Forum Rpg sur l'univers d'Halo
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Opération Prevent Avalanche - Talista

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Fabrice Holz
Marines, Sergent
avatar

Nombre de messages : 32
Localisation : Jungle de Retribution/ Talista (selon la temporalité)
Date d'inscription : 30/07/2015

Feuille de personnage
Arme n°1 : M6C
Autre Compte : Er 'tan Mortamee
Arme n°2 :

MessageSujet: Re: Opération Prevent Avalanche - Talista   Ven 28 Avr 2017 - 13:13

HRP:
 



https://www.youtube.com/watch?v=FJD35Z6-NCQ

Fabrice décrocha sa gourde de son ceinturon et termina la rasade d'eau fraîche qui lui restait. Il remit le récipient à sa place en braquant son regard vers la menaçante faleva qui s'étalait sur les hauteurs du village.
Le sergent jeta des regards curieux autour de lui. Une escouade de marines répartie en ligne avançait dix mètre sur sa droite. Une musique de rock'n roll passait sur le canal général, sans doute pour stimuler les soldats pour cet énième et dangereux effort. A ce moment, on avait presque l'impression d'être en vacance, d'avoir oublié la guerre et toutes ces conneries qui faisait qu'on était là et qu'on risquait de ne pas rentrer. Tout le monde avait un peu la trouille au ventre, mais au moins l'ambiance était détente et les hommes marchaient de manière assez décontractée, certains trouvaient même le temps de se parler.
Le colonel progressait avec l'équipe Charlie, tandis qu'Alpha couplée à Delta-2 avançait sur la gauche.
Parvenu à mis-hauteur, Fabrice se retourna brièvement et pu contempler le paysage urbain carmin de Boog qui s'étendait à l'horizon et qui se fondait avec le paysage désertique. Des feux étaient allumés en ville comme semblaient en témoigner les longues cheminées grises de fumée qui s'échappaient vers les cieux. Ou peut-être étaient-ce simplement les œuvres récentes de l'AirForce ou de la flotte.
-Si on enlève les mafieux, ça peut-être pas mal pour le tourisme. Déclara un membre de l'escouade qui avait le regard masqué par une paire de lunettes oklaey.
Mickael qui se tenait à côté ironisa.
-C'est vrai, t'as sans doute pas eu ton compte d'UV. Au moins je serais bien bronzé pour les plages coralienne.
-Rooh, tu vas encore ramener ta compagne là-bas ? T'es sûr qu'elle en a pas marre de te voir mâter les petits culs de New Saïgon en bikini ?
Tandis que les deux marmules se charriaient, Mary s'approcha de Fabrice qui ajustait son altimètre intégré à son holomontre.
-Et vous sergent ? Vous faites quoi après la guerre ? Déclara tout haut le caporal comme pour capter l'attention de ses camarades. Fabrice eut un petit sourire.
-Vous rigolez. Cette guerre ne finira jamais !
L'ensemble éclata de rire.
Les oreillettes de l'ensemble se mirent soudain à grésiller. Le colonel avait activé le contact avec Delta-1, la liaison résonnait à présent dans tous les canaux. Des bruits de pas et des échos de voix pouvaient être entendus.
-Delta-1 pour Dagger-1 je ne peux pas vous parler pour le moment, contact farouche contre une résistance ennemi sous-estimée. C'est un vrai réseau de grotte ici.
Le Colonel leva un bras à l'attention de tous au moment où les unités quittaient la pente rocailleuse du versant pour le sol plat sur lequel était essentiellement établie la favela. Un immense réseau de maisons faites pour beaucoup de tuiles s'étalait à 180° devant les militaires. L'ensemble se regroupa derrière une longue case de ferraille qui chauffait au soleil et mit un genoux à terre. Avenstal reprit la parole.
-Ecoutez-moi bien. On va devoir traverser ce merdier sans tarder. Positionnez vous en ligne. La flotte est occupée sur Boog, on est livré à nous seuls. Vous gardez un œil sur votre mate, vous quadrillez votre secteur et abattez tout ce qui porte une arme. Clair ?
-Oui mon colonel ! Obtempéra l'ensemble.
L'officier se leva le premier, l'ensemble suivit le mouvement et la ligne de soldats se rua dans la favela en courant, armes pointées vers l'avant, en se frayant un chemin entre les espaces étroits qui séparaient les cases de fortune.
Fabrice jeta un œil sur sa droite, le plus proche élément de Charlie n'était qu'à quelques mètres, tandis que sur sa gauche se tenaient les marines de son unité. Rashkae et ses opérateurs méconnaissables fermaient l'aile.

https://www.youtube.com/watch?v=Zn1gKTwQdvs&feature=youtu.be&t=100

Après quelques minutes de progression, des hurlements dans un dialecte probablement autochtone commencèrent à s'élever autour des militaires. Des groupes d'enfants de la rue passaient devant eux en courant. Une femme fut sommée de s'allonger au sol les mains sur la tête tandis que les soldats la dépassait dans leur course effrénée. Fabrice sentait l'adrénaline couler dans ses veines. La peur était temporairement atténuée et ses sens primitifs étaient en éveils maximaux. Des détonations de MA2B crépitèrent sur sa droite et les bruyantes impacts résonnèrent contre les tuiles de métal. Quelqu'un cria de douleur.
Puis une explosion retentit sur sa gauche et des morceaux de métaux furent éjectés dans tous les sens, blessant un marines à l'épaule. Un épais nuage de poussière se leva et retomba sur l'ensemble.
-Putain de merde !! Jura un soldat aveuglé.
Les balles se mirent à siffler dans tous les sens. Des insurgés sortis de nul part tentaient d'encercler le groupe.
Avenstal donna l'ordre de s'arrêter et déploya calmement une carte sur le capot d'une épave automobile, alors que les balles sifflaient tout autour de lui. La situation était surréaliste.

Fabrice et son escouade étaient maintenant recroquevillés en ligne contre la paroi d'une case et tentaient de discerner quelque chose dans la poussière. Collé au sergent, un opérateur ODST était allongé dans l'angle mort de l'habitation et tirait frénétiquement sur des miliciens. Les oreillettes de Fabrice se mirent à grésiller et la voix d'Avenstal retentit à nouveau.
-Holz, Rashkae, nettoyez-moi cette putain de maison en face. C'est de là qu'ils nous arrosent. On couvre vos arrières, et on se casse d'ici ensuite.
Une série de tremblement nerveux parcourait le corps du sergent tandis qu'il s'approchait du bâtiment d'un étage à peine discernable dans le brouillard de particules. Les trois soldats de la Navy se plaquèrent contre la porte. Fabrice se plaça derrière le troisième homme et saisit son épaule droite en tenant son MA2B dans sa main libre, signe qu'il était prêt à entrer. Les marines se placèrent derrière lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djerin Rashkae
ODST, 1ere Classe
avatar

Nombre de messages : 228
Age : 20
Localisation : Jericho VII/Retribution/Reach/Talista (selon l'année)
Humeur : Envie de faire mieux
Date d'inscription : 30/06/2008

Feuille de personnage
Arme n°1 : SRS99D-S2 AM
Autre Compte :
Arme n°2 : M7S Submachine gun

MessageSujet: Re: Opération Prevent Avalanche - Talista   Jeu 11 Mai 2017 - 18:25

J'ai l'impression que ce secteur est plus sur que le nord et l'ouest...
C'est possible mais continue d'ouvrir l’œil quand même... Un mort dès le début c'est déjà trop à mon goût.

Djerin surveillait la progression de la Beta vers le stade ou se trouvait déjà Foxtrot-2. Le lieu était visiblement sûr et allait servir de point de ralliement aux appareils encore présents jusqu'à ce que le ciel se dégage. Les marines avaient couvert la majeure partie du trajet sans bobo et le métis commençait à se détendre. L'endroit devait être moins infesté de rouges que prévu. Dès que le dernier marine eut  passé la porte du bâtiment sportif, le sniper et son guetteur se relevèrent, fonçant droit vers Ishi qui avait installé une corde de rappel le long de la paroi pour rejoindre le sol. Les trois ODST foncèrent à la suite le long du fil, rejoignant au pas de course les deux autres escouades de Marines qui n'attendaient qu'eux pour partir à la chasse. Alors que les vingt-trois hommes et femmes se mettaient en route, Djerin jeta un regard sceptique à la SAW qui sautillait dans le dos de sa partenaire.

Il faudra qu'un jour tu m'explique ce que tu trouve à ce flingue... Il n'est pas précis, il est bruyant, lourd...
Et il remplit l'air de tellement de balles que personne n'ose lever la tête.

Ishi éclata de rire à cette phrase et le caporal ne releva pas. En tant qu'amateur de précision, il ne comprenait quand même pas l’intérêt. Cependant, il respectait les choix de son équipe et leur faisait confiance pour prendre les bonnes décisions aux bons moment donc un goût sur le plan de l'armement n'allait rien changer. Son DMR prouvait qu'Anaëlle savait être précise le besoin étant, c'est tout ce qu'il attendait d'elle. Ils se réunirent à l'entrée de la favela pour rétablir leur formation de combat et s'assurer qu'ils ne se feraient pas prendre dans un sale guêpier. Ce qui ne manqua pas d'arriver quand même.

Il couraient depuis plusieurs minutes, suivant le traceur de Delta-1 pour les rejoindre au plus vite et leur offrir le soutien dont ils semblaient avoir tant besoin. Les marines gueulaient sur les moindres civils qu'ils croisaient, les trois ODST couvrant le flanc gauche avec circonspection. Ce fut une rafale sur le flanc droit qui lança les hostilités. Pendant une quelques secondes ils ne virent plus de civils et avant que qui que ce soit ait eu le temps de percuter, ils se faisaient arroser. Juste après que les rebelles aient ouvert le feu sur la droite, ce fut au tour d'Ishi de crier ''Grenade !'' avec un ton d'alarme et de se jeter sur ses deux partenaires pour les coucher au sol. L'explosion les survola majoritairement et les tirs rouges se mirent à crépiter sur la tôle autour d'eux.

Anaëlle roula au sol du coté des marines tandis qu'Ishi et Djerin se déplaçaient sur le coté, derrière une vieille carcasse branlante répondant au titre ronflant de voiture et qui seraient bientôt plus lourde de plomb que d'aluminium. Le colonel consultait tranquillement sa carte du coin alors que les marines et les ODST tiraient un peu dans le tas pour pouvoir sortir la tête et situer les rebelles.

Ana, fais moi plaisir, et fais leur baisser la tête comme tu sais si bien le faire avec ton joujou. Ishi, surveille notre flanc qu'on se fasse pas contourner comme des cons. Putain j'aurais du prendre un foutu périscope...

Il décrocha la lunette de son fusil et utilisa la caméra intégrée sur l'objet pour observer la disposition des rebelles. Une rangée de rouges éparpillés, mais surtout un regroupement dans et sur le toit d'un bâtiment bas, a moitié caché par le nuage ambiant de fumée et de sable.
Holz, Rashkae, nettoyez-moi cette putain de maison en face. C'est de là qu'ils nous arrosent. On couvre vos arrières, et on se casse d'ici ensuite.
Djerin envoya son signal de confirmation et rangea son sniper dans son dos après avoir remis sa lunette en place.

Ok les poulettes, on part sur la gauche pour rester dans l'angle mort des fenêtres. Ana, tu mitraille le toit jusqu'à ce qu'on ai touché le mur. Ishi, avec moi, on nettoie tout ce qui bouge sur notre chemin. Les marines vous nous collez au cul jusqu'à la porte et vous couvrez les flancs.

Quittant la zone de feu principale en baissant la tête, les soldats de l'UNSC contournèrent la poignée de cases qui leur servait de couverture. La M7 et le MA2B des deux ODST de tête crachant de temps à autre une poignée de balles pour descendre les rebelles à découvert. Ils finirent par s'aligner le long du mur, devant la porte principale. Une putain de brochette pour un tireur en face. Défonçant le verrou d'un coup de crosse, le sniper balança une paire de grenades dans le hall avant d'entrer en trombe suivit de près par ses deux compagnons et les marines. L'entrée était vide, se croisant en T au pied d'un escalier avec deux portes de part et d'autre du couloir pour l'atteindre. Djerin resta sur la COM cette fois.

Ana, Ishi, vous vérifiez les couloir au bout. Holz, détachez trois hommes pour chaque porte et accompagnez moi avec les autres, on va nettoyer le toit.

Sans attendre de réponse, il partit avec ses deux ODST au bout du couloir. Deux rafales sur la droite, une grenade sur la gauche, cette zone était nettoyée, révélant trois portes de plus. Faisant signe aux marines de ne pas se préoccuper de celles-ci, toujours couvertes par ses hommes. Ils grimpèrent quatre à quatre l'escalier, débouchant sur le toit. Ce fut une vrai boucherie. Les rebelles étaient allongés le long du rebord et, sous couvert de la fumée et des détonation ambiantes, n'avaient pas vu ou entendu les soldat entrer. Avec les marines présent, ils taillèrent des tranchées de balles dans la rangée de miliciens. Djerin avait un goût de bile dans l'arrière de la gorge alors que ces hommes n'avaient pas de moyen de se défendre. Sans perdre le temps en atermoiement, il redescendit dans le couloir dont les marines sécurisaient les pièces adjacentes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Akilydes
Service de Renseignement de la Navy, Spectre
avatar

Nombre de messages : 101
Localisation : Inconnue
Date d'inscription : 27/04/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : XBR55 Battle Rifle
Autre Compte :
Arme n°2 : M6D-SOCOM

MessageSujet: Re: Opération Prevent Avalanche - Talista   Sam 10 Juin 2017 - 21:22

Derrière son fusil, Alexandre venait d'abattre un énième civil recroquevillé derrière un lit. Contrairement à ses homologues de la sanglots, le spectre ne tirait aucun plaisir de ce qu'il était en train de faire, au contraire, l'acte le blasait plus qu'autre chose, mais il se devait de garder un maximum de professionnalisme, pour ses hommes tout du moins. Il prit à part Lupo peu après l'intervention de Carl pour le calmer et surtout, acquiescer avec le discours froid du specops. Quitte à tuer ces personnes, autant valait-il mieux que ces dernières ne meurent "proprement" et non pas découpé façon steak tartare.

Pénétrant dans une pseudo infirmerie de fortune à l'étage juste en dessous, l'agent observa quelques instants la scène qui s'y déroulait avant de finalement ouvrir le feu en silence, accompagné de ses confrères. Peu avant le massacre, ce lieu réunissait aussi bien les troupes rebelles et marines blessées, dans une neutralité remarquable. Malheureusement, le bâtiment se trouvait au centre de la ville, et surtout, sur la mauvaise planète. Un signal com apparut alors sur l'ATH du spectre, lui indiquant que le colis était en place. Soufflant longuement après avoir achevé un marines blessé au couteau, le spectre regarda les alentours avant d'indiquer les lieux d'accès aux étages supérieurs et inférieurs.

- Ok. On neutralise les ascenseurs potentiels, on scellent les portes des escaliers avec des explosifs et des pièges, puis on s'arrache. Le colis est en place, le reste de la mission sera effectué lorsqu'on quittera les lieux.

Remarquant alors une jeune femme rousse dans le coin de la pièce, les yeux du spectre s'écartèrent lorsqu'il remarqua la grenade que cette dernière tenait dans la main. Pointant immédiatement son fusil vers elle, le spectre allait tirer lorsque la jeune femme se mit à sangloter, plaquant la grenade contre sa poitrine, murmurant un "Thomas" de manière répétée. Plaçant son fusil dans son dos, l'agent et la jeune mère restèrent peut-être trente bonnes secondes à se regarder ainsi.

- P... Pourquoi vous faites ça? Approchez pas! Je vais tout faire péter... Je... Thomas...
- Si vous voulez vous faire sauter faites le. Ne parlez pas. Thomas, votre mari?
- Mon.. Mon fils... Je veux le revoir.
- Si vous faites sauter l'appartement, et vous avec, vous ne le reverrez pas.
- Mais je vengerais au moins ceux morts ici.
- Si vous faites sauter ça, vous tuerez quoi, moi? Peut être l'un de mes hommes? Et ensuite? Cela n'arrêtera rien. Je peux vous faire sortir d'ici cependant, si vous coopérez.
- Pourquoi feriez vous cela? Vous allez me tuer si j'accepte votre offre.
- Premièrement, je n'ai jamais dit que c'était une offre que je vous proposais. Par la suite, vous avez une grenade dans la main et je suis à côté de vous. Ma vie vaut plus que le reste. Et vous voulez revoir votre fils, non?
- Je...

La COM du spectre grésilla de nouveau, son équipe étant entrée dans l'appartement et mettant en joue la jeune femme. Levant la main, le spectre leur intima de sortir et de commencer à partir vers le pélican. Sans un mot, ils s’exécutèrent. Se rapprochant de la jeune femme, le spectre lui tandis la main, silencieux. Après quelques secondes d'hésitation, elle attrapa le bras de l'agent et se redressa en sanglotant, la grenade toujours dans son autre main. Une fois près de lui, le Spectre fit signe à la jeune femme d'avancer. Après quelques secondes d'hésitation, cette dernière commença à marcher, avant que le spectre ne l'abatte à l'aide de son pistolet, attrapant immédiatement la main du corps maintenant sans vie, replaçant son arme dans le holster de poitrine puis attrapant son couteau de combat tandis que Carl et les sanglots l'observaient. Observant son arme de mêlée puis la machette de la "doctoresse" de l'escouade de Sorince, le spectre soupira.

- Pourrais-je vous emprunter votre instrument demoiselle? Couper le poignet avec mon couteau prendra trop de temps, et la grenade est déjà armée.

Akilydes ne sut alors pas exactement ce qui passa par la tête des sanglots. Si sa demande était trop "comme eux" ou si le ton employé était trop chaleureux par rapport à d'habitude. Quoi qu'il en fut, ils mirent quelques secondes avant de l'aider. L'instant d'après, la main-grenade volait à travers une vitre, déclenchant une petite déflagration à l'extérieur, puis le groupe hybride monta dans le pélican. Une fois dans le vaisseau, le spectre demanda un diagnostic rapide de tout le groupe, sanglot y compris, avant d'activer sa com avec son IA personnelle.

- Akemi?
- Zone de sécurité atteinte dans trente secondes. Une fois la zone atteinte, l'opération Serpentis aura atteint son but.

*

* *

- Thomas, mon amour, tu peux aller me chercher des bandages chez ta tante?

Le petit Thomas, dix ans, avait ainsi quitter le bâtiment où il vivait avec sa mère, pour rejoindre celui qui se trouvait à cinq minutes. Malgré son âge, l'enfant avait toujours été débrouillard et courageux, c'est pourquoi il était heureux de rendre service à sa mère. De plus, il avait pu voir pleins de soldats ces dernières heures! Leur uniforme était tellement classe! En revanche, sa mère lui interdisait formellement d'aller aux étages supérieurs comme si ce qui se trouvait était méchant. A vrai dire, Thomas était presque certain que c'était là bas que les gentils soldats avaient capturé le croque-mitaine. Après tout, ils avaient tous cet air sérieux quand ils revenaient de plus hauts et ils semblaient tous fatigués, ça ne pouvait être que ça.

- Ta mère t'a laissé venir ici tout seul? Bon sang, je sais qu'on habite juste à côté mais c'est imprudent avec le couvre feu. Allez Thomas, je te raccompagne chez toi.

La tante de Thomas était tellement protectrice que le jeune pré-pubère se demandait parfois si elle n'en faisait pas trop, après tout, il était fort et ne craignait pas de traverser la rue seul! Et puis, d'après sa mère, cette partie de la ville ne craignait rien, les méchants étaient un peu plus excentrés!
Une fois dehors, Thomas observa le ciel et remarqua un pélican noir repartir du toit de leur immeuble, le pointant du doigt, il resta longuement en admiration devant le vaisseau de larguage.

- T'as vu tata? Ils ont fait partir le croque-mitaine de l'immeuble! Je savais bien que les soldats étaient trop forts!
- Qu'est-ce que tu racontes mon garçon?
- Maman voulait pas que je monte aux étages supérieurs et m'a rien dit, mais je suis pas bête, je suis certain que c'était ça. Et là ils l'ont fait partir pour l'emmener en prison! Viens, on va don...

Un flash lumineux emplit alors l'espace aérien pendant une bonne seconde, aveuglant l'enfant.

*
* *

Le spectre observait la scène depuis la soute ouverte du pélican. Ils avaient atteint la "zone sécurisée" seulement quelques secondes auparavant, et l'agent avait ouvert la trappe, sans doute pour pouvoir observer ça de ses propres yeux. Un flash lumineux, suivit d'un champignon caractéristique, puis d'une dislocation évidente de tout ce qui se trouvait dans le rayon. Malgré leur distance, l'air vibra autour d'eux et le pélican tremblota quelques instants avant de se stabiliser de nouveau. Un peu plus excentré de la ville, à quelques kilomètres, un nouveau flash lumineux aveugla les observateurs, suivi d'un nouveau champignon, se trouvant aux alentours de la centrale nucléaire. L'air vibra de nouveau tandis que sur tous les réseaux de communications, les hurlements des marines, du commandement, des civils se faisait entendre, c'était un véritable chaos qui s'installait sur la ville, enfin, ce qu'il en restait. Très vite, la censure médiatique imposée par l'ONI se disloqua peu à peu, révélant des images terribles de rebelles installant une bombe nucléaire et ricanant dans le but de jeter ça sur les ordures du CSNU, pour leur faire payer. Naturellement, les services de renseignements avaient fait un travail parfait et tout ce qu'on pouvait visionner montrait des phrases de la cause ou de l'URF. Enfin, les vidéos n'étaient pas encore analysées par les personnes sur place de toute façon, vu l'état dans lequel le réseau avait été mis. Le pélican de l'escouade pivota alors et alla se poser dans un terrain vague, ou attendait un autre pélican aux couleurs de l'UNSC cette fois-ci. Deux marines se tenaient là à garder la zone avec un type bâillonne et inconscient dans le fond de l'appareil. Se posant, les sanglots et les hommes du spectre sortirent de l'appareil et abattirent les deux marines sans aucun avertissement. Plaçant les corps dans le pélican qu'ils venaient de quitter, Lupo et Frostbyte installèrent de nombreux pans d'explosifs sur les parois et sur les réserves de kérosène avant de sortir et lever le pouce en direction de leur chef.
Faisant signe aux autres de rentrer dans le pélican où se trouvait le "prisonnier" Svarnakovac prit rapidement les commandes et fit décoller le nouvel appareil tandis qu'Alexandre avançait dans la soute du vaisseau, montrant plusieurs caisses aux sanglots et à ses hommes, activant sa com privée avec eux par la même occasion. Quelques instants plus tard, les explosifs de leur précédent moyen de transports s'activèrent transformant l'enfin en une boule de feu disloquée.

- Enfilez ça, ils s'agit de tenues anti-radiation, on va les mettre et continuer l'opération. Le type que vous voyez là est un VIP que nous allons livrer à la base pour nous servir "d'alibi" quand à notre précédente sortie. Une fois le crochet par la base fait, on va se rendre vers les dernières positions connues des groupes marines partis chercher l'informaticien recherché, pour les évacuer vers la base, vous pourrez tuer tout rebelles à vue, si vous voulez. Préparez-vous, on arrive à la base dans cinq minutes, puis on repart.

Activant alors une com privée avec Carl, le spectre montra son pad de poignet et le réseau des médias qui défilait dessus.

- Tu vas être content, tu vas pouvoir jouer les héros devant pleins de caméras après ça. Elle est belle la justice humaine, pas vrai?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Opération Prevent Avalanche - Talista   

Revenir en haut Aller en bas
 
Opération Prevent Avalanche - Talista
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» [Salon] Génération 80 2eme édition 28 et 29 mai 2011.
» Ambassade de la Confédération du Rhin
» Régénération et Apothicaire
» [Modération] Avertissements
» opération Hippocampe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Halo Fight :: Espace neutre. :: 
L'Espace
-
Sauter vers: