Forum Rpg sur l'univers d'Halo
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Conversion : Partie 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Jeff Collins
Marines, Forces Spéciales, 1ère Classe
avatar

Nombre de messages : 81
Age : 21
Localisation : Chercher les cadavres, vous me trouverez.
Humeur : Suremet défoncer.
Date d'inscription : 28/05/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil Sniper SRS99D AM / Silencieux
Autre Compte :
Arme n°2 : Pistolet M6C

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Lun 29 Oct 2012 - 18:35

Le grand duc, chef des rebelles. Première fois que je le « vois ». On peut être au moins sur d’un truc, des têtes vont tomber quand Miller saura comment Le Grand Duc a pu pirater le panneau. En parlant celui-ci, Miller a l’air de bouillonner.

Un seau d’eau s’il vous plait, avant qu’il ne prenne feu.

La réplique ne se fait pas attendre, Miller hurle ces ordres, et les soldats, plus ou moins paniquer redouble de vigilance, certain mettant en joue le panneau en question.

C’est pas un panneau qui va vous attaquer, bande de taches, à moins qu’il y ait une batterie lance missile derrière.

S’ensuit une joute verbale, Miller déblatérant sur les besoin militaires et l’inutilité de la cause rebelle. Il faut avouer que Miller avait plus au moins raison, il serait plus utile d’unir les forces face aux covies plutôt que se diviser.

Quelque chose attira mon regard, des gus du S.R.N se sont mis à distribuer des caisses aux divers groupes de marines présent. J’ai zoomer sur celle que le sergent Kelrod ouvrit et je pense qu’il fut tout aussi étonner que moi par le contenu : balles incendiaires. Politiquement interdit. Moralement dégueulasse. Techniquement génial. Si tu touches quelqu’un avec ces bijoux, t’est sûr qu’il ne va pas s’en sortir. La vitesse de combustion est hyper rapide après l’impact. Mais apparemment, on n’a pas le droit de participer à la fête Hordika et moi.

J’arme mon fusil avec des balles réelles, m’étonnerai pas qu’il y ai des rebelles dans la foules en bas. Ça commence à chauffer dans la foules, un homme a déjà eu le nez péter par un marines. Sorince s’en charge.

Hordika à troquer ces jumelles contrent son arme, on est tous les deux en joue et on attend de voir ce qu’il se passe.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allan Soyana
Vigilant, ancien policier
avatar

Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 30/07/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : M6C
Autre Compte : Van 'Rashakee
Arme n°2 : Bouclier anti-émeute

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Lun 29 Oct 2012 - 20:55

Voilà ! La situation dégénère ! Soyana se doutait que les Rebelles allaient marquer les esprits une fois pour toutes. Les trois pélicans fondirent sur le toit du vieux bâtiment avec une rapidité déconcertante, les passagers furent secouer un bref instant avant de reprendre leur équilibre afin de débarquer. Mais bon dieu, quel était ce bordel avec ces armes incendiaires d'abord ?! C'était pas prévu au programme ça. Un vent de stupéfaction ébranlât les trois cohortes de policiers fortes de 25 personnes chacune. Soudain, le chef du groupe, un vétéran des précédentes invasions et sachant mener les foules surexcitées avec brio, le lieutenant Rachel, prit la parole devant les escouades en carré :

-Messieurs ! Pas besoin de vous faire un dessin, c'est le bazar là bas. Vous allez donc faire ce que ces abrutis de marines et des mercos ne savent pas faire : Contrôler la foule avec diplomatie. On range ses armes et ses matraques, juste les boucliers, vous appliquerez la position 4-23 devant l’estrade de l'autre. Allez messieurs !


Les cohortes se mirent en mouvement, les carrés devinrent des colonnes de deux pour emprunter les escaliers avec une telle fluidité que l'image des légions romaines vint à l'esprit d'Allan, ça faisait un peu parodie mais l'idée était là. Ils passèrent devant les snipers positionnaient sur le toit qui scrutaient la foule avec leurs jumelles sans vraiment les remarquer. Les lourds claquements de bottes renforcées des policiers ne parvenaient pas à calmer les esprits et les pensées de ces derniers : La 4-23 ? Bon dieu mais c'est du suicide ! La position 4-23 consiste initialement à séparer deux foules enragées et opposées. C'était fort comme message, Rachel n'avait donc lui aussi aucune illusions. Les policiers c'est pas comme les militaires et les agents de l'ONI, ça s'engage pour défendre les faibles, pas les fonctionnaires et les pleins-aux-as.

Les groupes prirent de la vitesse et quand ils arrivèrent par la porte latérale devant l'estrade, le temps fut comme figé. Tout semblait silencieux sous la lourde et opaque visière des tenues anti-émeutes. L’excitation frénétique des policiers avait fait place à une calme et un sang-froid qu'eux même n’expliquaient pas. Les groupes des carrés se réunir avant de se re-diviser en deux colonnes des deux lignes qui virent se placer entre la foule et l'estrade remplie des soldats armés jusqu'aux dents. Miller était en train de faire la seule chose qu'il sache vraiment faire : utiliser la force. Désormais, il y avait la foule et les militaires séparaient par un mur infranchissable. Les lourdes boucliers des policiers formaient une façade uniforme. Les membres de la NAPD avaient bien fait en sorte de montrer qu'il n'avait aucunes armes aux poings. La manœuvre
causât un instant de stupéfaction dans la salle et le chaos ambiant se tassât alors un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilad Torren
Air Force, Capitaine
avatar

Nombre de messages : 324
Age : 23
Localisation : San Loma AifForce Base
Humeur : Ca va
Date d'inscription : 29/12/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : M-7S
Autre Compte : Ner'vod Gra'tua Kar'ta
Arme n°2 : M6C

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Lun 29 Oct 2012 - 21:30

Ilya sauta sur ses deux jambes au moment ou la sirène se déclencha, c'était le signal, les rebelles venait de se dévoiler. Aussitôt le capitaine saisi son casque et fonça sur le tarmac. Lui et 2 autres pilote étaient stationné sur la base aérienne la plus proche avec un contingent d'ODST. Dont le lieutenant Skirata avec qui il avait déjà travaillé. L'officier sauta dans son cockpit et pendant que ce dernier se verrouillait, les turbines se lancèrent. Les ODST montèrent, leur armures était marqué par des ligne bleu, apparemment un contingent de choc. Cinq par appareils, soit 15 hommes, les Falcon eux disposait de tourelles lance grenade chargé au gaz CS, de quoi calmé la foule. Les engin décolèrent doucement sous le chaos de la pluie et prirent la direction du siège du gouvernement.

- Ici Rodeur 1-1 à siège de la sécurité, arrivé sur place dans 3 min, attendons instruction, lance grenade et ODST prêt au largage. Terminée !


Les trois engin arrivèrent a proximité du site et les pélican évacuaient déjà du personnel de FleetCom. Ça allait être un sacrée bordel. Soudain le capitaine fut ébloui, il tourna la tête vers la source lumineuse, cette dernière se trouvait dans un immeuble à l'Est de la place et aucun icône d'alliée ne s'affichait sur ce secteur.

- Euh...Ici rodeur 1-1, aux snipers couvrant l'Est de la place, j'ai un risque potentiel dans un immeuble années 2400, 11eme étage, 6eme travée de fenêtre en partant de la droite, je crois que j'ai été illuminé, si quelqu'un pouvais jeté un œil.

L'officier vira ensuite de bord pour observer les rue alentours. Pendant ce temps les ODST à l’arrière préparaient leurs équipements. Et de plus en plus les communications étaient brouillons, la tension montait au fur et à mesure que le rebelle en débitait sur Miller. Certes tous, savaient que ce mec était le pire des enfoirés, mais il permettait au humain d'obtenir un certain répits et de ne pas dévoiler toutes les horreur de la guerre. De plus le SRN lui ne s'en prenait jamais au innocents, quoique...

- Capitaine ici Rodeur 1-3, j'ai environ 1500 manifestant, en approche par le sud et ils ont pas l'air contents du tout.

- Reçu, QG vous avez entendu ? Demande d'intervention au lacrymogènes avant que ça ne dégénèrent demandé ?



Spoiler:
 


Dernière édition par Ilya Pasternak le Mar 30 Oct 2012 - 13:20, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://endwar-rpg.superforum.fr/index.htm
Le Grand Duc
Leader Rebelle
avatar

Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 13/06/2011

Feuille de personnage
Arme n°1 :
Autre Compte :
Arme n°2 :

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mar 30 Oct 2012 - 0:23

<< Voyons… Nous serions la cause principale de vos défaites face aux covenants en ce cas ? Ce serait nous, qui, ne sommes pourtant qu’une « simple petite rébellion » qui causerait la défaite de l’humanité toute entière ? Vous êtes quelqu’un d’ignoble de penser cela alors que vous ne voyez même pas le mal que vous faites en tentant vainement de nous réduire au silence. Les gens veulent un retour à une vraie démocratie et non une direction martiale de la société ! D’ailleurs notre nombre ne fait qu’augmenter de jours en jours… Et nous pouvons vous retrouver n’importe où. Encore une chose, si vous êtes donc si apte à nous protéger, pourquoi ne coupez-vous pas cette transmission ? C’est ainsi que vous « protégez » la planète et ses colonies ? Si vous, humains, êtes incapable de sécuriser votre réseau, comment pourriez-vous nous sauver face à ces extra-terrestres techniquement supérieurs à notre société ? Si cela est une blague, elle est de mauvais gout. Pensez donc à ceux que vous avez torturés et que vous torturez encore ! Oui, je sais ce que vous faites dans les bases secrètes du SRN ! Comme la pauvre Lyanna que vous avez capturé ! Que lui avez-vous fait ? L’avez-vous écorchée vive jusqu’à ce qu’elle avoue tout et n’importe quoi ? >>

Miller était désemparé. Il n’avait désormais plus rien à répondre à cela. Sûrement surpris par la masse d’information que le Grand Duc avait récolté sur lui.

<< Oui Colonel. Nous sommes partout, pires que votre organisation qui gangrène notre société. D’ailleurs, comment se fait-il que vous ayez eu accès à la tête du SRN avec ce que les médecins ont décelé lors de votre bilan psychologique ?>>


Esquissant un sourire en voyant le Colonel se décomposer, il continua d’un air malicieux.

<< Il me semble que les personnes atteintes de démence partielle et de schizophrénie ne devraient pas avoir accès à un poste tel que le vôtre. Serait-ce grâce à vos relations que vous avez eues avec l’ancien directeur du SRN Daru Kol par le passé ? Avec le « Loup » ? Peut-être même parce que vous l’auriez aidé dans ses actes « terroristes » que vous dénoncez tant ? Avant de l’avoir fait tomber et d’avoir pris sa place ? Vous n’êtes qu’un fou, Miller. Un fou qui a réussi à manipuler tout le monde. Et aujourd’hui, votre heure est venue. Je vous l’ai dit : nous sommes partout. Et devant vous ne se trouve pas que la représentation d’un peuple en colère. Devant vous se trouve des hommes et des femmes armés prêts à vous coller une balle dans la tête. Votre heure est venue Colonel, il est temps d’extraire la tumeur de notre Société. Cette fois ci, vous n’échapperez pas à la justice du Peuple. >>

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan Price
Black Rock Company, Fox
avatar

Nombre de messages : 48
Age : 21
Localisation : dans un merdier pas possible
Date d'inscription : 01/10/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil de combat DMR
Autre Compte :
Arme n°2 : Mitraillette SMG7

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mar 30 Oct 2012 - 11:15

<< Votre heure est venue Colonel, il est temps d’extraire la tumeur de notre Société. Cette fois ci, vous n’échapperez pas à la justice du Peuple. >>

En entendant ces mots,je devina assez aisément que dans la foule ou sur des bâtiments,il y avait des rebelles, je chargea le chargeur de balles incendiaires sans hésité car quand il y a des menaces aussi grandes, tous les moyens sont bons pour pouvoir arriver à notre objectifs final qui n'est autre que de protéger le colonel Miller. Mais là, cela allait vite dégénéré car les forces de l'ordre sont déjà en position,tout les soldats sont en joue prêt à faire feu et il y en a qui vise même le panneau publicitaire! Il y en a qui ne réfléchisse pas beaucoup et puis pourquoi serait-ce lui la tumeur? Ce n'est pas lui qui attaque des commissariat et qui fait des attentats coûtant la vie à plusieurs milliers de civils innocents. J'aimerais avoir un rebelles sous la main pour lui faire passer l'envie de s'en prendre au civil.

La tension était en train de monter à son paroxysme et quelques débordements ont commencés avec un marines qui a pété le nez à un civil, Des ODST arrivent et du personnel de fleetcom est en train d'être évacué à ce que j'ai entendu, ça va être un énorme bordel et vaut mieux être les premiers à tirer dans ces cas-là. Le colonel Miller se décomposait de plus en plus à cause de ce que dit le leader des rebelles. On sait comment est le colonel mais c'est pas nouveau tout ça,celui qui ne le sait pas est né de la dernière pluie ou quoi? En sentant la tension monté, beaucoup de soldats sont à cran et prêt à faire feu pour un petit débordement, mais dans ces cas-là, il faut essayer de garder son calme et de regarder dans la foule et les bâtiments si il n'y a pas un hostile prêt à faire feu sur le colonel car le danger peut venir de partout et que si on n'arrive pas à garder son calme ,on ne peut pas avoir une vision lucide car on peut prendre tout mouvement comme hostile.
Mais ce qui me donne le sourire que je cache, c'est les balles incendiaires car lorsque va commencer le bordel, ils auront aucune chance, mais il faut faire intention au civil et ne pas tous mélanger car ce serait la pire chose qui puissent arriver, et puis on a des tourelles, des snipers sur tout les toits et bâtiments, beaucoup de flics sur le qui-vive et des marines ainsi que la black rock compagny, ce serait du suicide de tenter d’assassiner le colonel mais si ils arrivent à leur fin, ce sera un véritable massacre.

Je fais un dernier tour avec la visée de mon DMR, regarde la foule, les bâtiments, puis les toits et je me remet à regarder la foule et je vois une personne, de sexe féminin que j'avais vu il y avait quelque temps de cela en arrière de la foule et que maintenant elle est derrière les premiers rangs de presses, là où une civile pouvait le plus se rapprocher du colonel sans éveillé les soupçons, mais je trouve ça étrange qu'elle s'est rapproché autant. Bizarre.

< Sergent, je vois une civile qui s'est rapproché au niveau des premiers rangs de la presse alors qu'elle était au fond il y a quelque minutes de cela et je trouve ça assez étrange, mais peut-être que je me fais du souci pour rien, elle fait environ un mètre soixante-dix et a les cheveux noirs et est habillé chaudement, p-95 terminé>


Je resta le viseur sur cette étrange femme en attendant la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clara Stasi
Rebelles, Traîtresse, Ancienne ODST
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 26
Localisation : New Mombassa
Date d'inscription : 21/06/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil à pompe M90
Autre Compte :
Arme n°2 : Lance-roquettes M19 SSR MAV

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mar 30 Oct 2012 - 12:45

Cette joute verbale entre Miller et le Grand Duc me laissait bouche-bée. Miller était donc réellement atteint ? Même si ce n’était pas surprenant en soit, cela faisait quand même bizarre de le savoir. Au milieu de la foule, même silencieuse, je sentais la tension présente. Une tension qui s’étendait à tout Washington j’en suis sûre, car les caméras transmettaient surement ce qu’il se passait actuellement sur les grands médias.

Ecoutant activement ce que se disaient les deux hommes, j’observais d’un œil attentif ce qu’il se passait actuellement autour de moi. Ces hommes qui distribuaient aux soldats ces caisses rouges, je ne le sentais pas. En tant qu’ancienne ODST, je savais que normalement les soldats étaient armés et équipé avant les opérations, surtout de cette ampleur. Pourquoi avaient-ils besoin de faire une distribution générale maintenant ? Je serrais tout contre mon ventre ma mitraillette SMG en évaluant les possibles endroits pour me mettre à couvert quand le Grand Duc donnerait l’ordre de tirer sur Miller. Je voulais être la première à tirer sur l’assassin de mon fiancé, et m’enfuir. J’en arrivais à la conclusion que la panique foule me protègerait bien assez dans un premier temps avant de me mêler dans le reste de la foule. La tension était à son comble. Doigt sur la gâchette, prête à tirer. Je m’adressais alors à un jeu homme à côté de moi, il devait à peine avoir 18 ans. Je posais une main amicale sur son épaule :

-Tu devrais partir, ça va mal tourner.

Pour appuyer mes propos je lui laissais entrevoir le canon de ma mitraillette sous mon manteau. Il devait avoir compris depuis un moment. Il acquiesça et s’en alla en se frayant tant bien que de mal un chemin dans la foule. Puis, je m’apercevais qu’un soldat me tenait en joue. Merde. Avais-je été grillée ? Au milieu de milliers de personnes ? Je lui envoyais donc un bisou avec ma main histoire de le faire décompresser, alors que moi-même j’étais en train d’exploser de nervosité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan Price
Black Rock Company, Fox
avatar

Nombre de messages : 48
Age : 21
Localisation : dans un merdier pas possible
Date d'inscription : 01/10/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil de combat DMR
Autre Compte :
Arme n°2 : Mitraillette SMG7

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mar 30 Oct 2012 - 13:45

tiens elle a vu que je la tenais en joue, mais ce qui est bizare c'est que elle a parler à un jeune homme et il a regarder un peu vers son manteau et est partit aussitôt.Bon peut-être qu'ils sent que ça va déraper, après tout la tension était assez haute pour que certain parte avant que cela ne pète.j'arrête de la mettre en joue mais garda un œil sur elle au cas où qu'il se passe quelque chose comme ça je saurais vraiment si elle a une chose à se reprocher, mais ce qui est étrange c'est qu'elle a vu presque tout de suite que je la regardait et qu'elle m'as aussitôt envoyé un bisou avec sa main alors que d'autres m'aurait tout simplement regardé. Signe de culpabilité? Signe de nervosité? Je ne peux le dire mais bon j'écoute les joutes entre le leader rebelle et le colonel pour voir qui s'en sort le mieux et regarde autour de moi et vît que plusieurs soldats troquèrent leurs jumelles pour leurs armes et que ça parlait beaucoup. Finalement je fini de regarder la femme et me mis à refaire une petite vérification avec mon DMR pour m'assurer qu'il n'y ait pas d'accroc, mais je vais avertir quand même le sergent que j'ai été repéré et que l'homme est partit aussitôt lorqu'elle lui a laisser entrevoir une chose mais quoi?Je ne saurais dire car d'où je suis, je n'ai pas un assez grand zoom pour voir.

< Sergent, la femme a repéré que je l'ai vu et a pris la place à un jeune homme, mais ce qui est étrange, c'est qu'elle a bougé son manteau pour qu'il puisse voir quelque chose mais je ne peut vous quoi car je n'ai pas un assez grand zoom et quand elle m'a, repéré elle m'a tout de suite envoyé une bise avec la main pour me calmer, mais peut-être que je me trompe, j'ai arrêté de la mette en joue mais je garde un œil dessus et je voudrais que vous demandiez à un de vos sniper de regarder ce qu'elle fait car comme ça ce sera plus discret,p-95 terminé. >

Beaucoup de personne était nerveux et don c'était dur de voir qui avait quelque chose à se reprocher.J'espère que je n’ai pas fait une erreur en arrêtant de la regarder. Puis je repassais un regard vers elle et elle envoya des regard rapide vers moi et d'autres marines à proximité.

< Calme toi un peu, je pense que tu te fais trop de souci pour la sécurité du colonel, Alan.

_Je ne pense pas que je me fait assez de souci car tu as entendu comme moi ce que le grand duc a dit.

Ouais mais ce n'est que du speach, il ne peuvent rien faire, on est trop nombreux et la sécurité est maximal et au pire des cas, on a des balles spéciales pour les rebelles et de toute façon on a des snipers sur tous les bâtiments et les toits et des tourelles au cas où.

Ouais tu as peut-être raison.

Bien sûr que j'ai raison, le grand duc croît qu'il va pouvoir tirer sur le colonel mais c'est impossible.

Rien est impossible, noublie pas et retourne à la surveillance.

Ok comme tu veux.>

Puis j'essaye de me rappeler ce qu'a dit le duc il y quelques instants et me dit que c'est facile de parler mais lui ne fait pas mieux quand même. Avec tous ces attentats et autant de morts, peut-être que Miller à des choses à se reprocher, mais lui aussi en a à se reprocher les fait actes terroristes sauvage et sanglant qu'il a fait et je sens que celui -là en va être un autre. Puis je me mis à refaire un petit tour et espère que je me trompe car cela pourrait être dramatique pour les deux camps. Puis je me mis à la regarder à nouveau mais au coin des yeux pour ne pas qu'elle puissent me voir car je suis quand-même assez partagé à son sujet et ce serai con que le colonel y passe à cause d'elle si c'est une rebelle, Et puis je me sentirais coupable toute ma vie de ne pas avoir pu le protégé alors que j'avais la coupable en joue.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Hordika
ODST, Sergent
avatar

Nombre de messages : 250
Localisation : Probablement dans l'espace ...
Humeur : d'humeur a sauter depuis l'espace.
Date d'inscription : 10/06/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Mitraillette SMG 7S
Autre Compte : Rell 'Ikiha
Arme n°2 : Pistolet M6C

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mar 30 Oct 2012 - 13:55

ça ressemblait donc a ça un directeur du service des renseignements de la navy sur le point de péter un plomb? Intéressant ... Edward scrutait la foule de part en part. Certains commençaient a quitter les lieux ... Assez logique en même temps, si jamais il y avait une attaque, tout ça allait finir en bain de sang ... Et la présence du grand duc sur écran géant était un signe qu'ignorer pouvais coûter très cher en tout cas. Presque tout le monde avait sortit son arme en bas, et le SRN distribuait des caisses ... Ed tenta bien une fois ou deux de zoomer pour voir leur contenu, mais la foule trop dense accaparait tout le temps son attention. Une minute. Pourquoi ce soldat était-il en train de recharger? et celui là aussi ... Les soldats de la BRC aussi ... on ne leur avait pourtant pas donné des balles a blanc avant de venir, et les gardes de sécurité n'étaient pas là pour faire de la figuration ...

pff ... je déteste les nids d'aigle ...

Edward se retourna et regarda l'escalier, dont venait d'émerger un agent en gris. Ce dernier posa trois caisses a terre avec un soupire et se tourna vers Ed et jeff, qui n'avaient pas prononcé un mot.

Chargez vos armes avec ça ... Ordre du directeur.

L'agent du SRN s'évanouit comme il était arrivé, et edward se frotta la tête en se rapprochant de la caisse, qu'il ouvrit ... des balles incendiaires. Le genre de munitions qu'on utilisait généralement même pas pour les covenants. Totalement prohibé par la loi, l'étique, et tout le tintouin ... De véritables petits saloperie capables de foutre le feu a quiconque se trouvais sur leur chemin ... Edward tourna la tête vers jeff, et lui envoya deux chargeurs pour son sniper, avant de prendre les cartouches réservés a sa SMG 7S ... Et oui, même en retournant chez les marines, Ed avait gardé son arme de prédilection avec lui. Il rangea le chargeur ordinaire a sa ceinture avec les autres, et mis les chargeurs de balles incendiaires dans une des poches d'équipement vide a sa ceinture ... en espérant de tout coeur ne pas avoir a faire feu avec. Il avait suffisament de morts civils sur la conscience ... D'ailleurs, le fait que le grand duc parle a ce moment là de la folie du directeur du SRN ne l'étonna qu'a moitié. Il faut n'avoir strictement aucune pitié et aussi être un peu malade pour autoriser, voir encourager l'usage de choses aussi dangereuses que des balles incendiaires sur une foule de civils ... et dire que lui avait faillit passer six pieds sous terre pour avoir tiré sur un scarab qui, somme toute, s'était montré bien moins monstrueux que ne risquait de l'être le carnage qui allait avoir lieu ... Ed retourna a son post de guet, jumelles en main, sa mitraillette calé contre sa ceinture et prête a l'emploie ... Si jamais il y avais un problème ... il allait y avoir une véritable pluie de feu sur la foule en tout cas.

_________________



"On m'a dit un jour que j'étais con. A celui qui un jour m'a dit cela. A tous ceux qui me l'ont dit par la suite. Et à tous ceux qui l'ont pensé.
Je. M'en. Fous.
Merci."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin' O'Connor
Mort au Combat
avatar

Nombre de messages : 82
Localisation : Assiégé dans un garage sur Coral.
Humeur : De toute façon c'était trois milles MORT ou vif.
Date d'inscription : 15/09/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : SMG-7S
Autre Compte :
Arme n°2 : Pistolet M6C

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mar 30 Oct 2012 - 18:13

Maintenant en alerte maximale, les hommes de BlackRock qui formaient la dernière ligne de défense avant Miller tenaient à présent la foule en joue :

- « Recules connard ! Recules ! » Hurla James en pointant le canon de son MA5B vers un jeune-homme qui s'était étrangement rapproché des barrières.

« Surtout n'hésite pas une seconde, et fais pas gaffe aux autres à côté; ne le lâche pas des yeux ! »

La foule était en partie contenu par les forces antiémeutes de la police, cependant celles-ci occupées à maintenir l'ordre repéraient difficilement les comportements anormaux de certains individus :

« Tu penses qu'on aura des problèmes si ça tourne mal ? » Questionna James.

« Écoutes, tu parles trop garçon, si on doit disperser ce monde à notre façon c'est sur l'ordre du SRN qui nous a gentille-ment distribué des balles incendiaires ; donc fais ton job et ne réfléchis plus, c'est ainsi que tu seras payé; le premier qui sort une arme c'est une dans l'coeur et deux dans la tête; et sans te soucier de QUI est à côté. » Rétorqua Erwin qui venait subitement de pointer son arme vers une autre silhouette :

« Dégage de cette PUTAIN de barrière !! Ouais c'est à toi que j'parle bordel !! » Hurla-il à une silhouette féminine qui se tenait au premier rang.

Cette fois ci les mercenaires avaient littéralement perdu leur sang-froid; une fois de plus c'était les premiers et il ne seraient certainement pas les derniers à ouvrir le feu.

Bientôt un appel surgit dans leurs radio :

- « Contrôle à Pretoriax-1, vous avez repéré la fille ? Un de nos hommes est dessus depuis quelques minutes ; ne la lâchez surtout pas. Terminé »

Les prétoriens injuriaient et menaçaient de plus en plus violemment la foule dont certains individus en particulier, et qui courageusement se rapprochaient des barrières de sécurité ; et bientôt voyant les forces de polices débordées, le Contracor-Instructor qui dirigeait l'équipe des huit hommes prit contact avec le QG :

- « Contrôle ici Pretoriax-1 ; prêt à évacuer le VIP. »


Dernière édition par Erwin' O'Connor le Mar 30 Oct 2012 - 19:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeff Collins
Marines, Forces Spéciales, 1ère Classe
avatar

Nombre de messages : 81
Age : 21
Localisation : Chercher les cadavres, vous me trouverez.
Humeur : Suremet défoncer.
Date d'inscription : 28/05/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil Sniper SRS99D AM / Silencieux
Autre Compte :
Arme n°2 : Pistolet M6C

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mar 30 Oct 2012 - 19:17

Il faut croire que Noël est en avance finalement, on enfin reçu a notre tours ces foutues balles incendiaires.

pff ... je déteste les nids d'aigle ...

Pourquoi tu crois que je suis sniper connard?

Chargez vos armes avec ça ... Ordre du directeur.

Edward ne se fit pas attendre et fonça sur la caisse, chargeant ce qui le concernait dans sa smg. Étonnant qu'il ai pu la garder d’ailleurs, c'est réserver aux ODST normalement, m'enfin, du moment qu'il sait s'en servir, et qu'il tue autre chose que des chats avec, je vais pas me plaindre.

Quand a moi, il me lança deux chargeur pour sniper. Je me suis empresser de détailler l'une des balles du chargeur du regard. Quand on secoue un peu la munition, on entend le combustible a l'intérieur, y'a pas plus génial comme bruit.

Que la fête commence.

Après ma séance de reluque, j'ai finalement charger les munitions et ai passer la foule en revue. Un des nouveaux, un certain Alan Price tenait une femme en joue depuis un certain temps. Celle-ci répliquant par un baiser de la main.

J'ai appeler Hordika par un signe de main et lui ai désigner la femme en bas. Celui-ci prit ces jumelles et observa a son tour. Outre le fait que la femme était relativement bien foutue, la seule chose suspect est lee fait quelle soit particulièrement proche de l’estrade. J'ai pas attendu plus longtemps.

Contacte Sorince ou Kelrod.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Miller
SRN, Ancien directeur recherché
avatar

Nombre de messages : 2273
Age : 24
Localisation : Terre; Siège du gouvernement.
Humeur : Nerveux.
Date d'inscription : 21/03/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : 2x Pistolet M6C
Autre Compte : Adam Jackson
Arme n°2 : Fusil de combat BR55

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mar 30 Oct 2012 - 21:33

Quoi ? Comment ? Comment avait-il appris tout cela ? Il avait pourtant veillé à ce que toutes les preuves menant à lui disparaissent. Saloperie. Il se sentait trahis et complètement nu devant ces milliers de gens. La colère lui monta au cerveau, des vaisseaux sanguins éclatèrent dans ses yeux.

-TU VEUX JOUER A CA, ENFOIRÉ ?

Dans sa rage intense, Miller renversa son pupitre en hurlant, et parti chercher « la prisonnière ». Ce fut Jack Shepard, qui lui fit passer la jeune rebelle menottée. D’un signe de tête, son second lui demanda de ne pas faire de bêtise. Mais autant essayer de parler à un mur, John Miller était entré dans une furie intense.
Il plaça la jeune femme à l’endroit où se trouvait son pupitre. Lyanna sanglotait. Terriblement mal nourrie et torturée quotidiennement depuis sa capture sur Arcadia, c’est sur ses pommettes creusées par la faim que quelques larmes roulèrent. Elle savait ce qui allait arriver. C’était inévitable.
Miller hurla en direction de l’écran géant :

-CA, C’EST A CAUSE DE TOI !

Rapidement, il dégaina son M6C et tira une balle dans le crâne de Lyanna. Les gens au premier rang furent éclaboussés de son sang. La foule se mis à crier. Miller ressentait actuellement du plaisir. Le corps sans vie tomba au sol, et Miller tira deux balles de plus dans le dos du cadavre. Il continuait de hurler. Le cri suraigüe au fond de son crâne lui donnait l’impression que son crâne allait exploser. Était-ce les séquelles du parasite ?
Puis, il y eut des coups de feu, ils venaient de la foule. Les rebelles passaient à l’attaque. Une balle passa à peine à quelques centimètres de sa tête. Le Colonel Miller couru se mettre à l’abri dans le Siège. Autour de lui, les soldats étaient complètement dépassés. Certains tiraient des coups de semonce en criant à la foule de reculer. Les policiers civils tabassaient la foule aux matraques électriques. Une fois à l'intérieur il attrapa une radio. Ces incompétents ne savaient pas quoi faire.

-ICI MILLER ! TIREZ A VUE, TUEZ LES TOUS ! JE RÉPÈTE : TUEZ LES TOUS ! NE NÉGLIGEZ PERSONNE, FEMMES ET ENFANTS ! JE VEUX QUE VOUS ME TUIEZ TOUS CEUX QUE VOUS VOYEZ QUI NE SONT PAS MILITAIRES ! TUEZ TOUS LES CIVILS ! UTILISEZ LES INCENDIAIRES ! JE VEUX QUE VOUS ME CRAMIEZ TOUT LE MONDE !

Au dehors, des dizaines de coups de feu résonnaient comme en réponse à l'ordre complètement dément. Les milliers de personnes présentes se mirent à crier et à s’enfuir, se piétinant. Mais ils étaient pris au piège, les soldats allaient réduire tous ces civils en bouillie.
On entendait le Grand Duc ordonner à ses soldats de passer à l’attaque. Puis il se déconnecta et l’écran géant retransmis un message de lui en boucle déblatérant des paroles de propagande.
Un officier couru vers lui.

-Colonel ! On doit vous évacuer, c’est l’émeute partout en ville, du jamais vu ! De plus, on a reçu un message du commissariat Central. Ce bâtiment a signalé des intrusions des rebelles, il semble qu’ils posent des explosifs.
-Bordel, pourquoi ils veulent les faire sauter ?!
-Colonel, c'est le recrutement de l’UNSC.
-JE NE PEUX PAS ÊTRE ÉVACUÉ TRIPLE CON ! Je connais leurs méthodes, ils ont surement placé des batteries sol-air quelque part pour m’abattre dès que j’essaierais de décoller ! On a déjà réussis à éviter un tir de sniper en bouclant tous les toits alentours, maintenant il faut-être plus malin qu’eux. J’avais prévu le coup, l’UNSC Belette est en orbite au-dessus de nous. Ordonnez-leur de larguer leurs ODST et leurs Spartans ! Vous devez les repousser, imbécile !
-Mais Colonel, ils sont peut-être plus nombreux que nous ! Et on ne peut pas tuer tous ces civils ! Ils sont des milliers !
-JE NE VEUX PAS SAVOIR ! VOUS NE LES LAISSEZ PAS RENTRER DANS CE PUTAIN DE BÂTIMENT !


Miller couru jusqu’à son bureau. Il barricada l’entrée comme il put avant d’aller regarder comment se passait la défense du bâtiment sur des moniteurs. Il ne manqua pas d'envoyer valser plusieurs feuilles de son bureau en hurlant un "MERDE!". Il suait à grosses goute. Il ne voulait pas mourir, ça non. Tant pis pour le massacre dehors. Tant que Miller restait en vie, c'était le principal.

Spoiler:
 


Dernière édition par John Miller le Mer 31 Oct 2012 - 1:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carl Sorince
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 636
Age : 22
Localisation : Planqué derrière mes hommes.
Humeur : Oh...Ohoh...Vous voulez vraiment savoir ce qui se passe dans ma tête?
Date d'inscription : 20/01/2011

Feuille de personnage
Arme n°1 : M45 TS
Autre Compte : Dar'Lauc
Arme n°2 : pistolet M6D SOCOM

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mar 30 Oct 2012 - 22:47

La sueur était visible sur le front de Mendoza, sa peur était palpable...Peut-être parce que, comme son supérieur, il ce doutait que Miller allait donner un ordre affreusement immoral...Les balles incendiaires étaient distribué en trop grand nombre et avec trop d'application pour servir simplement en cas d'attaque de rebelles...Les civils allaient bientôt choisir un camp, et si ce n'était pas celui de l'unsc...Alors ils mourraient tous, et ça, jamais Mendoza Jenkins ne ce le pardonnerait...

Carl Sorince par contre... Le sourire au lèvre, il observait avec un sadisme non-dissimulé l'horreur que commettait John Miller...Pauvre, pauvre Lyanna...La vue de son corps sans vie apitoyait désormais ses ennemis tout en réjouissant ses alliés...Enfin, peut-être pas tous ses alliés. Car un certain insurgé, fiancé à celle-ci, devait actuellement ce mordre les lèvres en regrettant ses actes...Etait-il présent, ce foutu rebelle? Est-ce qu'il ce trouvait au sein de cet énorme troupeau de mouton qui ce massait autour de leurs soi-disant gardien? Carl l'imaginait très bien, retenant ses larmes, serrant les poings, une folie naissante dans les yeux et une haine inépuisable envers toutes formes de vies.
Le sergent ce tourna vers Mendoza, celui-ci, les sourcils froncés, semblait a la fois choqué et en colère, le pauvre avait été aspergé du sang de la jeune rebelle lorsque le colonel avait décidé d'exécuté cette pauvre petite victime.

"-Reste calme, Caporal, ça va bientôt commencer."

Non, ça n'allait pas, ça n'allait vraiment, vraiment pas, comment son sergent pouvait-il sourire en de pareil circonstance? Pourquoi bordel? Pourquoi?! Mendoza était dépassé, la guerre contre les rebelles prenait une très mauvaise tournure, l'exécution publique, l'humiliation, ça n'existait plus, personne n'autorisait cela ! Cette pauvre fille n'avait rien fait !

Mais lorsqu'il ce tourna vers son sergent, Mendoza Jenkins comprit que tous ne partageait pas son avis.

Carl souriait, fixant le ciel nuageux d'un air enjoué, les yeux exorbité, tremblant d'impatience, il caressait de la main droite la crosse de son SOCOM, songeant avec délice au futur massacre que les forces armées s'apprêtaient a faire...Autour de lui, l'émeute commençait, les civils ce jetaient littéralement sur les rambardes, piétinant ceux qui tentait de les retenir.
C'était vraiment merveilleux ! Il allait de nouveau être entier ! Son mal de crâne était revenu, le monstre aussi ! La voix de celui-ci, toujours aussi inhumaine, hurlait son impatience a l'intérieur de sa boite crânienne.

"Donnez l'ordre, allez !"

La douleur s'intensifiait, un civil passait devant lui avant d'être plaqué au sol par un flics paniqué.

"Donnez l'ordre, allez !"

Toujours plus fort, elle répétait :

"Donnez l'ordre, allez !"

Et l'ordre fut donné :

"-ICI MILLER ! TIREZ A VUE, TUEZ LES TOUS ! JE RÉPÈTE : TUEZ LES TOUS ! NE NÉGLIGEZ PERSONNE, FEMMES ET ENFANTS ! JE VEUX QUE VOUS ME TUIEZ TOUS CEUX QUE VOUS VOYEZ QUI NE SONT PAS MILITAIRES ! TUEZ TOUS LES CIVILS ! UTILISEZ LES INCENDIAIRES !"

Les militaires braquaient, sans rien faire de plus, leurs armes sur les civils, les capitaine comme les premières classe hésitait...Qu'est ce que Miller venait de dire? Pourquoi faisait-il cela? Carl éclata de rire alors que Mendoza, hébété, pointait son arme vers deux types participant a l'émeute en leur hurlant de reculé...

"-Caporal Mendoza ! Vous n'avez pas saisi l'ordre de Miller ?! Donnez-moi votre arme ! Que je vous montre l'exemple !"

L'intéressé hésita, pensant même a descendre son supérieur...Puis celui-ci lui arracha son MA37 des mains :

"Tues !"

Carl Sorince fut le premier marines a presser la gâchette...Les deux civils furent fauchés sur le coups, leurs chairs ne tardant pas a brulée devant leurs amis stupéfait.

"-Vous auriez du restez ou vous êtes, fils de pute !"


Puis l'enfer ce déchaina sur les milliers de civils présent dans la zone...Les balles mêlée au feu ne manquant pas de ravagé des familles entières, des marres de sangs et des tas de cadavres ce formèrent...Aucune retraite n'était possible pour les pauvres civils et les éventuels rebelles, les tourelles crachaient des milliers de balles, fauchant hommes, femmes et enfants sans aucune différence.
Enfin, ce qu'avait tant attendu Carl ce réalisait.

_________________
"Je me présente, Carl Sorince, sarcastique, cynique, cruel et schyzophrène...Passons maintenant à mes points négatifs..."-Carl Sorince, auteur du roman "moi, mon reflet, mes photos et encore moi."

"Il est normal qu'un sale gosse comme moi soit devenu celui que je suis désormais...C'est à dire un tueur mieux placé et mieux payé que les types biens."-Carl Sorince à propos de lui-même.

"Mes gars...Mes exécuteurs...Sont pas des héros. Non, pas des héros...Et moi non plus d'ailleurs. Nous sommes bien mieux. Nous sommes des tueurs de héros."-Carl Sorince à propos des sanglots.
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dastan Evret
ODST, Caporal
avatar

Nombre de messages : 53
Age : 28
Date d'inscription : 01/07/2010

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusiel Sniper : SRS99D-S2 AM.
Autre Compte :
Arme n°2 : Carabine MA5K

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mar 30 Oct 2012 - 22:51

Derrière son casque le jeune caporal de force ODST suait à grosse goûtes il scrutait minutieuse les alentours de la scène à la recherche d'éventuelle menace. Après de longues minutes à scruter les buildings qui se trouvaient autour de l'ambassade il se rendit compte qu'il n'y avait aucun sniper embusqué hors mis ceux des forces CSNU. Il resta donc sur la foule tout en écoutant les joutes verbales de miller et du grand duc avec très peu d'attention. De temps à autre il posait sa main gauche sur ton casque et faisait défiler le différant canal vocal pour savoir ce qui se passait en bas. Il remarqua rapide que les forces autour du directeur des services de renseignement la Nayv se munissait d'étranges munitions , sur le coup sans attention était porté ailleurs et il n'y prêta pas attention. La tension monter petit à petit et soudainement éclata brusquement quand miller ordonna de s'en prendre à la foule , après s'être livré à une exécution en public.


" - Merde ... il a perdu la tête ou quoi ... "


Alors que la foule en panique fuyait plusieurs rebelles tentèrent de s'en prendre à miller qu'il n'avait pas mit longtemps à rejoindre la sécurité de l'ambassade. Le caporal evret visa juste et fit mouche par 3 fois abattants les rebelles qui avaient tenté de mettre fin à la vie du haut grader. Alors qu'il cherchait une nouvelle cible il reçut une transmission étrange ...


Citation :
TRANSMISSION DU GRAND DUC ...


Clé de codage : 24-36-77-Charlie

Destinataire(s) : CSNU Washington

Braves soldats du monde !

Aujourd'hui John Miller vous a montré la vraie face du CSNU. Voulez vous vraiment avoir toutes ces morts innocentes sur la conscience ? Soyez réaliste, et reniez le CSNU et le SRN. Venez avec moi vous battre pour une véritable démocratie. Ne vous rendez pas meurtriers à la place de Miller !

Réfléchissez.

TRANSMISSION DU GRAND DUC TERMINÉE...

Ses paroles laissèrent le jeune homme perplexe , sur le coup il réfléchit avec de reprendre ses esprits. Pour le moment il n'avait pas le temps d'y penser il avait une mission et il comptait bien la menait à bien. Son intercom clignota quelques secondes plutard.


- Ordre de redéploiement , les données sont entrain de vous être communiqué ...


Après une analyse rapide des données le caporal retira son regard de la baie vitrer et rangea son sniper dans le dos et le sangla fortement. Dans la pièce dans laquelle il se trouvait trois autres membres des marines faisaient de même et s'apprêtait à partir. Evret récupéra son Carabine MA5K qui se trouvait dans un contenair et plaça rapidement des cartouches dans les différentes poches libre de son armure. Les membres des forces CSNU et ODST se mirent en marche et quittèrent le bâtiment pour rejoindre celui qui se trouvait à côté et en quelques minutes ils arrivèrent au niveau du toit et l'un d'entre eux expédia un grappin sur le toit de l'ambassade et attacha un anneau métallique avant de se lancer dans le vide. Les soldats suivirent rapidement le rythme et le jeune caporal fit de même et se lança à la suite de ses camarades après avoir récupéré l'un des boucliers anti - émeute qui se trouvaient rangé sur le bord du toit. Quand il arriva de l'autre côté , sur le toit de l'ambassade il suivit le rythme au pas de course a attendit de recevoir ses nouvelles instructions. Il se plaça alors dans un des longs couloirs de l'ambassade devenu une véritable forteresse. Il se mit dos à un bureau renversé et se prépara à la suite des évènements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeff Collins
Marines, Forces Spéciales, 1ère Classe
avatar

Nombre de messages : 81
Age : 21
Localisation : Chercher les cadavres, vous me trouverez.
Humeur : Suremet défoncer.
Date d'inscription : 28/05/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil Sniper SRS99D AM / Silencieux
Autre Compte :
Arme n°2 : Pistolet M6C

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mar 30 Oct 2012 - 23:16

-CA, C’EST A CAUSE DE TOI !


A peine Miller eu t’il finit sa phrase qu’il amena une jeune femme sur l’estrade et arma son M6C. Une balle dans la tête et ce fut fini. Les premiers rangs furent éclabousser de sang de la jeune femme, dont le corps était encore prit de quelque spasmes. Le colonel (peut-on se permettre de l’appeler encore comme cela ?) y remédia par 2 autres balles dans le corps inanimé de la jeune femme. J'ai eu du mal a reconnaitre l'homme aimable qui avait retrouver la trace de Laura pour moi et m'avait filer une perm pour aller la voire.

La foule fut pétrifiée de stupéfaction devant la scène, Le Colonel Miller tentait de garder un semblant de contrôle. Mais les instincts primaires d’une personne en danger se firent vite ressentir et se propagea a l’ensemble des personnes alentours.

En gros ce fut un bon gros bordel.

Les seuls êtres humains à ne pas partir en directions des sorties le plus proches furent les rebelles qui se dévoilèrent peu à peu. Des reflets métalliques apparurent au sein de la foules, mais personnes tira.

-ICI MILLER ! TIREZ A VUE, TUEZ LES TOUS ! JE RÉPÈTE : TUEZ LES TOUS ! NE NÉGLIGEZ PERSONNE, FEMMES ET ENFANTS ! JE VEUX QUE VOUS ME TUIEZ TOUS CEUX QUE VOUS VOYEZ QUI NE SONT PAS MILITAIRES ! TUEZ TOUS LES CIVILS ! UTILISEZ LES INCENDIAIRES ! JE VEUX QUE VOUS ME CRAMIEZ TOUT LE MONDE !

Je me suis retourné vers Hordika, histoire d’être sûr que je n’avais pas rêvé. La tronche qu’il tira m’indiqua que non.
On avait bien reçu l’ordre de tirer sur tout ce qui bougeait.

DES PUTAINS DE CIVILS. AVEC DES PUTAINS DE MUNITIONS INCENDIAIRES.

Mais Le Colonel Miller était toujours officiellement en commandement. Et contredire un ordre -même le plus dément qu’il soit- se devait d’être appliqué. Certains furent plus prit de zèle que d’autre.

"-Vous auriez dû restez ou vous êtes, fils de pute !"

Oui, c’était bien le sergent Carl Sorince qui venait de hurler ces paroles qui devait paraître pour lui comme des paroles d’ordres divin. Il fut le premier à ouvrir le feu. Il y a d’autres moyens de rentrer dans les livres d’histoires.

Hordika sur ma gauche ne semblait pas savoir que faire. Le doute était plus que foutrement normal dans une situation comme celle-ci. Politiquement, les rebelles pouvaient bien la fermer. Ces enculé avait bien aux aussi des morts sur la conscience avec leurs putains d’attentat à l’arme nucléaire.

Il fallait ce décider, j’ai épaulé mon fusil et ai commencé à regarder dans ma lunette, a épier du regard la foule en contrebas. Non non non et NON PUTAINS !!! Je pouvais buter aucune de ces foutue personnes, bordel, elle avait fait quoi pour qu’on leur tire dessus ? Mais d’un coups, un message résonnait dans mon casque :

TRANSMISSION DU GRAND DUC ...


Clé de codage : 24-36-77-Charlie

Destinataire(s) : CSNU Washington

Braves soldats du monde !

Aujourd'hui John Miller vous a montré la vraie face du CSNU. Voulez-vous vraiment avoir toutes ces morts innocentes sur la conscience ? Soyez réaliste, et reniez le CSNU et le SRN. Venez avec moi vous battre pour une véritable démocratie. Ne vous rendez pas meurtriers à la place de Miller !

Réfléchissez.

TRANSMISSION DU GRAND DUC TERMINÉE...

Prend moi pour un con connard… Plutôt crever que de rejoindre les fils de putes qui ont buté mon frère. Soudain mon regard s’immobilisa sur une femme, d’une trentaine d’année, qui tenait le corps de son enfant dans ces bras. Soudain, la mort de Nikki, la sœur de Laura me revint en tête.

Je crois que je ne me suis pas rendu compte que j’avais appuyé sur la détente.

J’ai vu le regard de cette femme brulée vive avant de s’écrouler avec un trou béant au niveau de la poitrine, tandis que son corps se consumait.

Les autres furent plus faciles après ceci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin' O'Connor
Mort au Combat
avatar

Nombre de messages : 82
Localisation : Assiégé dans un garage sur Coral.
Humeur : De toute façon c'était trois milles MORT ou vif.
Date d'inscription : 15/09/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : SMG-7S
Autre Compte :
Arme n°2 : Pistolet M6C

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mar 30 Oct 2012 - 23:43

-ICI MILLER ! TIREZ A VUE, TUEZ LES TOUS ! JE RÉPÈTE : TUEZ LES TOUS ! NE NÉGLIGEZ PERSONNE, FEMMES ET ENFANTS ! JE VEUX QUE VOUS ME TUIEZ TOUS CEUX QUE VOUS VOYEZ QUI NE SONT PAS MILITAIRES ! TUEZ TOUS LES CIVILS ! UTILISEZ LES INCENDIAIRES ! JE VEUX QUE VOUS ME CRAMIEZ TOUT LE MONDE !

Dès les premiers mots du message radio, les contractors ouvrirent le feu sur les émeutiers du premier rang d'où étaient parti plusieurs coup de feu.

Les gardes exerçaient un véritable déluge de feu sans aucune distinctions entre les individus présent ; ils vidèrent leurs chargeusr sans hésiter en criblant de balles les opposants qui leurs faisaient face; et bientôt les munitions incendiaires éclatèrent au sein même de la foule affolée qui se dispersait dans une panique totale :

« Butez ces fils de p.. !! » Hurla le cadre des contractors en ouvrant le feu.

Une dizaine de civils étaient maintenant à terre, le sang coulait à flot et l'odeur forte de la poudre dominait maintenant les airs ; en effet aux tirs des gardes privés venaient s'ajouter ceux des marines et des tireurs d'élites.

Bientôt des flammes provoquées par les munitions incendiaires s'élevaient au milieu de la foule ; brûlant un important nombre d'individus.

« Oubliez les tirs sélectifs !! On a plus l'temps pour ça ! » Hurla un opérateur de la salle de contrôle de l'état-major

Sur place il était clairement impossible de faire une distinction entre rebelles et innocents ; les terroristes usaient en effet de la foule afin de se fondre dans la masse d'où invisibles ils ouvraient le feu. Pourtant en face la sécurité répliquait avec une puissance de feu accrue ; des hommes et femmes continuaient de s’effondrer ; les hommes du CSNU le savait, ce massacre provoquerait bientôt un scandale irréparable :

« Où est Miller bordel ?? » S'alarma Johnson le cadre de Pretoriax-1.

« Chef ! On a pas pu l'évacuer, des hommes du SRN ont préféré s'en charger. » Répliqua un autre.

« Tant pis ! Continuez de les calmer ! Y'a que l'feu pour nettoyer de toute façon ! »

Plus bas, Erwin et James tiraient toujours malgré la présence des policiers antiémeutes qui tentaient on ne sait comment de rétablir l'ordre :

« Crevez bande de cons! » Hurla Erwin qui venait d'abattre trois civils en l'espace de deux seconde.

« Essaye de pas toucher trop d'homme antiémeute ! » plaisanta James en rechargeant son arme.

« C'est chers payé le tirs aux pigeons de nos jours, c'est ça la belle vie garçon ! »


Mais alors que les hommes continuaient leur devoirs, un étrange message radio surgit soudainement dans leurs radios; celui-ci ne provenait pas du QG:

Citation :
TRANSMISSION DU GRAND DUC ...


Clé de codage : 24-36-77-Charlie

Destinataire(s) : CSNU Washington

Braves soldats du monde !

Aujourd'hui John Miller vous a montré la vraie face du CSNU. Voulez vous vraiment avoir toutes ces morts innocentes sur la conscience ? Soyez réaliste, et reniez le CSNU et le SRN. Venez avec moi vous battre pour une véritable démocratie. Ne vous rendez pas meurtriers à la place de Miller !

Réfléchissez.

TRANSMISSION DU GRAND DUC TERMINÉE...

- "C'est quoi ces putains de conneries !" Hurla Erwin en arrachant son appareil radio.

- "Chef ! Y'a un abrutis qui s'amuse avec le réseaux !" Déclara James qui avait sortit son arme de poing

-" Éteignez votre PUTAIN de radio !!" Hurla Johnson en projetant une grenade vers les opposants: "Je reçois la même chose !"

Erwin et James s'amusaient; ils ne cernaient pas exactement l'ampleur de la situation et l'impact qu'aurait bientôt leurs actes; en temps que mercenaires c'est ainsi qu'on leur avaient toujours appris; et cet enseignement, ils n'étaient pas prêt de l'oublier. C'est ainsi que fonctionne tous mercenaires; du moment que vous les payez, leur honneur s'appelle fidélité.







Dernière édition par Erwin' O'Connor le Mer 31 Oct 2012 - 0:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Hordika
ODST, Sergent
avatar

Nombre de messages : 250
Localisation : Probablement dans l'espace ...
Humeur : d'humeur a sauter depuis l'espace.
Date d'inscription : 10/06/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Mitraillette SMG 7S
Autre Compte : Rell 'Ikiha
Arme n°2 : Pistolet M6C

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mer 31 Oct 2012 - 0:18

Edward eut un soupire et regarda la foule a travers ses jumelles, se demandant si les cartouches incendiaires n'étaient pas un peu dangereuses pour le silencieux de sa mitraillette ... Même si ce n'était qu'une pièce parmis d'autres qu'il pouvais changer assez facilement, il n'aimais pas trop jeter des objets qui d'une certaines manière lui sauvaient la vie face a ses potentiels adversaires. Enfin ... des balles incendiaires ... Miller était vraiment prêt a tout pour sa propre sécurité.

Un geste de collins attira son attention, lui intimant de regarder une jeune femme dans la foule ... Edward soupira et darda ses jumelles sur la personne en question, même si la lunette de jeff devait bien avoir un meilleur zoom que son équipement ... non, c'était pas sérieux. Il était tout de même pas en train de lui pointer cette bimbo juste pour sa poitrine et ses formes plus qu'alléchantes. L'espace d'un instant, Ed cru sérieusement a une mauvaise blague de la part du sniper ... On est chargé de protéger le président de l'agence la plus puissante de l'UNSC, et il montre la première nana bien foutu? Edward souffla un instant et ferma les yeux pour se concentrer un peu ... Jeff n'était peut être pas un lumière, mais de ce que l'ex ODST avait pu constater il n'était pas non plus con a ce point ... Il darda a nouveau son regards sur la jeune femme, et observa un peu plus en détail. Pas d'arme aux hanches, logique. Rien non plus dans les mains, quand même. Sous les bras, dur de savoir. Par contre, la forme de son ventre était effectivement suspecte, de ce que Edward pouvais voir a travers la foule ... Il jura, il lui aurais fallu un point de vu plus stable ou plus proche, ou tout simplement parfaitement dégagé pour voir ce qui clochait! En tout cas, la forme de son centre n'était clairement pas naturelle. Peut être pas grand chose, mais mieux vallait s'inquiêter de rien que de risquer de faire échouer la mission ... même si la perspective de voir miller avec un trou dans le front ne déplaisait pas tant que ça a ed. Ce dernier activa son com en plissant les yeux, captant une bride de conversation entre deux marines, et changea de canal pour se brancher sur sorince, qui visiblement était le plus proche de la position de la femme en question ...

Sergent, collins pense avoir repéré une femme a l'attitude suspecte, a 4 heures par rapport a vous, environs 7 mètres de vôtre position, juste derrière les journalistes qui sont en train de prendre des photos. C'est surement rien, mais je vous préviens juste au cas où ...

Edward eut un petit sourire en voyant le sergent plus que chevelu se tourner vers sa position. Ce dernier avait l'air ... aggacé. Comme quoi lui aussi pouvais être énervé par quelque chose de temps en temps ... M'enfin il ne pouvais pas blâmer Ed de lui signaler un individu suspect dans une foule. Un individu statique dans une foule en mouvement d'ailleurs ... Foule qui se clarifiait quand même un peu au fur et a mesure que les deux dirigeants échangeaient les politesses. La tête de miller vallait a elle seule le détours d'ailleurs, et le fait de la voir depuis un toit ne retirait rien au cocasse de son expression entre la stupeur face aux informations qu'on lui lançait, la rage pure provoqué par cette apparition et la haine perfide et réccurente qui animait le regards du directeur du SRN, particulièrement en cet instant. Enfin bref ... Ed sortit sa SMG et la garda dans une main, le cran de sécurité toujours activé, prêt a se lever et a descendre en cas d'urgence. Et dieu sait que l'urgence en question n'allait pas tarder a arriver ... Surtout que visiblement, le directeur du SRN venait de péter un cable. Il avait ammené une jeune femme sur l'estrade ... une minute, est-ce qu'il avait bien un M6C dans la main? Est-ce qu'il le pointait bien sur la nuque de la femme en question?

CA, C'EST A CAUSE DE TOI!

Une balle fille a environs ... 2000 mètres par seconde selon le calibre. Pour une cible situé a 10 centimètres du canon de l'arme a feu qui a tiré, cela fait donc 0,00005 secondes de répis pour esquiver une fois que la détente a été pressé. Un labs de temps bien plus court qu'un simple battement de cil. Bien plus court que n'importe quoi. A peine la balle était elle entré qu'elle ressortait, pas de doute a avoir. Elle était donc bel et bien morte avant même de savoir qu'on l'avais exécuté ... tout le monde aujourd'hui n'aurais pas cette chance visiblement.

-ICI MILLER ! TIREZ A VUE, TUEZ LES TOUS !
-Vous êtes la honte de l’humanité. Si cela ne tiendrait qu’à moi je vous ferais exécuter par intraveineuse.
JE RÉPÈTE : TUEZ LES TOUS ! NE NÉGLIGEZ PERSONNE, FEMMES ET ENFANTS !
-Sergent, racontez nous ce qu'il s'est passé sur Sigma Octanus IV avec la 1ère classe Hordika.
JE VEUX QUE VOUS ME TUIEZ TOUS CEUX QUE VOUS VOYEZ QUI NE SONT PAS MILITAIRES !
-Du pop-corn ... En mission. J'aimerais tant que ce soit une blague.
TUEZ TOUS LES CIVILS ! UTILISEZ LES INCENDIAIRES !
Ils méritent la mort ! Le même sort qu'Hordika a fait subir à une cinquantaine de personnes, et qu'Hicks n'a pas empêché de par son incompétence !
JE VEUX QUE VOUS ME CRAMIEZ TOUT LE MONDE !


Un écho. un écho du passé. Le souvenir d'une même voie qui hurlait, en ces deux instants, profondément la même chose. Edward avait pour supérieur un fou. il se tourna vers Collins, qui semblait du même avis que lui. Ce dernier se détourna, visa quelques instants, et tira. Ed ne su pas quoi dire. Il sentait sous ses doigts la crosse chaude de son arme ... Il sentait le poids familier de l'arme automatique qui ne demandait qu'a cracher la mort. Il sentait dans le fond de son esprit une petite voie qui lui disait "ne fait pas ça, tu vaux mieux que ça ed!"

L'espace d'un instant, il était dans sa cellule. Sin n'était pas là. Par contre, deux autres prisonniers si. Deux autres prisonniers qui assuraient que le gardien fermerait les yeux. Deux prisonniers dont un avait finit la tête écrasé contre les barreaux de la cellule, tandis que le second avant fait la connaissance de 4 phalanges ivres de colères. Ils étaient ressortits de là en sang ... Et le gardien avait gardé le silence. Seuls étaient restés les paroles des prisonniers.

ENFOIRÉ DE PSYCHOPATHE!

Edward s'était posé sur son lit, et avait regardé son reflet dans la flaque qu'avais provoqué son verre en se renversant. Qui était il? Quand il tuais des covenants, il ne se posait pas ce genre de questions ... Avait il vraiment tué ces 50 personnes? était il vraiment le "tueur de barren" comme on l'avais si vite nommé au self de la prison, et même dehors? Est-ce qu'il avais de sang froid condamné ces civils a mort?

Je peux savoir pourquoi tu te pose toutes ces questions?

Edward tourna la tête. Jeff était droit, en train de tirer dans la foule. Mais a coté du colosse, a quelques pas a peine, face a un pan de maçonnerie écroulé, se tenait ... Il n'en savait rien. En armure complète d'ODST. Avec son arme dans la main. Un casque a visière rouge opaque sur le visage. Et sur cette visière, une tête de mort qui souriait.

Les ordres sont les ordres. Depuis quand un ODST n'exécute il pas ses ordres?

Le marine se releva, ne comprenant ni d'où venait cette personne, ni qui il était, ni pourquoi jeff ne la voyait pas. Avant de percuter. Il ne connaissait qu'une personne qui possédait une visière de cette couleur là. Lui même. Lui même qui acheva de dévisser son silencieux. Depuis quand Ed l'avait-il en main? il n'en savait rien du tout ... Il l'avais surement dévissé sans s'en rendre compte. Il darda a nouveau son regards sur l'homme en noire, qui brandit a une main son arme sur la foule, et tira.

Le bruit que fait une balle incendiaire en partant du canon de l'arme est bien différent de celui d'une balle ordinaire. Ceci tien tout simplement au poids et a la pénétration dans l'air de ces cartouches particulières. Mais par contre, quel que soit le calibre, une cartouche incendiaire fait toujours aussi mal a l'arrivé. Quand elle touche un corps, ce dernier a une seconde avant que le liquide présent dans la munition n'entraine la combustion du corps et ne l'enflamme purement et simplement. Maintenant, quand les munitions en questions sont insérés dans des chargeurs de trentes, et que ces même chargeurs se vident en 6 secondes, et que les balles viennent du ciel ... la situation ne se résume plus qu'en un mot : carnage. Et l'homme en noir était en train de semer un carnage. Edward le regardait faire, impuissant. Le ricanement qu'il entendait n'était pas réel. L'homme en noir non plus. Mais vu le regards que collins lui jeta l'espace d'un instant ... si ce n'était pas l'homme que Ed était en train de rêver ,c'était bien quelqu'un. Et ce quelqu'un tuait a tour de bras sans distinction tout ce qui ne portait pas un uniforme de police ou de marine ... Puis Edward pris une grande inspiration, et ses yeux lui montrèrent enfin ce qu'il voyait. Il n'avais pas bougé du rebords écroulé de la corniche. Ce type qui ricannait doucement en tirant sur la foule, c'était bien lui. Il tuait a tour de bras sans écouter son coeur. Même les agents de la BRC ne faisaient pas autant de victimes. Même pas le sergent sorince, qui pourtant s'en donnait a coeur joie. Et ça ne tenait qu'a deux ou trois petits détails. Sorince était a terre. Donc, devant la majorité des cibles pour lui, il y avait des cibles. Pareil pour les gens de la BRC. Les premières lignes tombaient. Puis les suivantes. Puis les suivantes. Mais pour ed, il n'y avait pas de lignes. Juste un énorme paquet. Un paquet qui se remplissait rapidement de trous enflammés.

L'Ex ODST cessa d'un coup de tirer. Munitions épuisés. Il se releva, pris un chargeur incendiaire dans la caisse, et se dirigea vers l'escalier pour s'y engouffrer a toute vitesse. Jeff se débrouillerais bien seul. Pour le moment, le première classe hordika avait besoin d'autre chose. il avait besoin de comprendre quelque chose. Il ressortit a toute vitesse du bâtiment, et s'approcha du corp d'un homme qu'il avait vu a terre. Un policier, qui achevais de brûler. Un policier .. Avec une SMG. Une arme qui n'était clairement pas distribué aux forces de l'ordre donc. Une arme rebelle. Le première classe poussa un de ses habituels jurons, et remis son arme en joue après l'avoir chargé. Il revint dans l'immeuble en essayant de ne pas essuyer de tir, et se posta dans l'escalier pour se remettre a tirer. Manquerais plus qu'il prenne une balle perdue ...

_________________



"On m'a dit un jour que j'étais con. A celui qui un jour m'a dit cela. A tous ceux qui me l'ont dit par la suite. Et à tous ceux qui l'ont pensé.
Je. M'en. Fous.
Merci."


Dernière édition par Edward Hordika le Mer 31 Oct 2012 - 0:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allan Soyana
Vigilant, ancien policier
avatar

Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 30/07/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : M6C
Autre Compte : Van 'Rashakee
Arme n°2 : Bouclier anti-émeute

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mer 31 Oct 2012 - 0:30

La scène était ridicule. Le Grand Duc d'un coté, Miller qui pété les plombs de l'autre et les militaires qui tiraient sur les civils. L'espace d'un instant les forces anti-émeutes n'en revinrent pas. Il était maintenant temps d'agir, de montrer à la face du monde ce que la flicaille avez dans le ventre. Rachel, le vétéran et commandant du groupe prit les devants et hurla. Son cri perça le vacarme et le chaos et regalvanisat ainsi ses troupes:

-Allez Messieurs, Montrons à ses enfoirés de Mercos vendus et ces Marines pourris jusqu'à la moelle ce que vaut la police ! Chargez ces enfoirés !


Le groupe reforma un front, face aux militaires cette fois et la quadruple ligne fondit sur ces derniers. Le mouvement devint si puissant avec la poussée arrière de la foule que les militaires furent littéralement enfoncés. Allan reçu un tir à l'épaule mais celui ci ricochet sur le bord de sa spalière. Le spectacle était moche, les policiers frappèrent (et surement pour la première fois de leur histoire) sur les "enfoirés" avec une telle violence que certains finiraient surement leurs jours en chaises roulantes si ils n'étaient pas mort. Allan, Rachel et les autres se sentir comme pousser des ailes de désespoir mais aussi de devoir. La furie de Miller n'était rien comparait à la leur: COMMENT PEUT ON TUER DES CIVILS DEVANT DES GENS ET PAR DES GENS AYANT PRÊTÉ SERMENT DE LES PROTÉGER ?!
Bientôt, les soldats formaient et une pile derrière les policiers et une quinzaine des gardiens de l'ordre étaient déjà tombé, sous les balles de leurs propres alliés. Les Mercos durent ,tout comme les Marines réduire leurs tirs voir arrêter de tirer. Le chaos, voilà la seule définition de cette scène surréaliste. Soudain, dans les oreillettes des policiers retentit un appel, un appel à la démocratie, au soulèvement. Ils furent troubler. En effet ils œuvraient du mauvais coté mais leur action ne pouvait pas être plus efficace ailleurs, et ils en faisaient la preuve.

-Bande de salauds ! Arrêtez vous bon sang ! Vous ne voyez pas que ce malade à perdu la raison ?! Hurlait désespérément Rachel.

-Fumier ! Je te chope t'es mort Miller ! Criait l'officier Ramirez à s'en rompre la voix.

-Crevez vendus de merde ! S’exclamât Allan avec le tout le souffle qu'il pouvait encore mobiliser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max Kelrod
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 145
Age : 25
Humeur : ...
Date d'inscription : 18/04/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : DMR
Autre Compte :
Arme n°2 : M6C Socom

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mer 31 Oct 2012 - 1:19

Le colonel avait le visage déformé à cause de la colère. Il retourna le bureau et rentra à l'intérieur pour finalement ressortir avec la prisonnière. Max se rappelait d'elle, le sergent Sorince l'avait lui même pousser dans le pélican, à la fin de l'incident du commissariat de Pirth. Le suite, Kelrod s'en doutait, le colonel abattit froidement la rebelle sans défense d'une balle dans la tête. Éclaboussant au passage les civils du premier rang et tout en hurlant, il tira deux fois sur le corps, à présent sans vie, de la jeune femme.

Les rebelles présent dans la foule ouvrirent le feu sur un John Miller complètement hors de lui, le manquant de peu. Le sergent Kelrod leva son arme et chercha du regard les tireurs, malheureusement la foule était maintenant paniqué, impossible de les trouver. À présent, il avait une véritable émeute sur les bras. Dans tout ce bordel, Un homme fût violemment bousculé et tomba à terre, à quelques mètre de Max.

-ICI MILLER ! TIREZ A VUE, TUEZ LES TOUS ! JE RÉPÈTE : TUEZ LES TOUS ! NE NÉGLIGEZ PERSONNE, FEMMES ET ENFANTS ! JE VEUX QUE VOUS ME TUIEZ TOUS CEUX QUE VOUS VOYEZ QUI NE SONT PAS MILITAIRES ! TUEZ TOUS LES CIVILS ! UTILISEZ LES INCENDIAIRES ! JE VEUX QUE VOUS ME CRAMIEZ TOUT LE MONDE !

L'homme écarquilla les yeux tout en regardant le sergent. Celui ci le fixa quelques instant, il pouvait voir toute cette peur s'accumuler. C'est alors que les premier coup de feu se firent entendre. Le visage du civil se déforma et il se figea quand il vit le canon du DMR pointer sur lui.

-Rien de personnel.

Max pressa la gâchette et logea une balle incendiaire dans la tête du pauvre type, carbonisant celle ci au passage. Il visa ensuite en plein milieu de la foule sans prendre la peine de vraiment viser quelqu'un en particulier. Il tira, tira et tira encore, semant la mort sans état d'âme. Il faucha une jeune fille en pleine poitrine, mettant brusquement un terme à sa vie. Gareb aussi vidait ses chargeurs, il ne s'était pas poser de questions. les ordres était les ordres et Max n'avait aucun problème avec ceux là. Celui qui ne tiré pas était un traitre et le sergent n'allait pas hésiter à les neutraliser lui même.

-STOP, arrêtez, arrêtez de tiré !

Chapel hurlait de toute ses forces, se mettant devant ses collègues pour les empêcher de tirer. Il se jeta ensuite sur l'un d'eux alors qu'il venait d'abattre un enfant.

-Mais t'es complètement taré bordel, un gosse putain ! c'était qu'un gosse !!!

Max souleva la 1ère classe, libérant le marines à terre et plaqua Chapel au sol. Il l'attrapa par le col et mit son visage à la hauteur du sien.

-Qu'es ce que tu fous ?! On a reçu des ordres ! Max hurla, pour bien se faire entendre, Tout soldat refusant de tiré, sera neutralisé et considéré comme un traître !!
-Vous êtes malade ?! Vous n'avez aucune conscience ?! Ce sont des femmes et des...

Max asséna un violent coup de poing dans la mâchoire du soldat, il cracha une dent ensanglanté et son visage toucha le sol.

-Tu m'emmerde avec tes questions ! Il tourna sa tête en direction de Gareb, CAPORAL !

Gareb se rapprocha de lui au pas de course.

-Prenez un homme avec vous, enlever ce traître de ma vue et que quelqu'un le surveille.
-À vos ordres sergent, le caporal pointa du doigt un marines, toi viens avec moi !

Les hurlements de la foule et les coup de feu résonnaient de toute part. Cette endroit s'était transformé en véritable abattoir. Max continué de tiré dans cette marée humaine, vidant un nouveau chargeur sur des êtres sans défense, mais pas tous... Pendant une poignée de secondes, il remarqua un homme tirant avec une arme de poing au milieu de la foule. Mais à cause du mouvement perpétuelle celle ci, il le perdit de vue. Le sergent Kelrod jura et activa sa radio.

-Collins, chercher les rebelles dans la foule et éliminez les, Max libéra le chargeur de son fusil, autant que possible !

Soudain, alors qu'il avait fini de parler, un homme se jeta sur lui. Il avait attaqué de côté. Ils étaient tout deux à terre, le civil arma son poing, s’apprêtant à frapper ce marines, qui avait tué sa petite fille. Il hurlait de colère, mais se crie de vengeance fût stopper par une lame de 20 centimètres, qui perfora sa gorge. Du sang en abondance s'écoula de sa bouche, et de la blessure. Kelrod poussa le corps, Le civil était toujours vivant se vidant de son sang. Une main tendu se présenta à Max. Gareb l'aida à se relever et Max acheva sa cible d'une balle de M6C dans la tête. Ses ordres n'était pas de les faire souffrirent. Il récupéra ensuite son arme et acheva le rechargement de cette dernière.

-La 1ère classe Chapel est au arrêt, sergent.
-Excellent travail, Caporal, Max remit son arme en joue et ajouta, n'arrêtez pas de tiré.

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Wellsey
Rebelles, Traître, Ancien Marines
avatar

Nombre de messages : 1537
Age : 23
Date d'inscription : 17/03/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil à pompe M45 TS
Autre Compte : Alar'Valam
Arme n°2 : Pistolet M6D+ Couteau de Combat

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mer 31 Oct 2012 - 1:55

" -Est-ce qu'ils sont vraiment sérieux ? Tirer sur les civils ? Je me suis pas enrôlé pour ça moi !" S'écria Jessica.

"- C'est quoi ce putain de bordel ?! Sergent ?" Insista Henry.

"- Si on tire pas, on sera considérer comme des traites et on va se faire canarder !" Rétorqua Martinez.

Déjà trois membres sur neuf s'étaient exprimés, mais James était sûr que les autres n'en pensaient pas tant . Lui-même se posait les mêmes questions, de toute sa carrière, il n'avait jamais dû faire face à une telle situation . La planète Inconnue, le Halo et ses différentes affectations ... Jamais on lui avait donné l'ordre de tirer sur les civils, jamais . Il s'état engagé pour servir la population, pour la protéger et pour faire en sorte que chacun puisse se sentir en sécurité . Et là on lui demandait quoi ? De cracher sur son serment , de cracher sur tout ce qu'il croyait ! Non jamais et tout ça pour quoi, pour le colonel Miller. Le Marine l'avait déjà croisé sur le Halo et s'était même bien pris la tête avec lui alors qu'il n'était que caporal . Non il ne pouvait décidément pas obéir à cet ordre et il savait ce que cela entraînait . Insubordination et refus d'un ordre direct d'un supérieur . Il se doutait bien qu'il passerait peut-être le reste de ses jours dans une cellule miteuse d'une prison de haute sécurité dans un coin paumé de l'univers. Ou bien plus simplement, il se ferait exécuté sans état d'âme pour ne pas que le contribuable doive payer pour lui .

Son escouade et lui était situé dans un autre immeuble , près du bâtiment où les civils et les policiers s'étaient amassés, ils avaient été positionnés là en tant qu'observateur et pour servir d'appui feu si tout tournait mal . Ils étaient au troisième étage et se permit un petit coup d'oeil dans la rue en sortant sa tête de sa couverture. Tout se passait très mal, certains marines avaient obéis à l'ordre et avaient tirés par les civils, bien sûr le BRC avait mis son grain de sel . Même les policiers étaient pris pour cible . C'était vraiment du grand n'importe quoi, jamais James n'aurait pu imaginer pire situation. Il hésita un moment, obéir ou se " rebeller" et c'est là qu'il se souvint de Freeman . C'est cet homme qui lui avait tout appris, c'est grâce à lui qu'il était comme cela aujourd'hui, mais il sait très bon que lui n'aurait pas tirer sur des civils innocents, jamais ! Il se remit donc à couvert avant de dire à ses hommes :

" - La ferme Martinez ! Jamais nous ne tirerons sur des civils non armés sous mon commandement! Est-ce que c'est clair ?! Si l'un de vous veut partir , c'est le moment, ce qui risque de suivre va faire tâche sur votre dossier militaire "

Le jeune première classe fut assez surpris par ses propos et ne répondit pas, remarque il n'y avait rien à redire aux propos du sergent . Martinez se contenta de serrer son fusil d'assaut et de lancer un " Fais chier!" . Personne ne semblait manifester l'envie de partir , chacun savait donc ce qu'il risquait , ils risquaient leur vie à présent.

"- Très bien . Jack, passe moi ta radio !"

Le soldat s’exécuta suite à l'ordre de son supérieur . James possédait bien le comlink comme tout bon soldat, mais cet radio était une radio longue portée et multi-fréquence qui lui permettra de rentrer en contact avec toutes les escouades et toute personne ayant une radio dans le périmètre .

" - Ici le sergent Wellsey des forces marines du CSNU! Comment a pu-t-on tomber aussi bas ? Tirer sur des civils ... Marines, nous avons prêter serment ! Nous avons prêter serment au CSNU oui! Mais aussi de servir et de protéger la population au péril de notre vie! N'oublions pas pourquoi nous nous sommes engager, n'oublions pas pourquoi nous sommes des marines ! Cessez le feu ! Cet ordre... Si nous continuons, nous ne valons pas mieux que ces chiens de rebelles, nous valons encore moins que les Covenants ! Ressaisissez vous bon sang! N'oublions pas qui nous sommes ! Sergent Wellsey, Leader de l'escouade Able, terminé !"

Si avec ça, ils ne ressaisissent pas, il n'y avait plus rien à faire . Il allait faire en sorte de prévoir toutes éventualités , c'est pour ça qu'il ordonna à un de ses hommes d'exploser l'ascenseur et que deux groupes de deux hommes aillent surveiller les escaliers ( il y a deux escaliers qui passe par le niveau 3, donc 2 hommes par escalier). Pendant qu'ils se mettaient en place, James et le reste de ses hommes brisèrent les vitres et envoyèrent des fumigènes entre les les civils, les marines et les policiers . Comme ça si les marines se risqueraient moins à tirer en sachant qu'ils risquaient de blesser l'un des leurs .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Will Ost
Rebelles, Traître, Ancien ODST
avatar

Nombre de messages : 646
Localisation : [Tracking... Reach... Not Found]
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 18/10/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil Sniper SRS99C-S2 AM
Autre Compte :
Arme n°2 : Pistolet M6C //\ Couteau de Combat

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mer 31 Oct 2012 - 11:05

Et tout bascula. Je pensais le colonel bien plus habile politicien. Une fois de plus, les espoirs que je nourrissais quant à l'homme étaient déçu. De tels extrémités, même par peur, ne pouvaient être justifiée de quelconque manière. J'avais une pensée pour ceux qui furent mes camarades. Des soldats qui ce jour là choisirent le meilleur et le pire quant à servir. Obéir. Jusqu’au bout. Ces derniers n'avaient qu'une seule décision à prendre, retirer leur chargeur, rester sur leurs positions et tenir entre la colère du peuple et la frénésie d'un individu. Se poser en s'opposant, plutôt que se résoudre à vaincre un ennemi qui fut l'objet d'un serment...

En appuyant sur la gâchette, ils avaient tout renié, ils n'étaient plus que des exécuteurs, même plus bon à combattre le Covenant qui réduisait en cendre l'Humanité à même titre que leurs balles.Je pensa à des traçantes d'exercice, mais c'était bel et bien des incendiaires, munitions que nous avions du perdre au hasard d'un accrochage. Nos propres munitions nous jouaient des tours, et fusaient à travers l'esplanade. Alors que les premiers membres de l'assemblée s'enflammait, je ne pus retenir ce cri de haine impropre à n'importe quel soldat, mais de circonstance pour tout insurgé présent. Me redressant, je fis face à chaque poste de tir.

"Lieutenant des Troupes de Choc Aéroportées Orbitales William Ost ! Officier puis traitre ! Je suis fier de vous faire face aujourd'hui !
VOUS ETES DEVENU CE QUE VOUS AVEZ JURÉ DE COMBATTRE !
"

Sur ces mots mon M6C rugit, sortit de mon holster tel que mes frères d'armes se dévoilaient dans la foule, faisant feu de concert sur les sections où l'ordre ignoble avait été respecté à la lettre sans une once d'hésitation. Nous allions être massacré si nous tentions un assaut frontal pour déborder les forces de l'ordre. Nous pensions tous qu'à séparer l'humanité d'existences aussi viles, la colère pouvait nous être mortelle. Certaines jeunes recrues s'étaient déjà ruées sur l'un des barrages donnant accès à un grand boulevard, afin d'ouvrir la voie aux civils. Ces derniers nous obsédaient, il fallait tout faire pour les évacuer.

Des rebelles s'efforçaient de mettre à couvert les plus vulnérables aux tirs aussi injustes que meurtriers, mais l'esplanade ne s'y prêtant pas, ce fut le plus souvent en pure perte. Aucun de nous ne songeait pas à réduire en cendre ceux qui en faisaient autant d'innocent pris au piège: on peut se disputer le peuple, pas l'assassiner impunément. C'est dans ces instants où l'on croit pieusement en l'homme derrière l'armure, au soutien des policiers ou marines dont la protection empêcherait de poursuivre cet abject massacre. Cible touchée. Nouveau chargeur. Cible prioritaire en mouvement. Initiative.

"FUMIGÈNES ! TIRS SPORADIQUES, NE VOUS DÉVOILEZ P..."

Une incendiaire emporta mon calot d'officier, le tissu prit flamme aussi surement qu'une torche. J'en profita alors pour enlever cette veste d'uniforme qui brûlait mon honneur, laissant apparaître le gilet par balle aux couleurs des Insurgés. Le soldat en mo reprenait le dessus. Seul constante de mon univers, ma formation pouvait me permettre de faire la différence, et je n'allais pas le dédaigner. Encourageant les insurgés à faire profil bas et privilégier l'évacuation des civils je progressais, suivi ou non je l'ignorais, pour préparer l'assaut du bâtiment. Les fumigènes vinrent, appuyées de celles de marines embusqués.

"Merci..."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan Price
Black Rock Company, Fox
avatar

Nombre de messages : 48
Age : 21
Localisation : dans un merdier pas possible
Date d'inscription : 01/10/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil de combat DMR
Autre Compte :
Arme n°2 : Mitraillette SMG7

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mer 31 Oct 2012 - 11:21

J'étais en train de regarder le colonel pour voir comment il se comportait face à cette masse d'information accumulé par le leader rebelle à son sujet et vit qu'il était en train de littéralement pété un câble puis, il rentra dans le bâtiment, en ressortit avec une prisonnière et lui tira une balle dans la tête et deux dans le dos. Merde! Les civils commencèrent à paniquer et les rebelles se mirent à tirer sur le colonel dont certaines balle passèrent à quelques centimètres de sa tête. Il se replia dans le bâtiment et nous envoya comme ordre:

-ICI MILLER ! TIREZ A VUE, TUEZ LES TOUS ! JE RÉPÈTE : TUEZ LES TOUS ! NE NÉGLIGEZ PERSONNE, FEMMES ET ENFANTS ! JE VEUX QUE VOUS ME TUIEZ TOUS CEUX QUE VOUS VOYEZ QUI NE SONT PAS MILITAIRES ! TUEZ TOUS LES CIVILS ! UTILISEZ LES INCENDIAIRES ! JE VEUX QUE VOUS ME CRAMIEZ TOUT LE MONDE !


Là ça prenait une tournure dramatique. Puis quelques secondes plus tard, un marines tira sur la foule, fauchant deux personne en les insultant, puis c'est devenu un merdier pas possible. La BRC se mit à tiré sur tout ce qui était civil et plusieurs civil tomba rapidement sous cette avalanche de balles incendiaires. Putain, les policiers commencent à charger sur les marines en bas, je commença à tirer sur ses traîtres qui se trompent de cibles, tout en lâchant quelques balles sur les civils. Cet ordres étaient démentiels mais si on ne le respectait pas, on serait considéré comme traîtres et ce n'est pas ce que je veux. Puis j’entendis une transmission:

Destinataire(s) : CSNU Washington
Braves soldats du monde !
Aujourd'hui John Miller vous a montré la vraie face du CSNU. Voulez vous vraiment avoir toutes ces morts innocentes sur la conscience ? Soyez réaliste, et reniez le CSNU et le SRN. Venez avec moi vous battre pour une véritable démocratie. Ne vous rendez pas meurtriers à la place de Miller !
Réfléchissez.


Quoi? Ils ont infiltrés nos transmissions et essayent de nous déstabiliser, mais ce qui est ironique c'est qu'ils se passent pour les défenseurs de ces civils alors que ce n'est pas mieux leurs attentats à l'arme nucléaires sur les civils. Certes ce qu'on fait n'est pas moral, puisque notre serment est de protéger les civils mais en attendant on a reçu un ordre et un ordre est un ordre, mais ce qui fait chier c'est qu'à cause de ça, je pense qu'il va y avoir beaucoup plus d’insurrection. Puis je reçoit une autre transmission:

" - Ici le sergent Wellsey des forces marines du CSNU! Comment a pu-t-on tomber aussi bas ? Tirer sur des civils ... Marines, nous avons prêter serment ! Nous avons prêter serment au CSNU oui! Mais aussi de servir et de protéger la population au péril de notre vie! N'oublions pas pourquoi nous nous sommes engager, n'oublions pas pourquoi nous sommes des marines ! Cessez le feu ! Cet ordre... Si nous continuons, nous ne valons pas mieux que ces chiens de rebelles, nous valons encore moins que les Covenants ! Ressaisissez vous bon sang! N'oublions pas qui nous sommes ! Sergent Wellsey, Leader de l'escouade Able, terminé !"

Bon sang,c'est quoi ce bordel! On a des mutins chez nous et c'est tout une escouade, merde! Puis je vois des grenades fumigène tombé d'un immeuble entre nous, les civils et les policiers, fais chier!
On va avoir du mal à tirer sans blesser un de nos collègue. Puis je voulu aller vers le bâtiment leur montrer ce qui en coûtait de ne pas obéir aux ordres, mais je me rappelais que j'avais déjà un ordre et que cet ordre était de tirer sur la foule. Puis je me remit à tirer à tirer et vider mon chargeur, je recharge et transmit:

< Sergent, permission d'aller avec quelques hommes s'occuper de ces traîtres dans cet immeuble? >

Puis en attendant la réponse, je continua de vider mes chargeurs de DMR, tout en essayant de viser les rebelles puis, je me rendis compte que les lignes de défenses tombait l'une après l'autre successivement. Cela craignait sérieusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allan Soyana
Vigilant, ancien policier
avatar

Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 30/07/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : M6C
Autre Compte : Van 'Rashakee
Arme n°2 : Bouclier anti-émeute

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mer 31 Oct 2012 - 11:49

C'était l'enfer, ils avaient tous basculés. Les uns dans la folie , les autres dans la rébellion. Les policiers perçaient inexorablement les lignes des Marines malgré les pertes. Comment avons t'on pu en arriver là ? Miller, comment avez t'il pu et surtout comment ce fait il que les autre aient suivit ?
Le chaos régnait est les force de l'ordre étaient désormais les « Force du Chaos », frappant et re-frappant s'en distinctions. Parfois, certains militaires rejoignez la police pour grossir leurs rangs mais le mouvement était encore minoritaire. Soudain, Rachel hurla :

-Les lacrymos messieurs !

Tous dégoupillèrent leurs grenades lacrymogènes et celles fumigènes. Coup de bol, seul les policiers étaient équipés pour résister à une telle atmosphère, le masque à gaz et la visière rendaient leurs visages hermétiques. Bientôt, un immense nuage emplit les lieux. Il était si épais que rien ne pouvait être distinguait d'un coté comme de l'autre. Les militaires prient à l'intérieur étaient condamnés : Les policiers étaient maîtres en ses lieux. La furie des gardiens de la paix se déchaînât encore et toujours brutalisant toutes résistances sans tenir compte du prix. Ceux en retrait, ne pouvant frapper sur quelque chose, retournaient en arrière pour prendre les grenades de leurs coéquipiers et les balancer à travers l'épais nuage qui avait déjà pas mal stoppé la densité du feu ennemi. Et quand les grenades lacrymos et fumigènes vinrent à manquer , les policiers prirent les fragmentations des cadavres de Marines. Tous hurlez avec toute la force qu'ils pouvaient puisser de leurs entrailles :

-Il faut que les civils sortent de là !

-Soyana, Petersburg, prenez à gauche !

-Crevez bande de chiens !


-Prévenez les Pélicans ! Ils doivent se mettre devant les civils, leurs blindages encaisseront les tirs !

A ses mots et après quelques instant , les pélicans s'excecutèrent , formant derrière la police un mur de fer filtrant les tirs des Marines et des vendus. L'enfer sur Terre ! Il était temps de crever pour son serment, mais dieu qu'ils étaient prêt à en prendre un sacré paquet avec eux. Dans la mêlée, Allan perdit sa matraque et ne pu saisir le pistolet présent sur sa poitrine. Les Marines fonçaient bêtement dans le nuage opaque pour se faire exploser la tronche au corps à corps. Soyana frappait avec les poings, avec les pieds, ensanglantant le visage des malheureux se dressant devant lui.

-Allez en enfer monstres ! On vous y attend pour continuer à vous massacrer !
Hurlait Ramirez.

Les lourdes plaques de blindages de l'armure anti-émeute se couvrirent de sang et de sueur. Au bout d'un moment, Allan dut arrêter de se battre quelques secondes pour essuyer sa visière rougie par le sang de ces porcs. Puis, une voix retentit dans le vacarme, encore Rachel :

-Messieurs, y'a des Marines dehors qui ne tir pas, ils veulent rameuter du monde ! On reste ici pour qu'ils gagnent du temps, c'est assez étroit pour compenser le nombre !


L'annonce galvanisât les policiers qui commençaient à en avoir cruellement besoin. Comment cela pouvait il finir ? Comment cela pouvait il s’arrêter si ce n'est avec une frappe orbitale dans tout ce beau monde. Allan y songea un moment, l'Homme est il si mauvais, est il si désespérément mauvais .. ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carl Sorince
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 636
Age : 22
Localisation : Planqué derrière mes hommes.
Humeur : Oh...Ohoh...Vous voulez vraiment savoir ce qui se passe dans ma tête?
Date d'inscription : 20/01/2011

Feuille de personnage
Arme n°1 : M45 TS
Autre Compte : Dar'Lauc
Arme n°2 : pistolet M6D SOCOM

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mer 31 Oct 2012 - 20:13

A gauche, la vieille qui tente de fuir...Carl presse la détente, la moitié du corps de sa cible pars en lambeau...
A droite, les deux connards qui ont ramasser des briques...Mendoza, les larmes aux yeux vide son chargeurs dans leurs direction...La combustion est presque instantanée, l'un d'eux perd son cerveau qui viens tomber au pied de son bourreau.
En face, un rebelle avec une SMG qui les braque...Le caporal et le sergent lui tire dessus de façon synchronisé, son corps est coupé en deux, un enfant glisse dans ses viscère...Mendoza empêche son supérieur de tiré sur le gosse en lui désignant une nouvelle cible, plus proche :
La mère du gamin...Le corps de celle-ci est expulsée deux mètres plus loin, le caporal essuie une larme et commence a reculer...Laissant Carl seul face a la marée humaine. Celui-ci, debout sur une benne à ordure, descend presqu'avec plaisir chaque personne franchissant les premières lignes tout en observant en souriant le carnage.
Certains civils ce jettent sur les marines pour sauver les autres...La vue de leurs corps mutilée donne des frissons au chevelu. La chevrotine n'était pas vraiment faite pour ce genre de situation, alors il avait piocher dans sa réserve personnelle de cartouche perforante, seulement une trentaine de balle...Mais chaque tirs tuaient au moins trois personnes.

"-Mendoza?! Ne recule pas bordel, il faut tenir cette foutue position !"

Le caporal stoppa sa progression, abandonner son sergent, qui l'avait sauver peu de temps avant cette horreur, ce serait vraiment dégueulasse. Mais massacré des civils... C'était pire...Alors que Mendoza s'apprêtait a reprendre sa fuite, une balle perdue transperça sa cuisse, lui arrachant un cris de douleur...Il tomba à genoux, incapable de bouger, ce contentant de lâcher son arme et de contempler le carnage autour de lui...Des flics fonçaient sur les marines et les membres de la BRC, brandissant leurs matraques et leurs boucliers anti-émeute, tentant de protéger des civils déjà mort... Les snipers sur les toits faisaient des ravages malgré l'arrivée des fumigènes, les balles perforantes traversant plusieurs corps avant de finalement terminé dans le sol.

Le coup de poing d'un rebelle désarmé le tira de sa contemplation...Ne ce débattant même pas, Mendoza encaissa sans broncher les trois coups de poings et les multiples insultes qui suivirent, n'hurlant que lorsque la tête de son agresseur disparut, laissant place a un torrent de sang...Carl l'avait encore sauvé...Celui-ci poussa du pied le corps décapité et prit sa place.

"-Les flics nous ont trahis ! Tire-toi de là ! Les marines en première ligne sont déjà entrain de battre en retraite et...Mais..."

Un type, policiers a en juger la combinaison s'écrasa pile devant eux, projeté par une quelconque explosion...Carl ricana avant de ce tourner vers son caporal...Derrière-lui, les premiers boucliers et les restes des soldats posté en première lignes était visible.

"-Et j'ai un plan...Tire-toi, rentre dans ce foutu bâtiment ! Je reste dehors moi."

Puis le sergent fit mine de s'effondrer avant de tirer le cadavre du flic carbonisé et de ce mettre en dessous...Alors c'est comme ça qu'il prévoyait de passer derrière les lignes ennemies? Ce faire piétiner en essayant de ne pas mourir étouffé sous un corps carbonisé? Mendoza ramassa son arme et courut comme il put à l'intérieur du bâtiment...Laissant Carl seul.

"Ne pas bouger, ne pas bouger ! Son corps me protège, je ne risque rien...Plus qu'a attendre !"


L'attente ne fut pas longue.
Deux marines plus les deux policiers derrière-eux, marchèrent sur le corps qui lui servait de protection, le poids des hommes et de leurs équipements ne manquant pas d'éclater les os déjà fragiliser du calciné. Puis ce fut des types armés, des rebelles sans doute, qui écrasèrent le crâne du flic...L'un d'eux manqua même de glisser sur le cadavre...10 minutes passèrent, durant lesquelles Carl refusa de bouger, ce retenant parfois de respirer lorsqu'un corps sans vie, fauché par un sniper, tombait a coté de lui. 10 minutes, durant lesquelles il mima sa propre mort et qui furent, ironiquement, les minutes les plus longue de sa vie...Puis, une fois assuré que tout les combats ce passaient loin de sa position, le sergent sorti de sa cachette, faisant fit de la transmission que le grand duc avait envoyer a tout les marines présent dans la zone.

Autour de lui, des cadavres, juste des cadavres, éparpillés un peu partout et pas forcément entier...Certains était à moitié carbonisé, d'autres complètement...A environ cinq mètres derrière, les policier/insurgés commençaient a rentrer dans le siège du gouvernement, le bruit des balles ricochant contre les boucliers anti-émeute des traitres manqua de le faire vomir de dégout, ce retourné contre le SRN étaient stupide, et la mort était le seule remède efficace contre la stupidité.

Privilégiant la sécurité a l'empressement, Carl ce mit a ramper parmi les cadavres de marines, de policiers et de civils, au cas où un quelconque rebelles retardataire soit dans le coin, autant la jouer discret...Le sergent ce traîna donc sur le sol et les corps, bousculant parfois un tas de cadavres empilés de façon plus ou moins comique a ses yeux, jusqu'à une petite ruelle sur la gauche du siège du gouvernement, plongée dans la pénombre...Puis il ce redressa, ce posant contre un murs en soupirant...Quelques civils avaient voulu ce réfugiés ici, mais les petits feus et les morceaux de chairs qui s'y trouvaient actuellement prouvaient que les marines les avaient trouvés avant. Sa radio grésilla :

" - Ici le sergent Wellsey des forces marines du CSNU! Comment a pu-t-on tomber aussi bas ? Tirer sur des civils ... Marines, nous avons prêter serment ! Nous avons prêter serment au CSNU oui! Mais aussi de servir et de protéger la population au péril de notre vie! N'oublions pas pourquoi nous nous sommes engager, n'oublions pas pourquoi nous sommes des marines ! Cessez le feu ! Cet ordre... Si nous continuons, nous ne valons pas mieux que ces chiens de rebelles, nous valons encore moins que les Covenants ! Ressaisissez vous bon sang! N'oublions pas qui nous sommes ! Sergent Wellsey, Leader de l'escouade Able, terminé !"

Carl pesta, le discours de ce lâche le plongeant définitivement dans la colère...Ce branchant sur la même fréquence en tentant de faire abstraction des hurlements et des tirs, il fit en employant un ton bien plus grave que celui qu'on lui connaissait :

"-Ici le sergent Carl Sorince ! J'offre personnellement une récompense au héros qui descend ce foutu lâche ! Ne l'écoutez pas ! Il œuvre pour ceux qu'il qualifie de chien ! Ce n'est qu'un rebelle déguisé en marines ! Ces civils ont choisi leurs camps en créant cette émeute ! Ces traîtres de flics aussi ! Le SRN prend des mesures désespéré à cause de type comme eux ! Ne les écoutez pas ! Vous êtes des marines, vous êtes payez pour combattre et obéir aux ordres ! Si nous ne liquidons pas cette masse de traître, d'autres attentat comme celui sûr Pirth auront lieu ! Et je peut vous assurez qu'il y aura bien d'autres massacre de civil, mais cette fois orchestré par ce fou trop lâche pour montrer son visage ! Défendez cette zone au péril de votre vie, montrez que vous ne courbez pas l'échine face aux terroristes! Ne leurs donnez pas raison ! Terminé."

Le sergent soupira, gueulé assez fort pour que le bruit des coups de feus alentours ne parasite plus ses paroles étaient quasiment chose impossible, mais les soldats avaient du comprendre la globalité...En tout cas Carl l'espérait...
Prenant appuis sur son fusil à pompe, le chevelu ce releva tout en changeant de fréquence radio, usant désormais de celle de l'escouade :

"-Kelrod, je suis dans une petite ruelle a gauche du bâtiment...Je pense rejoindre Hordika et Collins...On ce retrouve là-bas?"

_________________
"Je me présente, Carl Sorince, sarcastique, cynique, cruel et schyzophrène...Passons maintenant à mes points négatifs..."-Carl Sorince, auteur du roman "moi, mon reflet, mes photos et encore moi."

"Il est normal qu'un sale gosse comme moi soit devenu celui que je suis désormais...C'est à dire un tueur mieux placé et mieux payé que les types biens."-Carl Sorince à propos de lui-même.

"Mes gars...Mes exécuteurs...Sont pas des héros. Non, pas des héros...Et moi non plus d'ailleurs. Nous sommes bien mieux. Nous sommes des tueurs de héros."-Carl Sorince à propos des sanglots.
Spoiler:
 




Dernière édition par Carl Sorince le Ven 21 Déc 2012 - 3:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeff Collins
Marines, Forces Spéciales, 1ère Classe
avatar

Nombre de messages : 81
Age : 21
Localisation : Chercher les cadavres, vous me trouverez.
Humeur : Suremet défoncer.
Date d'inscription : 28/05/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil Sniper SRS99D AM / Silencieux
Autre Compte :
Arme n°2 : Pistolet M6C

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mer 31 Oct 2012 - 20:50

Des putains de gosses… J’ai massacré des putains de gosses… Je les ai tué par plusieurs. Certain connard le diront que j’ai économisé des munitions. Je leur répondrai « gros con ». Hordika a l’air d’avoir disjoncté à mes côté. Je l’ai vu fixer dans le vide un petit moment après avoir finalement pris sa SMG et entamer ce foutu boulot. Je l’ai vu faucher des groupes d’une vingtaine de personnes en même pas 5 secondes .Bordel, on a foutu ce mec en taule parce qu’il a buté des civils, on le sort de taule et on lui demande de recommencer. Et on va faire quoi ? On va lui donner une putain de médaille à la con pour bon et loyaux services… Surement comme moi.

Il y a la presse qui rôde autour des lieux. J’ai déjà vu plusieurs pélicans avec des caméras à l’arrière se balader dans le coin. Laura doit être devant sa télévision, à se dire « Il y est… Mon dieu il y est ». Je ne vois pas du tout comment lui expliquer quelque chose que je n’ai pas du tout approuvé faire. Notre prochain rencard va être foutrement lourd.

Je vois une journaliste en bas qui essaye de couvrir le bruit des tirs comme elle peut, et essaye d’éviter de se prendre une balle des mecs qui sont dans la foule. Elle et son caméraman lui indique quelque chose derrière elle. Moi. Elle se retourne. Je presse la détente. C’est fini. Le reste de l’équipe de télé ne sera pas plus dur à éliminer non plus. J’ai bien pris soin d’exploser la caméra. Quitte à commettre des actions ignobles, autant faire ça bien.

Les flics ont retourné la situation et on foncer droit sur nos gars, les pélicans couvrant le peu de civils qu’il restait et embarquant plus de gens qu’ils n’en pouvaient. Un des engins tenta de décoller, mais dû forcer sur ces réacteur qui cramèrent quelques personne de plus en bas sous le regard dépiter de l’officier de police.
Je crois qu’ils n’ont toujours pas compris que j’étais au-dessus d’eux.

J’ai visé le compartiment arrière et ai fait pleuvoir les balles, les gens était tellement entasser la dedans qu’un seul chargeur a suffi à éliminer toute les personnes qui se trouvait à bord. Sur ma droite, une pile de douilles et de chargeurs vide s’élevait a côté de celle de Hordika.

" - Ici le sergent Wellsey des forces marines du CSNU! Comment a pu-t-on tomber aussi bas ? Tirer sur des civils ... Marines, nous avons prêté serment ! Nous avons prêté serment au CSNU oui! Mais aussi de servir et de protéger la population au péril de notre vie! N'oublions pas pourquoi nous nous sommes engagés, n'oublions pas pourquoi nous sommes des marines ! Cessez le feu ! Cet ordre... Si nous continuons, nous ne valons pas mieux que ces chiens de rebelles, nous valons encore moins que les Covenants ! Ressaisissez-vous bon sang! N'oublions pas qui nous sommes ! Sergent Wellsey, Leader de l'escouade Able, terminé !"

Tout le monde n’était pas fou a ce point apparemment. Son discours avait du sens, mais si Miller s’en tirait, ceux qui avaient rejoint la cause Du Grand-Duc morfleraient. Donc non. Je continu.

"-Ici le sergent Carl Sorince ! J'offre personnellement une récompense au héros qui descend ce foutu lâche ! Ne l'écoutez pas ! Il œuvre pour ceux qu'il qualifie de chien ! Ce n'est qu'un rebelle déguisé en marines ! Ces civils ont choisi leurs camps en créant cette émeute ! Ces traîtres de flics aussi ! Le SRN prend des mesures désespéré à cause de type comme eux ! Ne les écoutez pas ! Vous êtes des marines, vous êtes payez pour combattre et obéir aux ordres ! Si nous ne liquidons pas cette masse de traître, d'autres attentat comme celui sûr Pirth auront lieu ! Et je peux vous assurez qu'il y aura bien d'autres massacre de civil, mais cette fois orchestré par ce fou trop lâche pour montrer son visage ! Défendez cette zone au péril de votre vie, montrez que vous ne courbez pas l'échine face aux terroristes! Ne leurs donnez pas raison ! Terminé."

Le discours de mon sergent ne fit que confirmer mon point de vue. Je ne me suis pas retourné pour voir la réaction d’Hordika. Je ne veux pas avoir à le contredire vu l’état dans lequel il se trouve. Je crois que j’ai l’ai entendu rire de démence 2 ou 3 fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max Kelrod
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 145
Age : 25
Humeur : ...
Date d'inscription : 18/04/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : DMR
Autre Compte :
Arme n°2 : M6C Socom

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mer 31 Oct 2012 - 22:05

Lorsque les forces de l'ordre envoyèrent les lacrymogènes, L'émeute gagna en intensité, tout comme les hurlement. Le sergent Kelrod, accompagner par Gareb et quelques marines tentèrent de se diriger vers le siège de gouvernement malgré cette épais brouillard. Malheureusement, impossible pour eux de continué.

-On se replie, suivez moi !

Le sergent ouvrit la marche, éliminant au passage un rebelle qui ne l'avait pas vue venir. Ils arrivèrent finalement à l'entrée d'un bâtiment, un bar. Max enfonça la porte et le groupe entra à l'intérieur.

-Vous deux, porte avant et fenêtres, il désigna un autre marines, va voir si il y a un accès à l'arrière et bloque le !

Ils s’exécutèrent et préparant tant bien que mal un semblant de périmètre de sécurité. Max rechargea son arme, repensant au vies qu'il avait prise aujourd'hui. Il ne se souvenait pas vraiment du visage de ses victimes, des personnes sans visages, des personnes mortes. Des enfants morts. Une pression au niveau de son épaule le ramena à la réalité.

-Vous allez bien ?
-Aucun problème.
-Et maintenant ?
-Maintenant ? Nos ordres n'ont pas changer, on élimine toute cette pourriture !

Le caporal ne répondit rien à cela, personne dans cette pièce n'osait contre dire cela. Et pour cause, ceux qui avait refusé, Kelrod les avait abattu, sans aucune émotion apparente. Des traîtres sont des ennemies, les ennemies doivent mourir. Max fonctionnait comme ça et il n'avait aucune raison, personnel ou non, d'être contre ça.
Dehors, le vacarme s'était un peu calmé. Les policiers, munie de leur boucliers avait fait reculé les marines, laissant ''le champs libre'' au rebelles

-Tout le monde à l'arrière, exécution !

Les soldats se cachèrent dans une pièce, juste derrière le comptoir. La sortie de secours était là, ainsi qu'une table empêchant l'ouverture de celle ci. C'était une pièce de taille moyenne, sans aucune fenêtre et ayant pour seule source de luminosité, une vielle ampoule. Max tira sur la lumière avec son M6C Socom.

-Plus un bruit

La porte était toujours ouverte, les marines était dissimulé dans l'ombre, subitement la porte du bar s'ouvrit dans un horrible grincement. Des bruits de pas et des voix se firent alors entendre.

-Foutu taré, ce colonel est un vrai malade !
-Mais au moins maintenant ils le savent, le SRN n'est composé que de types dans son genre et le CSNU... ce ne sont que de vulgaires pantins !
-Par contre je vais être franc, même si ils nous ont aidé, ces putains de flic font grave chier avec leurs lacrymo. Bordel, ça brûle cette merde.
-Ferme là, grâce à eux, les snipers n'ont pas pu nous avoir, tu devrait apprendre à dire merci ! Qui sait ? Peut-être que t'aurai du perdre la tête.
-Merci... pour cette blague de mauvais goût.

Max regarda discrètement par la porte, ils étaient deux, surement séparé à cause de la fumée et ils scrutaient le moindre mouvement à travers la fenêtre. Kelrod donna son M6C à Gareb et lui fît signe de se positionner de l'autre côté de la porte, à son opposé. Une fois en position, Max attrapa une bouteille cassé et la jeta au fond de la pièce.

-Qui est là ?!
-T'es con, il vont pas te répondre ! Couvre moi, je vais voir.

Plaqué contre le mur, Max entendait les pas du rebelle se rapprochant de plus en plus, une fois devant l'entrée de la pièce, il s'arrêta, projetant une ombre sur le sol

-Tu vois quelque chose ?
-La ferme !

Une main se montra timidement et tapota les murs à la recherche d'un interrupteur qui n'alluma rien du tout. L'insurgé jura et rentra timidement dans la pièce, dévoilant son arme : un fusil d'assaut MA2B. Gareb et Max ne bougeait pas d'un millimètre, le rebelle était à moitié rentré. C'était le moment, le sergent attrapa l'homme par les bras et le tira dans l'obscurité avant de l'égorgé. Au même moment, la caporal était sortit de sa cachette, M6C en main et avait éliminé le deuxième insurgé d'une balle dans la tête. Kelrod retourna dans la bar avec prudence, jeta un coup d’œil à travers la fenêtre et traina le corps à l'arrière.

-C'est quoi la suite du plan sergent ?

La radio de Max grésilla l'instant suivant la question. Transmission sur le canal général

-Ici le sergent Wellsey des forces marines du CSNU! Comment a pu-t-on tomber aussi bas ? Tirer sur des civils ... Marines, nous avons prêté serment ! Nous avons prêté serment au CSNU oui! Mais aussi de servir et de protéger la population au péril de notre vie! N'oublions pas pourquoi nous nous sommes engagés, n'oublions pas pourquoi nous sommes des marines ! Cessez le feu ! Cet ordre... Si nous continuons, nous ne valons pas mieux que ces chiens de rebelles, nous valons encore moins que les Covenants ! Ressaisissez-vous bon sang! N'oublions pas qui nous sommes ! Sergent Wellsey, Leader de l'escouade Able, terminer !

Encore un qui passer du côté ennemie. Max se demandait combien de marines il allait encore devoir descendre. La réponse au sergent Wellsey ne se fît pas attendre.

-Ici le sergent Carl Sorince ! J'offre personnellement une récompense au héros qui descend ce foutu lâche ! Ne l'écoutez pas ! Il œuvre pour ceux qu'il qualifie de chien ! Ce n'est qu'un rebelle déguisé en marines ! Ces civils ont choisi leurs camps en créant cette émeute ! Ces traîtres de flics aussi ! Le SRN prend des mesures désespéré à cause de type comme eux ! Ne les écoutez pas ! Vous êtes des marines, vous êtes payez pour combattre et obéir aux ordres ! Si nous ne liquidons pas cette masse de traître, d'autres attentat comme celui sûr Pirth auront lieu ! Et je peux vous assurez qu'il y aura bien d'autres massacre de civil, mais cette fois orchestré par ce fou trop lâche pour montrer son visage ! Défendez cette zone au péril de votre vie, montrez que vous ne courbez pas l'échine face aux terroristes! Ne leurs donnez pas raison ! Terminé

Le sergent Kelrod eu un rictus, il ne s'était pas fait de soucis pour le sergent Sorince et celui ci avait l'air de bien s'en sortir. D'ailleurs ce dernier n'avait pas fini de parler.

-Kelrod, je suis dans une petite ruelle a gauche du bâtiment...Je pense rejoindre Hordika et Collins...On ce retrouve là-bas ?
-Bien reçu sergent, on se rejoint là-bas, 10 minutes.

Max se dirigea vers la sortie de secours et retira la table.

-Messieurs, voilà la suite, vous me suivez et on rejoint le reste de l'escouade.

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   

Revenir en haut Aller en bas
 
Conversion : Partie 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Conversion : Partie 1
» simple bilan partie a 1000 points contre un nain
» Schema camouflage petit buisson pour futur conversion
» Kuraq Saurus - Speedy - Conversion et Peinture
» scenario et déroulement des partie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Halo Fight :: Espace contrôlé par le CSNU. :: 
La Terre
 :: Ville de Washington.
-
Sauter vers: