconde que ses « collègues » se trouvaient terrés sous ses pieds derrières plusieurs tonnes de bétons et quelques mitrailleuses lourdes.
La première chose qui choqua l’ex militaire ce fut de voir le paysage chaotique qu’offrait l’ouverture façon grand panorama qu’une roquette avait aménagée à la façade du siège. Les étages n’avaient pas été épargnés par le conflit, et ce ne fut qu’aux détours d’un couloir que Jin croisa enfin un signe de vie, il s'agissait en effet d'une escouade de Marines qui était trop occupé à défoncer une porte à coup de crosse de fusil pour se rendre compte de sa présence. Après coup le mercenaire réalisa que si il les avait croisé un face à face le dénouement de cette histoire n'aurait surement pas été aussi heureux . . . il aurait mieux fait de rester cuver au fond du 4x4.

- C'est le minibar derrière ?

Étonnamment la blague tomba à plat, ce qui attira vraiment l'attention de tout ces braves soldats par-contre furent les trois grosses lettres "B","R" et "C" imprimées sur le gilet par balle noir que portait le japonais, ca ou sa superbe chemise rouge . . . En tout cas les marines furent tellement impressionnés qu'une dizaine de fusil se braquèrent sur lui dans les secondes qui suivirent, réaction normale à une blague merdique ou trop-plein de stress ?

- BOUGE PAS ENCULÉ !

Jin résuma rapidement la situation dans sa tête : il avait une sale gueule de bois, le bâtiment qu'il était sensé défendre s'était fait envahir par on-ne-sait-qui pendant qu'il cuvait au fond d'un humvee, les hommes sous son commandement étaient certainement tous morts (c'était peut être la nouvelle qui l’attristait le moins) et maintenant un groupe de marines le braquait et était à deux doigts de lui faire exploser la tête . . . encore une superbe journée sur Terre.
Il lâcha son fusil qui tomba lourdement au sol tandis que ses mains se levaient d'elles même jusqu'au sommet de son crâne.

- Vous offrez même pas une dernière goute...

C'est à ce moment précis que cette salope de bonne étoile qui avait la fâcheuse tendance de s'accrocher au destin de Jin décida de faire exploser la porte dans le dos des marines, un troisième participant venait de s'inviter à la fête, profitant de la distraction accordé par le bouffon de mercenaire qu'il faisait. La langue de feu avala deux militaires tandis que tout les autres furent propulsés à terre, Jin quant à lui contempla la scène avec étonnement sans comprendre ce qu’il venait de se passer. Il fallut quelques tirs dans sa direction pour qu’il percute, se jetant ventre à terre sous une lourde table en bois synthétique, si cette dernière résistait jour et nuit au baratin des politiques elle pourrait bien le protéger d’une ou deux grenades.
Son fusil était resté au sol, il ne lui restait qu'un couteau tactique dépliable et le sac de grenade qu'il avait embarqué à sa sortit du 4x4, il aurait certainement pris une arme de poings si il avait eu les yeux en face des trous. En tout cas la rapide étude du fameux sac ne l'enchanta guère, 4 grenades fumigènes et 2 lacrymales . . . pas de quoi remporter le conflit à lui tout seul, mais après tout la BRC s'était préparé pour repousser des émeutiers, par pour une guerre avec ces derniers.
Une balle impacta à quelques centimètres de sa tête, explosant un large morceau de bois et propulsant plusieurs échardes qui lui entaillèrent la pommette, sa "protection" était aussi bidon que lui, et sa durée de vie se réduisait de plus en plus au fur et à mesure que les combats derrière lui se rapprochaient, visiblement l'armée essayait de bloquer le 3eme acteur de la soirée, et ce dernier ne semblait pas vouloir se laisser faire . . . il lui manquait vraiment un gros bout du scénario pour comprendre ce qui se passait ici. Malgré le grand sang froid du japonais le stress montait de plus en plus, et le sang qui lui coulait doucement sur le visage n'aidait pas vraiment, il lui fallait vitre trouver une porte de sortie. Il scruta rapidement la pièce à la recherche d'un échappatoire et s’arrêta sur une porte entrouverte qui arborait fièrement un écriteau en bronze indiquant "salle de réunion", il pourrait surement s'y planquer si elle était vide, ce que laissait supposer l’absence de coup de feu en émanant.
Sans plus réfléchir il dégoupilla trois grenades et les lança en direction des tirs, une poignée de secondes plus tard le gaz s'était bien répandu et il s’élança, armée de son seul couteau et d'un cynisme à l'épreuve il enfonça la porte à coup d'épaule pour s'écrouler dans la petite salle de réunion. Personne pour l'accueillir . . . tant mieux, verrouiller les deux accès de la pièce ne lui prit pas longtemps et il profita du répit qui s'offrait à lui pour tester la qualité des fauteuils en cuir de politicien, pas trop mal. Un rapide examen des lieux lui indiquèrent la présence d'une bouche d'aération au dessus de lui facilement accessible, mais surtout d'un véritable mini-bar encastrée dans un beau meuble en bois. Une étude plus approfondie révéla une bouteille d'Hibiki 17 ans d'age qui ne demandait qu'une chose : être bu avant d'être détruite . . . ce sera chose faite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carl Sorince
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 636
Age : 22
Localisation : Planqué derrière mes hommes.
Humeur : Oh...Ohoh...Vous voulez vraiment savoir ce qui se passe dans ma tête?
Date d'inscription : 20/01/2011

Feuille de personnage
Arme n°1 : M45 TS
Autre Compte : Dar'Lauc
Arme n°2 : pistolet M6D SOCOM

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mar 20 Nov 2012 - 22:28

Hrp : Petit post, grosse fatigue :p

Carl aimait décidément beaucoup ses ruelles...Sombres, glauques...Chaque recoin non-éclairés devenait de potentiels ennemis, le clapotis des gouttes d'eaux s'écrasant sur le sol, toujours dans le même rythmes, renforçait se sentiment de malaise qui régnait ici.
Ah...Les cris des types agonisants dans leur coin devait y être pour quelque chose aussi.
Carl toussota, le goût du sang de sa dernière victime était toujours présent, ce qui avait pour effet de lui donner la nausée...Il s'habituerait sans doute, a force...Suffisait de faire cela constamment...Une cinquantaine de rebelles n'attendait qu'une morsure fatale pour se vider de leurs sangs.
Un coup de vent le fit frissonner, quel temps de merde, déjà que le sergent avait du mal a voir a plus de cinq mètres en face de lui, le temps se sentait obliger de lui mettre des bâtons dans les roues...Enfin...Ce n'était pas lui qui ouvrait la marche après tout.

Kelrod était devant, avançant sans trop se soucier du noir ou du froid, suivit par Summers...Tiens, en parlant de ce dernier...L'adjudant remontait dans son estime depuis que celui-ci lui avait filer cette seringue, ses réactions face aux quelques barbaries auquel le sergent se livrait n'était pas disproportionné, pas même négative...Etonnant de la part d'un doc.

Ils passèrent une nouvelle ruelle, croisant une gamine d'une quinzaine d'année dissimulée dans la pénombre...La discrétion n'étant pas son point fort, elle fut vite égorgé par Kelrod qui reprit la route de suite comme si de rien n'était...Les ordres...Ce vieux Kelrod suivait les ordres, comme d'habitude...La vue du corps sans vie de la gamine arracha un énième sourire a Carl, cette mission était surement la plus intéressante qu'il est eu a faire jusqu'ici...Le massacre sans aucune pitié de chaque être non UNSC était quelque chose de...Magique. On ne se posait pas de question, quelques chose est en face, on le descend, gamin, grand père...Panneau publicitaire.
Ce dernier avait surement écrasé quelques rebelles lors de sa chute, avec un peu de chance, quelques civils aussi...Tant mieux, ça donnerait peut-être un peu plus de courage au gars chargés de protéger Miller.
Et ils allaient en avoir besoin, de ce courage, vus l'attaque qui se préparait...Ah? On lui parlait? L'adjudant demandait ou était leur supérieur?De qui le doc parlait? De Freeman? Quelle blague...

"-Le major Freeman? Ahaha...On a juste eut le temps de terminer notre formation avant de lui dire au revoir, soi-disant que quelques choses d'important l'attendait...Surement une formation pour apprendre a mieux protéger les genoux de ses hommes."


Son sourire, requinqué par la question de l'adjudant s'éclipsa quelques instants lorsqu'il se souvint d'une douloureuse étape de sa vie dans l'armée en tant que Caporal...Qu'est-ce que Freeman penserait de tout cela? Le major n'était pas le genre d'homme a tirer sur des civils...C'était un type plutôt droit...Assister les victimes lui seraient sans doute venus naturellement. Enfin...Un soldat expérimenté comme Freeman n'était peut-être pas aussi naïf.

En tout cas Carl l'espérait.

Le bruit d'une explosion un peu trop proche fit sursauter le sergent...Retour à la réalité, ils approchaient du siège du gouvernement, autant être réveiller avant d'entamer les hostilités.

_________________
"Je me présente, Carl Sorince, sarcastique, cynique, cruel et schyzophrène...Passons maintenant à mes points négatifs..."-Carl Sorince, auteur du roman "moi, mon reflet, mes photos et encore moi."

"Il est normal qu'un sale gosse comme moi soit devenu celui que je suis désormais...C'est à dire un tueur mieux placé et mieux payé que les types biens."-Carl Sorince à propos de lui-même.

"Mes gars...Mes exécuteurs...Sont pas des héros. Non, pas des héros...Et moi non plus d'ailleurs. Nous sommes bien mieux. Nous sommes des tueurs de héros."-Carl Sorince à propos des sanglots.
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allen Weaver
Black Rock Company, Fox
avatar

Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 11/11/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : SMG-7 Socom
Autre Compte :
Arme n°2 : M6D-Socom

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mer 21 Nov 2012 - 22:56

"Soudain un événement mit fin à la frénésie meurtrière dans laquelle était plongé les hommes de BlackRock Compagny ; aussi surprenant que cela puisse paraître un char scorpion dont les couleurs indiquait clairement sa cause venait de faire irruption sur la place ; laissant bouche bée les contractors médusés.
Soudain le blindé projeta un obus sur la tribune où les hommes de la BRC étaient retranchés, tuant trois d'entre eux sur le coup et projetant les autres de part et d'autre de l'estrade."

-Quelques heures après les évènements du siège du gouvernement et le discours de Miller-

Allen ouvrit ses yeux, tout autour de lui était dévasté, un peu désorienté il avait du mal à se souvenir de ce qu'il s'était passé içi. Il se leva doucement et tituba jusqu'a qu'il aperçut un membre de la Black-Rock-Compagny dont le corps gisait au sol, l'ordre de Miller, les coups de feux en direction des civils et des policiers, les innocents brulés, tout ça lui revint à l'esprit. En l'espace d'un instant il se demanda si il avait tué des civils avec des munitions incendiaires, il vit sa SMG à terre et la ramassa, Allen déclipsa le chargeur et enleva une balle pour l'examiner.... Son chargeur contenait des balles incendiaires, il enleva le chargeur et le rangea dans une poche en le remplaçant par un autre. Le mercenaire s'approcha du bord de la scène et vit un homme, probablement un civil qui fouillait les cadavres. Allen descendit des tribunes et se mit à marcher vers le civil en le braquant, l'homme qui fouillait les cadavres se tourna vers le mercenaire et leva les mains en l'air appeuré. Le membre de la BRC baissa son arme et se mit accroupit près d'un corps calciné.

Dur journée hein ?........ Je crois qu'on s'en souviendra très longtemps de ces massacres.....

Civil: Tout ce qui arrive est de votre faut..... J'ai perdu ma petite amie dans ce massacre, elle qui croyait tant en l'UNSC.....

Tu sais j'ai peut être tué ta copine, à vrai dire je ne m'en souvient plus...... Je suis désolé pour toi l'ami, moi aussi j'ai perdus un proche il y a quelques mois...

Allen sortit son pistolet M6D de son holster et le tendit au civil qui prit l'arme en tremblant....

Il y a un chargeur plein à l'intérieur..... Si tu veux m'abattre sur le champ fais le tout desuite.

Le civil pointa l'arme en direction du mercenaire et hésita un moment avant de baisser l'arme et de dire:

Le fait de vous tuer ne la ramènera pas, ni elle ni les autres......

Garde le pistolet, il te sera très utile pour survivre dans ce merdier.... Maintenant casse toi de là.

L'homme partit en courant vers les immeubles. Allen venait de faire ça bonne action de la journée parmis tant d'autres qui ne l'étaient pas, l'ex marine se leva et repartit vers le batiment du gouvernement. L'arme à l'épaule le mercenaire entra silencieusement et traversa les débris qui jonchaient le sol, soudain il aperçut deux rebelles qui récupéraient les chargeurs de marines morts. Allen tira deux rafales silencieuses qui firent mouche laissant les deux ennemis s'écrouler à terre, la salle semblait sécurisé à présent, Weaver baissa son arme et prit le temps observer la pièce où il se trouvait... Ils y avaient des débris partout, les murs étaient criblés de balles, les tables étaient retournées et trouées, il y avaient des morceau de murs et de vitres éparpillés dans tout la salle. Allen s'asseya sur un bloc de beton au sol et sortit une gourde de son sac pour boire quelques gorgées, il la remit ensuite dans son sac.

Bon maintenant faut que je retrouve les autres.... J'espère pas qu'ils sont tous......

Un petit "sniff sniff" le coupa, le bruit qui se repetta encore une fois semblait venir d'une armoire, le mercenaire s'en approcha et ouvrit une des portes d'une main en tenant sa SMG avec l'autre main. Une femme en sanglot avec l'épaule en sang qui était recroquevillée au fond de l'armoire.

N'ayez pas peur je ne vous veux aucun mal.

[i]Pensées: Quel enfoiré ce Miller, je lui collerais bien une balle dans le crâne pour toutes ces victimes.

La jeune femme leva la tête pour aperçevoir son interlocuteur avant de parler d'un air éffrayé :

Vous êtes de la BRC.... Vous.. Vous allez me tuer....

Non ne vous en faites pas... Venez sortez de là...

Il tendit sa main à la femme et l'aida à sortir de l'armoire, elle s'asseya ensuite contre le mur et essuya ses larmes. L'ex marine lui tendit ça gourde et se mit accroupit devant elle.

J'ai besoin de savoir où sont partient les autres contractors de la BRC, vous les avez vu ?

La civile but une gorgée et repondit en bégueyant un peu :

Il.. Il sont descendus au sous-sol mais tous les ascenceurs sont bloqués

Merci pour l'infos.... Vous ne devez pas rester là, nous avons pour ordre de tuer tout civils en vu. Je vais vous aidez à vous enfuir, il faut juste que vous gardiez votre calme et que vous me suivez. Ok ?

La jeune femme acquiessa et suivit le contractor.


Dernière édition par Allen Weaver le Ven 7 Déc 2012 - 20:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max Kelrod
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 145
Age : 25
Humeur : ...
Date d'inscription : 18/04/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : DMR
Autre Compte :
Arme n°2 : M6C Socom

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Jeu 22 Nov 2012 - 21:40

L'écran maintenant détruit, les soldats du CSNU se dirigeait vers le siège du gouvernement, pour continué leur objectif principal, ce pourquoi ils étaient ici : protéger le Colonel Miller.
Depuis bien longtemps déjà, la lumière du soleil avait laissé sa place à une nuit de pleine lune, il faisait froid, il y avait un peu de brouillard et une odeur de mort, chose compréhensible vu le nombre de cadavre.
Max était en tête de fil, suivit de près par l'adjudant. De petits bruit se firent entendre non loin d'eux, dans l'obscurité. Une adolescente surgit et tenta de s'enfuir, en vain. Le sergent l'attrapa par le bras, la ramena vers lui et l'exécuta, sans sommation. Il essuya son couteau sur son treillis et le rangea avant de reprendre son chemin. La dernière chose qu'avait vu cette gamine est un visage à moitié caché ainsi qu'une paire d'yeux sans la moindre émotion. Ses yeux, on ne voyait que ça de lui, son visage était recouvert par une sorte de masque, que certain marines mettait pour divers opérations. Max le portait toujours quand il le pouvait, certains dans son ancienne escouade, le traité de cinglé. Ce genre de réflexion lui faisait autant d'effet qu'une claque sur les fesses d'un éléphant.

-Le major Freeman ? Ahaha...On a juste eut le temps de terminer notre formation avant de lui dire au revoir, soi-disant que quelques choses d'important l'attendait...Surement une formation pour apprendre a mieux protéger les genoux de ses hommes.

Perdu dans ses pensées, le nom du major l'avait fait revenir à la réalité. C'est vrai qu'officiellement, Freeman n'avait pas été le chef du commando. Il les a juste entraîné, enfin pour Max c'était déjà beaucoup. À présent, le sergent se posait des questions, comment le major réagirait à une situation pareil, aurait il suivi les ordres ou aurait il protégeait les civils ?
Il arrêta d'y penser, que le major devienne un traître ou non, ne changerai pas leur situation actuelle, il devait rapidement rejoindre la position de Miller et de sa garde rapproché. Avant que les rebelles ne leur mette la main dessus. Max se tourna en direction de l'adjudant.

-Sauf votre respect, inutile de se prendre la tête avec ça, le major on ne sait pas où il se trouve. Pour le moment c'est cadet de nos soucis. On devrait accélérer la cadence, les insurgés vont pas nous attendre.

Le sergent n'attendait aucune réponse et continua d'avancer parmi les cadavres, disséminé au quatre coins de la rue. Comme il avait dit, il accéléra, le reste du groupe fît de même. Le bâtiment n'était plus très loin et le sergent Kelrod était presque sur de savoir ce qu'il y trouverai: des munitions. Les mecs de la BRC n'était surement pas venu les mains vides et sachant que les mecs du SRN prennent tout autant à coeur la protection de leur patron. La présence d'un grand nombre de munitions était évidente, après tout le directeur de SRN était quelqu'un d'important, pour le moment...

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Akilydes
Service de Renseignement de la Navy, Spectre
avatar

Nombre de messages : 101
Localisation : Inconnue
Date d'inscription : 27/04/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : XBR55 Battle Rifle
Autre Compte :
Arme n°2 : M6D-SOCOM

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Ven 23 Nov 2012 - 17:09

Le Grand Duc était apparu, enfin... Apparaître était un piètre mot pour désigner une silhouette toujours masquée dans l'ombre.

Ils étaient d'accord sur le plan dans son ensemble, mais il leur restait la question de leur cible, Miller aurait il droit à une mort classique ou un jugement solennel ?

<< Ou bien d'un ennemi, celui d'une Cause ou d'un guerrier, engagé dans un combat dont la seul issue ne pourra être que la mort ?
- Sauf votre respect, Monsieur, nous perdons de temps. L'Ex-Lieutenant Ost ma déjà posé la question. Et ma réponse est simplement pire que la mort...L'oublie après exécution. >>

Alexandre était d'accord, Miller ne méritait aucun jugement, il ne méritait qu'une balle dans le crâne, et encore... Alexandre avait en fait une idée précise de ce qu'il aimerait faire à cette ordure si elle lui tombait sous la main. Freeman s'avança, sortant Alexandre de ses pensées. Le major se retourna vers tous les dirigeants rebelles et déclara :

<< William, vous êtes réengagé temporairement dans le CSNU en tant que TCAO, vous reprenez le grade de Lieutenant, vous prendrez vingts de mes ODST avec vous et trouvez une armure si possible. Akilydes, je vous suis avec dix TCAO, Wellsey vous venez, vous et dix de vos hommes avec moi. Le reste sera sous les ordres de Soyana qui tentera de repousser à l'antiémeute ces salopards et à gardez le plus de troupes possible de notre coté ! Je veux que l'on frappe si fort que le sol tremble !
Plus on perd de temps à réfléchir, plus on fait gagner du temps au Colonel Miller.
>>

Alexandre souffla longuement, de fatigue tout d'abord, puis pour les propos du major. Alexandre stoppa le major et s'adressa au reste du groupe.

<< Vous devez être mort de fatigue pour dire de tels propos major. Sauf votre respect, le lieutenant Ost porte déjà une armure de combat. On est peut-être rebelle, mais on se bat pas à poil non plus... Pour se qui est de le "réengager", ben comment vous dire, vous êtes le quart des forces du CSNU donc vos propos ne nous concerne que de moitié, si ce n'est pas du tout. Par contre, je suis d'accord qu'on perd du temps à blablater ici. Mais une stratégie est obligatoire on ne pouvait pas se lancer comme ça à l'assaut. Oh et une dernière chose, je ne veux que quelques hommes si vous venez avec moi, on va pas s’infiltrer à 85 dans des égouts ! Donc je propose ceci : vous prenez sept de vos hommes, le sergent Wellsey lui vient avec cinq de ses hommes. Je prends 10 de mes hommes avec moi, le reste, je vous les confies lieutenant Ost, prenez en soin. Je ferais en sorte qu'il n'arrive rien à vos sapeurs. Bien, si nous sommes tous d'accord, allons-y! >>

Alexandre observa le reste du groupe, personne ne répondit à ses propos et personne ne s'y opposa. Les différents leader partirent pour leurs positions respectives et se préparèrent au combat. Les différents groupes synchronisèrent ensuite leur montre et peu de temps après, ils s'en allèrent pour peut-être leur ultime combat...

Le groupe vipère, composé des hommes d'Alexandre, de Freeman et des siens, ainsi que du groupe de Wellsey, emprunta la première bouche d'égout et commença son avancée, alors qu'au dessus d'eux se faisaient entendre des bruits d'explosion. Alexandre dirigeai le groupe, et une fois un carrefour passé, leva le poing et commença à ouvrir un grand boitier électrique.

<< Voici les différents relais énergétiques des ruelles proches d'Endurance. Je vais réorienter les systèmes pour que l'énergie soit envoyée sur Endurance et que les panneaux indiques le chemin à toutes nos forces alliées. On continue. >>

Le groupe avança ainsi sur plusieurs mètres, contournant chemins sinueux, croisement douteux, et modifiant les systèmes électriques pour faciliter la progression rebelle. Une fois arrivés devant un panneau de contrôle holographique, Alexandre actionna sa COM en direction du lieutenant Ost.

<< Ost, nous sommes en place, c'est quand vous voulez. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Hordika
ODST, Sergent
avatar

Nombre de messages : 250
Localisation : Probablement dans l'espace ...
Humeur : d'humeur a sauter depuis l'espace.
Date d'inscription : 10/06/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Mitraillette SMG 7S
Autre Compte : Rell 'Ikiha
Arme n°2 : Pistolet M6C

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Sam 24 Nov 2012 - 11:09

Une explosion ébranla tout le bâtiment. En même temps, a un étage de son origine et la joue collé contre le sol, dur de la rater ... Edward ferma les yeux, et imagina l'énorme écran basculer dans le vide et exploser au sol en contrebas. Une nouvelle onde de choc lui fit sentir qu'il arrivais a peu près a voir a quelle vitesse l'énorme objet était tombé ... On avais coupé le sifflet au grand duc. L'espace d'une seconde, l'ex-ODST eut un petit pincement au coeur. On avais déployé quoi ... 24 marines pour cette mission? 30? Plus? A part la petite fusillade qui lui avais juste valu de se voir positionner un canon de DMR derrière le crâne ( tout ça a cause d'un première classe qui ne sais pas qu'entre un ordre direct de sergent ou d'adjudant, et le conseil d'une autre première classe, il faut choisir les ordres ... Débile, franchement ... ) Ed n'avais rien fait. Que de la figuration. Tout le plaisir était pour les gradés ... Même si d'un autre coté, on ne lui avais pas brisé les rotules, on ne lui avais pas dégommé un bras, il n'avais pas été mis au sol par un poulet géant, il n'avais aucune blessure grave ... Peut-être que c'était mieux de ne pas se plaindre.

Le marines de releva, et décrocha le chargeur de sa SMG 7S ... Vide. Il le remplaça par le dernier de balles incendiaires qu'il avait ( autant expédier le plus de ces saloperies pour les faire disparaitre avant que tout ça ne soit terminé ) gardé dans sa poche, et remit la mitraillette a sa hanche ... Les deux sergents et l'adjudant firent un passage rapide pour leur ... Ordonner de rester ici, supeeeeeer, avant de repartir ... comme si le sort de miller les pré-occupait tant que ça. Visiblement, Ed était de nouveau sous les ordres de hicks ... Au moins, le caporal ne semblais pas trop lui en vouloir de lui avoir fait faire de la prison. Ni de l'avoir fait rétrograder caporal. Ni de lui avoir fait perdre son armure ODST. Il cachait bien son jeu donc.

Aller, pas le temps de rêvasser ... Vous quatres, vous cherchez une présence ennemie dans le bâtiment. Si vous tombez sur un groupuscule, le COM, ça existe. Vous deux *il désigna ed et l'autre marines de sigma octavius ... et mince.*, trouvez nous de quoi défendre ce bâtiment.
Genre ... La tourelle a l'étage du dessus?

Edward eut un petit instant l'impression d'avoir dit une connerie ... L'idée lui était venue toute seule après tout, et ne lui paraissait pas si stupide que ça en fin de compte ... Utiliser une tourelle pour de la défense ... Elle était prévue pour ça en plus, non?

... Genre ça oui. Toi, tu les aide aussi a la déplacer.

Un second marines rudement bien constitué se tourna vers edward, et sourit en baissant les yeux pour le regarder ... Il devait bien y avoir une vingtaine de centimètres de différence entre les deux hommes, mais bon ... Le première classe se détourna sans broncher et se dirigea avec les deux hommes vers les escaliers pour les monter rapidement et aller chercher "de quoi défendre le bâtiment".

Visiblement, les gradés s'étaient bien amusés ... Les deux rebelles a coté de la tourelle n'avaient même pas eut le temps de dégainer ou de se mettre a couver ... Ed vira celui qui était avachit dessus d'un coup de pied, et posa ses mains sur l'une des poignées latérales en regardant le costaud.

Un coup de main serais pas de refus ...
Heu ... et moi je ...
Caisse de munitions peut-être? Si on te demande, l'idée viens de toi ...

L'autre marines se frappa le front, tandis qu'Edward levais les yeux au ciel et que le troisième première classe éclatait de rire. Les deux hommes ployèrent les genoux un instant, firent un signe de tête commun, et soulevèrent l'engin de mort en grognant. La progression dans les escaliers était vraiment pénible en tout cas ... En passant au 5°, Ed jeta un coup d'oeil a hicks, qui visiblement sécurisais la zone avec une autre personne ... Bon. Au 2° étage, les deux hommes abandonnèrent l'idée d'aller plus loin avec l'engin, et le posèrent en haut des escaliers en soufflant un bon coup ... Au moins, si qui que ce soit voulais envahir le bâtiment, il devais se payer ça .. Edward regarda par la fenêtre un instant ... bon sang, non seulement il faisait nuit noire, mais en plus il pleuvait des hallebardes ... Pas si fâché que ça d'être a l'intérieur en fin de compte. Laissant les deux autres première classe armer et préparer la tourelle ( de toute manière, il aurais du mal a les aider sur ce point là ) l'ex-ODST sortit sa SMG 7S et se mis a la recherche de quelque chose qui pourrais les aider ... Un étage de bureau, pas d'armes laissés par les rebelles, rien ... Qu'un gros rouleau de ficelle laissé sur une table. Edward haussa un sourcil en la prenant, et eut un petit sourire ... Pourquoi ne pas imiter ces chers rebelles?

Après un petit aller-retour au 5° pour y prendre quelques grenades dans le sac de hicks, Edward redescendit au premier, et piègea les couloirs et les couverts ennemis avec quelques grenades, généralement dissimulés derrières des corbeilles a papier ou des pieds de bureau. Il en mit une sur la première marche de l'escalier qui menait au second également, veillant a bien camoufler le fil, et remonta après avoir dégommé toutes les lumières a l'aide de son M6C SOCOM. Au moins, si on venais, la lumière ne serais pas une allié pour éviter les pièges ... Il regarda un instant les deux hommes qui avaient finit d'installer la tourelle, et convint avec eux d'un plan pour éviter d'exploser les alliés : le costaud resterait dans l'ombre, au dessus de l'escalier du premier étage, et empêcherais les marines loyalistes de passer pour leur indiquer d'éclairer le sol et de faire attention aux fils ( dont il donna les positions ). Dans le cas des rebelles ... Disparaître sans faire de bruit, et préparer la tourelle.

Caporal? Le premier étage est bourré d'explosifs, et on a une tourelle posté a l'entré du second ... Quels sont les ordres?

_________________



"On m'a dit un jour que j'étais con. A celui qui un jour m'a dit cela. A tous ceux qui me l'ont dit par la suite. Et à tous ceux qui l'ont pensé.
Je. M'en. Fous.
Merci."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryan Hicks
Banni
avatar

Nombre de messages : 219
Localisation : Affronte les Fantômes de son passé - [Inconnue]
Humeur : Froid, Calme, Patriotique
Date d'inscription : 18/06/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : ➢ M6D-Socom
Autre Compte : Amy
Arme n°2 : ➢ ➢ SRS99C-S2-AM (Custom)

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Sam 24 Nov 2012 - 21:13

HRP : Sorry pour l'absence je suis crevé

Lors de la sécurisation des étages, je me démerdais pour rester à l'arrière du groupe, en premier temps pour ne pas vider tous mes chargeurs inutilement et de deux en espérant ne pas me prendre une porte piégé ça fait pas super sur un rapport ça.

-"Caporal Hicks, vous attendez ici notre signal pour mener l'assaut vers la mitrailleuse. Une fois seulement que nous aurons donné le signal et pas avant. Vous donnez les ordres en attendant sur le reste du groupe. Oh et surtout, montez des petits moyens pour tenir la position en cas d'attaque rebelle."

Des petits moyens ? J'exquissais un sourire en coins tout en pensant à des cadeaux pour nos chéres amis les rouges. Piéger les cadavres avec des explosifs ? Non.... Trop classique peut être pour plus tard... alors que j'étais en pleine réflection le sergent Kerold s'approcha de Ed.

-"Un problème d'autorité profondément enraciné à ce que je vois. Tu compte vraiment désobéir tout le temps à un ordre direct ? Si c'est le cas autant te prévenir tout de suite. Recommence ça une fois, juste une fois. Et je peux t'assurer que tu va regretter de m'avoir connu."

Franchement Ed n'en ratait pas une que ce soit sur Baren ou sur la Terre, ce mec était un véritable danger ambulants mais, il avait quand même le talents d'en sortir vivant à chaque fois. Je regarda alors dans mon packtage, il me restait encore pas mal de matos, merci les ODST si je pûs dire.

L'adjudant et le reste du groupe ne mis pas longtemps à nettoyer les étages supérieurs une fois arrivé à la hauteur de l'écran l'adjudant ajouta que nous avions désormais l'ordre de le faire sauter, premières bonne nouvelle de la journée enfin une méthode radicale pour faire comprendre à ces Rebelles qu'ils ne peuvent pas gagner. L'escouade fit alors exploser les charges et l'écran géant autrefois si imposant s'écrasa violemment aux sol parmit les débris de verres et les cadavres.

-"Bien. Sergent Sorince et sergent Kelrod, vous m'accompagnez, on prends aussi avec nous le caporal Gareb, et les 1ère classe Nicolaï et Ivanov. Caporal Hicks, vous et le reste du groupe, vous reprenez la sécurisation du bâtiment. 20 hommes sont en route et devraient vous rejoindre sous peu. Bien, on se bouge !"

Bon je n'étais totalement d'accord avec le fait que Hordika soit placé sous mes ordres, mais je ne pouvais rien y faire, je n'allais quand même pas lui mettre une balle si ? Je vais laisser cette option au cas ou mais bon il n'y a aucun capitaine qui serais assé fou pour faire une frappe orbital sur Washington, quoi que l'Amiral Wallace qui était au procès en serait capable, si c'est pour mettre un terme à la vie de Miller. Bon les ordres étaient de sécuirisés le bâtiment et d'attendre les renforts chose plutôt simple au moins il n'y avait pas de civils à protéger cette fois si.

-"Aller, pas le temps de rêvasser ... Vous quatres, vous cherchez une présence ennemie dans le bâtiment. Si vous tombez sur un groupuscule, le COM, ça existe. Vous deux, trouvez nous de quoi défendre ce bâtiment-"

J'espèrais que Hordika n'allait pas faire de conneries un fois de plus, mais bon autant éspèrer redevenir ODST tout de suite.

-"Genre ... La tourelle a l'étage du dessus?"

-"... Genre ça oui. Toi, tu les aide aussi à la déplacer."

C'était pas si terrible si on oubliai l'odeur de charpie dehors, qu'il faisait nuit, qu'il pleuvait à verse et que la personne qui m'avait fait rétrogradée et radié du corps des Helljumpers était de nouveaux sous mes ordres... Bon c'est vraiment une grosse mission de merde en faite.

"Bon toi là au lieu de roupiller aide moi à sécurisé le bâtiment."

Mon Magnum et mon couteau en main j'avançais en esseyant d'être le plus discret possible, longeant les murs pour éviter de me prendre un balle de la part d'un sniper rebelle ou autre.

Je regardais la situation par la fenêtre c'était indescriptible, des bâtiments était en feu, d'autre était en ruine la pluie battante ruisselait contre les épaves des véhicules encore fumantes, des groupes de falcon rebelles passaient au loin, l'on pouvait les distinguer grâce à leurs projecteurs, j'eu remarqué des traces de sangs qui se dirigeaient vert un placard, je l'ouvris brutalement et vis un rebelle qui avait les jambes littéralement en en charpie, le fusil à pompe de Sorince était vraiment dévastateurs, il respirait encore, je me penchais sur lui ....

-"Il est ou ton Grand Duc maintenant..."

C'est alors que j'achevais l'homme en l'égorgeant avec mon couteau de combat, je n'allais quand même pas gâcher des munitions pour ce bougre. je reveins voir Ed pour voir ou il en était avec la la défense du bâtiment.

-"Caporal? Le premier étage est bourré d'explosifs, et on a une tourelle posté a l'entré du second ... Quels sont les ordres?"

Quels sont les ordres.... Je n'avais qu'une seule envie mettre une balle dans le crane d'Hordika, mais nous avions trop besoin d'homme dans ce merdier je ne pouvais pas me permettre d'en perdre d'autres.

-"Les ordres, première classe sont simples ont finit de sécurisé ce bâtiment et ont attends les renforts prévues. Des Questions ? Non. Génial On bouge !

Je fis alors signe à la première classe de me suivre pour sécurisé la dernière partie du bâtiment, je me collais contre le mur à droite de la porte tendis que Ed se trouvait à gauche de celle-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Hordika
ODST, Sergent
avatar

Nombre de messages : 250
Localisation : Probablement dans l'espace ...
Humeur : d'humeur a sauter depuis l'espace.
Date d'inscription : 10/06/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Mitraillette SMG 7S
Autre Compte : Rell 'Ikiha
Arme n°2 : Pistolet M6C

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Sam 24 Nov 2012 - 22:33

-"Les ordres, première classe sont simples ont finit de sécurisé ce bâtiment et ont attends les renforts prévues. Des Questions ? Non. Génial On bouge !

Edward retint de justesse un soupire et suivit le caporal en ressortant son arme de poing préféré de son holster. Suivre les ordres comme unique manière de penser, c'est bien quand on fait autant de conneries a chaque initiative, mais des fois c'était lourds de se prendre ce genre de réponses ... Suivant le caporal, Edward remarqua que pour le moment, ces parties là du bâtiment n'étaient pas vraiment endommagés ou autres, pas même de trace de bordel comme dans les bureaux principaux ... Si quelqu'un était passé ici, il n'avais pas laissé de trace. Mais on ne pouvais être sur de rien. Se mettant face a son caporal en se plaquant au mur, Edward regarda la porte un petit instant, puis ryan et ... et merde.

Tu trouve ça drôle de passer pour un crétin?

Edward se massa le front un instant en tentant de chasser la réflexion ainsi que la vision qu'il venait d'avoir de sa tête, mais rien a faire,un ODST atypique se tenait bel et bien tranquillement a coté de ryan, les bras croisés et appuyé contre le mur avec, même malgré son casque, un sourire des plus ... Crispant.

"m'sieur, je dois faire quoiiiiiiii? " Bordel, a une époque tu te faisait larguer de la stratosphère mon pote, depuis quand tu joue a l'apprenti écolier?

Edward aurais bien répliqué, mais non plus la peine de parler tout seul devant le caporale, sinon il était bon pour un aller simple dans un asile ... Ou pour une balle dans la tête, un moyen rapide et efficace de soigner tout type de pathologie mentale selon certains ... Quoique les autres ne devaient pas être forcément très très agréables non plus, entre le psychologue qui pouvais tenter de décortiquer de la base de son enfance jusqu'à nos jours pour voir où se situait le problème ( Edward se surpris a penser qu'il lui aurais fait passer chaque dent a travers la gorge bien avant d'être arrivé a ses 9 ans ) ou la camisole de force dans la chambre matelassé ... il avait fait suffisamment d'isolement ces trois derniers mois pour le reste de sa vie. Bon sang, cette hallucination était obligé de se mettre face au caporal et de prendre une pose caricaturale-ment idiote en le regardant sous le nez?

Quoi, ça t'as pas suffit que je te colle en taule pendant un mois, caporal de mes deux, t'es obligé de tout prendre de manière aussi désagréable aussi? Je rêve ... Ha, Ed, je croie qu'il viens de te faire signe d'ouvrir la porte.

Le soldat posa sa main sur la poignée en silence, et hésita un instant. Et si la porte était piégé, comme deux ou trois autres dans le bâtiment? L'option était plausible... Bon, si il sentait qu'il devais trop forcer pour ouvrir, l'ex ODST pouvais toujours s'arrêter en cours de route ... Il fit lentement pivoter la poigné, la sentant glisser très doucement et sans le moindre grincement ou autres, jusqu'à pouvoir tirer la porte vers lui avec un petit soupire de soulagement contenu. Par contre, Hicks restait derrière le battant du coup ... Ed attendit que le caporal se mit en position, a quelques mètres a coté de lui, il ne savais pas trop où, et acheva d'ouvrir la porte en grand avant de regarder a l'intérieur. Un grand couloir vide, où seul semblait les défier un distributeur automatique de la lueur bleuté de son néon. L'endroit était peut être totalement vide, mais en tout cas personne ici ... Edward s'engagea a la suite de son supérieur en décidant simplement de rester prudent.

_________________



"On m'a dit un jour que j'étais con. A celui qui un jour m'a dit cela. A tous ceux qui me l'ont dit par la suite. Et à tous ceux qui l'ont pensé.
Je. M'en. Fous.
Merci."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virgil Summers
Marines, Forces Spéciales, Capitaine
avatar

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 02/07/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : DMR
Autre Compte : Alik 'Azuri
Arme n°2 : Pistolet M6D/Couteau de combat

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Lun 26 Nov 2012 - 10:43

Virgil courrait aux côtés de ses hommes, ils se dirigeaient vers le siège du gouvernement le plus vite possible. Pendant le trajet Virgil questionna les sergents sur le lieu de présence de leur ancien officier commandant, leurs réponses furent sans appel.

Le groupe accéléra suite aux paroles du sergent Kelrod, intrigué, l'adjudant consulta les différents rapports de missions et regarda si le major Freeman se battait actuellement aux côtés du CSNU ou contre eux. Les rapports disaient qu'ils n'était pas présent parmi les forces loyalistes...

Virgil souffla de dépit, alors que Kelrod s'avançait et abattait une pauvre adolescente. Cette mission en soit était ridicule, abattre des civils n'avait rien de glorieux, car ils ne méritaient pas ce sort. Et puis si on prenait en compte de leur serment, il bafouait toutes les valeurs qu'ils avaient jurés de défendre, mais un ordre était un ordre. Des massacres, il y en a toujours eu, et il y en aura d'autres. Virgil espérait juste que la pourriture qui avait donné cet ordre subirait une condamnation. Même lui était prêt à passer en justice à vrai dire, il n'avait fait que suivre un ordre donc il s'en moquait un peu.

Un bruit d'explosion sortit Virgil de ses pensées, visiblement, les insurgés avaient à nouveau lancés l'assaut sur le siège. Virgil dépassa Kelrod et après avoir tourné à une ruelle, stoppa le groupe en levant le poing. Il montra ses oreilles puis la bouche d'égout. Kelrod et Sorince se regardèrent, puis écoutèrent attentivement. De légers bruits se faisaient entendre, c'était d'ailleurs plus des râles que vraiment des paroles.
L'adjudant s'approcha de la bouche et souleva silencieusement la lourde plaque, aidé par Gareb. Kelrod passa en premier et leur fit signe de descendre. Le reste du groupe le rejoignit et une fois en bas, Virgil chuchota:

<< Ces égouts parcourent toute la ville, en passant par là on pourra rejoindre le siège sans risque majeur de tomber sur une armée de rebelle. On continue jusqu'au centre, là-bas on remontera et on devrait pouvoir retrouver nos confrères de la BRC, s'ils ne sont pas déjà sous le feu ennemi, auquel cas on ira rejoindre les spartans pour la défense en dehors du bâtiment. >>

Le groupe se remit donc en route et continua sa progression sur quelques centaines de mètres, avant de bifurquer et se retrouver face à face avec la source des bruits... Trois clochards complètement saouls décuvaient sur les rebords des égouts. Lorsqu'ils virent les marines, les trois "hommes" tentèrent pitoyablement de se relever, mais ne réussirent qu'à s'écrouler à nouveau sur le sol. Ils devaient facilement avoir trois ou quatre grammes dans le sang et ne savaient plus ce qu'ils faisaient. Cette hypothèse se vérifia lorsque l'un deux, crachant un " Maudits fonctionnaires " leur lança une bouteille de vin rouge complètement vide.
Virgil esquiva la bouteille qui s'éclata contre un mur proche et il se retourna en direction de Kelrod et Sorince. Le second sergent affichait un large sourire, devinant les futurs ordres de l'adjudant. Les trois sous-officiers avancèrent donc et chacun s'occupa d'un des sans-abris. Kelrod poignarda le premier, alors que Sorince noyait le second dans l'eau des égouts. Mourir noyé dans des excréments, voila qui devait être triste... Virgil quand à lui, sortit une corde de piano d'une de ses poches et étrangla le dernier. Une fois les trois hommes morts, le médecin tapa sur l'épaule de Sorince qui continuait à maintenir la tête du clochard dans l'eau, malgré le fait que le corps ne soit inerte.

<< On y va sergent, lâchez donc votre pote. >>

Suite à ces mots, le groupe reprît sa course à travers les égouts de Washington...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carl Sorince
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 636
Age : 22
Localisation : Planqué derrière mes hommes.
Humeur : Oh...Ohoh...Vous voulez vraiment savoir ce qui se passe dans ma tête?
Date d'inscription : 20/01/2011

Feuille de personnage
Arme n°1 : M45 TS
Autre Compte : Dar'Lauc
Arme n°2 : pistolet M6D SOCOM

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Lun 26 Nov 2012 - 22:34

Le visage de sa victime ne lui plaisait guère, boursouflé, barbus, en plus il avait une haleine capable d'anesthésié un cheval...Autant laver tout ça avec les moyens du bord.

"-Pitié, faites pas ç...Glouglouarglh."

La tête dans l'eaux des égouts, le sdf se débattait, le pauvre bougre ne voulait visiblement pas mourir noyé dans les excréments, malheureusement, ses années de malnutrition et les diverses maladies qu'il couvait l'avait affaiblis...Et alors qu'a l'époque de sa jeunesse, il aurait brisé se maigrichon en deux...Maintenant, il ne pouvait que se débattre en priant pour que se soit rapide.
Ce ne fut pas le cas.

"Tues ! Tues, tues, tues, tues, noie-le, massacre-le ! Regarde comme il se débat, c'est beau pas vrai ?! Allez tues-le ! Crève moi cette merde, allez !"

Carl jubilait, sa victime avait plus de mal a se débattre, sa mort était proche, encore quelques secondes...Quelques secondes tellement courte, il aurait tant aimé que sa continu...Allez, encore quelques secondes...Pourquoi est-ce que ce foutu clochard ne bougeait plus?!

"- On y va sergent, lâchez donc votre pote."

Haletant, les yeux exorbités et son sourire toujours présent, Carl se tourna vers l'adjudant qui le tirait de l'étrange cauchemar dans lequel il c'était trouvé...Quelle était donc cette frénésie dans lequel son esprit se trouvait?

"-Ou...Ouai...J'arrive."

Son sourire disparut lorsqu'il lâcha le crâne saignant du clochard, remarquant par la même occasion que ses ongles étaient rentrés dans la chair de celui-ci...Etait-ce l'obscurité toujours plus présente dans les environs qui l'avait rendu comme ça? Même sur Sigma Octanus la manifestation de "L'autre" avait été moins forte...Ca allait de mal en pis...Ou de mieux en mieux...Tout dépendait du point de vue.

Le sergent se releva, ôtant son genoux gauche de la colonne vertébrale de sa victime sous l'oeil soupçonneux d'une première classe.

"-Un problème soldat?
-Non sergent.
-Tu plains peut-être ce putain de civil, après tout, c'est des hommes comme nous...
-Non monsieur, les ordres sont les ordres, tout les civils ici présent sont considéré comme des traîtres !
-Exactement."

Satisfait par la réponse du marines, Carl ricana en frappant du pied le corps sans vie du pauvre clochard.

"-Ouai...Exactement...Des putains de traîtres qui ne méritent même pas qu'on les tues rapidement."


Le groupe se remit en route, Summers et Kelrod devant, Sorince au milieu et les bas gradés derrière...Le sol gluant des égouts ne manquant pas de ralentir leurs progression. L'odeur était atroce, tout comme le mal de crâne qui torturait le sergent Sorince. Même si celui-ci avait l'habitude de la douleur, cela devenait de plus en plus gênant en mission...Heureusement que "l'autre" était là d'ailleurs, partageant ainsi se mal si incapacitant avec lui.
Les murs vert de moisissure répercutaient les bruits de la bataille en surface, pressant un peu plus les marines déjà sacrément rapide...La lueur des lampes torches illuminaient trop peu la zone pour être totalement sûr de l'absence de danger, ce qui expliquait le fait que Carl ait reprit son habituelle place dans la cohorte, loin de toutes cibles prioritaires comme le premier ou le dernier membre de la troupe...Un tireur planqué dans un recoin sombre, c'était pas si rare...Et la composition des couloirs, doté de très peu de couvert, inquiétait quelque peut le sergent.
En effet, les égouts n'étaient que de larges tunnels dont le milieu était une rivière d'eaux vertes chargées d'excréments, il y avait parfois un petit pont pour passer de l'autre coté du tunnel mais rien qui n'était capable d'arrêter un tirs de MA37.

Jurant en manquant de glisser sur le sol couvert d'immondice, Carl soupira en reprenant la marche :

"-On a pas vraiment intérêt a tomber sur des enfoirés ici..."

_________________
"Je me présente, Carl Sorince, sarcastique, cynique, cruel et schyzophrène...Passons maintenant à mes points négatifs..."-Carl Sorince, auteur du roman "moi, mon reflet, mes photos et encore moi."

"Il est normal qu'un sale gosse comme moi soit devenu celui que je suis désormais...C'est à dire un tueur mieux placé et mieux payé que les types biens."-Carl Sorince à propos de lui-même.

"Mes gars...Mes exécuteurs...Sont pas des héros. Non, pas des héros...Et moi non plus d'ailleurs. Nous sommes bien mieux. Nous sommes des tueurs de héros."-Carl Sorince à propos des sanglots.
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   

Revenir en haut Aller en bas
 
Conversion : Partie 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Conversion : Partie 1
» simple bilan partie a 1000 points contre un nain
» Schema camouflage petit buisson pour futur conversion
» Kuraq Saurus - Speedy - Conversion et Peinture
» scenario et déroulement des partie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Halo Fight :: Espace contrôlé par le CSNU. :: 
La Terre
 :: Ville de Washington.
-
Sauter vers: