Forum Rpg sur l'univers d'Halo
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Conversion : Partie 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Edward Hordika
ODST, Sergent
avatar

Nombre de messages : 250
Localisation : Probablement dans l'espace ...
Humeur : d'humeur a sauter depuis l'espace.
Date d'inscription : 10/06/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Mitraillette SMG 7S
Autre Compte : Rell 'Ikiha
Arme n°2 : Pistolet M6C

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mer 7 Nov 2012 - 1:10

Parfait, on va pouvoir bouger, Escouade Blue en avant.

Edward esquiva une balle perdu en baissant la tête ( quoique ... Il avait vu le rebelle se tourner vers lui et s'était baissé d'instinct a ce moment là, esquiver une balle peut être pas tout de même ) et se tourna vers le sergent. Ce dernier descendait les escalier avec le reste de marines ... Edward le suivrait dès qu'il aurais trouvé le petit malin qui voulais puis perforer le cerveau.

-"Ed ? Tu me reçois ? Mon pélican viens de se faire abattre, c'est un merdier sans nom, j'ai pas mal de matos sur moi. Quelle est ta position ?."
Je te reçoit 5 sur 5 ryan, et je te voit de ma fenêtre là.

Edward tenta de jeter un coup d'oeil par dessus le rebords, et aperçu brièvement la silhouette solitaire de ryan dans la facade éventré de l'immeuble, avant de devoir se coucher sous un tir qui fit sauter des gravats et de petits jets de poussière par dessus sa tête. Le première classe se redressa, visa la voiture derrière laquelle s'était planqué le rebelle qui le canardait depuis quelques minutes, et arrosa sans le moindre remord le véhicule, vidant la moitié d'un chargeur sur le capot. Avant de constater avec satisfaction que certaines pièces avaient pris feu ... Le réservoir a essence ne tarderais pas a suivre.

Caporal, si vous voyez le bâtiment juste a coté de l'endroit où vous vous êtes crashé ... ça serait pas mal de nous filer un coup de main ... On a besoin de décrocher cet écran, et pour ça il faut s'assurer que l'immeuble est bel et bien vide ... du moins assez pour qu'on puisse y entrer. On aurais besoin de grenades aussi, ou d'un lance roquette ... n'importe quoi qui puisse faire suffisamment d'explosions pour faire sauter toutes les attaches murales. On est toute une escouade ici, mais je t'impose pas de faire un aller retour de là où tu es a là où nous somment ... c'est déjà suffisamment le bordel sur la place.

Et entre les cadavres présents un peu partout, les nuages de fumée lacrymogènes qui refusaient d'achever de se disperser, les policiers, marines et ODST qui continuaient de se battre, sans compter les BRC ou encore les rebelles camouflés en civils, c'était un sacré boxons. Le première classe tira dans la tête d'un jeune homme qui venait de quitter son abris, et soupira en se disant qu'il aurais pu être a sa place ... Et que même a la place qu'il occupait actuellement, il risquait a tout instant de se prendre une balle ... Mais il devais apprendre a faire avec. Les armures de marines ne protégeaient pas grand chose, mais bon ... c'était déjà mieux que rien.

Veillant a ce que l'entrée du bâtiment soit bien claire de toute présence ennemie, Edward se releva, veillant a rester a couvert, et se dirigea vers les escaliers pour les descendre avec sa caisse de munitions sous le bras, avant de la poser a terre et de recharger. Dans l'entré, un soldat blafard déglutissait face a une escouade entière de marines qui le tenait en joue. la confiance régnait chez les marines visiblement ... L'escouade abaissa ses armes, et Edward se rapprocha enfin du groupe, en silence. Dehors, une voiture explosa, et le choc fit trembler le sol. Le première classe baissa les yeux et se contenta d'un sourire.

_________________



"On m'a dit un jour que j'étais con. A celui qui un jour m'a dit cela. A tous ceux qui me l'ont dit par la suite. Et à tous ceux qui l'ont pensé.
Je. M'en. Fous.
Merci."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryan Hicks
Banni
avatar

Nombre de messages : 219
Localisation : Affronte les Fantômes de son passé - [Inconnue]
Humeur : Froid, Calme, Patriotique
Date d'inscription : 18/06/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : ➢ M6D-Socom
Autre Compte : Amy
Arme n°2 : ➢ ➢ SRS99C-S2-AM (Custom)

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mer 7 Nov 2012 - 6:06

J'étais là, contre le rebord de ce bâtiment prêt à tuer tous ceux qui passeraient par la faille causée par le crash du pélican, la pluie ruisselait sur la taule encore fumante de celui-ci. Il n'y avai n'y allier n'y ennemis dans ce secteur un vrai " no-man's land "

Je te reçoit 5 sur 5 ryan, et je te vois de ma fenêtre là.

Finalement c'était pas totalement une journée de merde, j'aurais pu tomber sur un rouge ou tout simplement ne pas avoir de réponse... c'était quand même bien d'entendre une voix familière dans tout ce merdier. Je n'en voulais pas à Hordika, pour le moment j'étais trop occupé à essayer de ne pas me prendre une balle d'un tireur embusqué.

Caporal, si vous voyez le bâtiment juste a côté de l'endroit où vous vous êtes crashé ... ça serait pas mal de nous filer un coup de main ... On a besoin de décrocher cet écran, et pour ça il faut s'assurer que l'immeuble est bel et bien vide ... du moins assez pour qu'on puisse y entrer. On aurais besoin de grenades aussi, ou d'un lance roquette ... n'importe quoi qui puisse faire suffisamment d'explosions pour faire sauter toutes les attaches murales. On est toute une escouade ici, mais je t'impose pas de faire un aller retour de là où tu es a là où nous somment ... c'est déjà suffisamment le bordel sur la place.

Décrocher un écran publicitaire, il se foutais de moi là ? Enfaîte Barren c'était vraiment une partie de plaisir à côté de Washington de plus la pluie commençait à vraiment devenir intense à tel point que hors des bâtiments les personnes devaient avoir du mal à entendre les bruits de pas.

Tu as dis le mot Grenade ? Mon ami, sache que j'ai en ma possession largement assez de grenades sur moi pour te le faire péter ton écran. Lui répondis-je avec une lueur de folie dans mes yeux.

Oui j'étais fou sur le moment, mais la guerre est une drogue, l'excitation quelle produit un inimaginable il faut le vivre pour le comprendre, j'étais accroc à la guerre, tout en me demandant son utilité pendant des semaines lors de mon incarcération, ironique non ?

Ne bouge pas j'arrive

Je me descendis les escaliers au pas de course en espérant prendre quelques grenades de plus dans les caisses de munitions du pélican, une fois arrivé à l'épave je pris le sac de Helljumper, et mis toutes mes grenades dedans soit une petite dizaine. En sortant du pélican je remarquais des traces de sang comme si quelqu'un avait rampé de l'épave du pélican à un bâtiment à une vingtaine de mètres au Sud Est. je ne m'y attardais pas pour le moment et continua mon chemin en longeant les murs pour éviter de me faire repérer par les rouges et autres traîtres, j'arrivais au bâtiment ou Hordika ainsi que l'escouade d'on il faisait partie, personne ne m'avait vu rentrer dans le bâtiment il devait surement être trop occupé à s'entretuer pour avoir la tête de Miller. Je pénétrais alors dans le bâtiment , les murs étaient criblés de balles et une odeur de charogne carbonisé régnai, je commençais à monter les escaliers quand une explosion violente fit trembler tous les bâtiments aux alentours c'était presque signé, depuis Barren chaque fois qu'il y avait une explosion j'étais certain que c'était Hordika qui faisait joujou avec des explosifs. J'arrivais maintenant dans un petit corridor, il y avait pas mal d'agitation dans les pièces aux alentours

Ed je suis sur ta position.

Je pénétrais alors dans la pièce, une escouade entière de Marine, j'en avais reconnu quelques-uns, la 1ère Classe Hordika, le Sergent Sorince ainsi que d'autre que j'avais vu dans les profondeurs de Barren, le monde était petit.

Caporal Ryan Hicks je suis affecté à votre esco...... Je n'ai même pas eu le temps de finir ma phrase que la radio rebelle que j'avais volé grésilla. La tension est la nervosité était palpable, aucun des marines présents n'avait envie d'être là hormis le sergent Sorince qui pour une raison que j'ignore souriait d'une façon pervers, je ne le connaissais pas très bien, mais une chose était certaine il aimait ce genre de massacre.

Ici Alexandre Akilydes. Fiancé de Lyanna, la jeune femme abattue par John Miller, l'ordure qui dirige les armées de l'humanité. Je n'ai qu'un but, l'abattre. Policiers, rebelles, civils, tous ceux qui peuvent m'entendre et qui souhaitent se battre. Je me battrais à vos côtés, plus encore, je dirigerais un assaut continu jusqu'à la mort de cette pourriture, à travers le temps, à travers la galaxie je le traquerais, jusqu'à sa mort, ou la mienne... Ceux qui partagent mes idées, ceux qui souhaitent protéger les hommes de cette folie, ceux qui détiennent les germes de la république et de la démocratie. Ceux qui ont tout perdu en ce jour, ceux qui veulent vengeance et réclament justice. Ces champions de la justice, je souhaite me battre avec eux. le sang sera vengé par le sang, et nous ferons payer pour les crimes commis par ces enfants de salauds ! Je suis actuellement sur les ruines de la scène où l’exécution a eu lieu. Si vous souhaitez vous battre avec moi, rejoignez moi ou faites moi signe, que nous coordonnions l'assaut. Je vous retrouverais dans le bâtiment au sud,sud-est, appelé "Le mirabelle". Je suis armé, en tenue de police, je vous attends...

J'avais presque envie de lui dire prend un ticket et fait la queue ,car des gens voulant abattre Miller il devait en avoir pas mal, moi y compris, depuis le procès j'avais une envie irréprochable de lui en coller une entre les deux yeux, mais je ne pouvais pas je devais regagner mon honneur perdu lors de la chute de Barren. je me suis donc contenté de donner la radio à Sorince sachant qu'il y aurait de grandes chances pour qu'il lui dise des " mots doux

En passant j'ai ramener ça. ajouta tout en lâchant un sac de plein de grenades au sol

C'est quoi le Plan ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carl Sorince
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 636
Age : 22
Localisation : Planqué derrière mes hommes.
Humeur : Oh...Ohoh...Vous voulez vraiment savoir ce qui se passe dans ma tête?
Date d'inscription : 20/01/2011

Feuille de personnage
Arme n°1 : M45 TS
Autre Compte : Dar'Lauc
Arme n°2 : pistolet M6D SOCOM

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Jeu 8 Nov 2012 - 22:11

"-Ici Alexandre Akilydes. Fiancé de Lyanna, la jeune femme abattue par John Miller, l'ordure qui dirige les armées de l'humanité. Je n'ai qu'un but, l'abattre. Policiers, rebelles, civils, tous ceux qui peuvent m'entendre et qui souhaitent se battre. Je me battrais à vos côtés, plus encore, je dirigerais un assaut continu jusqu'à la mort de cette pourriture, à travers le temps, à travers la galaxie je le traquerais, jusqu'à sa mort, ou la mienne... Ceux qui partagent mes idées, ceux qui souhaitent protéger les hommes de cette folie, ceux qui détiennent les germes de la république et de la démocratie. Ceux qui ont tout perdu en ce jour, ceux qui veulent vengeance et réclament justice. Ces champions de la justice, je souhaite me battre avec eux. le sang sera vengé par le sang, et nous ferons payer pour les crimes commis par ces enfants de salauds ! Je suis actuellement sur les ruines de la scène où l’exécution a eu lieu. Si vous souhaitez vous battre avec moi, rejoignez moi ou faites moi signe, que nous coordonnions l'assaut. Je vous retrouverais dans le bâtiment au sud,sud-est, appelé "Le mirabelle". Je suis armé, en tenue de police, je vous attends..."

Carl frissonna en entendant ses paroles...Ainsi il apprenait le nom de cet enfant de salaud : Akilydes...Depuis le temps qu'il attendait cela.
Fixant le sac de grenade tout en serrant dans sa main droite la radio donné par Hicks, le sergent resta silencieux quelques secondes, un sourire dévoilant ses dents blanches sur les lèvres. Akilydes... Le souvenir des coups du sergent rebelle et de ses hommes était encore chaud. Si cet imbécile parvenait a rentrer dans le siège du gouvernement et tuer Miller, Carl ne se le pardonnerait jamais...Néanmoins, répondre a sa provocation par une autre n'était pas une bonne idée pour le moment, autant attendre que tout les nouveaux rebelles le rejoignent, histoire de faire une balle pour deux morts...Alors...Sous les yeux surpris du reste de l'escoude, le marines projeta d'un geste rageur la radio contre un mur.

"-J'ai un compte a régler avec ce salopard...Entendre sa voix de dépressif me dérange au plus haut point...C'est pour ça que la prochaine fois que je le croiserais, je lui couperais la langue..."Constatant que Hicks avait posé une question, Carl jeta un rapide coup d'oeil vers Kelrod qui lui autorisa d'un hochement de tête a lui expliquer."Notre objectif, Caporal Hicks, est de détruire ce foutu écran, le grand duc déblatère un flot de connerie ayant pour but de rallier les imbéciles a sa cause, et sa ne plait pas aux gradés...Des questions? Tant mieux."

Comme pour marquer la fin de la discussion, une énorme explosion fit trembler le sol en dessous de l'escouade.

"-Il serait peut-être temps de se mettre en route."

La petite équipe dirigé par Kelrod se mit en mouvement, tentant de passer le plus discrètement possible...Certains habitués furent assez surpris de constater que le sergent Sorince avait décidé de fermer la marche, prenant ainsi le risque d'être attaquer en priorité...Mais celui-ci, sa haine envers toute formes de vie ayant été décuplé après avoir entendu Akilydes, c'était mis en tête de repéré les éventuels fuyards et, en étant au beau milieu d'un groupe de marines, on pouvait difficilement voir autre chose que des soldats et des armes...Alors Carl avait prit un risque inconsidéré pour tuer des hommes, des femmes et des enfants désarmés...Aucune moral, aucun honneur là-dedans, juste une envie folle de passer ses nerfs sur quelques choses...

Souhaitant éviter le gros des troupes ennemis, surtout le scorpions, l'escouade emprunta un nombre incalculable de petites ruelles, toutes plus sombres et dévastées les unes que les autres, évitant la plupart du temps les contacts armés...Certains pourraient dire que contourné ainsi quelques rebelles étaient une perte de temps, mais les munitions étaient indispensable pour la réussite de la mission, alors autant les économiser...Le massacre final n'en serait que plus réussi...Ainsi donc, Sorince, totalement d'accord avec Kelrod, enjamba un cadavre carbonisé tout en ordonnant aux marines présents de n'ouvrir le feu que si l’ennemi avait fait de même, des têtes furent hochés, puis ils reprirent la route...

Avant d'être stopper par un Carl alarmé.

"-Ecoutez..."

Ils s'exécutèrent...Le vacarme de la bataille au loin parasitant quelques peut les capacités auditives des marines...Pourtant certains, a commencer par Hicks, perçurent les gémissements venant d'un cul-de-sac plonger dans le noir derrière eux, a gauche...

"-Attendez-moi ici, laissez-moi cinq minutes."


Carl jouait avec la poignée de son couteau, s'enfonçant toujours plus dans les ténèbres de la ruelles...La lumière du soleil, déjà peut présente dû au nuage de l'orage au dessus d'eux, ne passait pas dans ces étroites ruelles, la luminosité y était donc très peut présente...Le sergent plissait les yeux pour voir devant lui, les pleurs venait de derrière les ruines d'une baraque...Il pouvait voir une petite forme recroquevillé près du corps d'une jeune femme...Cette dernière bougeait encore, sa poitrine se soulevant faiblement, deux impacts de balles étaient visible sur son torse...Elle parlait a la petite forme recroquevillée, un gamin de huit ou neuf ans.

"-Ne pleurs...Pas...Tu ne dois pas faire...De bruit..."

Le sergent apparut derrière le gamin, son sourire avait disparut, remplacer par un air désolé et compatissant...Les yeux de la femme s'agrandirent alors qu'elle demandait faiblement :

"-Ami...Ou ennemis?
-Ami madame...Ami..."

Le visage de la blesser se radoucit tandis que le sergent se penchait vers le gosse.

"-C'est votre fils?
-Ou...Oui...
-Les loyalistes ont ordonné de traqué chaque personnes présente lors du discours de Miller, votre enfant ne doit pas rester ici madame.
-Vous pouvez...L'emmener?"

Sorince manqua de perdre son sérieux, retenant une fois de plus un sourire importuns :

"-Oui madame...
-Loin...Vous pouvez l'emmener lo...Loin d'ici?
-Très, très loin, viens la petit...Ta mère doit se reposer.
-Dieu...Vous bénisse...Il y a donc vraiment des héros dans l'armée.
-Non madame."

La nuque du gosse craqua, le petit corps s'écrasant au sol, sous les yeux effarés de sa mère qui ne parvint même pas a crier, entraver par la perforation de son poumon gauche...Le sergent patienta quelques secondes, penchant la tête sur la droite, avant de planter son couteau dans l'oeil droit de la mère tout en chuchotant a son oreille.

"-L'héroïsme...Je laisse ça aux spartans...Je ne suis qu'un homme obéissant aux ordres de son supérieur...Comme les autres...Les types comme moi sont bien plus nombreux que vos soi-disant héros."

Carl attendit quelques temps, contemplant les deux corps sans trop comprendre d'ou venait le rire qui raisonnait dans la ruelle...Puis il s'écarta, rejoignant son équipe...Tout c'était passé en cinq minutes, cinq petites minutes pour deux vies...Et déjà le sergent avait abandonner toute part de culpabilité, se replaçant simplement dans le rang de marines, en dernière place...Dans d'autres circonstances, on l'aurait accusé de meurtre, on l'aurait enfermé...Mais là, Carl n'était qu'un mouton exécutant des ordres horribles par peur des représailles...Si Miller tombait, l'UNSC n'arriverait pas a rassembler tout les coupables, les haut-gradés fidèles au SRN serait juger, un petit sergent comme lui, même pas responsable d'une escouade, pouvait très bien passer entre les mailles du filets.

En tout cas c'est ce qu'il espérait.

Ils se remirent en route.


_________________
"Je me présente, Carl Sorince, sarcastique, cynique, cruel et schyzophrène...Passons maintenant à mes points négatifs..."-Carl Sorince, auteur du roman "moi, mon reflet, mes photos et encore moi."

"Il est normal qu'un sale gosse comme moi soit devenu celui que je suis désormais...C'est à dire un tueur mieux placé et mieux payé que les types biens."-Carl Sorince à propos de lui-même.

"Mes gars...Mes exécuteurs...Sont pas des héros. Non, pas des héros...Et moi non plus d'ailleurs. Nous sommes bien mieux. Nous sommes des tueurs de héros."-Carl Sorince à propos des sanglots.
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Will Ost
Rebelles, Traître, Ancien ODST
avatar

Nombre de messages : 646
Localisation : [Tracking... Reach... Not Found]
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 18/10/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil Sniper SRS99C-S2 AM
Autre Compte :
Arme n°2 : Pistolet M6C //\ Couteau de Combat

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Jeu 8 Nov 2012 - 22:53

Un policier n'est pas un soldat. Non, définitivement non. Mais il fallait admettre que ce jour là, ils avaient hérité d'une guerre sans nom, celle des plus ignobles, à laquelle aucune arme ne pouvait préparer ces hommes. Même si un stage chez les transmissions aurait pu ordonner quelque peu cette escarmouche fort peu conventionnelle. Non, décidément cela n'aurait rien changé. Cette charge furieuse était à l'image de celles des soldats du feu allant éteindre l'incendie que Miller avait allumé. Cependant, cet incendie avait fait bien trop de dégât pour que celui ci soit classé comme anodin.

Non, ce n'était pas la routine pour ces gardiens de la paix qui traversaient à nouveau cette place martyrisée. Mais il fallait le dire, il fallait s'en souvenir, ils savaient charger. Leur élan permit d'investir le bâtiment. Ce dernier, fut ce le siège du gouvernement, n'avait pas été conçu pour résister à un assaut frénétique. Un assaut où les corps sans vie des partis adverses appelaient dans leur chute davantage de sang, du moins celui d'un homme. Ce jour dont le crépuscule approchait n'allait pas être oublié.

"Dos à dos, cages d'ascenseur, en avant !"

Il fallait traverser ces couloirs où s'opposaient les lourds boucliers des gardiens de la paix aux armes à feu des réguliers. Quelques uns des forces d'interventions de la police se joignirent aux duos de mes sections, déblayant sur leur passage des défenseurs acharnés, dont les regards témoignaient de la façon dont ils se perdaient eux même dans cette lutte sans merci. Ils étaient prêt à mourir, mais il était évident que la plupart cherchaient dans leur devoir justice pour leurs actes. Après m'être perdu dans bien trop de guerres sur tant de mondes, j'avais cessé d'espérer.

Alors que sur la place je me devais de me démarquer, afin de montrer aux hommes qu'un officier les menait et que tenir bon n'était pas une option, monter devant à l'assaut dans l'enceinte exigu d'un siège du gouvernement tombant en ruine s'avérait du suicide, voir même peu professionnel ce qui était ma hantise. Ainsi, ne voyant plus la nécessité de m'égosiller en appuyant mes ordres de grands gestes des bras et de tirs sporadiques, le sergent Drieisen, déclaré perdu au combat presque en même temps que moi, avait eu le bon gout de me fournir un MA5B.

"Sergent, ouvrez moi ces portes et entamez l'ascension. Section, en couverture."

Alors que le sergent réprimandait l'allusion obscène d'un des hommes de sa section, concernant l'ouverture des portes des ascenseurs et la gente féminine, ma section et les policiers nous talonnant, riant aux éclats, se mirent à l'abri de ceux de béton et de grenades. Très spirituel en effet, mais j'avais l'esprit ailleurs, il s'agissait de parvenir à trouver le moyen de coincer la cible prioritaire de manière intelligente, et de ne pas repartir qu'avec une belle ordure menottée. Des rafales fusèrent, trouvant leur but dans les boucliers des CRS ou sur les murs du hall aux ascenseurs.

"Ensemble ! Tenez la position, ils se rendront compte bien assez tôt de ce qui va leur tomber dessus !"

Alors, la section Drieisen se mit à ponctuer chaque effort pour dégager les portes d'acier par le nom d'un des nôtres tombé ce jour là, puis les noms des grandes batailles de la Cause, que celles ci aient été perdues ou remportées. Sur ce, mes hommes entonnèrent, maintenant leur feu, un des vieux chants de partisan qui retentissaient parfois entre les murs d'un bastion rouge, ou dans les coursives des vaisseaux de la Cause. Des chants que tout un chacun connaissait depuis l'enfance, et bien assez tôt, ceux qui portaient l'uniforme de policier, chantèrent en coeur, à nos côtés.

"Gardez votre or, je garde ma puissance,
Soldat terrien passez votre chemin,
Je ne suis qu'enfant d'Indépendance,
À l'ennemi je ne tends pas la main... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryan Hicks
Banni
avatar

Nombre de messages : 219
Localisation : Affronte les Fantômes de son passé - [Inconnue]
Humeur : Froid, Calme, Patriotique
Date d'inscription : 18/06/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : ➢ M6D-Socom
Autre Compte : Amy
Arme n°2 : ➢ ➢ SRS99C-S2-AM (Custom)

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Ven 9 Nov 2012 - 5:07

"-J'ai un compte a régler avec ce salopard...Entendre sa voix de dépressif me dérange au plus haut point...C'est pour ça que la prochaine fois que je le croiserais, je lui couperais la langue..."

Ajouta Sorince après avoir explosé la radio contre le mur, il devait sérieusement avoir un problème avec les rebelles pour se mettre en pétard à ce pointlà. Avait-il des problèmes psychologiques ? Surement mais la guerre vous change un homme, il en était la preuve.

Détruire ce foutu écran, le grand duc déblatère un flot de connerie ayant pour but de rallier les imbéciles a sa cause, et sa ne plait pas aux gradés...Des questions? Tant mieux."

A la seconde même ou Carl avait fini sa phrase une explosion se fit sentir dans tout le secteur, Il y avait également une caisse de munitions avec le logo du SRN inscrit dessus qui se trouvait aux pieds d'Hordika, je pris un chargeur pour recharger mon fusil de sniper, c'était des balles incendiaires... Des putains de balles incendiaire... Des balles jugées tellement barbare que nous n'avions même pas le droit de les utilisés contre les covenants, à contrecoeur, je pris un chargeur et le mis dans une de mes poches de treillis. Je voulais ajouter quelque chose au sujet des balles mais, comme tout le monde était sous tension cela aurait pu partir en carnage fratricide.

"Il serait peut-être temps de se mettre en route."

L'escouade se mit alors en route, afin mettre un terme à la propagande ennemis, passant par de multiple recoins et ruelles pour éviter de dépenser trop de munitions, c'était vrai qu'il était préférable d'avoir un paquet de munitions dans ce genre de mission.

Le genre de mission ou tu ne sais plus qui est dans ton camp, la seule chose qui était sûre c'est que tout le monde ici voulait rester en vie et mettre un terme à se massacre d'une façon ou d'une autre.

L'odeur de chaire calcinée régnai dans l'atmosphère, mais bon c'était ça la guerre... je scrutais les cadavres, c'était presque tous des civils, des civils innocents que nous avions jugé de défendre au péril de nos vies c'était tout simplement un exode, les marines réagissaient comme des machines, ils exécutaient les ordres, n'avaient aucune morale et encore moins de conscience, mais qu'est-ceque la conscience en fin de compte ? Un frein ? Un barrière ? Pour moi la conscience n'était qu'un obstacle que tout homme un jour devrai surmonter afin de faire son devoir.

L'escouade continua un moment sa route jusqu'au moment ou Sorince qui se trouvait alors à l'arrière du groupe demanda de stopper.

"Ecoutez..."

Il était difficile d'entendre quoi que ce soit avec le bruit des armes et des balles qui fusaient dans les alentours, mais en écoutant plus attentivement, j'entendis belle est bien quelque chose comme des gémissements ou je ne savais quoi. Je me tournais alors vers une ruelle se trouvant à notre gauche je n'eus le temps d'ajouter quelque chose que le sergent pris la parole.

"Attendez-moi ici, laissez-moi cinq minutes."

C'était franchement du foutage de gueule, le temps nous était compté, plus de temps nous restions ici plus de temps le Grand pouvait déblatérer de la propagande ce qui faisait que grandir les rangs adverses. Le comble c'était que maintenant, il nous rappelait les règles d'engagement, on tire seulement si l'ennemi nous tire dessus. L'escouade se stoppa donc et je pris position avec mon sniper derrière une voiture d'on la taule était encore fumante, au loin j'aperçus un Scorpion, je zoomais un peu plus dessus, l'on pouvait clairement distinguer l'aigle ensanglanté des rebelles, donc comme si nous n'avions pas assez de problèmes avec des ennemis dans tout les coins il fallait en plus un scorpion ennemis c'était franchement notre jour de chance. Je tapotais alors l'épaule de la première classe tout en ajoutant.

Alors, c'est quoi ton préféré ? Ici ... ou la prison

C'était quand même bien de voir quelque têtes familière dans se merdier apocalyptique. C'est donc après plusieurs minutes que Carl revint parmi le groupe sans rien ajouté de plus. L'escouade se remit alors en marche dans la direction Sud, Sud Est afin de décrocher l'écran géant, il y avait pas mal de résistance dans le secteur une demie dizaine de rebelles en train de patrouiller l'un d'eux avait un chien, pas le genre de caniche ou petit chien de compagnie, là c'était un bon gros berger allemand mais un chien de ne faisait pas long feu contre des balles, même un chien de 50 kilos.

Juste après sur toute les fréquences un message ce fit entendre.

-" A toute les forces encore loyale à l'UNSC les rebelles on pénétrer dans le bâtiment nous arriverons à les maintenir à porté mais pas pour très longtemps, nous avons besoin de renfort au plus vite, Terminé.

Malgré le fait qu'il avait besoin de renfort je ne pouvais rien faire nous avions ordre de mettre hors service l'écran, alors peut être nous pourrions leur venir en aide. L'escouade stoppa au même moment qu'un petit groupe de falcon passais au dessus de nous pour alors rester en vol stationnaire au dessus de la place. je regarda le sergent avec un léger sourire.

-" Sergent je demande autorisation d'engager il sonts en vol stationnaire je peux l'abattre facilement avec des balles incendiaires.

Je ne sais pas qu'elle serais la réponse du sergent ,mais avec un peu de chance le falcon pourrait même s'écraser sur l'écran ce qui nous faciliterait grandement la tâche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Freeman
Rebelles, Traître, Ancien Marines des Forces Spéciales
avatar

Nombre de messages : 958
Age : 36
Localisation : Là où les combats sont !
Humeur : Tendus
Date d'inscription : 18/11/2008

Feuille de personnage
Arme n°1 : MA5B
Autre Compte : Rex - 98
Arme n°2 : M 90 (/ couteau)

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Ven 9 Nov 2012 - 13:49

Samuel suivait de prêt Freeman, qui lui même suivait deux de ces hommes dans la cage d'escalier. Bien que la méfiance soit de mise, que le combat semblait moins important dans la zone, les TCAO redoublaient de vigilance en descendant plus rapidement que possible les marches de béton. Lorsque le groupe de militaire arriva au dernier étage, un groupe de policier hésita à tirer. Un coups de froid prit possession de chaque homme, même John hésita à appuyer sur la gâchette. Pendant une minute, le stress s'empara de tout le monde. Lorsque la question se fit entendre, pour qui était-il ? La réponse fut donné par Samuel.
Les policiers abaissèrent leurs armes doucement , mais méfiant. Comme les ODST d'ailleurs, ceux-si passèrent à coté d'eux, les dépassant de quelques mètres avant de reprendre une course dans le couloir.


"Ici Alexandre Akilydes. Fiancé de Lyanna, la jeune femme abattue par John Miller, l'ordure qui dirige les armées de l'humanité. Je n'ai qu'un but, l'abattre. Policiers, rebelles, civils, tous ceux qui peuvent m'entendre et qui souhaitent se battre. Je me battrais à vos côtés, plus encore, je dirigerais un assaut continu jusqu'à la mort de cette pourriture, à travers le temps, à travers la galaxie je le traquerais, jusqu'à sa mort, ou la mienne... Ceux qui partagent mes idées, ceux qui souhaitent protéger les hommes de cette folie, ceux qui détiennent les germes de la république et de la démocratie. Ceux qui ont tout perdu en ce jour, ceux qui veulent vengeance et réclament justice. Ces champions de la justice, je souhaite me battre avec eux. le sang sera vengé par le sang, et nous ferons payer pour les crimes commis par ces enfants de salauds ! Je suis actuellement sur les ruines de la scène où l’exécution a eu lieu. Si vous souhaitez vous battre avec moi, rejoignez moi ou faites moi signe, que nous coordonnions l'assaut. Je vous retrouverais dans le bâtiment au sud,sud-est, appelé "Le mirabelle". Je suis armé, en tenue de police, je vous attends..."


John regarda Samuel, puis Carter. La jeune femme ne comprit pas sur le coups se qu'il désirait, il fallut que Samuel répète le mots Mirabelle pour aussitôt comprendre. La jeune femme passa alors devant le groupe qui la suivit. Bien évidement, Samuel eu une taloche derrière le casque de la part du Major. Plusieurs fois son supérieur l'avait prit à la reluquer, ce qui à chaque fois faisait rire l'ex Marine te le groupe. Lorsque les couloirs furent franchit, les Sections de TCAO se regroupèrent lentement.
Lorsqu'ils arrivèrent à l’arrière du bâtiment dit Mirabelle, le Major fit signe a ses troupes de faire la courte échelle a certain, une trentaine de marines en haut, une vingtaine en bas pour couvrir la zone et trois TCAO, Carter, Samuel et Freeman entre pour rencontrer se "Akilyde" ou un nom dans se genre.
Les hommes prirent place à l'étage, le capteur de mouvement l'indiquait. Freeman avança calmement mais prêt à tirer en cas d'entourloupe. Samuel resta muet à sa gauche et Carter à sa Droite. Aucun n'enleva le casque, surtout quand l'homme en face est vêtus en policier et certainement accompagné et don le visage lui rappelait quelques chose.

-Alexandre Akilydes ? Nous avons reçus votre message, Cependant... Je reste en têtes de mes hommes ! Alors dites nous votre plans, je me charge de donné mon avis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Akilydes
Service de Renseignement de la Navy, Spectre
avatar

Nombre de messages : 101
Localisation : Inconnue
Date d'inscription : 27/04/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : XBR55 Battle Rifle
Autre Compte :
Arme n°2 : M6D-SOCOM

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Ven 9 Nov 2012 - 16:09

Alexandre avait été rejoint par environ 45 hommes depuis son "appel à la révolte" et il avait changé son armement pour être plus adapté aux combats urbains et distants. Il avait en effet récupéré un fusil de combat mais avait gardé son M6C.

Alexandre avait ordonné aux rebelles présents de se placer dans le bâtiment pour couvrir chaque points et chaque issues afin de ne pas se faire prendre à revers. Malgré les bruits distants d'affrontement, le calme se faisait ressentir dans l'immeuble. Alexandre se dirigea lentement vers le bureau d'accueil où une pauvre secrétaire avait été abattue. Alex la souleva délicatement du sol et la porta jusqu'à un petit linceul dans lequel il l'enveloppa tout en récitant une prière pour la jeune femme.

<< La folie des hommes... Est donc aussi, puissante ? >>

Se relevant, il retourna vers Zip qui se tenait près de l'escalier principal. L'adolescent était revenu sous ses ordres sans discuter ni même lui faire le moindre reproche, pourtant il l'avait abandonné dans cet hôtel miteux. Pourquoi était-il revenu ici avec lui ? Il était jeune et en utilisant sa fausse identité il aurait put échapper à ce conflit, et à ce massacre. Ainsi qu'à ceux qui arriveraient par la suite...
Tout en revérifiant son arme, Alexandre pensa à tous ce qui l'avaient conduit ici, Lyanna, la traque aux infos, la présence de Miller... Il se demanda un instant ce qu'aurait été sa vie s'il n'avait pas été stupide pendant son adolescence et qu'il n'avait pas piller les dossiers du CSNU... Puis il se ravisa, malgré ses années en prison, il avait put connaître Lyanna et les années passés à ses côtés avaient été les meilleures qu'il n'avait vécu. Mais cette paix était finie, ce bonheur plus jamais accessible. Il fallait qu'il venge sa fiancé, et bien qu'il ne soit sûrement pas le seul à vouloir la tête de Miller, sa fiancé avait été abattue devant tout les systèmes informatiques et télévisées des colonies, et cette humiliation, Alexandre la vengerait.

Ses hommes revinrent ensuite, lui apporter les nouveaux bandeaux qu'ils avaient confectionnés à l'aide de la lingerie présente dans le bâtiment, le Mirabelle était en effet un hôtel, donc le linge blanc, ça ne manquait pas...
Alexandre attrapa l'un des bandeaux et le visionna un instant.

Spoiler:
 

C'était parfait, l'aigle rouge indiquerait qu'ils étaient en conflit avec les loyalistes, et qu'ils étaient amicaux aux rebelles, cependant l'aigle était différent, preuve de leur détachement vis-à-vis de la cause. Alex passa le bandeau autour de son bras gauche le fixant bien à sa tenue. Il observa ensuite ses hommes le mettre à leur tour.

Peu de temps après, il reçut une alerte d'un des guetteurs, des soldats approchaient... Les rebelles se mirent en place, verrouillant et chargeant leurs armes. Alexandre se plaça en plein milieu de la pièce, seul. Si c'était un piège pour l'abattre, et bien tant pis, de toute manière il n'avait plus grand chose à perdre.

Trois personnes entrèrent alors que l’oreillette d'Alexandre lui indiquait qu'une cinquantaine de personne se baladaient dehors. L'homme au centre, assez grand et ayant une allure singulière prit la parole.

<< Alexandre Akilydes ? Nous avons reçus votre message, Cependant... Je reste en tête de mes hommes ! Alors dites nous votre plans, je me charge de donné mon avis ! >>

Alex émit un large sourire, tout n'était donc pas perdu, il y avait donc des soldats du CSNU qui n''étaient pas pourris ? Cependant la voix de cette homme rappela à Alexandre... SIgma OCtanus IV. Chassant cette attaque de ses souvenirs il prononça :

<< Merci à vous. Ô chevaliers blancs que vous êtes. Ici, c'est plutôt le côté obscure de la force si je peux me permettre on est pas tout blanc nous. Mais bon, je suppose qu'on s'en fout à l'heure qu'il est. Miller n'est pas la seule personne à abattre, je le sais. Cependant je compte bien lui mettre une balle dans la tête puis deux dans le dos, comme il a fait à Lyanna. >>

Alexandre s'arrêta un moment, serrant le poing, avant de laisser sa main flotter au dessus de son holster de cuisse.

<< Mais dîtes, vous comptez nous aider à trois ? Ou bien vous préférez laisser vos gus dehors se toucher la nouille ? Je vais être direct, je me contre-balance de votre avis, mais je comprends que vous vouliez diriger vos hommes. Cependant, lorsque j'aurais révélé mon plan, que vous soyez en accord avec ou non, nous l'appliquerons, j'espère juste avoir le soutien de vous, vos deux sbires et vos cinquante gars. >>

Les trois hommes se regardèrent en bougeant de façon mal à l'aise, il n'avaient pas aimé qu'on les dénombre aussi vite.

<< Miller est un fils de pute, on est tous d'accord là dessus, les marines qui tirent sur la foule en ce moment sont des êtres sans cervelles qui ne font que suivre les ordres ou des pourris jusqu'à l'os, on est aussi d'accord. J'abattrais cependant toute personne sur ma route, qu'elle soit marines, rebelle, vendeur de saucisse ou encore covenant. Je VENGERAIS les crimes commis, par n'importe quel moyen. Il y a actuellement 45 hommes prêts à venger ses horreurs à mes côtés, à vous de me suivre ou non. Oh et au fait, je ne fais plus partie intégrante de la cause rebelle, donc ne me jugez pas et me comparez pas à eux, merci. >>

Peu de temps après les trois soldats enlevèrent leurs casques, et les marines entrèrent. Tous firent connaissance, même si ce ne serait que pour un temps, ils allaient collaborer et s'entre-aider, donc il n'y avait pas de place aux tensions, pas sous l'égide d'Alexandre en tout cas.

L'oreillette d'Alexandre grésilla à nouveau, des policiers approchaient. Un homme entra seul, accueilli par Alex et le major Freeman. Ce policier semblait être le leader des policiers étant restés devant le bâtiment, bloquant les rues et surveillants les alentours. Cet homme se prénommait Allan, et semblait un peu dépassé par les évènements, cependant il déclara que les policiers feraient tout pour protéger les civils et punir Miller pour le crime commis. Alexandre prît en tête à tête Allan, tout en déclarant :

<< Je sais que ce qu'il se passe en ce moment n'est pas facile, personne ne peut être préparé à ça. Croyez-moi, je suis encore sous le choc, et je pense que je ne me remettrais jamais de la mort de ma fiancée, mais vous devez être fort, pour vous, et pour les hommes qui vous suivent. Si vous avez le moindre doute ou la moindre faiblesse apparente, c'est votre groupe entier qui en subira les conséquences. Comme 'j'ai dit au major, lorsque j'annoncerais mon plan et ma tactique, vous serez libre de diriger l’intégralité de vos troupes si vous le souhaitez, mais je mènerais mon plan à exécution quoi qu'il arrive, avec ou sans vous. Si vous me laissez cependant diriger vos hommes également, ils seront pour moi aussi précieux que les miens, j'en donne ma parole. >>

Allan acquiesça d'un signe de tête, on verra par la suite s'il décide de garder l'autorité sur ses hommes ou non, en attendant, il était temps pour Alexandre de s'adresser aux deux chefs présents.

<< Messieurs, je vais vous annoncer mon plan. Mais avant, mettez ces brassards sur vos bras, ainsi nous nous reconnaîtrons entre nous. Oh et réglez vous sur ma fréquence radio personnelle, comme ça nous aurons au moins une liaison sécurisée pour les infos. Cela ne dit en rien que vous êtes rebelles je vous rassure, mais au moins cela devrait éviter aux autres rebelles et aux policiers participants à l'attaque d'ouvrir le feu sur vous.
Bien, alors voici mon idée: il y a actuellement pas mal de troupes s'attaquants au siège du gouvernement pour faire sortir cette ordure de son trou, et je pense qu'un assaut frontal est stupide et bien trop risqué à l'heure actuelle. C'est pourquoi notre groupe va se scinder. Le groupe numéro 1, dénommé tigre, attaquera et contrôlera le bâtiment face au siège. C'est là qu'il y a l'écran géant d'où le Grand Duc fait son discours. Il est étonnant qu'il ne soit pas encore coupé, même s'il l'est, la position frontal du bâtiment nous fournirait un appui certain pour les tireurs distants et nous offrirait un point de retrait si ça tourne mal, d'où l'importance de bien contrôler le secteur, c'est la cible prioritaire du groupe tigre. Sans ce groupe, j'ai peur que la suite des opérations ne soient difficiles, les combats actuels ne déterminent pas qui contrôle quoi, c'est pourquoi il nous faut un secteur "sûr" pour établir notre tactique. Je pense que les policiers sont les plus apte pour cette mission, leur connaissance de la ville, et la possibilité de bloquer les routes grâce aux codes informatiques leur facilitera le travail, d'autant plus, étant un futur point de retrait, je pense que les civils encore vivants seront plus rassurés en voyant des policiers que des soldats de rang ou bien des rebelles. Le second groupe, le groupe faucon, lui sera chargé de frapper fort dans les défenses du siège. Mais pas en passant par la porte d'entrée comme le font déjà nos amis. Non, ils passeront par le côté sud-est, j'ai eu le temps de voir les plans du bâtiment et en passant par là, ils tomberont sur le bureau du troisième secrétaire, il y aura encore un peu de marche jusqu'au bureau de John Miller, mais vous pourrez sécurisez la zone en vue d'un assaut immédiat. Ce groupe, je le laisse aux chevaliers blancs, les marines. Vous possédez des TCAO et les assauts de chocs, vous devez connaître. Le troisième groupe enfin, sera le groupe vipère. Ce sera nous, les quelques "rebelles" présents. Nous serons votre soutien direct. Nous passerons par les différents égouts, les airs, et nous aideront le groupe faucon au sol. Ainsi, nous formerons une tenaille sur le siège du gouvernement à l'aide de nos attaques et des attaquants actuels. Une fois que le groupe tigre aura sécuriser le bâtiment frontal, il faudra qu'il envoi une ou deux escouade pour aider sur l'assaut, j'ai crut comprendre que vous allez avoir du renfort, servez-vous en pour garder le quartier sécurisé. Chaque groupe sera divisé en quatre escouades, tigre 1, tigre 2, etc je pense ne pas avoir besoin de vous faire un dessin... Je ne vous le cache pas, j'ai énormément besoin de vous, et j'espère que vous m'aiderez pour atteindre cet objectif...
>>

Alexandre tendit son poing en avant, entre les deux hommes, et alors qu'un sourire se dessinait sous sa cagoule, il déclara :

<< Vous en êtes ? >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Freeman
Rebelles, Traître, Ancien Marines des Forces Spéciales
avatar

Nombre de messages : 958
Age : 36
Localisation : Là où les combats sont !
Humeur : Tendus
Date d'inscription : 18/11/2008

Feuille de personnage
Arme n°1 : MA5B
Autre Compte : Rex - 98
Arme n°2 : M 90 (/ couteau)

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Ven 9 Nov 2012 - 20:10

Messieurs, je vais vous annoncer mon plan. Mais avant, mettez ces brassards sur vos bras, ainsi nous nous reconnaîtrons entre nous. Oh et réglez vous sur ma fréquence radio personnelle, comme ça nous aurons au moins une liaison sécurisée pour les infos. Cela ne dit en rien que vous êtes rebelles je vous rassure, mais au moins cela devrait éviter aux autres rebelles et aux policiers participants à l'attaque d'ouvrir le feu sur vous.

Pourquoi cette idée était venu dans la tête de se type ? Ah...Oui. Pour éviter que tous se fasse remarquer par les troupes loyaliste qui ne se trouve au final que des traîtres du CSNU. Es ce qu'il avait fait le bon choix ? La question fut rapide et stupide, bien sur que oui... ou bien non !

Bien, alors voici mon idée: il y a actuellement pas mal de troupes s'attaquants au siège du gouvernement pour faire sortir cette ordure de son trou, et je pense qu'un assaut frontal est stupide et bien trop risqué à l'heure actuelle. C'est pourquoi notre groupe va se scinder. Le groupe numéro 1, dénommé tigre, attaquera et contrôlera le bâtiment face au siège. C'est là qu'il y a l'écran géant d'où le Grand Duc fait son discours. Il est étonnant qu'il ne soit pas encore coupé, même s'il l'est, la position frontal du bâtiment nous fournirait un appui certain pour les tireurs distants et nous offrirait un point de retrait si ça tourne mal, d'où l'importance de bien contrôler le secteur, c'est la cible prioritaire du groupe tigre. Sans ce groupe, j'ai peur que la suite des opérations ne soient difficiles, les combats actuels ne déterminent pas qui contrôle quoi, c'est pourquoi il nous faut un secteur "sûr" pour établir notre tactique. Je pense que les policiers sont les plus apte pour cette mission, leur connaissance de la ville, et la possibilité de bloquer les routes grâce aux codes informatiques leur facilitera le travail, d'autant plus, étant un futur point de retrait, je pense que les civils encore vivants seront plus rassurés en voyant des policiers que des soldats de rang ou bien des rebelles.

Des policiers, c'est vrai que ceux-ci tenait bon face au marine corrompus par le SRN, d'ailleurs il faisait du bon, tres bon boulot pour des hommes n'ayant pour la plupart fait aucunement l'armée. Tigre ne le concernait pas, de toute évidence, il sentait que la suite allait être son objectif prioritaire.

Le second groupe, le groupe faucon, lui sera chargé de frapper fort dans les défenses du siège. Mais pas en passant par la porte d'entrée comme le font déjà nos amis. Non, ils passeront par le côté sud-est, j'ai eu le temps de voir les plans du bâtiment et en passant par là, ils tomberont sur le bureau du troisième secrétaire, il y aura encore un peu de marche jusqu'au bureau de John Miller, mais vous pourrez sécurisez la zone en vue d'un assaut immédiat. Ce groupe, je le laisse aux chevaliers blancs, les marines. Vous possédez des TCAO et les assauts de chocs, vous devez connaître.

Ce plan n'était pas bon, si l'on voulait vraiment nettoyer les zones ennemis, les défenses il y avait plus simple. Autant utiliser le Scorpion rebelle que Sam avait vue. Et les TCAO seront dur à contrôler jusqu’à la fin, vue que les ordres c'était lui qui les donnait.

Le troisième groupe enfin, sera le groupe vipère. Ce sera nous, les quelques "rebelles" présents. Nous serons votre soutien direct. Nous passerons par les différents égouts, les airs, et nous aideront le groupe faucon au sol. Ainsi, nous formerons une tenaille sur le siège du gouvernement à l'aide de nos attaques et des attaquants actuels. Une fois que le groupe tigre aura sécuriser le bâtiment frontal, il faudra qu'il envoi une ou deux escouade pour aider sur l'assaut, j'ai crut comprendre que vous allez avoir du renfort, servez-vous en pour garder le quartier sécurisé. Chaque groupe sera divisé en quatre escouades, tigre 1, tigre 2, etc je pense ne pas avoir besoin de vous faire un dessin... Je ne vous le cache pas, j'ai énormément besoin de vous, et j'espère que vous m'aiderez pour atteindre cet objectif...

Non mais attend, il prenait ses types pour des idiots ? John hésita à dire quoique se soit sur le coups, le plan était mauvais, autant demander un nouveau détachement de Pélican. Qui avait-il de mieux que... Bordel. Une taloche vient frapper le casque du TCAO voisin...celui-ci le regarda certainement avait une tête bizarre. Et voilà que le rebelle venait de tendre le poings, on est pas chez les scout non plus !

J'ai une meilleur idée, utiliser le Blindé pour tirer dans sur les lignes ennemis, Tigre, tenter d'avancer des véhicules, des boucliers et surtout des fumigènes sur les lignes ennemis. Trouver aussi des Fumigènes verte et Rouge, envoyez les rouges sur les zone à tirailler et le vertes les zones nettoyé ! Vipère, faite comme bon vous semble, mais les égouts sont surement la priorité du SRN ! J'envois Faucon 1 vers les forces de l'ordre ! Deux sections de TAO suffiront largement. Tant que cette histoire ne soit pire que celle du Big Mama, on à l'avantage ! John regarda le poings du rebelle, Tu perd ton temps quand l'ennemi gagne du terrain ?

John se retourna aussitôt, suivit de prêt des TCAO à qui il communiquait les informations les concernant, des ODST descendirent de l'étage supérieur pour rejoindre l'officier. Les TCAO se regroupèrent, une première section de vingt hommes se dirigea en direction de l'officier de police. Freeman prit ces hommes avec lui, direction le Sud-Est, si ce rebelle avait tendu une embuscade et que le Major s'en sortait. Ce ne serait pas qu'une chasse à l'homme ! Le Marine dans les rangs des TCAO venait de comprendre son erreur, il avait oublié la fréquence, qu'importe. John traversa les couloirs de quelques bâtiment jusqu’à arriver juste dans le dernier où une résistance fut accrus. Les TCAO hésitèrent un instant l'assaut frontal, puis décidèrent de se couper en deux groupes. Un assaut frontal ? Complètement cinglé !
John tapota sur l'épaule de Carter, montrant alors une porte verrouillé, alors que les autres était fermé. Avec une méfiance digne d'un oiseau, l'ODST s'en approcha doucement, avec trois de ses coéquipiers et tenta d'ouvrir la porte. Celle-ci était verrouillé, mais un tir traversa le mur. Tout les militaires tirèrent à travers ! Le mur n'était que de quelques centimètres d'épaisseur. Les TCAO traversèrent et un silence de plombs s'installa. Freeman rechargeait son arme quand il entra dans la pièce par la nouvelle porte. Là, devant lui, le cadavre d'un homme au coté de se qui devait être sa femme... Tous semblait mal à l'aide, et le militaire pouvait comprendre pourquoi. Cependant, quelque chose le gênait. Depuis quand une balle faisait de pareil marre... Freeman releva le visage de la femme et découvrit alors que ça gorge avait été tranché. L'homme cependant...ce type devait avoir péter un plomb ! Un couteau et un M6C dans l'autre main.
Freeman regarda Carter, cette femme était mal à l'aise, Sam lui plaça une main qu'elle rejeta de son épaule. Freeman eu un air sombre, les gens s'entre tuaient encore ? Le Major se leva doucement en soupirant, la zone qu'il tentait de parvenir serait rempli de fumier...


-Messieurs, on passe cette fis-ci dans une ruelle... On la suit à l'est ! une fois en position, on commence à ouvrir la porte !

Les militaires entrèrent dans la ruelle et la suivirent pendant deux minutes avant d'arriver dans une sorte de magasins, quelques hommes tiraient sur un ennemi commun, les marines ! à moins que cela ne soit le contraire. De toute manière, ils furent la cible de ces imbéciles. Les TCAO répondirent rapidement à la menace avant de former une ligne. Il valait mieux qu'ils tiennent cette lignes. Un warthog arriva et tira rapidement à la mitrailleuse la zone de combat avant de repartir, quelqu’un tomba au sol, un de ses hommes... John s'en rapprocha et regarda la blessure, puis récupéra le M90 tout en lui donnant sa M7. Voilà que ses hommes allaient mourir pour un combat qui ne devrait pas avoir lieux ! Des ODST appelèrent alors sur la ligne du CSNU des secours, Carter s'approcha de lui et lui expliqua qu'elle venait de trouver la fréquence de Alexandre Akilydes. Ca ne pouvait pas mieux tomber !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin' O'Connor
Mort au Combat
avatar

Nombre de messages : 82
Localisation : Assiégé dans un garage sur Coral.
Humeur : De toute façon c'était trois milles MORT ou vif.
Date d'inscription : 15/09/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : SMG-7S
Autre Compte :
Arme n°2 : Pistolet M6C

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Ven 9 Nov 2012 - 20:30

L'attente se faisait longue..
Retranchés depuis maintenant deux heures dans le bunker du Siège du gouvernement; les prétoriens étaient toujours sous adrénaline, restant fermement sur leurs gardes, en attendant patiemment l'assaut inévitable:

« Tu crois qu'il nous trouverons ? » Questionna Mike.

« C'est pas vraiment si ils nous trouverons mais plutôt quand ils nous trouverons.. Parce qu'à moins que ce trou perdu possède une issu, on est fait comme des rats; totalement encerclés. Et là en l'occurrence, pas besoin de te demande si le sas derrière nous est ouvert, notre boulot c'est de repousser chaque connards qui sera tenter de s'aventurer ici; et il va y en avoir crois-moi. » Déclara Erwin qui vérifiait le chargeur de son M6C.

« Il n'empêche que s'ils n'avaient pas doublé la prime ils pouvaient tous aller se faire foutre ! » Rétorqua Mike

« D'accord et ensuite on va où ? Proposez nos services aux gars d'en face ? Quand tout à pété j'ai eu le temps d'apercevoir un aéronef de la presse qui filmait l'ensemble de la place ; et devine qui étaient au premier plans à ce moment là? On est fichés partout mon gars, c'est la merde totale pour la compagnie, notre seule chance de survie c'est le SRN, alors qu'ils nous double la solde dans une situation où on auraient été contrains d'accepter n'importe quoi je trouve pas ça plus mal ?"

En effet la notoriété des contractors de la société avait massivement évoluée en l'espace de quelques heures. C'était une claque magistrale que venait de se prendre la Black Rock Compagny dont le « travail » des associés avaient été entièrement filmé, et était maintenant diffusé sur le Network mondial.

Rebelles, policiers et autres partisans de l’insurrection n'avaient pas eu de mal non plus à reconnaître les soldats de fortunes qui n'avait pas hésité une seconde à cribler de balles tout individus qui leurs faisaient face lorsque le Colonel avait donné l'ordre suprême. En participant à ce massacre, l'armée privée de Powers venait de s'engager dans un combat qui durerait probablement une éternité ; l'humanité entrait dans une nouvelle phase de son histoire ; les combats faisaient rages dans les campagnes, des accrochages entre loyaliste et séparatistes se produisaient régulièrement : La Guerre Civile avait débutée.

En effet bien que divers combats éclataient au sein des différentes colonies du CSNU, en réaction au comportement des troupes loyalistes ; la bataille majeur se déroulait à Washington, où les forces rebelles avaient largement prit le dessus sur leurs adversaires ; les dernières escouades militaires fidèles à Miller étaient éparpillés autour du bâtiment central, souvent retranchées dans des structures où en déplacement vers les points d'extractions.

Au sein même du Siège en revanche, embusquée dans le Bunker secret, la garde improvisée du Colonel composées d'agents du SRN et des derniers mercenaires de la BlackRock Compagny, se préparait fermement à repousser l'assaut déterminé des troupes insurrectionnelles.
Bien que celles-ci, supérieurs en nombres ne doutaient probablement pas une seconde de leur succès ; c'était pourtant fort mal juger les défenses du Bunker, conçu pour abriter les membres les plus importants du gouvernement en période de crise, et qui disposait d'une autonomie de quelques semaines avant l’arrivé d'éventuelles renforts.

L'entrée de cette cache blindée ressemblait à une lourde porte de fer circulaire, et dont les contractors dans leur élan en avaient même oubliés la localisation exact. La suite s'en suivait par un large couloir d'acier de vingt mètres de long où la première équipe de la BRC s'était embusquée ; et derrière laquelle séparée par un second sas qui donnait sur vingt mètres supplémentaires, le deuxième groupe où Erwin et ses compagnons résidaient, dispatchés derrière plusieurs sacs de sable et autres forme d'obstacle par balles, formaient la dernière ligne de défense avant le cœur du Bunker.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virgil Summers
Marines, Forces Spéciales, Capitaine
avatar

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 02/07/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : DMR
Autre Compte : Alik 'Azuri
Arme n°2 : Pistolet M6D/Couteau de combat

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Lun 12 Nov 2012 - 0:42

Virgil courrait dans les ruelles de Washington, esquivant au possible les combats... Si l'on pouvait appeler ça un combat. D'un côté, les forces du CSNU, ouvrant le feu sur la foule et de l'autre, les rebelles, les policiers, et les civils...

Un éclat d'obus explosa non loin de sa position, forçant le marines à se jeter derrière une vieille poubelle qui lui offrait un abri provisoire. Ces crétins avaient un tank ????
Les artères principales étaient vraiment à éviter. Virgil reprit sa course jusqu'à atteindre la ruelle suivante, de là, il entama une marche silencieuse en vue de retrouver des troupes alliées. Son escouade s'était faite laminer par les véhicules aériens des rebelles et la folie au sol. La priorité était donc de trouver de nouveaux hommes et de s'assurer que ceux-ci restent en vie.

Tournant à droite, Virgil tomba nez à nez avec un couple de civils qui semblaient terrorisés. Le marines leva son arme doucement, gardant son doigt en dehors de la queue de détente. Ah oui, il y avait eu cet ordre stupide d'abattre tous ce qui n'était pas CSNU... Mais... Pourquoi ? Virgil plaça son arme contre son épaule et plaça son oeil dans l'organe de visée, ce qu'il allait faire ne serait pas très éthique, encore moins moral, mais il devait suivre les ordres, quitte à éliminer plus tard l'ordure qui avait donné cet ordre, légalement si possible, ou lors d'une "visite médicale"...
Le civil, dans un élan d’héroïsme se releva avant de courir vers Virgil, un débris de verre dans la main. Là, c'était différend, cible hostile, plus aucun regret...
Virgil appuya sur la détente, trouant la boite crânienne du jeune homme et aspergeant la jeune femme, qui reçu par la suite une balle dans le coeur et une autre dans la trachée.
Le couple toucha le sol dans une marre de sang, bien que les balles incendiaires n'aient transformé les corps en des morceaux de chaires calcinées.

Continuant sur sa lancée, le marines entendit des bruits de pas au loin et, tout en avançant discrètement, observa la source des nuisances sonores. Un groupe de marines tentait autant que faire se peut de soigner leur lieutenant qui se tenait la cuisse en hurlant. Virgil s'approcha, et alors que les marines le fixaient leurs armes levées déclara :

<< On se calme les cow boys ! Je suis du CSNU, et médecin. Laissez-moi tenter de soigner votre officier commandant. Je ne souhaite pas m'entre-tuer avec des hommes de ma propre armée ! Il s'est prit quoi ?
- Tir de SMG doc! On a rien vu venir, c'était qu'un gosse putain ! Un gosse !
- Ok, je vais voir ce que je peut faire... >>

Virgil se pencha sur le lieutenant et observa la blessure. L'artère fémorale avait été tranchée en deux et elle s'était rétracté au niveau du bassin, l'homme était perdu. Le médecin se retourna vers le caporal, seul gradé à part le lieutenant et Virgil, et fit un non de la tête, pour indiquer que le lieutenant allait bientôt s'en aller au paradis des guerrier. Il injecta une dose de morphine afin de calmer la douleur du blessé, et ordonna au groupe d'acheminer le blessé, ou son cadavre, jusqu'à un hôpital de campagne afin qu'il reçoive des soins urgents, ou bien qu'on s'occupe de son corps. Bien que la deuxième option soit surement la plus plausible, l'espoir n'était pas vain. La morphine ralentirait le rythme cardiaque de l'homme, lui permettant peut-être de survivre.

Virgil se remit ensuite en route, jusqu'à trouver deux marines protégeant une hog. L'artilleur était en place, le co-pilote ouvrait le feu tout en étant en protection derrière la carrosserie, alors que le pilote était posé sur le volant, son crâne troué.
L'adjudant s'avança en s'identifiant, avant d'aider les soldats à abattre un groupe de rebelles embusqué. Une fois les rebelles mort, Virgil déplaça le cadavre et demanda qui savait piloter. Recevant des réponses négatives, il souffla avant de monter et de s'emparer du volant. Le sang avait rendu le siège collant et Virgil se concentra uniquement sur la route pour ne pas penser au pauvre homme qui n'avait sans doute pas vu la mort le prendre.
Le véhicule avança au travers de plusieurs ruelles, neutralisant les forces ennemis qu'il rencontrait. Au bout de longues minutes, une grenade IEM explosa, neutralisant le véhicule. Virgil se jeta instinctivement derrière un mur alors que les deux autres soldats l’imitaient. Virgil hurla son identité afin de voir qui leur en voulait et s'il n'y avait pas tir fratricide. Un caporal, visiblement troublé lui répondit et ce fut avec surprise que l'adjudant découvrit cinq hommes au regard vide cachés derrière des gravas. Ils le saluèrent lorsqu'ils l'aperçurent, mais visiblement ils attendaient des ordres.

<< Qu'est-ce que vous foutez là bordel ? Et ça vous prend souvent de balancer une grenade sans savoir qui est de l'autre côté ? Vous avez des alliés bordel ! Vous là caporal, quel est votre nom ?
- Ca..Caporal Sanchez mon adjudant. Pardon pour la grenade mon adjudant, c'est tellement la merde qu'on a crut que....
- C'est oublié. Mais vous avez flingué le véhicule ! A partir de maintenant suivez-moi, on va essayez de trouver des amis et de réorganiser un peu nos troupes. On va quand même pas laissez ces salauds prendre Washington ! >>

Le groupe se mit donc en marche, continuant sa route au travers des ruelles, et cherchant des combattants amicaux afin de se défendre dans cette guerre civile. Tournant au bout de quelques minutes à gauche d'une ruelle, le groupe de l'adjudant tomba sur un autre groupe de marines. Une dizaine de soldats braquaient leurs armes sur son groupe, neuf marines. L'affichage tête haute de l'adjudant lui indiqua le nom des deux sergents présents : Sergent Carl Sorince, et Sergent Max Kelrod. Virgil leva la main et fit le signe pour montrer qu'ils étaient amicaux, avant de prendre la parole.

<< Adjudant Virgil Summers, 49 ème régiment des forces spéciales du CSNU. Bordel faudrait arrêter de toujours me mettre en joue ou me balancer des grenades quand je tombe sur des alliés ! Messieurs les sergent, l'un de vous peut-il me dire quels sont vos objectifs actuels ? Et je suis médecin au passage, si l'un de vous s'est ouvert le pouce en utilisant son couteau de chasse pour buter un gosse... >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max Kelrod
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 145
Age : 25
Humeur : ...
Date d'inscription : 18/04/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : DMR
Autre Compte :
Arme n°2 : M6C Socom

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Lun 12 Nov 2012 - 12:35

Aussi bizarre que cela puisse paraître, les deux anciens helljumpers, descendu au rang de marines en parti à cause du sergent Sorince, se retrouvaient maintenant dans la même escouade. Drôle de situation.

-Sergent je demande autorisation d'engager, ils sont en vol stationnaire je peux l'abattre facilement avec des balles incendiaires.

N'ayant aucune raison de refuser, Kelrod hocha la tête sans un mot et le Caporal Hicks s'exécuta. Un Falcon ennemie en moins ça ne pouvait que leur être bénéfique. Une fois le véhicule neutralisé, l'escouade continua en direction de leur objectif. Aucun signe rebelle pendant leur progression, les ruelles semblait plutôt calme sur le moment et c'était une bonne nouvelle pour eux. Max leva son poing fermé énergiquement, le groupe se figea, ne laissant place qu'au bruit de tir ainsi qu'a des hurlement lointain. Le sergent avait entendu quelque chose, il ferma les yeux un instant, les membres de son escouade était perplexe, se demandant surement ce qu'il lui prenait. Seul Sorince, fusil en joue et prêt à tiré, semblait comprendre. Max demanda le silence d'un geste de la main et demanda au sergent Sorince de le rejoindre. Ils se placèrent tout deux devant une benne à ordure, Max se mit en position, se préparant à l'ouvrir, quand à Carl, il se plaça sur une caisse, juste à droite de la benne, la surplombant. Ils attendirent quelques secondes, puis des voix se firent entendre. Elles résonnaient à l'intérieur de ce cercueil métallique.

-Ils sont partit ?

C'est à ce moment précis, que Max ouvrit violemment la benne. Le sergent Sorince tira deux fois, tuant le couple d’adolescent qui se trouver à l'intérieur. Le sergent Kelrod referma la benne et soupira. Il en avait assez de tuer des civils sans défense, pas que ça le gène de le faire mais les munitions allait commencer à manquer et ça ce n'était pas négligeable.

-À partir de maintenant, économiser vos munitions, on ne tire plus sur les civils.

Le sergent Sorince fronça les sourcils, visiblement déçu, mais Max n'avait pas fini de parler.

-Les ordres n'ont cependant pas changé, alors allez y au couteau, utilisé la ruse pour les approcher, faites ce que vous voulez, mais économiser. Les balles sont réservés aux rebelles. Bien entendu, éviter le couteau si vous voyez une civil déguiser en petit chaperon rouge, un bazooka à la main. On repart !

L'escouade se remit alors en marche, toujours dans la même direction quelques minutes plus tard, le sergent Kelrod fît signe de s'arrêter. Plusieurs bruits de pas venant d'une ruelle devant eux à gauche. Ils levèrent leurs armes, peut-être des rebelles ou d'autre civils. Mais au final rien de tout cela.

-Adjudant Virgil Summers, 49 ème régiment des forces spéciales du CSNU. Bordel faudrait arrêter de toujours me mettre en joue ou me balancer des grenades quand je tombe sur des alliés ! Messieurs les sergent, l'un de vous peut-il me dire quels sont vos objectifs actuels ? Et je suis médecin au passage, si l'un de vous s'est ouvert le pouce en utilisant son couteau de chasse pour buter un gosse...

Max donna l'ordre à son escouade de baisser les armes et s'approcha de l'adjudant et le salua, en gardant quand même une distance de sécurité.

-Sergent Kelrod au rapport, objectif actuel : Détruire l'écran géant se trouva sur la façade du bâtiment en face du siège du gouvernement ainsi qu'éliminé civils et rebelles présent dans la zone. Et pour ce qui est de notre état de santé, aucun problème. Maintenant, à part si vous avez des ordres contradictoires, nous allons continuer notre route et remplir notre objectif. Votre aide sera la bienvenue adjudant.

Max le salua à nouveau et fît signe à ses hommes de le suivre. Le groupe de l'adjudant Summers, après mûres réflexions, suivi le mouvement, d'autant que le bâtiment en question n'était plus qu'à une centaines de mètres. Maintenant plus d'une dizaine, les soldats s'arrêtèrent non loin d'une entrée.

-Restez ici, Gareb avec moi.

Les deux marines trottinèrent en direction de la porte de service et se plaquèrent chacun d'un côté. Ils avaient fait le tour du bâtiment pour pour arriver par derrière. Gareb s'apprêtait à enfoncer la porte quand Kelrod le stoppa.

-C'est trop simple... il s'arrêta de parler, pensif, puis reprît, par là !

Ils longèrent le mur pour se retrouver sous une fenêtre, se trouvant à six mètres de hauteur. Facilement accessible avec une courte échelle.

-Une fois que je suis rentré, vous rejoignez les autres et vous m'attendez.

Max utilisa son M6C socom pour briser la fenêtre, Gareb lui fila un coup de main pour grimpé et il entra à l'intérieur. Cinq bonne minutes plus tard, la porte de service s'ouvrit, les marines en embuscade dans la ruelle pointèrent leur canons en direction de l'entrée de service. Le sergent Kelrod apparu et leur fît signe de venir. Il se hâtèrent de le rejoindre. Max referma la porte quand le dernier marines entra et tourna vers ses hommes.

-La porte était piégé avec des grenades à fragmentation reliés à un fil. Si on avait ouvert, je vous laisse deviné où nos morceaux serait partit. J'ai gardé les grenades, ça nous en fera plus pour détruite les attaches. Attention ou vous mettez les pieds, ça glisse par là bas.

Une dizaine de mètres plus loin, à l'angle du couloir, on pouvait apercevoir des bottes baignant dans une flaque de sang. Max avait égorgé ce rebelle sans que celui ci ne se doute de quoique ce soit. Il avait tué deux insurgé. Le premier était venu à cause du bruit de vitre brisé et le second était posté dans le couloir.
À présent à l'intérieur, leur mission pouvait enfin commençait.

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virgil Summers
Marines, Forces Spéciales, Capitaine
avatar

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 02/07/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : DMR
Autre Compte : Alik 'Azuri
Arme n°2 : Pistolet M6D/Couteau de combat

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Lun 12 Nov 2012 - 17:15

<< Sergent Kelrod au rapport, objectif actuel : Détruire l'écran géant se trouva sur la façade du bâtiment en face du siège du gouvernement ainsi qu'éliminé civils et rebelles présent dans la zone. Et pour ce qui est de notre état de santé, aucun problème. Maintenant, à part si vous avez des ordres contradictoires, nous allons continuer notre route et remplir notre objectif. Votre aide sera la bienvenue adjudant. >>

Virgil acquiesça, n'ayant pas d'ordre précis depuis le début du combat, aider des marines dans le leur était la moindre des choses. Il questionna son groupe pour savoir s'ils avaient des ordres contraires alors que le groupe de Kelrod continuait sa route. Une fois que tous ses hommes avaient répondu, Virgil soupira avant de prendre la tête pour rejoindre Kelrod et les autres. Son affichage tête haute indiquait qu'ils étaient eux aussi des forces spéciales, pourtant ils ne semblaient guère heureux de voir l'un des leurs, peut-être étaient-ils dans cette affectation depuis peu ?

<< Restez ici, Gareb avec moi. >>

Virgil soupira à nouveau, il avait beau suivi leur groupe, le fait qu'on lui ordonne quelque chose le rendait perplexe, surtout venant d'un moins gradé. Mais bon, il allait de toute manière envoyer des éclaireurs alors bon. Et puis ce sergent semblait assez bon dans ce qu'il faisait, inutile de tout chambouler en faisant son gradé impétueux.
Après le départ de kelrod et gareb, Virgil ordonna au reste du groupe de se positionner derrière les différents abris possibles pour abattre tout hostile qui voudrait montrer le bout de son nez. Gareb revint finalement, expliquant la situation à l'adjudant, avant de rejoindre une des positions retranchées. La porte s'ouvrit finalement, révélant le sergent Kelrod.

<< La porte était piégé avec des grenades à fragmentation reliés à un fil. Si on avait ouvert, je vous laisse deviné où nos morceaux serait partit. J'ai gardé les grenades, ça nous en fera plus pour détruite les attaches. Attention ou vous mettez les pieds, ça glisse par là bas. >>

Virgil passa sa tête et observa le cadavre de deux insurgés. Kelrod était donc un bon soldat. Virgil passa ensuite en tête du groupe, et entama la progression en vue d'atteindre l'escalier principal qui permettrait d'atteindre les étages supérieurs, puis les attaches de l'écran. Il s'arrêta à la bifurcation d'un couloir, levant son poing. Il marcha silencieusement jusqu'au côté opposé et remarqua un rebelle qui fumait tout en regardant le petit écran où était diffusé le Grand-Duc. Vrigil s'approcha doucement tout en sortant son couteau de combat, avant d'égorger le rebelle tout en appuyant sur ses articulations pour le faire plier. Il déplaça ensuite doucement le corps, alors que le reste du groupe le rejoignait. Ils continuèrent leur route, empruntant l'escalier de service. L'un des soldats se blessa avec un débris de verre au bras en poussant un petit râle de douleur étouffé. Virgil lui lança un morceau de bandage et de l'alcool, avant de continuer à monter. Il s'arrêta devant un plan du bâtiment alors que Kelrod et Sorince le rejoignaient.

<< D'après ce plan, les conduits d'aération sont encore activés et en service, et les attaches principales de l'écran sont au sixième. Cependant, on peut neutraliser cet écran de mes deux en flinguant tout le système de relais radio et satellitaire, mais là on doit allez jusqu'au dixième... Si la résistance reste aussi légère, on pourra facilement se rendre là-haut et désactiver ce truc sans utiliser d'explosif, de munitions, et sans risquer de dommages collatéraux en bas de la rue. On y va. >>

Ils avancèrent donc, arrivant au deuxième, puis au troisième. A chaque fois, il n'y avait que peu de résistance.
Virgil progressait toujours en tête, jusqu'à ce que son radar ne détecte un myriade de points rouges à l'étage du dessus. Il stoppa la marche du groupe tout en déclarant :

<< Putain, on a une vingtaine de salauds qui se trouve juste au dessus de nous. On va progresser en pointe, Kelrod vous prenez la tête du groupe à partir d'ici, vous serez nos yeux et nos oreilles, vous pourrez également donner les ordres de déplacement si vous le souhaitez, jusqu'à ordre contraire naturellement. Faites gaffe aux angles et aux tirs fratricide, surtout toi là, l'ancien odst avec ton sniper ! Utilise ton pistolet, c'est un ordre ! >>

Kelrod fit un signe de tête approbateur et le groupe monta donc au cinquième, et tomba sur les vingts rebelles. Virgil vérifia que son chargeur était bien enclenché et après s'être assuré de ça, plaça l'arme contre son épaule, et commença à viser, attendant que le reste du groupe ne soit en place...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jin Watanabe
Black Rock Company, Chien fou
avatar

Nombre de messages : 38
Date d'inscription : 14/10/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 :
Autre Compte :
Arme n°2 :

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Lun 12 Nov 2012 - 17:39

Un sale mal de crane . . . c'est ce qui guettait Jin après ce qu'il s'était enfilé comme whisky depuis les quelques heures où lui et la moitié des effectifs terrestre de la BRC avaient été mobilisés au siège du gouvernement. L'ex-pilote n'avait pas signé pour se retrouver affecté à de la protection de VIP, quels qu'ils puissent être, mais bien pour partir très loin d'ici. De part son "rang" au sein de la PMC on lui avait affecté un Warthog M831TT de première génération ainsi que quelques hommes qu'il avait rapidement envoyé se poster où bon leur semblait autour du bâtiment à garder. Lui pendant ce temps là avait profité de la bâche qui recouvrait le véhicule et du sigle menaçant "BRC" qui éloignait les curieux pour s'adonner librement à la boisson.
Le centre de formation de la BlackRock avait eu beau le remettre d’aplomb physiquement, l'alcoolisme qui s'était développé en lui comme un cancer n'avait pas encore terminé de le ronger, et il prendrait tout son temps pour en finir avec le japonais, à moins que quelqu'un d'autre ne s'occupe de lui avant. Une bouteille plus tard le semblant de lucidité qu'il avait su conserver jusque là s'effondra avec lui, et comme à son habitude pour ce genre de mission il entama un petit somme bien mérité au fond du 4x4 tandis que les nuages s'épaississaient au dessus de sa tête.

Les heures filèrent sans que le japonais ne remarquent rien, assommé par l'alcool il manqua tout le début de la fête, les civils tués, les rebelles, ses "collègues" vidant leurs chargeurs sur tout et n'importe quoi . . . finalement son mini-coma était presque une bénédiction. "Presque" car sans lui il aurait surement remarqué que ce qui ressemblait le plus à un civil s'était introduit à l'arrière du Warthog pour récupérer des armes et embarquer des radios. Le courageux aventurier avait dut remarquer le 4x4 que Jin avait garé devant le grillage arrière du gouvernement à plus d'une centaine de mètres de chaque poste de garde (histoire de ne pas être dérangé durant sa "pause") et dans le bordel général s'y était introduit. Ses motivations étaient sombres, peut être une histoire de vengeance, peut être juste un justicier écœuré qui voulait rendre la monnaie aux tueurs de masses, peut être juste un psychopathe excité par l'odeur du sang.
Quoi qu'il en soit la pénombre qui régnait dans le véhicule avait masquée le corps inanimé de Jin qui gisait à coté des radios qui crachaient des informations alarmantes sur tout les canaux. Le nouvel arrivant n'avait pas porté son regard jusqu'au japonais qu'il avait déjà mis la main sur une caisse de grenades et de fusil MA2B. Trop heureux de sa découverte il fit sauter sans précautions particulières le couvercle de la réserve pour se saisir d'une arme. Le bruit sourd du métal qui s’entre-choc raisonna dans l'habitacle blindé du Warthog jusqu'au tympans usés de Jin, le tirant d'un lourd sommeil pas très réparateur.
Il lui fallut certainement plusieurs minutes pour ouvrir les yeux et remettre son cerveau en état de marche, difficile à dire, mais une fois que ce fut fait il commença à analyser le paquet d'information qui lui arrivait en même temps : Une silhouette sombre fouillait le conteneur à fusil, les radios derrière lui demandaient des renforts de tout les cotés et surtout un bruit caractéristique et reconnaissable entre mille lui glaça le sang : La guerre, dehors, sur Terre, à quelques mètres de lui. Tandis que l'ombre qui lui faisait face continuait de remplir son sac il reprenait doucement possession de son corps, ses jambes déjà, puis ses mains, il s’aperçut d'ailleurs qu'il tenait toujours la bouteille de whisky qui l'avait mis dans cet état, il en restait encore un peu d'ailleurs.
"C'est l'heure de bouger", à cette pensée Jin se leva en s'appuyant contre le warthog et se dirigea lentement, en titubant à moitié vers son invité. A peine le temps de se retourner pour lui que le Japonais lui envoya un coup de bouteille en plein sur la tête, assez fort pour que le cerveau cogne contre la boite crânienne propulsant à son tour le civil au pays des songes, pas assez pour le lui exploser. A son grand étonnement la bouteille n'explosa pas sous le choc, il l'examina de plus près tandis que l'autre homme tomba lourdement au sol, laissant tomber son sac plein de trouvailles. "Yamazaki Bourbon Barrel, 12 ans d'age" . . . sans trop savoir pourquoi il décida de la garder avec lui, essuyant le sang avec sa chemise rouge, un peu de réconfort dans ce monde de brutes.

Dix minutes plus tard le contractor sortait du 4x4, il avait ajouté à son jean et sa chemise rouge un gilet par balle aux couleurs de la BRC, une poche avec quelques grenades et enfin un fusil MA2B. Il ne ressemblait à rien d'autres qu'une épave, il ne s'était pas rasé depuis plusieurs semaines et avait un regard vide, une épave avec un fusil . . .
Les cris et les coups de feu semblaient venir en grande partie de la porte avant du siège, mieux valait donc contacter un poste de contrôle arrière pour avoir plus d'infos. La centaine de mètres à franchir entre le Warthog et l'accès arrière offrirent à Jin de retrouver un peu de lucidité, suffisamment pour comprendre que tout le bâtiment était pris d'assaut.
L'accès arrière avait été en grande partie déserté, la raison que le japonais ignorait à ce moment là était qu'un char venait de faire son entrée sur le champs de bataille et qu'ils ne se trouvaient pas du bon coté du canon. Malgré le brouillard qui obscurcissait l'ensemble de sa vision il remarqua tout de même les dizaines de cadavres de civils devant l'entrée . . . dérapage de la BRC ? Des rebelles ? Jin n'en avait aucune idée, il se contenta donc de passer les quelques gardes encore présents pour rejoindre l'intérieur du bâtiment, finissant son reste de whisky au passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allan Soyana
Vigilant, ancien policier
avatar

Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 30/07/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : M6C
Autre Compte : Van 'Rashakee
Arme n°2 : Bouclier anti-émeute

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Lun 12 Nov 2012 - 18:26

Les escaliers de la Mirabelle étaient hautement gardés et l’inclinaison des marches ne fit qu’accentuer la peine que le jeune policier eu pour gravir les quelques paliers. A chaque fois il fallait décliner son identité avec un flingue sous le nez. Après une dizaine de minutes, le jeune homme put entrer dans le conseil de guerre improvisé. La salle était éclairait par une faible lueur provenant d’une lampe de chevet. Dans les ténèbres se tenaient deux silhouettes : un ODST bardait de bandes bleues et un homme, jeune avec un fusil d’assaut dans le dos. Allan était un peu perdu, il avait dut lâcher ses hommes pour se rendre au rendez-vous. La sueur séchait petit à petit sur son front et cela lui fit un peu de bien. Les deux inconnus ne semblaient pas d’accord, leurs plans convergeaient sur le but mais pas sur la manière de faire.

-Messieurs ! Calmez-vous ! Dit alors Allan, avec une voix usée par les cris et les ordres. Il nous faut réfléchir efficacement. Voilà ce que je vous propose, on va continuer à mettre la pression sur les marines ! Moi et mes gars on continu de défendre notre place et on finit de vider le bâtiment. D’ailleurs, on a trouvé où est Miller, cette enflure est dans un bunker sous le bâtiment mais après j’en sais pas plus.

Allan prit le temps d’expliquer la situation : Ils avaient l’avantage et de temps à autre la Police pouvait leur envoyer des renforts mais cela n’était pas inépuisable. De plus, les émeutes avaient pris de l’ampleur, les soldats semblaient aux derniers rapports être complètement dépassé malgré leurs munitions incendiaires. Il manquait cruellement de chaleur dans cette salle, l’air était humide : Il allait bientôt pleuvoir sur Washington.

Allan, laissât les deux après avoir reçu un appel, l’écran géant du Boss rebelle avait était détaché. Il prit alors la route pour le combat en prenant au passage un fusil d’assaut et quelques chargeurs pour appuyer ses forces. Il fit bien comprendre aux deux hommes que quoique serait leurs décisions il pourrait le trouver au Gouvernement en train de finir de vider le bâtiment, ce n’était plus qu’une question de temps.

Lorsque que le Policier sortit de la Mirabelle une fine pluie se mit à tomber et la lune montrât le bout de son nez. Ses lourdes bottes claquaient dans les flaques naissantes et son souffle se mit à accélérer. Avant de rejoindre la place, il devait allait chercher une nouvelle arrivée de gars, plus petite mais dont l’utilité serait grande. Il prit à droite à la première rue et remonta une avenue contrôlé par une foule en liesse. Personne ne le remarquât et son route se poursuivit sur quelques centaines de mètres. Puis après avoir attendu quelques minutes sous un porche, un transport se pointât au lieu de rendez-vous, la machine blanche et noire recrachât une vingtaine d’hommes équipés.

-Allez les gars ! Faut rejoindre le Siège du Gouvernement à 500 mètres ! On y est presque ! Ensuite on vide la zone et on passe à la suite !

Un « Oura » général se fit entendre et la cohorte se mit en mouvement au pas de course. Bientôt, ils se retrouvèrent sur les lieux, c’était un véritable champs de bataille mais cela c’était calmé, le bâtiment était presque sous contrôle, ce n’était plus qu’une question de temps, déjà des Marines parties en déroute tentaient de se reformer avant d’être sauvagement matraqué par la Police puis abattu froidement d’une balle dans la nuque par les rebelles. On pouvait entendre dans le relatif calme le vrombissement de la foule lointaine. Le pas rythmé des Policiers fraichement débarqués emplir les vastes bureaux presque nettoyaient de toutes poches de résistances. Un jeune homme s’approchât de lui, il était presque aussi jeune et sans doute était-il du même grade que lui avant cette folle nuit. Il brandissait des grandes feuilles froissées et jaunies.

-Allan Soyana ? James Pertorosk, j’ai pris possession des plans du Siège il y a peu, on a découvert l’existence d’un bunker mais pas sa position exacte ni son point d’accès.

-Très bien, réunissait vos troupes et quelques autre personnes, cherchait cette entrée et mettait là en état de siège !

-Bien compris !

Le groupe se divisa et partit dans plusieurs directions avec une vélocité rare. Puis Allan sortit, la pluie avait pris de l’ampleur et le calme était presque parfait désormais. Ses pas le menèrent jusqu’aux grandes marches de l’entrée et par son oreillette passât le message suivant sur toutes les fréquences rebelles et alliées :

-Ici Allan Soyana, le Siège est tombé, Miller se terre mais on est sur sa piste, le bâtiment est grandement gardé, faite un sorte de diriger de la foule jusque ici, c’est la meilleure des sécurités. Maintenait, pour tous les membres de la Police, vous avez ordres de traquer et d’abattre si il le faut, tout élément ennemi ainsi que de supporter les mouvements de révoltes. Bravo Messieurs ! Gardez la cadence !

Les cohortes de Policiers s’étaient reformées à l’extérieure, près du tank. Tous étaient blessés ou usés mais ils étaient fiers. Ils l’avaient fait ! Mais tout n’était pas fini, la plus grande chasse à l’homme de l’Histoire allait maintenant débuter, le Siège était presque tombé et bientôt ce serait la population qui viendrait rendre compte aux Marines encore retranchés de leurs acharnements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Providence
Destinée
avatar

Nombre de messages : 103
Date d'inscription : 20/06/2012

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Lun 12 Nov 2012 - 18:46

Tout était flou dans Washington.

Les combattants rebelles et policiers étaient persuadés que la bataille allait être gagnée et que tout serait bientôt terminé... C'était sans compter sur les renforts marines, qui étaient attendus depuis pas mal de temps.

Les guerriers de la justice furent repoussés en dehors du siège du gouvernement, leur infligeant de lourdes pertes alors que le tank scorpion volait en éclat suite à une pluie de roquettes tirées depuis les ruelles adjacentes à sa position.
Les forces rebelles se retranchèrent donc dans les bâtiments sud-est, nord et ouest tandis que le reste des positions cardinales étaient maintenant contrôlés par le CSNU.

Au niveau de l'écran géant, le groupe de l'adjudant Summers continuait sa progression afin de faire tomber leur objectif, le dit écran.
Le combat n'était pas achevé, et en quelques minutes, la situation avait changé, cette fois, c'était les marines qui avaient l'avantage...

Poursuivez vos efforts marines, et la victoire sera votre ! Ne lâchez rien rebelles, ce n'est pas perdu ! Des plans ont été annoncés, parfois écoutés, parfois rejetés, mais une chose était sûre, il faudra écouter tout le monde et collaborer pour pouvoir enfin traquer et trouver John Miller...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Will Ost
Rebelles, Traître, Ancien ODST
avatar

Nombre de messages : 646
Localisation : [Tracking... Reach... Not Found]
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 18/10/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil Sniper SRS99C-S2 AM
Autre Compte :
Arme n°2 : Pistolet M6C //\ Couteau de Combat

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Lun 12 Nov 2012 - 18:56

Malgré les efforts des policiers et des insurgés sous mon commandement, la rage du corps à corps ne pouvait captiver l'attention de l'ensemble des réguliers présents dans le siège. Ainsi, l'efficacité des canons de nos fusils d'assaut couplés aux boucliers des forces de l'ordre devenait limité minute après minute. Les fidèles du colonel n'avaient certainement pas oublié que ces ascenseurs pouvaient nous offrir un accès direct aux sous-sols dans lesquels s'était réfugié notre cible. Il nous fallait alors fournir à coup de crosses et de lames les précieuses minutes nécessaires à mes sapeurs pour mettre en place un système de descente adapté.

« Messieurs, au contact. »

Je m'efforçais, à chaque instant où les marines s'approchaient dangereusement, de garder mon calme en donnant cet ordre. Nous étions tous pris dans cette frénésie du combat, où les gestes deviennent mécaniques, la concentration poussée à l'excès. Cependant, le flux ennemi s'estompait peu à peu. Leurs assaut diminuaient d'intensité, et nous n'avions presque plus à rompre les rangs protégeant mes sapeurs pour renverser la vapeur. Ils se réorganisaient. Se regrouper était la seule chose qui restait à faire pour les derniers partisans de Miller, et pas la moins futée.

Les communications des insurgés commençaient à se clarifier, du moins celles des policiers s'étant auparavant rué sans ordre apparent sur le siège. Il était temps de les mettre à contribution pour investir les souterrains. Leur savoir faire en combat rapproché devait compenser leur inexpertise martiale. Je l'espérais pour eux. Après un bref check up des lignes, je parvins à retrouver l'ID Com de l'officier de police que j'avais alpagué au début de la confrontation.

"Monsieur Soyana ? Lieutenant Ost. Je me trouve avec une poignée de vos hommes et ma section au Rez de chaussée dans l'aile Ouest du bâtiment, où mes sapeurs forcent actuellement les cages d'ascenseurs menant au complexe souterrain dont le contenu devrait vous intéresser. Notre tankiste ayant eu l'obligation de me confier vos ID, en tant qu'officier en charge des forces de la Cause je vous propose de nous rejoindre afin d'aller au bout de ce que le colonel Miller a commencé ! Choisissez une douzaine d'homme, n'hésitez pas à récupérer masques à gaz et grenades à fragmentation sur le chemin, nous en aurons l'usage. Terminé."

Drieisen vint me tapoter l'épaule. Cette manie lui venait d'un de ses hommes, qui avait la fâcheuse habitude de prévenir ainsi son supérieur des accrocs ou plus simplement, de ses bourdes. Fort heureusement, mis à part une barre en fer tombé dans la cage d'ascenseur du milieu, il n'en restait plus qu'une à ouvrir avant de pouvoir investir les sombres couloirs du bunker souterrain. Mon groupe hétéroclite commençait à échanger équipements et munitions appropriés pour un combat bien trop rapproché à mon gout. J'avais fait mes armes chez les éclaireurs. Ce n'était décidément pas le moment de penser à cela.

Et avant même que cette troisième porte fut seulement entrebâillée, les renforts arrivèrent. Mais pas les nôtres. Les marines réinvestirent le siège, exécutant sommairement les sentinelles insurgés laissé ça et là dans les couloirs, bousculant les forces de police occupant le parvis, réduisant en cendre le soutien de taille qu'était notre char scorpion. C'était la débâcle, et nous ne pouvions plus tenir notre position. Avant même de pouvoir songer à poursuivre l'assaut du souterrain, nous dûmes nous replier, la rage au cœur. Les forces rebelles prirent le parti dans cette retraite forcée de se retrancher dans les bâtiments sud-est, nord et ouest.

"On arrête de forcer Drieisen !"

Je pris ce dernier par le col alors qu'il s'obstinait à ouvrir sa troisième porte. L'heure viendra, mais il était plus urgent de s'assurer de la sécurité de nos forces. Sur ces mots, nous forçâmes le passage vers l'extérieur. Économie des forces, concentration des moyens, optimisation de l'action: telles étaient les règles de la guerre. Il était absolument indispensable de conserver cela à l'esprit, malgré le caractère peu conventionnel de cette escarmouche. Nous allions y parvenir. Mais pour cela, une synergie des forces divers et variées dont nous disposions était nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allan Soyana
Vigilant, ancien policier
avatar

Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 30/07/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : M6C
Autre Compte : Van 'Rashakee
Arme n°2 : Bouclier anti-émeute

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Lun 12 Nov 2012 - 21:41

Tout c'était passé si vite ! La situation avait prit une tournure complètement folle ! Le Roi était presque échec et mat ! Bon sang ! Soudain, des Spartans et des renforts Marines ! Les roquettes fusaient encore en tout sens quand Allan rouvrit les yeux. La poussière et la fumée lui brûlait la rétine,chaque muscle de son corps étaient devenu douloureux désormais. Il se relevât avec difficulté, ressemblant le reste de son corps de combat et quelques rebelles encore en vie. Le choc avait été brutal et démesuré, la pluie était désormais teintait de rouge et le ciel lourd commençait à cracher de puissantes gerbes d’électricités. La terre s'ouvrait par endroit à cause des explosions, les lieux étaient ravagés par les combats, le tank était détruit. Avec l'aide de Carlson qui avait une balle dans le bras, il se dirigeât dans un cratère. Son oreillette était complètement explosée et les liaisons semblaient brouillées par les ondes basses fréquences des explosions. Allan hurlait ses ordres sans réellement connaître leurs effets. Puis, lorsqu'il eu rejoint sa planque provisoire, il remarquât le corps évanouit de la jeune rebelle dans le tank. Il allât le chercher après s'être remis sur pied.

-Messieurs, on dégage jusqu'au Sud-Est, c'est la position principale ! Allez ! En route !

La fuite fut assez ridicule quoique relativement réussit. Les groupes se réunirent tant bien que mal à une centaines de mètres du siège du gouvernement, la rue ne formait aucun angles et les murs parfaitement lisses n'offraient pas de planques aux futurs assaillants. La rue se finissait en T avec un grand bâtiment à façade dont le rez-de-chaussée avait vu son mur partir partiellement en fumée. La troupe en piteuse état arrivât finalement jusqu'au bâtiment.

-Repartissez vous dans les étages et barricadez les entrées ! On a des munitions là ?


-Négatif ! Nos réserves sont parties en fumées, il va nous falloir économiser !

-Une balle un mort Messieurs !

La Résistance s’organisât comme elle se put. Un espèce de QG avait était établit dans ce bâtiment, son nom serait : Endurance ! Les assaillants virent bien vite et les Policiers eurent seulement le temps de déplacer quelques carcasses de voitures calcinés et des poubelles pour renforcer leur position. Le combat allait être bien plus rude que prévu voir … Désespéré. Le toit étant dégageait il pouvait accueillir des renforts à moins d'avoir de nouveau des communications avec le reste du mouvement. Sur le toit fut placé une mitrailleuse prit sur un warthog abandonné pour arrosé toutes agressions venant du ciel. Comment allez t-ils faire ? Bonne question.

Les combats prirent peu à peu de l'ampleur et le bâtiment se trouvât vite harcelé par des tirs des chiens d'en face. Allan, tirait avec la plus grande précision qu'il pouvait mais avait bien du mal à toucher pour tuer voir à toucher tout court. Le feu était disproportionné. Puis, le jeune Policier appela son meilleur homme pour une mission d'une difficulté folle : James Ramirez.

-Ramirez ! J'ai besoin d'un contact avec le QG de la Police et le reste des sympathisant, nous sommes au 2556 Hole Street ici, vous allez partir par le toit à me trouver Alexandre Alymachin ! Vous prenez Dunn avec vous et quelques munitions, ,,otre survie dépend intégralement de vous. Quand vous aurez un contact, envoyez nous des renforts et des munitions et demandez de prend ces monstres à revers par l'Ouest, y'a personne là bas logiquement.

-Bien reçu !

-Et ramenez moi une putain de radio !

Le duo de choc prit la route en passant par les toits plats de la cité Américaine. Endurance menaçait de s'abattre sur eux à tout moment tant l'édifice était fragile mais il devrait faire comme eux : endurer. Puis, comme pour détendre l'atmosphère Carlson criât dans le point de résistance : « Si ce bâtiment s'effondre pas et que l'on survit je passe tout mon salaire de fonctionnaire pour le faire réparer ! » La blague n'était pas du meilleur des goûts mais au moins cela avait un peu remotivé les troupes qui en avaient bien besoin.

Les balles sifflaient au dessus des casque des Policiers et des rebelles retranchés dans l'édifice. Soudain, une idée vint à l'esprit de Soyana : Will ! Bon sang ! Cet enfoiré était encore dans le Siège du Gouvernement ! Pourvu qu'il trouve Miller et lui fasse payer d'une bastos dans le buffet , voir deux pour être sûr. Le tonnerre grondait dans le ciel et les explosions le concurrencé au sol.

Allan se dirigeât vers le fond du bâtiment, une oreillette était encore fonctionnelle au final et il put joindre Ramirez avec des interférences dignes d'un hiver nucléaire. Son commando venait de passer les lignes ennemis discrètement et traçait vers les soldats de la Cause à toutes blindes. Allan fut prit d'un tel élan d'enthousiasme qu'il se dit qu'un coup était à jouer. Tout le monde l'avait vu sourire mais pas pourquoi.

-Ramirez et Dunn sont sur le site ! Des Spartans auraient changés de camp ! Oura !


Il rejoignit la ligne en courant et en sautant au dessus des débris. Il tirait de courtes rafales camouflaient par les cris de joies des Résistants. Son mensonge avait marché et peut être que la soirée allait enfin leurs sourire un de ces quatre.


Allan allumé tout ce qui bougeait avec son maigre chargeur, disons que les munitions il y en avait mais sûrement pas pour plus d'une heure , une heure et demi. Le sang coulait sur l'arcade du jeune policier et son bras devenait de plus en plus douloureux à mesure qu'il tirait avec son fusil. Les douilles fumantes commençaient petit à petit à recouvrir le sol. Un ancien parquet noircit pas les ages et désormais ravageait par la fumée et le feu qui semblait avoir prit pendant un temps dans l'édifice. Le sol se craquelé sous les pas des Policiers courant dans tout les sens, têtes baissaient , afin de récupérer un chargeur ou quelques balles. A un moment, un Falcon ennemi se mit à fondre sur Endurance avec la ferme intention de faire taire une fois pour toute la résistance.

-Allan ! J'm'en occupe ! Je monte à la mitrailleuse pourrir cet oiseau !

-Bien reçu Carlson ! Magnes toi, on a besoin de tireurs d'exception ici !

-Ok ! Attendez moi un peu !

-Comptes pas sur nous pour ça !
Hurlât une jeune recrue dans le fond.

Le vétéran gravit les étages avec détermination puis prit l'escalier de service qui déversait le toit. L'arme lourde était posé sur un tri-pieds relevant plus du système D qu'autre chose. Il se mit à l'arrière et examinât l'arme quelques instant pour en comprendre le fonctionnement. Il finit par armer la mitrailleuse. Le Falcon fit un tour de reconnaissance puis se mit à refondre sur Endurance avec le même angle que la dernière fois.

-C'est l'heure des impôts trou duc !

Sur ce, la mitrailleuse se mit à cracher ses munitions sans interruption, le débit était fluide et Carlson, malgré son inexpérience avec ses engins, vidât une grosse rasade sur le cockpit du véhicule et cela semblât visiblement avoir touché le pilote. Le véhicule aérien gardât difficilement de l'altitude et finit par se poser un catastrophe sur le coin gauche du bâtiment en pulvérisant ses pales au passage. Les passagers sonnaient ne purent pas même prendre leurs fusils et se remettre de leurs émotions que Carlson leur fendit le crane avec la crosse de son fusil. Il put ainsi récupérer quelques armes et des munitions qu'il descendit tant bien que mal.

Dans la salle, Allan était assis, plaqué contre le reste du mur du bâtiment et récupérât au vol un chargeur que lui lançât l'ancien policier. Et petit à petit, secondes après secondes, balle après balle, l’espoir naquit dans le cœur d'Endurance. Ils ne survivraient sûrement pas à l'arrivée des renforts mais quitte à partir, autant en emporter un maximum avec eux.

De nouvelles gerbes de flammes sortirent d'Endurance et emportèrent un nombre dérisoires d'adversaires mais après tout, la guerre c'était pas leur truc. En y repensant, Allan ne pensait jamais avoir à tuer en s'engageant et si cette situation n'avait pas été la même il n'aura sûrement jamais ouvert le feu sur des « alliés ».

Ses membres s'étaient crispés depuis le début des combats et si par un hasard complètement fou il s'en sortait, il aurait des courbatures et une sacrée extinction de voix le lendemain. Sa jambe lui faisait d'ailleurs très mal et son corps avait du mal à tenir la cadence, plus d'une fois il se mit à terre pour reprendre son souffle et tenter en vain de calmer le feu qui parcourait son système nerveux.

Malgré l'acharnement des forces loyalistes, ils ne passaient pas, personne n'arrivait à passer Endurance ! Ils le feraient ! Même dans la mort ils le feraient ! Même dans la douleur ils le feraient ! Quoiqu'il en coûte ils le feraient !

Puis, alors que la situation stagnait à l'avantage des soldats loyalistes et que les gardiens de la Paix perdaient petit à petit du terrain, une voix familière vint retentir dans son oreillette …. Ramirez !


Dernière édition par Allan Soyana le Lun 12 Nov 2012 - 22:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Hordika
ODST, Sergent
avatar

Nombre de messages : 250
Localisation : Probablement dans l'espace ...
Humeur : d'humeur a sauter depuis l'espace.
Date d'inscription : 10/06/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Mitraillette SMG 7S
Autre Compte : Rell 'Ikiha
Arme n°2 : Pistolet M6C

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Lun 12 Nov 2012 - 22:22

Edward se contentait de ce qu'il savait le mieux faire ... ne rien dire et suivre les ordres. C'était comme ça qu'il était devenu marines, c'était comme ça qu'il avais finit par passer ODST ... et il aurais pas du arrêter en fin de compte. C'était tellement simple de faire simplement ce qu'on vous disais ... Limite inutile par moment, mais bon, on ne peut pas trouver de solution parfaite a ce genre de problème ... Au moins il n'attirais plus les emmerdes. Le marines suivait, braquait les cibles potentielles, baissait son arme quand il voyais que ce n'était rien ... Le sergent pouvais bien parler niveau munition, Edward avait toujours au moins 3 ou 4 chargeurs en "trop" sur lui .. A chaque mission il s'équipait pour une campagne. Une habitude qui lui avais été donné par ses missions d'ODST ... On sait quand on se fait larguer. Pour l'évacuation par contre, on peut toujours se brosser ... Même si ça pouvais sembler abusif, la situation lui donnais raison, il avais bien fait une fois de plus de prendre des stocks ... Stocks qu'il n'épuisait pas. Le chargeur de balles incendiaires était toujours en place, pas besoin de recharger, et de toute manière les autres aussi avaient la gâchette facile. Le sergent donna d'ailleurs un ordre a ce propos a un moment ... passer au couteau, sauf contre le petit chaperon rouge? Drôle d'idée quand on ne gardait que cette partie là ... Edward avait donc passé sa SMG 7S a la ceinture et avait pris son M6C SOCOM au cas où ... Les deux armes avaient des silencieux, donc pas de possibilité de lui reprocher de faire repérer toute l'escouade ... Et au pire, son couteau dormait sagement dans son autre main.

Le première classe restait donc globalement ... Inactif. A écouter les discussions sans y prendre part. A viser les civils sans tirer, les regardant simplement prendre feu. Les rebelles, idem. Les policiers quand ils en avaient croisé, idem. Mais maintenant qu'ils avaient atteints l'objectif, les choses allaient changer ... L'infiltration dans le bâtiment se fit en douceur. Le sergent savait ce qu'il faisait visiblement. Edward regretta presque que sorince n'ai pas essayé a sa place ... Il était sur que le chevelu aurait déclenché le piège des grenades ... Au pire ça faisait juste un fou de moins dans la nature. Après ce que Ed avait entre-apperçu dans la ruelle en se penchant une seconde, il n'avais plus aucun doute sur la santé mentale du sergent ... fou. Complètement fou. Le genre de fous qui prend du plaisir a buter une femme a terre en lui mettant un couteau dans l'oeil. Mais ed n'avais pas relevé. Lui même avais suffisament à penser avec ce qu'il avais vu sur ce toit ... était-ce vraiment lui qui avais tiré sur cette foule? Visiblement oui ... Un doute lui étreignait le coeur. A quand la prochaine rencontre avec lui même? Il ne pouvais pas le dire, mais ça le travaillait ... Mais pas le temps pour ça. Le bâtiment grouillait de rebelles visiblement ... Le M6C en main, l'ex ODST se prépara a agir au cas où.

_________________



"On m'a dit un jour que j'étais con. A celui qui un jour m'a dit cela. A tous ceux qui me l'ont dit par la suite. Et à tous ceux qui l'ont pensé.
Je. M'en. Fous.
Merci."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Will Ost
Rebelles, Traître, Ancien ODST
avatar

Nombre de messages : 646
Localisation : [Tracking... Reach... Not Found]
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 18/10/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil Sniper SRS99C-S2 AM
Autre Compte :
Arme n°2 : Pistolet M6C //\ Couteau de Combat

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Lun 12 Nov 2012 - 23:08

Au détour d'un couloir, non loin de la sortie du bâtiment la plus proche de la position des insurgés en retraite, une escouade de régulier ouvrirent le feu sur deux sections de rebelles que rien ne semblait arrêter. Et rien ne les arrêta. Une paire de grenades atterrirent aux pieds des marines fraichement débarqués, mettant fin au devoir d'une poignée d'entre eux, et dévastant le mur en béton déjà fragilisé au début de l'émeute. Nous n'avions plus besoin d'atteindre la porte, mes hommes manifestèrent leur joie de par leurs quolibet habituels.

"Si le lieutenant avait encore été de leur côté, ils auraient fait attention à leurs pieds !"

"Et si le sergent était toujours estampillé UNSC... Bah il aurait quand même détruit ce mur !"

"Allez les enfants, on traverse la cour de récréation, exécution !"

Ils s'y donnèrent à cœur joie. Dès qu'un obstacle offrait une protection suffisante, un couple policier et insurgé mettait le genou à terre, couvrant de leur feu leurs camarades. L'objectif était de rejoindre le plus rapidement possible le 2556 Hole Street. Nos munitions se raréfiait. Certains d'entre nous, prit sous les tirs des réguliers, furent impitoyablement fauchés avant même d'espérer rejoindre l'abri relatif du building en ruine, devenu notre "Fort Alamo". Ceux des policiers qui tenaient la place se révélaient peu touchant. Mais avaient le mérite d'offrir une distraction de taille à l'adversaire. Nous allions y arriver.

D'un bond, je passa en dernier les fenêtres du rez de chaussée du bâtiment, au nez de ses défenseurs. Nos brassards rouges les rassurèrent, et se remirent aussitôt à l'activité de la journée: le tir. Je pris alors le temps de reprendre mon souffle après cette course furieuse, le sifflement des balles ne s'atténuait pas à mes oreilles, la déception d'avoir eu ces souterrains à portée de main grandissait. Les douilles tintaient sur le sol de marbre du hall, les unes après les autres, un va et vient incessant de policiers s'affairait à porter secours aux blessés. Je me rendis compte que mes blessures de Pirth ne m'avaient pas oublié.

Mes hommes s'attelèrent à conseiller les défenseurs, soldats d'un jour, policiers indignés, hommes enragés contre cette ignoble trahison. Leur bonne volonté les honorait, notre savoir faire devait se charger du reste. M'allumant une cigarette, ruminant une autre approche pour gagner ces souterrains, j'entrepris de parachever le travail de mes hommes, anciens soldats de métiers pour la plupart. Tout en galvanisant les gardiens de la paix, je cherchais du regard leur officier. Il était temps de s'y mettre, et si je trouvais Soyana, il ne manquerait plus qu'un gradé des marines s'étant joint à nous pour s'employer à emporter le siège.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Akilydes
Service de Renseignement de la Navy, Spectre
avatar

Nombre de messages : 101
Localisation : Inconnue
Date d'inscription : 27/04/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : XBR55 Battle Rifle
Autre Compte :
Arme n°2 : M6D-SOCOM

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Lun 12 Nov 2012 - 23:28

Tout s'était enchaîné à une vitesse folle. Tout d'abord les deux gus qui étaient venus étaient repartis, le major du CSNU ayant auparavant fait des réflexions inutiles et des conseils bidons. Puis les renforts du CSNU étaient arrivés, et avaient repoussé la ligne de front rebelle en dehors du bâtiment.

Alexandre se trouvait avec toute sa section, masqué dans les ruines de divers bâtiment, alors qu'au loin le combat faisait rage. Le groupe avança dans les ombres de la nuit tombée, profitant de la pluie pour masquer leurs pas. Les transmissions radios rebelles et policières s'étaient soudain affaiblis avant de devenir une cacophonie monumentale. Ce ne fut qu'au bout de quelques minutes que le brouhaha cessa et qu'on pouvait à nouveau entendre les différents leaders et mouvements de foule.

Alexandre continua sa route, avant de finalement tomber sur deux policiers qui étaient avec le jeune lieutenant de police, ce Allan Soyana...
les deux hommes expliquèrent leur position actuelle vis-à-vis du siège et qu'ils étaient sous le feu ennemi.
Ils avaient le choix, continuer leur route et tenter de prendre le siège à eux tout seul, ou tenter de sauver un allié potentiel. Le choix était vite fait, ils allaient prendre le bâtiment... Après avoir sauvé Allan et ses hommes.

Ils couraient dans les ruelles sous la pluie battante et les bruits de combat de plus en plus violents et proches. Une fois le bâtiment en vue, Alexandre n'en revenait pas. Les policiers tenaient en respect les forces marines qui s'attaquaient au bâtiment nommé Endurance, et le champ de bataille exposait ses plus grandes prouesses, affichant les carcasses de divers appareils aériens et motorisés...
Les policiers se faisaient assaillir par un nombre affolant de marines. Mais rien d'impossible si l'on appliquait la bonne stratégie.

Les deux policiers présents accompagnaient Alexandre dans le groupe Vipère 1 alors que les trois autres groupes contournaient la place pour refermer la gueule du serpent.
Les marines continuaient à ouvrir le feu sur le bâtiment, et sans le savoir, scellaient leur sort. Vipère 3 et 4 s'étaient placés dans les bâtiments et se trouvaient au niveau des fenêtres, prêts. Vipère 2 eux, étaient non loin de Vipère 1 armés de leurs armes moyennes et longues distances. Tous, ouvrirent le feu lorsqu'Alexandre fît cligner sa liaison COM. UN déluge de feu recouvrit les forces loyalistes sur les flancs alors que les policiers continuaient leur défense acharnée. S'élever par l'effort, voila la devise qui convenait à ces hommes de justices qui luttaient non plus pour leur vie mais pour leur honneur et pour la vraie justice.

Les forces loyalistes baissaient à vue d'oeil sous cet assaut soudain, et une fois que les marginaux d'Alexandre repoussèrent les loyalistes, le calme retomba enfin sur Endurance, qui avait plus que bien mérité son nom.

<< Ici Alexandre Akylides, marginal cherchant la vengeance. Je viens vous sauver les fesses ! >>

Alexandre rentra ensuite en trombe dans le bâtiment, et observa stupéfait que des forces rebelles étaient présentes. Ost était sûrement présent mais Alexandre ne se focalisait pas encore sur lui. Il se dépêcha de partir à la recherche d'Allan et une fois qu'il le trouva, il observa un homme fatigué et las, adossé contre le mur du 2556 Hole Street et la tête dans les genoux. Alexandre vint se poster devant lui et, tendant sa main, déclara :

<< Courage l'ami, la bataille n'est pas encore perdue ! Vous avez, vous et vos hommes, une énergie sensationnelle ! Vous méritez d'être couvert de médailles, malheureusement la folie des hommes ne vous en donnera pas. Levez-vous, et faites exemple, c'est une icone dont vos hommes ont besoin, et vous avez la carrure pour ça. Alors, vous êtes prêts à vous battre Tigre 1 ? On a des munitions pour vous et vos hommes ! >>

Le policier fit un signe de tête approbateur, et une fois debout, suivi Alexandre au travers des couloirs en ruines. Il fallait trouver l'officier rebelle qui était présent dans ce conflit, Alexandre en était certain.

Une fois dans le hall d'entrée, le policier et Alex le virent enfin, Will Ost était là, rechargeant son arme. Alexandre se jeta sur lui et lui asséna un violent coup de poing au visage, faisant chanceler puis tomber au sol l'ancien ODST, celui-ci se releva aussi tôt alors que tout les rebelles et policiers présents s'étaient tournés vers eux.

<< Toi, pourriture, tu m'as laissé croire que Lyanna était morte à l'époque ! J'ai participé à tant de missions inutiles alors que j'aurais put la chercher et la sauver, quitte à mourir en essayant ! Je devrais te coller une balle dans le crâne pour ça, tu es aussi responsable que Miller à mes yeux. Mais malheureusement nous avons besoin de toi et de ton savoir faire militaire. Ma section m'écoute, mais pas le reste des forces rebelles, même si mon ami ici présent est prêt à m'aider. Alors, j'avais un plan, mais au vu de la situation, je doute qu'il ne se réalise, nous devons unir nos forces, je réglerais mes problèmes par la suite. Saches une chose néanmoins, je ne suis pas sous tes ordres, moi et mes hommes, nous acceptons uniquement de collaborer, est-ce clair ? >>

Debout, se tenant la tête haute et le regard glacial plongé dans celui de Ost, Alexandre serrait son poing à nouveau en attendant la réponse de l'ancien lieutenant ODST...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Will Ost
Rebelles, Traître, Ancien ODST
avatar

Nombre de messages : 646
Localisation : [Tracking... Reach... Not Found]
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 18/10/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil Sniper SRS99C-S2 AM
Autre Compte :
Arme n°2 : Pistolet M6C //\ Couteau de Combat

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mar 13 Nov 2012 - 0:16

j'avais fini ma cigarette, et laissé mon paquet à un policier blessé. Je cherchais parmi ceux ci leur officier, sans parvenir pour autant à l'identifier. Les communications étaient saccadés, cependant la défense prenait une forme plaisante, son efficacité s'était accru de par la discipline de fer d'homme ne connaissant pas le feu. J'étais impressionné par le courage. Approchant une fenêtre de tir, je fus pris pour cible, les coups me contraignant à baisser la tête, répondre de quelques rafales. Alors que je rejoignais le sergent Drieisen, qui murissait tout comme moi cette contre offensive qu'il ne fallait pas laisser tomber, le coup me fit trébucher.

Plusieurs années de Drill intensif me permirent de me remettre d'aplomb aussi vite que possible, une main sur mon holster. Je vis mes hommes incrédules ou irrités, ces derniers s'apprêtant à mettre en joue l'importun sans oublier leur poste. Je vis Akilydes, fulminant de rage. C'était sa fiancé. "L'exemple" de Miller, c'était sa fiancé...


Citation :

L'image apparu. C'était une vidéo, prise d'une caméra de surveillance, probablement intercepté avant le passage en sous espace des frégates rebelles par les vigilants. Cette dernière dont l'optique était fêlée et légèrement noircie par endroit peinait à reconstituer avec qualité une scène pénible à voir, mais que j'avais déjà visionné sept fois pour en mesurer l'importance.

Le M6C en main, un homme en costume faisait un passage devant des prisonniers rebelles. à genou devant la façade méconnaissable mais désormais familière du commissariat de Pirth, l'homme s'appliquait à loger une balle en plein front, à chacun. Des murmures grondaient dans les rangs. Certains Marines essayaient même de l'en empêcher, mais ces derniers disparaissaient très vite hors champ. Au fur et à mesure que mes hommes s'écroulait, je prononçais leurs noms derrière Alexandre, ayant entraîné l'un, sauvé l'autre d'un combat quelconque, recruté le suivant, combattu aux côtés d'encore un autre et ainsi de suite. Le colonel directeur du SRN John Miller, mais Akilydes ne pouvait le reconnaître, avait maintenant une dizaine de vies en plus sur la conscience. Alors il arriva au dernier rebelle. Une femme visiblement affolée par la sommaire exécution, mais digne. Le Colonel s'arrêta devant elle, la regardant quelques instants. Puis la vidéo se coupa.

Je m'approcha de lui, suffisamment pour clarifier la situation: rien de ce qu'il n'avait dit, de ce qu'il venait de me faire, ne m'avait touché.

"Vous étiez volontaires. Comme chacun d'entre nous, je vous ai dit ce que servir la Cause impliquait ! Non ?!"

Je pris le temps de calmer le ton, je ne devais pas m'emporter, quel qu'en soit l'enjeu, je ne pouvais me permettre une réprimande qui ébranlerait la confiance de mes hommes. Que pensais-je. Ils savaient tout cela peut être mieux que moi.

"Vous n'étiez pas prêt, ne vous avais je jamais tendu la main ? Vous avez du oublier ce que je vous ai montré dans cette salle."

Akylides commençait à reculer presque imperceptiblement, la haine qu'il portait dans sa voix se lisait toujours sur son visage. Ses hommes devenaient nerveux. Les miens, conscient du danger d'une baisse d'attention, poursuivaient leurs tirs.

"Vous étiez libre de me demander une mission d'extraction. Vous ne l'avez pas fait. Pourtant, sur cette vidéo, ce sont mes hommes que l'on exécute tels de vulgaires criminels, indignes de quelconques honneurs. Elle n'y perd pas la vie."

Je devins froid, mon regard, regagnant cette lueur, venu lors des sombres jours passés dans les geôles du SRN. Lorsque John Miller, bien avant d'être le bourreau de la fiancé de ce soldat, était le mien.

"J'ai sillonné les champs de batailles à leurs côtés, je peux vous dire leur valeur. Nous sommes ici pour donner un sens à cela, et vous m'en faite le procès. Qui ici n'a rien perdu aujourd'hui ? Saviez vous que mes hommes se sont infiltrés sur cette place au milieu de leur famille ?! Et vous croyez utile de frapper leur officier dans cette situation ?!"

Cette dernière pensée enflamma de nouveau le soldat qui est en moi. Je ne pouvais plus souffrir ces insultes déplacées, et remettre l'autorité à sa juste place. Nous avions une victoire à emporter. Je n'allais pas quitter cette planète sans la Gloire, légitime compagne de mes hommes, et des insurgés de ce jour sanglant. Alexandre Akylides encaissa le coup de poing dans son plastron, ainsi qu'une série d'uppercut dont le dernier l'envoya valser contre le mur. M'approchant de lui, je le releva d'un coup sec, l'appuyant contre le mur pour le maintenir debout. Mes yeux seraient les seuls à exprimer ma pitié. Je le laissa là. Déçu de l'homme.

"Officier Soyana, au rapport. Quelles sont les forces dont vous disposez ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Akilydes
Service de Renseignement de la Navy, Spectre
avatar

Nombre de messages : 101
Localisation : Inconnue
Date d'inscription : 27/04/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : XBR55 Battle Rifle
Autre Compte :
Arme n°2 : M6D-SOCOM

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mar 13 Nov 2012 - 1:03

La réponse de Ost avait été violente, et par ses mots, et par les coups qu'il rendit à Alexandre. Ceux-ci furent bien plus violent que le coup de poing qu'Alexandre avait rendu. Ses années d'art martial aurait put l'aider à se défendre en temps normal, mais il se laissait frapper. Se défendre et engager un long combat au corps à corps dans cette situation était inutile, et dangereux. Les hommes d'Alexandre auraient donné leur vie pour lui, et auraient engager le combat contre Ost lui-même s'il leur en avait donné l'ordre, mais cela n'était pas son intention, ça ne l'avait jamais été.

Ost se retourna finalement, alors qu'Alexandre crachait une flaque de sang sur le sol. Il adressa des mots à Allan qui avait assisté à la scène stupéfait. Alexandre prît la parole, répondant à chacune des phrases répondues à son égard.

<< J'étais volontaire, certes, mais j'aurais voulu plus d'espoir, chose que vous m'avez retiré en me montrant cette vidéo, quoi que vous disiez pour rassurer vos hommes. >>

Alexandre toussota, avant de reprendre :

<< Je n'ai rien oublié de ce que vous m'avez dit à ce moment là, et je n'ai jamais dit que vous n'avez pas tenter de m'aider dans cette épreuve, seulement que vous m'avez laissé croire qu'elle était morte. >>

Il s'arrêta quelques instants, reprenant son fusil d'assaut et le replaçant dans son dos, il avait recommencé à vouvoyer Ost, il ne savait pourquoi.

<< Elle ne perd pas la vie sur la vidéo, mais on ne la voit pas sauve non plus. Certes, ceux sont vos hommes qu'on abat, et je vous rappelle qu'à chacun des noms, la douleur se voyait en moi, et sur mes agissements corporels que morales... Je n'ai jamais dit que chacun des morts avaient moins d'importance que Lyanna... Pour cette fameuse mission d'extraction, je vous rappelle que peu de temps après cet entretien, une mission arriva et persuadé de sa mort, j'ai participé à la mission, encore une fois, nous voyons que l'espoir aurait changé la donne. Au lieu de ça, je suis allé capturé une capitaine de vaisseau qui croupit dans les geôles actuellement... >>

Il avança à nouveau, se replaçant au niveau du lieutenant. Non, il n'avait pas peur de se prendre de nouveaux coups, même de mourir sur cette place ici et maintenant. Son honneur avait disparu en même temps que la vie de sa fiancée.

<< Vous dîtes que j'insulte ces hommes et femmes qui combattent ? Je ne fais que le procès d'un lieutenant qui m'a privé d'un espoir de liberté. J'ai ma part de responsabilité, je ne l'ai jamais nié, mais vous avez aussi la votre, ne vous mentez pas. Les choses qui se passent et qui se sont passez sont horribles, et je ne peux qu'imaginer la peine qu'endurent et qu'endureront les hommes qui ont perdus ici leur famille. J'ai perdu la mienne il y a longtemps, et la seule chose qu'il me restait m'a été prise il y a peu. Oui, je crois utile de vous frapper. Vous me parlez de poids et de responsabilité. A vous d'assumer la votre. VOUS êtes responsable de ne pas m'avoir laissé l'espoir, ou à défaut de l'avoir entretenu. J'étais faible, la cause et vos idées me plaisaient, c'est pourquoi je vous ai suivit sur Sigma Octanus IV. Faites ce que bon vous semble, ignorez cette responsabilité si ça vous chante. Mais vous êtes coupable, quoi que vous disiez. >>

Alexandre toussa à nouveau, recrachant un peu de sang aux pieds de l'ancien TCAO.

<< Et vous ? Croyez-vous que me passer à tabac était une chose intelligente à faire ? Devant mes hommes qui ont eux aussi perdus autant que les votres. Ils ne sont pas sous votre commandement depuis longtemps certes, mais chacun ici a perdu des proches. Vous me parlez de volontariat, mais je vous rappelle qu'eux aussi, étaient volontaires. Leur tiendrez-vous le même discours, sachant qu'ils ont perdus femmes et enfants ? A vous d'avoir plus de coeur et de lucidité, WIll Ost. >>

Alexandre prit son magnum, retourna l'arme et la plaqua contre son front, prenant la main du lieutenant rebelle et le forçant à saisir l'arme.

<< Vous estimez que je suis faible et indigne des enseignements que vous m'avez apporté ? Que j'insulte les hommes présents ici ? Alors je ne suis que l'ombre de ce que j'étais, je ne suis qu'au même niveau que ces ordures que nous combattons dehors. Allez-y, abattez-moi, je n'ai plus peur, et n'ai plus rien à perdre. >>

Ost sembla hésiter un instant, avant de lâcher l'arme. Alexandre ne la ramassa même pas, et se retourna, avant de se diriger vers l'escalier principal. Il s'arrêta sur le seuil, avant de déclarer :

<< Je ne fais plus partie de votre... Cause lieutenant Ost. Mettez-vous ça dans le crâne. Je suis ici car je pense qu'en collaborant avec ce que je considérais autrefois comme mes frères nous pourrons terrasser la vilenie qui se trouve dans le siège du gouvernement... Visiblement, vous n'êtes pas prêts à comprendre qu'il existe d'autres chefs que vous. Les rebelles ne sont pas aussi soudés que vous le pensez Will Ost, ancien ODST du CSNU. Je vous admirais, ce fut la raison pour laquelle je vous ai suivis aveuglément et que j'ai participé aux différentes missions. Je ne vous admire plus. Montez votre plan avec Allan, mais n'oubliez pas que lorsque j'avais passé un appel sur les fréquences rebelles, vous n'étiez pas là, mis à part Allan et ce major du CSNU, personne n'était là. Alors ne venez pas me donner des leçons sur la stratégie, et encore moins des leçons de morale. Vous avez traversé l'enfer et je le sais. Ce n'est pas pour autant que vous devez vous en servir comme échelle pour juger les gens. J'ai traversé mon propre enfer, quoi que vous en pensiez. Si vous me cherchez, je serais au premier, cherchant un moyen de sauver mes hommes si personne n'accepte de laisser son ego de côté pour abattre Miller, chose que j'avais fait, malgré la colère que j'ai à votre égard... >>

Alexandre fit un signe de tête à Allan qui lui rendit, puis monta à l'escalier, suivi par ses 45 hommes...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Freeman
Rebelles, Traître, Ancien Marines des Forces Spéciales
avatar

Nombre de messages : 958
Age : 36
Localisation : Là où les combats sont !
Humeur : Tendus
Date d'inscription : 18/11/2008

Feuille de personnage
Arme n°1 : MA5B
Autre Compte : Rex - 98
Arme n°2 : M 90 (/ couteau)

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mar 13 Nov 2012 - 12:49

Le Warthog tenta de revenir à l'assaut, encore une fois, mais cette fois-ci il vola en éclat. Le Major soupira longuement, la nuit tombait rapidement quand on était occupé à massacrer des marines sous les ordres du SRN. devait-il les blâmer ? Lui même avait été sous leurs ordres, il avait massacrer des personnes dit "partisans du régime réactionnaire". Freeman regarda l'épave du véhicule qui n'avait pas chercher à fuir. Lentement, lui et ces hommes sous son commandement avancèrent vers le bâtiment à prendre d'assaut, marchant au milieu d'une dizaine de corps de TCAO et une dizaine de marines...Ainsi que des civils. John regarda ces hommes, comment avait-il fait pour rejoindre leurs rangs sans pour autant être des leurs ? L'image du colonel Logan, homme d'une cinquantaine d'année aussi mystérieux que les secrets du SRN et aussi effrayant que Miller quand il s'agissait de l'envoyer en mission. Rapidement, le marine réfléchi, Sa mission avait été de persécuter des insurgés, mais on l'avait envoyé sur terre... Puis, alors que les combats faisait rage, un ordre avait été donné "Abattre le Colonel Miller" sur leurs ATH.

Freeman regarda autours de lui une dernière fois, quand une impression étrange lui vint à l'esprit. Il leva son poings, regarda dans un appartement et fit signe à trois hommes de faire évacuer le bâtiment. Trois TCAO entrèrent, un ressortit avec un enfant dans ces bras, suivit des deux autres silencieux. John fut soudainement prit d'un doute, confirmé par la présence de Randy qui regardait un autre bâtiment. John venait de le fixer aussi... Sa ne tournait pas rond. John ordonna aussitôt l'activation de la VNA, puis ordonna à Carter de prendre le gamin dans ces bras.
Freeman montra ensuite l'entrée du bâtiment, ils étaient proche, mais avec un gamin dans les bras, le major se l'interdisait.


Messieurs, on fait demi-tour, Samuel, vous et trois hommes attendrez dans le bâtiment que je vous indiquerais sur votre ATH. Signaler sur ce canal tout se qui concerne le bâtiment à prendre d'assaut !

Freeman prit la tête du groupe de TCAO et avança en direction... Une seconde, endurance ? John ne répondit rien, et suivit la trajectoire que la section de TCAO qui s'y était retranché. Freeman passa dans une ruelle, silencieusement avec une vingtaine de ces hommes... Quand le bruit d'une nuque briser résonna dans le couloir. Freeman leva son M90 et avança, fouillant chaque salle qu'il croisait jusqu’à tomber sur un marine. L'homme regardait le cadavre d'une gamine, son arme se dirigea doucement sous sa mâchoire et regarda les TCAO, les larmes au yeux et appuya sur le chien de détente. Freeman regarda quelque seconde le corps et retourna en direction de endurance.
Lorsqu'il fut à l'entrée du bâtiment, un marine se rapprocha de lui, avec un sourire que Freeman reconnut, John ne lui fit qu'une poignée, posa une main sur l'épaule de Wellsey et lui fit signe de le suivre, ordonnant au TCAO de surveiller la zone.
Lorsque John arriva dans une pièce, il reconnut rapidement Ost et Alexandre, ainsi que Soyanna.
Freeman s'approcha des deux hommes pendant que Alexandre montait des marches.


Ex-Lieutenant Ost...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Will Ost
Rebelles, Traître, Ancien ODST
avatar

Nombre de messages : 646
Localisation : [Tracking... Reach... Not Found]
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 18/10/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil Sniper SRS99C-S2 AM
Autre Compte :
Arme n°2 : Pistolet M6C //\ Couteau de Combat

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Mar 13 Nov 2012 - 19:01

La tristesse et la fureur avait emporté Akylides. Il n'était que trop tard pour le raisonner. Il avait idéalisé ce qui lui avait tant couté en ma personne, tout comme il aurait pu rejeté la faute des tragédies dont il était victime sur le destin. Je ne pouvais rien à cela, et un homme tel que lui, malgré le fait qu'il avait fait auparavant ses preuves, ne pouvait plus retenir mon attention. Alors que je faisais tout pour que compte cette discipline, que s'impose l'autorité à chacun de mes hommes, ce dernier était emprisonné dans ses émotions, il voyait en l'officier le despote sadique jouissant du pouvoir. Encore une fois, décevant.

Mon seul tort avait été de n'être parvenu à lui apprendre à faire face, à s'abandonner dans la lutte. Quelque chose lui échappait quand il me demandait du cœur, et lorsqu'il prononça ce mea culpa, sa propre arme contre son front. Je n'en ai plus, pour une raison évidente. La guerre change la perception de l'homme et de son monde. Des valeurs naissent, d'autres disparaissent. Il n'était plus des nôtres, je ne l'en avais jamais blâmé, et pourtant. Je ne pouvais me résoudre à l'abattre. Il devait vivre, mais tant qu'il ne se fera à son fardeau, il aurait l'opportunité de redéfinir cœur et sacrifice.

Wellsey pénétra dans le bâtiment, une solide escouade de Helljumpers derrière lui, John Freeman à ses côtés. Ce fut l'éclairci de la journée, alors que la pluie commençait à tomber. Esquissant un salut réglementaire, je ne pu réprimer un grognement en entendant les salutations de ce frère d'arme. Lorsque le massacre avait débuté, je n'avais pu m'empêcher de penser à mes anciens camarades restés fidèles à l'UNSC, qui auraient pu désobéir, ou du moins y songer. Il en faisait parti. Mais discerner qui pensait quoi dans cette situation. Mes hommes profitaient d'une accalmie pour refaire leurs forces.

Ex-Lieutenant Ost...

Mon major, vous n'allez pas vous y mettre ? La trahison n'ôte rien à l'officier s'il continue de se battre.

Je tourna la tête vers Akylides rejoignant l'étage suivi de ses hommes, le désignant de ce fait par la phrase suivante.

Vous qui êtes un soldat, vous devriez comprendre cela... Mais ce n'est pas le sujet, vous voulez le traitre ou le traitre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryan Hicks
Banni
avatar

Nombre de messages : 219
Localisation : Affronte les Fantômes de son passé - [Inconnue]
Humeur : Froid, Calme, Patriotique
Date d'inscription : 18/06/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : ➢ M6D-Socom
Autre Compte : Amy
Arme n°2 : ➢ ➢ SRS99C-S2-AM (Custom)

MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   Jeu 15 Nov 2012 - 12:56

HRP:
 

Le sergent Kerold me répondit immédiatement par un hochement de tête significatif qui voulait dire un truc comme

-"Tire, mais si tu rates ton coup je te tue"

J'ai courrus alors en direction d'une voiture encore en état, déploya le bipied de mon fusil de sniper et mis en joue le pilote du Falcon, et dans l'instant suivant je pressa la gâchette, les balles incendiaires sont beaucoup plus efficaces que les " Full metal Jacket " au lieu d'augmenter la densité de la balle avec une explosion, la combustion constante de la balle permet de faire fondre les matériaux légers et moyen avant de transformer en véritable barbecue la cible.

J'avais fait mouche, le pilote du falcon s'enflamma quelque milisecondes après mon tir. Il n'arriva point à s'éjecté et le falcon, les passagers restant essayeèent de sauter avant le crash mais, il se firent découpé par les hélices du Falcon ce qui éclaboussa les murs ajdacents de sang et de boyaux.

A la vue de ce bain de sang le sergent sorince essquissa un léger sourire narquois, personnellement j'étais fier de mon tir mais j'aurais préféré le faire contre des covenants. Le sergent Kerold pris alors la parole.

"-À partir de maintenant, économiser vos munitions, on ne tire plus sur les civils."

On ne tire plus sur les civils, d'accord les ordres sont les ordres quoi qu'il en soit il était obligé d'obeïr sous peine d'être fusillé, enfin ce serait la peine logique dans ce genre de situation.

-Les ordres n'ont cependant pas changé, alors allez y au couteau, utilisé la ruse pour les approcher, faites ce que vous voulez, mais économiser. Les balles sont réservés aux rebelles. Bien entendu, éviter le couteau si vous voyez une civil déguiser en petit chaperon rouge, un bazooka à la main. On repart !

Hordika fit un léger sourire en entendant la comparaison des rebelles au petit chaperon rouge... Je mis la main dans ma poche de treillis et senti mon couteau, ce bon vieux couteau, la seule chose qu'il avait réussi à garder du temps ou il était encore un Helljumper. l'escouade continua la marche tout en direction de l'écran geant. il n'était plus très loin.

Quand soudain du bruit sorti d'une ruelle adjacente, un marine en sorti, toute l'escouade braqua ses armes en direction du marine... J'hésitais à demander s'il était ami ou ennemis, mais je ne fis rien. Je gardais le marine en joue avec ma SMG en attendant un contre ordres venant d'un des sergent.

-"Adjudant Virgil Summers, 49 ème régiment des forces spéciales du CSNU. Bordel faudrait arrêter de toujours me mettre en joue ou me balancer des grenades quand je tombe sur des alliés ! Messieurs les sergent, l'un de vous peut-il me dire quels sont vos objectifs actuels ? Et je suis médecin au passage, si l'un de vous s'est ouvert le pouce en utilisant son couteau de chasse pour buter un gosse..."

Je ne disais rien j'attendais qu'un supérieur prenne la parole, depuis Barren poser trop de questions et avoir des résponsabilitées n'était pas très bien vu. Un Adjudant ?... il manquait plus que ça, donc maintenant l'escouade était sous son commandement, au même moment le sergent Kerold ordonna à tout le groupe de baisser les armes et je fis un hochement de tête en guises de respect.

-"Sergent Kelrod au rapport, objectif actuel : Détruire l'écran géant se trouva sur la façade du bâtiment en face du siège du gouvernement ainsi qu'éliminé civils et rebelles présent dans la zone. Et pour ce qui est de notre état de santé, aucun problème. Maintenant, à part si vous avez des ordres contradictoires, nous allons continuer notre route et remplir notre objectif. Votre aide sera la bienvenue adjudant."

Le groupe était désormais sous le commandement de de l'adjudant, la cadence s'accéléra singulièrement, il ne restait plus qu'une centaine de mètres, maintenant plus qu'une trentaine... le groupe s'arrêta alors à côté de l'entrée du bâtiment cible. Le sergent Kerold était perplexe, c'était trop simple un bâtiment avec l'écran non contrôlé par les forces ennemis.

"Restez ici, Gareb avec moi."

Dans l'instant qui suivi, l'adjudant Summers donna l'ordre de se mettre à couvert derriere des débris non loin de l'entrée du bâtiment. deux bonne minutes passère et Kerold sorti par la porte tout en ajoutant à haute voix.

La porte était piégé avec des grenades à fragmentation reliés à un fil. Si on avait ouvert, je vous laisse deviné où nos morceaux serait partit. J'ai gardé les grenades, ça nous en fera plus pour détruite les attaches. Attention ou vous mettez les pieds, ça glisse par là bas

Des grenades ? Les rebelles s'attendaient alors à de la visite et nous serions prêts à les recevoir, quelle qu'en soit le prix nous anéantirons toute résistance. Une fois la porte passée, je remarquas que mon bras saignait, pourquoi je n'avais rien senti ? l'adrénaline ? Les améliorations qui m'avais fait enfant d'Orion ? Dans la seconde qui suivais l'adjudant me lança des bandages et une ampoule d'alcool pour désinféeter, j'appliquas rapidement la solution et fit le bandage, le sang fit rapidement passer le bandage du blanc à un rouge sang concentré et d'un hochement singulier de la tête je remerciais l'adjudant.

-"D'après ce plan, les conduits d'aération sont encore activés et en service, et les attaches principales de l'écran sont au sixième. Cependant, on peut neutraliser cet écran de mes deux en flinguant tout le système de relais radio et satellitaire, mais là on doit allez jusqu'au dixième... Si la résistance reste aussi légère, on pourra facilement se rendre là-haut et désactiver ce truc sans utiliser d'explosif, de munitions, et sans risquer de dommages collatéraux en bas de la rue. On y va."

Dommage collatéraux ? La ville était devenue un véritable zone de guerre les dommages collatéraux était obligatoire, mais rien que pour le plaisir de fauché les rebelles avec son fusil de sniper c'était partit pour le sixième étage. comme à la vielle école, fusil à l'épaule pour du combat au corps à corps, j'aperçu le sergent Sorince sortir une petite merveille de son bardas, un M45 mais, il n'était pas comme les autres qu'il avait vus avant, la pompe était d'un rouge sang avec une écriture sur le côté " The Judge " je regardas Sorince en coin et il fit un grands sourire tout en armant ses cartouches perforante, ça allait vraiment faire mal en combat raproché. C'est alors que l'escouade commença sa montée vers le sixième étage, l'ascension se fit assez rapidement la plupart des exécutions étaient silencieuse. Une fois au 3ème étage l'Adjudant ajouta.

"Putain, on a une vingtaine de salauds qui se trouve juste au dessus de nous. On va progresser en pointe, Kelrod vous prenez la tête du groupe à partir d'ici, vous serez nos yeux et nos oreilles, vous pourrez également donner les ordres de déplacement si vous le souhaitez, jusqu'à ordre contraire naturellement. Faites gaffe aux angles et aux tirs fratricide, surtout toi là, l'ancien odst avec ton sniper ! Utilise ton pistolet, c'est un ordre !"

J'avais presque envie de lui dire que je connaissais mon Job, mais il avait raison.
C'est vrai qu'un fusil de sniper en combat rapprocher n'était pas la meilleur solution, je mit alors mon sniper en bandouilère et vérifia la sangle afin d'être certain qu'il ne pourrai pas tomber et je prit mon Magnum et mon couteau, tout en restant resta à l'arrière du groupe, l'escouade monta alors jusqu'au cinquième étage, je mit dans les emplacements prévues tout en me préparant à vider mes chargeurs sur tout ce qui n'était pas UNSC.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Conversion : Partie 1   

Revenir en haut Aller en bas
 
Conversion : Partie 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Conversion : Partie 1
» simple bilan partie a 1000 points contre un nain
» Schema camouflage petit buisson pour futur conversion
» Kuraq Saurus - Speedy - Conversion et Peinture
» scenario et déroulement des partie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Halo Fight :: Espace contrôlé par le CSNU. :: 
La Terre
 :: Ville de Washington.
-
Sauter vers: