Forum Rpg sur l'univers d'Halo
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Conversion : Partie 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Providence
Destinée
avatar

Nombre de messages : 103
Date d'inscription : 20/06/2012

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Jeu 1 Nov 2012 - 9:01

Washington était pris dans le chaos. La boucherie n'était pas seulement devant le siège du gouvernement, mais dans tout Washington. Des émeutes de nouveaux rebelles s'étaient improvisés sur les places fortes de la ville, mais John Miller avait veillé à ce que des agents du SRN prennent en charge la situation, et ils l'avaient géré de la même manière que devant le siège du Gouvernement. Les civils étaient massacrés, la presse les premiers.
Alors que les policiers essayant de préserver leur honneur continuaient à mener la vie dure aux hommes du CSNU, des pods déchirèrent l'air avant de s'écraser sur le toit du siège. Des ODST, et quelques Spartans. L'UNSC Belette au dessus d'eux vomissait quelques Troupes de Choc pour aider le CSNU.
Parmi ces ODST, il y avait Bob. Père de famille, en léger surpoids mais ses excellentes capacités en tir compensaient largement son manque d'endurance. Il avait sur lui un lance-roquettes M19 SSR MAV standard, et visa avec précision un réacteur des pélicans qui protégeaient les centaines de civils restants. Ceci ébranla le pélican et endommagea gravement son moteur, mais son pilote, Arnold, était audacieux et talentueux. Il réussit à stabiliser l'appareil. Bob arma une deuxième roquette et tira dans le même moteur. Cette fois ci, Arnold ne put rien faire et s'écrasa en direction des autres pélicans. Leur métal de froissèrent, et certains furent lourdement endommagés. Ils durent se disperser et fuir sous le tir des roquettes ODST. Bob avait accomplis quelque chose de grand pour son camp. Alors qu'il se retournait pour sourire à son chef d'escouade, une balle vint traverser son crâne de part en part.

Le carnage devant le Siège était sans fin. L'odeur du sang, de brulé et de la poudre saturaient l'air. Comme si ce n'était pas suffisant, plusieurs rebelles arrivèrent de ruelles adjacentes. Avec eux, un char Scorpion de l'UNSC volé et repeint aux couleurs de la Cause. Comme en réponse, plusieurs warthogs de l'UNSC déboulèrent de rues différentes et arrosèrent les civils de leurs tourelles, elles aussi chargées d’incendiaires. Le tank Rebelle en explosa un, puis un deuxième. Les warthogs se mirent à couvert. Le carnage n'avait fait que commencer.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin' O'Connor
Mort au Combat
avatar

Nombre de messages : 82
Localisation : Assiégé dans un garage sur Coral.
Humeur : De toute façon c'était trois milles MORT ou vif.
Date d'inscription : 15/09/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : SMG-7S
Autre Compte :
Arme n°2 : Pistolet M6C

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Jeu 1 Nov 2012 - 14:02

Cela faisait facilement une décennie que la Terre n'avait pas connu un tel massacre au sein même de sa population. En effet en l'espace d'une trentaine de minute c'était Washington tout entier qui s'était embrasé ; et la ville était à présent proie à de nombreux combats qui éclataient de chaque côtés de la capitale.

Devant le siège la violence faisait preuve d'une rare cruauté ; des tas et des tas de cadavres de civils mêlés aux rebelles où encore à certains policier s'empilaient les uns sur les autres sous les coup mortels des forces du CSNU.
Les mercenaires de BlackRock Compagny qui avaient perdu leur sang froid vidaient leurs chargeurs sur tous ce qui leur faisait face.

Contrairement à certaines escouades de Marines qui s'étaient repliée au sein même du Siège, les contractors de la BRC n'avaient pas quitté leur position, et s'étaient éparpillés derrière la tribune d'où avec une certaine précision ils ouvraient le feu :

« Faut se replier bordel ! J'ai pas envie d'creuver là put... ! » S'alarma James en se baissant pour éviter un tir.

« On ne bouge pas boys ! Tu t'souviens pas du contrat ?! C'est 7000 chacun pour garder cette putain de place, si tu fuis je te promet de tout faire pour m'assurer que tu sois viré !" Hurla Johnson entre deux rafales.

James ravala sa colère et continua son œuvre ; comme la plupart de ses camarades sur place l'homme avait complètement perdu la raison ; aveuglés par la peur et la folie, les hommes de la BRC massacraient en l'espace d'un quart d'heure une trentaine d'individu dont une très grande partie était des civils.

Bientôt Erwin se retrouva face à un soldat antiémeute de deux mètre de haut qui tentait apparemment d'accéder à l'entrée du Siège :

« Recules de là ! Dégages connards ! Dégages !! » Hurla le mercenaire assisté par un autre ; et bientôt ils mirent en joue le brave policier qui tentait de s'interposer.

Mais voyant l'homme qui refusait de coopérer, Erwin et son compagnon criblèrent de balles le grand gardien de la paix qui s’effondra sur ses équipiers, carbonisé.

« De toute façon on a carte blanche !! » Hurla Erwin

« Carte blanche les gars ! Cartes blanches vous entendez ! On bute tout l'monde !! » Rappela Johnson avant de s'effondrer, atteint d'une balle dans le torse.

Sur ces mots les contractors dégoupillèrent leurs grenades à fragmentation qu'ils projetèrent bientôt sur les opposants :

« Bordel ils nous abandonnent tous ces fils de p... !! » Ragea Erwin en s'apercevant de la retraite du gros des escouades.

« On va crever bordel ! On va crever ! » S’exclama James apeuré.

- « Et ben si on se sort de là je te promet qu'on s'engagera à buter l'enfoiré de rebelle qui a provoqué ce beau merdier. » Déclara Erwin

C'était en effet pour les deux hommes, leur premier vrai baptême de feu.

Soudain un événement mit fin à la frénésie meurtrière dans laquelle était plongé les hommes de BlackRock Compagny ; aussi surprenant que cela puisse paraître un char scorpion dont les couleurs indiquait clairement sa cause venait de faire irruption sur la place ; laissant bouche bée les contractors médusés.
Soudain le blindé projeta un obus sur la tribune où les hommes de la BRC étaient retranchés, tuant trois d'entre eux sur le coup et projetant les autres de part et d'autre de l'estrade :

« Ok on se barre. » Lâcha sèchement Erwin en se relevant plus loin.

James, Johnson et l'homme qui l'assistait avaient été tué sur le coup, et bientôt les cinq hommes restant fuirent uns à uns en direction du bâtiment sous les tirs des opposants.

Aveuglé par la peur et en proie à une rare cruauté, Erwin vida son chargeur sur la section de police qui avançait en direction du Siège :

« Ça c'est pour James, fils de p... !! » Hurla-il avant de regagner l'entrée du bâtiment en courant, et d'où ses camarades attendaient d'entrer.

« Ici Pretoriax-1, ouvrez cette PUTAIN de porte, merde !! » S'affola un des contractors devant l'entrée qui refusait de s'ouvrir.

« Impossible ! L'ennemi est beaucoup trop prêt et le dispositif de sécurité est en place ; vous risquez autant votre vie en y pénétrant qu'en restant sur place, imbéciles ! » Rétorqua un opérateur du centre de commandement .

« D'accord et maintenant on fait quoi ?! » S'inquiéta Erwin « Si ils nous tombent dessus ils nous feront chèrement payer notre peau ! »

Les hommes de BlackRock étaient dans une situation particulièrement délicate, en effet il était hors de question d'ouvrir la porte du siège, mais les hommes se retrouvaient pour autant victimes des tirs meurtriers de l'ennemi.
Se mettant à couvert comme il le pouvait, ils furent bientôt prit pour cible par la rébellion qui s'était fortement rapproché du building, soutenue par le blindé dont les tirs résonnaient au loin.

Mais alors que les mercenaires se déclarèrent littéralement fichus, une étrange secousse fit vibrer le sol ; quelque chose avait percuté le toit du bâtiment.

Le CSNU venait d'envoyer les Spartan et les ODST. Le recourt à ces unités d'élite ne faisait qu'attester la gravité de la situation ; et bientôt ceux-ci dont les tirs s'avérèrent redoutables firent légèrement basculer la partie en faveur des troupes de Miller lorsque l'un d'entre descendit un Pélican mutin :

- « On est pas encore perdu. »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan Price
Black Rock Company, Fox
avatar

Nombre de messages : 48
Age : 21
Localisation : dans un merdier pas possible
Date d'inscription : 01/10/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil de combat DMR
Autre Compte :
Arme n°2 : Mitraillette SMG7

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Jeu 1 Nov 2012 - 17:01

La situation était hors de contrôle et toutes les escouades se repliaient saur la BRC qui gardait leur position, puis j'entendis une transmission en réponse à l'escouade qui s'est mutiné:

"-Ici le sergent Carl Sorince ! J'offre personnellement une récompense au héros qui descend ce foutu lâche ! Ne l'écoutez pas ! Il œuvre pour ceux qu'il qualifie de chien ! Ce n'est qu'un rebelle déguisé en marines ! Ces civils ont choisi leurs camps en créant cette émeute ! Ces traîtres de flics aussi ! Le SRN prend des mesures désespéré à cause de type comme eux ! Ne les écoutez pas ! Vous êtes des marines, vous êtes payez pour combattre et obéir aux ordres ! Si nous ne liquidons pas cette masse de traître, d'autres attentat comme celui sûr Pirth auront lieu ! Et je peux vous assurez qu'il y aura bien d'autres massacre de civil, mais cette fois orchestré par ce fou trop lâche pour montrer son visage ! Défendez cette zone au péril de votre vie, montrez que vous ne courbez pas l'échine face aux terroristes! Ne leurs donnez pas raison ! Terminé."

Tiens, il n'y a pas que moi que ça fous la rage de voir des traîtres, puis je retransmis:

« Ici la première classe alan price. Je pense savoir où sont ces traîtres et si quelqu'un veut les délogés, ils sont dans le premier bâtiment le plus proche du siège, mais les rebelles et les policiers sont en train de percer les lignes une à une, essayer de rester au contact de la BRC, on a besoin de tous le monde pour...MERDE, TANK, JE REPETE, IL Y A UN PUTAIN DE TANK QUI NOUS TIRE DESSUS! Terminé. »

Puis à ces mots, le tank se mit à tirer et à faire des pertes chez la BRC et le peu de marines encore présent. Puis je vis quelques soldats bloqué et les assistai dans leur combat qui était devenu un véritable enfer. Je rechargea quand j'entendis des objets qui pleuvait du ciel, puis je compris aussitôt que des ODST et des spartans étaient largués depuis un vaisseau. Ouf, la cavalerie est arrivé, puis je vis deux roquettes fondre sur un réacteur d'un pélican qui perdit le contrôle, au bout de la seconde roquettes, le pélican fini par s'écraser vers les autres, ce qui fit des dommages lords sur certains de ces pélican mais la majorité était encore en bonne état. On va peut-être s'en sortir finalement. Je continua à tirer mais les tirs était trop proche et je ne pouvais me mettre à couvert, donc je me replia pour trouver un meilleur endroit pour pouvoir tirer, mais des rebelles arrivèrent des rues adjacentes, ce qui me bloqua, j'étais dans une merde pas possible. Je demanda à des snipers de pouvoir m'ouvrir un champ, quand je fus projeté à terre par un second obus du tank qui étais pas passé loin, j'étais sonné pendant quelques secondes, jusqu'à ce qu'un marines me fasse reprendre mes esprits et que l'on se mette à l'abri avec ce qu'il reste des marines et de la BRC. Lorsqu’on réussit à les rejoindre, je donna un chargeur à un contractor car il était à sec, la situation était critique, si on a pas tout de suite de l'aide, cela risque de devenir un massacre de notre coté. Je parla avec un contractor qui disait que les opérateurs n’ouvriraient pas les portes car les rebelles et les policiers pourraient rentrer facilement. Putain, on avait plus qu'a espérer que les snipers, ODST et spartan fasse leurs boulots car autrement c'est nous qui deviendront de la charpie, puis je lança un SOS:

« A toutes les unités à proximité de la porte du siège du gouvernement, nous avons besoin d'aide, nous n'avons plus beaucoup de munition et nous sommes plus beaucoup, je répète, demandons de l'aide de toute urgence vers la porte du siège, sinon on finira de tapis pour les rebelles et tous ces traîtres! Terminé. »

Tout en tirant, je pria pour que quelqu'un vienne nous aidé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Will Ost
Rebelles, Traître, Ancien ODST
avatar

Nombre de messages : 646
Localisation : [Tracking... Reach... Not Found]
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 18/10/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil Sniper SRS99C-S2 AM
Autre Compte :
Arme n°2 : Pistolet M6C //\ Couteau de Combat

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Jeu 1 Nov 2012 - 18:12

Profitant du temps perdu à recharger mon arme de poing, je saisis l'occasion d'envoyer un bref rapport. Il fallait agir au plus vite, de nouvelles données affluaient sur mon écran de poignet et cela allait être compliqué de gérer seul une situation aussi chaotique. Si il y avait bien une chose que je détestais, c'était de manquer d'ordre. Fort heureusement, le passé des insurgés envoyés sur cette place allait rétablir le rapport de force. En professionnels, certains traîtres du moment et ceux d'hier s'efforçaient de fixer les tireurs et jusqu’au-boutistes du SRN. Les derniers civils ayant échappé au bûcher de ces fanatiques gagnaient l'abri relatif qu'offrait une ville aussi vaste que Washington.

Malgré un défaut de contact avec les meneurs de trouble extérieurs, je ne pouvais que gérer la situation localement, appuyé fort heureusement par une poignée de marines et les effectifs de gardien de la Paix. Rentrer en contact avec les réguliers qui ne s'étaient pas parjuré devenait une priorité. Chargé d'écouter les communications de l'ennemi, un vigilant eu le bon gout de m'indiquer à qui m'adresser: chez les marines, sergent James Wellsey, chez les officiers de police, chercher le matricule 3N28 parmi les tenues antiémeutes, malgré son grade Allan Soyana semblait mener son petit monde. James Wellsey... Wellsey... Un simple nom, tant de souvenirs tous plus douloureux les uns que les autres. Mes préférés !

J'ouvris un canal Com afin de m'adresser à un mort. Là n'était pas le sujet, mais la situation ne manquait pas de piquant. Le "soutien" promis lors du Briefing apparaissait: un scorpion, rien que cela. Une poignée de rebelles servaient le béhémoth d'acier qui crachait la mort au son du tungstène propulsé. Son point faible était évident pour tout soldat digne de ce nom, sans l'appui d'une section au sol à ses côtés, lui et ses passagers allaient participer au feu de joie. La providence m'offrait cependant un soldat digne de ce nom pour m'assurer que l'artillerie s'occuperait des warthogs inopportunes.

"James ? Ost. Non je ne me suis toujours pas décidé quant à mourir, je ne trouve pas de sortie digne de ce nom ! Aurais tu l’amabilité de m'accorder une danse ? Je comprendrais que tu refuses sergent, mais je ne puis faire autrement. Tu vois le gros jouet qui arrive ? Les enfants qui restent sur cette place seraient très tristes de le voir partir en fumée... Je compte sur toi. Will terminé."

J'aurais essayé. Je courus de toutes mes forces à travers les gazes et fumées. Une fois à portée des rangs serrés des policiers, je pris la décision insensée d'aller à eux, arborant pourtant les deux traces parallèles rouges sang, emblème des officiers de la Cause. C'était à la grâce de Dieu. Le matricule 3N28 fut aisé à reconnaître: ses collègues hurlaient plus leur rage à la figure des meurtriers et incendiaires du SRN que toute la compagnie réunie. Alors que j'allais lui adresser la parole, une fois présenté, je fus puni d'avoir sous estimé la force que représentaient mes anciens frères d'armes Helljumpers.

"Officier, mes sections sont presque opérationnelles et prêtes à fixer les tirs incendiaires, mais je ne puis me charger de..."

Les pélicans des services de Police furent mis en déroute dans un fracas assourdissant, refroidissant l'ardeur de leurs collègues à terre, je vis une once de méfiance grandir après la stupéfaction du CRS de voir un officier rebelle lui adresser la parole.

"... Bon sang ils n'ont pas perdu la main ! Je ne peux assurer la retraite des derniers civils. Le boulevard à 3h de notre position est dégagé, voulez vous bien vous donner la peine ?"

Nous allions assisté à l'oeuvre de trois douzaines de combattants, bon pour le service de par une formation militaire accélérée et encadrement dévoué, face aux meilleurs de l'UNSC et à l'éventuelle présence de leurs Héros. Si ce que j'avais aperçu sur les toits parmi les ODSTs s'avérait être un Spartan, l'issue de ce combat deviendrait évidente. D'autant plus que les débris ne constitueraient pas la couverture idéale pour se lancer à l'assaut du refuge de l'investigateur du massacre. Je n'osais cependant pousser les officiers de police jusqu'à leur demander de nous y accompagner une fois les civils hors d'atteinte. Le choix de Soyana et de Wellsey allait être cruciale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clara Stasi
Rebelles, Traîtresse, Ancienne ODST
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 26
Localisation : New Mombassa
Date d'inscription : 21/06/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil à pompe M90
Autre Compte :
Arme n°2 : Lance-roquettes M19 SSR MAV

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Jeu 1 Nov 2012 - 18:44

Je n’en croyais pas mes yeux. Miller avait ordonné à ses soldats d’ouvrir le feu sur la foule, à l’aide de munitions incendiaires. Quand il abattit Lyanna, nous furent deux à ouvrir le feu sur Miller. Je ne sus pas qui était l’autre. Mais j’étais tellement compactée dans cette foule que je manquai mon tir. Je jura et décidais de profiter de la panique de la foule pour me mettre à couvert derrière une benne à ordure. Décidément, il semble que ce soit ma cachette de prédilection.

En moins d’une demi-minute, les marines avaient ouvert le feu sur la foule, ne faisant preuve d’aucune pitié. Je n’avais jamais vu ça. Ces hommes étaient-ils drogués pour faire une chose pareille ? Moi qui avais encore la foi en quelques hommes du CSNU, la vision de cette horreur me déchira le cœur. En y réfléchissant bien je me disait que sous les ordres de Miller, les soldats ne devaient surement avoir aucun choix.

Moi non plus. Je ne pouvais faire qu’une chose, arroser les soldats que je voyais, et me mettre à l’abri des snipers. En quelques minutes, la place fut saturée par la fumée des armes et des corps carbonisé de la foule.

-Randy … Heureusement que tu n’assiste pas à ça.

J’en étais écœurée, j’avais envie de décoller pour un endroit très loin dans une galaxie lointaine ou je pourrais danser et boire en boite de nuit à loisir sans avoir à me préoccuper de la folie des hommes. Juste du plaisir qu’ils pouvaient me procurer.

Je fus arrachée de mes rêveries par une balle de sniper passant à côté de mon oreille qui se mit à siffler. J’arrosais le toit ou il se trouvait et en profitais pour changer de cachette. Celle-ci ne m’offrait apparemment pas assez de couverture. Pendant que je courrais en priant pour ne pas être touchée par une balle, ma radio grésillait délivrant un message de paix d’un certain James Wellsey. Je souriais tout en courant, quelques hommes n’avaient finalement pas perdu la raison.

Tout en traversant la place en me mettant un maximum à couvert, je vis une escouade de policiers armés de leur bouclier anti-émeute charger les marines devant le Siège. C’était normal, ces policiers étaient tout de même des civils. Les marines ne leur aurait pas tiré dessus comme au reste de la foule ? Si ? Cela me rappelait l’émeute des pompiers de New York, ou j’avais vu des lignes entières d’homme du feu charger des policiers anti-émeute. C’était de la folie pure, le monde à l’envers.

Pendant ma course je croisais Will Ost, l’homme qui m’avait sorti de mon trou à rat de club strip-tease. Il était en train de tirer avec son M6C. Je lui fis un salut militaire ironique à la volée, continuant de courir jusqu’à une voiture civile que j’avais repéré plus loin. Les balles sifflaient, manquant à chaque fois de me toucher.

Ma radio grésilla à nouveau. Cette fois ci c’était un certain Carl Sorince qui prêchait pour le SRN. Mon poing ce serra et je tapais rageusement la voiture derrière laquelle je venais de me jeter. Le ton de sa voix révélait qu’il trouvait tout cela amusant. Je n’en fus que plus en colère.
Je décidais de rajouter mon grain de sel et m’adressa sur toutes les fréquences aux alentours, me présentant comme je ne l’avais plus fais depuis au moins cinq ans.

-Ici le Sergent-Artilleur Stasi des Troupes de Choc Aéroportées Orbitales ! Je me bats aujourd’hui aux côté des forces rebelles ! Vous avez perdu la tête ? Vous descendez des centaines de civils innocents ! Ce pourrait être vos pères, vos frères ! Vos enfants ! Vous tirez sur des enfants qui n’ont strictement rien fait ! Tous ceux que je trouverais en train de collaborer avec le SRN auront le droit à une balle dans le crane de ma part ! Et je n’ai pas perdu la main depuis que je suis avec les Rebelles ! Au contraire !

Je jetais un coup d’œil par-dessus la voiture. Des pélicans civils formaient une barrière contre le CSNU, suivi d’un largage d’ODST et de Spartans quelques secondes après. Je me figeais de tout mon être. Des Spartans. Je n’en avais jamais vu auparavant. Ils étaient immenses ! Je n’avais pas intérêt à me retrouver en face d’eux, sinon je ne donnais pas cher de ma peau.

Je continuais à arroser les marines que je voyais malgré la fumée sur le champ de bataille. Je vis arriver en courant un marine, à qui je fis un croche patte ; il ne m’avait pas vue. Il se rattrapa bien, mais avait lâché son arme. Je le pointais de ma mitraillette, une botte sur sa poitrine. J’allais lui demander dans quel réel camp il était, quand je vis son nom sur sa poitrine. Sorince … C’était donc lui qui avait vomit cette propagande pro-CSNU sur toutes les fréquences ?

Quelque chose m’empêchait d’appuyer sur la détente. Etait-ce la lueur de folie au fond de ses yeux ? Ses cheveux ébouriffés qui me rappelait mon défunt fiancé ? Peut-être tout simplement avoir un soldat, un ancien frère d’arme tout près de moi et de devoir lui exploser la tête de sang-froid ? Il faut dire qu’il était plutôt mignon.

-Quand t’aura une perm, passe me voir au Jamaïca Is Alive si t’as envie d’un peu de compagnie …

Je lui souris en lui envoyant un baiser avec ma main, avant de lui octroyer un coup de pied au visage pour pouvoir m’enfuir sans qu’il me tire dessus.

Je progressais vers le Siège du Gouvernement avant de me retrouver coincée derrière une autre voiture entre les tirs de plusieurs marines et d’un char apparemment Rebelle mais qui ne semblait pas m’avoir vu. Une balle m’érafla la jambe, m’arrachant un cri de surprise et de douleur. Je regardais autour de moi pour chercher une sortir éventuelle mais je n’avais aucune chance. Et pas question de sortir ma main pour tirer, c’était peine perdue.

-Ici Clara Stasi, je suis coincée à l’est de la place ! Je suis légèrement blessée, j’ai besoin d’assistance !

Après avoir envoyé mon SOS au canal rebelle je ne pouvais que prier pour de l’aide, et descendre quelques marines passant par là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin' O'Connor
Mort au Combat
avatar

Nombre de messages : 82
Localisation : Assiégé dans un garage sur Coral.
Humeur : De toute façon c'était trois milles MORT ou vif.
Date d'inscription : 15/09/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : SMG-7S
Autre Compte :
Arme n°2 : Pistolet M6C

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Jeu 1 Nov 2012 - 20:05

L'intervention des forces spéciale et la détermination des tireurs d'élites expliquaient pourquoi les survivants du CSNU étaient toujours en vie.

Retranchés à l'entrée du Siège, embusqués derrière les colonnes de marbre, les survivants de BlackRock Compagny combattaient au côté de marines qui comme eux avaient attendu le dernier moment pour fuir ; mais à présent, les hommes du CSNU étaient prit au piège ; bloqués à l'entrée du bâtiment qui refusait de s'ouvrir, tout n'était plus qu'une question de temps.

Les défenseurs du Siège subissaient constamment le harcèlement des rebelles qui concentraient leurs tirs sur eux, en plus des chocs perpétrés par les tirs du blindé ennemi et dont les détonations résonnait au loin.

Alors que Erwin et ses derniers camarades étaient en proie à de violents combats, les hommes reçurent soudainement un appel qui provenait directement de l'état-major :

« Pretoriax-1 vous prenez à présent l'indicatif « Escouade Red », ordre à vous de défendre le siège du gouvernement au péril de vos vies ; les rebelles de doivent pénétrer à l'intérieur du bâtiment sous aucuns prétextes ; O'Connor vous prenez la direction de la section ; n'épargnez personne, ordre de l'état-major. Terminé. »

Un marines qui avait probablement saisi le même type de message s'exclama alors : «  Putain on est vraiment dans la merde. »

« Bon les gars, Vous savez pourquoi on est là ? Plus on en tuera, et plus la récompense sera importante ; le problème majeur reste le mastodonte, mais il n'en a plus pour longtemps, l'Air Force devrait s'en charger. Nous, on continue à défendre le site, planquez vous derrière les colonnes et économisez vos munitions, les Spartans et les ODST vont faire le plus gros boulot. » S'exclama Erwin, plus que déterminé à en finir.

C'est ainsi que les derniers défenseurs externes donnèrent tous ce qu'ils purent afin de repousser les assauts incessant de la rébellion. Bien qu'ils se méprisaient fortement, marines et mercenaires durent coopérer ensemble ; ils combattaient dorénavant côte à côte et affrontaient ensemble les mutins.

Bien que leurs tirs s’avérèrent très souvent redoutable, les contractors étaient régulièrement forcés de se mettre à couvert, les tirs adverse étant en effet beaucoup plus nombreux ; de plus les hommes étaient souvent projetés à terre sous les choc provoqués par les tirs du blindé ennemi ; heureusement pour eux le mastodonte n'avait pas un champ de vision assez précis pour lui permettre d'effectuer des tirs chirurgicaux.

Quelque étages plus hauts, les hommes du CSNU entendaient leurs camarades faire feu depuis les fenêtres et le toit ; des centaines de douilles brûlantes tombaient tout juste devant eux :

« Faut vraiment qu'on s'arrache. » Déclara un des contractors

« Et tu veux allez où bordel ?! Derrière c'est fermé, devant c'est l'enfer, à droite et à gauche pareil, ces raclures ont pris tous les flancs, en gros : on est totalement encerclés. » Affirma Erwin avant d'ajouter en plaisantant « Et de toute façon ici c'est pas l'armée, libre à celui qui le veut de s'en aller sur le champ. »

Cette déclaration ne rassuraient pas plus les hommes de BlackRock qui ne passaient pas une minute sans ouvrir le feu ; bien que parfois les rebelles diminuaient leurs assauts sans succès, car en effet ceux-ci venaient actuellement s'empaler sur le fer de lance du CSNU qui depuis les toits infligeaient des dégât impressionnant dans les rangs adverses :

« Garçon ! Tu vois ces marines à deux cent mètre ? » Questionna Mike le tireur de précision des contractors à un de ces camarades.

Alors que l'homme munit de jumelle apercevait en effet un petit contingent de marines mutins, il fut soudain surprit par les détonations du S2-AM de son camarade ; et bientôt au loin, deux soldats rebelles regagnèrent le sol :

« Prenez ça, enfoirés ! »
Raya Mike

Le comportement des deux hommes qui à présent rigolaient de la situation choqua plusieurs fantassins qui combattait à leurs côté ; en effet, même si le mercenaire venait d'abattre de sang-froid deux soldats rebelles ; c'était de la mort de deux anciens frères d'armes dont ils se moquaient :

« Pourquoi on baigne dans cette foutue tenue ! Y'en a vraiment qu'on de ces idées !! » Hurla un contractor qui venait de se prendre une balle dans la jambe.

En effet, contrairement aux marines qui étaient équipés de leurs tenue renforcés du pied au crâne ; l'état-major avait personnellement tenu à que les mercenaire soient correctement vêtus, étant en effet plus exposés lorsque Miller prononcerait son discours. Et c'est pourquoi chacun d'entre eux était vêtu d'un pantalon cérémoniel de couleur beige surmonté d'un costard noir qui masquait le lourd gilet en kevlar que portaient les mercenaires. Leurs pieds baignaient dans de longues chaussures noires à reflet et dont l’esthétique l'emportait clairement sur l'efficacité de l'objet . Enfin leurs tête avait pour seuls protection des lunettes de soleil sombres à vision améliorée.
Tel des clown en armes, ils se rendaient à présent compte de la forte pénalisation que leur infligeait cette équipement.

A mesure que le temps défilait, les pertes augmentaient et l'ennemi approchait ; les défenseurs externes se devaient de trouver une solution dans les plus brefs délais, et cela avant que l’étau ne se resserre. Lorsque le quatrième hommes fut tué, Erwin décida qu'il était temps d'agir :

« Les fumiers ! On peux plus rester comme ça les gars, je contact ces enflures du QG"


"Contrôle, ici Red, nous sommes toujours coincés à l'extérieur avec des morts et des blessés et pour ordre de défendre le bâtiment; il nous est tout simplement impossible de tenir une minute de plus dans ce bordel ! Soit vous ouvrez cette putain de porte soit c'est nous qui l'ouvrons ! On est payé pour vous défendre pas pour survivre, merde !"

-" Escouade Red je transmet cette demande à l'état-major, patientez."

Bien que les hommes de la BRC manquaient crucialement de temps, ils furent contraint malgré eux d'attendre la réponse du haut commandement; elle déterminerai probablement l'issue de leurs sort:

-" Escouade Red, c'est une bonne nouvelle et une mauvaise nouvelle qui s'annoncent: C'est votre chance, si vous tenez l'ennemi à distance au minimum une dizaine de minute nous allons ouvrir les portes; malheureusement vous aurez exactement sept secondes pour y faire rentrer tout vos hommes, nous ne pouvons rien faire de plus, terminé."

Erwin se retenait d'exploser, des envies meurtrières lui passaient par tête; décidément il ne supportait pas l'état-major.





Dernière édition par Erwin' O'Connor le Jeu 1 Nov 2012 - 22:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allan Soyana
Vigilant, ancien policier
avatar

Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 30/07/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : M6C
Autre Compte : Van 'Rashakee
Arme n°2 : Bouclier anti-émeute

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Jeu 1 Nov 2012 - 20:21

Noir, rouge et encore rouge. Voilà la vision qu'Allan pouvait avoir de ce qui l'entourait à cet instant. C'était un chaos sans nom. Des départs de feu prenaient petit à petit de l'ampleur et menaçait de déstabiliser les renforts du bâtiment d'un moment à l'autre. Un échafaudage de télé failli s'écraser sur Allan mais quelques Marines bien placé vinrent recevoir le coup du sort à sa place. Ce n’était pas son jour, la mort ne le prendrait pas , pas encore ! Soyana avait relevée sa visière fendit par un violent contact d'une crosse de la BRC. Ses yeux cherchaient en permanence de nouvelles cibles « assouvir » son serment. Et cette question tournait encore et toujours dans sa tête : Comment peut-on ? Comment avaient-ils put !?

Chaque instant était pour lui une occasion de mourir, mais à quoi bon s'en faire ? Ses parents allaient payer le prix de leur descendance et ses amis allaient l'oublier au plus vite, aucun d'entre n'allaient se souvenir de lui et de sa pathétique tentative de faire face au Monstre. En parlant de pathétique, Allan put noter le crash misérable des pélicans suite à des tirs de roquettes venant du toit. Bientôt, l'atmosphère se chargeât d'une odeur de mort, de feu et de gaz mêlé. Les explosions déstabilisaient les membres de la Police sans pourtant les faire céder. Leur détermination était sans failles ! Les carcasses brûlantes et crachant de lourdes nuages noirs venait pourrir encore cette super soirée.

Et pourtant, malgré cela, malgré les pertes et les cadavres, malgré le sang et le feu … Ils tenaient bon. La victoire est un grand mot et jamais un policier ne semble pouvoir atteindre cet ultime honneur mais ils allaient le faire ! Ils allaient dorer les lettres du mot Police sur une putain de plaque en or en haut d'un monument commémoratif. Ils étaient comme la houle, frappant et se brisant sur le roc sans jamais s’arrêter, sans jamais abandonner. Au bout d'un moment, le jeune officier remarquât que la police, celle qui avait était déployée, sans aucun équipement vint grossir leur rang. Ramassant les boucliers de uns et les armes incendiaires des autres.

Et dans le vacarme et l'enfer, une balle vint soudain faucher Rachel, sa jambe s’arrachât littéralement et son corps s’abattit sur le sol avec violence. Alors, mobilisant ses troupes et les poussant à tenir bon il vint au chevet de l'officier. Ce dernier s'accrochait comme il pouvait à la vie et dans un dernier râle lui dit :

-Je te laisse le commandement garçon … Fais les payer …


-Mais ? … D'accord. Dit fermement Allan.

-Je suis si fier, si fier de vous Messieurs, vous n'êtes pas comme eux vous entendait ! Vous n'êtes pas comme eux ! Hurla alors le gradé dans un cri sanglotant.

De lourds et perçants cris vengeurs sortirent comme par réflexes des bouches de policiers. Ils allaient les faire payer. Les faire payer pour Rachel, Gomez, Fratas, Polgo, M'Bala, Sak … Ils allaient payer pour leurs actes ! Allan saisit alors l'oreillette de Rachel qui venait de perir dans ses bras et s’adressât à tous ces nouveaux gars :

-Ici Allan Soyana ! Rachel est mort ! Je prend le contrôle ! Ils vont payer Messieurs ! Ils vont payer pour leurs péchés !

Un cri puissant et commun à tous vint déchirer le bâtiment. Tout la ville semblait les avoir entendu. Le siège du gouvernement semblât un instant en être ébranlé. Fuyez pauvres fous ! Fuyez Marines ! Fuyez Vendus ! Fuyez pauvres dégénérés ! Fuis Miller ! Fuis si tu le peut encore, ton monde va s'écrouler et avec lui tu vas périr !


Le combat fit rage encore de longues minutes qui parurent des heures au jeune chef. Le sang et le feu, lui qui était allait dans la Police pour éviter ça venait de faire son Baptême par le Feu. Les Marines commençaient à connaître le sens du mot déroute et seul la BRC tenait encore bon ... comme elle pouvait. Soyana, le M6C au poing tentait de remettre un peu de l'ordre dans la position des policiers et de continuer à alimenter l'écran de fumé qui ,il faut bien le dire, leur avait sauvé la vie. Son flingue poussait par instant des rugissements rauques perforant des corps des Marines en face de lui.

Alors, que la joyeuse sauterie continuait à battre son plein, une silhouette venant de derrière lui s’approchât. Un instant, il cru à un civil et ouvrit la bouche pour lui dire de partir dans l'autre sens. Mais ce n'en était pas un. La silhouette devint un homme, et armé qui plus est. Ce dernier prit alors la parole et se présentât brièvement, un allié … Enfin …

-Je ne peux assurer la retraite des derniers civils. Le boulevard à 3h de notre position est dégagé, voulez vous bien vous donner la peine ?

La remarque un poil trop poli de l'inconnu le fit sourire, ce petit rire lui remit du baume au cœur et il reprit :

-Volontiers Monsieur, mais ensuite on revient pour faire payer à ce chien.

Allan laissât partir l'individu et hurla les ordre dans son kit de transmission : Reculer, évacuer les civils puis revenir un peu s'amuser. La formation prit la direction de la fameuse ZA sans tourner le dos aux Marines. Les officiers fatiguaient de la Police laissèrent alors place aux vifs membres des Rebelles.

-Et surtout ! On tire pas sur l'Aigle Rouge !

A cet instant précis,, un bruit dévastateur rugit derrière les Officiers, un char d'assaut de type Scorpion, visiblement volé, vomit son lourd calibre sur les membres de l'armée. C'était officiel, les Gardiens de la Paix avaient hâte de revenir au feu !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Will Ost
Rebelles, Traître, Ancien ODST
avatar

Nombre de messages : 646
Localisation : [Tracking... Reach... Not Found]
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 18/10/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil Sniper SRS99C-S2 AM
Autre Compte :
Arme n°2 : Pistolet M6C //\ Couteau de Combat

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Jeu 1 Nov 2012 - 22:56

"Ici Clara Stasi, je suis coincée à l’est de la place ! Je suis légèrement blessée, j’ai besoin d’assistance !"

Je suis un officier vieille école. Mes hommes sont mes enfants, et même si je n'était que lieutenant, j'approchais l'âge d'un capitaine d'Empire, dont l'image me faisait rêvé sur les bancs de l'école militaire: exaltant la valeur et l'honneur de ses troupes, grondant à chaque déception, s'assurant de leur allégeance par l'exemple. Ce modèle expliquait en partie mon langage parfois désuet et une descente plus que travaillée. Ces messages là, j'en avais entendu d'innombrables, surtout chez de la part de Helljumpers.

Habituellement, dans ce corps, légèrement blessé signifiait que la cuite de la vieille du Drop sévissait pendant le saut à coup de marteau dans le crâne. Ici, chaque détail comptait, pour des rebelles, un sergent artilleur ODST de la qualité de Clara, ne fut ce que légèrement blessé, pouvait être tragique. J'avais besoin d'elle au même titre que ces civils avaient besoin qu'on les protégea de la furie des troupes de Miller. J'avais là l'occasion de revenir sur Terre en veillant davantage aux forces disponibles, et de les gronder.

"Sergent Stasi, dans cette nasse nous jouons avec le feu, pas avec la discipline. La sueur épargne le sang, mais pas l'inverse, je vous envoi quelqu'un ! Tachez de le saluer décemment, et de ne pas lui tirer dessus ! Portez vous bien ma chère, on se retrouve devant le bar du bureau de Mr. Miller ! Ost terminé."

Les gardiens de la paix commençaient leur manœuvre, millimétrée à l'entrainement, permettant de par la protection de leurs boucliers la retraite de plus d'un civil autrement piégés par les tirs des troupes aéroportées. Nous allions évacuer ces derniers par le boulevard défendu par le Scorpion, en appui feu mobile face aux portes du sièges du gouvernement. Soutenu par deux de mes sections, les forces de l'ordre progressaient vers le blindé, alors que je m'efforçais de fixer les hommes plantés par leur commandement devant le bâtiment.

"Section, à la grenade ! Chouffez les étages ! Progressez par duos de voltigeurs, maintenez la pression !"

Je n'avais plus qu'à prier pour que James Wellsey garde à l'esprit ce que nous avions vécu sous les ordres de Miller, et que la Police décide de laver l'affront, permettant aux sections manquantes de revenir lancer l'assaut....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Wellsey
Rebelles, Traître, Ancien Marines
avatar

Nombre de messages : 1537
Age : 23
Date d'inscription : 17/03/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil à pompe M45 TS
Autre Compte : Alar'Valam
Arme n°2 : Pistolet M6D+ Couteau de Combat

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Ven 2 Nov 2012 - 0:44

Deux réponses de marines ayant vendus leur cul au SRN se firent entendre et James n'en attendait pas loin d'eux, comme quoi c'était lui le rebelle et tout un tas d'argument digne d'un vendu . C'était bien triste de voir qu'un frère d'arme pouvait tomber si bas dans la naïveté et l'innocence. C'est pour cela qu'il ne prit même pas la peine de leurs répondre, c'était du temps perdu, un temps précieux qu'il ne voulait pas gâcher à parler à un mur . Il se contenta donc de jeter encore un coup d'oeil dans la rue en contre-bas . Malgré la fumée provoquée par les fumigènes, un chaos monstre régnait encore, c'est peut-être même encore pire qu'avant. Les marines parias n'hésitaient pas à tirer à l'aveugle pour essayer de tuer les civils, même s'ils risquaient d'atteindre leurs compagnons par la même occasion. Ils avaient perdus tout état d'âme et rien ne semblait pouvoir les arrêter dans leur état de folie désormais . S'il s'en sortait vivant, il ferait tout ce qui est en son pouvoir pour leurs faire mordre un par un la poussière . Il craignait de ne plus jamais avoir la même image du CSNU, l'image qu'il avait bâtie à travers son expérience, à travers le sang, la sueur et les larmes . Le véritable responsable était le SRN, c'était Miller, toujours et encore lui, il commençait à en avoir marre d'entendre son nom trempé dans les sales affaires .

Il eut une idée, ça allait surtout consister au pouvoir de décision et à la jugeote de certains hommes, mais cela pourrait renverser la situation en la faveur de ceux qui protégeaient les civils si tout se passait bien . Il reprit donc la radio et passa un appel sur une ligne hautement sécurisé vers... le HIGHCOM .

"- Ici le Sergent James Wellsey, Matricule..."

Une femme au ton froid et maussade l'interrompit brutalement :

" Sergent , vous n'avez pas l'accréditation nécessaire pour transmettre sur cette fréquence et ..."

"- J'en ai foutrement rien à foutre de pas avoir l'accréditation nécessaire ! Ceci est un appel prioritaire ! Le colonel Miller a perdu les esprits et n'a plus les dispositions nécessaires pour commander ! L'ordre de tirer sur les civils a été lancé et la plupart des marines ont obéis ! Les cadavres se comptent déjà par dizaines et seuls les rebelles et les policiers sont là pour les protéger ! Vu la situation, il est de mon devoir de leur fournir un soutien pour assurer la survie des civils ! Je demande des renforts sur ma position! Terminé !"

Il espérait vraiment que ses supérieurs interviendraient pour régler au plus vite la situation, mais il espérait surtout qu'ils prendraient la bonne décision . Alors qu'il réfléchissait rapidement à un plan tactique pour soutenir les policiers dans les rues, il fut arracher à ses pensées par une voie familière. Cette voix... Ce n'était en aucun cas un de ses hommes. C'était une voix sortie des fins fonds de sa mémoire, une voix qu'il n'avait pas oublié . C'était Will Ost . Son compagnon d'infortune sur l'installation forerunneur, mais qui avait depuis rejoint les rebelles pour devenir un traître et un parias pas la même occasion . Cela faisait plaisir d'entendre une voix familière dans une telle situation, enfin quelqu'un sur qui comptait dans tout ce merdier . Après avoir écouté attentivement ce qu'il avait à dire, il reprit la radio pour lui dire :

"- Tu peux compter sur moi vieux . Comme au bon vieux temps ..."

Il rendit la radio à son propriétaire et réfléchit de nouveau à un plan . Cela fut assez rapide, il fallait juste qu'il implique les nouveaux éléments apportés par Ost . Il expliqua donc son plan à ses hommes . Cinq soldats resteraient ici et se répartiraient aux fenêtres de l'étage qui donneraient dans la rue. Ils auront pour ordre de fournir un appui feu aux forces de police et aux rebelles . Ils piégeraient les escaliers et disposeront des détecteurs de mouvement dans les couloirs pour ne pas être pris par surprise par un invité . Pendant ce temps, il prendrait quatre hommes pour descendre dans la rue et aller jusqu'au scorpion . Une fois que tout le monde fut mis au courant, ils passèrent à l'action, ils savaient quoi faire . Il laissa donc son caporal avec quatre soldats sous son commandement , pendant que lui et quatre autres soldats prirent l'escalier pour se rendre au rez de chaussée . Au fur et à mesure qu'ils se dirigeaient de la sortie, ils commencèrent à mieux apercevoir la fumée et une odeur de chair brûlée pouvait être sentie. Une fois dehors, ils purent constatés l'étendue du carnage . Des dizaines de cadavres jonchaient le sol, des véhicules incendiés, la fumée, le bruit et l'éclat des coups de feu incessants . Non loin d'eux, ils purent voir un warthog qui appartenait au CSNU, ou plutôt qui avait appartenu . En effet, les occupants avaient été tués . Les cadavres et l'éclat de sang étaient là pour en témoigner .

"- Martinez, Jessica ! Prenez le contrôle du warthog, aider les civils à évacuer en les escortant à l'aide du warthog !"

Sans un mot, ils prirent place aux commandes après virer les corps des anciens propriétaires . Jessica prit le volant pendant que Martinez se chargeait de la tourelle . Ils n'attendirent pas plus longtemps et filèrent sur le boulevard pour assurer l'évacuation . Alors qu'ils étaient toujours en route vers le scorpion, ils virent quelqu'un adossait contre une voiture . Une jeune femme. Une question se posait alors. Alliée ou ennemie ? Il eut rapidement sa réponse quand il la vit tirer sur des marines . Cela ne lui plaisait pas qu'elle se batte contre ses anciens frères d'armes, mais il n'avait pas d'autres choix que de la soutenir pour le moment . Il alla donc à sa rencontre et elle semblait surprise quand il l'interloqua par surprise :

" On va vous aider ma petite dame .A moins que vous préférez rester là ?"

Il se doutait que c'était une question sans réponse . Il se contenta donc de se mettre à couvert contre le châssis du véhicule. Deux marines les canardaient et se diriger vers eux, quand les tirs cessèrent et qu'ils étaient probablement entrain de recharger leurs armes, il se releva brusquement, pressa la détente de son fusil à pompe, réinjecta une chevrotine dans la pompe de son arme et ré-appuya sur la gâchette . Les deux tirs firent mouche et les deux soldats furent propulsés en arrière. Ils n'auraient plus de problèmes de leurs parts . Il aida la jeune femme à se redresser en lui offrant son épaule pour ne pas trop qu'elle appuie sur sa jambe blessée. La fumée les aidèrent bien à progresser jusqu'au scorpion , mais ils durent cependant se mettre plusieurs fois à couvert . Une fois arrivé au tank, il aida la jeune femme à s'installer au poste de mitrailleur après lui avoir fait un bandage primaire sur sa blessure.

"- Faites leurs regretter le jour où ils ont quittés le jupon de leur mère !"

Après ce petit encouragement à destination de Clara, il regarda rapidement autour de lui , c'était l'enfer, les combats faisaient rages et jamais il n'aurait imaginé ça en se levant ce matin . Il donna quelques conseils à l'équipage du scorpion. C'était pour cela qu'il ouvrit la trappe qui menait au cockpit et cria bien fort pour que sa voix passe au dessus des coups de feu:

" - Artilleur ! Concentrez vos tirs sur les portes du bâtiment ! "

Puis sans attendre, il refermât la trappe pour assurer la protection de l'équipage . Il descendit du scorpion et se mit à couvert avec ses hommes derrière des débris en abattant les ennemis qui approchaient du scorpion .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilad Torren
Air Force, Capitaine
avatar

Nombre de messages : 324
Age : 23
Localisation : San Loma AifForce Base
Humeur : Ca va
Date d'inscription : 29/12/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : M-7S
Autre Compte : Ner'vod Gra'tua Kar'ta
Arme n°2 : M6C

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Ven 2 Nov 2012 - 1:18

Miller avait pour de bon péter un plomb, les pilotes des falcon ainsi que les ODST à bord se mirent à jurer. Non,non ils ne pouvaient pas tirer sur des civils innocents, alors que Gilad s’apprêtait à virer de bord pour quitté la zone le lieutenant Skirata emit une idées en observant le carnage.

- Capitaine, nous allons soutenir les rebelles ! Et les marines qui on refuser d’obéir à Miller ! Poser nous sur le toit vite !

Le pilote confirma et les trois appareil filèrent vers le toit de plus les ordres du lieutenant venait de se transférer sur son HUD, son escadron devait prendre position et défendre le bâtiment. Chose bête pour Miller cela allait se retourné contre lui. Gilad fit un premier passage et tua quatre ODST au canon de 20mm, puis des grenade furent tiré et les fumigènes envahir la zone de largage. Puis les falcon virèrent de bord et déposèrent la quinzaine de soldat de choc avant de s'éloigner.

Avoir fais ça s'était bien mais maintenant qui contacter, comment savoir qui était ami, ou ennemi. Tout en lâchant des salves pour tenir les marines et la BRC à carreaux le jeune capitaine réfléchie, Highcom... ils sont surement déjà au courant...au sol...oui bien sur au sol. Gilad activa son balayeur de fréquence et commença à parlé.

- Ici Falcon Rôdeur 1-1, à unité du CSNU ayez refuser l'ordre du Colonel, trois Falcon à disposition pour appuie feu..je répète...a toutes les unité se battant contre les forces pro Miller, trois Falcon disponible pour appuie feu.

Âpres cela et en attendant une réponse, il se mit à tenter de retrouvé cette règle du règlement UNSC sur les ordres allant à l'encontre du serment des membre de ce dernier. Enfin cela lui revint et Gilad activa le haut parleur sous son engin.

- Article 9, paragraphe 3 du code du CSNU, règle 97247-5475, Il exige désormais que les militaires refusant d’obéir à un ordre illégal en réfèrent aux trois plus hautes autorités militaires. Et de plus le donneur du dit ordres doit être mit aux arrêts par tous les moyens, ses complices aussi !

Les trois falcon se mirent à entonner ce message en boucle au dessus du carnage espérant ramenez leur camarade, ayant par simple allégeance obéi au ordres de leur supérieur devenue complétement fou. "Non, nous ne sommes pas passer dans l'autre camp, nous sommes juste rester fidel à notre serment" se dit Gilad.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://endwar-rpg.superforum.fr/index.htm
James P. Wallace
Navy, Amiral
avatar

Nombre de messages : 249
Date d'inscription : 13/03/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Pistolet M6D
Autre Compte :
Arme n°2 : Fusil à pompe M90

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Ven 2 Nov 2012 - 4:47

James se trouvait à bord de l'Achille actuellement en orbite avec le reste de la flotte. Il avait été temporairement réaffecté à la flotte de défense pour y entrainer de nouveaux capitaines, mais surtout pour être plus près du haut commandement. Son nouveau poste d'amiral le rendait perplexe. D'un côté, il était le patron mais de l'autre, il était désormais de ceux qui prenait des décisions qui touchaient des dizaines de millier de personnes. Et ses dernières actions avaient eu des résultats plutôt mitigés.

Néanmoins, il restait un commandant de vaisseau, et c'est précisément ce qu'il s’efforçait de faire en ce moment. Il lisait des rapports ennuyant et émettait des commentaires sur l'efficacité de son équipage. Wallace détestait les périodes de clame. Le manque d'action le rendait terriblement irritable. Plus qu'à l'habitude!

Soudain, l'enseigne Adams se retourna vers Wallace, le visage blême en le dévisageant. James fut rapidement irrité par ce comportement et lui cria:

- Vous avez un problème enseigne?
- Euh...nous recevons des rapports venant de Washington...
- Et alors, qu,est-ce que vous voulez que ça me foutre?
- Des émeutes auraient éclatés un peu partout et les forces de l'UNSC ouvrirait le feu sur des civils et des rebelles.

Wallace resta sans voix. Des marines seraient en train d'abattre des hommes, des femmes et des enfants qu'ils auraient juré de protéger? Impossible. C'était contre toutes les valeurs prônées par l'armée et qu'il chérissait par-dessus tout. L'enseigne transféra les documents sur l'affichage de l'amiral. James pu constater l'ensemble de la crise. Lorsqu'il vit le nom de Miller, il fit rapidement le lien. L'ordre d'abattre les rebelles sans égard pour les civils ne pouvaient émettre que de lui. L'enfant de salaud. Depuis son arrivée à la tête du SRN, James n'avait jamais pu l'encadrer. Il avait toujours souhaiter sa mort et maintenant, il savait pourquoi.

La situation était catastrophique. Les marines pro-SRN abattait des civils et des rebelles alors que d'autres soldats, désemparés, se rebellaient contre leur frère d'arme. Personne ne tentait de mettre fin à tout ce chaos. Si Wallace aurait été seul en ce moment, il aurait pleurer pour l'une des premières fois de sa vie. Malheureusement, il était amiral. Il n'avait pas ce luxe. Il regarda le lieutenant Murray, responsable des communications et lui dit:

- Lieutenant, je veux que vous me trouviez une liaison avec HIGHCOM sur le canal prioritaire. en fait, je veux parler avec l'amiral Hood. Si ce dernier cautionne la situation, j'ai besoin d'en être informé. Mettez moi aussi en liaison avec toutes force de l'UNSC qui ne soient pas en situation d'insurrection et en attente d'ordre.
- Amiral, des forces spéciales viennent d'être déployé sur le toit du siège du gouvernement. Leur statut n'est pas encore déterminé.
- Bien, ouvrez-moi une COM sécurisée vers leur chef d'escouade.


Le lieutenant s'exécuta et fit signe à l'amiral qu'il pouvait parler et que les hommes contactés allaient l'entendre.

- Ici l'amiral Wallace de l'UNSC Achille. Washington se trouve en état d'insurrection armée. J'ai décidé de prendre en charge les opérations militaires de la zone en attendant une réponse de HIGHCOM et de mettre le colonel John Miller aux arrêts ainsi que tous partisans rebelles. Je prend donc le commandement de votre escouade. Confirmez-vous la réception de mon ordre?

Wallace espérait sincèrement une réponse affirmative. Pour sauver le plus de gens possibles, il devait agir vite. Envoyer ses propres hommes prendraient du temps. Malgré tout, il fit signe à ses officiers de préparer tout son bataillon de marines à débarquer en force dans Washington si jamais il devait rétablir la sécurité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Miller
SRN, Ancien directeur recherché
avatar

Nombre de messages : 2273
Age : 24
Localisation : Terre; Siège du gouvernement.
Humeur : Nerveux.
Date d'inscription : 21/03/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : 2x Pistolet M6C
Autre Compte : Adam Jackson
Arme n°2 : Fusil de combat BR55

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Ven 2 Nov 2012 - 8:56

-Bordel de merde Miller, vous avez perdu la tête ?
-Non Amiral, mais j’aurais bien failli si j’avais été placé un peu plus à gauche sur cette estrade.
-Tirer sur des civils, abattre une rebelle en public ! Vous êtes complètement fou, je vous démets de vos fonctions ! Rappelez tous vos marines et ordonnez le cessez –le-feu !
-Je ne crois pas Amiral.


Miller adressa un sourire malsain à l’amiral Hood qui attendait la suite.

-De une, les rebelles ont placé une bombe dans votre précieux centre de recrutement ici, à Washington. J’ai envoyé une escouade la désamorcer. Ce serait bête de les rappeler.
-Si vous croyez que ça va ..
-De deux, je suis sûr que vous êtes assez intelligent pour avoir pensé à mettre tout cela sur le dos des rebelles une fois les affrontements finis. Cela ne fera qu’augmenter l’image du CSNU auprès de la populace. Le SRN s'en chargera, vous aurez les mains aussi propre que votre costume d’apparat.
-Hors de question ! Je ne ..
-Et de trois, il serait fâcheux pour vous et l’image du CSNU que je révèle la vraie identité du Grand Duc n’est-ce pas ? Que dirait la presse s’ils apprenaient que cet homme a le même sang que vous ? Que diraient vos officiers ? L’armée ?
-…
-Oui Amiral, vous avez compris. Personne ne donne d’ordre au SRN. Nous savons tout. Je connais même le nom du premier porno que vous avez téléchargé illégalement. Jusqu’ici, j’ai toujours été plutôt loyal envers vous et le CSNU, non ? Et voilà que vous voulez me planter dans le dos ?
-Ce que vous avez fait ne …
-Silence ! Ai-je essayé de vous démettre de vos fonctions quand vous avez fait vos essais d’arme biologique sur Covenants ? Quand vous avez envoyé Jericho VII à la mort en refusant d’aller y apporter de l’aide ?
-ILS ÉTAIENT CONDAMNÉS !
-ON AURAIT TRÈS BIEN PU ÉVACUER QUELQUES CIVILS ET MILITAIRES ! Au prix de quelques vaisseaux. Vous voyez ? Je vous ai toujours soutenu dans vos décisions. Le vrai monstre de l’histoire ce n’est pas moi, c’est vous. Laissez-moi gérer la crise de Washington, et l’image du CSNU n’en sera que meilleure.
-Miller, j’espère que vous prendrez une balle très bientôt.
-Bonne journée à vous aussi Amiral.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord T. Hood
Navy, Amiral
avatar

Nombre de messages : 9
Humeur : Sérieuse.
Date d'inscription : 26/02/2010

Feuille de personnage
Arme n°1 : Discipline
Autre Compte :
Arme n°2 : Fusil d'assaut MA5B

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Ven 2 Nov 2012 - 9:10

J'activais le HIGHCOM après ma discussion avec Miller.

-Amiral Wallace, je sais pourquoi vous appelez. Je ne suis malheureusement pas en position de faire quoique ce soit. Ce Miller est une vraie ordure, et sa position au SRN lui a permis d’acquérir un pouvoir énorme. Amiral, je vous promets que ces civils seront vengés, et nous appuierons tous les deux sur le bouton qui tuera cet enfant de salauds. En attendant, je vous demande de ne pas vous mêler de ce qui se passe en bas. Vous aurez votre rôle à jouer très bientôt, et Miller paiera le prix fort pour ce qu'il a fait, vous avez ma parole.

Je ne m'attendais toutefois pas à une réponse joyeuse de sa part. Mais il fallait absolument qu'il garde ses forces pour ce qui allait suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allan Soyana
Vigilant, ancien policier
avatar

Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 30/07/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : M6C
Autre Compte : Van 'Rashakee
Arme n°2 : Bouclier anti-émeute

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Ven 2 Nov 2012 - 11:32

Il courait en tout sens, traquant le moindre civil, le moindre blessé laissé pour compte. Brassant l'air avec son M6C, il exhortait à ses hommes tel et tel mouvement de contournement et de couverture afin d’évacuer le plus efficacement possible avec le moins de pertes. Soudain, une idée lui vint. Mon dieu qu'elle idée ! Voilà qui était du pur génie ! Si ils devaient mourir ici, autant que le SNR ne puisse jamais rien cacher de tout cela. Allan prit sa COM et recherchât la fréquence du QG de la Police le plus proche : « 112.03 ». Après une légère attente Allan fut mit en relation avec un standard prioritaire, c'était la COM de Rachel après tout. Une voix féminine visiblement débordée répondit alors à l'appel du jeune chef :

-Lieutenant Rachel nous v …

-Ici l'officier Soyana Allan, Rachel est mort, je reprend le commandement ici !

-Mais qu'est ce qui se passe bon sang ?!

-Justement, prévenez l’équipe technique et informatique et trianguler ma position et d'utiliser à distance ma caméra frontale !


-Mais pourquoi faire ?


-Vous allez ensuite utiliser le canal de télévision prioritaire et en plus du message d'alerte général, vous allez relier les images sur le plus de postes de télévisons dans le monde !

-Monsieur Soyana vous n’êtes pas autorisé à ce genre de …

Soudain, et Allan ne l'entendit que comme une voix lointaine. Un lourd son roque et sévère donnât son accord à la jeune réceptionniste pour transmettre les ordres. « Vous venez d'avoir un sacré appui Lieutenant. » Lieutenant ?! Pas sûr que ce fut le meilleur moment du monde pour une promotion mais cela au moins lui permettre quelques passe-droits dans cette situation de crise. Mais alors, qui avez donné ces ordres ? Pourquoi ? C'était évident … Tout les chefs de Police devaient se connaître entre eux, un petit cadeau de la NAPD donc … Un petit rire vint éclairer le visage d'Allan mais la bataille était loin d'être fini.

-Alors pour cette caméra ? Hurla Allan dans sa COM à cause d'une explosion trop proche.

-Il nous faut votre clef de décryptage !

Allan se plaquât près du tank et se mit à réfléchir … bon sang qu'est ce que c'était ce foutu code ? Puis, près de lui passât un Marine portant une rebelle. L'image laissât un peu bouche bée et tirât Allan de sa réflexion.

-Eh ! Vous là ! Faites attacher un tissu rouge au bras de vos gars ! Faudrait pas que l'on se massacre entre nous !

Puis il reprit à haute voix dans son oreillette pour tout les Policiers présent sur le champs de bataille : «  On tire pas non plus sur les brassards rouges ! ». Il supposait que l'on avait entendu son appel, de toute manière, le souffle des gars devait être coupé par le feu de l'action. Soudain, une petite lumière verte s’allumât sur le casque d'Allan, leur bande de données devait avoir était fouillé de fond en combles.



La vision du jeune policier fixait le bâtiment en piteuse état et les tirs qui en provenaient. Ils résumât brièvement la situation à haute voix enfin que le monde puisse comprendre à quel point Miller était devenu cinglé. Ce qu'il venait de faire aurait sûrement l'effet d'une bombe avec une portée sur dimensionnée.

Après quelques minutes de cadrage approximatif, Allan exhortât une évacuation aérienne près de la zone. Un point sûr avait était trouvé et les civils étaient presque tous évacués ou mort. Allan prit son souffle est accouru ensuite près de la silhouette de tout à l'heure. Ne connaissant pas son nom, il lui mit la main sur l'épaule, l'individu se retournât et c'est avec la tête baissée qu'il expliquât la suite des événements au Rebelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Providence
Destinée
avatar

Nombre de messages : 103
Date d'inscription : 20/06/2012

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Ven 2 Nov 2012 - 17:20

Alors qu'Allan Soyana et James Wellsey, effarés par la folie du colonel, tentaient tant bien que mal de sauver un maximum de civil, pendant que Carl Sorince se remettait difficilement du fait qu'on l'ait trouver "mignon" et tandis que l'escouade Red se dirigeait au pas de course vers l'emplacement de la bombe rebelle, les marines chargés de la défense, encore à l’extérieur, épaulés par les membres de la BRC, prit d'assaut de toute part, se réfugièrent à l'intérieur du siège du gouvernement.
Se barricadant comme ils le pouvaient, les défenseurs s'éloignèrent vite des fenêtres en constatant que les insurgés, assistés par leurs anciens camarades, encerclaient le bâtiment.

Les loyalistes allaient devoir tenir, ce rendre était inutile, le massacre qu'ils avaient commis ayant passablement énervés leurs ennemis.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carl Sorince
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 636
Age : 22
Localisation : Planqué derrière mes hommes.
Humeur : Oh...Ohoh...Vous voulez vraiment savoir ce qui se passe dans ma tête?
Date d'inscription : 20/01/2011

Feuille de personnage
Arme n°1 : M45 TS
Autre Compte : Dar'Lauc
Arme n°2 : pistolet M6D SOCOM

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Ven 2 Nov 2012 - 20:36

Carl ouvrit les yeux puis les referma...La luminosité était élevée, et a en juger la chaleur, il devait ce trouver près d'un feu...Putain de journée, le cris des blessé lui arrachait les tympans...Et puis...Qu'est ce que c'était que ces grand "BOOM" qu'il entendait? Affichant une mine renfrognée, Carl ce força a rouvrir ses paupières, encaissant la douleur lié a la trop forte luminosité en grognant, le sergent ce redressa, balayant la zone ou il ce trouvait du regard...Des traces de luttes, partout. Le bruit d'une énorme explosion manqua de le faire tomber a terre de douleur, foutu mal de crâne...
Qu'est ce qui c'était passer? Carl se rappelait être tombé, pas de façon naturelle, quelqu'un l'avait "aider"...Une femme, brune...Encore? Au moins il était vivant, c'était le principal...Elle c'était contentée de l'assommé après avoir parler d'un certains "Jamaïca is alive", surement un bar. Quelle erreur flagrante, donné sa localisation a un type comme lui...Et le laissé vivre.

Pourquoi l'avait-elle laissé vivre? Etait-ce le fait de tué un homme qui lui faisait peur? Avait-elle eu pitié? Carl manqua de vomir en imaginant cela, stupide, cette femme était stupide...Le marines ne ressentait nulle reconnaissance, juste de la colère, la colère d'avoir été mis a terre, d'avoir été provoquer...Et assommer...Est-ce que toutes les rebelles agissaient ainsi, blessant plus l'orgueil que le corps? Le sergent secoua la tête, il était en vie, alors pourquoi ce plaindre après tout? Sa vengeance viendrait, tôt ou tard.

La radio s'alluma, quelqu'un lui transmettait un ordre, quelques choses de peu intéressant et de dangereux...Comme d'habitude...En rapport avec un énorme panneau publicitaire.

Ramassant son arme tout en ce relevant, le sergent jura en manquant de glisser dans un tas de reste humain, surement un gosse a en juger la petitesse du tas...Ou alors une tourelle de warthog avait découpé un homme adulte? Bref, ce qui importait c'était le fait que les autres devaient l'attendre, autant ce dépécher...Il risqua un coup d'œil près de la place principal :Un tank rebelle s'y trouvait, celui-ci était actuellement entrain de tirer sur la porte du siège du gouvernement, quelques insurgés se tenaient autour du monstre de métal, ce qui supprimait l'idée de s'en approcher discrètement...Autant le contourner...Carl remarqua avec dégout que des ODST étaient présent. Il espérait juste que les sauteurs de l'enfer se retournent contre le SRN, signant ainsi leurs propres arrêts de morts...Quelques falcons se trimballaient aussi dans la zone, tirant sur tout ce qui bougeait...Et beaucoup de chose bougeaient.

Une explosion un peu trop proche le fit reculé, c'était un véritable no man's land cette foutue place ! Le bâtiment ou ce trouvait Collins et Hordika était pile en face, ce qui le contraignait a traverser la zone dans toute sa largeur.

"-Quelle chiotte..."

Carl ce lança, courant jusqu'a une carcasse de warthog sans faire attention au combat ridicule qui ce passait a quelques mètres sur sa gauche, un rebelle a moitié grillé frappant de façon hasardeuse un odst dépourvus de casque...Le sergent retint son souffle lorsqu'il plongea dans un écran de fumée, bénéficiant ainsi d'une nouvelle couverture malgré le problème de vue qui allait avec...Une fois sorti de l'amas brumeux, il vit une balle traçante lui passée au ras des côtes, ne ce tournant pas pour savoir où était le tireur, Carl se contenta d'accélérer la cadence tout en constatant que les derniers mètres entre son objectif et lui étaient totalement a découvert, le tank et ses passagers pouvant désormais le voir clairement...Le sergent espéra simplement que ceux-là avaient autre chose a faire que de tirer sur un mec isolé...Et à en juger le fait que ses deux jambes étaient toujours là a mi-chemin, c'était le cas.

Il enfonça la porte du bâtiment, monta quelques marches, puis ce posa sur l'une d'elles en activant sa radio :

"-Kelrod, je suis au point de rendez-vous...Hordika, descend jusqu'au premier étage et laisse Collins si il n'est pas déjà parti...On va attendre le boss."

_________________
"Je me présente, Carl Sorince, sarcastique, cynique, cruel et schyzophrène...Passons maintenant à mes points négatifs..."-Carl Sorince, auteur du roman "moi, mon reflet, mes photos et encore moi."

"Il est normal qu'un sale gosse comme moi soit devenu celui que je suis désormais...C'est à dire un tueur mieux placé et mieux payé que les types biens."-Carl Sorince à propos de lui-même.

"Mes gars...Mes exécuteurs...Sont pas des héros. Non, pas des héros...Et moi non plus d'ailleurs. Nous sommes bien mieux. Nous sommes des tueurs de héros."-Carl Sorince à propos des sanglots.
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin' O'Connor
Mort au Combat
avatar

Nombre de messages : 82
Localisation : Assiégé dans un garage sur Coral.
Humeur : De toute façon c'était trois milles MORT ou vif.
Date d'inscription : 15/09/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : SMG-7S
Autre Compte :
Arme n°2 : Pistolet M6C

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Ven 2 Nov 2012 - 20:55

Dehors, le combat faisait rage ; Erwin et son groupe, sous le feu ennemi commençaient à manquer crucialement de munitions :

« Contrôle ici Red, la situation se complique de plus en plus, ouvrez cette putain de porte ! Merde ! » Hurla Erwin dans sa crosscom.

« Escouade Red tenez bon, ouverture de la porte dans deux minutes, terminé. »

« Ils veulent notre peau quoi ! C'est sur ça leur fera perdre moins de blés tu parles ! » Lâcha Mike qui affichait clairement son énervement.

Les balles sifflaient, la terre tremblait sous les impacts des tirs du char scorpion, et l'odeur de la poudre mêlée à la lacrymogène emplissaient l'air. Les contractors avaient épuisé leur stock de munitions et se battaient à présent à l'arme de poing, mis à part Mike le tireur d'élite dont il restait un chargeur, et qui couché derrière une colonne, continuait à faire résonner le canon de son lourd fusil de précision.

Alors que les combattant du CSNU perdaient espoir, voyant l'ennemi le plus proche qui n'était à présent plus qu'à une vingtaine de mètre d'eux ; ils reçurent l'appel qu'ils attendaient depuis maintenant trop longtemps :

« Escouade Red préparez vous, ouverture des portes dans dix..neuf..huit.. »

Sans demander leur reste les mercenaires prirent leurs jambes à leurs coup et détalèrent en direction de l'entrée qui commençait déjà à s'ouvrir.

Dans sa foulée Erwin lança un bref salut aux marines qui avaient un autre objectif à traiter ; pour les survivants de la BRC , c'était certain que ces gars étaient foutu.
Les hommes passèrent l'entrée où de chaque côté des marines effectuaient des tirs de couvertures :

« Enfin ! » soupira un contractor essoufflé.

Mais les hommes n'eurent pas une seconde de repos que déjà des soldats dont la tenue noir indiquait clairement leur affiliation les prirent en charge :

« Suivez nous en vitesse, vous êtes rattachés à la protection rapprochée du Colonel ; votre réputation est sans précédent, votre unité est responsable de la mort d'un nombre incalculable d'innocents, la seul chance pour vous de vous en sortir sans histoires et de nous écouter attentivement, vous serez récompensé. A présent ne perdons pas de temps, vous avez tout juste le temps de faire le plein de munition avant de rejoindre sept autre de vos camarades dans la loge du Colonel."

Pas vraiment rassuré d'apprendre qu'ils étaient probablement les plus haïs de leurs ennemis, les mercenaires bien qu'à bout de force durent faire un effort énorme pour grimper les longues marches de l'escalier principal du siège du gouvernement. Ils étaient en somme assez satisfait de leur nouvelle affectation qui serait probablement moins musclée que la précédente.

Sur les talons des hommes du SRN, les mercenaires firent bientôt halte devant ce qui semblait être une armurerie aménagée :

« Vous avez tout juste cinq minutes pour vous équiper, ne prenez que le strict nécessaire. » Déclara l'agent des renseignements.

« Et qu'est ce que je vais foutre avec ce truc dans une pièce totalement close ? » S'exclama Mike en désignant son long fusil de précision.

« Laisse le là et prend une autre arme, j'vais quand même pas devoir t'expliquer tout ce que tu dois faire ?? » Rétorqua Erwin en remplissant ses chargeurs.

Les contractor en profitèrent pour se débarrasser de leurs tenues cérémonielles maintenant remplacées par un pantalon close quarter kakis parsemé de renforts en kevlar; le tout surmonté d'un gilet tactique noir qui masquait leur lourd renfort en Kevlar; ils en profitèrent également pour remplacer leurs chaussures d'apparat par des bottes renforcées: en fin de compte il ne préservèrent que leurs lunettes de soleil à vision améliorée.

Lorsque les hommes eurent fini de faire le plein, ils suivirent à nouveau les agents qui les emmenèrent dans un long couloir parsemé de sas qui s'ouvraient les uns après les autres, menant à une pièce ultra-sécurisée. Le premier homme se détacha du groupe et posa sa main sur un scanner digital, permettant à la porte de s'ouvrir. A l'intérieur de la pièce le Colonel Miller se tenait derrière une lourde vitre blindée, occupé à communiquer ses ordres ; l'homme était gardé par quelque agents du SRN, reconnaissable à leur combinaison noire ; à cela venait s'ajouter sept contractor de BlackRock Compagny, commandés par un certain « Mocle », flanqués aux quatre coins de la grande pièce :

« Vous êtes maintenant sous ordres direct du lieutenant Mocle ; tenez vous à carreau, faites votre job, et la récompense sera doublée. » Déclara l'homme du SRN qui s'en alla rejoindre Miller.

Les hommes de la BRC ne demandèrent pas leur reste chacun se mit bientôt à son poste attribué par Mocle qui commandait la garde prétorienne du colonel.

Maintenant coupé du monde extérieur, les hommes ne percevait aucun sons de l’extérieur où le combat avait atteint une animosité difficilement égalable ; et les vibrations provoquées par les tirs du blindé ennemi ne se ressentait que très légèrement. Mais bientôt les nouveaux arrivant furent extrait de leurs observations lorsque Mocle prit soudainement la parole :

« MESSIEURS NOUS SOMMES LA DERNIÈRE VAGUE DE FEU; LE DERNIER REMPART DU COLONEL MILLER" Hurla l'homme avant de reprendre plus haut: "AUJOURD'HUI NOUS ALLONS MONTRER AU MONDE CE QU'EST LA VÉRITABLE JUSTICE, ET LE CHÂTIMENT RÉSERVÉ AUX TRAITRES ! LA RÉBELLION S'IMAGINE POUVOIR NOUS ATTEINDRE, MAIS NOUS SOMMES INVINCIBLES ! NOUS ! NE TOMBERONS ! JAMAIS !!"

Dans un « Hurrah ! » commun, les prétoriens affichèrent une détermination extrême, ce bref discours leur avaient remonté le moral à son maximum ; ils étaient invincible, plus rien ne pourrait les arrêter.


Dernière édition par Erwin' O'Connor le Lun 5 Nov 2012 - 8:41, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Hordika
ODST, Sergent
avatar

Nombre de messages : 250
Localisation : Probablement dans l'espace ...
Humeur : d'humeur a sauter depuis l'espace.
Date d'inscription : 10/06/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Mitraillette SMG 7S
Autre Compte : Rell 'Ikiha
Arme n°2 : Pistolet M6C

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Ven 2 Nov 2012 - 22:27

Le toit était dans un état lamentable. Entre le crash du pélican sur un bâtiment adjacent, plusieurs obus venant du scorpion qui avaient littéralement arraché un des murs du rez de chaussez et les tirs qui avaient réduit depuis longtemps la corniche en miettes, Ed et jeff n'avaient plus énormément d'appuis ou de couverts surs. Mais ils continuaient a tirer, ciblant de plus en plus les cibles rebelles pour délaisser les civils. Du moins, c'était le cas pour Ed, il ne savais pas pour jeff ... Il était grand, il pouvais bien se débrouiller seul pour choisir ses cibles. Le nuage de fumée lacrymogène qui couvrait une partie de la place rendait les tirs compliqués, mais pas totalement impossibles dans la majorité des cas, c'est a dire quand les gens n'étaient pas totalement invisible. Par contre, savoir si c'était des marines, des policiers, des rebelles ou autres ... Au moins, de ce coté là la manœuvre avait été plus qu'efficace.
Edward se contentait donc de tirer sur les personnes portant un brassards rouge, les policiers qui tabassaient des marines ( et ils étaient nombreux tout de même ... Du grand n'importe quoi. ) et parfois sur la presse. Logiquement, si on voulait que personne n'ai a payer dans tout ça ( et nul doute que Miller s'arrangerait pour que personne ne paye ... Ou du moins pas ceux sous ses ordres ) il valait mieux que le moins de personnes possible soit au courant ... Et la presse avait une fâcheuse tendance a relater un peu tout ce qui se passait, parfois en modifiant un peu les donnés ... Une balle partie du chargeur de Ed et se logea pile dans le dos d'une journaliste qui lui rappelait désagréablement a l'esprit la question "Est-ce que vôtre père buvait?" qu'on lui avait lancé dans la cohue au procès ... Ya pas de petite vengeance.

Mis a part ça, l'ex ODST n'avais pas trop a se plaindre ... L'arrivé des spartan et ODST qui s'était faite dans les alentours avait évité qu'il ai trop de boulot pour certaines cibles au sol ... Lui même n'était pas a découvert ... Pas trop de problèmes pour les gaz qui ne montaient en règle générale pas jusqu'à eux... Si il devais bien reconnaitre une qualité a son perchoir, c'était son calme relatif et la sécurité tout aussi relative qu'il offrait. Il n'avait somme toute qu'a attendre que les autres membres de son escouade arrivent afin qu'il puisse se rendre au prochain objectif et tirer sur les rebelles a disposition ( et un flic de crâmé vif, un! ) en veillant toute fois a ne pas totalement vider son chargeur ... La dernière caisse de chargeurs commençait a s'épuiser a son tour, mais la cadence de tir du jeune homme s'était considérablement ralentit, ce n'était pas trop un problème pour l'instant. En fait ... Du moment qu'un longsword ne tombait pas dessus bien sur, tout allait pour le mieux ... C'était chiant. Un ODST se fait larguer au milieu du combat, avec sa mitraillette en main, et combat les troupes ennemis en les prenant a revers, ou bien dans des positions impossibles a atteindre rapidement par des moyens conventionnels ... donc au cœur de l'action, du danger. Là, il se contentait de faire du tir au pigeon ... Et encore. Des pigeons qui charriaient une odeur de brûlé de plus en plus insoutenable. Finalement, le com du première classe grésilla pour lui donner l'ordre qu'il attendait enfin ( et pas un autre de ces discours moralisateurs a deux balles ou au contraire de la propagande pro SRN. Il avait choisit ... Bon, peut être pas totalement choisit mais il assumait en tout cas de suivre les ordres, et n'était pas du genre a faire machine arrière si facilement ).

"-Kelrod, je suis au point de rendez-vous...Hordika, descend jusqu'au premier étage et laisse Collins si il n'est pas déjà parti...On va attendre le boss."
Reçu 5 sur 5 sergent, je suis en bas dans deux minutes avec les munitions qui restent pour vôtre fusil a pompe ...

Le première classe jeta un regard a jeff. Bref instant de silence entre deux hommes qui avaient compris qu'ils n'avaient rien a se dire. Respect. Edward se contenta alors de saisir les chargeurs de sniper et de les laisser a coté du marines a qui ils pouvaient servir, avant de prendre le reste de la caisse sous le bras et de descendre les escaliers 4 a 4. Au second étage cependant, il rencontra un policier dans l'escalier. L'espace d'un instant, la question "ennemis ou pas" se posa dans l'esprit du première classe qui fixa l'intru en face de lui sans savoir que faire. Puis le flic tenta de lever le canon de son arme. La botte droite d'Edward fut plus rapide, et le saisit au menton pour le faire décoller avant de dégringoler dans les marches. L'Ex-ODST continua sa descente toujours aussi rapidement, et sauta par dessus le corps, dont la nuque formait un angle fort étrange ... Il se posta au premier étage avec un sourire et posa la caisse au sol, attendant son sergent, tapant deux coups de pieds sur le sol pour signaler qu'il était en place.


_________________



"On m'a dit un jour que j'étais con. A celui qui un jour m'a dit cela. A tous ceux qui me l'ont dit par la suite. Et à tous ceux qui l'ont pensé.
Je. M'en. Fous.
Merci."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max Kelrod
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 145
Age : 25
Humeur : ...
Date d'inscription : 18/04/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : DMR
Autre Compte :
Arme n°2 : M6C Socom

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Sam 3 Nov 2012 - 14:29

-J'en peux plus, je peux pas continuer comme ça ! Je suis pas devenu marines pour tuer des pauvres types sans défense !

Le visage du soldat se décomposa lorsque le sergent leva son DMR en direction de sa tête. Le bougre était à présent en train de bégayait, essayant vainement de ramener le sergent Kelrod à la raison. Seul problème, ce dernier avait tout sa tête. Max pressa la détente, le bruit du tire fût étouffé par le silencieux et la balle transperça le front plein de sueur du marines. Du sang gicla sur le mur juste derrière lui.
Max se tourna ensuite vers le reste des hommes présent : Gareb et un certain Portman. Les deux autres marines avait eux des ''problèmes'' depuis qu'ils avait quitté le bar. Le premier fût abattu par une patrouille de rebelle et le deuxième avait reçu un ordre direct mais ne l'avait pas exécuté.

-Toi ! Va finir son boulot, si tu compte pas le faire, je te déconseille revenir, je me suis bien fait comprendre ?!
-Oui sergent, à vos ordres sergent !

Portman tourna les talons et s'éloigna de leur position en passa par un magasin qui donné sur la rue. L'ordre qu'avait donné Max était, pour lui très simple à exécuter. Alors qu'ils se dirigeaient vers le point de rendez vous. Une patrouille de 3 rebelles, plus 2 flics, descendirent l'un des marines. Bien qu'étant en supériorité numérique, l'escouade de Max élimina une grande partie du groupe ennemie, cependant l'un des deux policiers, à présent seul, prit la fuite. Kelrod, soucieux des traître mais aussi du faites qu'il avait à présent autre chose à faire, ordonna à l'un des ses hommes de le poursuivre et de l'éliminé. Mais lorsque le marines revint, il annonça au sergent que le flic l'avait mené à une sorte de planque et que des civils se trouvaient à l'intérieur.

-On peut pas les laisser comme ça
-Effectivement, repartez là-bas et éliminez les, tous !
-Mais il y a des femmes et des enfants...
-Écoutez, le mal est déjà fait, à présent se sont tous des rebelles ou ils vont bientôt le devenir, se sont nos ennemies. Alors bougez vous, c'est un ordre !
-Je refuse !

La suite fût composé de morceaux de cervelle éparpillé sur le mur. Max repensait à ce moment où il avait, une fois de plus, écourté la vie d'un camarade, non d'un rebelle. Il secoua la tête et aperçu enfin le bâtiment du duo Hordika/Collins. Max et Gareb passèrent par une nouvelle ruelle et entrèrent dans la bâtiment. Ils montèrent avec précaution les marches de l'escalier, Max utilisa sa radio pour éviter un tir fratricide et il prit place sur un chaise en piteuse état.

-Désolé du retard, j'ai du réduire le nombre de traître, il se gratta la nuque et reprit, Bon tout le monde à reçu son petit message ? Parfait, on va pouvoir bouger, Escouade Blue en avant.

Ils descendirent tous au rez-de-chaussée, Max en tête de file. À quelques mètres de la sortie, Portman apparu. Il se figea, tout ces canons pointer sur sa personne devait lui donner des maux d'estomac.

-C'est fait ?
-Je... je ne serai pas revenue si ce n'était pas le cas...
-Bon, Max baissa son arme, ramenez vous, on a du boulot.

Il n'avait aucune preuve de ce qu'il avançait, alors Max allait le surveiller, de près.

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allan Soyana
Vigilant, ancien policier
avatar

Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 30/07/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : M6C
Autre Compte : Van 'Rashakee
Arme n°2 : Bouclier anti-émeute

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Dim 4 Nov 2012 - 10:23

Le groupe courrait dans les rues en tentant de réunir les civils sous son étendard. Les blessés et les brûlés étaient transportés jusque dans la cour intérieure d'un sympathisant. Ici, plus de Marines ni de vendus. Juste des rescapés et des innocents en quête d'abris. Soudain, l'oreillette d'Allan se mit à vibrer, plus tôt il avait demandait une évacuation aérienne pour les civils du siège du gouvernement. Une voix agitait se mit à brailler dans son oreille :

-Officier Allan, vos transports sont en route, c'est l'enfer partout !

-Partout ?

-Les images du massacre font le tour des colonies, la Police à prit d'assaut des bâtiments de commandement avec la population dans toute la villel.

Un léger sourire s’esquissât sur le visage du Policier. On y était, ce monstre allait payer une fois pour toutes et il n'allait sûrement pas s'en sortir cette fois. La voix se remit à crier dans son oreille une seconde fois.

-On va vous envoyer un peu de renforts, tout les policiers rapatrie les civils au QG de la Police, on va les cacher dans les souterrains et on fortifie le complexe, on les attend ces chiens du SNR et de la BRC.


-Bien … Très bien mais vous entendez quoi par « renforts » ?


-Un petit groupe d'une trentaine, de la réserve et des volontaires des quartiers sous contrôle. Y'avait aussi des officiers d'ici vous savez.

Le groupe d'Allan avait pu un peu décompresser, l'atmosphère était plus calme même si cela ressemblé encore à l'apocalypse. Des groupes de flics et d'anti-émeutiers avaient convergé vers la position d'Allan qui tentait tant bien que mal de ramener tous les civils sur un même point d'évacuation. L'eau et quelques petit trucs à grignoter que leur avait cédait la sympathisant virent combler l'estomac des forces de l'ordre.

L'ordre avait était donné d’épauler les rebelles car tous les groupes de policiers à travers la ville voir à travers le monde avait remarqué la tendance à aider les civils de la part de ces gens mystérieux qu'ils avaient alors combattu. Les armes récupérés furent partageaient et les munitions donnaient selon la positon : Les anti-émeutes avaient les M6C et les boucliers et le reste qui devait les couvrir en deuxième ligne allait user des armes à feu.

Puis, dans le « calme » vint se glisser un son lointain en leur direction. Un Pélican se dessinât bientôt dans le ciel. Ils était blanc et noir et un arborait à la peinture rouge sang un message pour les traîtres : « Payback Motherfuckers ! »
La vision de cela conduisit à une légère hilarité générale. Le transport se posa et vomit une nuée noire de policiers en tenue et armé jusqu'aux dents. Des grenades fumigènes et lacrymogènes vinrent replacer celles utilisées lors de l'assaut. Un officier plus nettement plus gradé qu'Allan s’approchât de lui avec fermeté. Il était charpenté et sur son pare-balle le nom de ORSON était imprimait en grosses lettres blanches. Pendant que les groupes encerclaient progressivement Allan, le grand policier prit la parole :

-Alors … C'est quoi le plan ?

Un sourire aux lèvres, le grand homme fit presque par ces simples mots, rater un battement à Soyana. Il Prit une longue inspiration, réunit ses esprits et mit en place son plan :
-Bon, ce bâtiment c'est une vraie citadelle, les Rebelles sont à l'entrée et tiennent en respect les défenseurs. Par contre, accéder au bâtiment c'est autre chose, des ODST ont étaient balançaient sur le toit et avec des snipers couvrent toutes approches extérieures. Notre seule chance c'est un assaut double.

-C'est à dire ? S’interrogeât un des policiers.

-On va devoir foncer dans le tas et allumer le toit comme des porcs, le plus gros tir de couverture que l'on puisse produire. Dans le même temps il faut que certains d'entre nous montent d'ores et déjà dans les bâtiments adjacent et bombardent l'endroit avec des fumigènes. La visibilité est plus très bonne mais avec ça on sera presque invisible.

-Équipe Bravo de la 401ème, on s'en occupe des maintenant, prévenez nous quand vous serez arrivé.

-Très bien mais discrétion absolue, vous balanceraient les fumis que quand je vous en donnerai l'ordre, ok ?

-Bien reçu !

Sur ce le conseil de guerre fut levait. Un « Oura ! » retentit depuis le cercle de policiers dont la volonté était de fer. Ils allaient causer une sacrée pagaille. Mais avant de partir, Allan avertit ses troupes qu'ils pouvaient partir maintenant compte tenu des chances de survie très faibles. A cela, c'est le capitaine Colron qui répondit pour tout le monde : « J’entends pas ce que vous dites Monsieur, ma volonté et mon serment obstruent mes oreilles. »

Les cohortes prirent alors le chemin du Siège du gouvernement prenant soin de rester à couvert et hors de portée des troupes sur le toit. Puis, l’équipe Bravo pénétrât dans les fameux bâtiments adjacents en rampant. Elle était la clef de voûte du plan d'Allan. De grosses gouttes de sueur coulaient sur les joues et le front du jeune policier, à y repenser c'était de la folie ! Mais bon, au point où il en était, il n'y avait pas vraiment moyen de faire demi-tour.

[Musique : Bloody Mary Mix- Trocadero]

Les pieds des policiers écrasaient le verre des vitrines parties en fumés. Un silence incroyable se fit entre les membres de la Police, ce n'était presque plus le sens du devoir mais tout bêtement de l'excitation contenue. Les lourds boucliers pesaient sur les bras des forces anti-émeutes et les gilets pare-balles sanglés fermement les torses. L'ambiance était étrange presque heureuse. C'était le monde à l'envers, une charge de policiers émeutiers. Mon dieu mais on est où là ? Qu'est ce qui est arrivé à ce monde ?

Puis soudain c'est le moment, les esprits s'affinent, la volonté s'affermit et Allan donne le signal. Soudain, c'est un déluge de grenades fumigènes qui s’abat sur la place, les policiers de la Bravo lancent les grenades à couvert en visant le moins du monde mais la quantité compense la précision. Tout à coup c'est le foutoir complet ! Le temps semble allait au ralenti et le son se figer. On était plus sur Terre, ni nul part ailleurs. Dans une autre dimension. C'est ainsi que le sourire aux lèvres et la rage au cœur que le noble corps de la Police fit son entrée en scène …

Traversant la place à toutes blindes, sautant au-dessus des carcasses et des corps, trébuchant puis se relevant, l'énergie accumulée par la charge fut dantesque. On n'y voyait pas à plus de trois mètres devant soit et les tirs fusaient dans le ciel en direction du toit sans réelle précision. Beaucoup tombèrent pendant cette course infernale mais le résultat fut au rendez-vous. La Police produisit une immense brèche dans la ligne des Marines et ne pouvant entrer par la seule entrée principale, le flux massif se séparât et prit le bâtiment d'assaut par toutes les portes de service et fenêtres des lieux. Peu de morts mais surtout un effet de chaos total. Les Forces loyalistes furent poussaient au corps à corps et la situation prit une tournure complètement folle lorsque les cris de joies et les rires emplirent le Siège du Gouvernement.

This is it my friend … Freedom ...


Dernière édition par Allan Soyana le Mar 6 Nov 2012 - 12:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin' O'Connor
Mort au Combat
avatar

Nombre de messages : 82
Localisation : Assiégé dans un garage sur Coral.
Humeur : De toute façon c'était trois milles MORT ou vif.
Date d'inscription : 15/09/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : SMG-7S
Autre Compte :
Arme n°2 : Pistolet M6C

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Dim 4 Nov 2012 - 11:54

La tension montait au sein de la salle ; cela faisait seulement un quart d’heure que Erwin et son groupe avaient rejoint le bunker du Colonel Miller, d’où sous les ordres d’un certains « Mocle » ils étaient à présent occupés à organiser la défense; quand soudain une légère vibration suivit d’un message radio universel suscita l’attention de tout les occupants de la pièce :
« Ici Red-2 ! La rébellion vient de pénétrer dans le bâtiment ! Je répète la.. Krrrrr ».

« Verrouillez les sas ! Activez les systèmes d’auto-défenses, tout le monde à son poste !! Hurla Mocle

L’agitation avait gagnée toute la pièce ; à présent chacun était occupé à regagner sa position ; les hommes du SRN encadrèrent Miller qui jurait derrière une épaisse vitre blindée, pendant que d’autre étaient occupés à se retrancher au sein de la salle, enfin, les hommes de BlackRock Compagny se dispatchèrent tout au long de l’interminable couloir d’acier; par groupe de deux il assureraient la première ligne de défense. L'adversaire allait avoir du fil à retordre, cela personne n'en doutait.

Le couloir ressemblait un long tunnel d’une quarantaine de mètre, entièrement constitué de métal, dont l'entrée était tenu par un lourd sas, à cela s'en suivait une vingtaine de mètres avant un second derrière lequel vingt mètres supplémentaire conduisaient à la sortir fermée par un troisième sas; et entre lesquels les mercenaires établissaient deux embuscades. Un premier groupe de cinq contractors se mit en position derrière le premier sas, pendant qu’un second groupe du même effectif dont Erwin et Mike s'embusquèrent derrière le second pour former le dernier rempart avant la position du Colonel Miller, elle même fermement défendu par les sbires du SRN.

Au sein des deux poches de résistances qui assuraient les deux première ligne de défense tout au long du couloir, les mercenaires de BlackRock Compagny disposaient pour chacun des deux groupes d'une surface de sept mètre de long pour cinq de larges, d'où ils s'embusquèrent comme ils le purent en aménageant l'avant poste grâce à divers matériaux qu'il amenèrent depuis le surplus du Bunker, dont un boyau y donnait accès entre le deuxième et le troisième sas qu'occupait le deuxième groupe , et d'où en plus d'un important stock de munitions il y avait assez de rations de survie pour tenir plusieurs semaines.
Ainsi les contractors y émergèrent des sacs de sable et divers renforts en kevlar qu'ils installèrent sur leurs positions, et parmi lesquels ils se retranchèrent.

« Avant qu’il fasse pêter un truc pareil on a l’temps ! » Déclara Erwin en réajustant ses lunettes de soleil à vision améliorée.

« N’empêche que j’suis pas vraiment rassuré, si j’ai bien compris les gars d’en dessous sous tout simplement entrain de se faire massacrer par un ennemi en surnombre qui n’arrête pas de pénétrer dans la structure. » Affirma Mike qui affichait clairement son inquiétude.

« Pense à la récompense Miky, vois les choses du bon côté, on est dans une putain de forteresse avec surement assez de vivres pour tenir le temps que d’autre viennent nous chercher ; regardes simplement ce couloir, t’as déjà vu un truc aussi défendu ? » Rétorqua Erwin qui était confiant.

Mais voyant l’homme qui ne semblait pas convaincu, son ami lui donna une tape sur le dos en lui disant :

« Ça va aller mon vieux. »


Pourtant la situation semblait tout autre, en effet les forces séparatistes s’étaient emparées du toit du bâtiment, avant de pénétrer par toute les entrées et fenêtres du réez de chaussés.

Des simples civils armés aux soldats mutins des Troupes de Choc Aéroportés Orbitale en passant par les marines traîtres mêlés aux forces antiémeutes ; c’était une véritable horde acharnée qui avait investit le siège du gouvernement, parcourant chaque escaliers du building et s’engageant dans toute ses pièces d’où par divers groupes d'effectifs hétérogènes ils nettoyèrent tout sur leurs passages.

Mis à part Miller dont la garde prétorienne étaient uniquement constituée d’agents du SRN mêlés aux mercenaires de la BRC, le reste des troupes loyalistes qui défendaient le bâtiment étaient essentiellement constituées de Marines, et de quelques ODST; et qui malgré quelques poches de résistances particulièrement tenaces, tombaient les uns après les autres sous les balles d’un ennemi déterminé.

Même si l’essentiel se jouait en faveur des soldats de l’insurrection, la partie était loin d’être gagnée pour les rebelles qui lorsqu’ils auraient trouvé l’entrée secrète du Bunker du Colonel, ils allaient devoir affronter les membres de la BRC, fermement embusqués tout au long du couloir blindé.


Dernière édition par Erwin' O'Connor le Ven 9 Nov 2012 - 20:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryan Hicks
Banni
avatar

Nombre de messages : 219
Localisation : Affronte les Fantômes de son passé - [Inconnue]
Humeur : Froid, Calme, Patriotique
Date d'inscription : 18/06/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : ➢ M6D-Socom
Autre Compte : Amy
Arme n°2 : ➢ ➢ SRS99C-S2-AM (Custom)

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Lun 5 Nov 2012 - 4:11

Je me trouvais actuellement dans un pélican de combat mobilisé pour protéger l'espace aérien de toute menace rebelle nous venions de décoller de la base aérienne d'Andrews se trouvant à environ 15 Kilomètres de Washington c'était ma première mission depuis que j'avais été radié du corps de ODST. Il y avait un duo de sniper avec moi dans le pélican l'un d'eu était en train de le nettoyer de remplir ses chargeurs tendis que l'autre s'était endormi surement des bleus...

Eh ,mais je vous connais vous, je vous ai vus à la télé, c'est vous qui avez fait perdre la bataille de Barren

Franchement c'était désolant que même des gosse pour qui vous auriez donné votre vie vous reconnaissent non comme étant un héros ou un vétéran, mais comme étant un incapable ayant causé la chute de Barren, je regardai donc l'ODST dans le blanc des yeux tout en ajoutant d'un ton froid et neutre, mais intense

-" Petit, tu ne sais pas ce qui c'est passé ,mais je vais te donner un conseil comme tu as l'air d'avoir encore deux ans, si un homme sous tes ordres tente de désobéir met le en joue."

L'ODST ne répondit point à celas sûrement choquer que je lui réponde aussi froidement de mettre en joue un allier. Ils devaient à peine avoir 18 ans c'était presque triste de voir des gamins aller se battre alors qu'ils n'y connaissaient rien, autre de ce qu'ils apprenaient dans les jeux vidéos. Nous devions retourner à la base afin de faire le plein de carburant, mais le pélican vira violemment de tribord ce qui fit tomber les ODST

" C'est quoi cette merde !? "

-"Changement de programme je vous dépose sur le toit du siège du gouvernement, Plusieurs émeutes ont éclaté dans Washington j'ai ordre de vous déposer sur le toit du siège du gouvernement au plus vite."

-" Tu parles d'une remise en selle "

-"Temps de transit vers le siège du gouvernement 2 minutes"

Je pris mon bardas et le rempli avec un maximum de grenades, fragmentation fumigène et aveuglante je refermais mon sac et m'accrocha à mon siège, soudain une secousse violente fit trembler tout l'appareil.

-"Nous sommes touché, réacteur 2 en feu, nous perdons de l'altitude... Super 6-4 va s'écraser, Super 6-4 va s'écraser."

Dans l'instant suivant le pélican s'écrasa violemment contre un immeuble, j'étais sonné, j'avais du mal à entendre, je n'arrivais pas à me relever, je rampais jusqu'à l'extérieur de l'épave afin de demander de l'aide. L'un des ODST qui était avec moi était encore vivant, il avait une tige métallique qui lui traversait la jambe il était impossible de le déplacé sans personnel qualifié, deux hommes armés arrivèrent sur le lieu du crash en courant.

Je commençais enfin à regagner ma lucidité et ma vue. Les deux hommes vidèrent leurs chargeurs respectif sur l'ODST agonisant en même temps que je reconnue l'emblème sur les tenues des deux hommes c'était l'aigle rouge, l'aigle ensanglanté, le symbole de la Rebellions, l'un des deux hommes parti en courant vers le nord là ou se trouvait le siège de gouvernement, l'autre homme resta près du site du crash s'alluma une cigarette et pris sa radio.

Je ramassais la mitraillette de l'ODST et vida le chargeur entier sur l'homme, à tel point qu'il serait impossible de l'identifier, je pris ses munitions et sa radio c'est ensuite que je suis retourné dans l'épave afin de ramasser la plaque de l'ODST ainsi que son fusil de sniper, je pris également les chargeurs qu'il avait dans son sac et les rangea dans le mien. La radio du pélican continué à cracher les ordres envoyer par l'UNSC, je réglais ma radio sur la fréquence du QG.

-"Super 6-4, répondez Super 6-4"

-"Ici le Caporal Ryan Hicks du corps expéditionnaire des marines de l'UNSC "

-"Quelle est la situation Super 6-4"

-"La situation... c'est simple... ils sont morts.... ILS SONT TOUS MORTS !"

-"Calmez vous caporal, vous êtes encore vivant, attention caporal d'après les informations que nous recevons certains marines et policiers se sont rebellés. Nous envoyons des renforts, mais vous devez comprendre que ce qui ce passe à Washington n'est pas un cas isolé les renforts mettrons du temps à arriver mais vous ne devez pas compter sur eux Terminé"

Bon ok... la c'était vraiment la merde... pas de soutiens... pas d'appui aérien et des rebelles dans tous les coins. Bon il me reste quand même pas mal de matos et de munitions, mais le QG ne m'avait pas transmis mon nouvel objectif, donc il fallait que je rejoigne l'escouade la plus proche ,mais si des Marines ont changé de camp c'est vraiment la merde.

Je pris ma radio pour essayer de joindre quelqu'un encore loyale à l'UNSC il y avait de la neige sur presque toutes les fréquences soudains je me suis rappelé de la fréquence de Hordika en espérant qu'elle n'est pas changée depuis Barren, il fallait prier pour que personne d'autre ne soit sur la fréquence.

-"Ed ? Tu me reçois ? Mon pélican viens de se faire abattre, c'est un merdier sans nom, j'ai pas mal de matos sur moi. Quelle est ta position ?."

Je suis ensuite rentré dans le bâtiment en passant par le trou que le pélican avait causé en se crashant, je monta au deuxième étage afin d'avoir une vue sur le siège du gouvernement et ces alentours. il me restait pas mal de matos :
Une petite dizaine de chargeurs de M 7, six chargeurs de fusil de précision, du rouleau adhésif, de la ficelle, trois grenades flash, cinq grenades à fragmentation et deux grenades fumigène c'était mieux que rien.

j'avais le choix entre prendre une radio longue portée ou un sac de packtage le choix à été évident, au pire il restait un peu d'équipement dans le pélican, il suffirait d'y retourner pour faire le plein de munitions mais comme j'étais seul autant attendre sagement la cavalerie, ou que quelqu'un me fasse signe par radio.


" Putain même en étant marine je n'ai pas le droit à un atterrissage en douceur"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meerel
ODST, Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 141
Age : 29
Localisation : Kill In Action
Date d'inscription : 28/06/2010

Feuille de personnage
Arme n°1 : DMR
Autre Compte :
Arme n°2 : Mitralliette M7-S

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Lun 5 Nov 2012 - 13:26

Le falcon fais un premier passage...puis vire de bord et reviens, c'est à nous de joué quand l'engin passe à environ un mètre cinquante du sol, je met mon DMR en bandoulière et saute sur un des ODST loyal à Miller. Nos armures s'entre choc violemment... il tente de se défendre mais mon arrivé par le haut me permet de vite prendre l'avantage, j'arrive à lui retiré son casque et le miens viens fracasser son nez, le soldat hurle de douleur, enfin ce dernier étant déstabiliser j'en profite pour l’assommer. Je me relève saisie ma M7 qui est charger avec des munitions incapacitantes me retourne et tir une rafale sur un marine, l'homme s’effondre à terre. Voyant un nid de mitrailleuse au centre du toit je m'y précipite, neutralisant trois autres soldat au passage, me mettant derrière les sacs de sable j'en profite pour recharger. Cela fais je sort de ma couverture deux marines tiennes une barricades devant l’accès à l’intérieur du bâtiment. Je lance une grenade flash, le bruit neutralise quelques précieuses secondes les homes qui sont vite neutraliser par mes gars.

- C'était les derniers chef, dit le sergent Thomas.

Le fais signe à mon équipe de se regrouper autour de moi, je retire mon casque pour qu'ils vois tous mon visage et je commence à réfléchir à mes mots en les regardant dans les yeux, nous sommes tous si jeunes... Et pourtant tous, nous sommes considéré comme des vétéran, tous nous avons connu l'enfer des combat contre les covenants. Et par le folie d'un homme, d'un fou même ! Et aujourd'hui Marines, Orbital Drop Shock Troopers et policier s'entre tuaient alors que tous avait fais le serment de défendre humanité.

Je stop mes mouvements, me racle la gorge et prend la parole sur un ton fort sans pour autant engueuler mes gars.

- Messieurs, aujourd'hui par la faute d'un homme complétement malade, nous autres soldats du CSNU et forces de l'ordre en sommes arrivé à un point ou nous nous entretuons tous, Et je vous parie ma solde que ce salopard rigole dans son trou, alors on vas vite l'en sortir et le faire passé devant le tribunal, si certains ne veulent pas prendre le risque d’être poursuivie pour insubordination qu'ils reste sur le toit.

Personne ne bougea, ils étaient tous prêt à en découdre.

- Tres bien, alors on se divise en trois groupe, le sergent-chef, Kroling, prend la tête de l'équipe argent, le sergent Thomas, lui part avec l'équipe Or, moi je prend la tête de l'équipe rubis. N'oubliez pas ces hommes ont fais le serment de défendre l’humanité comme vous et ont suivit les ordres. Alors neutralisation mais surtout ne les tué pas, mais pour ces chien de la BRC pas de quartiers !

- OUAH ! crièrent les ODST au moment ou le reste des marines et des rebelles soutenue par la police lancèrent leur attaque par le bas.

Un des soldat défonça la porte, puis un grenade flash fusa dans la cage d'escalier et le groupe commença sa descente dans le bâtiment.

Restant un peu en arrière je contacta mes "alliés".

-Ici, le lieutenant Skirata, 212 d'ODST, commando de quinze hommes en approche par l'escalier du toit du bâtiment, répondons au nom de OR 1 à 5, argent 1 à 5 et Rubis 1 à 5. Identifié sur les VNA comme tel. Signe particulier des armures des bandes bleu sur les pièces de torse. Terminée !


Puis je m'engouffra dans le bâtiment M7 en avant avec pour mission de botté les fesse à Miller et déjà lies tirs se faisaient entendre en contre bas. Quand soudain un léger clic se fit entendre quand je franchis une porte au 5eme niveau avec mon groupe...Par réflexe toute la patrouille recula mais trop tard, la charge explosa et la boule de feu enflamma la cage d'escaliers...emportant avec elle les ames de toutes la section Rubis...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.desert-operations.com/?recruiter=12a4f
John Freeman
Rebelles, Traître, Ancien Marines des Forces Spéciales
avatar

Nombre de messages : 958
Age : 36
Localisation : Là où les combats sont !
Humeur : Tendus
Date d'inscription : 18/11/2008

Feuille de personnage
Arme n°1 : MA5B
Autre Compte : Rex - 98
Arme n°2 : M 90 (/ couteau)

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mar 6 Nov 2012 - 13:55

Comment ressentir de la haine envers un homme qui la cherché, comment se sentir faible face à un massacre auquel certain en on prit gout. Bien des personnes diront que le monde est fait ainsi, le massacre de population pour maté une révolution est certes une preuve d'ingéniosité, du moins quand le coups porté est plus douloureux que celui de l'autre. Il y a aussi les retours de flammes, vous savez, ces retours involontaire, ces réactions auquel il ne vaux mieux pas connaitre l'existence.
Une grande chaleur ressentit, une secousse incroyable, mais surtout la boule au ventre qui nous dit que l'on risque sa peau juste pour être dans l'action. De tout les VEBH visible, il progressait pratiquement sur la même ligne que celui d'un des sergent qu'il avait rencontré il y a quelques semaines. Alors que le VEBH d'en face était beaucoup plus bas, celui-ci se vit remonté aussitôt. Laissant alors le ciel bleu se transformé en tas de plaque et de brique. Le VEB s’arrêta net, la cellule tenta de s'ouvrir mais fut aussitôt coincé par des morceaux de béton...ou de plafonds, bref des gravas.
John regarda une ouverture, il passerait difficilement, mais il passerait. Le soldat se faufila difficilement, se débattant pour passer le torse, puis passa les jambes. Il jeta rapidement un oeil autours de lui. Il ni avait que des meubles foutu par son arrivé et... Au misère, des cadavres !



"Or à Major ? Répondez Major"
"Major à Or, On se retrouve sur le toit, ne tirez pas sauf en réponse !"

le Major s'approcha doucement de ce qui restait des hommes à terre, profitant pour regarder où il se trouvait. Il récupéra les plaquette de chacun des morts et les plaça dans une de ces poches. Il leva aussitôt sa M7 et se prépara à partir à l'assaut. Il s’engouffra alors dans un couloir, aussitôt la pensée suivante lui vint à l'esprit. Comment reconnait on quelqu'un qui à prit partit pour les civils et pour Miller. Alors qu'il traversa le couloir aussi silencieusement que possible, des tirs d'armes se firent entendre. Sans pour autant être choqué, il se rapprocha de la pièce où des tirs s’échappait. Il ouvrit la porte automatique, et fut accueilli par des tirs. Des voix se firent alors entendre, John n'hésita pas une seconde.

Déclinez vos identités.

Un silence survint, puis quelqu'un répondit qu'il c'était rebellé contre le Colonel Miller, John expliqua alors qu'il allait se montrer, étant sur le point de se montrer quand quelque chose lui arriva à ces oreilles, le déclic d'une arme ? Oui, MA5 Pour être Précis. Le Major alluma la grenade et la lança dans la pièce ou un hurlement se fit entendre, un corps passa la porte avec un jet de flamme... Un jet de flamme ? Freeman regarda aussitôt l'intérieur de la pièce, une conduite de gaz avait pété. Il chercha alors parmi les décombres enflammés le cadavres des hommes présent dans la pièce et ramassa leurs "dog tags". Une fois cela fais, le major continua sa route. Jusqu’à arrivé dans des escaliers, bien évidement où une fusilla débuta lui contre des marines ou des rebelles. Il n'en savait pas plus et son boulot était simple... Savoir qui était qui et surtout retrouvé Miller. John tira quelque rafales du M7, écrasant alors quelques munitions contre murs. Lorsqu'une grenade fut lancé dans sa direction. Bien entendu, il fallu moins d'une seconde au Major pour comprendre quel objet retombait face à lui, et une demi seconde de plus pour frapper du pied dedans tout en priant n'importe quel dieu de sa survit. La grenade explosa alors quelque mètre plus loin. Propulsant le major en arrière dans une déferlante. Le contacte avec le sol eu comme réflexe de lui faire faire un tonneau sur le coté.
John attendit quelques seconde derrière une table renversé, une douleur surgit.
Le militaire regarda alors son bras en silence, le treillis était percé et un shrapnel était semble t-il sous la peau. Le major oublia aussitôt l'objet qu'il enlèverait une fois débarrassé de l'ennemi. Un homme s’avança, John ne chercha pas à savoir qui était qui et tira une salve de munition à tête explosive. Il attrapa sa dernière grenade, l'alluma et attendit le bon moment, il la lança tout en entendant le hurlement des militaires. Rectification, des Rebelles à première vue. Freeman commença aussitôt à monter les marches. Les minutes passèrent et il remarqua alors une section de TCAO au torse bleu qui tenta de reculer. Une explosion incroyable les calcina tout en les soufflant contre les murs derrières eux, l'onde de choc failli faire tomber l'enfant d'Orion qui garda comme il put l'équilibre avant d'avancer. Bien entendu, d'autre hommes avancèrent, des marines qui hésitèrent un moment avant de lui demandé de quel coté il était.
John, les yeux caché, regarda le corps d'un des ODST, puis répondit par une autre question.


Sergent, de quel coté êtes vous ? L'homme hésita encore un instant, il était prêt à reposer sa question avec insistance. Sergent ! Je vous ai donné un ordre ! Vous devez obéir ou serez nommé comme traître du CSNU. Vous serez alors jugé par le CSNU et devant le CSNU. Mon casque est comme le votre Soldat, une caméra, mais à l'inverse de vous, moi c'est du directe !
Nous...Nous somme du coté du CSNU Monsieur !
Combien de civil avez vous abattus aujourd'hui ? Combien en avez vous abattus vous et vos hommes ?
Une dizaine Monsieur ! Justement, on tentait d'échapper au autres !

John ne répondit rien sur le coups, devait-il les croire ? Bien évidement, l'histoire de la vidéo en directe était fausse. Tout comme leurs histoires à eux ! John regarda les militaires, le premier geste d'un de ces assassins et il tirerait sans sommation. Une chance pour lui, tous abaissèrent leurs armes. Les marines ne purent dire quoique se soit, aussitôt coupé par le Major.

Sortez de l'immeuble !
Monsieur, sauf votre respect...
Sergent, ce n'est pas une demande !

John les regarda descendre les marches, lorsqu'il fut sure qu'il soit descendu assez loin de lui, le militaire ramassa les plaques des TCAO, en soupirant de tristesse. Il n'avait connu que certain de ces hommes. Lorsqu'il ramassa la plaque de l'un d'entre eux, le militaire la lut rapidement... Meerel.
Freeman plaça alors un tissus bleu sur son bras, puis monta les marches jusqu'au toit ou une équipe de TCAO l'attendait avec joie. John avança parmi eux, se rapprocha du toit sans crainte, il ordonna aussitôt au Lieutenant Samuel de rassembler les unités dominantes de la "rébellion".


Ici Or à toute les unités du CSNU ayant juré de protégé les civils et les colonies. Je veux que les officiers dit "rebelle" et ayant prit partit du peuple se rassemble vers un bâtiment protégé ! Je répète, agent de police et CSNU. Rassemblez vous dans le bâtiment le plus sur !

On y va !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Akilydes
Service de Renseignement de la Navy, Spectre
avatar

Nombre de messages : 101
Localisation : Inconnue
Date d'inscription : 27/04/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : XBR55 Battle Rifle
Autre Compte :
Arme n°2 : M6D-SOCOM

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mar 6 Nov 2012 - 14:57

La haine.... Le sang... Les cris... Les larmes... La douleur... Voila les cinq sens qui étaient présents dans Washington...


Alexandre rouvrit lentement les yeux, sa cagoule le gênait, l'empêchant de respirer à son aise. Un gout de sang emplissait sa bouche, et, il pleuvait ?
Sa cagoule était trempée, à cause de la pluie peut-être, non, sa verste ne l'était pas alors pourquoi ? Sa vision se troubla à nouveau, des larmes salées continuant à couler sur le néoprène couvrant son visage.

Lyanna...

Une forte douleur le frappa à la poitrine, la peine était elle aussi forte que ça ? Ah non... C'était un gravas qui était tombé sur son gilet tactique... Alexandre se releva péniblement, chassant tout les morceaux de béton autour de lui.

Tout était trouble, tout semblait fou et irréaliste. La foule s'était faite littéralement carbonisée depuis que Miller avait... Avait abattu Lyanna... Et maintenant c'était une véritable guerre civile qui avait lieu dans les rues de Washington, les marines protégeant autant que faire se peut le bâtiment où se terrait cette ordure...
Alexandre cogna sur le sol, tout en hurlant dans son transmetteur... Un cri féroce, dirigé contre Miller, espérant que celui-ci entendrait le message.

<< MILLER, FILS DE PUTE ! JE VAIS TE TRAQUER TU M'ENTENDS ? TE TROUVER ET TE FAIRE PAYER AU CENTUPLE CE QUE TU AS FAIT ! >>

Des militaires se retournèrent vers Alexandre, mais celui-ci ouvrit le feu avant même qu'ils n'aient le temps d'ouvrir le feu, peut-être étaient-ils alliés ? Mais qui l'étaient au fait ? Les rebelles lui avaient mentis, lui disant que Lyanna était morte, le trahissant et l'empêchant de la retrouver, et le CSNU... Était pourri jusqu'à la moelle, la preuve en était qu'ils abattaient autant de civils qu'ils le pouvaient, tirant avec leurs balles incendiaires...

Alex commença à sprinter en direction de la scène où se trouvait autrefois Miller. Lorsque celui-ci ouvrit le feu sur Lyanna, Alexandre avait ouvert le feu par instinct, bien que ce ne fut-ce trop tard pour sa fiancée. Il avait ensuite reçu un violent choc derrière la tête, sans doute un rebelle l'ayant prit pour un défenseur de Miller ou autre... La colère le rongeait alors qu'il courrait, ouvrant le feu sur tout ce qui était sur sa route, policier, militaire, rebelle, chacun avait le droit à un tir. Une balle frôla son bras droit, mais cette douleur n'était rien par rapport à ce qu'il ressentait. Une fois arrivé sur la place, comme un berseker cherchant le sang, Alexandre ouvrit une nouvelle fois le feu sur un groupe qui se battait non loin, des marines qui... Abattaient une famille innocente.

Ses pas l'emmenèrent ensuite au niveau du corps de Lyanna, et alors que ses genoux touchaient le sol, ses mains passèrent le long des flaques de sang qui étaient autrefois au niveau du corps de sa bien aimée. Le corps était manquant, quelqu'un avait dut l'emporter pour l'enterrer dignement, ou alors on avait calciné son cadavre pour faire disparaître la martyre de washington... L'esprit d'Alexandre se vida alors petit à petit, un froid intense envahissant son corps. Le calme revenait en lui, et ne seule chose l'habitait, la vengeance, à l'encontre du CSNU, et de Miller...Alexandre leva les yeux, la scène était apocalyptique. Les hommes s'entre-tuaient de façon atroce, n'épargnant personne. Le chaos avait trouvé refuge dans ce lieu autrefois haut en couleur et réputation.

Alexandre se releva doucement, personne ne semblait se soucier de lui. La main d'Alexandre attrapa son M6C et le plaqua contre sa tempe, son doigt se dirigeait doucement vers la queue de détente... Une femme passa devant lui en courant, portant son enfant, alors qu'une balle perdue les faucha en pleine course et mit le feu aux deux corps maintenant réduits en cendre...

Non.

Il existait encore un but à son existence, ce but ? Abattre Miller, et surtout, détruire la folie qui détenait les hommes en ce lieu...

Alexandre rengaina son arme, reprît sa SMG, et se tourna en direction de l'ancien bâtiment du gouvernement. Il activa sa liaison COM, en direction des policiers qui se battaient contre les marines, ainsi qu'en direction des rebelles utilisant une oreillette trouvée sur un cadavre.

<< Ici Alexandre Akilydes. Fiancé de Lyanna, la jeune femme abattue par John Miller, l'ordure qui dirige les armées de l'humanité. Je n'ai qu'un but, l'abattre. Policiers, rebelles, civils, tous ceux qui peuvent m'entendre et qui souhaitent se battre. Je me battrais à vos côtés, plus encore, je dirigerais un assaut continu jusqu'à la mort de cette pourriture, à travers le temps, à travers la galaxie je le traquerais, jusqu'à sa mort, ou la mienne... Ceux qui partagent mes idées, ceux qui souhaitent protéger les hommes de cette folie, ceux qui détiennent les germes de la république et de la démocratie. Ceux qui ont tout perdu en ce jour, ceux qui veulent vengeance et réclament justice. Ces champions de la justice, je souhaite me battre avec eux. le sang sera vengé par le sang, et nous ferons payer pour les crimes commis par ces enfants de salauds ! Je suis actuellement sur les ruines de la scène où l’exécution a eu lieu. Si vous souhaitez vous battre avec moi, rejoignez moi ou faites moi signe, que nous coordonnions l'assaut. Je vous retrouverais dans le bâtiment au sud,sud-est, appelé "Le mirabelle". Je suis armé, en tenue de police, je vous attends... >>

Alexandre ramassa un brassard rebelle et le passa autour de son bras. Il se dirigea ensuite vers le fameux bâtiment et entra à l'intérieur, dégageant le petit hangar qui se trouvait à l'intérieur. Il attendit ensuite, les bruits de combats étant légèrement étouffés à l’extérieur. Au bout de quelques minutes, trois de ses anciens hommes rebelles entrèrent et le saluèrent, se plaçant à ses côtés sans dire mot. Parmi eux, se trouvaient Zip.

Des bruits de pas se firent entendre en dehors du bâtiment, peut-être étaient-ce des alliés, ou bien peut-être le sang allait il couler dans "Le Mirabelle"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   

Revenir en haut Aller en bas
 
Conversion : Partie 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Conversion : Partie 1
» simple bilan partie a 1000 points contre un nain
» Schema camouflage petit buisson pour futur conversion
» Kuraq Saurus - Speedy - Conversion et Peinture
» scenario et déroulement des partie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Halo Fight :: Espace contrôlé par le CSNU. :: 
La Terre
 :: Ville de Washington.
-
Sauter vers: