Forum Rpg sur l'univers d'Halo
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Resurrected - Partie 1.a - Dans le sous-espace ( CSNU )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Providence
Destinée


Nombre de messages : 103
Date d'inscription : 20/06/2012

MessageSujet: Resurrected - Partie 1.a - Dans le sous-espace ( CSNU )   Dim 14 Déc 2014 - 1:19

Le Sovereign Dawn, un vaisseau de classe marathon dont les récits et exploits guerriers étaient connus de bien des soldats...
Embarquant à son bord un équipage plus qu'habitué aux missions difficiles, ce dernier fait maintenant route au travers des étoiles, et ce, afin de localiser l'émetteur d'une étrange balise, récupérée avec soin par les survivants de Barren.

Dans le vaisseau, les troupes se préparent d'une manière plus ou moins similaire. Il faut dire, les voyages en sous-espace n'étaient pas ce qu'il y avait de plus palpitant. Certains s'entraînaient au combat dans les nombreuses salles d'entraînement. D'autres, s'amusaient à tirer dans les stands de tirs ou bien bichonnaient leurs armes de service. On apercevait même parfois quelques hommes et femmes au mess, profitant d'un bon repas fourni par le CSNU.

Tous tentaient de profiter du peu de calme qu'il leur restait avant le chaos à venir. Tous étaient conscients qu'être ainsi convoqué pour une mission avec un tel déploiement n'était pas pure coïncidence, surtout en ces temps de guerre. Pourtant, on ne leur avait pas parler d'affrontement, mais d'exploration. La planète qu'ils allaient affronter possédait bien des dangers, mais pour le moment, l'heure était au repos, au calme, et à la préparation.

Ce sujet marque le début de l'évent! L'ordre de Post déterminera l'ordre pour l'évent tant que je ne décide pas de le changer! A vos claviers messieurs! Comme vous le constatez, c'est calme pour le moment, il s'agit surtout de s'échauffer et former l'ordre de passage pour le reste de la fête.
Dans quelques jours, l'action débutera réellement, et à ce moment, vous regretterez peut-être le calme qui nous côtoie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flanigan Genessis
ODST, Caporal


Nombre de messages : 20
Age : 22
Localisation : devant un mourrant
Humeur : généreuse
Date d'inscription : 26/10/2013

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil M392 DMR
Autre Compte : Tony Genessis
Arme n°2 : Kit de secours

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.a - Dans le sous-espace ( CSNU )   Dim 14 Déc 2014 - 15:05

[HRP: une petite musique d'intro qui sonne bien ]
Flanigan esquiva de justesse un coup porté par son adversaire, c’était un jeune bleu de 22 ans au regard d’acier et aux muscles saillant. Pas un mauvais bougre, mais il était un peu agressif sur les bords. Aussi le caporal avait décidé de donner une leçon façon vétéran à ce garçon.

- Ta garde ! Fait bien attention au moindre mouvement ! Tu bouges trop ! Ne me tourne jamais le dos, même soi pour ça tu dois tomber au sol !

Flag ponctuait chacune de ses interventions d’un coup de poing ou de pied dans la masse musculaire du nouveau. Il était plus fort que lui, beaucoup plus fort, mais son tempérament de feu et son excitation n’était pas de bonnes armes face à un méthodiste comme lui. L’ODST poussa un hurlement rageur et plaqua le médecin au sol, ça le calme de Flanigan n’aurait pu le prédire, et commença à mettre des coups dans ses côtes. Un sergent hurla hors du champ de vision des combattants

- STOP ! SOLDAT STOP ! C’est un entraiment pas un règlement de compte. Caporal, debout. Vous êtes attendus à l’infirmerie, un type s’est tiré dessus avec son DMR. Sa jambe ressemble à du steak haché.

Genessis fit oui de la tête, saisit sa veste et se lança dans les couloirs, les classes marathon était tellement grand qu’il se perdit deux fois avant de trouver enfin la pièce tant convoité.  Elle se trouvait totalement vide de patients.

- Il y a quelqu’un ? On m’a fait demander

Une voix retentit dans un coin sombre :

- C’est moi caporal, je crois que j’ai un problème à la hanche.

C’était Gaelyl, une nouvelle dans son escouade, elle lui servait  d’assistante médicale et aussi de garde du corps, mais outre cela, ils entretenaient une relation amoureuse depuis quelques temps, en dépit de l’interdiction. Flag sourit, saisit son amie dans ses bras et l’enlaça, c’était une belle ironie de voir deux personnes si durs à la tache mais si doux dans l’intimité. Ils prirent la direction de la cabine de Flanigan gardant une petite distance pour ne pas trop attirer l’attention.

- Comment tu as convaincu le sergent de faire une fausse annonce ?

- Oh, c’est simple j’ai résolu un problème un peu honteux alors il a dit qu’il me devait une fleur.

- Maligne que tu es. J’ai reçu un coli ce matin, c’est un jeu de propagande que m’a envoyé un pote démobilisé, on peut jouer un spartan et éclater la tête de grognards à coups de pieds, ça te dit une coop ?

- Non, enfin pas ce genre de coop là caporal. Si vous voyez ce que je veux dire ?

L’homme sourit, il voyait tout à fait. Ce fut un moment plaisant et bestial couvert par une musique de l’ancien temps mais toujours agréable à écouter. Deux heures plus tard, alors qu’ils étaient allongés dans le lit, Gaelyl lui posa une question :

- Si tu devais choisir entre moi et spartan, si tu ne pouvais en sauver qu’un tu sauverais qui ?

C’était une question ardue, question posée par une femme, question traitresse, question qui collait une épine énorme dans les pieds de n’importe qui.

- Gael, sans la moindre hésitation je choisirais le spartan. L’avenir de la guerre est plus important que nous et les spartans sont les meilleurs soldats dont nous disposons. Un seul d’entre eux peut faire plus en une mission que nous deux en un an. Tu comprends mon point de vue ?

- Oui, en fait, j’espérais que dirais ça. Je t’en aurais voulu si tu avais laissé tes sentiments prendre le pas sur la raison.

- Venant de la part d’une femme c’est étonnant

Il se couvrit la tête pour échapper au coup de poing rageur que lui colla son amante. Les deux rirent de bon cœurs, comme des enfants et se chamaillèrent encore quelques minutes avant de s’endormir d’un sommeil paisible. Ce serait les derniers moments de bien-être avant longtemps, Flag le savait et l’acceptait. Il acceptait cela aussi surement qu’il se sentait glisser sur la pente de l’amour. En fait, au fond de lui, il savait qu’il ne choisirait pas le spartan, qu’importe les conséquences.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anderson Fabrega
Anonyme


Nombre de messages : 67
Age : 26
Date d'inscription : 23/06/2009

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil de combat BR55
Autre Compte : Eirik Eriksen
Arme n°2 : Pistolet M6D

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.a - Dans le sous-espace ( CSNU )   Dim 14 Déc 2014 - 19:05

Son écran d'affichage fessait défiler des infos sur son appareil et tout semblait correcte. Les jeunes mécaniciens qui c'étais occupé de lui semblais du genre trop réglementaire a chipoter sur le moindre détail non réglementaire, et il c'était tromper les légères modifications technique n'avais pas été changé pour son plus grand bonheur. Le pilote se releva à la fin de l'analyse pour se rendre dans la soute d'un pas tranquille et les mains en poche ici, c'était une autre histoire. Anderson avait pris énormément de son temps libre pour rajouter des places de rangement discrète a l'intérieur de  la soute dans les espaces inutilisé a fin de transporter plus de matériel de première nécessité pour les soldats, munition kit de soin et d'autres équipements laissé a même le sol par l'équipe de maintenance 50 kg de matos a ranger a gauche et a droite. Anderson plaça ses mains sur les hanches et soupira un grand coup avant de tout ranger. En pleins milieux de son occupation, un vieil ami l'interrompu d'une voie remplie d'humour.

- Alors Anderson on joue avec les règles du CSNU pour transporter du matériel a revendre au marché noir, il va me falloir des explications autour d'une bonne bière pilote et cette fois si tu paye.

Anderson se retourna une main sur la nuque et l'autre tenant une boite de munition d'un air dépiter, il reconnut son tout premier leader d'escouade Bertrand. Il n'imaginait plus le revoir un jour, il lâcha tout pour saluer son ami.

- Pour une surprise en voilà une et en plus, tu as pris du galon, tu es la volontairement ou le CSNU gratte les fonds de tiroir !? Et pour répondre a ta question c'est plus ou moins légale vue que ça ne réduit pas les performances et de plus on est en guerre ça peut sauver des vies. Et toi, tu fais quoi ici vu que tu n'as plus le droit de piloter ?

Bertrand lui fit une tape amicale avant de reprendre la parole.

- De retour volontairement comme conseiller, les pilotes sont trop vite lâchés de l'académie les plus jeunes ont besoin d'une formation en continue ou tout simplement de conseil. Brève de bavardage, je t'aide à terminer le rangement et on bouge une partie de poker est prévue dans la zone de stockage du magasinier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djerin Rashkae
ODST, 1ere Classe


Nombre de messages : 225
Age : 19
Localisation : Jericho VII/Retribution/Reach/Talista (selon l'année)
Humeur : Envie de faire mieux
Date d'inscription : 30/06/2008

Feuille de personnage
Arme n°1 : SRS99D-S2 AM
Autre Compte :
Arme n°2 : M7S Submachine gun

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.a - Dans le sous-espace ( CSNU )   Dim 14 Déc 2014 - 23:43

La foret est belle. Pas aussi dense que celle de son enfance, mais ce n'est pas grave. Elle permet de chasser quand même.

Il faudra faire seul aujourd'hui. Courir, traquer, rabattre et mettre à mort seul. Seul ? Non, pas tout à fait.

Il tourne la tête. Elle est la. Souriante, fraîche, sauvage. Belle.

Il lui sourit. Il est heureux. Elle lui rend son sourire et ses yeux lui offrent la mesure de son amour.

Ils chassent ensemble.

Soudain, il hésite. Il sent une pression sur son épaule. Droite, signe du réveil sans danger. Pourquoi il faudrait que....


Djerin attrape doucement le poignet de sa camarade.

Je suis réveillé Anaëlle. Quelle heure ?

Anaëlle le lâcha en souriant.

Cinq minutes avant l'heure que tu m'avais demandé.

Il souffla lentement. Quelques temps plus tôt, le commandement avait décidé qu'il avait trop joué en solo et lui avait assigné une équipière. Il avait eut la chance de tomber sur Anaëlle Parra. Anaëlle, c'était cinquante-deux kilos de muscles et de nerfs d'acier, un moral d'enfer et des blagues qui avaient le don de vous racler la peau jusqu'aux os pour vous les hérisser.

Qu'est ce qu'on a au programme aujourd'hui ?

Djerin avait décidé qu'ils feraient l'intégralité du vol sub-spatial réveillés pour s’entraîner à travailler ensemble. La jeune rouquine jeta un œil au programme d'exercices scotché derrière la porte de leur cabine.

Mise en forme physique. Course à pied, musculation et combat c.a.c. Couteau et mains nues. Un programme réjouissant.

Elle commença à sautiller pour se chauffer avant la course. Djerin jeta un œil à la fiche depuis sa couchette et sourit.

Tu n'oublierais pas quelque chose ?

La jeune femme grimaça en s’arrêtant.

C'est vraiment nécessaire ?

Le métisse sauta à bas de sa couchette en ébouriffant les tresses éparses de la rouquine.

Ce serait conseillé en temps normal. Avec toi, c'est vital.

La jeune femme venait tous juste d'être intégrée aux ODSTs et avait encore du mal à se faire à l'armure de combat, raison pour laquelle Djerin l'obligeait à la porter un entraînement sur deux. Il commença à revêtir la sienne.

Au fait, la consigne t'a fait passer un colis. J'ai pas ouvert mais ça a l'air balaise.

Il sangla son canon d'avant-bras et tourna la tête vers le petit caisson étanche.

Ouvre le. C'est pour toi.

Intriguée, la jeune fille ouvrit la boite, dévoilant une dizaine de manteaux de divers type de camouflages.

J'ai vu que tu lorgnais les miens, et de toute manière je refuse de bosser avec une fille mal camouflée. Prend le noir, pas celui avec les cranes argentés. Celui la c'est celui de parade, il est assortit à l'uniforme et renforcé. L'autre, c'est simplement quand tu veux avoir la classe, t’entraîner, ou quand les autres sont au lavage et qu'il fait nuit.

Elle le sortit et sourit en le voyant.

Il se porte sur l'armure. Si tu veux des modèles civils il faudra les commander. Il possède une capuche large, caché dans la doublure et les glissières le long des manches et des jambes, révèlent des filets de camouflages, lorsque tu veux être encore plus discrète. Il s'arrachent si tu tire dessus, dans le cas où tu devrait fuir rapidement, mais si tu as le temps, replie les. Les fixation internes et externes sont standard, pense juste à choisir avec soin ce que tu y accroche.

Elle hocha la tête et posa le manteau sur son lit pour finir d'enfiler son armure. Elle se figea une seconde avant d'enfiler son casque.

Djerin ? Je voulais pas te demander, parce que ça avait l'air de te tenir a cœur, mais ton ancienne partenaire... C'est avec elle que tu étais tout à l'heure ?

Le sniper baissa la tête et regarda ses mains.

Oui... Et je te jure que je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour que tu ne subisse pas le même sort qu'elle.

Elle est...

Restée sur Harvest.

Anaëlle redressa la tête et plongea son regard d'émeraude dans celui de son camarade.

Je pourrais jamais la remplacer, mais je te jure de me montrer à la hauteur.

Djerin secoua la tête et se remit à sourire, bien qu'un peu moins joyeusement.

Pour ça ma grande, il faudra courir.

Elle lui rendit son sourire, une pointe d'espièglerie dans ses yeux.

J'en ai bien l'intention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeck Anderson
ODST, Sergent


Nombre de messages : 108
Age : 21
Localisation : RETRIBUTION
Humeur : Réfléchis dans l'action.
Date d'inscription : 02/03/2013

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil d'Assaut MA37 Calibre : 7,62 mm / Chargeur : 32 balles
Autre Compte : Hayden Hughes / Mike Sherman
Arme n°2 : M392 DMR Calibre : 7,20 mm / Chargeur : 15 balles

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.a - Dans le sous-espace ( CSNU )   Dim 4 Jan 2015 - 22:56

Bryan scrutait le gymnase à la recherche de Jeck, comme à son habitude c’était d’un regard attentif qu’il observait les maigrichons s’efforçant dans un entraînement physiquement difficile pour leur masse et les comparait aux gros tas de muscle sans cervelle avec un léger  sourire dans un regard bienveillant. Toutefois ce même regard se raidit quand une fois de plus, il ne trouva pas Jeck, non, Jeck n’était pas là non plus, depuis que Bryan avait retrouvé ses fonctions, il était nul par à vrais dire, lui qui était toujours si téméraire toujours prêt à faire le moindre effort pour les autres semblait avoir disparus. « Où est-ce que tu as foutus le camp camarade » s’efforça de soupirer Bryan vainement.

Le Caporal sorti du bâtiment d’entrainement puis eut la curieuse idée d’aller dans la salle d’armement, « là où l’on fait toute les rencontres » ce dit-il.
Quelque sous-officier si trouvait, vérifiant l’intégrité de leur bel équipement avant leur prochaine mission, scrutant légèrement du coin de l’œil le gaillard aux cheveux blond laissant une mèche passer devant son œil droite. Eh oui, la coiffure règlementaire n’était pas trop son truc à Bryan, lui il apprécier son physique et désirais plus que tout savoir avec quel tronche il allait crever.
Le regard du Caporal se posa rapidement sur Hammer, qui aiguisait assis sur un banc entre deux casiers, un couteau avec un geste tendre mais dont le bruit roc rappelait la froideur de cette occupation.
C’est avec un sourire tendre et attendu qu’elle s’était mise à accueillir Bryan appuyant d’un salut cette large preuve d’encouragement pour son compère.
- Jeck n’est pas avec toi ?
- Il est en train de vérifier les ordres de missions, comme toujours.
- Il ne changera donc jamais hein, notre cher Sergent.
Soudainement le regard de Hammer s’était durci avec ampleur.
- Il t’a sauvé la vie.
- Je sais, et je ne l’oublierais pas.
Le regard de Bryan ce détourna des yeux perçant d’Hammer pour finir sur l’arrivé furtive d’une autre femme aux cheveux châtain clair court que Bryan connaissait vainement mais dont il était néanmoins persuadé de l’avoir aperçus quelque part auparavant.
- On ne s’est pas déjà vue par hasard ?
- Sans doute, si je devais retenir tous les visages…
- C’est une survivante du Héraklion, s’efforça de couper Hammer.
- 1ère classe Eva Sherman, vous devez être le Caporal Wesley ?
- C’est effectivement ce qui est sur le papelard, rétorqua celui-ci avec un large sourire.
Héraklion, cette mission quasi suicide où Bryan, non, où toute l’escouade Alpha-26 avait failli mourir, où après cette mission Jeck vit son escouade attribué du surnom de « L’Immortel » par leur notoriétés.
Finalement, le monde était petit pensa Bryan de vive voix, tout en observant avec sérieux la femme devant lui.

- Eh bien, je suis content de ne plus te voir roupiller.
Une voix suave mais quelque peu grave venait de parler dans le dos de Bryan qui reconnus tout de suite son interlocuteur.
- Et moi je suis ravi de voir que tu as retrouvé l’humour Jeck.
C’est avec un large soupir que Jeck toujours avec la même rigidité dans l’expression de son visage qu’il termina d’ajouter.
- Maintenant qu’il y a Eva dans l’équipe, essaye au moins de faire bonne impression avec une fille, qui sait tu as peut-être toute tes chances.
Eva ce mit à rire de façon gêné,  puis elle remonta avec légèreté sa main droite devants les  yeux des deux hommes affichant un anneau brillant sur son index.
- Ni pense même pas Caporal Whisky !
- Hey la bleubite, c’est Wesley okay ?!
- Bon du calme les enfants, ont as du travail.

Les deux personnages qui à l’instant venaient de s’insulter mutuellement dans un humour maussade venaient d’arrêter leur légère confrontation en observant le Sergent avec sérieux.
Jeck parus réfléchir, mettant un doigt songeur comme il en avait l’habitude contre son menton tout en ajustant d’un geste rapide le léger épi de sa sombre coiffe avec acharnement. Tel était les réflexes de l’impressionnant personnage quand il était en train de réfléchir, il était en effet difficile ainsi de le voir comme un danger pour ses ennemies.

- Bien, je vois que Sanders, Browman et Williams ne sont toujours pas là.
- Je les ais aperçus au stand de tir tout à l’heure, se permettra d’ajouter Eva.
Jeck lui adressa un simple regard accompagné d’un sourire qu’il masqua aussitôt après l’avoir fait apparaître.
- Alors Sergent, qu’est-ce qu’ont fou ici ?
- Tu penses vraiment que c’est le genre d’information qui passe au sous-officier Bryan ?
- Non, mais j’en pense que tu le sais.
Anderson s’efforça de lâcher un léger soupir puis ajouta avec autant d’entrain.
- Nous le serons bien assez tôt, équipez-vous au mieux et n’hésitez pas à vous détendre un peu, ça peut pas faire de mal.
- A vos ordres Sergent. S’efforça d’ajouter l’équipe en cœur.

Jeck venait de sortir de l’armurerie toujours aussi pensif que lorsqu’il avait fait son apparition, il observait sa main droite au beau milieu du couloir comme s’il semblait percevoir une chose étrange que les autres ne voyaient pas, comme un ressentiment.
- Tu ne pourras pas fuir Bryan éternellement.
Anderson ce retourna afin de tomber à quelque mètre de son regard sur le doux visage sérieux d’Hammer.
- Je les envoyé à la mort sur Héraklion, je ne peux plus le commander, (il ferma légèrement les yeux tout en baissant légèrement la tête) je ne m’en sens plus capable.
- Si ce n’est pas toi qui nous envoie à la mort, sa sera quelqu’un d’autre (Hammer venait de rapprocher son visage, croisant de ses pupilles bleuté, le regard exténuer et pourtant si tristement beau de son Sergent.) Quant as-tu choisis d’ouvrir les yeux pour regarder le monde tel qu’il est Jeck, seulement maintenant ?
Anderson la regardait de ses yeux d’ébène encerclés par d’importante cernes sombres, cette femme signifier tant pour lui, elle était son épaule, ses bras, ses jambes et maintenant elle venait de lire aussi dans sa tête, comme toujours, elle prenait les devants sur son esprit.
- Hammer, je….
Jeck n’avait pas pu terminer sa phrase, soudainement collé contre la paroi du couloir enlacé dans un baiser endiablé par Hammer. Elle détacha ses lèvres des siennes après quelque seconde lui adressant un sourire, puis comme si de rien n’était-elle se redressa, après avoir vérifié que personne les avaient vue et rentra de nouveau dans l’armurerie.
« Hammer… à quoi tu joue ? »

Cette question devenait rapidement lancinante pour lui, est c'est dans un pas lent et réfléchis qu'il s'enfonçait dans les profondeurs des couloirs du Croiseur.

****

Jeck se baladait dans les couloirs en treillis militaire, il n’avait pas l’habitude de s’habiller en civil et encore moins dans un croiseur de classe Marathon don il ne connaissait que trop les différents éléments constituant le bâtiment.
Plusieurs hommes défilait et en voyant son grade c’étaient mis à le saluer, chose plutôt consternante pour lui, qui même s’il était un vétéran restait plutôt dans l‘idée qu’il ne s’agissait que d’énergie imbécilement utilisé.

Hammer avait raison, Jeck s’en voulait pour rien, il valait mieux qu’il se concentre plutôt que de s’attarder sur des éléments aussi stériles.  La porte de la plateforme d’observation s’entre-ouvrit à son arriver et l’on pouvait y voir bon nombre de soldat discuter entre frère d’arme.
Jeck observait l’espace, cette chose dans laquelle il avait failli mourir bien des fois, mais don il n’avait jamais réellement accordé d’importance, l’univers était beau, et aussi infiniment beau soit-il  était éprit d’une terrible fatalité, celle d’une vie sans repos.
- Tous les choses belle on leur limite, tu ne trouve pas ?
Jeck observa du coin de l’œil l’homme ou plutôt la familiarité ayant traduit sa pensé avec une telle facilité. Cette même phrase, seuls les hommes ayant connus une vie de tournant et de sacrifice en connaissait la signification.
- Il fallait bien un Anderson pour sortir une telle phrase, salut cousin...

_________________



"Parce que nous savons ceux qui ont chuté pour cette terre, nous n'abandonnerons rien et encore moins les vivants.

"Allez bougez vous, on a une race à sauver bande de con !" Bryan Wesley, UNSC Artemis

"Je sais pas trop en quoi croire soldat, la guerre, la victoire, tout cela nous dépassent, mais une chose est sûr, c'est que ces balles messieurs, elles font mal aux Covenant, et tant que j'en aurais, ils souffriront." Jeck Anderson, lieu inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.halofight.fr/t4218-presentation-jeck-anderson
Erwin' O'Connor
Mort au Combat


Nombre de messages : 81
Localisation : Assiégé dans un garage sur Coral.
Humeur : De toute façon c'était trois milles MORT ou vif.
Date d'inscription : 15/09/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : SMG-7S
Autre Compte :
Arme n°2 : Pistolet M6C

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.a - Dans le sous-espace ( CSNU )   Lun 2 Fév 2015 - 21:25

Je me souviens surtout de la température à bord, qui devait avoisiner les zéros degrés à cause de leur fichue climatisation qui vous asséchait les voies nasales et la gorge. J'avais le nez tellement sec que lorsque j'y fourrais mon doigt, je réussissais à me faire saigner. Je me frottais les mains et pratiquais quelques exercices pour empêcher réchauffer mon corps qui frôlait l'hypothermie, puis je me résignais à amener la lourde caisse contenant le Jackhammer dans le Warthog M831 TT

Comme on était pas des grands loyalistes de l'institution, et qu'on étaient les seul à bord à faire le boulot pour l'argent, on nous avaient volontairement refilé l'endroit le plus froid du bâtiment pour y stocker notre matériel. Le niveau -5, le frigo. L'endroit servait normalement à  conserver les vivres, mais comme le vaisseau était plein à craquer, et qu'il fallait caser notre maigre comité de vingt personnels et nos cinq véhicules, on nous avaient fourré dans un des innombrables frigos  du niveau -5. Notre petite expédition avait dégoté un contrat singulier avec le SRN, qui commençait à être notre employeur régulier. Pour vingt milles chacun, on nous avait confié la logistique de la tête de pont que le CSNU voulait établir sur Barren. Une partie de la surveillance de la base nous serait également confiée. Enfin, on avait accepté pour une prime supplémentaire de trois milles crédits en ayant le statut de "réserve" en cas de problème sur le front. Powers ne nous avait pas dit exactement combien le SRN lui avait proposé pour se charger du l'affaire, mais on se doutait bien que ce gros filou ne nous avait accordé qu'un tiers de la récompense. En tous cas, il avait procédé à une sélection avancée de son personnel pour participer à la mission, et avait réduit le comité au maximum pour préserver ses sous. Un contractor, ça coûtait cher. C'est donc des hommes, et aussi quelques femmes, triés sur le volet, aux antécédents passés au peigne fin, qui avaient été engagé pour le contrat. Y'avait pas de place pour les têtes brûlés, cette fois ça rigolait pas.

Notre employeur nous avait assuré qu'on aurait normalement pas de confrontation directe avec le Covenant, si ce n'est sur le lieu où ils pensaient avoir localisé l'artéfact. Il y avait des chances de rencontrer de la résistance là-bas, notre boulot c'était de garder une base. C'est le CSNU qui irait au charbon, pas nous.

Je déposais une lourde caisse dans le coffre du Warthog de transport, tandis que Sonny plaçait le S2-AM dans le coffre du second véhicule. Sharkey, notre Cerbère, vérifiait le mécanisme de la mitrailleuse de son Warthog. Il était le responsable de notre groupe qui prenait l'indicatif « Condor ». Moi, j'étais son second. Les dix-huit autres étaient de véritables mercenaires qui n'étaient ici que pour l'oseille. C'étaient certain qu'ils allaient donner 150% de leur capacité. C'était la même chose pour moi.

Pour ce contrat, j'avais soigneusement composé mon matériel, car comme tous les contractors, il était à ma charge et à mes frais. Je baignais dans un jean Black Rock Cimpagny, couleur sable et je m'étais acheté des bottes balistiques de montagne, marron, qui m'avait coûté trois cent crédits. Comme nous allions opérer dans une région aride, j'avais revêtu une veste de treillis légère, de couleur noir, car nous opérerions seulement de nuit. Par dessus, j'enfilais ma veste balistique qui faisait office de gilet kevelar et de gilet tactique aux nombreuses poches. Je les comblais de sept chargeurs remplis de balles perforantes, pour mon SMG 7S auquel j'avais ajouté une visée laser et un réducteur de son qui marchait plutôt bien. Sur ma cuisse droite, mon holster contenant mon M6C modifié, que je possédais depuis Washington. Il était chargé, et j'avais trois chargeurs en réserve, remplis de munitions magnum. Outre mes gants renforcés, mon cheik beige, et ma casquette Black Rock Compagny de la même couleur, je m'étais procuré un système de vision nocturne, qui m'avait coûté huit mille crédits. Une petite merveille qui se résumait à un tube placé devant mon œil droit, et relié à un harnais serré autour de ma tête. Enfin, j'avais apporté mes genouillères et mes coudières en kevelar. J'étais paré et une certaine hâte de commencer le boulot me faisait vibrer, toutefois, je m'efforçais de garder la tête froide, car même si c'était une vraie aventure qui m'attendait, je n'étais pas là pour m'amuser, mais pour faire mon travail d'agent de renseignement.

Après ma contribution au chargement des véhicules, mon chef me proposa d''aller prendre un verre au mess, en compagnie des quatre autres Fox, c'est à dire les chefs d'escouades qui étaient à ma charge. J'acceptai volontiers, et tous, nous nous dirigions vers l'ascenseur qui menait au niveau 1 où se trouvait le bar. Nous longeâmes la rangée de véhicules alignés contre le mur d'acier, face au grand sas qui donnait vers le tunnel par lequel nous rejoindrons la trappe de sortie. Les véhicules étaient rangés selon leur ordre de sortie Je conduirais le premier Warthog M12 LRV offensif de véhicule de commandement, avec mon chef à la place du passager et Sonny à la mitrailleuse. Suivrait un premier Warthog M831 TT de transport, puis le transport cargo tout terrain qui contiendrait nos rations et nos munitions, le second Warthog M831 TT, et enfin le second Warthog offensif qui fermerait la route. De toute façon on sortirait pas avant que le CSNU n'ait trouvé où établir la base.

Je soupirais en entrant dans le mess, qui était plein à craquer de soldats du CSNU en treillis, et qui faisaient un bordel pas possible. Y'avait surtout des rejetons qui donnaient l'air d'être sur leur première opération, et qui jubilaient de hâte à l'idée de partir à la guerre. On nous remarqua rapidement, comme on était pas habillé comme les autres. Un merdeux aux airs de bleuet nous coupa le passage, il voulait savoir qui on était :

« Vous venez d'où les gars ? Vous avez pas d'insignes, vous êtes des forces spéciales ? »

« Is that your problem kid ?  Tu bouges ou je te bouge ?» lui rétorqua Sharkey qui ne partageait pas son humeur festive.

Le jeunot s'écarta, l'air vexé, et nous nous frayâmes un passage jusqu'au comptoir où nous prîmes place sur des tabourets fixes. Malgré le brouhaha, nous pûmes nous faire comprendre du barman, et commandâmes cinq pintes, et un jus de groseille pour Sonny qui ne buvait pas d'alcool, et qui nous mettait la honte.

Nous remballions les curieux qui voulaient connaître notre identité, jusqu'à ce qu'un colosse de deux mètres flanqué de deux de ses copains autrement plus massifs, et qui tenait visiblement à défendre l'honneur des Marines, nous demande de foutre le camp :

« Vous dérangez les gars. On aime pas les hommes invisibles, ici c'est le CSNU et rien d'autres. Alors dites qui vous êtes ou tirez-vous. » Déclara l'homme du milieu en retroussant ses manches. Il avait abordé Sonny qui était à la dernière place à droite, et ne tarda pas à remarqua sa boisson singulière.

« T'as tes règles ? »

« I'll break your neck man. » Déclara l'un des Fox en se levant et en s'avançant vers le Marines, tandis que Sonny demeurait impassible en buvant son verre.

Pour Sharkey non plus il n'était pas question de céder, et voulant assumer son rôle de chef, il se leva à son tour, et dépassa Jimmy, avant de se pointer devant la grosse brute.

« Écoute moi gros tas. Je vais pas y aller par trois chemins. Je suis venus boire un verre avec mes gars pour me détendre, je veux pas d'emmerdes, et je veux pas répondre à tes foutus questions. Fais ta vie, et m'oblige pas à te casser une jambe. Tu vas en avoir besoin avant d'aller te faire griller le cul par des poulpes. »

Sharkey le défiait du regard, aussi immobile qu'impassible. Le Marines regarda ses copains, l'un après l'autre, ils hochèrent la tête, puis la marmule se jeta sur Sharkey. Nous nous levâmes, la lutte s'engagea, j'abattis ma pinte sur le crâne d'un Marines qui s'effondra, tandis que les autres affrontaient la brute et son autre copain. Je sentis des mains m'agripper et me soulever, puis je fus projeté contre le comptoir où on me martela le dos de coup de poing. D'autres soldats venaient porter secours à leurs camarades. Je vis Jimmy se frayer un passage vers moi, et bientôt les coups cessèrent ; je me retournais et voyait mon énorme agresseur agenouillé, ses mains pressées sous sa ceinture. Jimmy lui avait brisé les grelots. Une escouade de sécurité armée jusqu'aux dents, alertée par le fracas des verres et des chaises, des tables qui se retournaient et des hurlements des Marines mécontents, investit la pièce et plaqua tout le monde contre les murs.

« Vous êtes qui vous ?! » nous demanda un garde en fouillant nos poches.

« On t'as pas sonné. » rétorqua l'un des notre.

« J'ai posé une question, tu réponds où on t'embarque, pigé ptit con ? »


« On est des Spartans. » dis-je.

« Te fous pas de moi connard. »

« Tu veux une réponse, je t'en donne une. T'as bien vu la branlée qu'on a mise à tes potes. »

Tandis que le garde s'excitait, Sharkey s'avança vers lui et lui présenta une carte qui justifiait l'appartenance de notre unité au SRN pour cette mission.

« Je suis autorisé en t'en mettre une dans la tête si tu révèles notre identité à tes cons de copains. All right son ? »


« Tous des branleurs. Tirez-vous. » Lâcha le garde en désignant la porte du canon de son arme.

« C'est qui ces types, bordel ? » demanda un Marines au garde, pendant que nous quittions la salle dévastée.

« Je peux pas te le dire Bro, mais c'est des fêlés, faut pas les chercher. »


Dernière édition par Erwin' O'Connor le Jeu 30 Juil 2015 - 14:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Anderson
Marines, Sergent


Nombre de messages : 44
Age : 18
Localisation : là où il y a du covenant
Humeur : comme d'habitude
Date d'inscription : 22/08/2013

Feuille de personnage
Arme n°1 : MA37
Autre Compte : n/a
Arme n°2 : DMR

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.a - Dans le sous-espace ( CSNU )   Mer 22 Avr 2015 - 22:33

L'espace. Un vide infini, à perte de vue.
John ne savait pas pourquoi, mais la vue de l'infiniment grand avait l'étrange réaction d'arriver à le calmer. Aussi passait-il, lors des voyages spatiaux comme celui-ci, la majeur partie de son temps disponible dans la baie d'observation. Comme à son habitude dans de telles circonstances, il laissa son esprit vagabonder. Depuis combien de temps était-il engagé ? Quelques années, oui, mais encore ? Quatre ans ? Cinq ? Il n'aurait su dire. Il avait presque oublié sa première mission, e bien d'autres également, mais certaines avaient un autre goût dans sa bouche et ne voulaient pas le laisser en paix. Sa deuxième mission, par exemple, ou il avait pour la première fois tué un autre homme, et où il avait ressentit la tangibilité de sa propre mort. Étrange, comme ces choses là nous marquent graduellement, comme si la compréhension des événements ne venaient qu'après coup. Comme avec Elia…
Dans son dos, des bruits de pas marquèrent l'arrivé d'un nouvel individu dans la baie, le tirant de ses pensées. Pas tant les pas que leur cadence, le son caractéristique de la façon de poser son pied sur le sol… Enfant, il avait découvert que chaque individu faisait un son différend en marchant, et il s'était entraîné à retenir ceux de la maisonnée. L'enfance… cela semblait si loin, une autre vie peut-être. Dans les forces régulières, il avait involontairement retenu plusieurs pas : ceux de Sniper, de Li, de la gamine, et …
« Tous les choses belle ont leurs limites, tu ne trouve pas ? »
Jeck Anderson se retourna vers lui.
« Il fallait bien un Anderson pour sortir une telle phrase, salut cousin...
-Pareil. Alors comme ça, toujours vivant en enfer ?
-L'enfer (petit sourire de Jeck). C'est à dire que j'ai plus ou moins pas le choix que d'y être dans ce merdier.
-Pas faux. Et pourtant… (petit geste de John vers la vue extérieure) quand on voit cet espace infini, ou presque, c'est à se demander si ce n'est pas un choix inutile, tu ne trouve pas ?
-Pas plus absurde que notre destruction. Au fait, j'ai crus comprendre que tu avais gravis les échelons, félicitation.
-Merci, j'ai toujours rêvé de donner des ordres à des mecs types de fusils. Si si, vraiment. Que veux-tu, le CSNU doit être tellement désespéré qu'ils font monter n'importe qui. La rigueur militaire n'est plus ce qu'elle était. Mais dis moi, tu m'as l'air bien joyeux. En tout cas tu souris plus que toutes les fois ou nous sommes croisés cumulées. T'es malade? (sourire taquin)
-Faut croire, sans doute à cause de ta sale tronche. Tu imagines, il dois y avoir des millions de soldats et c'est sur toi et moi qu'est tombé cette mission, ah, comme le hasard est foireux. Ça me rappel Jericho VII tout ça. »
Jericho… John avait l'impression que cette bataille n'avait jamais fini pour lui.
Son cousin se tourna vers un homme perdu, semblant cherchant désespérément quelqu'un, un espèce de blondiné à casquette en tenue militaire.
« Rah, mais quel con ce gosse !
-Qui est-ce ?
 - Un nouveau, 1ère classe Mooney Browman
L’intéressé venait de rejoindre son sergent ainsi qu'Anderson tout en ce mettant dans un garde à vous inspirant la fainéantise.
« Sergent.
-Et bien, on a du niveau dans ton équipe, à ce que je vois. »
Browman comprenant l'insulte voulu réagir quant son sergent le devança en lui coupant la voix. « Browman, ce type et plus gradé que toi, va rejoindre les autres à la salle d'arme soldat, j'ai à discuté avec le monsieur. » Browman éxécuta un salut en soupirant puis il sortit aussi tôt qu'il était venu. Le Sergent ODST regardait maintenant son cousin avec une rigidité presque étouffante « Il ne faut jamais se fier au apparence, ce gars est un bon.
-Je veux bien te croire. Il n'a pas l'air très regardant sur la hiérarchie, et je ne pense pas avoir déjà effectué un salut plus convenable que celui-ci. Et malgré ça, ou grâce à, parfois je ne suis pas sûr, je suis toujours là. Avec un peu de chance, il en fera autant. Comme disait papy, tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir. Ce qui pourrait aussi s'appliquer à notre situation.
- Effectivement, tant que l'espoir ne disparaîtra pas, tant que les hommes mourrons, alors il nous reste une chance, j'étais défaitiste à l'époque, je voulais au moins accomplir quelque chose pour quelqu'un. » il commença à sourire
-Et qu'est ce qui tas fait changer d'avis?
-Mes gars, j'ai réussi à en sauver et même tout seul parfois. Le merdier de l'enfer, et puis je n'allais pas laisser un type comme toi crever pour rien. Nous autres ODST, nous sommes constamment confrontés à la mort, aux missions de grande importance, mais plus encore, au devoir, celui de ne jamais abandonner. Et toi John, abandonnerais tu l'humanité ?
-Et pour quoi faire? Je te rappel que j'ai plus de maison, de boulot, de famille directe, d'ami, et j'en passe. Autrefois j'avais bien encore quelque chose, une vengeance à tenir, mais elle aussi a finit par se perdre sur les champs de bataille. Non, je resterais jusqu'au bout, parce que je sais que l'humanité est ce qui se rapproche le plus de moi. »
Et c'était vrai. Même la simple envie de tuer des covies avait fini par perdre sa saveur. Une fois que l'on venait à considérer les tireurs d'en face comme de simples pions dans un jeu qui les dépassaient tous, on avait beaucoup moins envie de leur faire passer l'arme à gauche.
« Bien parlé John » il tourne sa tête vers les étoiles les pointant du doigt « Un jour John, nous seront en paix, j'aime le penser. Au fait, ton escouade est affilié à quel équipe ? »
Une sorte de lueur dans le regard de Jeck venait d'apparaître.
« Aucune idée : c'est ce que j'aime avec les forces régulières : rien ne vaut une situation catastrophique pour tarir les flux d'information. A moins que les gars de la haute tiennent à leurs secrets.
- Ah je vois, je pense que tu devrais bien tomber. » Il scrute d'un regard songeur les quelques officiers et marines discutant entre eux « Ils n'ont fait appel qu'à des vétérans, tout ou presque.
-Formidable! Cela ne veut dire qu'une chose : peu de chance de s'en sortir. Il va encore falloir avoir de la chance. Heureusement que je suis pas trop mauvais à ce petit jeu, même si tous mes hommes peuvent pas forcément en dire autant.
- S'il n'y avait que ça, de toute façon c'est les ODST qui vont sauver vos miches, comme d'habitude. » Soupir de Jeck tout en souriant. Une voix grésillante fut déversée par les hauts-parleurs du vaisseau « Sergent Newtow, Sergent Anderson, demandé à l'armurerie Bâbord »
Jeck regarda John.
« Désolé cousin, il faut croire que le devoir m'appel.
-En espérant que ce soit pas la faucheuse (petit sourire). Rendez-vous en bas, cousin, et ne t'avise pas de te brûler les ailes
- Pff, je viendrais te chercher dans les geôles covenants t'en fait pas. »
Il salut John, tout en se retournant et en adressant un vif salut de la main dans un sourire, les doubles portes se referment derrière lui.
John s'étira. Après l'interruption de sa petite séance de méditation spatiale, rien ne servait plus de béer devant l'espace. Il repartit par là où il était venu, en direction de ses hommes.


Dernière édition par John Anderson le Dim 26 Avr 2015 - 21:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hayden Hughes
Navy, Capitaine de Frégate


Nombre de messages : 5
Age : 21
Localisation : UNSC Nova
Humeur : Taciturne
Date d'inscription : 25/01/2015

Feuille de personnage
Arme n°1 : M6C Socom
Autre Compte : Jeck Anderson
Arme n°2 : Son Cerveau

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.a - Dans le sous-espace ( CSNU )   Jeu 23 Avr 2015 - 14:03

2538(Calendrier militaire) /
Sous-espace, UNSC Nova, Capitaine de Frégate Hayden Hughes



Hayden s'avança sur la passerelle de commandement avec le plus grand charisme, ses cheveux court Brun coiffé avec une légère mèche remontée vers le haut  laissait une tignasse partant quelque peu dans tous les sens mettre en valeur la dégaine du physique athlétique de celui-ci. Il portait un costume militaire gris, ornées de boutons d’or et autre artifice propre à donner du privilège à son grade. Hayden l’avait ajusté quelque peu, le laissant entre ouvert, ne masquant pas une chemise bleu ciel apparaître aux yeux des curieux de son état-major.
Il tourna son regard vers les moniteurs, observant rapidement s’il n’avait pas loupé un état d’alerte quelconque, mais il fallait croire que non. Il se tourna vers Andrew, adressant un regard rigide presque imperceptible pour bon nombre de ses hommes.
- Andrew, vous avez vérifié les réacteurs ainsi que les vecteurs de puissance ?
- Oui  mon Capitaine, réacteur à 95% en sous-espace.
- Très bien, essayez de ne pas trop forcer sur le coucou, il a beau être jeune, j’aimerais autant ne pas l’user de sitôt Lieutenant.
- Bien mon capitaine.
Le capitaine de frégate plongeait maintenant son regard dans le sous-espace, repensant lentement aux ordres de mission, qui, il faut le dire, n’indiquaient que  le minimum d’information. Seul le Sovereign Dawn avait sans doute eut accès aux « indications » nécessaires au bon déroulement de l’opération. Le Sovereign Dawn, un croiseur de classe Marathon qui en a vue passer, tout comme son commandant. Il était de ses vétérans vigoureux de l’ancien temps qui n’hésite pas à mettre en péril sa propre vie face au covenant, de ses humains qui n’avaient pas froids aux yeux et combien même qui mourraient dans l’accomplissement de leur devoir, jusqu’au bout.  « Aucun doute possible, cette mission est importante, mais d’une importance même dont un Capitaine de Frégate n’a pas accès. » Hayden plisser ses yeux, réfléchissant tout en touchant avec légèreté son fin menton d’un doigt songeur, il remonta son regard, le perdant dans la profondeur du sous-espace à nouveau. « Une balise, nous sommes ici pour un simple balise… » Barren,  Hayden  avait essayé au moment même où il en avait entendu parler de ci documenter. Seulement, les rapports dans leurs états actuels étaient tellement conflictuels qu’il avait vite abandonné l’idée, n’étant qu’un amateur de paperasse.

Le pire dans une mission pour Hayden n’été pas tant de ne pas en connaître les détails, mais de ne pas connaître la raison de ce manque d’information. L’UNSC Nova été en service que depuis quelques mois et Hayden en tant que Capitaine de Frégate n’avait jamais affronté le moindre covenant, de missile à missile, d’ogive à ogive, il allait sans doute s’il en croisait, devoir redoubler d’effort et d’intelligence pour gagner. « Je trouverais un plan… comme toujours » se répétait-il intérieurement pour calmer un stresse intérieur qui venait soudainement de l’envahir.
- Capitaine, puis-je vous parler en privé ?
Le capitaine de frégate se retourna vers le lieutenant Hans Grooper, homme ayant dans la trentaine qui venait d’être muter dans son équipage il y a seulement quelque jour.
C’était un agent de l’ONI, Hughes en était sûr, non pas à cause du manque de discrétion du loustics non, mais surtout du fait que c’est le seul homme à bord que l’on lui avait «imposé » afin de l’assister  de près pour l’armement.
- Bien entendu Grooper, veuillez me suivre.
Hayden connaissait bien ces types-là, il n’y avait pas 300 critères différents dans leurs formations.
Règle n°1 établir un contact avec la cible, pas forcément pour la tuer, mais afin de mener à bien la mission… Bien entendu, Hayden ne connaissait pas la liste entière, et ceux malgré qu’il  pu en déduire les chiffres par le passé. Le passé, entre la torture physique, mental et les geôles de l’ONI, c’est qu’il en faut de la réflexion pour combler le temps.
Les couloirs de la frégate étaient évidement moins étanche et espacé que ceux que l’on pouvait trouver à bord d’un croiseur, pourtant, la largeur suffisait au moins à faire passer un chariot élévateur de gros gabarit sans problème. Plusieurs marines de fortune qui passait par là saluer d’une façon correcte le capitaine, tandis que Grooper derrière restait impassible. Hughes n’eut nul besoin d’ouvrir la porte de son bureau, que celle-ci venait de coulisser à sa présence marqué par les caméras intérieures.
Hayden entra en premier, puis passa de l’autre côté du bureau, observant avec un léger sourire Grooper.
- Je vous écoute Lieutenant.
- Tout d’abord, je tiens à vous remercie pour votre accueil Capitaine Hughes, Grooper remonter son regard sur le capitaine de frégate toujours impassible. Vous n’avez sans doute pas été informé, mais j’ai reçus une mission venant de FLEETCOM de première importance, si vous pouviez consulter cette lettre officielle.
Le capitaine de frégate prit la lettre tendus avec rigidité, il voulut rire en la voyant, son intuition avait été correct, seulement, il ne fallait toutefois ne pas le montrer. Il rendit la lettre après une lecture rapide.
- Très bien, je suppose que vos objectifs ne vont pas plus loin que les nôtres.
- Seulement ce que je suis autorisé à vous délivrer capitaine, nous comptons sous votre en-tière coopération.
- Certes, cela va de soit Lieutenant, toutefois, je tien à vous prévenir d’une chose, (le regard de Hughes changea à en devenir presque menaçant) n’interférez pas en combat.
Le lieutenant sourit d’une façon naïvement fausse, observant Hayden avec une impassible pensé.
- Nous avons des objectifs communs capitaines, je ne vous contraindrez en rien.
- Dans ce cas je vous demanderais de retourner à votre poste comme si de rien n’était (le lieutenant commençait à tourner les talons quand Hughes éleva vivement la voix d’un façon soudaine), ah j’oubliais au faite, bienvenue à bord Lieutenant.
- Merci mon capitaine, vint rétorquer le lieutenant dans un faux sourire.
La porte se referma aussitôt derrière lui, et Hayden pu lire convenablement le souvenir qu’il gardait de la lettre. « Ah FLEETCOM se fait vraiment chier en ce moment pour m’envoyer des gars pareils ».
La porte du bureau s’ouvrit à son grand étonnement laissant Owen entré, observant un homme masqué par la luminosité de la salle mais surtout par un regard emplis d’un étrange sourire narquois.
- Un problème mon capitaine ?
Hayden observa Owen avec amusement, comme un gosse après n’avoir fait qu’une bouché d’un bonbon.
- Dite moi Owen, avez –vous déjà tué quelqu’un ?

Owen resta dubitatif plusieurs secondes, il fallait dire qu'il avait encore du mal à discerner l'humour chez son supérieur hiérarchique, dans un même moment, Hayden s'approcha de lui, apposant une tape sur l'épaule du Lieutenant.
- Allons Lieutenant, ce n'était qu'une simple boutade, pourquoi vouliez vous me voir ?
Le lieutenant remonta ses yeux noirs vers son supérieur, le sourire était maintenant effacé sur celui-ci, seul un regard rigide emplis de sérieux entre ses mèches était présent.
- Nous allons sortir du sous-espace Capitaine.
- Oh je vois, Hayden s'éloigna de son second attrapant son COM-pad dans sa main droite, observant les registres du vaisseaux.
Hayden appuya sur l'écran tactile de l'appareil, cherchant les relevés de l'ordinateur cryogénique du vaisseaux, en effet, lors de voyage dans le sous-espace, presque aucune âme qui vivent  n'était nécessaire pour entretenir le vole. Il fallait parfois des mois pour atteindre une destination avec propulseurs Shaw-Fujikawa, invention emblématique de l'humanité qui avait permis la colonisation de nombreux monde. Du même fait, c'était aussi ces propulseurs qui on permis au Covenant de découvrir l'humanité, sur Harvest, en 2525, date à laquel l'humanité avait perdu la planète ce qui allait être une longue succession d'échec pour en venir à une inflammable braise sur tout les mondes vivants.
Hughes le savait, l'humanité, les Covenant, plus rien ne garantissait un avenir serein pour l'homme. Il observa le rapport de l'ordinateur de vol, regrettant amèrement parfois le fait de ne pas avoir d’intelligence artificiel à bord, puis il rangeant son unité portative dans sa poche.
Bien, lieutenant, retournons sur la passerelle.
Owen acquiesça dans un hochement de tête, puis il se mit à suivre le capitaine, s'avançant dans les couloirs vides, pour finir par pénétrer sur la passerelle de commandement.
"Officier sur le pont" venait de s'écrier l'une des enseignes qui vue le Capitaine entrer en premier dans la pièce, accompagné d'Andrew.
Bien, messieurs, dans combiens de temps seront nous arrivé au coordonnée ?
Estimations dans 0700 heures mon capitaine. venait de répondre l'une des enseignes.
Hughes se tourna vers Owen, esquissant un large sourire sur ses lèvres
Andrew réveillez donc les marines, la grasse matinée est terminée.
- à vos ordre mon capitaine, Owen pianota sur son moniteur tactile et le dégivrage des tubes cryogénique se lança la pièce gagnant doucement de la chaleur, montant la température ambiante à 21°c afin de ne pas ruiner les corps à peine éveillés aux différences de températures.
Les haut parleurs se mirent à émettre un son grinçant dans l’immense salle de cryogénisation, d'où les premiers soldats venait d'émerger.

"Messieur, comme dit l'ors de votre départ, bienvenue à bord de la frégate UNSC Nova, je suis le Capitaine Hughes, si vous rencontrez des problèmes ne serais-ce que pour vous guidez, je vous rappelle que le personnel est là pour vous aidez, vous avez 0700 heure pour vous préparez avant la sortie du sous-espace, terminée."

Les quelques marines ne manquant pas de sérieux venait d'exécuter un hochement de tête, réveillant leur forte musculature par des étirements, certain se diriger vers leurs compagnie, d'autre pénétrer dans le self de la frégate afin de prendre un petit déjeuné peu copieux tendis que les plus impatients bien souvent rejoignez l'armurerie bâbord ou tribord.

Le hangar de la frégate était plein à ras bord, des pélicans pendaient sur d’immenses poutre métallique, attendant d'être largué pour une quelconque utilités, alors que char Scorpion et Warthog se trouvaient dans les alvéole latérale au sol. Les enseignes et ingénieurs étaient maintenant sur le quai-vivent. Ils vérifiaient méticuleusement le matériel de combat, car c'était bien connus, une bourde pouvait souvent en entraîner une autre en mécanique, comme dans tout les domaines.
Personne ne savait exactement sur quoi ils allaient, une mission de routine, ou bien une fosse mortel, rien n'aurait pu leur faire penser, mais c'est maintenant, que l'humanité allait de nouveau engager comme il y a 13 ans peut-être une bataille décisif.


[hrp] petite édition ^^  les touristes qui veulent être à bord son libre de visiter le monument, attention à ne rien casser marines Smile [/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.a - Dans le sous-espace ( CSNU )   Aujourd'hui à 11:43

Revenir en haut Aller en bas
 
Resurrected - Partie 1.a - Dans le sous-espace ( CSNU )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ? J'ai rendez-vous, dans un sous-sol avec des fous, qui vivent la guitare à la main, du soir au matin
» Petites histoires de sous marins de la 2 nd guerre mondiale
» [Etape n°2] Décompression de Cities XL
» je n'arrive pas à le connecter via LIVEBOX sous mac
» Cours : Les rotations dans Flightgear

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Halo Fight :: Espace neutre. :: Retribution-
Sauter vers: