Forum Rpg sur l'univers d'Halo
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Resurrected - Partie 1.b - Bienvenue sur Retribution ( CSNU )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Edward Hordika
ODST, Sergent


Nombre de messages : 250
Localisation : Probablement dans l'espace ...
Humeur : d'humeur a sauter depuis l'espace.
Date d'inscription : 10/06/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Mitraillette SMG 7S
Autre Compte : Rell 'Ikiha
Arme n°2 : Pistolet M6C

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.b - Bienvenue sur Retribution ( CSNU )   Lun 31 Aoû 2015 - 10:58

Les semelles des rangers des sauteurs de l’enfer faisaient trop de bruit. Certes, elles n’avaient pas le choix : le sol était couvert de racines, de graines, de branches tombées de l’arbre, parfois de feuilles mortes, et de mousse. Il était impossible, à moins d’être pied nu et en train de surveiller absolument tous ses appuis, de se déplacer sans le moindre bruit. Mais ils faisaient tout de même trop de bruit au goût du sergent qui avait le commandement. Le fait que l’escouade d’Anderson les ai rejoint ne changeait pas grand-chose à la situation, si elle ne l’empirait pas. Et derrière sa visière rouge, Edward ne pouvait pas s’empêcher, de même que plusieurs des soldats sous ses ordres, de scruter les interstices entre les arbres, où beaucoup trop de créatures vivantes se déplaçaient à son goût. Vivantes, et surtout, énormes. L’avertissement de l’adjudant-chef un peu plus tôt n’avait pas été nécessaire : ils avaient très vite noté la présence d’une faune des plus hostiles, ici … il ne manquait plus qu’une flore carnivore, et le tableau de la jungle « des enfers » était peint, verni, et exposé dans un musée. Plutôt ironique d’y trouver des groupes de Helljumpers.

Un autre point qui commençait à taper sur le système du sergent était sa vision. Ses yeux en eux-mêmes n’avaient rien à se reprocher : il était encore doté d’une acuité visuelle quasi-parfaite. En revanche … Le félin, sur sa gauche, qui marchait à pas feutré entre les buissons et dont la silhouette n’était jamais parfaitement visible, avait les yeux jaunes. Pas rouges. Encore moins ce rouge-là. L’ODST le savait. Et il détestait ça. Depuis washington … non, depuis le passage en prison qui avait précédé Washington, il avait eu une paix relative, à ce niveau-là. Son esprit l’avait laissé tranquille, ou presque, durant la majeur partie des missions effectuées. Alors pourquoi est-ce que ça le reprenait maintenant ? La tension ressentie à se promener en milieu hostile, sans tirer le moindre coup de feu, mais en regardant une potentielle mort vous dévisager à quelques mètres ? La proximité d’un adjudant-chef probablement aussi vicieux qu’instable mentalement ? L’idée de diriger une équipe dans laquelle des frictions passablement pernicieuses commençaient à se dessiner ? Il n’en avait aucune idée. Il savait juste que ce fauve n’avait pas les yeux rouges. Au fond, ça, ce n’était pas très important. Mais il savait que les hallucinations ne s’arrêteraient pas à ce petit détail.


Sin ?
Huum ..?
Rappelles-moi pourquoi tu as pris ce lance-flammes ?
Très précisément pour la situation qui vient de se produire chef : mettre le feu à un groupe d’ennemi trop important pour les armes classiques.
Très drôle.
ça t’énerve que j’ai eu raison de le faire ?
Oui, mais moins que le fait que tu l’ai fait, de base. Tu vas avoir l’air fin, pour faire de l’escalade.
Oh m. On se rend vraiment au sommet de ce truc ?
Ouaip.
Putain, c’est beau …

Ed eut une esquisse presque à moitié dessinée de petit sourire à la réaction d’une des bleues du groupe, même s’il ne partageait en rien sa fascination pour le décor. Certes, l’endroit était séduisant pour un pique-nique … Mais ils étaient loin d’avoir fait tout ce chemin pour ce style de réjouissances. Et depuis qu’il avait littéralement vu une bonne partie des « gros chats » qui les avait attaqué repartir en couinant alors que leur fourrure s’enflammait à toute vitesse … Il avait l’impression que tout allait partir en cacahuète dans les quelques instants qui allaient suivre. Les différents hommes en noir prirent tous leurs positions, préparant le matériel pour certains, surveillant le périmètre pour d’autres. Edward observait les forces spéciales qui, après les avoir rejoint, préparaient également leur ascension… Leur groupe, plus petit, faisait preuve d’une synergie bien plus développée que ce que pouvait voir l’ODST dans son propre détachement. Soupirant, il remit sa radio en réalité virtuelle – simple petite « amélioration » de son ancien ATH qu’il avait réalisé lui-même – et visualisa les différents canaux privés qu’il aurait à parcourir, et dans l’instant … Sin, qui se tenait juste à côté de lui en préparant son matériel d’escalade, leva la tête pour l’observer.

Okay A toutes les unitées TCAO présentes : nous ne retournons pas à l’avant-poste pour le moment, les marines ont un problème, ils sont formés et entraînés pour le gérer. S’ils se comportent de manière raisonnable, restent dans le périmètre à défendre, et font leur boulot correctement, tout devrait bien se passer pour eux, dossier classé. L’escouade d’Anderson, vous passez les premiers jusqu’au sommet, vous sécurisez le périmètre et les cordes, etc. Deux des 4 snipers des 2 escouades montent, les deux autres restent sur place et surveillent la jungle pour l’instant. Le moindre gros chat … Ou covenant qui s’approche un peu trop de notre position, vous le signalez et attendez de nouveaux ordre. Quelques pressions sur son clavier virtuel plus tard, il s’adressa cette fois directement à un des snipers de son escouade. Première classe Rashkae ? Vous vous tenez éloignés de l’idiot de caporal qui a ramené sa fraise avec un lance-flammes. Hey ! Et comme l’a dit votre camarade, je vais fermer les yeux sur le passage dans la clairière : s’il y en a un qui ne fait pas de même, vous me l’envoyez. Nouvelle manipulation dans le vide, nouveau destinataire. Sin ?
… je suis juste à côté de toi.
Vas me chercher Grayson, et remplaces-le pour ce qu’il faisait avec les différentes caisses de matériel.
T’as pas mieux comme punition ?
Oh, ne t’en fais pas … Toi, tu n’es pas puni.

Le caporal soupira en vérifiant une dernière fois que le grappin qu’il venait de monter serait fonctionnel, et le plaqua dans les bras d’une première classe de l’autre escouade alpha avant de se diriger vers le centre du groupe. Edward resta en retrait, observant les premiers crochets partir vers le haut de la falaise et de la structure. Ne pas regarder sur sa droite. Ne pas écouter les paroles que personne n’avait prononcées. Ne pas céder à l’envie qui lui démangeait la main gauche de déboutonner la sécurité sur son holster, et retirer lentement le magnum avec silencieux qui s’y trouvait.

Avoues tout de même que tu en brûles d’envie … C’est vrai, il l’aurait mérité après tout, non ? Et puis, c’est bien pour ça que tu t’es assuré d’être le plus haut gradé resté sur place. Sans parler du fait que tu sois en train de couper les micros et les com’ de tous les individus encore au sol, en ce moment … Non, sérieusement, pourquoi tu t’en empêches ? Regardes-le qui s’approche. Si fier. Il fait bien 20 cm de plus que toi, certes, mais face à un flingue … ça ne veut rien dire.
Sergent Hordika.
Grayson … Vous avez une idée de pourquoi je vous ai convoqué ici ?
Pour l’incident dans la clairière… écoutez, ça ne se reproduira plus. J’ai juste voulu faire mon malin, le première classe Rashkae m’énerve … Mais je vais me tenir à carreau. En plus, on a pas eu de victime, donc on s’en sort plutôt pas mal, n’est-ce pas ?
Hum hum. Première classe ? Virez le casque.

Le soldat fronça un sourcil derrière sa visière, mais obtempéra. Edward jeta un œil à la paroi. Les cordes tremblotaient légèrement à cause d’un petit vent, mais la majorité étaient vides : sur certaines, les derniers soldats poursuivaient leur ascension, presque arrivés au bout. En bas, les autres soldats se préparaient : seuls un ou deux curieux, tant chez les ODST que pour les force spéciales, l’observaient. Certains s’étaient rendus compte que leurs micros ne marchaient plus. La plupart, non. Ce n’était pas sans risque de faire cela, surtout en terrain hostile, mais le sergent n’avait pas envie que tout le monde puisse réagir, sur le coup, et faire partager l’information à vif … Dans le pire des cas, il verrait à son retour de mission avec le capitaine Summers lui-même de quoi il en retournerait. Il se tourna doucement vers le première classe qui l’attendait, tenant son casque devant son ventre, posé dessus. Il le lâcha et s’écroula sur le dos lorsque le poing fermé de son sergent lui percuta le nez de plein fouet. Grayson était un archétype de soldat « lourd » : en très bonne condition physique, possédant un équipement qui était tout sauf léger, du style à atteindre le quintal lorsqu’on le mettait en tenue sur la balance. Tant mieux : il se ferait plus mal à touchant le sol. Avançant d’un pas, le sergent s’accroupit, posant ses bras sur ses genoux et le regardant dans les yeux à travers sa visière. Son ton était aussi froid que d’habitude lorsqu’il prononça sa phrase. Mais il en détachait parfaitement les mots.

Refais-moi une connerie de ce genre. Une fois. Et je te jure que je te fais passer en cours martiale. Que je m’arrange pour que tu vires des ODST, et même si possible, que tu fasses plusieurs mois de prison, histoire de te remettre les idées en place. Ça pourrait peut-être te faire du bien. Maintenant ? Tu vas remettre ton casque après t’être essuyé le nez. Retourner parmis tes camarades, et prendre une corde pour commencer l’ascension, toi aussi. Et surtout ? Tu vas me fermer ta gueule. Si le prochain truc que je t’entends dire n’est pas « contact ennemi » ou quelque chose du genre, je t’assure que tu vas t’en mordre les doigts jusqu’à ce que tu sois incapable de taper sur un clavier, de te servir de la moindre de tes armes, ou même de te branler. Est-ce que tu m’as bien compris ?
O … Oui sergent.
Parfait. Tu avais un problème avec les caisses il me semble ?
Non sergent.
Parfait également. Aller, debout.

Lui tendant la main en se remettant debout, Ed tira sur le bras qu’on lui tendait pour aider « son » homme à se remettre debout, avant de le laisser filer. A côté de lui, un autre ODST à visière rouge lâcha un petit sifflement d’admiration purement sarcastique.

Un tout petit peu plus de venin dans la voix et on aurait dit ton adjudant-chef.
Ce serait bien qu’un jour, toi aussi je trouve un moyen de te faire fermer ta gueule. Réactivation des micros. Alpha deux-six, est-ce qu’on peut monter ?

S’approchant d’un pas légèrement raidi d’une des cordes noires qui reposaient contre la façade, le jeune sergent aux yeux écarlate la saisit, et la testa quelques peu avant de poser un pied contre la roche. Au bout de quelques minutes d’un effort physique qu’il n’avait pas refait depuis probablement les cours de préparation quand il était encore recrue chez les marines (grimper le long d'une corde), le sergent et le reste d’alpha 4-4 parvinrent au sommet, sur la plateforme que le commandement leur demandait de sécuriser. Là-haut, non content de couvrir leurs alliés, les hommes et femmes déjà présents avaient déjà commencé à mettre en place une partie du matériel. Plus personne n’escaladait pour le moment : un première classe fut chargé de récolter les grappins et les cordes pendant que le reste s’occupait d’autres taches. Faisant signe à Anderson, un peu plus loin, et au caporal Nombre non loin, il s’approcha lentement de leur adjudant-chef, et sortit la radio à émissions longues portées du barda de Sin, qui lâcha une petite plaisanterie sur le poids du matériel qu’on leur faisait transporter.

Alpha 4-4 à fleetcom, est-ce que vous recevez … Alpha 4-4 à fleetcom …
Ici Fleetcom, quelles sont les nouvelles Alpha 4-4 ?
Les deux groupes ODST Alpha 4-4, Alpha 2-6, ainsi que les forces spéciales sont arrivées sur le site que nous devons sécuriser. Pour l’instant, aucun incident notable à signaler, et pas de contacts hostiles. En attente de nouveaux ordres.
Bien reçu sergent. Vous recevrez vos nouveaux commandements dans peu de temps. Fleetcom, terminé.
Bien reçu. ajouta le sergent sur un ton fatigué, avant d’appuyer sur un des boutons de la radio, qui grésilla en repassant en veille. Calant ses poings sur ses hanches, le sergent inspira longuement, avant de se tourner vers l’horizon, et de l’observer, pensif.
Hey, dites. Quelqu’un a pensé à un appareil photo pour mon sergent ?

_________________



"On m'a dit un jour que j'étais con. A celui qui un jour m'a dit cela. A tous ceux qui me l'ont dit par la suite. Et à tous ceux qui l'ont pensé.
Je. M'en. Fous.
Merci."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Anderson
Marines, Sergent


Nombre de messages : 44
Age : 18
Localisation : là où il y a du covenant
Humeur : comme d'habitude
Date d'inscription : 22/08/2013

Feuille de personnage
Arme n°1 : MA37
Autre Compte : n/a
Arme n°2 : DMR

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.b - Bienvenue sur Retribution ( CSNU )   Sam 5 Sep 2015 - 15:02

« Encore ? Mais c’est quoi ces saloperies !?! »
Le sergent ne fit pas attention à celui de ces hommes qui avait crié cette phrase à quelques centimètres de ses tympans. Lui-même commençait à enrager de la persévérance suicidaire des fauves, qui les poussaient à tenter d’attaquer les nouvelles proies tombés du ciel. Depuis qu’il avait pris position dans la défense de l’avant-poste, c’était la troisième grosse charge qu’avaient donné la ou les meutes à proximité du camp. Et le départ des ODST et des forces spéciales, ainsi que celui plus récent de Bravo-Quatre et d’une partie de Bravo-Cinq pour sécuriser la récente zone d’extermination de Bêta-Vingt-Neuf, n’était pas fait pour arranger les choses. Les fauves extra-terrestres, conscient de la diminution des défenseurs, redoublaient donc de fureur dans leurs attaques, sans pour autant réussir à percer le bouclier de balles et de soldats.

Clic. Anderson étouffa un juron et se baissa derrière les sacs de sable pour recharger son MA37. Si les assauts de félins n’avaient jusqu’à présent pas eu de conséquences graves pour les soldats de l’armée régulière, ils étaient néanmoins gourmands en balles. Les pensées de la première classe Charon, qui était également en train de recharger sur la droite de son sergent, avaient vraisemblablement suivi le même chemin.

« C’est dommage que ces bestioles ne puissent pas se servirent d’une arme, ils auraient fait des troupes de choix pour les covies. » Lâcha-t-elle, acerbe. Le sergent lui répondit par un bref sourire avant d’enfourner un nouveau chargeur dans le fusil d’assaut et de se préparer à recevoir une nouvelle cible.

La lisière de la forêt n’avait pas attendu longtemps après leur prise de fonction pour leur envoyer ses enfants carnivores. Les monstres aux crocs et griffes menaçantes avaient opéré un rapprochement silencieux, en évitant de se mettre à portée de vue des humains. Heureusement, Harold et Li, qui patrouillaient à proximité de la jungle, avaient repéré des mouvements suspects et avaient ouvert le feu, perçant la peau de l’un des fauves qui était arrivé à quelques mètres de là. Aussitôt, les deux marines avaient donné l’alerte à l’escouade et tout le monde avait scruté la jungle avec intensité. Au bout d’un moment, les félins avaient tenté quelques actions timides. Les premiers agresseurs s’étaient fait toucher dès leur sortie des fougères par les tireurs d’élite. Par la suite, les prédateurs étaient devenus plus habiles, plus malins. Ils avaient compris le danger que représentaient les humains, sans pour autant abandonner le siège. A deux reprises, les bêtes avaient fait une pause, laissant les soldats dubitatifs sur leur victoire. Et à deux reprises, elles étaient revenues, expérimentant des approches nouvelles, passant par les ombres, se dissimulant parmi les cadavres, passant par des branches pour se rapprocher. Il arrivait même que certaines esquives une ou deux balles avant de se faire avoir.

Puis était venu l’appel du caporal de Bêta-Vingt-Neuf. Evidemment, tant que les choses pouvaient empirer, pourquoi ne le faisaient-elles pas ? Si il se retrouvait à devoir défendre une portion de l’avant-poste contre une meute de félins insensibles au danger, il était évident que des covenants allaient arriver pour perturber un peu plus la sécurité humaine. Bon, il était vrai que les covies n’avaient pas (encore ?) lancé d’assaut contre le camp, mais l’envoi d’une escouade et d’une partie d’une seconde (dix-sept hommes, non de dieu !) précédemment affectés à la défense du camp avait laissé des trous dans le périmètre de sécurité qu’il fallait combler. L’escouade de John avait donc dû se scinder en deux pour défendre efficacement une zone agrandie d’une cinquantaine de mètres.

Le sergent contacta le caporal sur le canal de l’escouade.
« Chen, comment ça se présente pour vous ?
-Pas de perte de notre côté, mais ça commence à puer, sergent. On va devoir aller chercher des munitions sur l’arrière si ça continu.
-On a des nouvelles radio de l’escouade partie sur bêta-vingt-neuf ?
-Pas encore. » Répondit Sherman « Ils ne sont pas encore arrivés à l’emplacement de l’escouade perdue.
-Pas encore ? Mais qu’est-ce que cette foutue escouade est allée faire si loin !?! » Il inspira profondément et revint au problème des fauves « Pour ce qui est des munitions, demandez les via radio. Je pense que les bestioles de la forêt remarqueraient le départ de l’un de nous et en profiteraient.
-Bien reçu Sergent. Sherman …» le sergent éteignit la radio pour se concentrer sur le combat actuel.

Des corps des félins coulait un filet de sang noirci. Il repéra un mouvement du côté d’un des cadavres, aligna le deuxième corps et tira. Le feulement et le sursaut de ce dernier lui confirmèrent qu’il avait abattu un ingénieux camouflé. Il ressentit une pression sur son épaule droite et tourna la tête vers Charon. Les yeux de la jeune femme le dévisageaient pendant que les tirs de Sniper, de Li et de Murray répondaient aux grondements des fauves.

« Sergent, vous pensez qu’on va se retrouver avec les covies dans le camp ?
L’interpellé comprit l’angoisse contenue dans la question, mais ne put se résoudre à étouffer ses propres doutes.
« Honnêtement, je pense que pour avoir débarqué sur un monde inconnu avec un objectif de la même catégorie, le fait qu’on y trouve des covenants n’est peut-être même pas la pire des choses qui puisse nous arriver. Les covenants, on peut les tuer ou les fuir, selon la situation »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeck Anderson
ODST, Sergent


Nombre de messages : 108
Age : 21
Localisation : RETRIBUTION
Humeur : Réfléchis dans l'action.
Date d'inscription : 02/03/2013

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil d'Assaut MA37 Calibre : 7,62 mm / Chargeur : 32 balles
Autre Compte : Hayden Hughes / Mike Sherman
Arme n°2 : M392 DMR Calibre : 7,20 mm / Chargeur : 15 balles

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.b - Bienvenue sur Retribution ( CSNU )   Dim 6 Sep 2015 - 22:29

- Caporal, je ne devrais pas dire ça, mais les têtes qu’on suit tire des sales tronches vous trouvez pas ?
Bryan observa Monney avec interrogation, la jeune première classe ne pouvait pas vraiment connaître l’ambiance que certaine compagnie, ou même certain peloton pouvait avoir en temps de guerre. La vérité concernant l’escouade des forces spécial de Sorince, c’était qu’ils avaient horreur des Helljumper et il ne s’en cachait pas même s’il été gérer par l’Adjudant-Chef.
- Tu sais Browman, certaine escouade ce valent mieux que d’autre, et certaine on juste horreur d’être collé au train par le danger.
- Je dois comprendre quelque chose ?
- La sanglot, (il fit un mouvement de tête) c’est l’une d’elle, si tu gardes tes distances et écoute ce qu’on te dis, ils mordent pas.

La première classe hochât la tête tandis que Bryan abandonna son observation latérale pour porter son attention sur Jeck. Le Sergent ne disais rien ce qui ne pouvait signifier que deux choses, soit il réfléchissait, soit il écoutait les conversations sans grand intérêt.
La vérité été plus perspicace, Sullivan Williams l’opérateur COM venait de l’informer du message qu’avait émis une escouade marine un peu plus tôt. C’était du moins ce qu’avait pu émettre le survivant de celle-ci durant le bref instant qui lui restait avant que la liaison ne soit perdue.
« Covenant, il fallait que ces saloperies soit ici » la question le trottiner, il ne savait pas vraiment comment appréhender la chose, dans un sens ils allaient tous pouvoir organiser un barbecue de poulpe, dans un autre, ils allaient peut-être tous mourir. Il soupira fortement puis resserra fortement son DMR en guise de réconfort. « Anderson doit sans doute être au aguet lui aussi »
Le vacarme de l’escouade continué dans une lente marche durant laquelle chaque membre des escouades respective vérifier méticuleusement les contours. Un des Helljumper avait sorti un lance flamme qui c’été révéler particulièrement efficace au premier abord ce qui avait poussé rapidement les félins géant à se replier dans des proportions dramatiquement mal orchestré. L’ascension vers la dite colline à escalader ne devenait bientôt plus qu’une réalité face à laquelle il fallait maintenant ce préparer, tandis que les hommes de Sorince sortaient leur équipement, Hammer s’approcha de l’une des cordes, surveillant les arrières du dit soldat comme l’avait ordonné Jeck afin de parer à toute éventualité.
Puis elle pointa son DMR contre l’un des arbustes à sa gauche et mit l’arme sur sa plaque magnétique dorsale.
Alpha-deux-six venait de recevoir l’ordre de monter en premier, de jouer les éclaireurs et de lancer le signal quand la zone de couverture est mise en place afin de garantir la monté sans incident.
"-On pari que j'arrive en haut avant toi, fillette?"
Hammer jeta un regard complice au marine, puis dans un large sourire elle vérifia rapidement la corde et observa Jeck qui lui fit un mouvement de tête positif et sans qu’un mot de fut dit elle s’élança en haut, agrippant bout par bout, grattant avec ces bottes roches par roche et se retrouva quelque minutes plus tard tout en haut en tant que la première ODST à être monté avec à ces coté Tony Dewar qui avait eu un cran de retard avec elle. Ils se baissèrent immédiatement, genou relevé et arme pointé sur la structure immense qui se trouvait devant eut.
La structure ne paraissait pas covenant, elle ne semblait pas assez ovale et ronde pour et elle ne semblait pas non plus humaine de par les angles fait d’un alliage réfléchissant semblant plus solide encore qu’une plaque de Titanium. Hammer n’avait jamais vue pareil architecture et été troublée par la grandeur mais aussi la simplicité du bâtiment qui se trouvait devants elle en forme de triangle. Jeck s’impatienta et appuya sur le combiné de sa liaison COM pour ouvrir un canal vers la première classe.
- Hammer ça vient ?
- R.A.S, Sergent
Anderson fit signe à Hordika et le reste de son escouade accompagné de deux snipers d’Alpha-quatre rejoint rapidement les deux éclaireurs.
- C’est sacrément gros… conclu faiblement Bryan.
- Plus que ton engin ? ajouta Hammer.
- Ma pauvre si tu savais ce… Bryan ce tût et imita le geste brusque de Jeck qui avait relevé son arme en face de lui en faisant signe de la main de ne plus faire un seul bruit. Aligné les ODST contempler les immense buissons et rocher entourant la structure, guettant un danger potentiellement présent. Le Sergent d'Alpha-deux-six serra son index et son majeur et fit un signe de vas et vient ordonnant le début de la sécurisation du secteur.
"- On commence l'inspection des lieux messieurs."

_________________



Spoiler:
 


"Parce que nous savons ceux qui ont chuté pour cette terre, nous n'abandonnerons rien et encore moins les vivants.

"Allez bougez vous, on a une race à sauver bande de con !" Bryan Wesley, UNSC Artemis

"Je sais pas trop en quoi croire soldat, la guerre, la victoire, tout cela nous dépassent, mais une chose est sûr, c'est que ces balles messieurs, elles font mal aux Covenant, et tant que j'en aurais, ils souffriront." Jeck Anderson, lieu inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.halofight.fr/t4218-presentation-jeck-anderson
Providence
Destinée


Nombre de messages : 103
Date d'inscription : 20/06/2012

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.b - Bienvenue sur Retribution ( CSNU )   Mar 8 Sep 2015 - 11:47

Du côté humain, le groupe d'éclaireur était enfin parvenu à la structure cible. Commençant son avancée, ce dernier parvint à sécuriser la surface de la structure, et commençait son avancée dans le bâtiment même. Un bruit de métal attira l'attention du groupe, qui tomba nez à nez avec des sentinelles forerunners, qui, à première vue, ne semblait pas très heureuse de rencontrer les humains. Le combat se lança rapidement, et il allait falloir vite réagir afin de neutraliser les robots, et atteindre le troisième sous-sol du bâtiment, une fois ce dernier sécuriser, les troupes humaines pourraient enfin établire une véritable place forte, permettant aux scientifiques de travailler sur le bâtiment même. Après tout, nombreuses étaient les structures forerunners qui pouvaient abriter des boucliers anti-aériens.

Du côté de l'avant-poste, les choses tournaient mal. L'escouade partie chercher le groupe de béta vigt-neuf était composée de trop de membres, et ces derniers manquaient férocement à la défense de l'avant-poste, leur mission initiale. Aussi, les félins qui s'élançaient contre les barricades humaines commençaient à faire de gros dégâts. Plusieurs marines succombèrent sous l'assaut, et plusieurs tentes furent détruites. Si quelques chasseurs n'avaient pas mitrailler la zone en passant en rase-motte, les humains auraient put perdre l'avant-poste. De plus, une grande explosion eut lieu pendant l'assaut des créatures, une explosion d'un bleu caractéristique illumina le ciel quelques instants, alors que l'infirmerie partait en fumée. Il était certain que les créatures n'étaient pas les seuls ennemis présent, et si rien n'était fait, les humains de l'avant poste seraient obligés de battre en retraite vers une autre zone dégagée afin de pouvoir être évacués par pélicans... La défense de la base n'était pas chose aisée, et partir en cow-boy afin d'aller inspecter, pas la meilleure des idées... Les groupes défendant la base manquaient de munitions, et il fallait vite intervenir.


Hrp: Et c'est parti, comme dit chez les covies, vous avez jusqu'au 4 octobre pour poster! Messieurs de l'avant-poste, un seul d'entre vous aurait dut partir enquêter, partir ainsi n'a fait qu'affaiblir l'avant-poste, seulement défendu par un joueur parmi vous. Rien de grave pour le moment, mais n'oubliez pas vos objectifs principaux! Pour le groupe des ODSTs et des forces spéciales, vous allez rencontrer une défense assez costaud, mais si vous parvenez au sous-sol mentionné, la base sera alors considérée comme sécurisée, et vous pourrez avancer sur la planète.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carl Sorince
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef


Nombre de messages : 634
Age : 21
Localisation : Planqué derrière mes hommes.
Humeur : Oh...Ohoh...Vous voulez vraiment savoir ce qui se passe dans ma tête?
Date d'inscription : 20/01/2011

Feuille de personnage
Arme n°1 : M45 TS
Autre Compte : Dar'Lauc
Arme n°2 : pistolet M6D SOCOM

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.b - Bienvenue sur Retribution ( CSNU )   Ven 25 Sep 2015 - 16:03

Mila avait été la première à les voir.
Une fois arrivée en haut de la structure, la première partie de l'escouade sanglot avait aussitôt adoptée une attitude défensive le temps que les autres les rejoignent, ce que ces derniers s'étaient empressés de faire, non sans accompagner la fastidieuse escalade par quelques jurons bien sentis. Une fois de nouveaux rassemblés, les marines avaient observés avec un amusement certains leurs compagnons ODST investir les environs avec un professionnalisme totalement hors propos...Enfin, à première vue.
C'était uniquement grâce à cette fille Helljumper, celle qui avait dépassée Fergusshon lors de l'escalade, que l'infirmière avait aperçut le premier robot-tueur. Mila fixait le fessier d'Hammer en se léchant les lèvres, son esprit détraqué imaginant mille-et-une scène impliquant ce même fessier, le fusil que la demoiselle tenait en main, et les moignons de ses bras découpés à la machette, lorsque le sol lisse que la sauteuse de l'enfer foulait s'était mit à refléter... quelque chose. Mila avait alors élevé son regard pour découvrir qu'une saleté robotique volante descendait rapidement vers le groupe. Alexey, observateur, comme toujours, l'imitait quelques secondes après, pour aussitôt ouvrir le feu.
Maintenant, les marines et les ODST reculaient lentement vers l'intérieur supposé de la structure, en priant pour que les propriétaires de cette dernière aient laissés une ou deux portes ouvertes. Contre des ennemis aériens, mieux valaient avoir un toits au-dessus de soi, pour ça, les chefs d'escouades étaient bien d'accords.
"-Mais qu'est-ce que c'est que ces saloperies?!" Cracha Joshua en rechargeant son lance-grenade vide.
Carl tira par le col Fergusshon, évitant ainsi à ce dernier de se faire trancher la jambe droite par un rayon laser orange craché par la "bouche" d'une des sentinelles robotiques. Ceci fait, l'adjudant abattit d'un tir de M45 l'agaçante mouche métallique.
"-Les concierges?"Hasarda-t-il, le sourcil droit levé."On s'en cogne un peu non? Comment ça se passe derrière?"
Juste à sa gauche, Alexey, qui avait retiré la lunette de son sniper, abattait une autre cible en grommelant quelque chose d'inintelligible. Le tireur d'élite ne devait pas vraiment se sentir à sa place, contraint qu'il était de se coller aux autres pour se replier sans perdre un membre en chemin. Les marines formaient un cercle défensif, à l'instar des ODST, et n'avaient très clairement pas le temps de risquer un coup d'œil en direction de leurs collègues trop éloignés, sous peine de rater un tir crucial.
"-Y'a quelque chose là!"
Carl fit cracher une nouvelle fois son arme avant de répondre à la voix dans son dos. Avec ce boucan, impossible de reconnaître quelqu'un.
"-Quoi?
-Ca ressemble à une porte triangulaire et sans panneau de contrôle...Ah, elle s'est ouv...
-Couche-toi !
" Coupa quelqu'un d'autre.
Les tirs derrière l'adjudant-chef doublèrent en intensité. Carl lutta contre l'envie de se retourner pour satisfaire sa curiosité et tira sa dernière cartouche en plein dans l'œil brillant d'une énième sentinelle. Les machines continuaient de débarquer des hauteurs et de vomir d'innombrables lasers -heureusement peu précis-, sans prêter la moindre attention aux "cadavres" de leurs semblables, criblés de balles, que les humains avaient abattus plus tôt.
"-Vite, à l'intérieur !" Gueula un type.
Un laser jaune vif, brûleur de rétine, passa juste au-dessus de sa tête et son tireur reçut en échange de cela une volée de balle du MA37 de Fergusshon.
"-Amenez-vous boss!"
Carl s'exécuta en enjambant le tas de débris métalliques devant la "porte" avant d'entrer dans la structure. Du coin de l'œil, il remarqua que les escouades ODST faisaient de même avec une entrée semblable, à un peu plus de cinq mètres sur sa droite, puis constata avec amusement que l'accès donnait sur l'équivalent d'une cage d'escalier chez les forerunners.
C'est à dire une pente glissante, sans marche ni rambarde.
"-Ca dérangerait quelqu'un de fermer cette foutue porte?!" Gueula Fergusshon, planqué sur le coté droit de ladite porte, occupé à vider un autre chargeur sur les métalliques gardiens. Mendoza vint l'épauler en prenant position de l'autre coté.
"-Mais comment on fait?" Hasarda Mila, qui tentait de trouver quelque chose ressemblant à un bouton, à un panneau de commande, à quelque chose d'autres que des murs sans la moindre aspérité.
"-Je sais pas, mais fais-le!"
Joshua passa devant le duo de gardiens de portes pour tirer une autre grenade, qui explosa en plein vol en emportant avec elle trois nouveaux robots.
"-Ca a l'air de se calmer." Hasarda le géant en se remettant à couvert pour recharger.
Avec un magnifique à-propos, un rayon laser passa à quelques millimètres du visage de Fergusshon. Ce dernier, visiblement énervé par cet excès de précision, "désactiva" une autre machine d'une rafale bien ajustée.
"-Mon cul ouai !
-Non, il a raison. Y'en a moins que tout à l'heure." Intervint Alexey par-dessus l'épaule de Mendoza."Ca doit être les derniers."
C'était le cas.
Une dizaine de minutes plus tard, le sol du bâtiment était recouvert de débris et de traînées de lasers. Plus aucune sentinelle ne virevoltaient dans les environs, pour le plus grand bonheur des tireurs humains, qui s'attribuèrent une pause bien méritée durant laquelle ils inspectèrent les blessures des moins chanceux.
"-Ça brûle.
-Oh, pauvre chéri."
Carl, debout à l'entrée, son fusil à pompe posé négligemment sur son épaule gauche, orienta son regard vers Mila et l'unique blessé des Sanglots, Mike Fergusshon. Le jeune chien-fou n'avait pas été touché à proprement parlé par les robots gardiens, mais le "bras" de l'un d'eux, expulsé par sa propre explosion, était venu se ficher dans sa hanche, peu profondément heureusement, sa combinaison ayant amortie l'impact, mais suffisamment tout de même pour que la chair se déchire et saigne.
"-Tu verrais la tronche que tu tires." Ricana Joshua.
La réponse du blessé fut aussi obscène que prévisible. Carl n'y prête nulle attention et s'éloigna du groupe pour aller voir où en était les ODST. A première vue, les Helljumpers non plus n'avaient pas subis de gros dégâts lors de l'atypique escarmouche, ce qui était bon signe, apparemment. D'un hochement de tête, il salua le plus éloigné du groupe : Rashkae, en passant devant lui, puis se dirigea vers Hordika et Anderson.
"-Ca va les enfants? Rien de regrettable à noter de votre coté?"

_________________
"Je me présente, Carl Sorince, sarcastique, cynique, cruel et schyzophrène...Passons maintenant à mes points négatifs..."-Carl Sorince, auteur du roman "moi, mon reflet, mes photos et encore moi."

"Il est normal qu'un sale gosse comme moi soit devenu celui que je suis désormais...C'est à dire un tueur mieux placé et mieux payé que les types biens."-Carl Sorince à propos de lui-même.

"Mes gars...Mes exécuteurs...Sont pas des héros. Non, pas des héros...Et moi non plus d'ailleurs. Nous sommes bien mieux. Nous sommes des tueurs de héros."-Carl Sorince à propos des sanglots.
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Hordika
ODST, Sergent


Nombre de messages : 250
Localisation : Probablement dans l'espace ...
Humeur : d'humeur a sauter depuis l'espace.
Date d'inscription : 10/06/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Mitraillette SMG 7S
Autre Compte : Rell 'Ikiha
Arme n°2 : Pistolet M6C

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.b - Bienvenue sur Retribution ( CSNU )   Sam 3 Oct 2015 - 19:40

La force – pouvait-on parler de brutalité ? – avec laquelle le sergent tira un des première-classe en arrière était peut-être légèrement excessive, vu l’expression qu’il prit l’instant d’après. Mais d’un autre côté, le communicateur longue-portée qu’il était en train d’installer venait littéralement d’être réduit en un petit tas informe de plastique fondu et de composants métalliques peu reconnaissables, chauffés à blanc en une fraction de seconde. L’homme en noir aurait probablement été réduit à un état similaire si son supérieur ne l’avait pas « sauvé », à sa manière … Mais ils n’avaient pas le temps d’échanger des remerciements – ou des complaintes sur une douleur au niveau du dos – tout de suite, la situation ne s’y prêtait pas du tout. Forçant le soldat à se placer derrière-lui en lui désignant l’abri, Ed n’eut même pas besoin de gueuler quoi que ce soit dans son casque pour que son groupe, imitant les forces spéciales, ne parte dans l’instant rejoindre un abri de fortune : l’entrée de l’installation. Enfin, une des entrés, il devait bien y avoir 2 ou 3 portes métalliques qui s’enfonçaient dans la paroi rocheuse de la montagne, soit largement de quoi permettre à la plupart des escouades en présence de se mettre à couvert sans faire bouchon à cause de l’étroitesse des passages. Les personnes les plus désavantagées étaient probablement les snipers : contre un ennemi aérien, rapide, et utilisant une arme aussi redoutable de près qu’à mi-distance, ils ne pouvaient pas correctement aligner les cibles et tirer … du moins, pas sans risquer de se prendre un tir en pleine figure. Heureusement, tous étaient entraînés, compétents, et à même de changer d’arme assez rapidement pour pouvoir répliquer correctement à l’assaut des machines volantes. Suivant le mouvement général en se mettant dos-à-dos avec un autre soldat qu’il n’avait pas pris le temps d’identifier, Ed se mit à enchaîner les rafales courtes de tirs de sa SMG, souhaitant autant éviter de manquer de précision que de gâcher ses munitions.

Si le premier objectif ne fut que moyennement remplit, le second fut en revanche presque complètement raté en raison de la durée du combat, et surtout du nombre d’opposants à abattre : chaque robot qui tombait laissait la place à un camarade, qui descendait littéralement du ciel pour le remplacer … Jusqu’à ce qu’il ne se prenne un projectile balistique ou deux dans une partie vitale, et ne s’écroule à terre. Plaqué contre la paroi métallique de l’intérieur d’un des couloirs forruner, Ed, légèrement énervé en se rendant compte qu’il avait enclenché son dernier chargeur dans son arme, tira les dernières balles sur deux robots au moment où leurs trajectoires se croisaient : l’un d’entre eux se mit soudainement à voler de manière très étrange, probablement touché au niveau d’un des composants qui lui permettait de voler, tandis que le second explosa purement et simplement. Se protégeant les yeux de l’explosion de son avant-bras, le sergent plaqua son arme automatique contre sa hanche pour qu’elle ne s’y accroche, et dégaina son magnum de sa poitrine pour continuer à tirer sur les quelques rares cibles qui restaient en l’air. Voyant que la dernière encaissait visiblement un projectile d’un calibre un peu trop large pour ce qu’elle pouvait prendre avant de tomber dans le vide à côté de la plateforme, le sergent se releva, et compta jusqu’à 5. Plus aucun bruit dans les environs. Avec prudence et en tenant son arme, il s’aventura à l’extérieur, rapidement suivit par quelques autres membres des troupes de choc. Leur début d’avant-poste s’était changé en cimetière pour robots … ou en casse à ferraille. Tapant de sa botte un des gardiens sans réellement savoir s’il s’attendait à une réaction, le sergent souffla par le nez. Ces trucs avaient attendu pendant des milliers d’années à garder un endroit … et vu le nombre peu élevé de squelettes dans les environs, les premiers intrus qu’ils avaient croisé avaient aussi été les derniers qu’ils verraient jamais.

Et bien sur ce, ça prouve la supériorité évidente de l’organique sur les machines !
Très chouette en effet. Maintenant qu’on est certains que la porte d’entrée était effectivement gardée, on peut rester sur nos gardes pour le reste de l’installation.
Ca va les enfants? Rien de regrettable à noter de votre coté?

Se tournant vers l’adjudant-chef, puis vers ses hommes, Ed prit un instant pour répondre en portant une main à sa tête. Rapidement, il ouvrit dans son ATH  un état physique des différents membres des deux escouades ODST en présence. Visiblement, ils n’avaient en tout que 4 blessés plus ou moins graves : le plus touché avait pris directement un laser sur une protection d’épaule : elle avait fondu et commencé à coller à la chaire. Particulièrement douloureux, mais le médecin de l’équipe était sur le coup. Pour le reste, rien à déplorer, visiblement.

Rien de beaucoup plus grave que chez les forces spéciales, on dirait. Hammer ?
Oui sergent ?
ça va ce bras?
Je l’ai connu en meilleur état, mais le medic’ est occupé …
Vas voir l’infirmière des sanglots dès qu’elle aura terminé ce qu’elle est déjà en train de faire. Pour le reste du groupe : on prend 10 minutes de pause, le temps de recharger en munitions, de souffler un peu et de laisser les blessés se faire soigner correctement. Sin ? Viens avec moi.

Ne prêtant pas attention aux maugréments de protestation de son caporal, l’ODST éjecta d’un coup de pied un cadavre de sentinelle qui se tenait sur son chemin, marchant tranquillement jusqu’à une des caisses de matériel. S’accroupissant à côté, il dégaina son couteau de combat, l’observant un instant, avant de le planter entre le couvercle et le rebord le plus proche. Tendant la main derrière lui, il reprit brièvement la parole, lâchant un « M45 » en attendant littéralement qu’on lui place dans la main. Il fallut quelques seconde, et que le sergent tourne la tête, pour que son homme n’obtempère avec un soupire. Ne prêtant pas vraiment attention à cela, le sergent enclencha la pompe, retira toutes les balles de l’arme – y compris celle dans la chambre – avant de la braquer vers le ciel, et de presser la détente. « clic ».

Bravo, je suis totalement désarmé. Content ?
Mhhhh.

D’un coup assez brutal porté avec la crosse, il enfonça son arme de corps-à-corps entre les planches et les clous, sur la bonne dizaine de centimètres de métal tranchant. Se relevant, il mit un coup de pied sur le manche, faisant sauter le couvercle avec un craquement sinistre. Puis, tout naturellement, il tendit de nouveau son arme au caporal, en même temps que ses cartouches.

J’avais pas de pied de biche et pas envie d’attendre 30 minutes que les scientifiques arrivent.
Et ya quoi dans cette caisse?
Du matos.

Se penchant par-dessus le conteneur pour saisir un des objets qu’il protégeait, il dégagea une caméra. Cette dernière était en parfait état : elle n’avait visiblement prit aucun coup ou choc durant le transport ou le combat qui venait d’avoir lieux. La bidouillant quelques instants, l’ODST se retourna pour étudier la plateforme un instant, avant de songer à demander l’expertise de quelqu’un de plus calé que lui. Observant le groupe ODST pendant quelques minutes, et constatant avec satisfaction que nombre d’entre eux continuait à se tenir sur leurs gardes pour prévenir à l’arrivée de potentiels ennemis, il repéra enfin l’homme qu’il cherchait, l’interpellant à distance à l’aide de son communicateur.

Rashkae ? Si tu devais te mettre à un point d’observation pour couvrir cet endroit, tu choisirais lequel ?

Recevant assez rapidement sa réponse, il le remercia d’un signe de la main avant de traverser la plateforme une nouvelle fois, se rendant sur une des hauteurs qui surmontait le théâtre du combat qui venait de se dérouler. Effectivement, d’ici, il pouvait voir à peu près tous les effectifs humains, mais également une bonne partie des environs … à plusieurs kilomètres de là, de la jungle, s’élevaient quelques colonnes de fumée … Est-ce que l’avant-poste était toujours debout, là-bas ? Logiquement, oui, mais le doute semblait permit, vu les dernières communications qu’ils avaient reçu … en attendant, si le covenant était effectivement présent sur cette planète, il fallait juste espérer que les gros ronds de cuirs ne s’obstineraient pas quand même à envoyer les soldats au suicide pour défendre un objectif qu’ils ne connaissaient même pas. Laissant de côté ces sombres pensées, il se baissa au niveau du sol, armé de sa caméra, et fixa cette dernière sur la roche en tentant de trouver une position où elle ne tomberait pas par accident, et ne serait pas forcément détectée trop facilement. Finalement satisfait du résultat, il la mit en route, et la brancha à une petite antenne, jouant ensuite pendant quelques instants de son ATH.

Tu ne m’as toujours pas expliqué ce que tu fais. Des photos souvenir ?
Hum. Tu vois l’icône « communication vidéo » ?
Celle qui permettait de voir ce qui se passe chez un collègue ?
Ouvres « surveillance extérieure ».
… Pas mal. On voit l’ensemble de la zone, comme ça … C’est pour les scientifiques ?
Non. Pour être certain qu’on ne se fasse pas prendre à revers, ou qu’un groupe ne nous attende lorsqu’on voudra sortir.
Tu sais, tu devrais arrêter de bricoler le matériel comme ça … Tu vas te faire taper sur les doigts.

Ne répondant rien, le sergent descendit de son perchoir, s’approcha d’une caisse de munitions que quelqu’un avait déjà ouvert, et y prit assez de chargeurs pour de nouveau faire le plein en ce qui concernait son arme principale. Tant qu’à s’enfoncer dans un complexe extra-terrestre inconnu et gardé par des entités hostiles et armées …

Si tout le monde a terminé sa pause-café, on repart, reformez les escouades.

Visiblement, les “portes” détectaient lorsqu’un individu s’en approchait, et s’ouvraient automatiquement : elles ne devaient percevoir à quelle faction appartenait l’être en question … Les soldats pénétrèrent donc sans beaucoup plus de cérémonie dans le complexe, à l’intérieur ils progressèrent de manière relativement simple : en suivant la ligne droite du couloir, et sans le moindre obstacle ou ennemi en vue. Le sol légèrement pentu était peut-être un peu gênant pour descendre, mais au moins, les semelles des rangers ne glissaient pas, et ils n’avaient pas de mal à avancer. De plus, la légèreté des blessures du groupe leur permettait d’avancer sans avoir à se soucier d’un camarade laissé sur le carreau, ou plus. Au bout d’une quarantaine de mètres peut-être, les deux groupes débouchèrent sur une très large salle, au sol octogonal, dont les murs présentaient d’étranges motifs verticaux, et le plafond était … Particulièrement haut. Observant l’endroit pendant quelques secondes de même que le reste du groupe, Ed finit par repérer, quelque part au-dessus d’eux et de la porte par laquelle ils étaient rentrés, quelque chose … Une … porte ?

Est-ce que ce truc est un ascenseur géant ?

Au moment-même où il disait cela, il obtint une réponse plus ou moins claire : le sol, tremblant un instant, se mit soudain en mouvement … se mettant progressivement à descendre. Visiblement, on les amenait à un étage inférieur. Soupirant légèrement, le sergent vérifia qu’une balle était bien présente dans la chambre de son arme. A tous les coups, soit d’autres gardiens allaient sortir des murs maintenant qu’ils étaient piégés, soit ils allaient débarquer en plein dans l’entrepôt où étaient stockés les petits frères de ceux qu’ils avaient descendu juste avant.

HRP:
 
[/b]

_________________



"On m'a dit un jour que j'étais con. A celui qui un jour m'a dit cela. A tous ceux qui me l'ont dit par la suite. Et à tous ceux qui l'ont pensé.
Je. M'en. Fous.
Merci."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calius Slyter
Marines, 1ere Classe


Nombre de messages : 35
Age : 21
Date d'inscription : 18/06/2013

Feuille de personnage
Arme n°1 : MA37
Autre Compte :
Arme n°2 : M6D

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.b - Bienvenue sur Retribution ( CSNU )   Dim 11 Oct 2015 - 1:59

Calius était tranquillement entrain de patrouiller a la lisière de la forêt. Toujours en attente d'ordre du QG, les troupes de Bravo-Quatre ainsi que Bravo-Cinq restèrent sur place, scrutant le moindre mouvement, prés a tiré. D'un coup, le COM se mit à grisailler, ce qui fit sursaute Slyter. Passez du calme angoissant de la jungle au bruit un peu trop fort de sa radio, c'était peut-être un eut trop.


-Ok les gars, j'ai une bonne, et une mauvaise nouvelle. La bonne, c'est que l'on ce casse d'ici. La mauvaise, c'est que l'on rentre à l'avant-poste. Nous gars n'arrive plus à tenir les positions, et on doit y retourner. Donc on se bouge !


Après un court instant a courir en direction du Hog, le groupe était déjà prêt à partir. Calius prit sa place qu'il tenait à l'aller, et s’accrocha à l’intérieur de celui-ci. Après un demi-tour effectuait avec succès, les marines repris le chemin de l'avant-poste. Mais voilà qu'une lumière bleutée illumina le ciel. Elle passa au-dessus de leur tête, et disparue dans les branchages, en direction de l'objectif.

-Et merde... Lança un marine en face de lui.

Et effectivement, quelques secondes plus tard, une explosion se fit entendre, et un panache de fumée noire commencé à faire son apparition en l'air. Le warthog de tête accéléra brusquement, et le transport de troupes fit de même.

Cinq minutes plus tard, et une bestiole sur le pare-chocs de Bravo-Cinq, voilà la troupe arrivée a l'avant-poste, mit à mal par la faune locale. Une fois les pieds au sol, Calius agrippa son arme et se mit à suivre son sergent en direction de la position défendue par le reste de son escouade. Davis se retourna, et s’arrêta devant Slyter.


-Stop ! Tu ramènes des munitions aux autres groupes avant de revenir. Ils en ont sûrement besoin vous le bazar qu'il y a ici. Davis reprit sa course, puis se retourna rapidement vers le soldat. Et reste avec le sergent Holz, l’apparition aurait détruit l'infirmerie !


Calius, après avoir emmagasiné ses ordres, se mit au pas de course en direction
en direction de Fabrice Holz.

-Bon Doc, on m'a demandé de vous accompagner jusqu'à l'infirmerie... Mais vous risquez d’être surpris...


C'est en petites foulées que les deux Marines arrivèrent devant l'ancienne infirmerie. Un tas de débris fumants, où quelques soldats du génie tentèrent de récupérer des bouts de métal à droite à gauche. Calius osa un regard vers le docteur. Il était encore là, a côté de lui. Sans bouger.

-Désoler de casser l'ambiance mais... J'ai un truc à faire... Si vous savez par ou allez, on aura toujours besoin d'un doc dans notre escouade. Calius fit une tape amicale à l'épaule de son collègue, et partit en direction de l'armurerie.


Après quelques échanges formelle avec l'armurier, le revoilà partie avec une grosse caisse dans chaque main, remplit de chargeur en tous genres. Un autre marine avait déjà récupéré deux autres boîtes, Calius parti donc en direction des différents points. Après avoir fini sa tournée, Calius repartie vers son escouade, quelque chargeur encore dans la boîte. Il se mit au niveau de la tourelle automatique, histoire de la reprogrammer rapidement, et de refaire le plein de munitions, et se mit à couvrir, prêt à attendre l'ennemi.
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djerin Rashkae
ODST, 1ere Classe


Nombre de messages : 226
Age : 20
Localisation : Jericho VII/Retribution/Reach/Talista (selon l'année)
Humeur : Envie de faire mieux
Date d'inscription : 30/06/2008

Feuille de personnage
Arme n°1 : SRS99D-S2 AM
Autre Compte :
Arme n°2 : M7S Submachine gun

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.b - Bienvenue sur Retribution ( CSNU )   Lun 12 Oct 2015 - 22:06

Djerin était vert. Il grimpait la falaise au dessus d'Anaëlle avec une rage nouvelle. Préférant la roche à la corde, il avait fixé à cette dernière son harnais de sécurité anti-chute mais grimpait à même la pierre. La jeune femme avait voulu protester mais il avait besoin de ça pour se calmer du commentaire du sergent. ''Et comme l’a dit votre camarade, je vais fermer les yeux sur le passage dans la clairière : s’il y en a un qui ne fait pas de même, vous me l’envoyez.'' Comme s'il était un gamin qui partait dénoncer les grands qui l'embêtent. Il frappa la roche du plat de la main et recommença son ascension. Ils devaient monter au plus vite et ralentir était plus que contre productif pour toute la cordée.

Il arrivèrent sur la terrasse peu de temps après l'escouade Alpha 2-6, prenant immédiatement position au dessus de la porte pour surveiller les alentours. Djerin balayait la cime des arbres d'une lunette inquiète. Depuis qu'ils avaient appris que les covenants rôdaient dans le coins, ils s'attendaient à tout moment à voir passer des Spirits chargés d'élites et de grognards.

Hey, dites. Quelqu’un a pensé à un appareil photo pour mon sergent?

Une partie des homme se tourna vers le sous-off, un des gars allant même jusqu'à lancer un petit appareil au caporal. Caporal qui le rétrolança immédiatement à son propriétaire. La plaisanterie n'irait pas plus loin visiblement. Logique. Laissant Anaëlle surveiller l'horizon, Djerin sauta à bas de la porte pour couvrir Alpha 2-6 qui s'avançait lentement dans le corridor. Sa lunette balayant les plus sombre recoins à la recherche d'un danger potentiel. L'endroit semblait désert, mais la jungle aussi semblait inhabitée... avant de les attaquer.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Anaëlle réengagea un magasin dans son arme avant de souffler un grand coup en retirant son casque. Ils n'étaient pas passés loin d'être grillés. Lorsque les robots avaient surgit, le duo de tireurs, qui fermait la marche un peu en retrait, s'était retrouvé isolé de l'autre coté du couloir. Ils avaient du s’abriter derrière un pilier sous le feu nourrit de trois engins avant de pouvoir rejoindre le reste de l'équipe. Anaëlle avait maintenu un tir de suppression le temps que Djerin équipe des balles explosives sur son sniper pour descendre les trois robots dans un intervalle de trois secondes. Ensuite, ils avaient aidé le reste des soldats à vider le couloir, leur position séparé leur ayant épargné l'attention des machines.

Djerin, tête nue depuis le cessez le feu, dégagea de la pointe de son couteau la douille qui bloquait la culasse de son M6 et le remit à sa place à sa ceinture. Il ramassa celui qui était au sol et le rechargea aussi, le glissant dans le holster d'origine du précédent, au milieu de son dos. Sa partenaire jeta un coup d’œil à la M7 calciné qui gisait un peu plus loin. Le sniper s'en était servit de bouclier et l'avait bazardé de peur que les munitions n'explosent sous l'effet de la chaleur. Il était visible à distance que l'arme était désormais inutilisable. Il faudrait qu'il pense à récupérer le M90 de Grayson de façon définitive cette fois-ci.

Pas très solides pour des robots d'une société capable de construire un endroit pareil...
Ouais... Si tu oublie le fait qu'ils ont plus l'air d'automate prévus pour chasser la vermine. Un laser de cette puissance pour griller des rats, j'aimerais pas voir la gueule des rats... ou des agents de sécurité.

Ils avaient profité de l'accalmie pour se rapprocher de leur escouade, saluant au passage l'Adjudant-chef Sorince qui passait par là. Djerin ne savait que trop penser de cet homme. Ses soldats paraissaient être tous tarés ou presque (l'adjudant aussi, mais ne serait-ce que le penser pourrait s'entendre), mais il fallait leur reconnaître leur sang froid et leur efficacité. Enfin, l'armée avait prouvé à plus d'un titre que les meilleurs soldats ne sont pas les plus stables et qu'il fallait des boucher comme des bons samaritain pour pouvoir palier à toute les situation. Djerin ne pourrait jamais apprécier des hommes comme les Sanglots, en revanche, il respectait leur capacité martiale et reconnaissait l'utilité d'un tel type d'unité.

Djerin profita de la pause pour aller récupérer des munitions dans une caisse déjà ouverte, pillant sans vergogne les balles spécialisées pour recharger ses explosives et se bourrer les poches de munitions supplémentaires. Il récupéra aussi des cartouches pour le fusil qu'il s’apprêtait à réquisitionner, regrettant que l'armée ne fournisse que de la chevrotine et pas de munition pleine pour les fusil à pompe. Anaëlle récupéra elle aussi des munitions supplémentaires. Si ce qu'ils allaient rencontrer plus loin était aussi résistant que les ''dératiseur'' ils avaient intérêt à crouler sous le plomb.

Rashkae ? Si tu devais te mettre à un point d’observation pour couvrir cet endroit, tu choisirais lequel ?

Djerin rejoignit le Sergent à l’extérieur et jeta un coup d’œil à l'objet qu'il avait dans les mains. Cela ressemblait à une caméra rebelle : bidouillée, modifiée et ne ressemblant plus à quelque chose d'officiel. Le sniper sourit devant le coté bricoleur de son supérieur qui ne semblait pas vouloir passer par les matériels et les réseaux de l'armée. Haussant les épaules, il parcourut la corniche du regard et indiqua un point rocheux au Sergent, à la limite de la construction et de la pierre naturelle. Il lui tendit aussi un rouleau de bande adhésive à la teinte camouflée grise.

C'est un très mauvais point pour un guetteur ou un tireur, car il n'y a que très peu de couverts et aucun abris aérien. Il indiqua deux point séparés, un dans un anfractuosité rocheuse et un autre sous un arbre Des humains auraient du occuper ces deux emplacements pour une meilleure couverture du terrain et une plus grande sécurité. Mais avec une caméra grand angle, le point là-haut offre une vue complète de l'entrée et d'un bon pourcentage du panorama. Faite quand même gaffe Sergent, les pierres sont instables au dessus de la porte.

Le Sergent s'éloignait tandis qu'Anaëlle faisait signe à Djerin, penchée sur une petite caisse. Le tireur d'élite la rejoignit et la trouva à genoux devant un couple de M45 destinés aux équipes scientifiques. Il fronça les sourcils alors qu'elle lui en tendait un avec un petit sourire en poussant discrètement du pied la caisse du coté des munitions de la troupe. Elle lui susurra en souriant un ''Pense simplement à le perdre avant le retour...'' qui fronça encore plus les sourcils du sniper. Sa partenaire semblait avoir des mauvaises habitudes qui pourraient s'avérer problématiques à long termes. Il faudrait songer à en parler lors du débriefing.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

On reste sur ses gardes les danseuses, c'est le coin idéal pour une embuscade

Même si le commentaire du Caporal était évident pour tout le monde, il ne fit qu'augmenter la tension des hommes et femmes des forces d'élite. Ils s'attendaient tous à voir surgir les robots volant aux lasers mortels, certains des hommes allant jusqu'à imaginer des modèles au dessus, plus grands avec des boucliers et plus de lasers. Djerin secoua la tête et décida d’arrêter de les écouter pour observer les mur, analysant la structures des motifs et des emboîtements à la recherche de ce qui pourrait être des ouvertures cachées pour les saloperies rencontrées plus tôt. Ils venaient de passer une deuxième porte sans s’arrêter. Rien ne semblait vouloir arriver, au plus grand plaisir de tout les soldats, mais un arrêt eut été bienvenu.

Comme pour répondre aux prières du soldat, la plate-forme se stoppa au niveau de la troisième porte qu'elle rencontra. Pourquoi la troisième plutôt que la première ou la seconde ? Mystère. Cependant, dans l'axe de la porte se trouvait désormais un long couloir très large, coupé en trois par deux rangées de colonnes décorées de forme mécaniques en écailles. Ces colonnes rappelaient à Djerin les feuilles des ananas terriens, en plus large et en métal. Il fronça les sourcils. Ces formes lui rappelaient autre chose mais il n'arrivait pas à remettre le doigt dessus. Sans doute de la paranoïa.

Après l'incident précédent, tout le monde surveillait le plafond désormais, un fusil sur deux braqué vers le haut, à la recherche des saloperies volantes, spécialités de la maison. En poste au bout du couloir, Djerin attendait, Anaëlle de l'autre coté de la porte, les Sanglots collés au cul. L’œil dans la lunette, il observait l'objectif des deux escouades en tirailleur de chaque coté du couloir, un genre de structure holographique, comme un plan en trois dimensions. Il semblait même qu'il y av... Hey, c'était pas un mouvement... ? Non, on dirait pas. Le fusil de Djerin reprit sa position en direction de la cible. Lorsque les escouades alpha eurent signifié du bout du couloir qu'il était libre, les Sanglot s'élancèrent, couverts par Alpha 2-6

Fermant la marche comme d'habitude, Djerin put observer de plus près les décoration des étranges pilier. Lorsqu'il comprit qu'il s'agissait de robot similaires à ceux qui les avaient agressés plus tôt, il pressa le pas, croisant les doigts pour qu'ils ne se réveillent pas. Peine perdu, la chance est une pute c'est bien connu, elle te fait plaisir et après tu paye l'addition. Jetant un regard derrière lui, il se mit à courir lorsqu'il vit que les drones des premier pilier bougeaient leurs ailes comme s'ils effectuaient une check-list avant le décollage. Les entendant s'élever, il dépassa les ODSTs à couvert derrière les piliers de l'entrée et s’arrêta en déséquilibre au bord d'une petite fosse, de deux mètres de large sur un cinquante de haut. Comprenant qu'il avait trop de vitesse, Djerin battit un peu des bras, et sentit soudain une résistance sous sa main. Il se releva, et vit que l'endroit ou sa main avait frappé ressemblait vaguement à un bouton d'activation, en hologramme semi solide. Cette espèce de dalle de pression verticale semblait avoir déclenché un effet, la carte ayant changé de couleur passant d'un blanc gris honorable à un vert gênant. Djerin pria pour que l'effet n'apporte aucun préjudice à son équipe...
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joey Astana
Black Rock Company, Roquet


Nombre de messages : 26
Age : 20
Localisation : Au bercail
Date d'inscription : 03/11/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Pistolet M6D
Autre Compte : Dorm'Siwidol
Arme n°2 : Fusil de combat DMR

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.b - Bienvenue sur Retribution ( CSNU )   Mar 13 Oct 2015 - 21:44

Une odeur de métal brûlant emplissait l'air, la tourelle des mercenaires ne cessait d'inonder de projectiles les gros "chats" qui se jetait contre les barricades. Alors que son escouade ne donnait aucun répit aux créatures, le roquet remarqua que les félins se faisaient de plus en plus fourbe dans leurs attaques ... et que leur nombre ne cessait jamais de s'amenuiser. En revanche, les munitions elles, n'étaient pas infinies.

"-Hey les filles on va bientôt être à court de munitions et ils vont bien finir par faire une percée dans les fortifications, ne lâchez rien ! Charles, prend garde à la surchauffe de la tourelle, si elle se stop, on est foutu ! Dom', Cooper balancez des grenades histoire d'apeurer les minets afin que Roy aille chercher des mun's."

La compagnie continua de faire pleuvoir la mort sur la faune hostile pendant de longues minutes qui ne se comptaient même plus, quand un arc d'un bleu si caractéristique jaillit du ciel dans un bruit assourdissant et balaya une partie du campement.

"-Bordel ...

-Hey voilà que nos amis s'invitent à la fête !

-Ça a fait peur aux minous en tout cas, prenez le temps de recharger.

-Dommage on était félin pour l'autre !

-Ça m'étonnerait qu'ils restent hors jeu longtemps, ne leur laissons pas le temps de se réorganiser, jetez quelques grenades incendiaires histoire de les apeurer un petit moment puis branchez moi une batterie sur le grillage afin de l'électrifier, je ne sais pas combien de temps ça les repoussera mais on a des ennuis plus importants. On remballe la tourelle, d'après les infos de la com', les effectifs restants sont insuffisants, ça m'étonnerait que l'on puisse défendre une zone aussi étendue que tout le campement, on va essayer de se regrouper dans un coin mieux défendable avant que le gros des aliens n'arrivent. Avec un peu de chance les minous relanceront l'assaut assez tardivement pour prendre les covies en tenaille entre leurs crocs et nos flingues."

Les soldats de la BRC s'exécutèrent promptement et laissèrent la position en espérant qu'elle tienne suffisamment longtemps. Alors qu'ils s'enfoncèrent dans le camp, ils purent constater la dévastation du tir covenant sur ce qui semblait avoir été l'infirmerie. A présent, plus qu'un tas noirci de matériels, il n'y avait rien à y récupérer. Toujours aucun covenant mais les hommes du CSNU couraient en tout sens afin de se réorganiser pour lutter contre la nouvelle ampleur de la menace.
Le roquet se stoppa quand il distingua au loin des taches violacées ... des Phantoms. Les covenants allaient débarquer non loin du camp, voir à l'intérieur de celui ci, si la défense antiaérienne ne remplissait pas son job. Le plus important était donc de s'assurer qu'elle le fasse. Joey mena son groupe vers un ensemble de tourelles lances missiles que tenaient tant bien que mal des marines contre les fauves.

"-Les cow-boys à la rescousse pour sauver vos miches mes jolies !"

Les mercenaires ouvrirent le feu et déployèrent la tourelle portative pour soutenir les marines et assurer la domination humaine sur la faune.
Viser, tirer, recharger, répéter autant de fois que nécessaire. Le geste était mécanique pour Joey. Les canons des armes déchargeaient dans un flot continu les balles sur les félins qui commençaient à céder du terrain face aux soldats.

"-La pression diminue, Charles, Roy, cherchez de quoi fortifier la position : caisses, sacs, débris, tout ce que vous pouvez, on se charge des vilains avec nos nouveaux copains marines."

Le roquet pris la place que son coéquipier lui céda à la tourelle. Alors qu'il empoignait l'engin, Joey sentit une grosse montée d'adrénaline, il ne céda pas à la brutalité aveugle et chercha à économiser les munitions en visant où il faut quand il le fallait tout en conservant son sang froid. Garder la tête sur les épaules c'est essentiel quand on est confronté au danger.
Une giclée de plomb s'abattit sur le dernier fauve en provenance d'un Cooper satisfait. Le roquet était assez impressionné par le bleu de l'équipe. Malgré son jeune âge, ce dernier gardait son sérieux et faisait son boulot comme il le fallait là où beaucoup de jeunes mercenaires auraient joué les héros.

Tout les soldats présents abaissèrent leurs armes pour profiter d'un répit et évaluer la situation sans relâcher pour autant leur vigilance. Alors que ses hommes rappliquaient autour de lui et que les marines en faisaient autant avec leur supérieur, Charles et Roy revenait avec de quoi abriter la position. Rien de bien folichon mais compte tenu de la situation c'était déjà du luxe.

"-Prochain round les cocos de l'espace !

-Ça risque d'arriver bien plus vite que prévu et on est pas à l'abri que d'autres carpettes se pointent alors profitez bien de ce répit les gars. "

Afin de décompresser, Joey s'alluma une clope afin de s'éclaircir les idées. Ça se présentait mal mais tout n'était pas encore perdu, si la défense antiaérienne faisait correctement son job, la tâche serait facilitée et il restait toujours des renforts à l’extérieur du camp qui devraient revenir d'un instant à l'autre. Il fallait relativiser, la situation n'était pas encore compromise.
Le roquet remarqua que Cooper avait l'air exténuer, il avait certes de l'assurance et du sérieux mais il lui manquait quand même l’expérience des vétérans. Joey le gratifia d'une tape d'encouragement sur l'épaule avec un clin d'oeil.

"-Tu te débrouilles bien fiston, change rien !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://halo-fan-zone.forumgratuit.org/forum
Providence
Destinée


Nombre de messages : 103
Date d'inscription : 20/06/2012

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.b - Bienvenue sur Retribution ( CSNU )   Mar 20 Oct 2015 - 15:14

Après un peu de temps, les humains sur l'avant-poste commençaient enfin à réagir. Repoussant tant bien que mal les fauves qui avaient commencé à les submerger, les marines et les mercenaires arrivaient enfin à défendre correctement. Un cri se dégagea de la jungle, alors qu'une des escouades envoyées en reco hurlaient dans les canaux de COMs. Cette dernière avait tenté de se replier vers l'avant-poste pour aider, mais avait visiblement subi de lourdes pertes... Ou avaient été complètement abattue. La position se trouvait à quelques kilomètres au sud de la ZA humaine, et les arbres étaient trop denses pour permettre à un hog de passer. Le choix s'offrait aux différentes escouades: S'aventurer pour voir s'il y avait des survivants, ou bien tenter de réparer la tour de comm qui avait littéralement été explosée. Chose curieuse quand on sait que seuls des fauves attaquaient... En tout cas, le relai était grillée et il était impossible pour ceux de l'avant-poste de contacter leurs supérieurs à bord du vaisseau. Il fallait choisir vite, car si le danger s'élevait à plus que de simples animaux sauvages, il valait mieux éviter que les pélicans de drops ne viennent déposer les troupes en plein enfer...

Du côté des troupes d'assaut, les choses s'étaient relativement bien passées. Le groupe avait avancé malgré le combat contre les robots gardiens et la sécurisation se faisait petit à petit. Enfin, jusqu'à ce que dans un mouvement étrange, l'ODSTs Djerin n'appuie sur un bouton, qu'il aurait mieux fait de ne pas toucher en attendant l'avis des têtes d’ampoule... Pour savoir ce qu'il allait se passer ensuite, les humains allaient devoir attendre le résultat de son action...

/// Lancer de dés hasardeux.


Dernière édition par Providence le Mar 20 Oct 2015 - 15:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Divine Providence
Destinée


Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 03/08/2008

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.b - Bienvenue sur Retribution ( CSNU )   Mar 20 Oct 2015 - 15:14

Le membre 'Providence' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Action hasardeuse' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Providence
Destinée


Nombre de messages : 103
Date d'inscription : 20/06/2012

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.b - Bienvenue sur Retribution ( CSNU )   Mar 20 Oct 2015 - 15:18

Suite à son action, les choses se compliquèrent grandement pour les troupes humaines dans l'installation.

Une volée entière de sentinelles firent leur apparition, ouvrant le feu presque au moment même où elles aperçurent les troupes du CSNU. Un vrombissement sourd se dégageait également du fond de l'installation, alors qu'une sentinelle gardienne, plus grande et de fait, plus dangereuse que les autres faisait son apparition. Les choses allaient mal tourner si les humains géraient mal la situation...


HRP: A vos claviers messieurs, vous avez jusqu'au dimanche  1er Novembre pour poster à la suite afin que l'on avance. Cette fois, essayer de poster dans les temps, c'est assez agaçant de devoir attendre tous les retardataires, encore plus lorsqu'avec un délai supplémentaire, il n'y a que deux personnes qui ont posté. Groupe de l'avant-poste: faites votre choix. Groupe d'assaut: Combattez ou repliez vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Anderson
Marines, Sergent


Nombre de messages : 44
Age : 18
Localisation : là où il y a du covenant
Humeur : comme d'habitude
Date d'inscription : 22/08/2013

Feuille de personnage
Arme n°1 : MA37
Autre Compte : n/a
Arme n°2 : DMR

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.b - Bienvenue sur Retribution ( CSNU )   Dim 1 Nov 2015 - 3:24

La situation devenait vraiment intenable. Pourtant, Anderson avait espéré une meilleure ambiance avec le retour des escouades parties en vadrouilles, mais cela ne suffisait apparemment pas à décourager les prédateurs locaux. Pire, le tir sur l’infirmerie prouvait que les covenants étaient devenus un problème des plus concrets. Et certaines lueurs dans le ciel laissaient clairement penser à une attaque en règle du camp humain avec soutient aérien. Si seulement les félins pouvaient être mis hors-jeu.

« Sherman, demandez un retour des chasseurs ! »

Le sergent attendit avec insistance la réponse de la radio.

« Sergent, on a un problème. Bêta ne répond pas. Je répète, Bêta ne répond pas. De même pour tous les canaux prioritaires. »

Anderson jura. Il devait y avoir un problème au niveau des relais de la tour de comm’. Quel problème ? Cela pouvait simplement être un problème technique, comme une destruction du matériel.

« Sergent, si on a perdu l’accès on est isolé. »

Le périmètre devenait indéfendable. Et effectivement, sans communication, pas d’action commune possible. Si on pouvait concentrer les troupes sur les zones principales à défendre, comme les dépôts d’armes, les batteries anti-aériennes et la tour de communication, ainsi que sur des cordons de défenses assurant la liaison entre ces différents éléments, il y aurait peut-être moyen de tenir durablement contre les félins et les covies.
Persuadé que l’adjudant et les autres sous-off’ du camp en viendraient à la même conclusion, le sergent passa ses ordres sur le canal de l’escouade.

« Bon, les gars, on va se replier vers la tour de comm’. Chen, vous menez votre groupe en première vague et vous gérez la disposition selon les circonstances, et faites attention où vous mettez les pieds on sait jamais. Les autres, on les suit à distance, de manière à limiter l’avancé des félins sur le camp. La dernière chose dont on a besoin, c’est d’avoir les félidés dans les pattes pendant le repositionnement. Sherman, prévenez les autres escouades du camp de notre mouvement. »

Les réponses des hommes arrivèrent rapidement, donnant leur acquiescement. Sur la droite, le sergent pouvait discerner du mouvement supplémentaire du côté où les hommes de Chen avaient été positionnés. Au bout d’un petit moment d’attente, Anderson fit le geste aux hommes restés avec lui de le suivre. Li et Harold, qui patrouillaient en avant des barricades militaires, revinrent au petit trot vers ces dernières avant de se faufiler jusqu’à arriver derrière les snipers. Un "chat" bondit, aussitôt fauché par un tir de l’arrière. Dans les fourrés, les formes se remirent à bouger.

« Sniper, vous avez les grenades avec vous ?
-On a quelques fragmentations, mais dans les bois, je ne suis pas sûr que…
-Et des fumigènes ? »
Il y eu un petit temps d’attente.
« Quand vous le sentez, Sergent.
-Préparez les armes, les caisses et ce qui peut être vite emporté. On vous couvre en arrivant à votre hauteur. »
Anderson regarda la première classe Charon, qui hocha la tête pour indiquer qu’elle était prête.
« Maintenant les gars. »

Deux grenades fumigènes jaillirent au-dessus des lignes arrière en direction de la lisière de la forêt. Au moment où la fumée commença à se répandre, les deux marines se précipitèrent vers les lignes arrières avant de dégainer les armes en attente d’une attaque féline. Ceux-ci devaient être incommodés par la fumée, car aucune griffe ou dent ne vint jaillir du brouillard. A moins que les bêtes ne profitent de cet écran de fumée pour avancer tout en étant dissimulé, allez savoir. Toujours était-il que les marines chargés de matériel avançaient derrière eux. En jetant un œil en coin, il vit que ses gars avaient atteint le premier croisement de baraquement, et que Paxons et Murray avaient pris position de tir, prêts à défendre le groupe contre une attaque surprise. Un rythme lent, mais qui assurerait avec un peu de chance la survie de l’escouade (du moins cette moitié-ci).

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mike Sherman
Marines, 1ere Classe


Nombre de messages : 6
Age : 21
Humeur : Comme n'importe quel soldat, sarcastique.
Date d'inscription : 19/07/2015

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil d'Assaut MA37 Calibre : 7,62 mm / Chargeur : 32 balles
Autre Compte : Jeck Anderson / Hayden Hughes
Arme n°2 : Fusil de précision M392 DMR Calibre : 7,20 mm / Chargeur : 15 balles

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.b - Bienvenue sur Retribution ( CSNU )   Dim 1 Nov 2015 - 3:41

Mike Sherman nettoie tranquillement son M6D avec soin au poste de communication de la base. La première classe, blottit sur une chaise de fortune frotte frénétiquement avec un chiffon blanc, tandis qu’il écoute les communications extérieur avec une curiosité croissante. Un café soluble est posé sur la radio fixe dont il avait hérité pour les quelques minutes où il n’était pas de garde.
Sherman était comme ça, il avait toujours apprécié être à l’abri de toute danger, quitte à rester enfermé dans un placard ou des égouts puant, du moment qu’on lui foutait la paix et lui apportait sa dose de lecture pour faire travailler son imagination, n’importe qu’elle endroit semblait être le paradis. Mais en temps de guerre il est rare de trouver des bouquins et il avait donc choisis de reporter toute son affection et le peu d’attention qu’il possédait sur le café.

Certain gars de la compagnie prenait du plaisir à fumer, à jouer au poker ou à s’essayer à d’autre jeu foireux, mais Mike lui, c’était le café. Il été devenue accros à un tel point, que s’il n’avait pas sa dose quotidienne lorsqu’il surveillait les transmissions, il pouvait lui arriver de ce sentir somnolent. Il monta la dernière pièce du M6D, la chargea et remis le cran de sécurité une fois le cliquetis métallique actionné.
« Sa sera toujours la même connerie nos armes à nous, des putains de lance pierre, eux les covenants ils ont un truc attrayant au moins, même si ça ressemble à un vibro thermoélectrique. »
Il mit ces pieds sur une table en métal, profitant de l’absence totale de toute autre personne dans la tente et fut soudainement contraint d’abandonner l’idée de ce la couler douce lorsque l’alarme de la base s’activa et que sa liaison COM retentit de plus belle.
Bravo-trois au boulot, je veux tout l’effectif pour défendre la base.

La première classe lâchât un juron et pris sa radio portative et attacha celle-ci à son dos aussitôt.
Le Sergent avait craché l’ordre de mission, « défendre la base » mais la défendre contre quoi, ça c’était une autre histoire, il devait abandonner l’une des positions les plus capital en cas d’attaque et tout ça, pour aller fumer des salopards trop idiot qui attaquait de front le campement.
A l’extérieur de la tente c’était la panique, bon nombre de marines étaient déjà manquant à cause des expéditions, mais maintenant qu’il ne restait plus grand monde la moindre alerte pouvait vite se transformer en une défaite écrasante.

Chen s’avança vers Mike et le prit par la manche.
- En rang tas d’os on a du boulot et vite !
Wyatt fit un clin d’œil à Sherman et le principal intéressé soupira, les deux coopèrent s’entendaient bien, mais Sherman en avait ras-le-bol de voir son complice faire le con pour lui.  
Les trois hommes s’avancèrent vers les lignes de sac de sable et s’y installèrent dans la précipitation, pointant leur arme vers l’extérieur de la structure. Les barrières de protection son relevé, et les soldats s’entassent derrière attendant les principaux responsables qui ont éveillé les capteurs de mouvement du périmètre de défense. D’autres membres de l’escouade rejoint Chen, Wyatt et Sherman et c’est maintenant à 6 hommes qu’ils vont devoir surveiller l’entrer. Sherman fit basculer sa radio portative entre les sacs de sables afin de continuer d’émettre malgré le carnage.
Un rugissement ce fit entendre, et une créature d’au moins deux mètres bondis telle un chat hors de sa cache et fonça sur eux. Le tir d’un sniper stoppa net l’animal et tous constate avec amertume que les cris provenaient de là ou se trouvait plus tôt l’une des escouades parties en éclaireur.
- Putain de merde, encore ces saloperies ! Fit remarquer l’un des marines à droite de Sherman
- Je te parie qu’avec une fragmentation je t’en dégomme une, expliqua Wyatt à celui-ci avec un rire sardonique.
- Si tu lâche une grenade je te trou le cul Wyatt c’est clair ? lâchât Chen
La première classe ne dit rien, et compris radicalement le sérieux qu’exige la situation.
Une autre créature tente de franchir la barrière protectrice, intensifie sa course et comme  la précédente victime ce fait stopper net par le sniper qui crache avec une précision certaine des balles capable de percer une armure covenant.
- Ça se rapproche, ajoute un des hommes tandis que les capteurs s’affolent.
Chen observe le sien, en tant que Caporal c’est à lui que reviens le commandement sur le terrain de l’unité de défense de cet entrée. Son visage autrefois sérieux ce transforme, ce tournant vers les marines c’est d’un regard pâle et à la limite de la folie, le radar n’indiquer plus deux, ou trois mais vingt signaux inconnue sur leur position à l’emplacement de bêta-vingt-deux.
Le caporal remonter son arme contre le sac de sable et il ordonna un tir de sommation qui fit sortir de leurs cachettes les matous avec succès.

Les sept MA37 perfore les corps endiablés des fauves qui ce jette sur les barrières et les sacs de sables, finissant par s’écraser contre les blocs de bétons récemment implantés devant afin de protéger les grilles d’une fragilité évidente contre ces choses. Mike reçus plusieurs éco dans son casque, dû à l’oreillette  relié à sa liaison COM portative qu’il se devait de garder sur lui.
« Les infos en plein combat c’est vraiment la merde » ce lamenta-t-il.
Depuis le temps, la première classe c’était habitué, aux cris, aux peurs et aux peines qu’un opérateur radio peut et doit entendre en temps de guerre, mais l’information qui lui vint entre deux tirs le figea lui ainsi qu’une bonne partie des marines peu endurcis. C’était un murmure, un murmure assez audible pour en comprendre le sens « Co… Covenant ! » La liaison fut perdu aussitôt. Wyatt tourna son regard vers Sherman, qui acquiesça d’un hochement de tête.

Les regards ce dissipèrent rapidement et tous tirer maintenant avec le plus grand des sérieux sur les autochtone, la nouvelle avait mis tout le monde au aguet, les hommes se transformer maintenant en de parfait guerrier, obéissant et surtout venant de comprendre que la situation pouvait être beaucoup plus grave qu’ils ne le pensaient.
Cela faisait maintenant un certain temps que Mike s’exécutait aux tirs, au rechargement et qu’il continuer ainsi, sans rater une cible même si entre deux jurons certaines arrivaient à se détacher de ces balles qui les frôlaient. Ça lui rappelait sa formation à l’université, où il arrosé bien au chaud derrière des sacs de sables des lignes entières de mannequin sous la tutelle d’un Sergent draconien qui n’apprécier vraiment pas l’imperfection des tirs de débutant de la première classe. C’est avec sourire qu’il se souvenait de chaque conseil que son tuteur avait pu lui donner. « Ne tire pas pour toucher ta cible, tir simplement pour l’abattre, car si elle survit, alors elle t’auras avant ton deuxième tirs. »
Il engagea à nouveau un chargeur dans le tiroir de son arme et se mit à tirer par rafale sur les bestioles, les abattant une à une en visant la tête.
La liaison COM retentit et le Sergent Anderson fit revenir d’une voix ferme et grave à la réalité de la situation.
« Chen, comment ça se présente pour vous ?
-Pas de perte de notre côté, mais ça commence à puer, sergent. On va devoir aller chercher des munitions sur l’arrière si ça continu.
-On a des nouvelles radio de l’escouade partie sur bêta-vingt-neuf ?
-Pas encore. » se mit à répondre Sherman « Ils ne sont pas encore arrivés à l’emplacement de l’escouade perdue.
-Pas encore ? Mais qu’est-ce que cette foutue escouade est allée faire si loin !?! »  « Pour ce qui est des munitions, demandez les via radio. Je pense que les bestioles de la forêt remarqueraient le départ de l’un de nous et en profiteraient.
-Bien reçu Sergent. Sherman, concentre toi sur la radio maintenant et attend les nouvelles ! »
- Reçus Caporal.
Sherman ne rétorquer pas, il se montrer obéissant au vue de la situation, il savait tout aussi bien que lui ce que voulait faire Chen mais aussi ce qu’il hésiter à faire. Chen avait beau être peureux son expérience du combat été quasi emblématique dans l’escouade, il savait en combat qu’elle tactique interpréter sous des conditions hostiles, autant le dire, en défense de position Chen était le meilleur.
- Caporal, qu’est-ce qu’ont fou ?
- Pour le moment rien, répondit Chen
La bataille s’accentuée, et les tirs ne cessait de pleuvoir sur tout l’ensemble de la zone extérieur du campement.
Sherman jette un coup d’œil au-dessus du sac de sable, tir, vide son chargeur, se baisse, recharge puis refait au moins plus de trente fois la manipulation. Dans ce genre de condition, l’officier de COM n’était pas vraiment à l’aise, il détester les sales besognes, passer pour un con et sentir irréfutablement sa vie menacé. Pourtant, cette fois-ci, l’armée avait employé tout le monde, car des branleurs on disparues comme par magie est c’été à lui de faire le sale boulot, même des chasseurs été venue les aidés et avait aussitôt disparut.  La voix du Sergent Anderson ce mit à émettre de nouveau avec la même rengaine de rigidité.
«  Sherman, contactez l’état-major, demandez un retour des chasseurs »
«  Reçus »
Sherman activa son micro et émis d’une voix forte.
« Bravo-trois à Bravos-un, Bravo-trois à Bravos -un répondez »
Seul le calme strident ce fit entendre, en moyenne un officier ce doit de répondre à un message même dans une situation critique, mais rien, Mike retenta une énième fois et pu en tirer deux conclusion, l’une, que le soldat en question soit mort ainsi que l’état-major entier, l’autre, que le relais de communication est soit bousillé soit brouillé.
«  Sergent, on a un problème, Alpha ne répond pas, je répète, Alpha ne répond pas, de même pour tous les canaux prioritaires. »
Un blanc rapide venait de s’installer dans la conversation sans doute dû à la mauvaise nouvelle qui venait d’arriver qui été peut-être le pire scénario que le Sergent avait imaginé pour la compagnie.
Sergent, si on a perdu l’accès ont est isolé. Conclut froidement Sherman
Chen venait de juré en apprenant la nouvelle, posant un regard inquiet sur le reste de l’escouade.
- Merde qu’est-ce qu’on va foutre, jouer avec nos bites ? ironisa Mike dans un rictus fou.
- Quand on n’est pas sûr de gagner l’on se replis, expliqua Summers avec une froideur certaine.
La liaison COM de Chen retentit tout comme celle de tous les membres de l’escouade.
« Bon, les gars, on va se replier vers la tour de comm’. Chen, vous menez votre groupe en première vague et vous gérez la disposition selon les circonstances, et faites attention où vous mettez les pieds on sait jamais. Les autres, on les suit à distance, de manière à limiter l’avancé des félins sur le camp. La dernière chose dont on a besoin, c’est d’avoir les félidés dans les pattes pendant le repositionnement. Sherman, prévenez les autres escouades du camp de notre mouvement. »
- Bien reçus Sergent, acquiesça Sherman
- Okay, vous avez entendu le Sergent, aller un peu de nerf !
Le rugissement de Chen paraissait être bien réel et un signe annonciateur d’une motivation certaine, mais n’importe qui pourrait le remarquer en regardant son visage, la peur, il s’agissait d’un visage expriment une effroyable peur, le sergent venait peut-être de signer son arrêt de mort.



[hrp] encore 1000 fois désolé pour le retard comme la dit l'autre loustique ô_o [/hrp][/color][/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeck Anderson
ODST, Sergent


Nombre de messages : 108
Age : 21
Localisation : RETRIBUTION
Humeur : Réfléchis dans l'action.
Date d'inscription : 02/03/2013

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil d'Assaut MA37 Calibre : 7,62 mm / Chargeur : 32 balles
Autre Compte : Hayden Hughes / Mike Sherman
Arme n°2 : M392 DMR Calibre : 7,20 mm / Chargeur : 15 balles

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.b - Bienvenue sur Retribution ( CSNU )   Dim 1 Nov 2015 - 19:25

Le Sergent Anderson jette un œil sur son capteur de mouvement avant d’orienter ses pupilles vers le paysage devant lui. Tous les hommes en noir étaient maintenant positionnés latéralement l’un à l’autre, étendu tel un barrage affrontant une potentielle vague d'eau face à des arbres et quelques rochers qui encerclent l’édifice géométrique. Le risque était grand, il ne savait pas encore ce qui se trouvait ici, entre les animaux sauvages, les covenants, le nombre d’ennemis ne faisait que croitre et cela l’inquiétait vraiment. Il regarda une énième fois la position d’où le radar avait capté un léger signal, puis un robot aux formes géométriquement lisse sortit de nulle part et se mit à souffler un laser orange en direction du peloton.
- En position escarmouche ! Hurla Anderson tout en ouvrant le feu de son MA37 sur le robot volant.
Bryan crachat un juron et esquiva d’une roulade vers la droite un des fameux tirs de laser.
Les autres membres de l'escouade abattue rapidement la menace, puis ce n'est pas deux, mais une dizaine de ces robots flottant dans les airs qui apparurent dans un bruit d'accélération gravitationnel.
Toute l’escouade ce fit un chemin derrière les rochers qui se trouvaient à droite de l’installation, la première classe Williams avait du mal à tenir la distance avec les robots, il tirer à tout bout de champ, est essayait désespérément de couvrir le Sergent. Les robot étaient au moins une vingtaine maintenant, déciment avec des tirs peu précis les positions de replis d’Alpha-deux-six. Olivers prit son DMR et ce mit en quête de détruire un à un les robots, il abandonna cette idée quand un tire pulvérisa de peu le morceau de rocher qui lui servait d’abris.

- Sergent qu’est-ce qu’ont fou ? hurle Dewar dans la panique de l'assaut de ces ennemis soudain.
Bryan lui ne dit rien, il observe Jeck, attend simplement les ordres, puis il détourne le regard vers la sanglot et le Sergent fit de même, esquissant un hochement de tête vers Bryan.
Jeck relève le bras, active sa liaison COM puis d'une voix roc annonce la suite de l'opération ;
- Alpha deux-six, ont rejoint Sanglot, je veux une ligne directe avec tir de couverture, les armes légères en premier, les lourdingues, vous suivez avec le matériel une fois qu’on est en position c’est compris.
– Chef, oui chef !
Alors bougez vos culs Alpha-deux ! s’écria Jeck

Le Duo Anderson, Wesley ce met en marche, tandis qu’Hammer et les autres couvrent toujours leur pas, Jeck lève la tête et place à même le corps son MA37, et tir en plein dans l’œil d’un des véhicules volant, le faisant pivoté puis exploser dans un bref embrasement. Le caporal Wesley tir lui aussi sur tout ce qui bouge avec une précision d’élite un MA37 de fortune avec balle explosive, c’était larme idéal pour Bryan quand il s’agissait de bourriner sans broncher. Jeck avait murement réfléchit à cette assaut qui pourrait parraître aussi habile que désespéré.  Mais il n’avait plus le choix et avait prit sa décision, ils ne pourraient pas revenir en arrière maintenant, ce n’était pas tant son génie tactique ou son amour du risque qu’un lointain souvenir qui l’avait forcé à ravaler sa fierté et à entraîner ses hommes dans un risque certain, c’était une phrase d’autrefois son père et mentor militaire, le Sergent-Chef Jackson, l’homme qui avait brisé la théorie et qui l’avait confronté à la réalité du terrain.
« Dans une embuscade quand on ne peut battre en retraire, il faut passer à l’offensive »

La sanglot retenait les machines volante de son côté, et la horde d’ODST grand gaillard et surentrainé  que composait Alpha-deux-six allait maintenant les rejoindre, ce qui bien que ne les rendant pas plus enthousiaste, aurait l’utilité de former une force de tir plus importante pour tenir éloigné les robots. C’était une stratégie des plus primaires en situation de guerre, la force du nombre pouvait parfois l’emporter face à un ennemi que l’on ne connaît pas ou tout du moins limiter les dégâts infligés par celui-ci, c’était en tout cas la pensé du Sergent Anderson qui sans surprise, vint indemme à l’installation lui et ce qu’il appelait le « rideau de fer » de son escouade ; Wesley, Die, Senders et lui-même. Ce fut au tour ensuite des « bouclier » de progresser dans un second temps, couvert par le fer ; Hans, Sherman, Williams et Mallow. Le groupe forme un arceau autour de l’installation et ce n’est que lorsque Hordika et les autres les rejoigne que la porte derrière eux s’ouvre dans un cliquetis mécanique.
- Replis, à l’intérieur, vite !
Tous les hommes rentrer dans le hall de l’installation alien en faisant volte-face au robot qui pourchasser encore la dernières partie de l’escouade d’Alpha-deux, La Lance.  
Jeck s’avança en première ligne pour couvrir ses hommes contre la menace extérieur, les deux artificiers Key et Murson courrait comme deux fou à l’extérieur tentant de rejoindre le reste de l’escouade, les deux gars été trop équipé en charge explosive ce qui faisait une différence de quelque kilos. Bryan tira sur l’une des machines qui survolait au-dessus de Murson, mais la rafale été arrivé trop tard et un filet de laser toucha la jambière de Murson qui s’écroula presque dans un cri de douleur. Key ne ce retourna pas, il n’avait pas le temps de prêter attention à son camarade qui lui hurler de l’aider. Anderson ce mit en marche, esquissant un ordre de couverture de la main pour couvrir sa position, il s’avança vers la 1ère classe, tira sur deux machines volante qui explosèrent puis vida son chargeur, et rangea une nouvelle cartouche. Murson reçus la main d’Anderson qui l’agrippa et le tira de toute ses forces vers le hall, Jeck le lâcha une fois être arrivé à l’entrée et repris son arme et tira de nouveau en direction des robots qui le pourchassait. Les machines étaient moins nombreuse, jusqu’à finalement ne plus apparaître. Jeck Observa Murson à terre, tandis que Williams lui faisait les premiers soins. Hammer s’approcha de Jeck, le bras ayant été quelque peu raflé d’un tir de laser.
- Je vois que tu as perdu en vitesse, lui sortit Bryan tout en revenant de l’extérieur, un sourire en coins derrière sa visière.
- Je me passerais de ta merde habituel, ragea celle-ci.
- Bryan, va plutôt jeter un coup d’œil sur la zone avec le reste de la troupe tu veux, Hammer…
- Ça va, je vais aller voir le médic de la Sanglot, le Sergent Hordika met déjà tombé dessus.
- Entendu, alors au boulot, (Anderson ce tourna vers Dewar et Hans qui semblait débattre bruyamment sur les machines volantes rencontré sous-peu) Hey ! Dewar, Hans, vous suivez le Caporal Wesley au train !
- Oui Sergent !
Les hommes ont besoin qu’on leur vide l’esprit, qu’ont les occupent car sinon, leur méninges son foutus.
Jeck sortit de ses pensées à la vue de Hordika qui semblait bricoler dans son coin, et qui déclara aussitôt la poursuite de la visite guidé. Le Sergent s’avança vers Murson qui était maintenant assis
- Ça va aller soldat ?
- Le médic dit qu’avec la mousse biochimique sa devrais tenir Sergent, je vais juste boité un peu
- Parfait, ne tombe pas dans nos pattes cette fois, ajouta Anderson avec un sourire
- Merci Sergent, sans vous je serais peut-être mort.
Jeck avait bien entendu les paroles du soldat mais il n’y prêta pas attention, la situation était de loin arrangée et leur sécurité restait toujours menacée.
Le Sergent activa sa liaison COM « Alpha-deux-six en route, on suit Alpha-trois au train»
Alpha-deux-six passe au travers de couloirs plus ou moins étroit, les escouades respectives avancent avec prudence dans le risque d’une embuscade où bien de piège de l’installation. Les portes s’ouvrent à leur présence est c’est dans une étrange atmosphère que chaque homme pointe son arme dans chaque angle de peur de se faire arracher les  parties par un quelconque piège jusque-là jamais rencontré.
- Sergent, vous allez rire mais malgré ces couloirs éclairés et ce silence, ça me rappelle l’Héraklion.
- Ouais, sauf que cette fois, nos fesses son menacé par des robots tueurs Sanders.
- Justement Sergent, c’est quoi ces trucs ?
- Si je le savais je pourrais te répondre, mais ce n’est pas le cas.
Olivers acquiesça et remis toute ses pensées au fond de son esprit pour se concentrer sur une seule chose « sa gâchette et sa vision »
Non, quand on n’a qu’un semblant de réponse on la boucle
Hordika venait de stopper la marche avec le reste de l’escouade, il fit signe de RAS et tous les hommes entrèrent dans la salle qui se trouvait au bout du couloir.
Hordika fait preuve de prudence, soit il sait ce dont il s’agit, soit il n’en sait tout bonnement pas plus que nous et Fleetcom ce fou bien de nos tronches.
Jeck lève son MA37 et découvre comme tout c’est homme la longue et large pièce octogonale, un faisceau bleu été au centre et le sol ce mis brusquement à trembler puis à les enfoncer dans des profondeurs inconnue. Un ascenseur gravitationnel venait de les promenais sous des dizaines de mètre du niveau où il se trouvait. Et Anderson se devait de prendre les choses en main au vue du comportement de certain soldat.
- Ouvrez l’œil, Dewar, qu’est-ce que tu branle, regarde pas le plafond tu n’es pas là pour faire du tourisme vise plutôt les angles avec ton flingue.
- Ouais.
- Je te demande pardon soldat ?
- Oui Sergent.
- J’aime mieux ça !
- Sanders, je veux que toi et ton M45 vous vous placiez sur l’aile gauche de l’escouade, pas de tir alliée compris
- A vos ordres
- Préparez-vous au pire soldat.
La plateforme passa plusieurs niveau inférieur et s’arrêta au bout de la troisième porte et s’ouvrit devant une immense sale au forme toujours autant géométrique et illuminé d’une lumière bleuté et de divers mouvement tel un ruissé implanté dedans, comme si des donnés voyageait au travers de ces murs. Jeck s’approcha de la Sanglot et fit signe à Carl qu’il postait ses hommes sur l’aile gauche formant ainsi un trio avec Alpha-trois et la Sanglot pour traverser la pièce sans risque.
Un bruit, ou plutôt une sorte d’activation soudaine illumina la pièce de plus belle et des robots comme ceux rencontré à l’entrée sortait maintenant de toute la pièce. L’adjudant donna l’ordre de tirer et il ne fut que très peu de temps pour qu’une pluie de balle tente avec difficulté de percer des boucliers énergétiques des créatures et de les transformer en un brasier bleuté. Bryan ce mit à couvert à côté d’un pilier rectangulaire et fut rejoint par Sanders, tandis qu’Anderson et Die affrontaient de plein fouet l’infection de drone qui ne cessait d’arriver par d’immense conduit ce trouvant au mur.
- Key, vise le conduit avec ton lance grenade et te loupe pas !
La première classe Key pris son lance grenade, chargea larme et tira précisément sur le conduit qui explosa dans un embrasement fluoresçant.
Anderson alluma sa liaison COM et émis aux trois escouades, « bousiller les conduits qui se trouvent au mûr, c’est saloperie vienne de là. »
Un vrombissement soudain apparut et le Sergent aux yeux d’ébène tourna immédiatement son regard vers la source de ce brusque mouvement. Un robot, un drone, une sentinelle, un gardien, il ne savait pas vraiment comment la définir, mais cette chose semblait plus grosse que les autres et sans doute plus dur à abattre, elle se trouvait au milieu de l’immense pièce et allait sans aucun doute ce lié à la bataille. Jeck alluma sa liaison COM de nouveau.
- Tir de couverture !

Un TC est une excellente tactique quand il s'agit de tester un nouveau adversaire, le Sergent Anderson le sait, c'est le meilleur moyen de testé rapidement la résistance d'un Covenant élite selon son armure et donc aussi de prendre au dépourvue l'adversaire car au lieu de vous repliez vous engager un combat de front. Frederick s'avance vers la grosse créature, il fait signe à Dewar qui tir dans la sentinelle un tir de fusil sniper pour la déconcentrer et la première classe s'avance, un DMR en main et commence à tirer sur l'oeil de la sentinelle pour la désorienté. Mais rien ne passe, le bouclier d'énergie ne tombe pas. Il est devant la bête, qui le scrute et qui commence à replier ces espèces de membres géométriques sur elle même.
- Sergent, ça passe pas, son bouclier est trop résistant
- Fred replis toi !
Un long faisceaux rougeâtre sort de l'oeil du drone et ce dirige vers la première classe Frederick Hans.

_________________



Spoiler:
 


"Parce que nous savons ceux qui ont chuté pour cette terre, nous n'abandonnerons rien et encore moins les vivants.

"Allez bougez vous, on a une race à sauver bande de con !" Bryan Wesley, UNSC Artemis

"Je sais pas trop en quoi croire soldat, la guerre, la victoire, tout cela nous dépassent, mais une chose est sûr, c'est que ces balles messieurs, elles font mal aux Covenant, et tant que j'en aurais, ils souffriront." Jeck Anderson, lieu inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.halofight.fr/t4218-presentation-jeck-anderson
Djerin Rashkae
ODST, 1ere Classe


Nombre de messages : 226
Age : 20
Localisation : Jericho VII/Retribution/Reach/Talista (selon l'année)
Humeur : Envie de faire mieux
Date d'inscription : 30/06/2008

Feuille de personnage
Arme n°1 : SRS99D-S2 AM
Autre Compte :
Arme n°2 : M7S Submachine gun

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.b - Bienvenue sur Retribution ( CSNU )   Lun 2 Nov 2015 - 1:40

Djerin se figea en entendant le vrombissement sourd, Anaëlle l'avait rejoint lorsqu'il s'était arrêté dans la pièce et ils observaient, paralysé par la vue de la fosse s'ouvrant sous leur yeux, la machine qui en jaillissait. Nettement plus imposant que les ''dératiseurs'', l'engin ne semblait porter aucune arme apparente. À la vue du monstre, le sniper regretta immédiatement sa blague sur les agents de sécurité et passa son sniper sur son dos, même des balles explosives n'en viendraient pas à bout. Le feu nourrit de leurs collègues fit baisser la tête des tireurs d'élite. Remerciant ce détournement d'attention, Djerin récupéra ses grenades et les attacha entre elle avec du gaffeur, faisant signe à Anaëlle de lui passer les siennes. La jeune femme fronça les sourcils mais obéit, permettant à son collègue de faire un paquet de huit grenades qu'il finit de fixer avec un peu de C12. Le métis passa une sangle entre les goupilles et inspira un grand coup.

Tu me donne de l'élan ?

Anaëlle secoua la tête et mit ses mains en étrier. Djerin recula de quelques pas et s'élança vers elle. D'un petit bond, il prit appui sur sa partenaire et poussa de toute ses forces sur ses jambes, s'agrippant après un court vol à un des ''bras'' de la machine. Sous l'ajout de près de cent kilo sur son avant, l'engin chancela, penchant légèrement et marquant le sol d'une traînée sombre plutôt que d'abattre un des ODST. Pendu comme un cochon à quelque centimètres du canon a faisceau cohérent, le sniper sentait la chaleur dégagé par le susnommé faisceau lui cloquer la peau du bras et de la jambes. Une volée de balles vint heurter le bouclier du drone et Djerin rentra la tête dans les épaules.

Putain mais faites gaffe ! Yen a qui bossent ici !

Abandonnant son gaffeur après quelques tour autour de l’appendice métallique, Djerin sauta à bas de sa monture sauvage, roulant au sol auprès de sa partenaire, le collier de goupilles dans la main. Ils évacuèrent rapidement la zone, priant pour ne pas se prendre un laser perdu et se mirent à couvert à quelques pas de leur Sergent, derrière un pilier miraculeusement vide. Reprenant les bonnes vieilles habitudes, et dans le cas de Djerin, son fusil à lunette, les deux ODSTs ne s'attardèrent pas à contempler l'explosion de l'avant du robot volant et se mirent à descendre un maximum de saloperie volante. Si leur position centrale les avait protégé au début, à l'écart du groupe d'humains, ils étaient désormais pris pour cibles au même titre que les autres soldats et passaient plus de temps à se cacher derrière leur couverture qu'à tirer.

Putain, mais ils sont combien ? Ils sont jamais à court de saloperies à nous envoyer ?

Anaëlle sortit de son couvert et vida la moitié de son chargeur avant de se cacher illico, un laser lui rasant les moustaches dans un grognement. Djerin sourit, porté par l'adrénaline et l'excitation du combat. Il sortit à son tour du couvert et abattit deux drones et un troisième déjà bien amoché. Il avait faillit proposer à sa partenaire un décompte du nombre de victime pour comparer mais il s'était retenu de peur qu'elle prenne des risques pour compenser son manque de puissance de feu. Il vit soudain le Caporal Newman leur faire signe depuis la carcasse du gros drone, écrasé à l'autre bout de la salle, derrière laquelle s'alignaient plusieurs hommes à couverts. Le sniper ouvrit le canal COM.

Rashkae, Parra, vous venez avec moi, on doit progresser pour trouver une position de repli défendable.

Le sniper jeta un coup d’œil à sa partenaire qui hocha la tête. Il rechargèrent simultanément et s'élancèrent derrière les pilier, dans la direction opposée à celle par laquelle ils étaient arrivés, mais aussi la position opposée à l'endroit d'où arrivaient la majorités des drones volants. Ils courraient comme des dératés derrière la rangée de colonne qui bordait la salle, comptant sur leur vitesse pour leur épargner d'être visés et sur leur chance pour éviter les balles perdue. Du suicide. Mais le suicide paya, car les deux ODST arrivèrent indemnes à l'ouverture qu'ils visaient. La chance devait encore leur sourire, car leur Caporal arriva au même instant et ils quittèrent le champ de bataille qu'était la salle pour entrer dans une pièce un peu plus grande et sombre, dans laquelle s'ouvraient sept voies en plus de celle d’où ils arrivaient. Le Caporal hésita une seconde et prit la direction de celle qui faisait montre du moins d'activité lumineuse au bout de son couloir.

Djerin arrêta son supérieur alors qu'ils passaient devant un couloir. Au fond ce celui-ci se trouvait un genre d'hologramme géant avec des symboles de couleurs différentes. Les logos ressemblaient étrangement aux drones qui les agressaient depuis leur arrivée dans le bâtiment et la quantité de symboles rouges en comparaison avec les verts et les gris laissait présager qu'il leur faudrait bien plus de munitions qu'ils n'en possédaient pour venir à bout de toute la colonie. Newman regarda l'hologramme et le sniper consécutivement et hocha la tête dans un soupir. Ils prenaient un gros risque à désobéir aux ordres, mais le jeu en valait la chandelle. S'il réussissaient, toute la base deviendrait un lieu de repli sécurisé, et ce même pour les marines qui se battaient dans la jungle. Le Caporal infléchit sa course et prit la tête dans ce nouveau couloir, ordonnant à Anaëlle de faire le guet au cas ou les autres soldats se replieraient précipitamment et d'être apte à les guider. Pendant ce temps, Djerin et son supérieur marchaient vers la machine, surveillant radar et alentours à la recherche d'un drone lévitant vers eux. Arrivé devant la zone ''interactive'' de l'hologramme, il l'observèrent. Les idéogrammes leurs étaient inconnus et Djerin n'avait absolument pas envie de renouveler la connerie qu'il avait fait un peu plus tôt. Newman saisit une commande peut être au hasard et l'enclencha.

Les lumière s'allumèrent dans la salle et Djerin manqua de faire un infarctus quand il vit les six drone géants alignés, trois de chaque coté comme une garde d'honneur. La lumière des hologrammes avait pourrit leur vision nocturne au point de cacher les massives machines, heureusement elle semblaient être désactivée. Cependant, cette présence les incitait à redoubler de prudence à propos des manipulations qu'ils effectueraient sur ce tableau holographique. Le sniper vit une grille qui n'était pas sans rappeler celle qui semblait indiquer les drones actifs et les drones inactifs. Après quelques malheureuses manipulations qui activèrent une poignée d'autres drones, Djerin parvint à désactiver tout les groupes de drones encore en vol, les symboles correspondant aux drones actifs (supposément les verts) ayant virés au gris et les détonations ayant cessées à l'autre bout du couloir. Le Caporal Newman sourit à Djerin et ils commencèrent à se diriger vers leur escouade qui semblait avoir trouvé le répit après toute ces fusillades. Il s'agissait probablement d'un système de commande local pour la sécurité de l'étage ou du secteur, mais pour le moment ils avaient la paix et le temps que les tronches du service scientifique rappliquent pour couper définitivement tout les engins agressifs du secteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calius Slyter
Marines, 1ere Classe


Nombre de messages : 35
Age : 21
Date d'inscription : 18/06/2013

Feuille de personnage
Arme n°1 : MA37
Autre Compte :
Arme n°2 : M6D

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.b - Bienvenue sur Retribution ( CSNU )   Lun 2 Nov 2015 - 13:53

Cela ne fessait que 5 minutes que Calius était revenue sur la ligne de front, et les choses ne c'était pas vraiment arrangé. Les félins de plus en plus combatifs, et la menace convenant pesait toujours sur la petite base humaine. Mais voilà que depuis quelque temps, un drôle de bruit sortait de le COM de toute l'escouade.


-Maudite friture ! S'exclama Slyter. Encore un coup des covis... Un brouilleur ou un truc du style...

-Veut même pas savoir soldat. La voix du sergent Davis retenti dans les casques des soldats. Écouté, je crois bien que la COM est morte. On va se replier pour protéger les points vitaux. Sans ordres, et sans organisation, on arrivera jamais à tenir la position. Allez soldat, comme l'entraînement, un joli repli ! Action !

Calius se mit en position, et mitrailla la jungle. Quelque soldat se mit à courir en arrière, et se mit à faire un feu de suppression, permettant au restant de se replier. Après deux fois la même opération, Bravo-Quatre se retrouva dos à l'armurerie, un point-clé de la base, car elle permettait de ravitailler les soldats au front. Et sans munitions, la guerre était perdue d'avance. Davis couru tête baisser en direction de Calius, tout en gueulant des ordres aux soldats a côté de lui.

-Ok, Slyter, va voir à la tour de communication. Nous on reste là. Tu me tien au courant par la courte portée. Exécution !

Un hochement de tête en guise d'affirmation, Calius courut dans les entrailles de la base. Quelque soldat était encore présent, mais la plus pars était déjà au poste de défense établie par les Marines.

Arrivé sur place, Slyter salua les deux membres du génie qui se trouvaient déjà sur place. La tour était à terre, écrasant quelque tente, et le boîtier électronique n'était plus qu'une boîte de métal vide. L’intérieur avait complètement explosé, et quelque fils était encore visible.
Les deux gars regardaient le jeune soldat, comme s'ils attendaient des ordres. L'un d’eux finit par ouvrir sa bouche.

-Vous pensez qu'il y a des rebelles ici ? Ça ressemble pas à une explosion au plasma tout ça.


Effectivement, l'explosion avait tout l'air d’être d'origines humaines. Comme si une grenade à fragmentation avait explosé à l’intérieur. Et si c'était des élites invisibles, ceux qui ont tué béta-vingt-neuf. Ils auraient très bien pus récupérer les explosifs, et les faire exploser là. Et cela aurait eu pour conséquence de mettre une véritable chasse à l'homme, affaiblissant encore plus les défenses humaines. Mais pour le moment, l'heure n'était pas aux devinettes.


-Ne fessons pas des conclusions trop hâtives. Et occupons-nous de ça. Vous en aviez bien une de rechange non .

Les deux hommes se regardèrent. Slyter avait déjà compris.

-Et du coup... Vous avez une solution?

-Ouaip, mais c'est risquer. Et se prend du temps. On récup toute les plus grosses radios que l'on trouve ici, et on en refait une.

-Effectivement, ça peut marcher... Je donnerais bien le feu vert, mais... Je ne suis pas sergent. Par contre, j'ai vu que vous avez un Cyclop, peut-être qu'il sera utile pour remettre en place la tour non?

Les deux hommes avaient un regard vide. Puis l'idée de partir chercher l'engin les fit presque sursautés. Leur M6 dans les mains, ils coururent jusqu'au hangar. Calius se retrouva seul, à garder une boîte de métal. Puis voilà qu'il vit au loin une escouade courir vers sa direction. Sûrement que l'idée de protéger les structures essentielles n'avaient pas mûri que dans la tête du sergent. Une fois les hommes mirent en position de défense, Calius se dirigea vers l'homme qui ressembler le plus à un sergent. Une fois devant l'homme, Slyter fit un
hochement de tête.

-Soldat de seconde classe Calius Slyter de Beta-Quatre sergent... Après une lecture sur du nom sur le torse, la marine afficha un maigre sourire. Sergent Anderson. Je suis là de la part du sergent Davis pour voir ce qui se passe. Et j'ai des choses à vous dire en ce qui concerne ce qui reste de la tour de COM sergent.

Le marine se mit a débiter les informations qu'il avait récupérer auprès des deux autres hommes ainsi que ses inquiétudes, et se mit a attendre une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
294 Cold Anxiety
Monitor détraqué


Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 03/06/2008

Feuille de personnage
Arme n°1 : Laser Forerunner
Autre Compte :
Arme n°2 : Champ de force magnétique

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.b - Bienvenue sur Retribution ( CSNU )   Mar 3 Nov 2015 - 23:45

Ils croient qu'ils peuvent ainsi désactiver MES machines? Ils pensent qu'ils peuvent ainsi se balader tranquillement dans MES installations pendant que leurs idiots de semblables souillent cette planète? Tous, ils sont tous des intrus!

Je sais comment leur faire regretter... Laissons les jouer s'ils le désirent...

/// Initialisation mode Combat-Zone2
/// Demande autorisation
/// Identification? ************
/// Accès autorisé. Lancement phase de combat sur zone 2.

Voyons qui sont les plus malins. Vous êtes venus jouer sur ma planète et mon laboratoire. Votre premier affront sur mon ancien lieu de recherches ne vous a pas suffit? Cette fois, j'ai eu le temps de me préparer. PERSONNE NE PERTURBERA MES RECHERCHES. JE PROTÉGERAIS LES DONNÉES.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Providence
Destinée


Nombre de messages : 103
Date d'inscription : 20/06/2012

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.b - Bienvenue sur Retribution ( CSNU )   Mar 3 Nov 2015 - 23:56

Alors que les ODSTs et les sanglots bataillaient contre les machines apparues, ces dernières vrombirent une dernière fois avant de quitter les lieux. Seul demeurait à présent un bruit lourd de métal raclant le métal. Toutes les sentinelles mineures s'en étaient allées. Cependant, la sentinelle gardienne, elle, était toujours présente et après une manœuvre décisive, se dirigea vers les forces humaines, visiblement déterminée à chasser les humains de sa zone. Les forces spéciales et les troupes de chocs aéroportées n'avaient plus beaucoup de solution, elles devaient éliminer au plus vite le gardien, puis se concentrer sur un appel de détresse qui venait droit de l'avant-poste...

Cet appel, c'était le capora Leonardi qui l'avait passé, une fois que les troupes de l'avant-poste étaient parvenus à rétablir les communications. Pourquoi l'avait-il fait? Et bien c'était assez évident, les fauves n'étaient plus là et les communications rétablies, mais malheureusement, une pluie de machines semblaient quitter une installation lointaine pour se diriger vers eux. Le choix était clair maintenant, il fallait que tous les hommes se regroupent là bas, pour enfin avancer, surtout que les premières sentinelles présentes avaient ouvert le feu. La situation était simple: il s'agissait d'une guerre de position et de domination. Si les humains ne sécurisaient pas et ne se regroupaient pas dans leur base, alors ils ne pourraient progresser, tant l'ennemi semblait en sur-nombre.

Plusieurs pélicans parvinrent cependant à déposer des troupes à quelques kilomètres de la position de l'avant-poste, à "mi-chemin" jusqu'à la base où se trouvaient les forces spéciales et TCAOs. Il fallait à tout prix les atteindre si les marines voulaient s'en sortir, le transport de blessés et de matériels ralentissant leur progression dans la jungle, qui se trouvait déjà être difficile.

HRP: A vos claviers! Cette fois, le moindre post fait après la date limite sera considéré comme nul et ne sera pas pris en compte pour la résolution. Si la rentrée vous affecte, je vous signale que nous en sommes tous impactés ( enfin ceux qui font une rentrée, pour ma part c'est juste le boulot ). Quoiqu'il en soit, la situation est simple: les marines -> repli vers la base qu'est en train de sécuriser vos collègues en noir, en tentant de rejoindre la position des renforts au préalable. ODSTs/Forces spéciales -> abattez la sentinelle gardienne ( modèle halo 2 ) pour commencer la sécurisation et domination de la base. Et surtout, si vous ne l'avez pas encore compris... NE TOUCHEZ A RIEN! Wink Vous avez tous jusqu'au dimanche 15 novembre pour poster. Cela signifie que vous ne devez pas poster après minuit, par exemple! Bonne chance marines!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Hordika
ODST, Sergent


Nombre de messages : 250
Localisation : Probablement dans l'espace ...
Humeur : d'humeur a sauter depuis l'espace.
Date d'inscription : 10/06/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Mitraillette SMG 7S
Autre Compte : Rell 'Ikiha
Arme n°2 : Pistolet M6C

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.b - Bienvenue sur Retribution ( CSNU )   Sam 14 Nov 2015 - 22:49

Un tir de fusil à pompe faucha une sentinelle en plein vol : cette dernière partit en vrille, dérivant dans les airs pendant quelques secondes avant de s'écraser à terre, où elle explosa purement et simplement. Le sergent ODST ne peut s'empêcher de se dire qu'il s'agissait tout de même d'une mort passablement misérable. Puis, reprenant sa concentration, il leva de nouveau sa mitraillette vers une nouvelle cible, qu'il cribla de balles en l'espace d'un instant, la regardant cette fois exploser en l'air, projetant des morceaux de métal tordus dans toutes les directions, ne blessant heureusement personne. Baissant son arme quelques instants en se mettant à couvert, il fouilla d'une main le bas de son dos, et décrocha un chargeur, tandis qu'il éjectait celui, vide, qui se trouvait encore dans son arme. Descendre ces robots de métal les uns après les autres était épuisant, comme tout combat .. Mais quelque part, moins stressant pour autant : même s'ils disposaient d'armes redoutables, il n'agissaient pas avec une stratégie particulière, ne veillaient pas à leur propre sécurité, et ne semblaient pas corriger la trajectoire de leur tir durant le temps qu'ils mettaient à les charger. En clair, ils se battaient comme des machines ...Certes, c'était un peu plus complexe que des grognards qui, eux, tournaient le dos pour s'enfuir, mais moins que contre des élites ou des rapaces. Faisant rentrer une balle dans la chambre en activant le mécanisme de son arme, le soldat en noir sortit de son couvert de fortune, et se remit à tirer.

L'apparition de l'énorme machine aux deux protections énergétiques à l'avant avait cependant de quoi surprendre, et pour un peu, Ed en resta silencieux pendant quelques instants, ne donnant pas d'instruction ou de commandement particulier à ses ODST. D'une, parce qu'il leur faisait confiance, et pensait donc qu'ils étaient assez grand pour rester plantés là bouche ouverte si on ne leur donnait aucun ordre. Et d'autre part, parce qu'il ... "scannait". Malgré le contexte, la mission, et les tirs qui fusaient autour de lui, il prenait le temps d'analyser mentalement la structure globale de ce nouvel adversaire, ses armes visibles, ses défenses ... et son comportement. Il se détendit au bout de quelques secondes : ce dernier n'était pas bien différent de celui des petites sentinelles, à l'exception du fait qu'il était bien plus agressif : conséquence probablement de ses moyens d'attaques plus puissants et variés. Continuant d'observer un profil relativement passif vis-à-vis de la situation (l'arrivée de cet élément imprévu n'empêchait en rien l'ODST aux cheveux bicolores, ni le caporal dans son dos, de descendre toute sentinelle qui s'approchait un peu trop), Hordika haussa presque les sourcils en voyant un soldat rester planté face à la machine géante, qui risquait littéralement de le frire sur place. Il ne put s'en empêcher (heureusement que sa visière était toujours opaque) lorsqu'il constata qu'un de ses hommes, Djerin visiblement, venait de s'accrocher au gardien, dévier le tir, et accrocher une sorte de ceinture d'explosifs autour du bras de l'Enforcer avant de se laisser retomber à terre et de filer à couvert. Si le soldat avait été face à lui, et si le contexte l'avait permit, le sergent aurait hésité entre lui mettre une petite tape sur l'épaule pour féliciter sa prise d'initiative, ou une grosse claque pour jouer les kamikazes. (Mal)heureusement, la situation ne s'y prêtait pas le moins du monde, le sergent aurait donc tout loisir de réfléchir à ce qu'il allait faire vis-à-vis de son subordonné ... Plus tard.

En revanche, il siffla entre ses dents en remarquant que les explosifs, ou plutôt le support auquel ils étaient rattachés, fut coupé par un tir de sentinelle : le paquet de C4 et de grenades chuta au sol, 4 mètres sous l'objectif qu'il était supposé détruire, où il explosa sans causer le moindre mal au gardien ... Tout au plus, ce dernier subit une brusque poussée vers le plafond, mais ne sembla pas subir de dysfonctionnement particulièrement grave : tout au plus son rayon lumineux cohérent semblait-il moins intense, un peu plus dispersé. Certes, c’était bien beau de se dire que la lentille qui permettait de concentrer le tir était rayée, mais ça n’avançait pas énormément les choses … Voyant deux premières classe et un caporal s’éloigner dans une autre salle sous les tirs répétitifs des sentinelles, Edward fut pris d’une soudaine envie de se masser fortement le front. Heureusement que ce n’était pas la première fois que ce genre de choses lui arrivait : il se retint, sachant d’expériences ce que donnerait une tentative d’effectuer ce geste. Préférant rentabiliser son temps, il rangea sa SMG en voyant sur son affichage tête haute que le nombre de balles dans son chargeur était tombé à 0 et qu’il ne disposait plus d’énormément de balles : l’accrochant à sa hanche, il l’échangea pour son magnum, dont le silencieux n’était pour une fois pas vissé. Alignant deux sentinelles, il se jeta à couvert pour éviter de recevoir le laser d’une troisième, et l’arrosa d’un nombre assez conséquent de balles avant d’avoir la satisfaction de la voir suivre bon nombre de ses sœurs dans la mort. Tournant la tête, il remarqua avec une légère surprise qu’il n’était pas loin du couvert du chef des sanglots, qui inséraient plusieurs cartouches à la suite dans le magasin de son fusil à pompe customisé. Jetant un œil à l’extérieur, l’ODST activa sa com’, sur un canal de discussion privé afin d’éviter de parasiter le réseau de discussion générale, ou tout simplement d’avoir à crier à pleins poumons au beau milieux des coups de feu et des vrombissements que causaient les machines en volant.

C’est pas pour dire adjudant, mais je trouve quand même qu’on a fait ensemble des missions plus passionnantes … Rien que si on prend les 3 dernières …

Balançant une grenade en l’air après l’avoir gardé en main dégoupillée pendant deux secondes environ, l’ODST regarda une machine être projetée par le souffle de l’explosion contre une paroi et éclater sur cette dernière, avant de réfléchir un peu à ce qu’il venait de dire. Les trois dernières missions …Parmis lesquelles on comptait celle sur SW-351, ou "Daramanthe" pour les locaux, soit la mission sur une planète à forte gravité. Egalement, celle qui s’était déroulé à bord de la station Spartacus … dont le sergent préférait encore éviter le souvenir trop détaillé. Et la dernière … Il eut un instant de pause avant de s’en souvenir, alors qu’il tirait dans l’œil d’une autre sentinelle. Washington. Le jour où le colonel Miller avait été déclaré fou, et avait ordonné le massacre d’une énorme partie de la population de la ville. Voyant que la machine cherchait visiblement à lui tirer dessus malgré son arme brisée, le helljumper tira deux nouveaux pruneaux, qui la firent sauter. Le jour où, fraichement sorti de prison, il avait exécuté une quantité indénombrable de civils aux côtés de ses compagnons soldats de l’UNSC … et en était sorti sans le moindre blâme. Pour un peu, il se serait cru dans une sorte de réalité tronquée, ou la cohérence n’était pas vraiment au rendez-vous. Se concentrant, il changea de couvert en piquant un sprint, s’abritant derrière une énième colone.

[b]Enfin, passionnante … ça ressemblait à autre chose qu’un stand de tir dans une foire miteuse, où les cibles pouvaient répliquer.


Soudain, les gardiens volants semblèrent brusquement vouloir cesser tout mouvement agressif, les lasers cessant de fuser de toutes parts dans la salle. Un instant, Ed fut tenté d’ordonner un cesser le feu, mais très rapidement, les sentinelles se tournèrent vers les murs, dans lesquels elles pénétrèrent… Soit elles rentraient toutes au hangar, soit elles évacuaient les lieux. Dans les deux cas, ça n’annonçait rien de bon : l’ODST en eut une confirmation quelques instants plus tard à cause de sa radio, elles se dirigeaient désormais vers l’avant-poste que les humains avaient installé, un peu plus loin dans la forêt. Soupirant, il failli rengainer … avant qu’un tir de roquette n’ébranle un mur derrière lui, et qu’il ne pivote brusquement vers la sentinelle gardienne, qui flottait toujours d’un air menaçant, et continuait de tirer dans l’espoir de toucher un des soldats humains. Il avait failli l’oublier, celle-là …Le problème majeur qu’elle rencontrait n’était pas forcément son manque de précision, mais plutôt le niveau élevé en ce qui concernait le combat de ses ennemis : peu de ses tirs, pourtant souvent mortels, atteignaient leurs cibles. En revanche, ses boucliers formaient une protection des plus efficace, cela allait sans dire … il fallait peut-être essayer de se montrer un brin plus stratégique que simplement l’arroser au petit bonheur la chance.

[b]Okay, à tous les ODST : ceux disposant d’armes à tir automatique, type SMG, DRM ou MA37, vous vous placez à l’avant de ce truc, et vous me pourrissez ses boucliers pour jouer le rôle de diversion : si vous voyez qu’elle vous vise, tirez-vous. Ceux disposant d’armes perce-blindage, en particulier snipers, ou tout simplement de plus gros calibre, vous faites la même chose, mais dans son dos. S’il se protège, c’est bien que son blindage n’est pas indestructible ! Exécution !

Le jeune sergent aux cheveux hétérochromes eut l’esquisse d’un sourire en voyant les hommes s’organiser pour suivre son plan, et se plaça de lui-même en première ligne, tentant de placer plusieurs balles entre les deux boucliers énergétiques de l’énorme machine. Ce ne fut pas un succès total, mais il nota un élément amusant : un des boucliers semblait commencer à se fragiliser … était-ce temporaire, ou définitif ? Il n’en savait rien, mais dans le doute, autant continuer à tirer.

_________________



"On m'a dit un jour que j'étais con. A celui qui un jour m'a dit cela. A tous ceux qui me l'ont dit par la suite. Et à tous ceux qui l'ont pensé.
Je. M'en. Fous.
Merci."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djerin Rashkae
ODST, 1ere Classe


Nombre de messages : 226
Age : 20
Localisation : Jericho VII/Retribution/Reach/Talista (selon l'année)
Humeur : Envie de faire mieux
Date d'inscription : 30/06/2008

Feuille de personnage
Arme n°1 : SRS99D-S2 AM
Autre Compte :
Arme n°2 : M7S Submachine gun

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.b - Bienvenue sur Retribution ( CSNU )   Dim 15 Nov 2015 - 3:06

Djerin comprit qu'ils avaient fait une connerie lorsque l'écran s'effaça et que les commandes disparurent. Une colonne de drones passa au dessus de leurs têtes et le dernier s'arrêta, se tournant vers eux une seconde. Il tourna son œil une seconde, les détailla puis, les prenant au dépourvu alors qu'ils pensaient les avoir désactivés, il ouvrit le feu. Le laser traversa le buste du Caporal au niveau des reins. Djerin ouvrit le feu, rapidement rejoint par les balles d'Anaëlle qui avait entendu le cri bref du sous-officier. Sans cesser de tirer sur l'engin, Djerin recula à couvert, tirant la femme blessée. Lorsqu'il eut dépassé l'angle du mur, l'engin se détourna et continua sa route, légèrement chancelant.

L'accès à cette pièce semble être désormais prohibé...

Djerin avait déjà retiré son casque au caporal et lui avait fermé les yeux. Tuée sur le coup par la chaleur, la femme semblait sereine, malgré son expression de surprise. Djerin récupéra sa plaque et rechercha dans les poches du sous-off des effets personnels à envoyer avec. Il le faisait toujours en avance quand il avait la minute nécessaire. Il avait laissé trop de camarades sur le terrain sans que plus tard ils puissent envoyer autre chose qu'une plaque et des mots à leurs familles. Fouillant rapidement les poches, Djerin en retira un petit paquet de cartes et une montre à gousset en argent avec un corbeau gravé dessus. Le sniper ne remarqua pas qu'Anaëlle pâlit légèrement à la vue de la montre et continua son inspection.

Okay, à tous les ODST : ceux disposant d’armes à tir automatique, type SMG, DRM ou MA37, vous vous placez à l’avant de ce truc, et vous me pourrissez ses boucliers pour jouer le rôle de diversion : si vous voyez qu’elle vous vise, tirez-vous. Ceux disposant d’armes perce-blindage, en particulier snipers, ou tout simplement de plus gros calibre, vous faites la même chose, mais dans son dos. S’il se protège, c’est bien que son blindage n’est pas indestructible ! Exécution !

La COM venait de retentir et les tireur d'élite se regardèrent avant de courir vers leur équipe. Il arrivèrent par là où ils étaient partis, presque dans l'axe de l'arrière du drone géant. Obéissant rapidement aux ordres ils se mirent en place, Djerin passant à l'arrière et récupérant ses chargeurs perforants, et Anaëlle filant à couvert sur l'avant pour aligner ses tir à ceux des autres marines. Genou à terre derrière un pilier, le métis se cherchait déjà une cible. Une articulation ou un élément fin aurait fait l'affaire mais il orienta sa lunette vers la seule partie de la machine qui ne ressemblait pas à un appendice. Un genre de partie fixe et surtout assez volumineuse pour une mémoire centrale.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carl Sorince
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef


Nombre de messages : 634
Age : 21
Localisation : Planqué derrière mes hommes.
Humeur : Oh...Ohoh...Vous voulez vraiment savoir ce qui se passe dans ma tête?
Date d'inscription : 20/01/2011

Feuille de personnage
Arme n°1 : M45 TS
Autre Compte : Dar'Lauc
Arme n°2 : pistolet M6D SOCOM

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.b - Bienvenue sur Retribution ( CSNU )   Dim 15 Nov 2015 - 14:47

Des lumières. Pleins de lumières. Et un sifflement strident, désagréable, pas naturel. Qu'est-ce que...Pourquoi...Pourquoi tout raisonne comme ça? Ces cris sont si lointains...Si étouffés. Si...
Qu'est-ce qui s'est passé? Une douleur aux côtes...Au bras droit...Et à la jambe...Partout, la douleur. La tête en feu. Putain de...
"-Boss? C'est vous qui avez parlé? Vous m'entendez? Ouvrez les yeux !"
Carl ouvrit des yeux qu'il ne se souvenait pas avoir fermés. Les lumières se changèrent en une forme indistincte puis, au bout de quelques secondes d'adaptations, un homme prit la place de cette forme. Un homme chauve. Accroupi, face à lui, et puant le tabac.
"-Combien j'ai de doigts?
-Cinq de moins si tu continues à les agiter de manière si agaçante..."
Fergusshon éclata de rire avant de faire signe à quelqu'un que les choses étaient rentrés dans l'ordre. Surement les autres sanglots. Poussant un profond soupir, l'adjudant-chef, encore sonné, se rendit compte qu'il était affalé contre un mur. Une cacophonie assourdissante, mélange de cris, de tirs et d'explosions, remplaça le sifflement de ses oreilles, lui arrachant par la même occasion une grimace de mécontentement.
"-Qu'est-ce qui s'est passé?
-Le gros machin volant vous a tiré une salve de roquettes.
-Ce truc a des roquettes?
-Apparemment.
-Comment j'ai survécu à ça?
-Vous avez simplement sauté sur le coté, mais le souffle vous a envoyé contre un mur."
Une déflagration plus puissante que les précédentes se fit entendre, suivit par le rire mauvais d'un homme, probablement Joshua. Mike se fendit d'un sourire carnassier en attrapant le MA37 relié à l'attache-magnétique dans son dos puis se releva. Son supérieur l'imita, prenant par la même occasion conscience de son environnement. On l'avait ramené dans une des salle précédente pour l'ausculter, si on en jugeait l'équipement de soin sur sa gauche et l'odeur de parfum qui lui lacérait les narines. Mila, évidemment.
"-Vous pouvez bouger?
-Ouai. Où est mon flingue?"
Mike se figea, sans ajouter un mot. Puis indiqua du menton l'entrée de la salle d'où provenait les tirs. Carl s'avança, jeta un coup d'oeil, et le vit.
Au centre de la salle, l'énorme bête synthétiques, l'origine de ses contusions, volaient difficilement de droit à gauche en faisant luire l'unique bouclier qui lui restait. Ses deux affreuses pattes métalliques avaient été arrachées à la base et sa carcasse en elle-même était désormais plus noire que métalliques, mais cela ne l'empêchait de continuer à délivrer un flot de laser rougeoyants sur les marines et ODST qui lui tiraient dessus. Intéressant, vraiment, mais ce n'était pas ça le pire.
Le pire, c'était que Le Juge, son bon vieux fusil à pompe, ait atterrit juste en-dessous de l'immondice de fer. L'adjudant-chef soupira pendant que son sous-fifre risquait un coup d'oeil par-dessus son épaule.
"-Vous voulez faire une charge héroïque pour le récupérer?
-Je crois que notre première confrontation m'a suffit..." Soupira l'intéressé en portant la main au Holster de son SOCOM."Rejoignons les autres."

***

Mendoza passa son arme au-dessus de la rampe où il s'était réfugié et pressa la détente, tirant à l'aveuglette. Une flopée de billes incandescentes lui répondit, non sans faire vibrer son couvert. A sa gauche, Joshua, assit contre cette même rampe, jurait en installant son avant-dernière grenade dans son LG 318.
"-Elle faiblit, continuez à tirer !"
Une voix énervée et incontestablement féminine, dans la radio, lui répondit :
"-J'espère bien qu'elle faiblit ! Avec tout ce qu'on lui a mit..."
Elena, évidemment... Il balaya une nouvelle fois la zone du regard, à la recherche des autres membres de l'escouade. Ils s'étaient séparés après le vol plané du chef, pour des raisons élémentaires de sécurités. Mais maintenant...La fumée provenant des dizaines de sentinelles déjà abattues venait masquer un peu plus les signaux thermiques des membres de la sanglot. Tout les capteurs de son masque à gaz déconnaient. Impossible de retrouver quoique ce soit dans la situation actuelle, surtout un contact allié.
"-C'était bien tenté, le coup du grand ODST." Cracha Joshua, visiblement jaloux de ne pas avoir eut cette idée lui-même."Tu penses qu'on pourrait faire pare...
-Non." Le coupa Mendoza, les sourcils froncés derrière son masque. "Non, on ne pourrait pas Josh', continues à tirer."
Une ombre se faufila dans son angle mort, tandis que le caporal enclenchait un nouveau chargeur dans son fusil d'assaut. Le caporal perçut un brusque frottement d'air, dans son dos, et fit volte-face, la crosse de son arme dirigée vers l'intrus. Ce dernier, bipède apparemment, lui arracha le fusil des mains avant de lui expédier un coup de pied dans le torse, qui le projeta contre la rampe de la manière la plus douloureuse et brutale qui soit.
"-Moi aussi je suis content de te voir, Mendoza."
Carl ricana, vérifia l'arme dans ses mains pour finalement aller s'asseoir aux cotés du caporal sonné.
"-Désolé chef, j'ai cru que...
-T'inquiètes, j'avais besoin d'un flingue de toute façon." L'adjudant-chef répondit au salut que lui adressait le grand Joshua par un simple hochement de tête. "Fergusshon est parti voir si Elena s'en sortait aussi bien.
-Je m'inquièterais plus pour Mila personnellement. Je crois que la petite ODST qu'elle à soignée tout à l'heure lui en veux toujours..."
La voix de la susnommée grésilla dans la radio.
"-Ton micro est allumé Josh'.
-Oses dire que j'ai tort."
Le rire qui lui répondit vrilla les tympans de chaque sanglots présents dans le canal radio.
"-Trop pudibondes, ces petites helljumpers. Elle ne m'a même pas remerciée.
-T'étais pas obligée de lécher sa plaie.
-Huhuhu...Ouai, j'étais pas obligée. Mais t'aurais dû voir sa tronche.
-Avant ou après qu'elle ait réactivée la teinte réfléchissante de sa visière?
-Silence."
Carl reprit son sourire habituel à l'entente de la voix grave et dépourvue d'émotion qui venait de faire son entrée.
"-Alexey?
-Oui. Je crois qu'il se passe quelque chose."
Joshua se leva pour vérifier l'information. De fait, il se passait quelque chose.
Le véritable déluge de balles craché par les ODST et les marines des forces spéciales n'avait toujours pas réussi à faire tomber le deuxième bouclier de la bête de métal, mais...Il aurait fallut être aveugle pour ne pas percevoir les difficultés rencontrées par la machine gardienne : Elle ne se tenait plus, comme au début, près du plafond de la salle, non, maintenant, sa carcasse fumante, dépourvue de jambes, rasait le sol, peinant à se maintenir en l'air. Ses modules anti-gravités, ou l'équivalent chez les machines forerunners, avaient dû être touchés. Joshua haussa les épaules, pointa son lance-grenade en direction de la sale bête, et pressa la détente. Le tir passa au-dessus du barrage de laser fusant dans la direction du grand type, qui écopa d'ailleurs d'un coup à l'épaule particulièrement douloureux, puis explosa un mètre au-dessus de sa cible. L'impulsion IEM produit par la détonation, pourtant de faible intensité, suffit à surcharger pour de bon le robot, qui s'écrasa au sol dans un concert de grincements. Carl ricana par-dessus l'épaule encore fumante de l'expert en explosif.
La bête n'était pas "morte", sa carcasse inflexible continuait de vrombir en tirant droit devant-elle, incapable de pivoter pour ajuster ses tirs. Face à la scène particulièrement pitoyable, quelques marines commencèrent à sortir de leurs trous pour contourner les canons et s'approcher de son dos dans le but de l'achever au corps à corps.
Quelques minutes plus tard, la sentinelle gardienne rendait l'âme.
L'adjudant-chef, qui était resté à couvert jusqu'à ce que les tirs cessent, se leva, jeta le fusil d'assaut de son caporal dans les bras de ce dernier, et partit ramasser prestement Le Juge pour vérifier son intégrité.
Ceci fait, il le mit en bandoulière et s'adressa aux sanglots et aux ODST zonant autour du cadavre métallique :
"-Je sais que c'est marrant de regarder ce gros insecte mort, mais il faut encore qu'on sécurise les lieux les cocos." Marquant une pause théâtrale, Carl s'avança jusqu'à la bête susmentionnée pour gratifier cette dernière d'un tir de fusil à pompe dans "l'œil", comme ça, par pure vengeance. L'acte était d'autant plus comique qu'il n'avait absolument rien fait pour qu'elle soit dans cet état. Ensuite, une fois sûr qu'aucun danger ne demeurait, le dirigeant des sanglots alla s'asseoir tout en haut de la carcasse noircie en retirant son masque à gaz. Prenant conscience qu'une dizaine de paires d'yeux le dévisageaient, Carl reprit, les sourcils froncés : "Je dois vous faire un dessin, ou vous arriverez à vous rappeler comment faire un périmètre de sécurité tout seuls?"


hrp:
 

_________________
"Je me présente, Carl Sorince, sarcastique, cynique, cruel et schyzophrène...Passons maintenant à mes points négatifs..."-Carl Sorince, auteur du roman "moi, mon reflet, mes photos et encore moi."

"Il est normal qu'un sale gosse comme moi soit devenu celui que je suis désormais...C'est à dire un tueur mieux placé et mieux payé que les types biens."-Carl Sorince à propos de lui-même.

"Mes gars...Mes exécuteurs...Sont pas des héros. Non, pas des héros...Et moi non plus d'ailleurs. Nous sommes bien mieux. Nous sommes des tueurs de héros."-Carl Sorince à propos des sanglots.
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calius Slyter
Marines, 1ere Classe


Nombre de messages : 35
Age : 21
Date d'inscription : 18/06/2013

Feuille de personnage
Arme n°1 : MA37
Autre Compte :
Arme n°2 : M6D

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.b - Bienvenue sur Retribution ( CSNU )   Dim 15 Nov 2015 - 23:52

Les pieds sur une boîte de munitions, et les fesses sur les bacs de sable, Calius était tranquillement entrain de mettre quelque cartouche dans ses chargeurs vide. Depuis dix minutes, les génies s'activaient pour remettre en route la tour COM. Le Cyclop était déjà reparti, la tour de métal se tenant fièrement vers le ciel, et l'assemblage de radios était tranquillement accroché sur un des pieds de la radio.

-Sergent Davis, ici Calius, les COM seront de nouveau opérationnels. Je vous tien au courant.

Deux tics se firent entendre. Un code mit entre eux, histoire de ne pas perdre son temps à répondre. Deux tics, et la transition était comprise. Slyter rangea ses chargeurs dans les poches prévus à cet effet, et sauta de son petit banc, les deux pieds dans la boue. Un message général se fit d'un coup entendre.

-À tous les soldats, les communications sont de nouveau opérationnelles. On se remet en position jusqu'à nouvel ordre.

Calius ne fit que deux pas. Deux pas avant qu'une autre transition, beaucoup plus saccadé, et moins construites, se fit entendre.

-Ici le Caporal Leonardi et... Au mon Dieu, ils sont au moins des centaines ! Non non... Des milliers ! Il y a des... Sortes de machines volantes qui se dirigent vers nous ! Il faut évacuer au plus vite, on pourra jamais tenir !

Un bruit de laser se fit entendre, puis des bruits de tir humain. Le haut commandement reprit la parole, ordonnant à tous les soldats de protéger la base assez longtemps, pour permettre l'évacuation de blesser, ainsi que de déplacer le plus gros du matos. Son escouade est partie rejoindre celle du caporal Leonardi, là ou les robots attaquaient.

Calius, une fois en place, aperçu ses machines volantes. Ça ne ressemblait à rien de ce qu'il avait déjà vu dans sa vie. Un laser sortait de leur « bouche », ce qui fondait directement l'armure humaine. Il y en avait dix, même quinze. Sûrement une troupe de reco, avant les gros des forces. Au loin, dans le ciel, où pouvait apercevoir un nuage noir, qui ce dirigeais directement sur les forces humaines. Le jeune marine ouvrit le feu sur les ennemis. Il put apercevoir à quel point c'était simple de les casser. Deux ou trois balles bien placer, et le tour était joué. La troupe du sergent Davis en renfort, le nombre d'hostiles diminua bien vite.


-Allez les gars, on se bouge, on va escorter les gars !

***

Déjà trente minutes où le convoi était partie en direction de la base qui était en cours de « pacification » par les forces spéciales. Calius se tenait à l'avant du convoi, l'arme pointé dans le vide, prêt à faire feu. Leur objectif, rejoindre une troupe de renfort, dévier de l'avant-poste suite au message de détresse. Une quarantaine de soldats prés à se battre les attendaient, pour repartir vers la future base. Mais des bruits de balles commencèrent à résonner. Mais cela venait de devant. Sûrement les renforts.

Après un rapport radio, Slyter courra en direction des renforts. Les marines étaient en mode dernier carré. À peu près cinquante robots tenaient tête à quarante soldats de l'UNSC. Un hog de renfort sortie des arbres pour arroser les hostiles. L’escouade Beta-Quatre en profita pour engager l’ennemie.

Cinq minutes après le commencement des hostilités, des tas de ferrailles s’entassèrent sur la plaine. Les renforts n'avaient certes pas eu la chance de se frotter aux bêtes féroces. Mais on subit leurs premières pertes contre des assaillent complètement différents, que la plupart d'entre eux n'avaient encore jamais combattue. Les plaques des quelques soldats morts récupéré, et les blesser entasser dans les hogs de transport, le convoi se remit en route. La structure se dessina dans les arbres.

L'UNSC pourra peut-être connaître sa première vraie victoire dans ce bâtiment.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Providence
Destinée


Nombre de messages : 103
Date d'inscription : 20/06/2012

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.b - Bienvenue sur Retribution ( CSNU )   Dim 22 Nov 2015 - 16:00

La sécurisation de la base se fit finalement assez rapidement, une fois la sentinelle gardienne abattue. Les troupes de chocs et les forces spéciales parvinrent à établir un périmètre de sécurité fiable, et il était maintenant clair que la base était aux mains de l'UNSC.

Du côté du convoi, cela était plus difficile, les troupes essuyaient des pertes assez lourdes compte tenu de leurs assaillants, et il était difficile d'avancer parmi la flore locale. Malgré tout, la base maintenant sécurisée se dessinait à l'horizon, et le passage de plusieurs chasseurs permit au convoi d'avancer plus sereinement. Après quelques heures, tous se trouvaient dans la base, et les blessés pouvaient enfin être soignés sans crainte de voir un fauve ou autre chose attaquer. Des renforts arrivèrent de nouveau, et la machine militaire humaine se mit finalement en branle. Très vite, de nouveaux ordres tombèrent.

Il y avait deux choses à faire: la première était de faire de la reconnaissance au delà de la jungle, afin de tenter de repérer divers campements covenants potentiels. La seconde chose à faire, était d'aider une équipe scientifique sur place à aller récupérer un artefact signalé par une balise de la base. Les têtes d'ampoules n'avaient en effet pas été inactives et la possession de cet artefact inconnu pourrait apporter un avantage décisif pour la bataille. Seul problème pour ces deux missions: les forces armées adverses potentielles étaient totalement incalculables. Personne ne pouvait savoir le nombre de campement covenant déjà installés, et personne ne pouvait connaître le nombre de sentinelles gardiennes qui défendraient l'artefact. Quoiqu'il en était, il fallait agir vite, car de nouvelles vagues ennemis pouvaient fondre sur les troupes de l'UNSC à tout instant...



Hrp: On repart pour un tour, cette fois la campagne militaire passe aux choses sérieuses! J'ai fait exprès de ne pas créer deux groupes précis, je vous laisse le choix de quel objectif vous interesse le plus. Vous pouvez très bien vous mélanger à des odsts/forces spéciales, ou faire entre divers groupes précis. A vous de voir! Vous avez jusqu'au 6 décembre inclus pour poster! GOGOGO!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Hordika
ODST, Sergent


Nombre de messages : 250
Localisation : Probablement dans l'espace ...
Humeur : d'humeur a sauter depuis l'espace.
Date d'inscription : 10/06/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Mitraillette SMG 7S
Autre Compte : Rell 'Ikiha
Arme n°2 : Pistolet M6C

MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.b - Bienvenue sur Retribution ( CSNU )   Mar 24 Nov 2015 - 0:55

Edward se serait volontiers frotté le menton, s’il en avait eu l’occasion … Manque de veine, ce n’était pas son casque qui avait été touché plus tôt dans l’assaut, mais une de ses jambes. Une égratignure : en comparaison de la plaque de métal qui la protégeait, sa jambe n’avait reçu qu’une caresse. Heureusement, il avait pu être soigné dès que la responsable de sa blessure avait été abattue … Et une nouvelle protection était venue remplacer l’ancienne dès que les marines, de nouvelles équipes, et plusieurs tonnes de matériel les avaient rejoints. Enfin, plusieurs tonnes, manière de parler … encore que, le CNSU pouvait effectivement avoir fait transporter tout cela … Ce n’était pas comme si les soldats avaient à être au courant de la quantité de matériel qu’ils défendaient. Après tout, ils n’étaient bel et bien que des outils, des statistiques … Un peu comme son armure. Si elle remplissait son rôle, tout allait bien. Si elle devenait inutilisable en remplissant son rôle … Son seul honneur serait d’être remplacé par un équivalent, à peu près identique. Les yeux rouges observaient les individus, marines, ODST ou têtes d’ampoules, qui défilaient devant lui. Tous uniques … et donc, quelque part, tous pareils. Encore que. Certains, sans le moindre doute, étaient différents. Coïncidence ? Son regard se dirigea vers les sanglots lorsqu’il eut ces mots en tête. Cependant, passant rapidement à d’autres membres du groupe, le jeune sergent laissa ses réflexions se poursuivre. Oui, sur le papier, ils n’étaient que des effectifs … Mais chacun avait ses forces, ses faiblesses. Certains étaient supérieurs à d’autres dans un, ou plusieurs domaines, et réciproquement. En clair, même s’ils n’étaient aux yeux de leurs supérieurs que des matricules … Ils restaient des individus uniques, tous autant qu’ils étaient. Et cela, personne ne pourrait leur retirer.

ça va comment, ta jambe ?
Comme une jambe avec une brûlure superficielle et une plaie peu profonde. Ça risque d’être moche dans les semaines à venir, et de piquer un peu lorsque je marcherais … Mais t’es pas encore débarrassé de moi.
Hum. T’as l’air de bonne humeur.
Peut-être.
Le caporal Rosenwald t’as fait des avances?
Non, mais ta soeur si.

Le caporal albinos, derrière le foulard qu’il utilisait pour recouvrir partiellement son visage, haussa un sourcil en se tournant vers son supérieur. Puisqu’ils étaient en intérieur, Sin n’avait plus besoin de porter son casque sur la tête pour se protéger du soleil … Et vu le « break » qu’ils venaient de prendre, il n’était plus non plus tenu de le garder, même si ce dernier était tout simplement sous son bras. Marquant une petite pause, il soupira, et affecta de juste se frotter le menton en détournant son regard sur la structure. Ces murs de métal striés de bandes colorées étaient vraiment des plus atypiques, pour des gens peu habitués … Même si Ed n’avait pas particulièrement relevé, comme à son habitude.

J’aimerais que ce soit une blague de mauvais goût.
Pourquoi vous ne traînez pas plus ensemble, déjà ? Vous avez l’air de plutôt bien vous entendre. Dans le style frère et sœur qui se foutent sur la gueule.
J’ai … assez rapidement pas réussi à supporter de la voir s’envoyer en l’air trop souvent avec trop de partenaires. J’préfère pas trop en parler.
Pour une fois que ce n’est pas moi qui dit ça.

Conservant le silence pendant quelques secondes, les deux helljumper firent tout, sauf s’observer l’un l’autre. Ils avaient trouvé cette espèce d’étrange petit rituel lorsqu’ils s’étaient connus en prison : une manière comme une autre de terminer une conversation qu’ils ne tenaient pas forcément à avoir … au bout de quelques instants cependant, le sergent soupira, et se releva en faisant craquer son dos. Les nouveaux ordres venaient de tomber : ils étaient relayés par système de Com’ depuis l’antenne de la base à tous les effectifs marines et ODST en présence. Détail amusant : puisque les dirigeants n’étaient pas vraiment au courant des effectifs ennemis en place, ils laissaient au personnel sur place le choix des endroits où se rendraient les différents groupes … Intéressant. Summers devait vraiment faire confiance à ses troupes pour agir de la sorte. Vérifiant de manière parfaitement inutile si sa SMG 7S se trouvait à sa hanche, le sauteur de l’enfer se mit en marche vers l’adjudant-chef Sorince, faisant en même temps signe aux Anderson (aussi bien les versions TCAO que Marine) de le rejoindre. D’une part, parce que l’adjudant-chef, malgré son manque de volonté à diriger les troupes, était l’homme le plus gradé sur ce campement-là, parmi les différentes escouades vraiment actives. Et également parce que c’était sans conteste possible le plus faignant, et donc celui qui ferait le moins d’efforts pour rejoindre les trois autres … or, dans le contexte actuel, il était tout de même préférable de tenir un petit état-major sur place. Attendant que les quelques autres officiers présents daignent se présenter, Edward vérifia sur son ATH que personne ne manquait à l’appel, avant de prendre la parole le premier. Croisant les bras sur son torse, l’ODST n’opposa qu’une visière écarlate aux regards dirigés vers lui : comme à son habitude, il ne faisait qu’exposer les faits, probablement légèrement teintés de son avis … Même s’il n’apprenait probablement rien à personne.

Bien, messieurs, vous avez comme moi entendu les ordres : nous avons deux objectifs à la fois, et aucun n’est de tout repos. Premièrement, faire un repérage des effectifs covenants en place aux alentours de notre position : évaluation de leur nombre, leur force de frappe, et de ce que nous aurons à défendre. Nous avons de la chance : cette structure est stratégiquement des plus complexes à prendre : impossible d’y faire parvenir une grande quantité de troupes sans transport aérien conventionnel ou autres, ce qui revient pour eux à s’exposer grandement en cas d’attaque directe. En revanche, pour les troupes qui partirons en éclaireurs, la tâche ne va être au contraire que plus complexe : impossible d’effectuer un repli de manière trop précipitée … Escalader la falaise jusqu’ici changerait n’importe quel homme araignée en cible mouvante, et encore : pas une dont les mouvements seraient imprévisibles. Secondo : progresser plus avant dans la structure pour aider les têtes d’ampoule à trouver de quoi nous aider à défendre la position. L’idée est audacieuse, mais risquée : rien n’indique qu’on ne risque pas de retomber sur un nouveau gros tas volant, ou plusieurs même … les membres des forces spéciales et ODST comprennent de quoi je veux parler. Dans tous les cas, la progression dans ce complexe devra se faire de manière prudente, mais pour peu que personne ne déclenche l’apparition des robots de sécurité, elle pourrait s’avérer plus facile que ce que nous pensons … Ou au contraire, beaucoup plus dur : les inconnues sont ici trop nombreuses pour pouvoir faire un choix en étant certain que c’est le bon.

Personnellement, je propose la chose suivante : diviser les effectifs en trois. Un premier groupe, un commando de préférence, effectue la reconnaissance : il doit s’agir de troupes légères, d’un nombre peu élevé, capables de faire preuve de mobilité dans la jungle qui nous entoure. Un second contingent de troupes part explorer le fond de la forteresse : nous aurons ici besoin des armes lourdes, spécialistes en explosifs et sulfateuses de gros calibres ne seront pas de trop face aux gardiens que nous rencontrerons. Le groupe sera chargé d’assurer la sécurité des scientifiques en même temps qu’il effectuera sa progression bien entendu. Enfin, un troisième groupe, à vrai dire la majeur partie selon mon point de vue, reste ici afin de renforcer les fortifications de notre position : en cas d’urgence, ils rejoignent le 2nd groupe si ce dernier est submergé par un nombre véritablement trop important de gardiens robotisés.

Rester dans la formation actuelle, à savoir marines, ODST et forces spéciales ne serait donc pas forcément à notre avantage : mieux vaut tirer parti des « spécialités » de chaque soldat individuellement afin de leur permettre d’être le plus utile possible à son escouade. Il vaudrait donc mieux constituer des équipes adaptées avec les hommes à notre disposition, sans prendre en compte leur affectation habituelle, à part le grade bien entendu. Maintenant, si vous avez la moindre objection ou commentaire à émettre messieurs.


_________________



"On m'a dit un jour que j'étais con. A celui qui un jour m'a dit cela. A tous ceux qui me l'ont dit par la suite. Et à tous ceux qui l'ont pensé.
Je. M'en. Fous.
Merci."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Resurrected - Partie 1.b - Bienvenue sur Retribution ( CSNU )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Resurrected - Partie 1.b - Bienvenue sur Retribution ( CSNU )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Resurrected - Partie 1.b - Bienvenue sur Retribution ( CSNU )
» Bienvenue a Zombieland!
» Bienvenue chez les Gones
» simple bilan partie a 1000 points contre un nain
» scenario et déroulement des partie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Halo Fight :: Espace neutre. :: Retribution-
Sauter vers: