Forum Rpg sur l'univers d'Halo
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Horreur & Damnation! - Premier étage de la station

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Virgil Summers
Marines, Forces Spéciales, Capitaine
avatar

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 02/07/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : DMR
Autre Compte : Alik 'Azuri
Arme n°2 : Pistolet M6D/Couteau de combat

MessageSujet: Re: Horreur & Damnation! - Premier étage de la station   Dim 3 Mar 2013 - 15:55

Virgil avait récupéré le mystérieux fluide que lui avait montré le sergent Kelrod, puis il avait ordonné au groupe de se remettre en marche.

Du sang, comme dans le reste de la station les avait reçu avec tous les honneurs, déployant son "Tapis rouge"... L'escouade avançait, la pression faisant à nouveau parler d'elle.

Summers balayait les recoins avec son arme, tentant de masquer au mieux l'effroi qu'il ressentait et cette peur qui nouait son estomac. Certains avaient réussi à manger un morceau, lui, n'en avait rien fait et avait voulu communiquer avec l'extérieur pour refroidir son esprit et aviser les supérieurs de leur avancée.
Un bruit sourd se faisait entendre, ce qui ne renforçait en rien leurs pensées déjà inquiètes.

<< On se bouge. >>

Le groupe accéléra, jusqu'à atteindre un rythme assez soutenu, surtout pour les nouveaux de la BRC qui ne semblait pas tous bien tenir le rythme. Summers s'en moquait. Il tenait à la vie des marines, mais les autres cows boys indisciplinés, il ne s'en souciait pas. Naturellement, il ne voulait pas leur mal, mais si l'un d'eux lâchait le groupe, il n'hésiterait pas à leur coller une balle dans le crâne, surtout à cette rousse qui se croyait immortelle. Virgil lui aurait bien montré comment les soldats français pratiquaient le close combat. Mais il se changea les idées, se focalisant sur leur avancée et la tournure que prenait les évènements. Ne pas avoir d'ennemi à combattre l'énervait au plus haut point, comment pouvions-nous tuer quelque chose d'invisible ?

Silencieusement, il passa sa main sur son torse, sentant sa cicatrice. Si des élites camouflés étaient à l'origine du massacre, il leur ferait payer au centuple ce qu'ils avaient fait. Montrant aux aliens ce qu'un chirurgien connaissait aux faiblesses d'un corps.
Ils arrivèrent finalement devant la salle des générateurs. Summers activa le système d'ouvertures, et ils pénétrèrent à l'intérieur, un BRC et deux marines couvrant leur point d'entrée.

Quelques cadavres se trouvaient là. Virgil les examina et constata une mort par suicide. Les anciens techniciens présents avaient préféré se tirer une balle en pleine tête... Étrange... Il ordonna à Sorince de baisser le levier d'allumage, afin de restaurer l'énergie dans la station. Une fois le levier abaissé, Un lourd grondement se fit entendre alors que la lumière revenait en partie (les stations de ce type n'étant pas complètement éclairée partout) et le bruit caractéristique de la ventilation revenant. L'un des BRC tenta d'enlever son masque mais fut réprimandé par Summers. Ils ne savaient pas encore pourquoi la ventilation avait été coupée en même temps que le courant. Il contacta le Spartan Ordo afin de l'avertir lorsque les hauts-parleurs commencèrent à cracher un son. Il s'agissait d'une musique en fait, qui se répandait dans toute la station.


Les yeux de Virgil s'écarquillèrent alors que le son résonnait. Une goutte de sueur s'écoula dans sa nuque alors qu'il hurlait.

<< Bordel ! Bonzo, ça vient d'où ?
- Du centre sécurité mon adjudant !
- Ok, on se bouge là bas ! Personne ne peut avoir placé ce truc par hasa... >>

Il n'eut pas le temps de terminer sa phrase que la lourde porte qu'ils avaient franchi pour entrer se referma, piégeant leurs confrères en dehors de la salle.

<< Hordika ! Ouvrez-moi cette foutue porte ! >>

Le marines commença à bidouiller les mécanismes alors que des cris, ceux de leurs camarades, se faisaient entendre dehors. Un flash parcourut Summers alors qu'il se jetait sur Edward pour le plaquer au sol, alors que la porte se tordait et qu'un bras, non humain, la franchissait.

Spoiler:
 

Juste après, le bras disparut et des espèces de petites bestioles tentaculaires sortirent du trou que le bras avaient laissé. Summers et Hordika s'empressèrent de rejoindre la formation alors que les petites créatures avançaient vers eux. Virgil pressa la gâchette, ouvrant les hostilités tout en activant sa COM, en direction de son escouade et du Spartan.

<< On ouvre le feu ! Hostiles ! Non-humains, et pas covenants ! Faites-moi péter ses machins ! Trois hommes à terre, probablement morts ou capturés. Major, récupérez vite les données qu'on puisse vite avancer ! Hordika, vous et Sorince vous allez m'ouvrir la porte auxiliaire sur notre droite! Kelrod, Hicks et Simpson avec moi, on va tenter de reboucher ce foutu trou avec une jolie grenade ! On fait plus dans la dentelle maintenant ! >>

Un cri se fit entendre sur sa gauche, l'un des BRC étant touché par une de ses bestioles qui tentait... De s'infiltrer en lui ? Sans hésiter, il ouvrit le feu et fit éclater la créature alors que le mercenaire se relevait, visiblement indemne. Les choses sérieuses commençaient, Virgil en était certain.

<< Une fois la porte ouverte, on file vers l’ascenseur principal et on va au centre de sécurité secondaire, c'est de là que viens cette foutue musique, et c'est aussi la suite logique de nos recherches... GO GO GO ! >>

[H r p : Vous pouvez avancer jusqu'à l’ascenseur, Ordo, tu peux aller jusqu'au centre de données. ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Hordika
ODST, Sergent
avatar

Nombre de messages : 250
Localisation : Probablement dans l'espace ...
Humeur : d'humeur a sauter depuis l'espace.
Date d'inscription : 10/06/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Mitraillette SMG 7S
Autre Compte : Rell 'Ikiha
Arme n°2 : Pistolet M6C

MessageSujet: Re: Horreur & Damnation! - Premier étage de la station   Dim 3 Mar 2013 - 17:53

Faire une pause et manger un bout? voilà une idée qu'elle n'était pas mauvaise ... même si on pouvais franchement être amené a se demander comment les marines et contractors pouvaient avoir faim après la quantité de sang qu'ils avaient vu. Ça, et la peur qui leur nouait le ventre, et on pouvais comprendre que dans la première minute ils ne furent pas nombreux a sortir quoi que ce soit de comestible de leurs belles combinaisons. Pour sa part, Edward n'avais pas du tout faim, s'était assuré de bien mangé avant de partir en mission comme a son habitude ( plutôt que manger un sandwich durant le briefing ) et avait plutôt décidé de se poser tout simplement dans un coin, a coté d'une caisse de munitions, pour vérifier une fois encore son équipement. Cette manie qui, il s'en rendait bien compte, devenait presque maladive, l'empêchait tout simplement de pousser trop loin sa réflexion sur la situation présente ... C'était le bordel, la station semblait être un piège dans lequel ils s'étaient tous jetés tête la première, et plus ils avançaient plus l'ambiance devenait glauque ... bon, cette pause n'était peut être pas la meilleure chose qu'aurais pu souhaiter l'ancien ODST en cet instant après tout, mais au moins elle remontait le moral des autres, qui finalement parvenaient un peu a de décrisper. Finalement, L'adjudant fit un signe au groupe, qui se remit en formation pour reprendre sa marche dans les couloirs.

Beuuurk ... faut faire attention a pas glisser ...

La phrase résumait assez bien l'état du sol, et surtout la quantité de liquide rouge qu'il y avait par terre. Ce dernier n'avais pas totalement coagulé, et l'éclairage lui donnait plus la teinte d'une croute bien infecté que d'un véritable sang ... a croire que ce qu'on avait dans les veines n'était pas assez réaliste. Un BRC qui avait entendu la phrase pouffa un peu, et ... dérapa un peu. Edward se serait volontiers frappé le front sans son masque. Certains de ces mercenaires étaient là pour leur première mission, ça se voyait tout de suite. Lui tenta de se concentrer un peu plus sur une trace éventuelle de contact possible avec l'ennemi, histoire de ne pas prêter attention au petit filet de sueur froide qui lui coulait le long du dos. Un choc sourd dans le système de ventilation se fit soudain entendre par une petite partie du groupe, et le laser fixé sous la SMG 7S d'Ed fut le premier a se refléter sur le morceau de métal, mais visiblement ce n'était qu'une fausse alerte de plus. Ce stress commençait un peu a l'énerver a force, il n'avait pas l'habitude de sursauter au moindre bruit.

La salle des générateurs fut enfin en vue, et le première classe y pénétra avec un bref moment de soulagement, au moins ils allaient enfin pouvoir bénéficier de quelque chose qui leur faisait cruellement défaut : de la lumière. Bref, le moment de soulagement. Constater que les techniciens qui étaient présents dans la salle s'étaient donné la mort n'est jamais vraiment bon pour le moral, quand bien même il viendrait de remonter. Le sergent sorince abaissa le levier qui était relié a l'alimentation principale de la station sur l'ordre de summer, et la lumière fut. Edward observa un ventilateur dont les pales reprirent lentement leur imposant mouvement rotatif, avant de tourner de plus en plus vite. Puis un des haut parleur de la station grésilla, et après la lumière, vint ... la musique. Edward regarda les marines et BRC autour de lui, certains avaient visiblement une réaction assez négative ... probablement une référence que le première classe ne pouvais comprendre. Ce qui était logique, il écoutait peu de musique, et n'était pas souvent allé au cinéma dans sa vie ... Un claquement brusque lui indiqua soudain que la porte par laquelle ils étaient entrés venait de se refermer, coupant le groupe en deux.

Hordika ! Ouvrez-moi cette foutue porte !

Le première classe obtempéra immédiatement, et se dirigea vers ... le bouton d'ouverture. A l'instinct comme ça, juste appuyer dessus ne suffirait pas ... il préféra tout simplement lever les yeux pour observer le mécanisme d'ouverture. La porte était sensé rentrer dans les parois latérales, probablement tracté par des moteurs ou des pistons, lesquels avaient visiblement été bloqués ... ou alors était-ce la commande qui refusait de marcher? Un cri de l'autre coté de la porte en question força le marine a accélérer le mouvement, et il sortit son couteau pour arracher la plaque de contrôle ( de toute manière, des vis aussi petites ne servaient qu'à ne pas le faire tomber ) et observer quels fils étaient reliés aux moteurs, et donc les activaient. Sinon, il restait aussi l'option de tenter de faire bouger la porte a la main, mais l'idée n'eut pas vraiment le temps de le traverser : le bras de summers le tira soudain en arrière, et le plaqua au sol. Dans la concentration, Ed n'avais même pas vu qu'un bras avait commencé a déformer le battant et a remuer pour l'agripper. Le bras se retira, et Edward se mit a reculer, couteau a la main, en voyant la myriade de bestioles qui voulaient se jeter sur lui et le reste du groupe.

Se remettant prestement sur ses jambes quand il fut certain d'être assez loin de la porte pour que rien ne lui saute dessus, le marines dégaina sa smg et rangea son arme de corps a corps pour commencer a arroser par rafales les créatures avec le reste du groupe. Qu'est-ce que c'était que ces saloperies-là maintenant? Ils ne ressemblaient en rien a des covenants, et on voyait difficilement les reb's utiliser une arme pareille, a compter que ce soit une arme. A bien y réfléchir, c'était ... complètement inexplicable dans l'état actuel des choses. Mais le fait de pouvoir enfin vider son chargeur sur quelque chose ôta au première classe l'envie de pousser plus loin la réflexion et la peur qui allait avec.

On ouvre le feu ! Hostiles ! Non-humains, et pas covenants ! Faites-moi péter ses machins ! Trois hommes à terre, probablement morts ou capturés. Major, récupérez vite les données qu'on puisse vite avancer ! Hordika, vous et Sorince vous allez m'ouvrir la porte auxiliaire sur notre droite! Kelrod, Hicks et Simpson avec moi, on va tenter de reboucher ce foutu trou avec une jolie grenade ! On fait plus dans la dentelle maintenant !

Se détournant de la porte en veillant a ne pas interférer avec les tirs des autres marines, Edward s'approcha de la porte et poussa un soupire de lassitude.

Super, encore une porte blindé ...
Merci pour l'info première classe, très très utile.

Est-ce que cette scène avait vraiment besoin d'un commentaire? non? Tant mieux. Donc, plutôt que de commenter quoi que ce soit, Edward dégaina son M6S et tira 4 balles, une par visses, pour faire tomber le panneau qui masquait les commandes. La manœuvre était un peu plus simple sur cette porte là : il suffisait de trouver dans tout ce bordel le fil qui commandait l'ouverture et de le bidouiller un peu. S'entendant d'un signe de tête avec le sergent pour que ce dernier tire sur tout ce qui se trouvait de l'autre coté de cette porte, Ed finit par poser son couteau sur le circuit, bénir le fait que la combinaison isolait des électrochocs dans une certaine mesure, et court-circuiter le tout. La porte s'ouvrit en fracas, et le doux bruit d'un fusil a pompe indiqua a Edward que visiblement, de l'autre coté de cette porte aussi on avait du fil a retordre, bien que le silence ( tout relatif ) fini assez rapidement par régner. Faisant signe aux autres membres de l'escouade de commencer a progresser, Edward se mit en formation avec ses coéquipiers, rangea son couteau, et laissa une fois de plus sa SMG 7S discuter avec l'ennemi a sa place. Et c'était pas trop tôt bon sang.

_________________



"On m'a dit un jour que j'étais con. A celui qui un jour m'a dit cela. A tous ceux qui me l'ont dit par la suite. Et à tous ceux qui l'ont pensé.
Je. M'en. Fous.
Merci."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carl Sorince
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 636
Age : 22
Localisation : Planqué derrière mes hommes.
Humeur : Oh...Ohoh...Vous voulez vraiment savoir ce qui se passe dans ma tête?
Date d'inscription : 20/01/2011

Feuille de personnage
Arme n°1 : M45 TS
Autre Compte : Dar'Lauc
Arme n°2 : pistolet M6D SOCOM

MessageSujet: Re: Horreur & Damnation! - Premier étage de la station   Lun 4 Mar 2013 - 15:22

"-Mais qu'est-ce que c'est que cette saloperie?!"

Tout avait commencé lorsque les hauts-parleurs de la station avaient vomi une étrange déjection auditive aussi angoissante qu'agaçante, qui avait déstabilisé une nouvelle fois le groupe de marines, ce dernier groupe avaient ensuite été séparé par la fermeture impromptue d'une portes blindé...Qui ne tarda pas à être trouée par un bras...Immonde?

"-On ouvre le feu ! Hostiles ! Non-humains, et pas covenants ! Faites-moi péter ses machins ! Trois hommes à terre, probablement morts ou capturés. Major, récupérez vite les données qu'on puisse vite avancer ! Hordika, vous et Sorince vous allez m'ouvrir la porte auxiliaire sur notre droite! Kelrod, Hicks et Simpson avec moi, on va tenter de reboucher ce foutu trou avec une jolie grenade ! On fait plus dans la dentelle maintenant !"

Enclenchant le mécanisme de pompe de son arme tout en insultant intérieurement l'adjudant de l'avoir mit avec Hordika, Carl s'était précipité vers ladite porte non sans éclater deux de ces étranges ballons tentaculaires d'un tirs de M45 en attendant que la première classe fasse son travail...

"-Super, encore une porte blindé ..."

Soupirant en entendant la niaiserie du soldat, le sergent souligna d'un ton cinglant l'inutilité de l'observation tout en continuant à observer les autres marines vider leur chargeur sur les nouveaux arrivants, déplorant le fait que deux de ses alliés se trouvaient en face de lui, obstruant ainsi son champs de tirs déjà plus que limité...Carl se tourna rapidement vers la porte auxiliaire en comprenant après un rapide coup d’œil vers Hordika que la nouvelle pièce pouvait elle aussi leur réserver quelques surprises et qu'elle nécessiterait peut-être un petit nettoyage...Ce qui fut le cas :

"-Mais qu'est-ce que c'est que cette saloperie?!"

Spoiler:
 

En face de lui se trouvait...Un cadavre déformé, à la vague apparence humaine et aux intentions visiblement belliqueuses si on en croyait ses grognements et cet étrange appendice griffu qui avait autrefois été...Une main? Constatant que la créature en voulait à sa personne, le sergent pressa rapidement la détente de son arme, cette dernière crachant alors une volée de billes qui projeta violement la partie supérieure du corps contre le mur derrière dans un amas de bruits humides et de fluides verdâtres, la mort l'avait visiblement cueillis...Mais alors qu'Hordika faisait signe à leurs collègues de se diriger vers la nouvelle pièce...La tête de la créature, bien que partiellement arrachées, bougea, et l'étrange corps usa de ses membres valides pour ramper de façon frénétique jusqu'aux pieds de Carl qui, pris de panique, pointa son arme en direction de l'abdomen de la bestiole pour presser la gâchette jusqu'à ce qu'un petit tas de chair sanguinolent vienne remplacer cette horrible apparition...

Et jusqu'à ce qu'un marines un peu trop pressé manque de le bousculer en voulant sortir de la salle...

Détachant son regard de l'ancien emplacement de l'immonde horreur, Carl constata que le groupe avançait fort rapidement et il s'empressa donc de rejoindre les premiers via de grands coups d'épaules et de vifs accélérations...Le don de rapidité lui avait été offert en récompense de ses longues années à servir l'ordre des lâches et des fuyards, ainsi son endurance ne fut pas trop mise a l'épreuve...La nouvelle pièce se révélait être un long couloir d'environ cinq mètres de large au plafond recouvert de tuyaux et de câbles, l'un de ces tuyaux semblait vomir la même étrange substances que celle que Kelrod avait remarqué lors de la "pause"...Ce dernier était d'ailleurs en face de lui, courant de façon imperturbable à gauche de Summers...Accélérant une nouvelle fois pour se mettre à droite de son ancien sergent, partiellement aidés par les bruits de tirs venant de l'arrière de la file de marines, Carl fit d'un ton sarcastique :

"-Hep, nos trois gars qui sont resté sur le tapis là...Vous avez vus tout à l'heure, avant qu'ils enfilent leurs combi'? Leurs tenues étaient impec' ! Pas un plis, les rangers bien foutues, la coupe de cheveux adéquate...Mais étrangement les bestioles en ont rien eu à cirer...J'me disais bien que cette histoire de tenue servaient à rien d'autre qu'à faire bander les hauts-gradés."

Le couloir tournait à gauche, de façon plutôt brutal, Mendoza, qui les avaient rejoins entre temps, manqua même de heurter le mur en prêtant trop attention à se qu'il se passait derrière...Il faut dire que le pauvre soldat ne voyait plus grand chose, de grosses gouttes de sueur n'avaient de cesse d'atterrir dans ses yeux et le sang vert d'une des bestioles était atterris sur sa visière, obstruant totalement le champ de vision de son œil gauche.

"-Ravi de vous voir encore en vie au fait Mendoza...Oh, vous avez un talent certains dans le domaine de la peinture non? Votre casque...
-N'en rajoutez pas sergent..."

Le sourire au lèvres, le concerné reporta son attention sur ce qu'il y avait en face, c'est à dire un long couloir...Derrière, les derniers marines tiraient sur leur poursuivants en tentant de ne pas trébucher sur leur camarade...Les créatures de la taille d'un ballon n'étaient pas si terrifiante que ça pourtant...C'était plus l'apparence de la bestiole humanoïde qu'il avait réduit en charpie qui le troublait au plus haut point, le visage tordu de douleur, les appendices griffus et/ou tentaculaires, une apparence terrifiante et des armes naturelles...Fascinant...Un hurlement inhumain lui vrilla les oreilles, mettant fin à ses songes...D'abord il fallait survivre, ensuite observer, c'était comme ça que ça marchait.

"-Je ne sais pas vous, mais moi je sens que ce foutu ascenseur va paraître incroyablement long."

_________________
"Je me présente, Carl Sorince, sarcastique, cynique, cruel et schyzophrène...Passons maintenant à mes points négatifs..."-Carl Sorince, auteur du roman "moi, mon reflet, mes photos et encore moi."

"Il est normal qu'un sale gosse comme moi soit devenu celui que je suis désormais...C'est à dire un tueur mieux placé et mieux payé que les types biens."-Carl Sorince à propos de lui-même.

"Mes gars...Mes exécuteurs...Sont pas des héros. Non, pas des héros...Et moi non plus d'ailleurs. Nous sommes bien mieux. Nous sommes des tueurs de héros."-Carl Sorince à propos des sanglots.
Spoiler:
 




Dernière édition par Carl Sorince le Mar 12 Mar 2013 - 13:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin' O'Connor
Mort au Combat
avatar

Nombre de messages : 82
Localisation : Assiégé dans un garage sur Coral.
Humeur : De toute façon c'était trois milles MORT ou vif.
Date d'inscription : 15/09/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : SMG-7S
Autre Compte :
Arme n°2 : Pistolet M6C

MessageSujet: Re: Horreur & Damnation! - Premier étage de la station   Jeu 7 Mar 2013 - 12:07

Le contractor de BlackRock Compagny progressait au sein de l'équipe, suivant malgré lui, les pats d'un certain adjudant « Summer » qui avait reçu la charge de la section. La charge ? Depuis quand la BRC recevait des ordres ? En tant normal une pareil situation aurait provoqué de graves problèmes de discipline, chose qui .. était déjà le cas pour certains. Mais vu le connexe actuel, Erwin et les autres mercos, classés hors-la-loi depuis le massacre de Washigton n'avaient plus qu'à fermer leurs gueules. Si certains avaient du mal à s'y faire, d'autre tentaient de garder leur calme et d'accepter leur sort. A lui seul, Erwin, avait abattu des dizaines de civils.
Lors de l'assaut final contre le Bunker du Colonel Miller, celui-ci avait fuit avec le restant des derniers défenseurs. Depuis ce jour, lui et ses collègues étaient inculpés de meurtres et crimes et guerres et activement recherchés. Il faut dire que le CSNU dans son extrême générosité, n'avait pas hésité une seconde pour profiter de la situation et verser la moitié de la solde convenu aux contractors qui étaient devenus furieux. La plupart n'avaient pas eu le temps de clôturer leur achats ou encore appeler leur petites amies pour certains, qu'un ordre avait été commandité d'envoyer les « meurtriers » en opération spéciale. C'était donc un mixte d'hommes de l'UNMC et autres corps d'armée ainsi que de la BlackRock Compagny qui s'étaient retrouvés à partir en opération pour le compte du CSNU.

Que voulez-faire dans un cas pareil ? Vous ne pouvez plus rentrer vous sous peine de finir pendu ou encore à croupir jusqu'à la fin de vos jours dans un trou à merde au Texas. Pas l'choix, accepter les ordres, ceux-ci étaient tout de même rémunérés, une prime serait versé pour les éventuels survivants. « Eventuels », car la plupart des hommes ne se faisait pas trop d'illusions à ce pourquoi on envoyait une troupe hétérogène dans un coin aussi dangereux qu'étais la Station Orbital Spartacus.

Erwin se trouvait au bar avec bon nombres de ses coéquipiers, lorsque les brigadiers étaient venu les chercher. Quand ceux-ci avaient réellement expliqué pourquoi on les emmenaient de force, une belle bagarre s'étaient déclenchée entre les hommes. L'état-major, cette belle réunion d'enfoirés, n'avait pourtant pas cédé et les mercenaires seraient feraient bels et bien partis du voyage. Que cette opération leur serve de leçon.

Lorsque le Pélican avait décollé, les contractors se demandaient encore ce qu'ils faisaient là, Erwin avait perdu un bon nombre de camarade et il se retrouvait maintenant en compagnie de collègues bien particulier telle que Ava Fleman ou encore Alan Price qui lui disait vaguement quelque chose..
Erwin chiquait une boulette de tabac tout en regardant le reste de la troupe, comme s'il venait de se réveiller. Sur le rang d'en face, une escouade des forces spéciale, qui visiblement ne comprenait pas non plus ce que les mercos foutaient là. Tout étaient dit dans leurs regards. Il faut dire que lorsque vous connaissez les risques d'une telle opération, avoir en face de soit une bande de cow-boy vêtus de casquettes contractors et autres équipements insolents, chiquants et vous fixant d'un mauvais œil n'arrange pas les choses.

Lorsque le transport se posa, les mercenaires furent les premiers à jaillir du véhicule, Erwin bouscula violemment un FS, voulant lui montrer qui était les meilleurs, puis rejoignit ses collègues.

Le reste de la mission s'ensuivit ; ils tombèrent sur des corps éventrés et furent témoins de nombreux cris inquiétants qui provenaient de toute part de la station probablement abandonnée. L'adjudant Summer, qui se présentait comme le commandant de l'opération ne tarda pas à révéler la présence de Spartans dans la zone. C'était du n'importe quoi, pourquoi la meilleure unité des forces spéciales était sur place ? Erwin connaissait la réputation de ces types, quand ils étaient sur zone, c'est que la situation était d'une dangerosité sans précèdent et c'est pourquoi ils opéraient généralement seuls. L'état-major voulait leurs morts c'était parfaitement clair.

L'escadron marcha longtemps, s'arrêta, analysa puis se remis en route. Le même manège s'enchaîna tel un mécanisme.

Au terme d'un trajet périlleux, le groupe arriva à ce qui semblait être son objectif. La salle des générateurs.
Les militaires parvinrent à ouvrir la porte qui leur résistait et le groupe s'engouffra à l'intérieur, tandis que trois hommes montaient la garde à l'extérieur de la pièce.
Afin de montrer à tous ces enfoirés qui étaient les patrons, Erwin avait tenu à amener son Lance-grenade M319 IGL comme arme principale. Même s'il se rendit rapidement compte que l'usage d'une telle arme dans un lieu aussi étroit pourrait s'avérer dangereux, ill garda bonne mine par simple volonté de provocation envers leurs homologues du CSNU.

Erwin posa son arme contre un pilonne d'acier, défit son foulard, sortit son paquet de tabac à chiquer et plaça une épaisse boulette entre ses dents, tout en défiant les militaires du regard. Un autre contractor vint bientôt à sa rencontre, lui prier de lui offrir un bout de tabac à mâcher. Alors que l'homme lui remit une grosse boule entre ses mains, un sous-officier du CSNU leur ordonna de « ranger leur saloperie ».
Erwin hésitait à lui faire un bras d'honneur que les hauts-parleurs, présents dans la pièce le firent sursauter en projetant un son à haut volume. Ils 'agissait là d'une musique, ce qui faisait tout de même monter la tension d'un cran et chauffait sur les nerfs. Le contractor reprit la conversation avec son camarade, mais un second bruit l'obligea à se retourner à nouveau. Cette fois-ci la porte d'entrée venait de se refermer derrière eux, piégeant les trois sentinelles qui étaient restés à l'extérieure. Les hurlements des hommes ne tardèrent pas à se faire entendre malgré l'épaisseur de la porte. Erwin ramassa son arme et accourra vers le sas :

« Putain y'a Sonny avec eux ! Ouvrez cette porte à la con ! »

Mais un bras ne tarda pas à traverser l'obstacle de fer, comme s'il transperçait de la paille, ce qui fit reculer le mercenaire médusé qui manqua d'avaler sa chique. Au même moment une transmission résonna dans les écouteurs du contractor:

<< On ouvre le feu ! Hostiles ! Non-humains, et
pas covenants ! Faites-moi péter ses machins ! Trois hommes à terre,
probablement morts ou capturés. Major, récupérez vite les données qu'on
puisse vite avancer ! Hordika, vous et Sorince vous allez m'ouvrir la
porte auxiliaire sur notre droite! Kelrod, Hicks et Simpson avec moi,
on va tenter de reboucher ce foutu trou avec une jolie grenade ! On fait
plus dans la dentelle maintenant !
>>

Erwin pointa son lance-grenade dans la direction du membre, mais un soldat l'obligea à le baisser et bientôt les hommes battirent tous en retraite vers l'ascenseur, alors que des détonations résonnaient derrière eux. Les forces spéciales avaient ouverts les hostilités.


Dernière édition par Erwin' O'Connor le Dim 10 Mar 2013 - 14:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryan Hicks
Banni
avatar

Nombre de messages : 219
Localisation : Affronte les Fantômes de son passé - [Inconnue]
Humeur : Froid, Calme, Patriotique
Date d'inscription : 18/06/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : ➢ M6D-Socom
Autre Compte : Amy
Arme n°2 : ➢ ➢ SRS99C-S2-AM (Custom)

MessageSujet: Re: Horreur & Damnation! - Premier étage de la station   Sam 9 Mar 2013 - 12:22

Le groupe prit position dans la salle des générateurs, plusieurs cadavre d'ingénieurs s'y trouvais et d'après l'Adjudant la cause de leurs décès était le suicide, il avait préféré se donner la mort eux même plutôt que de périr sous le coup de notre ennemi, qui pour le moment étais encore inconnue. Suite à l'ordre de Summers le Sergent abaissa le levier et rapidement, le générateur ce mit en route provocant alors, un Grondement Sourd. La lumière commença à revenir progressivement mais la plupart d'entre elle explosèrent, sûrement un problème de tension électrique dut au manque d'entretien de la Station... La ventilation se remit également en route et dans l'instant qui suivit les hauts parleurs de la station commencèrent à cracher une symphonie pour le moins troublante...

" C'est quoi ce foutue merdier encore ? Si je croise le con qui a mit cette musique, je lui botte le cul. "

-"Ok, on se bouge là bas ! Personne ne peut avoir placé ce truc par hasa... "

Au même moment la lourde porte hydraulique qui ouvrai alors sur la salle des générateurs ce referma, enfermant alors les 3 sentinelles en dehors de la pièce, le rétablissement de la tension électrique, trop rapidement effectué devait avoir causé quelques mal fonction...

" Hordika ! Ouvrez-moi cette foutue porte ! "

Dans la seconde qui suivit le caporal se mit en position défensive balayant alors nerveusement les bouches d'aérations ou tout autre conduit capable avec une ouverture sur la pièce des générateur, dans la seconde qui suivi des coups de feu ce firent entendre qui avait pour provenance l'autre côté de la porte, au même moment un jeune BRC qui avait sut rester discret lors de l'opération accourra vers la porte blindé prétendant que son ami était de l'autre côté, mais dans l'instant suivant les coups de feu firent place aux cris de douleurs, Ryan se retourna en direction de la porte et n'eut pas le temps de réaliser la situation qu'un bras qui n'étais pas d'origine covenant et encore moins humain, tordit la porte et fit une brèche dans celle-ci, très rapidement le bras se retira laissant alors place à des formes de vie hostiles doté de tentacule.

" On ouvre le feu ! Hostiles ! Non-humains, et pas covenants ! Faites-moi péter ses machins ! Trois hommes à terre, probablement morts ou capturés. Major, récupérez vite les données qu'on puisse vite avancer ! Hordika, vous et Sorince vous allez m'ouvrir la porte auxiliaire sur notre droite! Kelrod, Hicks et Simpson avec moi, on va tenter de reboucher ce foutu trou avec une jolie grenade ! On fait plus dans la dentelle maintenant ! "

Dans l'instant la totalité déversa alors ses tirs en direction de la brèche par laquelle s’engouffrait les créatures, Ensuite l'un des membres de la BRC en réponse à l'ordre de Summers lança une grenade en direction de la porte réduisant alors les nuisibles un court moment, ne serais-ce que 5 secondes après cela elle sortait des grilles d'aération et sans plus tarder le groupe ce mit en pas de course en direction des Ascenseurs tout en se retournant afin de tirer sur les Hostiles.

Le groupe avançait d'un seul homme expulsant alors chaque forme de vie hostiles dans l'instant, afin d'être plus rapide le le caporal mit rapidement son DMR sur son accroche magnétique dorsale préférant alors utilisé son M6D ayant une cadence de tir plus adapté à la situation, le groupe avançait très rapidement que ce soit grâce à l'adrénaline ou la peur il atteignit rapidement rapidement l'ascenseur à croire que la peur avait donné des ailes à certains...

Ryan appuya sur le bouton d'appel de l'ascenseur qui ce trouvais alors un niveau au dessus et il ce fit attendre un petit moment... Le caporal lâcha un juron contre Summers suite a la restriction d'équipement, un fusil à pompe aurait fait des ravages parmi les pop-corns à tentacules et à regarder la combinaison de Sorince qui était recouvert d'un vert peu commun
en c'était efficace...

L'ascenseur arriva enfin... les portes de celui-ci s'ouvrirent lentement et tout en tirant sur les nuisibles le groupe recula afin de prendre position dans celui-ci, Ryan appuya ensuite sur la commande de l'ascenseur pour le faire monter au niveau suivant et alors, échapper à leur agresseurs, Hicks avait peur, mais son entraînement intensifs lui a appris à transformer sa peur en haine pour la réutilisé contre l'adversaire cependant désormais il connaissait son ennemie et cette peur de l'inconnue disparue alors, ce qui était au finale une bonne chose...

Le groupe continuais à cracher la mort alors que les porte se fermaient, une créature Humanoïde essaya d'ouvrir le mécanisme de l'ascenseur et arriva à entrouvrir la porte mais, fut très rapidement calmé par un coup de Fusil à pompe, les portes se fermèrent définitivement et plusieurs marines et autre mercenaires commencèrent alors à lancer des jurons à tout-va ou encore à s'interroger sur ce qu'était ces choses... Une chose était certaine le merdier ne faisait que commencer...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan Price
Black Rock Company, Fox
avatar

Nombre de messages : 48
Age : 21
Localisation : dans un merdier pas possible
Date d'inscription : 01/10/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil de combat DMR
Autre Compte :
Arme n°2 : Mitraillette SMG7

MessageSujet: Re: Horreur & Damnation! - Premier étage de la station   Sam 9 Mar 2013 - 22:41

« On se bouge »

Ces quelques minutes de répit avait suffit pour pouvoir faire baisser la tension, qui avait atteint une grand intensité. On se remit en courant à vive allure, mais certine personne avait du mal à tenir la cadence et au bout de quelques minutes, je commençais à moi aussi avoir du mal à garder le rythme assez soutenu. J'aimerais savoir quand-même qui est derrière tous ce massacre, pour lui faire payer tant de vie tués ainsi que d'avoir joué avec les nerfs de tous les soldats et contractor présent. Je voulais surtout savoir contre qui je combat, pour savoir quel est son point faible pour l'anéantir comme ils ont anéanti des centaines de personnes sur cette station.

Au bout de plusieurs minutes de course, nous arrivions finalement à la salle des générateurs. Un contractor et deux marines couvrait le point d'entrée pendant que nous nous y engouffrons. La première chose qui me surpris, c'est la présence de corps, enfin, il y avait des traces de personnes, même si elles étaient morte, d'une balle dans la tête, sûrement un suicide, mais se suicidé de quoi ? Cela restait quand même étrange qu'il y avait des corps, puisque le dernier qu'ils ont vu s'est volatilisé. Puis, l'adjudant ordonna au sergent Sorince d'allumer le courant, ce qui produisit un lourd grincement ainsi que la ventilation qui se remit à fonctionner. Enfin, nous ne serons plus dans le noir complet, comme ça si quelqu'un ou quelque chose rôde, on pourra normalement le voir, sauf si il a un camouflage, ce que je crains le plus, j'en ai entendu parler des élites camouflé. Il paraît que ce ne sont pas des enfants de cœur. Un mercenaire eu l'idée d'enlever son masque. L'adjudant le réprimanda de suite puisqu'on ne sait ppas pourquoi la ventilation a été coupé en même temps que le courant, il doit sûrement y avoir une raison, macabre ou non. Puis quelques secondes après, une musique se fit entendre des hauts-parleurs, une musique peu encourageante qui me fit frissonner et plusieurs soldats eu aussi une sensation de malaise. Pourquoi actionner de la musique ? Ils s'amuse avec nos nerfs et cette musique ne me plaisait guère durant cette situation, elle faisait comme dans les films d'horreurs, elle te fait perdre ton sang-froid. Summers demanda d'où ça venait, puis un marines lui répondit que cela venait du centre sécurité. Puis au moment où il nous donna l'ordre de se bouger, la lourde porte se referma aussitôt derrière les premiers, nous divisant et piégeant des soldats de l'autre côté de la porte. Des cris se firent entendre tandis que Summers ordonna à Hordika d'ouvrir la porte. Cela était carrément flippant. Une musique glauque, une porte se refermant seul, et des cris de compagnons se faisant entendre derrière la porte, je redoutais le pire. Puis, un bras sorti de la porte, un bras qui n'était pas humain, un bras monstrueux, laissant place à des merdes à tentacules, dégueulasse ! L'ex ODST nous rejoigna ainsi que Summers et il commença à faire feu sur ces bestioles tentaculaires en hurlant.

<< On ouvre le feu ! Hostiles ! Non-humains, et pas covenants ! Faites-moi péter ses machins ! Trois hommes à terre, probablement morts ou capturés. Major, récupérez vite les données qu'on puisse vite avancer ! Hordika, vous et Sorince vous allez m'ouvrir la porte auxiliaire sur notre droite! Kelrod, Hicks et Simpson avec moi, on va tenter de reboucher ce foutu trou avec une jolie grenade ! On fait plus dans la dentelle maintenant ! >>

J'entendis un cri à ma gauche, je jeta un coup d'oeil rapide, lorsque je vis une de ces bestioles agripés un BRC ! Mais c'est quoi ça ? Il essaye de s'infiltrer en lui, et si il y arrive, à mon avis ce ne sera pas beau à voir. Mais il fut sauver et nous continuâmes à tirer en nous repliant dans une autre salle où nous passâmes une autre porte blindée, chic ! J'adore les portes blindées, surtout quand elle se referme à ton nez et qu'elle te lâche de méchante bestioles qui veulent s'infiltrer en toi. Mais je ne m'attendait pas à ce que ce soit pire, un monstre moitié humain, moitié monstre, une bête tout droit sorti d'un cauchemar. Sorince tua la bête, mais lorsque qu'il se retourna vers les autres, la bête se remit à bouger et à essayer de venir vers lui. Il fut pris de panique et lui mit un coup de pompe, ce qui désintégra directement. Je tremblais de tout mon corps, c'est quoi ces merdes, je n'ai jamais vu ça de toute ma vie, mais au moins, on sait contre quoi on se bat, ce qui fait baisser tout de même le stress, même si cela reste infime. On se mit à courir jusqu'à une autre salle à vive allure, pour arriver dans un couloir où des cables et des tuyaux recouvraient le plafond, puis Sorince dit d'un ton sarcastique :

"-Hep, nos trois gars qui sont resté sur le tapis là...Vous avez vus tout à l'heure, avant qu'ils enfilent leurs combi'? Leurs tenues étaient impec' ! Pas un plis, les rangers bien foutues, la coupe de cheveux adéquate...Mais étrangement les bestioles en ont rien eu à cirer...J'me disais bien que cette histoire de tenue servaient à rien d'autre qu'à faire bander les hauts-gradés."

Il n'avait pas tord tout de même , mais il fallait avancer pour survivre, car si personne ne survit, alors tout espoir sera perdu et personne ne pourra dire ce qui est arrivé à la station orbital spartacus. Tout en courant. Nous arrivions à l'ascenseur, lorsque Hicks appuya sur le bouton de l'ascenseur pour l'appeler, pendant que nous crachions la mort, je voyais mes balles diminué de plus plus en plus, et les monstres être de plus en plus nombreux. Cela me sembla une éternité, mais au bout de quelques minutes de frayeurs, l'ascenseur arriva, tout le monde monta lorsqu'une de ces saloperies essaya de l'ouvrir et passa son bras humanoïde pour essayer d'attraper une personne. Puis, elle se prit des balles de pompes, qui fut d'une extrême efficacité.

« C'était quoi, ces merdes quelqu'un peut me le dire bon-sang !

_En tous cas, ce n'était ni humain, ni covenant, c'est une nouvelle race que nous avons là.

_, moi je n'ai pas signé pour ça, et voilà contre quoi on se retrouve, des pop-corn tentaculaires qui essayent de nous bouffer les entrailles et des monstres-hommes !

_Reste calme, bordel, c'est bon t'es vivant ! »

Puis je commença à reprendre mon souffle, comme la plupart des personnes autour de moi, tout le monde se demandait ce que s'était ces merdes, mais personne ne le sait concrètement. Maintenant, au moins, on sait à quoi on se confronte, des monstres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ordo-011
NavSpecWar, Spartan-II, Major
avatar

Nombre de messages : 339
Age : 25
Localisation : En guerre.
Humeur : Meutrière.
Date d'inscription : 08/09/2008

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil d'assaut/ Fusil à pompe d'Adrix.
Autre Compte : Jessica Austin
Arme n°2 : Pistolet M6D/Couteau.

MessageSujet: Re: Horreur & Damnation! - Premier étage de la station   Dim 10 Mar 2013 - 0:01

Les couloirs sombrent de la station étaient simplement éclairé par les lumières des torches des Spartans. Ordo et son équipe balayaient les couloirs de haut en bas afin de tout vérifié, aucun signe allié ni ennemi depuis des lustres. Les supers soldats marchèrent encore sur une centaine de mètres puis ils arrivèrent dans la salle où ils devaient placer les bombes.

-« Ok Omega, en position je place les charges. »

Ordo s’approcha de l’un des réacteurs nucléaire qui permettait à la station de bien fonctionner lorsqu’elle était opérationnelle. Marcus et Claudia se mirent à genoux devant leur chef, leur fusil d’assaut levés. Le Major déposa plusieurs pains de C12 sur toute la surface de l’engin. Il en déposa au total huit, quitte à tout faire exploser autant ne pas tenter le diable. L’explosion emporterait tout sur plusieurs kilomètres et personnes de vivants dans les kilomètres alentours ne survivraient. Le Spartan regarda les charges, puis il les mit en attente afin de les activés à distance si nécessaire.

-« C’est fait, on bouge. »

Les Spartans s’engagèrent dans un autre couloir toujours éclairés par leurs lampes torches. Ils parcoururent plusieurs centaines de mètres jusqu’à arrivés à une intersection. Soudain les lumières de tous les couloirs s’allumèrent. Les Spartans regardèrent autour d’eux, puis une musique se mit alors à retentir dans les hauts parleurs de la station. Comment est-ce que la musique pouvait passer si plus personnes n’étaient encore en vie dans la station ? Ordo montra le couloir en face de la fireteam et le groupe avança. Bientôt ils furent à deux couloirs de la salle principale de la station.

- «Major ! Les marines ont des soucis, Summers vous transmet un message.»

Ordo s’arrêta subitement, et ses compagnons firent de même.

<< On ouvre le feu ! Hostiles ! Non-humains, et pas covenants ! Faites-moi péter ses machins ! Trois hommes à terre, probablement morts ou capturés. Major, récupérez vite les données qu'on puisse vite avancer ! Hordika, vous et Sorince vous allez m'ouvrir la porte auxiliaire sur notre droite! Kelrod, Hicks et Simpson avec moi, on va tenter de reboucher ce foutu trou avec une jolie grenade ! On fait plus dans la dentelle maintenant ! >>

Les douze années d’entrainements du Spartan reprirent le dessus, aucune panique dans les gestes du Major, rien qui ne trahissait ses sentiments. Ces hommes étaient dans la merde totale. Et il ne pouvait rien faire pour empêcher ça. A présent ils n’avaient plus qu’un choix c’était de se dépêcher d’accédé à la salle de contrôle le plus rapidement possible, afin de récupérés les données et quittés la station.

-« Marcus, Claudia on avance ! »

Les trois spartan partirent au quart de tour en direction de la salle de contrôle de la station. Ils franchirent un sas. Le détecteur d’Ordo afficha un signal rouge et une masse immonde lui bondit dessus le plaquant au sol. Les cent cinq kilos du Spartan touchèrent violemment le sol dans un grand fracas. Ordo décocha une droite dans le visage de la créature qui avait une allure vaguement humaine, la tête de la créature s’arracha. Cette dernière ne semblait pas plus gênée que ça. Marcus enfonça sa botte en titane A dans le ventre de l’abomination l’éjecta de sur le Major. Elle se releva et tituba un peu. En moins de temps qu’il n’en faut pour le penser Ordo était déjà debout, son fusil à pompe cracha une unique cartouche qui scotcha la créature sur place. Son sang gicla de tous les côtés et elle tomba au sol mollement. Le Spartan ne prit pas la peine d’attendre, il s’approcha de la créature et tira une seconde cartouche.

Les deux autres super soldats regardèrent leur chef. Sans voir leurs visages Ordo savait qu’ils attendaient des explications ou du moins quelques mots pour clarifier la situation. Le Major leur fit signe que non, puis il montra la salle de contrôle de la main. Les deux super soldats firent demi-tour et se dirigèrent en courant dans la salle de contrôle. Le Spartan s’avança jusqu’au poste de contrôle, il sortit la puce où était contenue son IA et l’inséra dans le port de la station. Un hologramme de Cassandra en miniature apparue.


-« J’ai accès à toutes les données de la station Major. »

-« Cassandra ferme les portes menant à la salle de contrôle. Active le protocole Cole. Préviens-moi quand c’est fait. »Puis Ordo se tourna vers ses coéquipiers qui attendaient.-« Je sais que vous attendez des explications. Je n’ai pas à vous en donnez, mais je vais le faire. Sachez cependant que c’est classé, si l’ONI l’apprend…»

Ses deux Spartans hochèrent la tête pour montrer qu’ils avaient bien compris ce que risquait leur chef si jamais ils venaient à en parler à quelqu’un d’autre.

-« Bien. Cette chose est une forme de vie parasitaire que j’ai déjà rencontrée. On le nomme le Flood. Cette chose s’introduit dans le corps de sa victime et en prend le contrôle totale, l’hôte subsiste quelques temps avant de disparaitre. Leurs force est prodigieuse, pas loin de la nôtre… Le seul moyen de devenir un flood c’est d’être contaminé par des genres de petite sphère qui vous sauterons dessus. Soyez hyper prudent, et si jamais l’un de vous se fait contaminé. Il faudra l’abattre… »Un silence de mort régna quelques secondes entres les trois super soldats.-« J’attendrais le même geste de votre part pour moi. »

-« Protocole Cole effectué Major. On peut y allé. »

-« Merci Cassandra. »Ordo se tourna vers ses hommes.-«Privilégiez le combat de loin. Evitez le corps à corps, même pour toi Marcus.»

-« D’accord Chef. Merci pour nous avoir mis au courant. »

Ordo hocha la tête, il tendit la main vers le port de données afin de récupérer Cassandra. Il prit la puce de l’IA et l’inséra dans son interface neurale. Puis il activa la liaison avec Summers.

-« Adjudant, protocole Cole effectués. On peut à présent quitter la station orbitale. »

Le Major regarda la porte s’ouvrir devant lui puis il s’engagea dans les couloirs suivit par ses deux compagnons. Devant eux le couloir qui était juste avant vide était à présent grouillant de parasite. Le sang d’Ordo se glaça, il ne gardait vraiment pas de bon souvenirs de sa première rencontre face à ces créatures. Cependant lui et l’escouade Omega firent ce qu’ils savaient faire le mieux. Tués. Tués pour protégés leurs vies. Les douilles de cuivres tombaient à toute vitesse fauchant les corps sans âme des floods. Le fusil à pompe d’Ordo crachait ses cartouches mortels dans un bruit assourdissant.

Le Major tira sa dernière cartouche dans un corps spongieux. Il jeta son arme en l’air et grâce à ses réflexes de super soldat il attrapa l’arme par la gueule et s’en servit comme batte de BaseBalle. Il frappa de toute ses forces dans le corps d’un flood qui tomba au sol. La seconde suivante le MA37 de Marcus plomba la créature sur place. Les Spartans profitèrent d’un moment de répit pour recharger leurs armes et continuez leurs percés dans les lignes ennemis afin de rejoindre leur pélican.


Edit de dieu : Mon chou, va falloir que t'édite, comme Summers te l'avais dis sur la chatbox, ce centre de contrôle de donnée se situe au troisième étage Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Horreur & Damnation! - Premier étage de la station   

Revenir en haut Aller en bas
 
Horreur & Damnation! - Premier étage de la station
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Horreur & Damnation! - Deuxième étage.
» Perdu? Voici un plan!
» [Neutre] Le Premier Cercle
» horreur
» Finir le premier niveau en une vie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Halo Fight :: Scénarios :: Archives des scénarios :: Station Orbitale Spartacus-
Sauter vers: